Navigation – Plan du site
II. Lectures

Signoles Aude, Le Hamas au pouvoir et après ?, Toulouse, Editions Milan, 2006.

Jean-François Legrain
p. 262-263

Texte intégral

1Dans les étroites limites imposées par la collection (absence totale de notes et de bibliographie, 112 p. en format réduit), le petit livre d’Aude Signoles, Le Hamas au pouvoir et après ?, commence à combler un vide de l’édition française. Le seul livre jusque là disponible en français et entièrement consacré à Hamas remonte à 7 années maintenant ; doté de nombreuses erreurs factuelles et faisant comme si Hamas était apparu avec l’autonomie des années 1990, il ignorait tout de son passé d’Association des Frères musulmans, du contexte de sa formation et des subtilités de son approche politique, idéologique et religieuse.

2Enseignante en sciences politiques à l'université de La Réunion, Aude Signoles a soutenu une thèse remarquée en sciences politiques intitulée « Gouvernement local et aménagement des espaces urbains dans la Cisjordanie d'Oslo (1994-1999) » en attente de publication et basée sur une pratique du terrain de plusieurs années. Elle avait déjà pu exercer ses talents de vulgarisatrice avec Les Palestiniens, dans la collection « Idées reçues » du Cavalier bleu, Paris, 2005 (127 p.).

3Son nouveau livre est remarquable tant par la clarté de son propos que par l'étendue du champ couvert, dans la chronologie (de la création du mouvement en 1987 dans le cadre de la première Intifada sans oublier l’héritage des Frères musulmans, jusqu’à sa victoire aux législatives de 2006) comme dans les domaines d’activités du mouvement (politique, idéologique, militaire, social). Chaque aspect abordé est intelligemment replacé dans les dynamiques générales de la société palestinienne.

4Quand l’auteur, cependant, fait de Hamas un « mouvement nationaliste au discours religieux », je reste, quant à moi, persuadé que, même dans le politique, Hamas agit fondamentalement en tant que mouvement de resocialisation religieuse. Les mouvements de libération nationale, en effet, font de la récupération du territoire le fondement de leur action et la base de l’unité du peuple par delà la dispersion géographique. Mais à la différence de l’OLP, Hamas se réfère à une Palestine eschatologique bénie de Dieu de toute éternité et la Palestine n’est plus la source de l’identité mais le lieu de son épanouissement. L’islam pour Hamas constitue le fondement de l’identité de l’individu comme de la société. Immédiatement disponible, il permet immédiatement la reconstruction de l’unité du groupe qui n’est plus conditionnée par le retour préalable au territoire. Par ailleurs, dans un contexte d’interventions extérieures permanentes, l’islam apparaît comme le dernier rempart mais aussi le dernier espace de souveraineté. La demande adressée à Hamas par l’électorat palestinien n’est donc pas celle adressée aux mouvements de libération nationale. Prenant très pragmatiquement en compte l’impossibilité actuelle d’atteindre la libération nationale, l’électorat s’est détourné de ceux qu’elle avait investis de cette tâche et a chargé Hamas de construire les institutions censées lui permettre de gérer l’attente de la libération tout en le préservant de ses maux, corruption, anarchie et chaos sécuritaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Legrain, « Signoles Aude, Le Hamas au pouvoir et après ?, Toulouse, Editions Milan, 2006. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4563

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page