Navigation – Plan du site
II. Lectures

Sluglett Peter, Britain in Iraq. Contriving King and Country, New York, Columbia University Press, 2007, 318 p.

Elizabeth Picard
p. 285-287

Texte intégral

1Dans sa préface à l’édition de 2007, Peter Sluglett mentionne sa joie lorsque I. B. Tauris et Columbia University Press ont proposé de rééditer son ouvrage datant de 1976 et devenu introuvable. Cette satisfaction est aussi la nôtre car ce livre est une contribution pionnière, informative et éclairante, à la connaissance de l’Irak du début de l’intervention britannique (1914) à l’indépendance formelle du royaume (1932).

2Dans la floraison de livres consacrés à l’Irak ces dernières années, bien peu portaient sur la période du Mandat et, parmi ceux-ci, moins encore ont marqué une avancée par rapport à l’ouvrage de Sluglett. Celui-ci mentionne avec raison le livre de Batatu (The old social classes and the revolutionary movements of Iraq: a study of Iraq’s old landed and commercial classes and of its communists, Ba’thists and free officers) paru en 1978 – indispensable encyclopédie de l’Irak contemporain. Il cite également l’ouvrage de Luizard (La formation de l’Irak contemporain: le rôle politique des ulémas chiites à la fin de la domination ottomane et au moment de la construction de l’État irakien) en 1991 et le récent (2003) Dodge (Inventing Iraq: the failure of nation building and a history denied) – deux excellents ouvrages consacrés l’un aux évolutions internes des élites chiites d’Irak, l’autre aux représentations mentales qui ont présidé aux choix des autorités coloniales britanniques1. Or, il est évident que la lecture du livre de Sluglett constitue une étape indispensable à la connaissance de la période mandataire en Irak et à la compréhension des problématiques qui s’y rattachent.

3Britain in Iraq offre dans sa première partie (les 5 premiers chapitres) une recension à la fois minutieuse et claire de l’histoire politique du nouvel État irakien et des relations entre la monarchie, les gouvernements à Bagdad (qui se succèdent à une allure désastreuse) et les autorités britanniques - l’India Office puis le War Office, le Colonial Office et bien sûr le Haut Commissaire. Non seulement Sluglett maintient un fil narratif cohérent, mais il tisse son texte de nombreuses citations des principaux protagonistes de l’époque, particulièrement illustratives de leurs mentalités et de leurs pratiques ainsi que des enjeux de la colonisation de l’Irak. L’ampleur de ses recherches archivistiques attestée par la présentation des sources (p. 289 sq.) permet à l’auteur d’apporter des informations originales et éclairantes sur la logique impériale qui sous-tendait la politique britannique : assurer rapidement et durablement la mainmise sur les richesses pétrolières à venir (voir en particulier p. 66-77) et gérer l’Irak au moindre coût (voir en particulier le chapitre 8 sur le financement de l’appareil sécuritaire). Sans manquer de les replacer dans le contexte de l’époque, Sluglett donne à voir crûment les contradictions dans lesquelles s’est enfermé le pouvoir britannique, imposant et soutenant une monarchie d’origine exogène et un gouvernement non représentatif (« une pyramide reposant sur son sommet », écrit un administrateur qui a fréquenté le pays plus de trente ans2). La première partie de sa conclusion (p. 210-5) dresse d’ailleurs un bilan sans acrimonie mais sans appel de l’impasse coloniale et de ses effets à venir sur la (dé)construction de l’Irak.

4Le sous-titre de l’ouvrage, « contriving King and country », est révélateur de la construction du livre mais aussi de la problématique coloniale britannique. Sluglett n’écrit pas « inventing », comme l’a fait Dodge avec quelque légèreté, mais « contriving », ce qui se traduit à la fois comme « faire advenir » et « gérer ». Britain in Iraq s’attache en effet à deux scènes sociales et politiques déconnectées dont l’impossible réconciliation creuse la fracture entre la monarchie à Bagdad et le reste du pays. Les mensonges délibérés produits à Genève afin d’assurer l’admission de l’Irak à la SDN en 1932, en particulier au sujet de la protection des minorités et de l’octroi d’une autonomie culturelle aux Kurdes conformément au traité anglo-irakien de 1926 (voir p. 77-86, 124-35 et 140-6), signalent la hâte à se débarrasser du « fardeau colonial » (mais pas de ses avantages stratégiques et énergétiques). Ils sont l’envers d’une vision lucide : Fayçal et sa coterie d’habiles ministres n’ont guère de légitimité et d’autorité sur le pays. Et Sluglett d’enchaîner logiquement : après plus d’une décennie de chaos insurrectionnel, de répression indiscriminée et de coups militaires, la monarchie irakienne tombera en 1958 et l’Irak glissera dans une dérive autoritariste destructrice.

5L’autre scène, à côté de celle de l’histoire gouvernementale des relations irako-britanniques, est celle où s’activent les forces sociales et économiques du pays. Elle fait l’objet des chapitres 6 à 9 (sur la politique tribale, la formation de l’armée et l’éducation) ainsi que des deux appendices consacrés aux Chiites en politique, à la propriété et aux taxes foncières dans la province d’Amara. Ici, la qualité du travail de Sluglett est éclatante. Se gardant sagement de jugements anachroniques, il détaille le montage fiscal complexe par lequel les Britanniques ont remis en selle des chefs tribaux dont le pouvoir s’érodait depuis un demi-siècle sous l’effet de la sédentarisation, facilité la formation de grandes propriétés, freiné la modernisation de l’agriculture et accéléré l’exode rural de paysans dépossédés (chapitre 6 et appendice II). Le choix de la répression par la voie des airs et la marginalisation délibérée des élites chiites dont il était déjà connu qu’elles représentaient la majorité démographique du pays (p. 219) concourent à creuser le fossé entre « le Roi » et « le pays », d’autant que les Chiites refusent la conscription qui aurait peut-être permis de construire une armée « nationale », de crainte qu’elle ne facilite le contrôle de Bagdad sur les provinces. Les Britanniques ne veulent pas non plus de la conscription : ils ne peuvent contrôler l’Irak que s’ils y conservent le monopole de la force armée grâce à la RAF. « À travers les Sunnites au pouvoir, conclut Sluglett, les Britanniques contrôlaient le pays ; avec les Chiites, il n’aurait pas pu y avoir de mandat britannique » (p. 231).

6Il y a certaines redites, et de nombreux points aveugles dans cet ouvrage, en raison de sa construction bipartite entre histoire politique et études thématiques. La question demeure, de l’articulation entre ces deux parties, et des interactions entre les deux scènes dont traite Sluglett, au-delà de l’alternative entre causalités externes (l’impérialisme) et causalités internes (la culture politique indigène – au moins telle qu’elle était perçue par les Britanniques ; voir p. 191 la citation de MacMahon). Pour la résoudre, il faudra approfondir les nombreuses pistes que Sluglett a signalées et laissées de côté dans son travail pionnier ; en particulier, étendre aux provinces du Nord la fine recherche qu’il a menée sur le système tribal et foncier à Amara. Il faudra aussi creuser bien d’autres questions comme celle de la relation entre les fonctionnaires et les nouvelles couches moyennes de Bagdad, et les campagnes tribales. Ce livre pionnier qui pose les bases d’une connaissance solide et sereine est un excellent point de départ.

7Peter Sluglett explique dans sa préface qu’il s’agit de la réédition de son ouvrage Britain in Iraq 1914-1932 publié en 1976. Avec sagesse, il s’est contenté de modifications légères. Il a notamment américanisé son écriture. Il a opéré quelques suppressions et ajouts en particulier dans le cadrage introductif (p. 1-7) et dans son chapitre 9 conclusif « The Mandate and its legacy ». Certains ajouts semblent d’ailleurs superflus, comme la comparaison (p. 194) entre la scolarisation en Irak et en Grande-Bretagne à l’époque. Il aurait peut-être mieux valu comparer avec la Syrie ou l’Égypte. Quant aux rapides réflexions sur les structures socio-économiques et leur relation avec la destruction de l’Irak (p. 214-7), elles paraissent incongrues en raison du recentrage sur la scène intérieure irakienne qu’elles opèrent.

8Une remarque pour finir. La version de 1976 a été publiée par une maison artisanale, Ithaca Press, dont l’éditeur remplissait avec talent et énergie presque toutes les tâches à lui seul. Le travail, sans être parfait, était de belle qualité. Il est symptomatique de notre époque pressée et soucieuse de « rationaliser les coûts » qu’une prestigieuse maison comme Columbia University Press ait ajouté des fautes à la réédition de 2007 (exemples : p. 197 m au lieu de in ; p. 225, persduade ; p. 228 nadha) et négligé d’en corriger d’autres (ex : p. 220, 4 points sont annoncés et 3 seulement énoncés). Souhaitons que la prochaine édition de cet ouvrage indispensable soit améliorée.

Haut de page

Notes

1 Voir mon compte-rendu dans Critique Internationale 22, janvier 2004.
2 Il s’agit de C. Edmonds, grand spécialiste de la question kurde, cité p. 212.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Picard, « Sluglett Peter, Britain in Iraq. Contriving King and Country, New York, Columbia University Press, 2007, 318 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 16 novembre 2007, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/4573

Haut de page

Auteur

Elizabeth Picard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page