Navigation – Plan du site
II. Lectures

Yûsuf Râgib, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale 2, Cahier des Annales islamologiques 28, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2006, 143 p.

Mathieu Tillier
p. 306-307

Texte intégral

1Dans ce second volume, Yûsuf Râgib propose un commentaire détaillé – presque linéaire – des documents édités, traduits et annotés dans le tome 1 de ses Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale. L’ouvrage s’articule autour de deux axes de longueur inégale. La première partie examine les caractéristiques externes des documents réunis : les supports, la mise en page, l’écriture et les éventuelles corrections (p. 1-9). Les encres utilisées par les scribes offrent notamment de précieuses informations sur les procédés de rédaction des actes et sur les délais d’enregistrement au tribunal (p. 4). Mais c’est surtout dans la seconde partie, consacrée aux « caractères internes », que se révèle le véritable sujet de l’ouvrage : le processus quotidien complexe de l’achat et de la vente. S’appuyant sur des actes établis selon une même progression – des formules initiales aux clauses finales –, l’auteur retrace les divers procédés d’identification des personnes et des choses (parties contractantes, objet de la vente, prix déclaré, p. 13-48), les formes de la vente (emploi de courtiers et de maquignons, prise de possession de la marchandise, définition des « accessoires » qui l’accompagnent, p. 48-67) et les garanties présentées par le vendeur (bonne santé de l’esclave ou de la bête de somme, absence de vices rédhibitoires, déclaration des défauts, garantie du produit, p. 68-100). Le mode de validation des actes, par témoignage et enregistrement auprès d’un tribunal, vient enfin rappeler leur vocation principale : constituer des documents probants en cas de litige. Plusieurs témoins – musulmans le plus souvent, mais également adeptes d’autres religions lors de contrats impliquant des dhimmîs (p. 107)  – assistaient aux transactions et pouvaient être sollicités pour une déposition devant le cadi. Dès le iiie/ixe siècle, ils attestaient la teneur des contrats sur les actes eux-mêmes, et plus tard ceux-ci furent validés par le cadi, qui en gardait la copie – ou le résumé – dans ses archives (p. 118).

2Que le lecteur ne se laisse pas rebuter par l’austère façade de ce livre : derrière les normes de rédaction des actes, Y.R. nous entraîne dans les arcanes de la vie quotidienne et fait œuvre d’historien de la société. Il brosse un portrait vivant de l’esclavage et de ses règles à l’époque médiévale, et collecte de multiples détails sur les origines, la valeur commerciale ou l’utilisation des esclaves. Les femmes y occupent une place de choix : la littérature juridique permet de reconstituer le parcours qu’elles devaient suivre en théorie, entre leur achat par un propriétaire masculin et le moment où ce dernier pouvait (enfin !) en disposer pour son plaisir. Le fiqh présente un panorama significatif des stratégies mises en œuvre afin de faire croire à la virginité d’une esclave ou à la productivité d’une vache – et ainsi augmenter frauduleusement leur prix. Le décor des marchés est esquissé à travers les références à la fiscalité, à l’entretien des esclaves par les maquignons ou à leur exhibition publique : « la marchandise y était souvent livrée nue à la vue et au toucher des clients qui pouvaient, de plus, l’inspecter à domicile ou au bain, pour détecter les vices que les maquignons étaient susceptibles d’avoir dissimulés et même, au besoin, d’en abuser, si l’examen était effectué sans présence féminine » (p. 66). L’auteur dessine, en filigrane, les contours de l’administration judiciaire saisie en cas de contestation d’une vente ; les activités de plusieurs catégories d’auxiliaires de justice sont décrites, en particulier celles des experts (p. 70-71, 83).

3D’une érudition exceptionnelle, cet ouvrage étudie la documentation réunie à la lumière d’un large éventail de sources : de nombreux ouvrages classiques de fiqh sont mis à contribution –  dont plusieurs manuels de shuru –, mais également divers textes narratifs (notamment des dictionnaires biographiques) porteurs d’informations complémentaires sur les pratiques judiciaires. Par l’attention minutieuse qu’il accorde à la syntaxe et au lexique des sources, l’auteur met en relief la portée performative (ou non) des étapes de la vente. Tous les termes juridiques – mais aussi le lexique relatif aux esclaves, aux vices, etc. – sont soigneusement transcrits et répertoriés dans un index. Facilitant l’utilisation de ce dernier, le renvoi aux paragraphes fait de l’ouvrage un outil indispensable pour tous les chercheurs confrontés à des textes de fiqh : ils trouveront l’explication et la traduction de notions complexes, souvent pénibles à manier pour qui ne bénéficie pas d’une solide formation en droit.

4D’aucuns reprocheront à l’auteur son animosité à l’égard de ses collègues papyrologues –  que son prologue accuse globalement d’incompétence. Plus regrettable est, peut-être, l’absence totale de conclusion. C’eût été l’occasion d’ébaucher une synthèse sur l’art de rédiger les actes et son évolution. Certes, la frustration du lecteur est en partie due à la difficulté d’établir une chronologie de certaines pratiques : Y.R. montre que la validation d’un contrat n’est pas nécessairement notifiée sur toutes ses copies, ce qui laisse le chercheur contemporain tributaire des documents mis au jour par le hasard des découvertes (p. 118). Comment expliquer, enfin, les complexes élaborations normatives sur la rédaction des actes alors que leur valeur, comme le souligne l’auteur, demeure toute relative devant la justice (p. 28) ? Il y a là, en apparence, un paradoxe à élucider. Une réflexion plus large sur le statut de l’écrit reste encore à mener, dans le sillage de Baber Johansen et de Wael B. Hallaq 1. Cela n’enlève rien néanmoins aux qualités de cet ouvrage, mine de renseignements incontournable pour tous les historiens de l’Islam médiéval.

Haut de page

Notes

1 B. Johansen, « Formes de langage et fonctions publiques : stéréotypes, témoins et offices dans la preuve par l’écrit en droit musulman », Arabica, 44 (1997), p. 333-376 ; W.B. Hallaq, « The ī’s Dīwān (sijill) before the Ottomans », Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 61 (1998), p. 415-436.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Tillier, « Yûsuf Râgib, Actes de vente d’esclaves et d’animaux d’Égypte médiévale 2, Cahier des Annales islamologiques 28, Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2006, 143 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4503

Haut de page

Auteur

Mathieu Tillier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page