Navigation – Plan du site
II. Lectures

Servantie A. et Puig R. de la Bellacasa, L’Empire ottoman dans l’Europe de la Renaissance. Idées et imaginaires d’intellectuels, de diplomates et de l’opinion publique dans les Anciens Pays-Bas et le Monde Hispanique aux xve, xvie et début du xviie siècles, Leuven University Press, 2005.

María Ghazali
p. 303-306

Texte intégral

1Cet ouvrage présente les actes de conférences et de tables rondes organisées en novembre et décembre 2003 par l’Institut Cervantès de Bruxelles, en collaboration avec l’Ambassade de Turquie en Belgique et plusieurs institutions, fondations et musées, qui ont permis de faire dialoguer des spécialistes anglais, belges, espagnols, français et turcs, de l’histoire de l’Europe et de l’Empire ottoman. Une riche iconographie (25 illustrations en couleurs et en noir et blanc) et une ample bibliographie (494 titres) complètent les textes des interventions pour l’essentiel en espagnol (10) ou en français (7) ; une seule, sur « Erasme et Vivès », est présentée dans les deux langues : Ramón Puig de la Bellacasa analysant en espagnol les textes des deux humanistes sur le conflit avec les Turcs (« critique et justification de la guerre ») et Bart Severi proposant en français le contexte dans lequel ils ont été écrits. Un seul article, rédigé par Niklaas Maddens (Courtrai) sur le système fiscal aux Pays-Bas, est en flamand.

2Les axes de réflexion que l’on a privilégiés sont l’idée de Croisade aux xve et xvie siècles, la perception des Turcs dans les anciens Pays-Bas et le monde hispanique, l’image de l’Espagne et de Charles Quint dans l’Empire ottoman, la connaissance qu’avait Charles Quint des Turcs et ses difficultés à financer la guerre contre eux, le rôle des Juifs et des nouveaux-chrétiens entre Péninsule ibérique, Anvers et Empire ottoman.

3Cependant, l’intérêt majeur de cet ouvrage est qu’il présente des regards-croisés sur les deux mondes. Il fait état, en effet, non seulement du point de vue des Européens sur l’Empire ottoman - comme trop souvent on l’a fait jusqu’à présent - mais aussi de la perception que les Turcs pouvaient avoir des Chrétiens, même si l’on peut regretter que la part réservée à cette vision soit encore aujourd’hui insuffisamment traitée. En effet, sur les vingt articles, il n’y en a que quatre qui se situent dans la perspective des Ottomans, et, de plus, seules deux interventions ont été faites par des spécialistes turcs.

4Özlem Kumrular (Université de Bahçeşehir à Istanbul) et Ertuğrul Önalp (Université d’Ankara), s’intéressent ici aux campagnes militaires de Charles Quint, en Allemagne pour l’un, à Alger pour l’autre. Cependant, l’essentiel des sources sur lesquelles ils s’appuient sont, à notre goût, historiquement peu fiables : poésie épique espagnole faisant l’éloge de Charles Quint (Sempere) ; chroniques turques mais surtout chrétiennes (Guazzo, Giovio), dont certaines sont d’ailleurs postérieures à l’époque traitée (Solakzâde, Sandoval), tout comme le sont aussi certains récits (Haedo)... Le seul texte qui nous semble de grande valeur est celui des Mémoires de Barberousse (Gazavat-i Hayreddin Paşa), mais le texte original ayant été perdu, il ne reste qu’une quinzaine de copies manuscrites, dont la plus ancienne est conservée aujourd’hui à la Bibliothèque de l’Escurial sous le n° 1663. Miguel Ángel de Bunes et Emilio Sola ont publié en 1997 une traduction en espagnol de ce texte, en se fondant sur une traduction établie en 1578 par Luis Alçamora, secrétaire de Philippe II, et qui se trouve aujourd’hui à la Bibliothèque Communale de Palerme. La traduction du texte en espagnol, présentée par Ertuğrul Önalp dans son article, se fonde non sur la copie la plus ancienne se trouvant à l’Escurial, mais sur des traductions en turc moderne effectuées par Yilmaz Öztuna et Ertuğrul Düzdağ à partir de copies du xviie et du xviiie siècle. Quand on sait les altérations que subissent parfois les textes sous la plume des copistes, on ne peut que regretter que l’auteur ne soit pas allé à la source la plus ancienne. Les archives turques recèlent encore de nombreux trésors à exploiter sur l’époque qui nous intéresse…

5Quant à l’article de Fernando Fernández Lanza (Université d’Alcalá de Henares) sur « L’image de l’Espagne dans l’Empire Ottoman à travers les ambassadeurs de Charles Quint », il porte un titre trompeur. Bien qu’il pose convenablement le problème des sources, il ne fait que passer en revue les différentes ambassades envoyées par l’empereur – et qui plus est pas uniquement dans l’Empire ottoman - sans jamais parler de « l’image », ni dans sa réception, ni même dans sa production.

6Robert Anciaux (Université Libre de Bruxelles) analyse finement « L’évolution de la diplomatie de l’Empire ottoman et de sa perception de l’Europe aux xviie et xviiie siècles ». Nécessité fait loi, pourrait être l’adage qui prévaut dans ces deux mondes que tout oppose. D’un côté comme de l’autre, malgré les nombreuses réticences religieuses et culturelles, ce sont les indispensables relations politiques qui obligent au dialogue et à l’ouverture.  

7La vision que l’on avait des Turcs dans le monde chrétien est par contre l’objet de nombreux travaux. Notons l’excellent article, fort bien construit et mené, de Mélanie Bost (Bruxelles) sur « La perception des Turcs aux Pays-Bas à la Renaissance », où l’auteur analyse la formation du stéréotype turc à partir de plusieurs types de sources : chroniques bourguignonnes, relations de fêtes et littérature romanesque.

8Cecilia Paredes, s’appuyant sur l’ouvrage fondamental de H.J. Horn intitulé Jan Cornelisz Vermeyen : painter of Charles V and his Conquest of Tunis, présente une réflexion sur le passage du texte à l’image, qui a tout particulièrement retenu notre attention dans la mesure où nous nous sommes également intéressée à l’expédition de 1535 (Brogini, Ghazali, 2005). De plus, elle étudie aussi les Mœurs et Façhons des Turcs, neuf planches gravées sur bois par Pieter Coeck van Aelst, où l’artiste flamand présente des scènes de la vie quotidienne dans un décor représentant les différentes étapes d’un voyage qui le mena jusqu’à Constantinople en 1533.

9Si nous nous intéressons aux témoignages directs de captifs qui ont souffert dans leur propre chair à cause des désirs d’hégémonie d’États et de civilisations qui se déchiraient en Méditerranée à l’époque moderne, le récit de Diego Galán sur la Turquie présenté par Matías Barchino (Université de Castille-La Manche) ne pourra que nous éclairer sur les nombreuses facettes de ce pays, qui étonne mais séduit aussi les chrétiens.     

10Dans un registre plus polémique, un article très court mais incisif de l’historien espagnol Manuel Fernández Álvarez, grand spécialiste de Charles Quint – à qui l’on doit, entre autres, la transcription de centaines de lettres et documents d’archives publiés dans son ouvrage Corpus documental de Carlos V – remet en cause bon nombre de thèses défendues lors des nombreuses commémorations organisées dans plusieurs pays d’Europe. Il rappelle que, pour Charles Quint et les humanistes de son temps, l’Europe n’est pas seulement un concept géographique, mais elle signifie également Chrétienté. Il précise d’ailleurs : « Europe et Chrétienté sont des termes synonymes. L’Europe était chrétienne et c’est cette Europe que Charles Quint voulait protéger et défendre ». S’il convient que Charles Quint et Soliman le Magnifique ont tous les deux aspiré à l’hégémonie méditerranéenne, il fait remarquer – à juste titre - qu’à cette époque-là, c’est bien l’Empire turc qui est dans l’offensive. Soliman entreprend, en effet, une grande politique de conquêtes, dirigées non seulement contre l’Europe (prises de Belgrade en 1521 et de Rhodes en 1522 ; attaques de la Hongrie en 1526 et de l’Autriche en 1529), mais aussi contre la Perse (occupation de l’Azerbaïdjan, Tabriz et Bagdad en 1534). De plus, n’oublions pas non plus qu’en Méditerranée, il est efficacement secondé par les corsaires barbaresques.

11Sur la frontière, autre thème qui personnellement attire notre attention étant donnée l’implication dans cet axe de recherche du Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine auquel nous sommes rattachée, l’article de Nicolas Vatin (E.P.H.E., Paris), sur « Les Hospitaliers à Rhodes et les Ottomans, 1480-1522 », est des plus intéressants. On privilégiera, cependant, la lecture en anglais d’une étude plus ample intitulée « The Hospitallers at Rhodes and the Ottoman Turks, 1480-1522 », Crusading in the Fifteenth Century. Message and Impact, Palgrave, London, 2004.

12Sur cette même problématique, « La frontière méditerranéenne et l’information : clefs pour la connaissance du Turc au milieu du xvie siècle », Emilio Sola (Université d’Alcalá de Henares) nous propose une réflexion sur les textes (du simple aviso, qui renseigne sur un événement à l’état brut, au texte littéraire, produit par exemple par un Cervantès, en passant par la relation la plus élaborée, effectuée par un lettré qui transcrit une déposition ou un interrogatoire) au travers desquels circulent l’information et la connaissance que l’on peut avoir de l’ennemi.

13D’autres interventions, que nous avons dû passer sous silence, éclairent encore bien d’autres aspects d’un sujet plus que jamais actuel : le rapprochement, qu’il nous faudra bien effectuer, entre deux religions, deux civilisations, deux mondes, considérés encore aujourd’hui par beaucoup comme antagoniques.

Haut de page

Bibliographie

Brogini Anne et Ghazali Maria, 2005, « Un enjeu espagnol en Méditerranée : les présides de Tripoli et de La Goulette au xvie siècle », in Crises, Conflits et Guerres en Méditerranée, vol. I, Cahiers de la Méditerranée n°70, CMMC-Université de Nice : 9-43, article en ligne sur revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

María Ghazali, « Servantie A. et Puig R. de la Bellacasa, L’Empire ottoman dans l’Europe de la Renaissance. Idées et imaginaires d’intellectuels, de diplomates et de l’opinion publique dans les Anciens Pays-Bas et le Monde Hispanique aux xve, xvie et début du xviie siècles, Leuven University Press, 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4543

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page