Navigation – Plan du site
Première partie – Yémen, territoires et identités

La population des villes sudarabiques préislamiques : entre ‘aṣabiyya et ḥaḍarî

Pre-Islamic urban populations in South-Arabia : between ‘aṣabiyya and ḥaḍarî
Jérémie Schiettecatte
p. 35-51

Résumés

L’identité des populations d’Arabie du Sud préislamique est traitée par le biais des données épigraphiques. Ces dernières donnent un aperçu de la manière dont se définissent les populations urbaines. Dans un premier temps (viiie-iie s. av. J.‑C.), celles-ci se définissent par le lien de parenté. Au tournant de l’ère chrétienne en revanche, à travers toute l’Arabie du Sud, l’identité se décline progressivement par un rattachement à la ville d’appartenance, au sol. Cette évolution chronologique nous amène à relativiser l’ancienne dichotomie selon laquelle l’identité des populations des Hautes-Terres se définit par le lien au sol et celle des Basses-Terres par le lien du sang. Par ailleurs, cette évolution semble aller de pair avec une transformation profonde de la société où le domaine de la parenté fait place à de nouvelles formes de hiérarchie dans les relations de dominance et d’appropriation des ressources. Cette transformation pourrait avoir été le moteur de cette évolution de l’identité des populations urbaines sudarabiques.

Haut de page

Texte intégral

Agrandir

Carte de l’Arabie du Sud – localisation des toponymes mentionnés dans le texte

(réal. J. Schiettecatte).

  • 1 Nous entendons par Arabie du Sud l’ensemble géographique formé par le Yémen, le ‘Asîr saoudien et l (...)
  • 2 Ce terme apparaît dans la titulature des souverains Ìimyarites dans la formule « roi de Saba’, dhû- (...)

1Au cours de la période préislamique (viiie s. av. – vie s. ap. J.‑C.), une culture homogène se développe en Arabie du Sud1. Cette culture matérielle commune ne semble pas s’accompagner d’un sentiment d’appartenance à une entité territoriale unique. Le terme Yamanat n’apparaît qu’à l’extrême fin du iiie s. dans la titulature royale avec une acception restreinte2. Les populations ne se définissaient alors pas par une identité à l’échelle de l’Arabie du Sud ; la représentation mentale du territoire d’appartenance ne dépassait probablement pas de beaucoup les limites des espaces cultivés. Si l’on considère les témoignages véhiculés par les inscriptions antiques, nul ne définit son appartenance à une vaste entité territoriale – en dehors du souverain dans sa titulature. L’identité se décline à travers d’autres référents. Ce sont sur eux que nous nous arrêtons. Ces derniers sont issus des données épigraphiques et traduisent généralement la manière dont les populations urbaines déclinaient leur identité.

2Ibn Khaldûn établit une dichotomie entre une population non urbaine se définissant par l’esprit de clan, le tribalisme – ‘aṣabiyya en arabe – et le citadin, l’homme “civilisé” – ḥaḍarî (Métral & Métral, 1986 : 451 sq). Le terme ḥaḍar désignait plus spécifiquement un système gouvernemental centralisé opérant depuis un réseau urbain et contrôlant un arrière-pays rural d’où il tire sa richesse. Dans l’Arabie du Sud préislamique, une synthèse des rapports qu’entretiennent les collectivités avec le milieu urbain dans lequel elles évoluent révèle une situation plus complexe dans laquelle les populations urbaines déclinent leur identité tantôt en terme de parenté, tantôt en terme de territorialité, parfois en combinant les deux.

  • 3 Espace vécu : « Concept exprimant la relation existentielle, forcément subjective, que l’individu s (...)

3Notre objectif est de mettre en relief cette complexité ainsi que la manière dont la ville sudarabique est perçue, vécue3, au cours de la période préislamique. Cette évolution peut être découpée en deux phases, une première, caractérisant principalement la période du viiie au iie s. av. J.‑C., durant laquelle la documentation rapporte des modes d’identification des populations urbaines relativement homogènes et ayant trait à la parenté ; puis la période du ier s. av. J.‑C. au vie s. ap. J.‑C., caractérisée par une évolution des référents identitaires et de la perception de la ville.

4Une fois le matériau de ces deux phases présenté, nous tenterons de définir l’évolution qui se dégage dans l’ensemble de l’Arabie du Sud en la mettant en perspective avec les processus politiques, économiques et religieux qui s’opèrent alors.

Les communautés urbaines entre le viiie et le iie s. av. J.‑C.

5Durant la majeure partie du ier millénaire av. J.‑C., la déclinaison de l’identité des populations urbaines se fait exclusivement dans le registre de la parenté.

  • 4 Ces inscriptions sabéennes ont été trouvées en Éthiopie, sur les sites de Yéha et Melazo (textes RI (...)

6Du viiie au iie s. av. J.‑C., les témoignages permettant d’aborder la population urbaine sont pour l’essentiel des dédicaces faites aux divinités et des consécrations de monuments. Leurs auteurs se définissent exclusivement en termes de parenté, de lignage, de clan, de tribu, sur des modes de représentation variés : mention d’un lien de filiation ou de descendance d’un ancêtre commun, d’un rattachement clanique. Parmi plusieurs centaines de textes, nous n’avons relevé qu’une seule exception dans un cadre spécifique : les Sabéens implantés en Éthiopie définissant leur identité par rapport à leurs villes d’origine, Ma’rib et Ḥadaqân4. Cette exception nous semble conditionnée par l’éloignement de la région d’origine impliquant l’emploi de référents parlants pour les interlocuteurs au sein desquels ces Sabéens sont établis.

7Ce systématisme dans la manière dont se décline l’identité se reflète dans les formes de la ville sudarabique. Celle-ci apparaît avant tout comme le centre fonctionnel de la tribu ; son tissu est profondément marqué par l’organisation segmentaire de la société.

« La ville segmentaire »

8Les rares éléments d’analyse disponibles laissent entrevoir un tissu urbain compartimenté en quartiers dans lesquels se regroupent des clans. Ceci peut être mis en évidence sur les sites d’al‑Asâḥil et de Kharibat Sa‘ûd, deux villes préislamiques de la bordure occidentale du désert intérieur.

  • 5 Inscription MAFRAY-Kharibat Sa‘ûd 8.
  • 6 Inscription MAFRAY-ad‑Durayb 2.
  • 7 Inscription Haram 11.
  • 8 Inscription MAFRAY-adDurayb 3.

9Des inscriptions y fournissent le nom des différents bastions du rempart. Ces noms correspondent tantôt à celui d’un clan (alḥal par exemple), tantôt à ce qui semble être le nom d’un quartier : Shab‘ân par exemple désignant tantôt un bastion5, tantôt un quartier de Kharibat Sa‘ûd si l’on en croît un second texte qui évoque « tout habitant de Shab‘ân » 6. On peut donc envisager une division de la ville en quartiers correspondant aux différents lignages des résidents, les bastions construits à proximité prenant le nom du quartier et du lignage en question. Cette hypothèse semble confirmée par l’étude du rempart d’al‑Asâḥil. En effet, un chef de ‘Ararât – nom antique d’al‑Asâḥil – est originaire du clan Raymân7 or un bastion du rempart de ‘Ararât, mentionné dans un texte contemporain8 de ce personnage porte le même nom de Raymân. Cette hypothèse semble renforcée à al‑Asâḥil par la présence du bastion Marḥab, qui porte le nom d’un clan sabéen connu un siècle plus tard par l’inscription de la statue de Ma‘dikarib. Les constructions Shibâm et Ḥarab également attestées sur le site ont des noms portés par des clans sabéens.

10Si au quartier semble correspondre un clan, à la maison sudarabique semble correspondre un lignage. Ainsi, le terme bayt désigne autant le palais que le lignage (Müller, 1974 : 146-147 ; Korotayev, 1996 : 24 ; Schiettecatte, 2006 : 77-80). Le bayt ne semble former qu’un tout, le lignage dans son palais. On peut émettre l’hypothèse du regroupement de ces bayt-s dans une entité à la fois spatiale et tangible : le quartier, et sociale et intangible : le clan.

11L’élément tribal comme facteur de regroupement par quartier est un phénomène répandu en Arabie qui s’observe encore largement aujourd’hui dans la péninsule ; citons l’exemple des tribus Sabahs et Utubi (sic) dans la ville de Koweït City (Mc Lachlan, 1988 : 21).

  • 9 Montagne, 1932 : 76-77 : « Au début du xixe s., Hayel n’était sans doute formé que par trois petits (...)

12Ce type de regroupement pourrait être à l’origine de la formation des centres urbains selon un modèle hypothétique d’implantation proposé par J.‑F. Breton pour Shabwa d’après des comparaisons établies avec les sites du Levant (Breton, 2000 : 857-860) : à Pétra comme à Palmyre, l’agglomération résulterait du développement de domaines tribaux concentrés autour de leurs propres sanctuaires, aboutissant à la formation d’une ville dans laquelle différents groupes sociaux se partagent le territoire. Ce mode de formation a été observé plus récemment dans la genèse de la ville saoudienne de Ḥa’yl au xixe siècle9.

  • 10 Concernant Dédân, voir les inscriptions RÉS 3697, RÉS 3698, RÉS 3699, etc. ; concernant Tamna‘ : (...)

13À côté des populations « autochtones », les communautés « étrangères » semblent également se regrouper par tribu ou par clan. Les Minéens par exemple, établis à Dédân, Tamna‘ ou Shabwa dans un but commercial, se définissent par leur tribu (Ma‘în), non par leur ville d’origine (Qarnaw, Yathill, etc)10. La mention d’un chef (kabîr) des Minéens à Tamna‘ révèle la présence d’une institution à la tête d’une communauté autonome et souligne le maintient de l’aspect communautaire. Les dirigeants (qayl) de la communauté de Haribat à Ẓafâr relèvent d’un phénomène similaire. Le regroupement spatial de ces communautés est vraisemblable.

La ville : l’espace fonctionnel de la tribu

14Les institutions urbaines, les pratiques sociales et les charges administratives s’inscrivent toutes dans le cadre d’un milieu tribal et segmentaire, que l’on se place sur le plan politique, économique et religieux.

15La ville sudarabique est le siège d’une élite dirigeante tribale (Schiettecatte, 2006 : 412-421). Dans la région du Jawf et dans le royaume de Saba’ au moins, le nom de la tribu est souvent identique à celui de la ville. Sa population se définit par un sentiment identitaire fondé sur l’appartenance à un lignage ou à un clan. L’encadrement institutionnel en milieu urbain répond à cette structure segmentaire par la présence d’institutions exclusivement liées au fonctionnement de cette société segmentaire. Cette structure prend la forme de ce que M. al‑Rashîd définit comme une urban-based tribal polity (al‑Rashid, 1987 : 32), à propos de la chefferie qui se développe dans la région du jabal Shammar autour de la ville de Ḥa’yl à la fin du xixe s.

16L’économie urbaine se caractérise par un système de redistribution et par un clientélisme propre aux sociétés lignagères (Balandier, 1999 : 84). À l’exception du royaume de Qatabân, l’activité économique n’est pas centralisée au sein d’espaces spécifiques ni même contrôlée par le pouvoir. Les taxes ou dîmes transitent par les sanctuaires fédérateurs des tribus et sont réinsérés dans les circuits de redistribution sous la forme de constructions communautaires.

17Enfin, les cultes ne sont pas tournés vers des divinités poliades mais vers les divinités tutélaires de panthéons tribaux dont le temple n’est que rarement dans les murs de la ville. Les ensembles tribaux primitifs se définissent avant tout par des panthéons qui leur sont propres et qui constituent le référent majeur de leur identité. Comme le souligne Ch. Robin, l’intégration au sein d’un ensemble tribal passe par la participation à des rites religieux communs, ce qui signifie l’adoption des principales divinités du panthéon de la tribu dominante (Robin, 1982 a : 25).

Citadinité des populations sudarabiques (viiie-iie s. av. J.‑C.)

  • 11 Gros, 2000 : 76 : « La construction d’une ville est d’abord un geste qui s’inscrit dans la dialecti (...)

18Ces données mettent en relief la faible citadinité des populations urbaines qui se reconnaissent non pas dans une dichotomie ville/campagne mais dans des ensembles lignagers, claniques, tribaux. Ainsi, la ville n’est pas perçue comme espace identitaire en tant que tel mais comme un espace fonctionnel de la tribu nécessaire à la gestion du territoire. La limite que matérialise le rempart ne marque pas précisément de limite entre la population de l’en deçà et de l’au-delà, telle qu’elle peut être définie dans le monde méditerranéen classique par exemple11. La ville sudarabique, comprise comme centre fonctionnel de la tribu, n’est, dans un premier temps, que l’outil qui sert à régir cette tribu. Point commun avec nombre de villes islamiques, elle ne se caractérise pas par ce que M. Weber définit comme une Stadtgemeinde. De même que le « Chinois qui habitait en ville appartenait légalement à sa lignée et, par elle, à son village natal, (…) que le Russe qui travaillait en ville restait un « paysan » légalement rattaché à son village, que le citadin indien restait membre de sa caste » (Weber, 1982 : 38), le citadin sudarabe restait membre de sa tribu. Cette particularité est aujourd’hui encore un trait propre à de nombreuses populations urbaines du Yémen contemporain. Comme l’avance F. Mermier, « à l’exception de Ṣan‘â’, la plupart des villes [Ḥurayḍa, Khamr, Manâkha, ‘Amrân] n’ont jamais pu développer une idéologie locale et un champ autonome de pratiques sociales et culturelles distincts de leur environnement tribal » (Mermier, 1989 : 31).

  • 12 Concernant la chute du royaume d’Awsân mentionnée à la ligne 6 de l’inscription rés 3945, voir Schi (...)

19Nous terminerons par un exemple reflétant la prégnance du référent tribal à travers la représentation symbolique du pouvoir. Si comme nous l’avons dit, la ville est le siège d’un pouvoir administratif à l’échelle locale, ou monarchique à l’échelle régionale, celui-ci n’est jamais symbolisé par le biais de la ville dans laquelle il s’établit mais dans la référence au bayt. Ce concept, nous l’avons dit, recouvre autant la notion du lignage des résidents que du palais dans lequel ils résident. Le palais, ou château lignager, confère la légitimité du pouvoir tant à l’aristocratie qu’aux souverains. Il apparaît également comme un référent dans lequel les membres d’une fédération tribale ou d’un royaume se reconnaissent une identité commune, au même titre que dans le culte de certaines divinités. Ainsi, le nom du palais du souverain figure sur les monnaies des royaumes du Ḥaḍramawt et de Qatabân. La symbolique palatiale transparaît également dans l’inscription RÉS 3945 datée du viie s. av. J.‑C. où, pour signifier sa victoire sur le royaume d’Awsân et la ruine de ce dernier, le souverain Karib’îl Watâr fait mention du démantèlement du palais et du temple d’Awsân12.

La ville comme espace perçu (iie s. av. – vie s. ap. J.‑C.)

20Si jusqu’au iie s. av. J.‑C., la ville ne se révèle pas être un espace perçu et ne se caractérise pas par une culture urbaine spécifique, la fin du ier millénaire av. J.‑C., en revanche, est marquée par une évolution sensible de la définition des identités des populations urbaines. Bien que s’effectuant à des rythmes différents selon les régions, cette évolution peut être constatée dans l’ensemble de l’Arabie du Sud.

Le Jawf

21Dans le Jawf, cette évolution s’observe sur les sites de Haram, Kamna, as‑Sawdâ’ et al‑Bayḍâ’.

  • 13 Ceci apparaît notamment dans l’inscription Haram 8, datée du iie s. av. J.‑C.
  • 14 Concernant l’hypothèse d’un processus à Kamna similaire à celui observé à Haram, voir Schiettecatte (...)

22Jusqu’au iie s. av. J.‑C., le nom de Haram désigne une union de clans ainsi que le territoire que cette union occupe et le centre fonctionnel nécessaire à son développement ; cet ensemble pourrait se définir comme une « cité-tribu ». À partir du iie s. av. J.‑C., l’implantation de nouvelles populations, dénuées des anciennes références territoriales, est accompagnée d’une redéfinition du territoire en séparant ses composantes : l’espace perçu n’est plus le territoire de la tribu envisagé comme un tout mais le centre urbain d’une part, qui est désormais mentionné comme « la ville de Haram » et le territoire qui l’entoure d’autre part, désigné comme « terroir de la ville de Haram ». Enfin, la ville est parfois perçue comme une entité autonome par rapport à laquelle on définit son appartenance13. À Kamna, le même processus d’évolution du référent identitaire semble s’opérer bien que nous n’en ayons pas de preuve directe. Tout comme à Haram, Kaminahû – nom antique de Kamna – désigne jusqu’au iie s. av. J.‑C la fédération des clans autant que le territoire occupé. Rien ne désigne à proprement parler la ville. À partir du iie s. av. J.‑C., une évolution similaire à celle de Haram peut être observée avec la pénétration des mêmes populations allogènes (Robin, 1996, col. 1130), qui ne se définissent probablement plus par essence mais par réappropriation territoriale14.

  • 15 Concernant as-Sawdâ’, voir les inscriptions YM 11735 ; Ja 700+814 ; YM 11125 ; à propos d’al-Bay∂â’ (...)

23À as‑Sawdâ’ et al‑Bayḍâ’, l’évolution des référents identitaires s’opère après la chute du royaume de Ma‘în (ier s. av. J.‑C.), alors que les sites intègrent la sphère sabéenne. Les habitants ne se définissent plus par rapport à un clan, mais par rapport à la ville dont ils sont originaires : Nashshân, nom antique d’as‑Sawdâ’, ou Nashq, nom antique d’al-Bayḍâ’15. Ces villes sont alors perçues comme des espaces autonomes.

24Les villes du Jawf sont spécifiquement désignées comme telles par des populations allogènes qui se réapproprient ces espaces (les tribus Amîr et ‘Athtar à Haram et Kamna au iie s. av. J.‑C. par exemple) ou lorsque les sites sont intégrés dans des sphères politiques plus larges : Kamna et Haram sous l’autorité des tribus de Amîr et ‘Athtar, al‑Bayḍâ’ et as‑Sawdâ’ sous celle du royaume de Saba’. Les habitants de ces centres urbains du Jawf ne définissent leur identité par rapport aux villes qu’à partir du moment où ils ne sont plus ancrés historiquement dans le territoire intégrant cette même ville. Loin de signifier pour autant l’abandon d’une structure sociale lignagère ou tribale, ce phénomène ne témoigne que d’une modification de la perception de la ville dans laquelle les populations résident.

Le Ḥaḍramawt

  • 16 À propos de Shabwa, ceci apparaît dans les inscriptions KR 1, KR 3, S/77/Mahdi/4, Shabwa 4 ; concer (...)
  • 17 Voir l’inscription RÉS 2693.
  • 18 Voir les inscriptions Ja 892+892a ; Chantier V/1975/1.

25Dans la région du Ḥaḍramawt, la transformation du référent identitaire des populations urbaines s’observe dans les trois villes de Shabwa, Tarîm et Shibâm. Au cours du ier millénaire av. J.‑C., les habitants se définissent par un lien de parenté (introduit par bn-), plus rarement par la mention d’un lignage ou d’un clan (introduit par dh-). À partir du ier s. ap. J.‑C. en revanche, les habitants commencent à décliner leur identité par rapport à leur ville d’appartenance16. Cette évolution se retrouve également dans la mention des « dieux et déesses de la ville de Shabwa » vers le iie s.17 ou de « Sayîn dhû‑Alîm dans Shabwat »18.

Le royaume de Saba’

  • 19 Toutes ces formulations apparaissent dans les inscriptions Shibâm-Kawkabân Ga 1, Ja 777, Fa 64, ZI  (...)
  • 20 Fa 3, YMN 19, Gl 1655, Ja 717+805 et CIH 397.
  • 21 Inscriptions Robin‑∑irwâÌ 7, RÉS 4964, Gl 1638, Fa 9, Fa 28 et Gl 1655.

26Dans le royaume de Saba’, le phénomène s’observe aussi bien dans les Basses-Terres (Ma’rib, Ṣirwâḥ) du pourtour du désert intérieur que sur les Hautes-Terres. Ainsi, à Ma’rib, les habitants ne se définissent jamais par rapport à leur ville avant le tournant de l’ère chrétienne, à l’exception des inscriptions sabéennes trouvées en Éthiopie, sur les sites de Yéha et Melazo aux viie-vie s. av. J.‑C. (cf. supra). Nous les avons expliquées par l’éloignement de la région d’origine qui implique l’emploi de référents parlants pour les interlocuteurs au sein desquels ces Sabéens sont intégrés. Au tournant de l’ère chrétienne en revanche, la référence à la localité complète fréquemment celle faite au lignage ou au clan. À cette époque apparaissent les formules « habitants de Maryab/Marib » et « dieux de la ville de Maryab »19. À Ṣirwâḥ, le changement apparaît à partir du iie s. av. J.‑C. Les populations se définissent alors par deux éléments : leur clan ou lignage d’une part ; l’appartenance à la ville de Ṣirwâḥ d’autre part20, parfois mentionnée par la nisba « Ṣirwâḥite ». De même qu’à Shabwa et Ma’rib, la divinité locale Almaqah maître des bouquetins est associée au toponyme de Ṣirwâḥ 21.

  • 22 Pour ∑an‘â’ : CIAS 39.11/o6 n°5 et Marib-San‘aw 1 ; Qu†ra : Ja 730 ; ÎuÒn Dhahânî : jabal ad‑Dawmar (...)

27Sur les Hautes-Terres, les formules utilisant l’expression « habitant de la ville de X » sont particulièrement fréquentes à partir du début de l’ère chrétienne. On la retrouve employée à propos de Ṣan‘â’, Quṭra, Ḥuṣn Dhahânî, Ḥadda, ‘Amrân, Shu‘ûb, ‘Almân. Mentionnons également l’emploi de la formule « dans leur ville de Ḍula‘ »22.

Ḥimyar

  • 23 Inscription Ja 358.
  • 24 Inscriptions Ry 497 ; Ja 2898 ; RÉS 4329.

28La mention d’une identité citadine apparaît au ier s. ap. J.‑C. sur les sites de Ẓafâr et d’as-Sawâ avec l’emploi de deux types de formules : tantôt la nisba (Ẓafârite par exemple)23, tantôt la formule « habitant de la ville de X » lorsqu’il s’agit de populations étrangères établies dans cette ville. C’est par exemple le cas des communautés de Haribat et Maryamat établies à Ẓafâr et as‑Sawâ24.

29En somme, si les populations urbaines se définissent toujours par une appartenance tribale et si la ville apparaît toujours au début de l’ère chrétienne comme le centre administratif, politique de la tribu, l’identité de ses habitants évolue dans l’ensemble de l’Arabie méridionale. Ceci nous amène à reconsidérer, dans un champ plus large, la nature de la société sudarabique dans son rapport au territoire.

De la thèse d’une nuance géographique à celle d’une évolution chronologique

30Jusqu’ici, une dichotomie avait été faite entre un système social des Basses-Terres s’opposant à celui des Hautes-Terres. Dans le premier, l’identité se déclinait dans le registre de la parenté, dans le second, par le rapport au territoire. L’évolution illustrée par les exemples précédents nous amène à reconsidérer la question.

La thèse d’une dichotomie spatiale du système tribal sudarabique

31En 1982, l’étude de nuances régionales avait permis à Ch. Robin de distinguer deux grands ensembles aux structures sociales différenciées : les Hautes-Terres et les Basses-Terres (Robin, 1982 a). Mesurant les lacunes documentaires, il avait intitulé sa contribution « Esquisse d’une histoire de l’organisation tribale en Arabie du Sud antique ». Cette étude introduit la perspective spatiale et diachronique dans la problématique de l’organisation des sociétés sudarabiques. Mais seule la structure sociale de la tribu de Ma‘în, dans le Jawf, sert d’exemple-type pour l’ensemble des Basses-Terres. Or la région du Jawf présente des spécificités au ier millénaire av. J.‑C. qui ne s’appliquent pas de la même façon aux différents royaumes. Quoi qu’il en soit, la prise en compte de ces nuances régionales ne bouleverse pas fondamentalement les conclusions auxquelles aboutissait Ch. Robin. Si les tribus se définissent exclusivement par la propriété du sol sur les Hautes-Terres du début de l’ère chrétienne, à une période antérieure en revanche, « dans les Basses-Terres, les liens du sang jouent un rôle important puisqu’ils sont probablement le fondement des ’hl (clans et sous-clans) minéens et qu’il n’est pas exclu que la tribu elle-même soit basée tout autant sur la parenté que sur la possession d’un territoire » (Robin, 1982 a : 22).

32L’accent est porté sur une différence qui oppose Hautes-Terres et Basses-Terres à des périodes différentes : ier millénaire av. J.‑C. pour Ma‘în en tant que représentation des Basses-Terres et début de l’ère chrétienne pour les Hautes-Terres. Ceci nous amène à un double questionnement : d’une part, si l’identité dans les Basses-Terres se décline dans le registre de la parenté, n’a-t-elle pas pour autant un ancrage territorial fort au ier millénaire av. J.‑C. ? D’autre part, la nuance est-elle uniquement géographique ?

Quel ancrage territorial pour les tribus des Basses-Terres ?

  • 25 Voir par exemple les inscriptions d’al‑‘Uqla : Philby 42, Philby 81, Philby 50, ou de Bâ-Qutfâ : Bâ (...)

33L’emploi du terme bayt dans le royaume de Qatabân , dans le sens précis de lignage (Schiettecatte, 2006 : 78), autant que l’évocation des liens de filiation dans le royaume du Ḥaḍramawt25, sont révélateurs de la considération accordée au lien du sang. Néanmoins, si ces tribus des Basses-Terres semblent se définir d’avantage par la parenté que par le sol, il n’est pas possible d’établir une opposition tranchée dans le degré de territorialisation de l’une ou de l’autre des structures sociales des Hautes et Basses-Terres. Si les modes de représentation changent, si les référents identitaires évoluent, l’ancrage territorial caractérise les tribus des Hautes-Terres autant que celles des Basses-Terres.

  • 26 Schiettecatte, 2006 : 76. Cette restitution se fonde principalement sur le texte dit Liste des Hiér (...)

34L’opposition des deux structures sociales des Hautes-Terres et des Basses-Terres, établies sur les bases de référents identitaires différents, ne peut être entendue comme une opposition des modes d’appropriation du territoire telle que semble l’entendre Ch. Robin (Robin, 1982 a : 24). Pour ce dernier, les tribus des Basses-Terres se caractériseraient par une population nombreuse, un territoire de dimensions modestes et une forte organisation étatique. Sur le premier point, l’estimation d’une population nombreuse se fondait sur une subdivision de la pyramide sociale de la tribu de Ma‘în en 7 à 8 échelons là où nous n’en voyons que 5 à 626 et sur la restitution d’un nombre de clans, sous-clans et lignages fondée sur des chiffres obtenus dans l’étude du clan le plus important de la tribu de Ma‘în. Rien ne prouve que tous les clans de Ma‘în présentaient une telle arborescence. Là où plusieurs centaines de milliers de personnes sont restituées (Robin, 1982 a : 19), nous n’en verrions volontiers que quelques milliers. Sur le second point, parler de territoire modeste n’est valable que pour les tribus du Jawf ; il semble en aller différemment dans les sphères sabéenne et qatabânite. Enfin, l’idée d’une « forte organisation étatique » qui caractériserait ces tribus s’oppose par définition même à celle d’une structure jusque-là dépeinte comme étant fondée sur la parenté et la segmentation. Par ailleurs, sur les Hautes-Terres, Ch. Robin évoque de petites communautés agricoles exploitant des fonds de wâdîs. Or, il convient de faire la distinction entre différents ensembles géographiques : les régions encaissées d’une part, où sont implantées les communautés de Ghaymân, an‑Nakhlat al‑Ḥamrâ’ ou Na‘ḍ par exemple, des régions de plateaux ouverts d’autre part, telles que le Qâ‘ Jahrân au nord de Dhamâr ou le Qâ‘ al‑Bawn au nord de Ṣan‘â’.

35Différents éléments viennent appuyer l’hypothèse d’un ancrage territorial important de la tribu (sha‘b) dans les Basses-Terres. Cette hypothèse se fonde sur l’assimilation fréquente du nom de la tribu avec celui de la bourgade (hagar) et parfois du territoire au centre duquel elle se trouve. Les noms de sites désignant en même temps des tribus et parfois leur territoire sont par exemple ‘Adan et la tribu dhû-‘Adan (CIH 550), Ṣirwâḥ-Khawlân, Najrân, Inabba’, Kamna, Haram, as-Sawdâ’, Barâqish, Bi’r ‘Alî, Ḥinû az-Zurayr, Hajar Warrâṣ. Sur les Hautes-Terres, le hagar se rapporte plus spécifiquement, comme l’a montré Ch. Robin sur la base de l’étude de Gl 1142, à la bourgade et à son territoire environnant – on peut à ce titre y entendre la notion de cité. Le lien entre les communautés sédentaires (sha‘b) et leur cité (hagar) est établi d’après la formule que l’on retrouve à plusieurs occasions : « la tribu de la cité X » (Robin, 1982 b : 71). Ces tribus apparaissent alors comme la « communauté des habitants d’une cité » (Robin, 1995 : 152), ou de manière elliptique par « la tribu de (la cité) X » (Robin, 1982 b : 71-72).

  • 27 Ce sont par exemple les inscriptions du Jawf Gl 1521+1520 (Jidfir Ibn Munaykhir, vers le viie s. av (...)

36En dehors de cette représentation du territoire par les textes, la nature « hydraulique » de la société sudarabique nous amène à une seconde analyse, plus déterministe, permettant de la définir comme profondément territorialisée. Ces tribus qui, dans un premier temps, se sont toutes définies par le lignage, se sédentarisent dans un milieu exigeant la mise en place d’une agriculture irriguée. L’investissement en moyens et en temps est important. Nombre d’inscriptions mentionnent le bornage du terroir autant que du territoire à une échelle plus large27. L’expression de cette territorialité résulte d’un investissement individuel ou communautaire – concrètement l’aménagement du périmètre irrigué.

  • 28 Sur le faible contrôle des provinces par le satrape perse et le renouveau d’une aristocratie tribal (...)

37La permanence du lien de parenté et de l’attache territoriale caractérise cette période (viiie-iie s. av. J.‑C.), ces deux liens ne peuvent être définis en opposition l’un à l’autre, ni même perçus de manière trop déterministe comme un enchaînement naturel, tel que le postulait l’anthropologie du xixe s. Le renouveau d’une aristocratie tribale et de la segmentation sociale au cours de l’occupation perse sassanide en Arabie du Sud (2e moitié du vie s. ap. J.‑C.) va à l’encontre des thèses évolutionnistes, imposant la prise en compte de la réversibilité du phénomène28. La structure sociale sudarabique se place dans une phase d’affirmation de la territorialité, à des degrés variés selon les régions, mais également et surtout selon les époques. Le moteur de cette transition ne saurait être compris sans l’étude de la mise en place des systèmes agricoles.

Postulat d’une évolution chronologique

38En résumé, nous pouvons poser comme point de départ de l’analyse les éléments suivants :

39- entre le viiie et le iie s. av. J.‑C., la ville est le centre fonctionnel de la tribu et l’outil qui sert à régir son administration à échelle locale ; les données disponibles fournissent principalement un aperçu de la situation des Basses-Terres et du Ḥaḍramawt ;

40- une évolution sensible du référent identitaire se manifeste au sein des populations urbaines dans toutes les régions d’Arabie du Sud entre le ier s. av. J.‑C. et le iiie s. ap. J.‑C. ; à partir de cette époque, la ville n’est plus seulement un espace fonctionnel mais devient un espace ayant sa propre identité, un espace perçu ;

  • 29 Durant les premières décennies qui suivent l’annexion de Saba’par Îimyar (275-315 de l’ère chrétien (...)
  • 30 Aux iiie-ive s., le nom de ∑irwâÌ désigne autant une tribu fédérée avec celles de Khawlân Khâ∂il et (...)
  • 31  Robin, 1982 a : 27-28 : « Nous constatons ainsi que les confédérations Bakîl et Sum‘ay sont devenu (...)

41Nous en arrivons à conclure que l’Arabie du Sud se caractérise progressivement par une société tribale territorialisée, dont le référent identitaire territorial remplace celui de la parenté à des degrés variés dans le temps, plus que dans l’espace. Si au ier millénaire av. J.‑C. les populations se définissent par le lien du sang, elles n’en sont pas moins historiquement ancrées dans un territoire, au sein d’un terroir construit, aménagé et administré depuis un centre fonctionnel qui prend souvent la forme d’une ville. Au tournant de l’ère chrétienne, l’attache territoriale et le lien au sol se manifestent beaucoup plus fortement au sein des tribus des Hautes-Terres, tel que l’avait clairement montré Ch. Robin, mais aussi et plus globalement dans l’ensemble de l’Arabie du Sud où, à titre d’exemple, la ville devient un espace perçu, au détriment des anciennes références lignagères. Des exemples ont été cités dans le Jawf, dans les Basses-Terres sabéennes et dans la région du Ḥaḍramawt. Dans les Basses-Terres, les anciennes dénominations tribales subsistent dans des recompositions nouvelles à côté du nom de la ville. L’apparition de la tribu de Saba’ Kaḥlân à Ma’rib29 ou de la tribu de Ṣirwaḥ, Khawlân Khâḍil et Haynân à Ṣirwâḥ30 en sont des exemples. Sur les Hautes-Terres, un phénomène semblable peut être constaté31 et le nom de la tribu est défini par celui de la ville même (« tribu de la cité/ville de X »).

Conclusion : la population urbaine, entre ‘aṣabiyya et ḥaḍarî

42Observant la nature de la population urbaine sudarabique, on constate l’apparition progressive d’une citadinité qui s’affirme vers le tournant de l’ère chrétienne. Loin de s’insérer dans le modèle de la dichotomie khaldûnienne, opposant la ‘aṣabiyya (esprit de clan, tribalisme) au ḥaḍarî (citadin, homme civilisé), la population urbaine sudarabique illustre la transition de l’un vers l’autre sans que le second n’évince le premier. Au ier millénaire av. J.‑C., le Sudarabe, qu’il vive en milieu urbain ou rural, se caractérise uniquement par cette ‘aṣabiyya ; au tournant de l’ère chrétienne, si le citadin peut être perçu comme ḥaḍarî, ne serait-ce que par l’expression de sa citadinité, il conserve la ‘aṣabiyya par la structure sociale dans laquelle il évolue. Pour emprunter l’expression de F. & J. Métral, nous parlerons de « ‘aṣabiyya contrôlée, tempérée » (Métral & Métral, 1986 : 457).

43C’est alors que tout en se désignant par une appartenance clanique ou lignagère, les individus se définissent progressivement comme habitants d’un espace urbain, que ce soit dans le Jawf, le royaume de Saba’, le Ḥaḍramawt ou les Hautes-Terres.

44Cette évolution s’explique dans un cadre plus général de transformation de la structure sociale dont l’origine reste obscure. En effet, au tournant de l’ère chrétienne, les fédérations tribales (sha‘b) se reconfigurent dans des ensembles distincts des structures antérieures, ne se reconnaissant plus autour d’un culte commun mais autour d’un individu, le qayl, aristocrate à la tête d’une fédération de tribus. Ces qayl-s forment une aristocratie n’ayant pas toujours les mêmes origines que les tribus et lignages qu’ils gouvernent. C’est par le maintien d’un système social de redistribution des richesses et d’une économie agricole qu’ils parviennent à asseoir leur pouvoir. À partir du ier s. ap. J.‑C., notamment sur les Hautes-Terres, de grands programmes de constructions hydrauliques sont financés et coordonnés par les qayl-s et le souverain ḥimyarite. Le système politique est de plus en plus centralisé autour du souverain sabéen et himyarite à qui les qayl-s font allégeance. Les rapports de dominance sont progressivement désancrés des liens de parenté.

  • 32 Périple de la mer Érythrée § 32.
  • 33 Ibid., § 22-23.

45Sur le plan économique, une centralisation de l’activité et de son contrôle s’observe au profit du souverain et au détriment des tribus. À l’instar de M. Henochsberg (2001), on observe une conjonction entre l’évolution du pouvoir central et l’apparition des rares structures commerciales. En l’espace de quelques siècles, cette lente évolution se manifeste dans les différents royaumes sudarabiques, tendant à modifier les pratiques commerciales. Cette tutelle du pouvoir sur le commerce se manifeste d’abord dans le royaume de Qatabân, tandis qu’apparaît un pouvoir fort et centralisé à partir des ive-iiie s. av. J.‑C. À cette époque, Tamna‘, capitale qatabânite, est fortifiée par le souverain, conjointement à plusieurs villes de province, la passe de Mablaqa est aménagée afin de faciliter et de contrôler le passage des caravanes, Ḥinû az-Zurayr, relais commercial, se développe. À Tamna‘ enfin, une place de marché est circonscrite, ses accès sont limités et elle est régie par un code mercantile mis en application par un agent du roi. Trois siècles plus tard, le développement de grands ports de commerce s’accompagne d’un contrôle sévère du pouvoir royal. Les entrepôts de Bi’r ‘Alî ne sont pas l’apanage de négociants mais ils sont placés sous le contrôle royal comme l’atteste le Périple de la mer Érythrée (§ 27) au ier s. et Ir 13, au début du iiie s. en faisant mention des entrepôts du roi du Ḥaḍramawt. À Khawr Rûrî, des agents royaux contrôlent le commerce de l’encens32. Al‑Makhâ est placée sous l’autorité directe du gouverneur d’as‑Sawâ et indirecte du souverain ḥimyarite33. Enfin, à Ma’rib apparaissent les premiers éléments d’une réglementation des échanges par le souverain une dizaine d’années après l’annexion du royaume de Saba’ par Ḥimyar, à la fin du iiie s. (RÉS 3910).

46Enfin une évolution du domaine religieux est également notoire au tournant de l’ère chrétienne à mesure que les tribus se trouvent fédérées dans des entités politiques de plus en plus vastes, que le nombre de royaumes et, par conséquent, la diversité des panthéons diminue, que les entités politiques ne se fondent plus sur des cultes communs mais sur un système d’allégeance au souverain. Aux iiie et ive s., seuls quelques temples exercent une attraction (Ma’rib, Shabwa, al‑Mi‘sâl), laissant progressivement la place à un hénothéisme centré sur le culte d’Almaqah. Le développement du monothéisme, probablement sous l’impulsion du pouvoir central, à partir du ive s. contribue à estomper les derniers éléments définissant l’identité des anciennes formations tribales.

47Durant les premiers siècles de l’ère chrétienne, le pouvoir royal exerce un contrôle croissant sur les tribus avec des relations de dominance qui quittent le domaine de la parenté au profit d’une aristocratie centrée sur le souverain ; il exerce également son contrôle sur l’économie et sur le fait religieux avec la mise en place d’un hénothéisme puis du monothéisme. Dans un tel système, où les panthéons tribaux ne définissent plus la tribu, où l’allégeance se fait à un qayl qui n’est pas toujours issu de la tribu et dont la légitimité repose sur un système de redistribution, où les territoires des fédérations tribales sont des constructions nouvelles, on comprend plus aisément l’abandon de l’élément fédérateur tribal, au profit d’un référent territorial urbain. Une communauté qui ne fonde plus son identité sur des liens familiaux et tribaux, qui perdent leur signification, n’éprouverait-elle pas le besoin de s’affirmer par une identité territoriale ? Par une citadinité dans le cas des populations urbaines ?

Haut de page

Bibliographie

‘Abdallah Yûsuf M., 1985, « Tasmiyat al‑Yaman bi « l-Yaman » », Awrâq fî ta’rikh al‑Yaman : buhûth wa maqâlât II, San‘â’, ministère des Sciences et de la Culture.

Al-Rashid M., 1987, « The process of chiefdom formation as a function of nomadic/sedentary interaction », Cambridge Anthropology 3 : 32-40.

Arbach Mounir, à paraître, « Les visiteurs de Shabwa (viie s. av. J.‑C.-iiie s. ap. J.‑C.) », in Jean‑François Breton (dir.), Fouilles de Shabwa IV. L’environnement culturel et historique.

Bâfaqih Muammad A., 1990, L’unification du Yémen antique, la lutte entre Saba’, Îimyar et le Ḥaḍramaout, du ie au iiie siècle de l’ère chrétienne, Paris, P. Geuthner, Bibliothèque de Raydân, 1.

Balandier Georges, 1999, Anthropologie politique, Quadrige, Paris, Presses Universitaires de France.

Breton Jean-François, 2000, « Shabwa (Yémen) : traditions sémitiques, influences extérieures (iiie s. av. - iiie s. ap. J.‑C.) », Comptes Rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres 2000 : 849-882.

Di Meo Guy, 1999, « Géographies tranquilles du quotidien. Une analyse de la contribution des sciences sociales et de la géographie à l’étude des pratiques sociales », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 43, n° 118, avril 1999 : 75-93.

Drewes Abraham J., 1959, « Les inscriptions de Melazo », Annales d'Éthiopie III : 89‑92.

Gros Pierre, 2000, « La construction d’un espace méditerranéen et les premières mégapoles (VIIIe s. av. J.‑C.- VIe s. de notre ère) », in Claude Nicolet, Robert Ilbert et Jean‑Charles Depaule (dir.), Mégapoles méditerranéennes, géographie urbaine retrospective, Collection de l’École Française de Rome 261, Paris, Maisonneuve et Larose : 65-89.

Henochsberg Michel, 2001, La place du marché, Paris, éd. Denoël.

Korotayev Andrey V., 1996, Pre-Islamic Yemen. Socio-political Organization of the Sabaean Cultural Area in the 2nd and 3rd Centuries AD, Wiesbaden, Harrassowitz .

McLachlan Keith Stanley, 1988, « Kuwait City. A study of discrete social zones in an oil economy », in Centre d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe (éd.), Éléments sur les centres-villes dans le monde arabe : actes du symposium international tenu à Tours les 7 et 8 déc. 1987 sous l’égide de l’Urbama, Tours, Urbama, p. 17-35.

Mermier Franck, 1989, « De l’usage d’un concept : la citadinité à ∑an‘â’ », Peuples Méditerranéens 46. Yémen-Sanaa : 31-48.

Métral Françoise et Métral Jean, 1986, « Du village à la ville : urbanisation et citadinités en Syrie centrale. Une étude de cas, Meharde », in Pierre Signoles (éd.), Petites villes et villes moyennes dans le Monde arabe, tome 2, Tours, URBAMA : 451-470.

Montagne Robert, 1932, « Notes sur la vie sociale et politique de l’Arabie du Nord », Revue des Études Islamiques 6 : 61‑79.

Müller Walter W., 1974, « Die angeblichen „Toechter Gottes“ im Licht einer neuen qatabânischen Inschrift », in Degen R., Müller W. W. & Röllig W. (éds), Neue Ephemeris für semitische Epigraphik, Band 2, Wiesbaden, Harrassowitz : 145-148.

Robin Christian J., 1982 a, « Esquisse d’une histoire de l’organisation tribale en Arabie du Sud antique », in Paul Bonnenfant (dir.), La Péninsule Arabique aujourd’hui. T. II. Étude par pays, Paris, Centre d’étude et de recherche sur l’Orient arabe contemporain : 17-30.

— 1982 b, Les Hautes-Terres du Nord-Yémen avant l’Islam, t. I. Recherches sur la géographie tribale et religieuse de Khawlân Quḍâ‘a et du pays de Hamdân, Leyde, Nederlands Historisch-Archaeologisch Instituut te Istanbul.

— 1995, « Des villes dans le Jawf du Yémen », Semitica 43-44 : 141-161.

— 1996, « Sheba. II. Dans les inscriptions d’Arabie du Sud », in Briend J. & Cothenet E. (dir.), Supplément au Dictionnaire de la Bible, fasc. 70, Paris, Letouzey & Ané, col. 1043-1254.

Ryckmans Jacques, 1951, L’institution monarchique en Arabie méridionale avant l’Islam (Ma‘în et Saba’), Bibliothèque du Muséon 28, Louvain, Publications universitaires de Louvain.

Schiettecatte Jérémie, 2006, Villes et urbanisation de l’Arabie du Sud à l’époque préislamique. Formation, fonctions et territorialités urbaines dans la dynamique de peuplement régionale, thèse de doctorat de l’université Paris 1 (non publiée).

Weber Max, 1982, La Ville. Paris, Aubier. [Trad. par P. Fritsch de Weber (M.), 1947, Die Stadt (Extrait de Wirtschaft und Gesellschaft, 3e édition)].

Wissmann Hermann von & Höfner Maria, 1953, Beiträge zur historischen Geographie des vorislamischen Südarabien, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Zwettler Michael J., 1996, « The "era of NBT" and "YMNT": two proposals », Arabian Archaeology and Epigraphy 7.1 : 95-107.

Haut de page

Notes

1 Nous entendons par Arabie du Sud l’ensemble géographique formé par le Yémen, le ‘Asîr saoudien et le Åufâr omanais.

2 Ce terme apparaît dans la titulature des souverains Ìimyarites dans la formule « roi de Saba’, dhû-Raydân, Îa∂ramawt et Yamanat ». Concernant l’acception du terme Yamanat, diverses hypothèses ont été formulées : Ryckmans, 1951 : 190, 210 ; Wissmann & Höfner, 1953 : 334 ; ‘Abdallah, 1985 : 9 ; Bafâqih, 1990 : 296‑298 ; Zwettler, 1996 : 99-102.

3 Espace vécu : « Concept exprimant la relation existentielle, forcément subjective, que l’individu socialisé, seul ou collectivement, établit avec la terre et avec ses lieux. Il s’imprègne de valeurs culturelles reflétant pour chacun l’appartenance à un groupe localisé. Sa connaissance passe par l’écoute des acteurs, par la prise en compte de leurs pratiques, de leurs représentations et de leurs imaginaires spatiaux. » (Di Meo, 1999).

4 Ces inscriptions sabéennes ont été trouvées en Éthiopie, sur les sites de Yéha et Melazo (textes RIÉth 26, RIÉth 27, RIÉth 30 et RIÉth 39) et datent des viie-vie s. av. J.‑C. (Drewes, 1959 : 89-92).

5 Inscription MAFRAY-Kharibat Sa‘ûd 8.

6 Inscription MAFRAY-ad‑Durayb 2.

7 Inscription Haram 11.

8 Inscription MAFRAY-adDurayb 3.

9 Montagne, 1932 : 76-77 : « Au début du xixe s., Hayel n’était sans doute formé que par trois petits hameaux : Lubdé, Mjîdhé et Berzân. Une petite source permet de faire en ce lieu quelques cultures, mais rien ne semblait destiner ce petit centre à devenir la capitale d’un des états de l’Arabie du Nord. ‘Obeid ibn Rashîd commença la construction du château des Sheikhs à Berzân. Peu à peu, les quartiers des esclaves, des marchands et des artisans se développèrent dans le voisinage. Cependant que grandissait le pouvoir des al‑Rashîd, les sheikhs firent construire un rempart qui enfermait à la fois le château, la grande place et les boutiques des marchands. Puis de nouveaux quartiers d’esclaves et d’étrangers s’élevèrent encore au-delà. Enfin, en 1913, (…), les sheikhs firent élever autour de toute l’agglomération un grand rempart fermé de 5 portes. (...) Hayel restait divisé en trois « étendards » : celui de Lubdé, celui de Mjîdhé et celui de Berzân. À Mjîdhé, n’habitaient presque que les hommes libres, d’origine bédouine (...). Lubdé était le quartier des artisans et des marchands d’origine sédentaire, tout le reste de la ville était habité par des esclaves, des artisans et des étrangers. »

10 Concernant Dédân, voir les inscriptions RÉS 3697, RÉS 3698, RÉS 3699, etc. ; concernant Tamna‘ : RÉS 4337 B, RÉS 3854 et Van Lessen 9 ; concernant Shabwa enfin, voir les inscriptions M 416 + 275 et S/75/131 ainsi que Arbach, sous presse.

11 Gros, 2000 : 76 : « La construction d’une ville est d’abord un geste qui s’inscrit dans la dialectique complexe de l’intérieur et de l’extérieur, de l’en deçà et de l’au-delà ; il tend à séparer symboliquement autant qu’à délimiter concrètement. La muraille ou plus précisément la limite est avant tout la limite marquant le passage entre l’ager et l’urbs, la ville et ce qui n’est pas la ville, les citoyens et ceux qui ne le sont pas encore ou ceux qui ne le sont plus. »

12 Concernant la chute du royaume d’Awsân mentionnée à la ligne 6 de l’inscription rés 3945, voir Schiettecatte, 2006 : 242.

13 Ceci apparaît notamment dans l’inscription Haram 8, datée du iie s. av. J.‑C.

14 Concernant l’hypothèse d’un processus à Kamna similaire à celui observé à Haram, voir Schiettecatte, 2006 : 106.

15 Concernant as-Sawdâ’, voir les inscriptions YM 11735 ; Ja 700+814 ; YM 11125 ; à propos d’al-Bay∂â’, voir RÉS 4188/7 et Ja 727.

16 À propos de Shabwa, ceci apparaît dans les inscriptions KR 1, KR 3, S/77/Mahdi/4, Shabwa 4 ; concernant Tarîm, dans l’inscription Ja 2878 et à propos de Shibâm, dans l’inscription RF‑Alîm 1.

17 Voir l’inscription RÉS 2693.

18 Voir les inscriptions Ja 892+892a ; Chantier V/1975/1.

19 Toutes ces formulations apparaissent dans les inscriptions Shibâm-Kawkabân Ga 1, Ja 777, Fa 64, ZI 11, Ja 812 et Ja 643 bis.

20 Fa 3, YMN 19, Gl 1655, Ja 717+805 et CIH 397.

21 Inscriptions Robin‑∑irwâÌ 7, RÉS 4964, Gl 1638, Fa 9, Fa 28 et Gl 1655.

22 Pour ∑an‘â’ : CIAS 39.11/o6 n°5 et Marib-San‘aw 1 ; Qu†ra : Ja 730 ; ÎuÒn Dhahânî : jabal ad‑Dawmar 1 ; Îadda : Îalabî-Îadda ; ‘Amrân : CIH 102 ; Shu‘ûb : DJE 13 ; ‘Almân : Ja 2115 ; ∆ula‘ : Ry 520.

23 Inscription Ja 358.

24 Inscriptions Ry 497 ; Ja 2898 ; RÉS 4329.

25 Voir par exemple les inscriptions d’al‑‘Uqla : Philby 42, Philby 81, Philby 50, ou de Bâ-Qutfâ : Bâ-Qutfâ 54, Bâ-Qutfâ 86+52.

26 Schiettecatte, 2006 : 76. Cette restitution se fonde principalement sur le texte dit Liste des Hiérodules (Ma‘în 93 à Ma‘în 98) qui fait apparaître la structure suivante : individu → Lignage/parenté (X bn Y) → Sous-clan (’hl) → Clan (’hl) → Tribu (s2‘b).

27 Ce sont par exemple les inscriptions du Jawf Gl 1521+1520 (Jidfir Ibn Munaykhir, vers le viie s. av. J.‑C.) ; M 29/4 (Ma‘în, vers le ive s. av. J.‑C.) ; Haram 42 (vers le iiie s. av. J.‑C.) ; l’inscription qatabânite Ja 2360 (jabal KhalbaÒ, vers le ve-iiie s. av. J.‑C.) ; les inscriptions sabéennes CIH 554+553 (vers vie s. av. J.‑C.) ; Ry 366 (vers iie s. av. J.‑C.).

28 Sur le faible contrôle des provinces par le satrape perse et le renouveau d’une aristocratie tribale : Gajda, 1997 : 179-181.

29 Durant les premières décennies qui suivent l’annexion de Saba’par Îimyar (275-315 de l’ère chrétienne), la tribu de Saba’ KaÌlân apparaît dans les textes. Elle semble alors désigner les habitants de la ville de Ma’rib. À la mention de cette tribu est parfois annexé le qualificatif « propriétaires (ou citoyens) de la ville de Marib » (S1b’ ’b‘lhgrn Mrb). Cette tribu est mentionnée à la fin du iiie s. dans les inscriptions RÉS 3910, Ja 851, Ja 653 et Ja 656, au début du ive s. dans Ja 668, Ja 735+754 et au début du vie s. enfin dans Fa 74.

30 Aux iiie-ive s., le nom de ∑irwâÌ désigne autant une tribu fédérée avec celles de Khawlân Khâ∂il et Haynân que la ville de ∑irwâÌ. Les premières mentions de cette fédération tribale apparaissent au iiie s. ap. J.‑C. dans les inscriptions Fa 3, Ir 23 et Ja 649. Une nouvelle mention est faite de cet ensemble au ive s. dans l’inscription Ir 28. Par ailleurs, il est difficile de préciser le sens de la nisba ∑irwâÌite durant cette période. Elle semble désigner les habitants de la ville, à en croire l’inscription Fa 3 où l’on trouve la formule « les ∑irwâÌites, habitants de la ville de ∑irwâÌ » ; elle est peut-être également utilisée comme référent identitaire par les membres de la fédération tribale de ∑irwâÌ, Khawlân Khâ∂il et Haynân.

31  Robin, 1982 a : 27-28 : « Nous constatons ainsi que les confédérations Bakîl et Sum‘ay sont devenues purement formelles. Non seulement elles n’ont aucun organe central et n’interviennent jamais comme telles, mais surtout on observe de nombreuses alliances entre les qayl-s des fédérations qui les composaient et les qayl-s d’autres fédérations, alliances qui ne tiennent aucun compte des structures de l’époque précédente ».

32 Périple de la mer Érythrée § 32.

33 Ibid., § 22-23.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérémie Schiettecatte, « La population des villes sudarabiques préislamiques : entre ‘aṣabiyya et ḥaḍarî », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 07 mars 2012, consulté le 29 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/4743

Haut de page

Auteur

Jérémie Schiettecatte

Archéologue, ehess, Centre de recherche sur la Préhistoire et la Protohistoire de la Méditerranée (CRPPM - UMR 5608).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page