Navigation – Plan du site
II. Autocratie et technocratie : héritages, légitimités

Diplômes industriels et service de l'Etat. Les fantassins de la modernisation de l'Égypte

Remarques sur l'histoire de l'Association des diplômés d'écoles industrielles (1943-1974)
Elisabeth Longuenesse
p. 175-197

Résumés

Le « syndicat des professions techniques appliqués », créé en 1974, a pris la succession de l'« association des diplômés d'écoles industrielles », elle-même née en 1943 dans une période de bouillonnement social et politique. L'histoire de cette association est partiellement connue à travers la chronique qu'en propose la revue du syndicat dans les premières années de sa parution. Cette chronique vise principalement à glorifier la participation de l'association aux grandes luttes des années quarante et du début des années cinquante qui ont débouché sur la révolution de juillet. Ce faisant, la présentation des revendications de l'association est révélatrice de la position sociale qu'ils revendiquent, plus proche des fonctionnaires que des ouvriers et du monde industriel. L'étude vise ainsi à apporter un éclairage à la compréhension de certains des enjeux qui ont présidé à la création du syndicat, puis de son évolution ultérieure.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1Les chercheurs qui se sont penchés sur les modalités de l'introduction des sciences et techniques occidentales dans les pays arabes et sur l'émergence de nouvelles catégories professionnelles « vecteurs de modernité » (Sraïeb, 1995) ont généralement privilégié les catégories les plus prestigieuses d'ingénieurs, médecins, ou professeurs. S'ils évoquent parfois en passant les premières écoles techniques élémentaires, ils oublient très vite ces diplômés plus modestes, titulaires de brevets techniques, obscurs et bien peu gradés, qui n'en ont pas moins joué un rôle essentiel dans les mutations sociales et économiques du XXe siècle. Un tel « oubli » s'explique sans doute par une invisibilité sociale, persistante jusqu'à nos jours, qui n'est pas étrangère au surinvestissement dans les études longues et à la pénurie récurrente de techniciens, en regard des sureffectifs d'ingénieurs, souvent contraints à occuper des postes sous qualifiés.

2Dans les années 1950 et 1960, en Égypte, un effort considérable est pourtant fait pour former cette main d'œuvre de niveau intermédiaire, « avant-garde technique du peuple travailleur », qui réunit « la science et l'expérience » (Longuenesse, 2001 : 129), indispensable à la réalisation des grands projets de l'époque nassérienne. La création, en 1974, d'un « syndicat des professions techniques appliquées », accordant le statut de « profession » aux diplômés d'écoles techniques industrielles, serait enfin venu consacrer la reconnaissance de ce rôle stratégique qu'ils revendiquent, à l'interface entre science et production, aux côtés et à l'égal des professions plus prestigieuses et plus anciennes d'ingénieur, médecin ou agronome (Longuenesse, 1995). Cette consécration est indissociable d'une certaine idée de leur mission, laquelle ne peut se penser que dans leur relation à l'État. Serviteurs de l'État, c'est ainsi qu'ils se voient, c'est de l'État qu'ils tiennent leur statut, et c'est aussi à l'État qu'ils adressent leurs revendications. Du moins est-ce vrai lorsque leur groupe émerge, dans les années 1940, à travers la première association connue, mais aussi, à plus forte raison, à l'époque des grands chantiers et de la mise en place d'un secteur public industriel, et encore en 1974, lors de la création du syndicat, près de quatre ans après la mort de Nasser.

3L'histoire de cette association et de sa transformation tardive en syndicat, et plus encore, les conditions de sa restitution, à la fin des années 1970 par les dirigeants du syndicat, est très éclairante pour comprendre certains enjeux de leurs revendications. La manière dont ces diplômés sont présentés, à travers le discours de leurs porte-parole officiels, le récit par lequel ceux-ci fondent leur légitimité, sont révélateurs des aspirations et des représentations à l'origine de la création de leur syndicat. L'objectif des pages qui suivent est précisément de tenter de saisir ce qui se dévoile dans les rubriques historiques par lesquelles la revue du syndicat, pendant quelques années, a raconté l'épopée des luttes des années 1940 et 1950, comme moment fondateur, donnant sens à ce que les dirigeants du syndicat, anciens militants de cette époque, essaieront de mettre en œuvre après 1974.

  • 1  Entretien avec 'Abd al-Qâdir Ghanîma, président du syndicat des professions techniques appliquées, (...)

4L'histoire, dans la bouche du président 'Abd al-Qâdir Ghanîma, se résume d'abord en quelques phrases, qui en situent le cadre et l'enjeu. Dès 1943, nous dit-il, existait une association des diplômés des écoles secondaires industrielles, « sorte d'association d'entr'aide » (gam'iyya ta'âwuniyya). À partir de 1956, cette association revendique le droit pour les techniciens d'adhérer au syndicat des ingénieurs, en tant qu'« assistants ingénieurs » (musâ'id muhandis). Mais les ingénieurs s'y opposent obstinément. Un projet de loi pour les fanniyîn tatbîqîyîn (« techniciens d'application » ou « techniciens applicants ») est présenté à l'Assemblée du peuple. Les ingénieurs s'y opposent encore. « Finalement, c'est Anouar al-Sadate qui permettra qu'elle passe »1.

5La loi n° 67 du 25 juillet 1974 apporte en effet aux diplômés d'écoles et d'instituts techniques industriels la reconnaissance tant attendue. Quatre ans après la mort de Nasser, ils obtiennent enfin la création d'un syndicat professionnel, le « syndicat des professions techniques appliquéesۛ » (niqâbat al-mihan al-tatbîqiyya), ou syndicat des « applicants » (al-tatbîqiyyîn) (Longuenesse, 2001). Elle vient donc clore une longue bataille en accordant aux intéressés non pas un statut d'ingénieur de 2e classe, comme ils le réclamaient, mais celui d'une profession distincte, dont le syndicat n'aura de cesse d'affirmer la spécificité et l'importance stratégique dans le processus de développement économique. Alors même que tout aurait dû plaider en leur faveur – leur profil social, leur attachement affiché aux idéaux de la révolution, du développement, de la promotion des catégories populaires (dont ils se veulent les meilleurs fils) –, ils auront dû attendre la fin de l'époque nassérienne et le tournant de l’infitâh (ouverture économique) pour obtenir satisfaction. C'est aussi ce paradoxe qu'il nous faut essayer de comprendre.

  • 2  Magallatal-Tatbîqiyîn (désormais M. T.), n° 24, juillet 1983 : 23.
  • 3  M. T., n° 13, mai 1980 : 25. Notice publiée à l'occasion de la décoration d'un certain nombre d'an (...)
  • 4  Niqâbat al-Tdbîqiyîn (Syndicat des Applicants), Al-Tatbîqiyîn, 50 'Amm (Les Applicants, 50 ans), 1 (...)

6Les fondateurs du syndicat des tatbiqiyîn étaient, pour beaucoup d'entre eux, ceux-là même qui, 30 ans auparavant, avaient créé la première association de diplômés d'écoles industrielles. Abd al-Qâdir Ghanîma lui-même, lorsqu'il succède en 1983 au premier président et fondateur du syndicat, Hâfiz 'Amir, est présenté en ces termes : « Le président du syndicat, un homme de foi (amâna), un ancien syndicaliste, qui a accompagné la caravane (al-qâfild) depuis le début de la marche (al-mishwâr). Les années ont dessiné leurs marques sur la couleur de ses cheveux et le sérieux de ses traits. Tous ceux de l'ancienne génération le connaissent bien... Et la nouvelle génération doit connaître son histoire »2. Ayant obtenu son baccalauréat industriel en 19393, il fait partie des fondateurs de l'association des diplômés d'écoles industrielles en 1943, dont il est élu secrétaire générai lors de la première réunion4. Sa légitimité se fonde ainsi pour une large part sur son ancienneté, et sur son appartenance à la génération des « fondateurs ». Plus généralement, les figures du syndicat proposées régulièrement en exemple aux adhérents, sont souvent celles de diplômés des années 1930 ou 1940, qui avaient participé aux premières luttes pour l'amélioration du statut ou des salaires.

7Les bribes d'histoire mises en valeur par la revue du syndicat quelques années après sa création, entre 1979 et 1982, replacés dans le contexte de la grande histoire, nous éclaireront non seulement sur certains aspects peu connus des luttes des années 1940 et 1950, mais aussi sur le sens des luttes des années 1970. La manière dont les événements sont présentés, les actions mises en valeur, les moments privilégiés, et à l'inverse, les silences et les lacunes, sont autant d'indices de ce qui a pu se jouer à différents moments.

8Dans les notes qui suivent, nous présenterons d'abord rapidement le contexte historique, les circonstances du développement de l'enseignement industriel, ses missions, la position sociale de ces diplômés, et les mouvements sociaux auxquels ils participent. Ces éléments de contexte permettront de mettre en perspective le récit qui nous est proposé, et dont nous présenterons ensuite les grandes lignes avant d'en analyser les traits les plus frappants. Tant le contenu que la forme, les faits rapportés, les revendications et les actions, la manière de les présenter, sont à traiter comme autant d'indices d'un système d'affirmation et de valorisation de soi et des valeurs sur lesquelles il s'appuie.

Petits fonctionnaires techniciens dans le mouvement populaire

  • 5  À propos de la position des effendh dans la société, voir par exemple Beinin & Lockman, 1987 : 10 (...)

9Le contexte de l'émergence de l'enseignement industriel est celui de l'effort de modernisation de l'Egypte au XIXe siècle, dont l'État est le promoteur. Les jeunes diplômés issus de ces filières sont, comme ceux de toutes les écoles modernes, en majorité employés par l'État. À partir des années 1930, ces nouveaux « effendis »5 que sont les jeunes bacheliers, toutes sections confondues, sont le fer de lance des mouvements de protestation contre la domination anglaise.

Le développement de l'enseignement technique industriel en Égypte : repères

  • 6  Ghislaine Alleaume situe la création de l'école des Arts et Métiers en 1936, tandis qu'une notice (...)

10Le souci de former une main-d'œuvre qualifiée pour l'industrie remonte à l'époque de Mohammed 'Ali. Lorsque, dans les années 1820 et 1830, il envoie les premières missions de boursiers en Europe, celles-ci comptent un nombre important d'ouvriers et d'artisans, qui doivent se former aux techniques modernes de production. À leur retour de France, ils sont nombreux à être recrutés dans la toute nouvelle école des Arts et Métiers, pour former à leur tour les ouvriers et les techniciens nécessaires aux manufactures de l'Etat pour remplacer les contremaîtres étrangers (Alleaume, 1993, t. 1 : 144-151, S.I. Ali, 1995 : 37)6

11L'effort d'industrialisation de Mohammed Ali vise alors à répondre à la demande suscitée par le développement de l'armée, de l'administration, et des services de l'Etat, en réduisant le recours aux importations (Mabro & Radwan, 1976). Ainsi, dès cette époque, ce sont non seulement les formations de haut niveau (d'ingénieurs ou de médecins) qui sont d'emblée pensées pour le service de l'État, mais aussi, et à peine plus tard, les formations techniques et industrielles moyennes. Des efforts sont faits pour encourager les boursiers ouvriers et artisans formés en Europe à s'installer à leur compte mais, manque de soutien de l'État ou obstacles culturels, ils échouent le plus souvent (Alleaume, 1993). Mises en place et organisées par l'État, dans le cadre de l'effort de modernisation du pays, ces formations ne peuvent s'autonomiser du service de ce même État.

12À la fin du XIXe siècle, les écoles d'arts et métiers, ou d'arts industriels, se multiplient dans tout le pays. Mais longtemps, le système scolaire égyptien souffre de son développement par le haut et de l'étroitesse de sa base démographique (Alleaume, 1993 : 158 ; S.I. Ali, 1995 : 25). La création d'écoles élémentaires et primaires ne viendra en effet que dans un deuxième temps. Le développement de l'enseignement industriel connaît de même plusieurs étapes, ce qui entraîne la coexistence de modes de recrutement et de filières multiples. Les premières écoles créées durant le XIXe siècle sont peu nombreuses et étroitement liées aux projets industriels de l'État. Vers 1903 sont créées les premières écoles "secondaires industrielles", tandis qu'une direction de l'enseignement technique industriel est mise en place en 1906. Entre 1911 et 1929, 19 écoles d'État voient le jour, en 1935, des écoles préparatoires industrielles, en 1938, des écoles primaires (M.T., 13/1980 : 31; et 75/1997 : 38).

  • 7  Les annuaires statistiques ne donnent évidemment pas le détail des effectifs d'élèves des différen (...)

13Dans les années 1940 coexistent deux types de filières dites « d'ancien régime » et de « nouveau régime », dont on retrouve la mention dans les notices biographiques publiées dans la revue du syndicat. Les filières d'« ancien régime » recrutent les élèves à la seule condition qu'ils sachent lire, écrire et compter, et ceux-ci sont souvent issus des écoles coraniques de villages. Elles comprennent un cycle en 5 ans, un cycle en 3 ans, d'écoles dites « primaires industrielles », et un cycle dit « secondaire en 2 ans », recrutant sur la base du diplôme primaire industriel. Les filières « nouveau régime » recrutent au niveau du certificat d'études primaires, et comptent de même un cycle en trois ans et un cycle en 5 ans ('Uthmân, 1998 : 17)7.

  • 8  Vatikiotis donne le chiffre de 280 000, mais il faut évidemment y voir une coquille, et lire 28 00 (...)
  • 9  Dont respectivement 73 % puis 67 % chez les hommes.

14Dans les années 1920 et 1930, les effectifs de ces écoles progressent rapidement : de 6 000 en 1924, ils seraient passés à 28 000 en 1939 (Vatikiotis, 1991 : 325)8. Mais ils régressent pendant la deuxième guerre mondiale, et en 1948-49, on ne compte plus que 23694 élèves dans l'enseignement industriel (dont 1 601 filles) et 317 dans les instituts techniques (Ann. Stat., 1948-49). Dans les années 1940, l'analphabétisme est encore massif en Egypte (81 % au recensement de 1937, et encore 77 % en 19479). Si les alphabétisés sont peu nombreux, les diplômés du secondaire le sont donc encore moins et font partie de l'élite des « effèndis », diplômés du système éducatif moderne, dans leur immense majorité employés par l'État.

15De plus, l'aspiration à la promotion sociale est à l'origine d'une tendance irrésistible au rallongement des formations, non pas tant (ou en tout cas pas seulement) pour améliorer les niveaux de qualification que pour se rapprocher du statut des ingénieurs. Ainsi, les premiers instituts d'arts et industries seront-ils intégrés successivement à l'Université du Caire, puis à celle d'Ain Shams (Moore, 1980 : 65). Cela explique que nombre de dirigeants de l'association, puis du syndicat, aient acquis un diplôme d'ingénieur, après être passés par la filière des écoles industrielles.

Quel statut pour ces diplômés ?

  • 10  Mabro & Radwan (1976 : 26) parlent de « tournant dans l'histoire de l'industrialisation ». Voir au (...)

16L'étroitesse de la base du système éducatif, et la tendance à l'aspiration vers le haut par la prolongation des formations aggrave le clivage entre éduqués et non éduqués, lequel est redoublé par l'opposition entre secteur moderne et secteur traditionnel de la société, qui traverse le système éducatif lui-même, et restera longtemps prégnant (Faksh, 1980). En effet, l'éducation moderne, associée à la fonction publique, fonde l'identité de ces nouveaux effendis auxquels les diplômés d'écoles industrielles s'identifient d'autant plus volontiers que les difficiles conditions de travail dans l'industrie et « la situation désastreuse des travailleurs dans les entreprises » les font fuir vers les emplois publics (Bishri, 1983 : 209). Ainsi, on assiste à ce paradoxe d'une main d'oeuvre formée dans le cadre d'un projet de modernisation industrielle, qui se retrouve massivement dans des emplois non seulement publics, mais souvent administratifs. Alors que les années 1920 et 1930 connaissent un développement important de l'industrie, à l'initiative d'une nouvelle bourgeoisie industrielle nationale, sous l'impulsion de la Banque Misr10, l'État continue à être l'employeur privilégié des diplômés issus du système éducatif public. Si, pour les diplômes supérieurs, « l'emploi commercial et industriel passe désormais pour plus rémunérateur » (Berque, 1967 : 475), ce n'est pas encore le cas pour les diplômes techniques plus modestes.

  • 11  En 1946, 80 % des ingénieurs sont fonctionnaires (Moore, 1980 : 34).
  • 12  M. T., n° 7, janv. 1979 : 20-22. Les premières luttes revendicatives tournent principalement autou (...)

17Morroe Berger (1957 : 69-80) a souligné la force de la relation entre diplôme et fonction publique (service de l'Etat) en Egypte, depuis que Lord Cromer, en 1892, avait fait du diplôme non seulement une condition pour être employé par l'Etat, mais une garantie pour accéder à un emploi public : le problème n'est pas nouveau ! Selon des statistiques officielles, le pourcentage des bacheliers qui se réfugient dans le service public atteint 42 % pour la promotion 1948-4911. Pour autant, les employés de l'État sont loin d'être des privilégiés. Nombre d'entre eux sont payés à la journée, et le niveau de recrutement est très bas12. Les qualificatifs employés dans la revue du syndicat pour décrire leur difficile situation sont révélateurs du peu de considération dont ils jouissent, et de l'injustice dont ils ont le sentiment d'être l'objet : ils sont « opprimés » (madhâlîm), ils sont les « prolétaires des fonctionnaires » (kâdihîn min al-muwadhdhafin) (M. T., 19/1982). En outre, ils se plaignent de la grande diversité des statuts, due au morcellement des filières et systèmes de formation, conséquence des réformes successives, de l'élargissement de l'enseignement primaire et de l'élévation progressive du niveau de recrutement et en revendiquent l'unification (voir plus loin) ('Uthmân, 1998 : 17).

18Entre « effendis » et ouvriers, leur statut social semble donc parfois incertain. Si leur passage par une institution scolaire moderne et leur emploi dans un organisme gouvernemental les associent aux premiers et les distingue radicalement de la masse des travailleurs non qualifiés et illettrés, leur amertume est d'autant plus grande d'avoir à subir une situation économique qui les rapproche trop de ces derniers. D'où, sans doute, une certaine hésitation dans l'expression de leurs revendications, tantôt solidaire des ouvriers (dans les chemins de fer), tantôt regardant du côté des autres diplômés (conditions de recrutement dans la fonction publique). Hésitation qui permettra d'interpréter cette histoire dans un sens ou dans l'autre, en fonction des évolutions ultérieures, des enjeux du moment et des positions de celui qui raconte.

19Après la révolution, la prise en main de l'économie par l'Etat, les mesures socialistes, la création du secteur public, entraîneront un gonflement de l'emploi public, et plus que jamais, un diplôme même industriel, demeurera une voie pour y accéder. Bien plus, la volonté d'industrialiser le pays à marche forcée, et de former au plus vite la main-d'œuvre qualifiée et les cadres intermédiaires nécessaires à ce projet, légitimera plus que jamais la revendication de reconnaissance des diplômes techniques moyens, les éloignant des ouvriers. Mais nous n'en sommes pas encore là.

Nationalisme et mouvements sociaux dans les années 40

20En Égypte, on a beaucoup écrit sur les « ouvriers » et les « étudiants » et leur rôle dans les mouvements protestataires des années 1940, qui débouchèrent sur la révolution de 1952. Mais si les paysans sont les grands oubliés de l'histoire, on ne s'est guère plus intéressé à ces petits fonctionnaires, fantassins silencieux de la modernisation. Ils apparaissent pourtant au détour d'un paragraphe, lorsque l'on fait une liste des grèves à la fin des années 1940, et les diplômés d'écoles industrielles sont parmi eux.

21Lorsque la création du syndicat leur donne une visibilité qu'ils n'avaient pas jusqu'alors, leurs dirigeants cherchent à asseoir leur légitimité en rappelant leur contribution aux luttes de la grande époque, et nous invitent ainsi à en faire une nouvelle lecture qui ne se réduise pas à celle de leurs acteurs les plus en vue, ouvriers, étudiants ou « intellectuels révolutionnaires ».

  • 13  Voir Abdel-Malek (1962 : 37), Berque (1967 : 702-704, « La bataille du Canal ») ou encore Vatikiot (...)

22La création de l'Association, en 1943, se situe en effet dans un contexte d'agitation politique et sociale croissante. Parallèlement à la montée du nazisme en Europe, émergent en Égypte des mouvements nationalistes radicalisés, influents parmi les jeunes diplômés et les étudiants. L'Association Jeune Égypte, créée en 1933, se transforme en parti politique en 1938. Influente parmi les élèves des écoles secondaires, elle véhicule une idéologie ultra-nationaliste, anti-occidentale, teintée d'islamisme. L'Association des Frères Musulmans, créée un peu plus tôt, voit de même son influence grandir dans les milieux des jeunes éduqués urbains. En février 1945, le Premier ministre Ahmad Mâher est assassiné. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'influence communiste se fait sentir au sein du mouvement ouvrier qui multiplie les grèves. À l'automne 1945 est créé le Comité ouvrier de Libération nationale, puis le Comité national des étudiants et ouvriers. En juillet 1946, des dizaines de communistes sont arrêtés au Caire, Alexandrie, à Port-Saïd, Suez. En décembre, c'est au tour des Frères Musulmans. À partir de cette date, grèves et manifestations se multiplient et s'intensifient, jusqu'à l'incendie du Caire de janvier 1952 et la Révolution de juillet 1952. En 1951, l'abrogation unilatérale du traité anglo-égyptien de 1936 marque le signal du déclenchement d'une guérilla sur le Canal de Suez, les Frères Musulmans se mobilisent massivement, « 800 00 ouvriers et employés égyptiens quittent leurs postes, paralysant ainsi l'échelon administratif et l'infrastructure logistique de base »13.

23C'est pourtant aussi une époque de réformes. En 1939 est créé le ministère des Affaires sociales. En 1942, les syndicats sont légalisés – mais les fonctionnaires en sont exclus –, l'enseignement primaire devient gratuit et ce sera le tour de l'enseignement secondaire en janvier 1950. La première loi sur les associations est promulguée en 1945, un nouveau statut des fonctionnaires en août 1946 (COC,VII-VIII, 1947, Roussillon, 1994). On construit des hôpitaux, des logements sociaux.

  • 14  Craig (1953) note l'importance de la participation des élèves du secondaire tout en remarquant qu' (...)

24Les mobilisations populaires des années 1940 se caractérisent par deux traits nouveaux : la coordination des étudiants et des ouvriers et l'apparition de catégories sociales et professionnelles jusqu'alors absentes des mouvements revendicatifs. Le « Comité national des ouvriers et étudiants », dont l'influence s'étend aux deux universités du Caire et d'Alexandrie, aux élèves des écoles secondaires et techniques dans l'ensemble du pays14, à l'ensemble de l'intelligentsia, à des sections importantes des professions libérales et à tous les syndicats d'Égypte, est mis sur pied dès 1945, par des intellectuels wafdistes nationalistes et communistes, et des syndicats ouvriers. Les années 1947, 1948 et 1949 sont particulièrement agitées ('Uthmân, 1998) : les ingénieurs se mettent en grève en juillet 1946, pour réclamer une amélioration de leur statut (COC, vol VII-VIII : 363) ; au printemps 1948, l'événement qui frappe le plus les esprits est la grève des policiers (Bishri, 215-217, 'Uthmân, 92-108) ; mais c'est aussi, peu après, celle des infirmiers de l'hôpital de Qasr al-Ayni (COC, XIII, 32), qui sera suivie de 50 arrestations, puis celle des employés du télégraphe en juillet et en octobre, etc.

25Lorsque, début janvier 1948, les diplômés d'écoles industrielles se mettent en grève pour l'amélioration de leur statut, ils participent donc d'un mouvement général qui touche des catégories de plus en plus larges de fonctionnaires et employés de l'État.

L'Association des diplômés d'écoles industrielles : une épopée fondatrice

26L'histoire de l'Association des diplômés des écoles industrielles, créée en 1943, se déroule sur ce fond d'agitation et de profondes transformations, sociales, institutionnelles et politiques. Le récit offert entre 1979 et 1982 par la revue du syndicat évoque les premières années, puis se clôt en 1953, au lendemain de la révolution. De 1953 à 1974, date de création du syndicat, il ne se passe plus grand chose. C'est donc bien leur participation au grand mouvement populaire des années 1940 qui doit fonder la légitimité des dirigeants actuels et de leurs successeurs.

Les circonstances du récit : sources et lacunes

  • 15  Né en 1915, il obtient son diplôme d'école secondaire industrielle en 1936. Il est d'abord employé (...)

27En 1975, le Syndicat des professions techniques appliquées, qui vient d'être fondé, crée la Revue des spécialistes et techniciens (Magallat al-Akhissâ 'iyîn wa-l-Fanniyîn), qui deviendra Revue des Applicants (Magallat al-Tatbiqiyîn) en octobre 1977. Dans son numéro 1, puis dans le numéro 4, le secrétaire général, 'Abd al-'Âl al-Girhi raconte quelques souvenirs autour de la création du syndicat. À partir du numéro 7 (janvier 1979) apparaît une rubrique historique qui, sous des formes diverses, se poursuivra jusqu'en avril 1982. Cette histoire a un héros, Hâfiz 'Amir, fondateur en 1943 de la première association des diplômés des écoles industrielles, et premier naqîb (littéralement : doyen) du syndicat, de 1974 à 198315. Celui-ci la raconte à la première personne durant quatre épisodes (du n° 7, janvier 1979, au n° 11, janvier 1980). Après une interruption, le récit reprend, dans le n° 15 (novembre 1980), raconté par un certain Mustafa Barad'i, chroniqueur à la revue, qui dit résumer les souvenirs écrits par le "Hagg" Hâfiz (n° 16, 19 et 20, mars 1981, janvier et avril 1982). Dans l'intervalle (n° 12 et 14), s'intercale un autre récit, celui de la contribution des diplômés d'écoles industrielles à la résistance anti-anglaise sur le canal de Suez en 1951. La chronique se clôt sur la révolution de juillet et la satisfaction, un an après, en juillet 1953, d'une vieille revendication statutaire avec la promulgation d'une loi sur les niveaux de recrutement dans l'emploi public des divers types de diplômes, accordant enfin aux diplômés des écoles techniques l'échelon et le salaire qu'ils réclamaient depuis des années.

28Après 1953, la bataille change de nature. La revue ne nous dit rien de ce que devient l'association, qui pourtant existe jusqu'en 1974. Ce n'est qu'indirectement, à travers telle ou telle biographie, au détour d'une information, que l'on repère quelques faits ponctuels.

  • 16  Taha Sa'ad 'Uthmân, militant historique du mouvement syndical ouvrier, est lui-même diplômé d'écol (...)

29Un moment de cette histoire a retenu l'attention de quelques chroniqueurs et historiens : les années 1947-48, qui voient la multiplication de grèves dans des secteurs nouveaux, et particulièrement parmi les fonctionnaires. Taha Sa'ad 'Uthmân16 (1998) en fait un long récit, tandis que Târiq al-Bishrî (1983) les mentionnent brièvement, parmi bien d'autres, souvent plus longuement traités. Clement H. Moore (1980), s'intéressant à l'histoire des ingénieurs, signale l'existence de l'association en 1943, et mentionne la revendication des techniciens vis-à-vis des ingénieurs. Mais si les Cahiers de l'Orient Contemporain – qui publient une chronologie relativement détaillée des événements secouant les pays arabes à partir de 1945 – mentionnent à plusieurs reprises les grèves de fonctionnaires et agents de l'État, d'employés des télégraphes ou des tramways, d'infirmiers, percepteurs et policiers, il n'y est pas fait de mention particulière pour les diplômés d'écoles industrielles, dont le mouvement est sans doute englobé dans la nébuleuse des employés de l'État.

30Cette histoire est donc pleine de lacunes et mériterait d'être étudiée pour elle-même, par un recours à des sources originales, publications de l'association, presse, ou souvenirs de militants. Notre propos ici, encore une fois, est différent : il est d'éclairer la construction ultérieure de l'identité sociale et professionnelle des « applicants » à travers l'étude de ce qui apparaît comme un récit des origines.

31En tout état de cause, la rubrique historique disparaît de la revue après 1982, et ce passé n'est plus évoqué que fugitivement, lors de telle cérémonie de remise de médailles, ou de notices faisant l'éloges de disparus. Comme si le rappel de ces événements glorieux avait eu seulement pour fonction, dans les premières années du syndicat, de construire une mémoire commune, fondant l'identité du groupe et la légitimité de ses dirigeants.

Les moments forts17

  • 17  Voir la chronologie en annexe.
  • 18  Quartier populaire à l'ouest du Caire. Le Salamlik est une salle de réception publique.
  • 19  Quatre catégories revendiquent le titre (Moore, 1980 : 33).

32L'histoire qui nous est contée commence donc le 11 novembre 1943, lorsque 150 diplômés d'écoles industrielles se réunissent au Salamlik de Rod el-Farag18. Peu de temps auparavant, un groupe de diplômés d'université s'étaient mobilisés, et avaient obtenu une revalorisation de leur statut et de leurs salaires. Les bacheliers industriels décident de suivre leur exemple, manifestent le 14, rencontrent le ministre des Finances et obtiennent gain de cause. Ils décident alors de créer une association (M T ., 7/1979 : 20-22 et Niqâbat al-Tatbîqiyîn, 1995 : 10). Peu après, en 1944, est créée la Ligue des ingénieurs diplômés19 (Moore, 1980 : 3 et 29).

  • 20  En 1949 est créé le syndicat des professions agricoles qui au contraire inclut les diplômés du sec (...)
  • 21  Enregistrée sous couvert de la loi de 1945 sur les associations, sous le numéro 149, comme Ittihâd (...)

33En 1946 naît le Syndicat des ingénieurs (al-mihan al-handassiyya) qui inclut, à côté des ingénieurs diplômés des facultés polytechniques, les diplômes dits d'arts et industrie (2 ans après le bac), mais exclut les diplômés du secondaire industriel20. Ceux-ci enregistrent leur association sous le nom de Fédération des diplômés d'écoles industrielles21. En 1947, ils l'élargissent aux diplômes dit "en 5 ans, nouveau régime" (M T ., 8/1979 : 20-21 et 47) et créent une revue, al-Sihâb.

  • 22  Voir aussi Bishrî, 1983 : 211 et suivantes.
  • 23  Cf. par exemple, M.T. 47/1989, rubrique « Cartes d'identité »: Tawfiq 'Abd al-'Azîz, diplômé de 19 (...)
  • 24  La source qu'il cite est... le journal de l'Association des Frères musulmans « al-Ikhwân al-Muslim (...)

34À suivre la chronique des mouvements de grèves des années 1940 publiée par Taha Sa'd 'Uthmân, l'année 1947 est une année particulièrement agitée22. Les diplômés des écoles industrielles participent à cette mobilisation en lançant, en fin d'année, un mouvement de grève de la faim qui, parti du Caire, fera tâche d'huile dans tout le pays. Le président de l'Association est arrêté (M. T., 8/1979 : 20-21, et 'Uthmân, 1998 : 14-18). Si le récit de Hâfiz 'Âmir est relativement bref, cette grève de la faim semble avoir marqué les esprits : elle réapparaît périodiquement comme un titre de gloire de nombre d'adhérents parmi les plus anciens, dont on rapporte qu'ils y ont participé23. 'Uthmân rapporte longuement les revendications à l'origine du mouvement, et surtout l'échec de la rencontre avec le Premier ministre, qui le précipite24. Il cite des grévistes à Alexandrie, Tanta, Damanhur, Zagazig, Béni Sueif, et l'appui des collègues de divers organismes, le soutien de la presse. Suite à ce mouvement de grève, le gouvernement promet d'étudier leurs revendications.

  • 25  La date exacte reste à vérifier : le récit de ce congrès est présenté dans la revue du syndicat (n (...)

35Au printemps de 194825, ne voyant rien venir, les responsables de l'association convoquent un congrès, pour appuyer les revendications. Cet événement est rapporté longuement, en des termes très proches, d'une part dans la revue, à travers le récit de Hâfiz Âmir, résumé par Mustafa Barâd'î, d'autre part par Taha Sa'd 'Uthmân, dans son petit livre sur les mouvements de grève des années 1940. De hauts responsables sont invités, députés et sénateurs. Mais le gouvernement veut empêcher la réunion, la police barre les rues. Les congressistes réussissent à déjouer la surveillance policière en se réunissant dans le bâtiment du syndicat des journalistes, tandis que le président de l'association reste à son bureau, pour détourner l'attention. La police, se rendant compte de la manœuvre, tente de rejoindre le nouveau lieu, mais des barricades l'en empêchent. La réunion dure quatre heures et se tient jusqu'à son terme. Le lendemain, l'Association transmet au conseil des ministres la liste de ses revendications. Le gouvernement cède sur un certain nombre d'entre elles (en particulier la suppression du statut de journalier, et la création de filières dans les facultés polytechniques ouvertes aux bacheliers industriels) (M.T. 9/1979 : 30-31 et 'Uthman, 1998). Le récit met en valeur à la fois le souci de conciliation des responsables et le mépris des autorités qui y répondent par la répression, et sont donc seuls responsables des violences. 'Uthmân est moins prolixe en détails sur les entraves apportées à la réunion, mais il signale l'opposition de la police et l'obligation de déplacer la réunion, alors que les délégations arrivent de province. Il énumère les revendications et note – détail intéressant – que le mouvement s'étend de l'Union générale des diplômés d'écoles industrielles secondaires et 5 ans nouveau régime, aux autres régimes de diplômés d'écoles industrielles, qui réclament la reconnaissance de leurs diplômes, des équivalences, la prolongation des études ('Uthmân, 1998 : 17).

36En 1949, après la formation d'un nouveau gouvernement sous la présidence de Husayn Sirri Pasha, l'association appelle à une manifestation (masîra). Le Premier ministre accepte de les rencontrer (M.T. 10/1979 : 30-31). En janvier 1950, un nouveau gouvernement est formé par le Wafd, et le Hagg Hâfiz rencontre Fouad Sarag Eddine, ministre de l'Intérieur et secrétaire général du Wafd, ainsi que Taha Husayn ministre de l'Éducation (M. T. 11/1980 : 34-36). Le même jour, un conflit éclate dans les chemins de fer entre les ouvriers et la direction, où des « collègues » sont impliqués. Le président de l'association intervient en essayant de calmer la situation. Sans succès, semble-t-il, puisque plusieurs centaines d'employés sont arrêtés, y compris 255 « collègues », et avec eux le président (M T . 15/1980 : 26-28). Finalement, 13 d'entre eux sont licenciés, 150 autres mutés. Menace de grève. L'Association intervient, l'affaire est portée devant le ministre des Transports, les licenciés sont réintégrés. Ici, la lutte des diplômés se confond avec celle des cheminots, quelle que soit leur catégorie. C'est le seul moment où elle s'inscrit dans un contexte de travail défini, et où l'on repère une solidarité intercatégorielle.

37L'année 1951 est présentée comme celle d'un développement nouveau des luttes, qui s'élargissent à toutes les catégories de fonctionnaires : de nombreuses associations rassemblent leurs forces pour faire avancer leur commune revendication de reclassement. Le Hagg Hâfiz se fait leur porte-parole lors d'un grand rassemblement en mai 1951, qui se tient au siège de l'Association de la Jeunesse Musulmane. Fouad Sarageddine les accuse d'être manipulés par les partis politiques. Une délégation, composée de 30 représentants de diverses associations de diplômés, rencontre le ministre. Des négociations s'engagent. Manifestations, discussions, réclamations, accrochages avec la police se poursuivent tout au long de l'année. Les diplômés d'école industrielle obtiennent d'être recrutés au 7e échelon avec 10 livres égyptiennes (LE) de salaire, et d'accéder au 6e échelon au bout de 2 ans. On parle d'accorder aux diplômes des arts et d'industrie et des arts appliqués le 6e échelon après 3 ans.

38Mais les événements se précipitent. Un memorandum est envoyé en ce sens par le conseiller du ministre de l'Instruction le 26 janvier 1952... le jour de l'incendie du Caire. Le dossier reste quelques temps dans les tiroirs du ministère (M. T. 19/1982 : 30-32). Après la révolution du 23 juillet 1952, il faudra attendre jusqu'au 6 août 1953 pour que soit promulguée la loi 371 sur les équivalences des diplômes. C'est le premier des décrets du conseil de la révolution « en faveur des travailleurs », qui sera suivi de bien d'autres, et qui décide le 7e échelon pour les diplômes d'école industrielle secondaire à la nomination, avec 10 LE, 7e et 6e échelon après 3 ans pour les diplômes des arts et de l'industrie. Un système d'assurance (vieillesse) est créé (M. T., 20/1982 : 56-57).

39Ainsi, et l'analyse des revendications (cf. plus loin) le révélera encore plus clairement, la lutte des diplômés d'écoles industrielles apparaît globalement (sauf, presque incidemment, dans le cas des employés des chemins de fer) comme déconnectée des contextes de travail. Leur préoccupation première est celle de leur statut, et de leur position dans la société.

40Le récit s'arrête en 1953. Ce qu'il advient de l'association dans les années qui suivent, ses actions, ses revendications, est peu évoqué et mal connu

  • 26  Pourquoi cette date ? Il ne précise pas à quel événement il fait référence. Il est de toute façon (...)

41L'essentiel est sans doute la bataille pour la reconnaissance et l'intégration au syndicat des ingénieurs. Le président du syndicat en 1995, 'Abd al-Qâdir Ghanîma, raconte que dès 195626, l'association revendique le droit pour les techniciens d'adhérer au syndicat des ingénieurs, en tant qu'« assistants ingénieurs » (musâ'id muhandis) quitte à constituer au sein du syndicat une branche s'occupant spécifiquement de leurs problèmes. Mais les ingénieurs refusent et suggèrrent qu'ils constituent un syndicat particulier. Moore évoque cette revendication de « démocratisation » des syndicats professionnels, et la résistance des grands syndicats, médecins et ingénieurs, qui « parent avec succès à la double menace de l'expansion et de la démocratisation » :

« Les ingénieurs furent encore plus récalcitrants que les médecins. Contrairement aux agronomes, ils continuèrent à empêcher les diplômés des établissements secondaires techniques d'entrer au syndicat tout en admettant, à titre strictement provisoire, et sans leur accorder le droit de vote, les diplômés des instituts techniques supérieurs. Leur opposition intransigeante à l'admission des diplômés de l'enseignement technique a paralysé tous les efforts déployés jusqu'ici en vue d'amender la loi de 1946 portant création du syndicat. » (Moore, 1974 : 27.)

  • 27  Pourtant, l'Assemblée du peuple est globalement hostile à ces positions élitistes mais elle n'est (...)

42Plus tard, en 1963, ce sont les diplômés d'institut, « ingénieurs de classe C », qui boycottent le congrès du syndicat des ingénieurs suite au refus d'abolir la distinction entre les trois classes (Moore, 1980 : 34). Dès 1957, devant le refus obstiné des ingénieurs d'intégrer les diplômés d'écoles industrielles, un projet de loi pour les « techniciens d'application », ou « techniciens applicants » (fanniyîn tatbîqîyîri) aurait été présenté à l'Assemblée du peuple, mais les ingénieurs s'y opposent encore. La loi est abandonnée. Les techniciens revendiquent, manifestent, etc. (M.T., 13/1980 : 31 et 34)27.

43Plus loin, à propos de l'enseignement technique, CH. Moore évoque les débats parlementaires de fin 1964, et cite les propos de Sadate, alors président de la chambre, qui aurait parlé des lois sur les syndicats professionnels comme étant :

« un obstacle empêchant l'établissement de l'égalité et de la justice parmi les membres de chaque profession. Ces lois, aurait-il ajouté, nous obligent à établir une discrimination à l'encontre de certains groupes en accordant à d'autres des titres et des privilèges moraux et financiers. De telles attitudes se fondent sur les valeurs de notre société pré-révolutionnaire » (Moore, 1974 : 29).

  • 28  L'auteur du projet présenté à l'Assemblée du peuple en 1969 (puis à nouveau en 1971) serait 'Abd a (...)

44Il conclut en signalant que l'Assemblée demanda la révision des statuts de chaque syndicat, mais qu'aucun amendement ne fut apporté avant 1966. En 1966 et en 1969, deux nouvelles tentatives de l'association échouent, qui visaient à faire amender la loi sur le syndicat des ingénieurs afin d'intégrer l'ensemble des diplômés du technique (M T ., 13/1980 : 30)28.

45Si les années 1950 et 1960 sont peu évoquées dans les récits de syndicalistes dans la revue, en revanche, les circonstances de la création du syndicat des professions appliquées, ou syndicat des « applicants » (tatbîqiyîn), le sont évidemment plus souvent. L'épopée reprend, comme si la période 1953-1974 était une sorte de longue parenthèse.

  • 29  Voir Roussillon (1996 : 75 et sv.) pour une analyse fine du contexte politique.

46Début 1974, lorsque le débat sur la création du syndicat des techniciens reprend au parlement, Nasser est mort depuis à peine plus de trois ans, Sadate a lancé son mouvement de rectification en mai 1971, les conseillers soviétiques ont été expulsés en juillet 1972, et en 1973, la guerre d'octobre est vécue comme une grande victoire. La popularité de Sadate est à son zénith et il profite de ces circonstances favorables pour lancer les premières mesures de libéralisation économique. En mai 1974, le « Document d'octobre » (awrâq oktober), où il proclame les principes du nouveau cours, est ratifié par referendum, avec 99,95 % des voix! En juillet, la loi n° 43 ouvre la voie aux investissements arabes et étrangers (Waterbury, 1983 : 131 et sv.). Mais l'économie qui, depuis le milieu des années 1960, avait connu un rythme de croissance inégalé pendant près de 10 ans, commence à s'essouffler (Vatikiotis, 1991 : 393 et sv.). Le virage opéré par Sadate implique un rééquilibrage délicat des alliances et des rapports de force29. Contre l'aile gauche nassérienne, Sadate doit se trouver de nouveaux alliés. Il les cherchera d'abord du côté des Frères Musulmans, qui bénéficieront d'une relative indulgence, en particulier en milieu étudiant. C'est aussi dans ce contexte que l'on doit comprendre la création de plusieurs nouveaux syndicats professionnels : en 1972 naît le syndicat des « professions commerciales » (Longuenesse, 1996), en 1974 celui des « professions techniques appliquées », ou « applicants ».

47La loi est votée le 25 juillet 1974 par le Conseil du peuple. Le dépouillement des archives parlementaires permettrait de reconstituer les arguments du débat, les personnalités impliquées, éclairant ainsi, au moins partiellement, les enjeux. Le 12 août se tient la première réunion du conseil du syndicat, composé de 30 membres cooptés par l'association des diplômés. La première AG est réunie sept mois plus tard, le 25/3/75 (M. T 13/1980, Niqâbat al-Tat bîqiyîn, 1995).

  • 30  A. Ghanîma, entretien cité. La reconnaissance des applicants se traduit dans les années qui suiven (...)

48La presse du syndicat, comme ses dirigeants, attribuent ce succès au soutien d'Anouar al-Sadate, ce « grand homme », favorable aux techniciens30. C'est deux jours avant la fin de la session parlementaire qu'ils obtiennent gain de cause. Mais pour que la loi entre en application, il fallait encore réunir dans les six mois une assemblée générale, rassemblant au moins 30 000 personnes. Une délégation sillonne l'Égypte pour mobiliser les techniciens : 50 000 seront présents à la première A. G. Le Premier ministre de l'époque, 'Abd al-Azîz Higâzî, devant une telle affluence, s'attardera une heure et demi, au lieu du quart d'heure habituel ! Tel est le récit enthousiaste qu'en fait vingt ans plus tard le témoin qu'est Ghanîma. Une fois de plus, le défi est relevé !

49Dans le contexte de libéralisation contrôlée des années 1970, Sadate s'assure ainsi une popularité à bon compte dans ces catégories modestes qui avaient connu une promotion relative en même temps qu'un fort accroissement numérique, en leur accordant une satisfaction symbolique. Entre 1966 et 1974, les promotions annuelles de diplômés du secondaire technique industriel étaient passées de 71 000 à 206 000 (CAPMAS). Même s'ils sont loin d'être tous dans l'industrie, c'est une proportion non négligeable de travailleurs qu'il écarte du même coup du syndicalisme ouvrier. Même mis au pas par Nasser, celui-ci continue en effet à représenter une menace potentielle, d'autant plus que la politique de libéralisation peut être ressentie comme mettant en cause les acquis de l'époque précédente. En outre, grâce à la réduction de la représentation des « professionnels », dont la proportion ne doit pas dépasser 20 % du comité syndical, la promotion des techniciens au rang de mihaniy comme "applicants", revient à séparer un peu plus des ouvriers les diplômés d'écoles industrielles, alors même qu'ils sont de plus en plus nombreux (Posusney, 1997 : 100-102, Longuenesse, 2001 : 135). Mais, la condition de réussite d'une telle manœuvre était de rencontrer un écho effectif chez les intéressés, dans les représentations qu'ils pouvaient avoir d'eux-mêmes et de leur place dans la société, en apparaissant comme une réponse à leurs aspirations. L'histoire de l'association des diplômés d'écoles industrielles nous en montre les racines, et particulièrement le contenu des revendications mises en avant dès les années 1940.

Revendications et actions de gloire

50Ces actions d'éclat visent à appuyer des revendications qui sont bien mal entendues. La difficulté à obtenir satisfaction, la faible écoute des autorités, le peu d'empressement à les satisfaire, sont soulignés à maintes reprises, et expliquent le caractère extrême de certaines de ces actions. Le ton adopté, autant que le contenu, sont révélateurs de la soif de reconnaissance, mais aussi de l'enjeu de cette reconnaissance.

  • 31  Pour une présentation synthétique de ces revendications, voir 'Uthmân, 1998,14, et M. T., 13/1980  (...)

51Les revendications portent d'abord sur le statut et les carrières, sur les formations, sur la question du syndicat31.

52Les premières sont indissociablement des revendications statutaires et de salaires :

53— l'amélioration du niveau – donc du salaire — de recrutement (qui dépend de la revalorisation des diplômes) : les diplômés d'écoles industrielles réclament d'être recrutés au 8e échelon (avec un salaire de 8,50 livres par mois), ceux des arts et métiers au 7e (10 LE/mois) et les diplômés d'université au 6e (12 LE) : ils obtiennent satisfaction à la fin de 1943 ; lors de la grande grève de fin 1947, ils réclament un échelon supplémentaire ; en 1951, ce sont les enseignants qui réclament d'être promus au 7e échelon ; cela leur sera accordé par le décret du 31/7/1951 ; finalement, c'est après la révolution que la loi 371 du 6 août 1953 accorde enfin le 7e échelon, et le 6e après 3 ans (M T ., 7/1979 : 20, 8/1979 : 20, 13/1980 : 30, 16/1981 : 32-34, 20/1982 : 56-57) ;

54— la suppression du statut de journalier, revendication fort ancienne, réitérée à chaque occasion, est finalement satisfaite en 1948 (M. T. 8/1979 : 20, 9/1979:30, 13/1980:31);

  • 32  Dans cet ordre d'idée, 'Uthmân signale que le mouvement s'étend de l'Union générale des diplômés d (...)

55— la reconnaissance des diplômes est une question complexe, indissociable de la définition du niveau de recrutement : on a relevé, dans le récit de Taha Sa'd 'Uthmân, le développement d'un mouvement réclamant l'équivalence des diplômes d'ancien et nouveau régime, tandis qu'au niveau supérieur, l'association proteste contre la discrimination entre diplômes des arts et métiers et diplômes en 5 ans (M.T., 8/1979, 20-21)32.

  • 33  Moore remarque que cette dispersion des luttes de fonctionnaires en affaiblit la portée (« The ver (...)

56Toutes ces revendications visent d'une part à généraliser l'accès au statut envié de fonctionnaire, mais aussi et surtout, à partir de là, de s'appuyer sur ce statut, pour obtenir une position plus élevée dans l'échelle de la fonction publique. En cela, le mouvement des diplômés d'écoles industrielles se distingue des luttes proprement ouvrières et participe en revanche totalement des mouvements de fonctionnaires de l'époque. Notons toutefois, comme le faisait remarquer Moore à propos des ingénieurs, que ceux-ci se produisent en ordre dispersé, selon une logique catégorielle33.

57Le souci de l'élévation du niveau de formation apparaît de manière récurrente : l'association demande l'ouverture de formations complémentaires, l'ouverture des facultés de génie aux diplômés d'écoles industrielles (M T . 8/1979 : 20-21, 13/1980 : 31, 9/1979 : 33). Il s'agit là à la fois de fonder plus solidement la revendication première d'améliorer le statut, puisque l'échelon est fondé sur le diplôme, et d'ouvrir des possibilités de promotion professionnelle et sociale.

58Quant à la revendication d'intégration au syndicat des ingénieurs (M. T., 8/1979 et 13/1980), elle va évidemment dans le même sens, d'une aspiration à combler la distance sociale entre diplômes de niveaux différents, et au contraire à réaffirmer avec force celle qui sépare les diplômés des non-diplômés.

  • 34  Chaque anniversaire de la guerre d'octobre est l'occasion d'y revenir : cf. par exemple M. T., 34/ (...)

59Enfin, pour ces diplômés, petits fonctionnaires ou cadres moyens, comme au même moment pour les étudiants ou les ouvriers, la lutte de libération nationale est un thème fort de mobilisation. Le grand moment de cette lutte est le développement de la guérilla sur le canal de Suez pour l'évacuation des troupes britanniques. Mettre en avant et glorifier la contribution des membres de l'association à cette bataille, même si ceux-ci ne font que se fondre dans un mouvement très large sans que leur association y soit impliquée en tant que telle (de même que plus tard sera mise en avant leur contribution à la guerre d'octobre34) est une source de fierté et une occasion de souligner plus largement l'importance du rôle des techniciens « applicants » dans la société et dans la libération, puis la construction nationale.

Grandiloquence et figures de style

60Le récit, présenté comme reprenant les propos du président fondateur, le Hagg Hâfiz 'Amir, se caractérise par un ton grandiloquent et un style fleuri et ampoulé, que l'on retrouve dans bien des éditoriaux ou discours commémoratifs écrits ou prononcés par les dirigeants du syndicat jusqu'à aujourd'hui. On a parfois l'impression qu'il s'agit, par la grandeur du vocabulaire et des formules utilisées, de prouver celle des membres du syndicat, en masquant la fragilité et la modestie de leur position dans la société.

61La manière dont sont traités quelques-uns des épisodes ou incidents qui jalonnent cette épopée l'illustre plus que d'autres.

62Dans les débuts de la lutte, c'est parce qu'ils ont le sentiment que « l'on ne fait pas attention à eux » (manhawla-hum la yash'urûna bi-hini) (M. T., 13/1980 : 31), qu'ils décident de s'organiser. En juillet 1950, à Nagaa Hamadi, un différent entre un technicien et un ingénieur (M. T., 15/1980) voit les collègues du premier faire bloc autour de lui. Les questions d'honneur et de considération apparaissent excessivement sensibles. Lorsque, fin 1950, l'Association organise une réception et que le secrétaire général du Wafd, Fouad Sarageddine, bien qu'invité, n'y vient pas, ils se sentent bafoués. Al-Hagg Hâfiz exprime sa colère et l'accuse « d'appartenir aux classes supérieures et de ne pouvoir représenter le peuple ». Le Pacha devra s'excuser. « Les diplômés des écoles industrielles ont leur fierté » conclut l'auteur du récit (M. T., 16/1981 : 32-34). De même, ils protestent vigoureusement quand un journal publie les propos blessants du directeur de l'enseignement industriel, qui suscitent même une grève de protestation dans les écoles. Le directeur (un ingénieur) sera muté : « l'honneur des hommes était réparé ». Quarante ans après, le souvenir en est toujours aussi vif.

63Le dévouement des militants est souligné. Certains d'entre eux sont allés en prison pour avoir défendu leurs frères. L'épidémie de choléra n'empêche pas le président (Hâfiz 'Amir) et le secrétaire général (Abd al-Qâdir Ghanîma) de l'association, fin 1947, de circuler dans tout le pays pour encourager leurs adhérents, les féliciter pour leur résistance et leur fidélité. Face à la police, ceux-ci n'hésitent pas à élever des barricades. Le héros de la guérilla de Suez est « un des fruits qu'a portés l'Egypte », et à cette occasion les jeunes « abandonnent leurs études et leur confort pour la lutte » (M. T., 9/1979, 12/1980, 13/1980, 14/1980).

  • 35  Voir, à chaque anniversaire de la guerre d'octobre, la manière dont la revue du syndicat en rend c (...)
  • 36  Diplômé de 1947, militant de l'Organisation de la jeunesse dans les années 1960, député depuis 196 (...)

64Que deviennent-ils ensuite ? Ce n'est qu'à l'occasion de la guerre d'octobre que l'on mentionne à nouveau leur éminente contribution à la défense de la patrie35. Leurs hauts faits semblent donc s'arrêter avec la révolution, et il n'est plus rien dit de leur action ultérieure, comme s'ils rentraient dans l'obscurité pour ne réapparaître qu'en 1973, et surtout en 1974, avec la création du syndicat. Mais sans doute faut-il comprendre plutôt que leur héroïsme prend d'autres formes. En effet, la disparition, en 1983, du Hagg Hâfiz 'Amir est l'occasion, pour l'un de ses compagnons, 'Abd al-'Al Girhi36, de rappeler ce qu'ils furent :

« Notre génération était particulière, à une époque particulière, d'entr'aide, d'esprit de sacrifice, de révolte et d'audace, d'appétit dans tous les domaines techniques, scientifiques, politiques, culturels. (...) (Ces militants) avaient une relation particulière avec les gouvernants, dont ils n'étaient pas... Notre génération a fait les premiers pas avec ce type d'enseignement dans une société d'aristocrates et de propriétaires pour qui l'enseignement était un moyen pour se faire acheter (li-l-tamîf wa-l-irtizâq). Cette génération a réalisé de grandes choses... Les générations suivantes ont eu plus de chance, les bases étaient posées, la lutte pour l'existence était finie ».

  • 37  Voir l'exemple du syndicaliste dont le portrait est brossé dans Longuenesse, (2001 : 144-145).

65Les années nassériennes sont en effet celles du développement à marche forcée, et d'un effort de la mobilisation de toutes les couches de la population dans ce but. Si la résistance du syndicat des ingénieurs à l'élargissement de leurs rangs traduit l'arrogance d'une élite sociale et professionnelle et son refus à se fondre dans la masse, les diplômés d'écoles industrielles, qui sont au contraire parmi les premiers bénéficiaires des transformations en cours, sont nombreux parmi les cadres de l'Union socialiste arabe et de l'Organisation de la jeunesse, et l'action politique leur paraît à cette époque bien plus gratifiante que l'action syndicale, alors réduite à une co-gestion au jour le jour des problèmes sociaux individuels des travailleurs37.

66Dans les années 1970, le contexte politique a changé. L'Organisation de la jeunesse a été dissoute, et si Sadate cherche sans doute de nouveaux appuis en satisfaisant enfin une ancienne revendication, ce sont aussi les nouvelles générations de militants qui y trouvent un moyen de retrouver des positions de responsabilité que le parti au pouvoir, devenu définitivement un parti de notables et de bureaucrates, ne leur offre plus.

67Ainsi, pour revenir sur le paradoxe de leur tardive reconnaissance, signalé en introduction, peut-on comprendre que c'est précisément leur mobilisation naturelle en faveur de la révolution, qui limitait l'intérêt de la création d'une organisation propre – à une époque où le principe même de l'existence des syndicats professionnels était contesté : ceux-ci en effet ne furent maintenus qu'à la suite d'un compromis qui aboutit à les placer sous le contrôle étroit de l'Union socialiste arabe. En revanche, les réformes introduites par Sadate entraînent la disparition progressive de l'USA, qui se transforme en simple parti de gouvernement, et perd sa vocation de mobilisation des masses populaires. La segmentation fonctionnelle de la société et de la représentation des intérêts s'accentue, et la création de nouveaux syndicats professionnels, au profit de catégories de diplômés de niveau intermédiaire, offre à ceux-ci une reconnaissance qui ouvre un nouveau canal de promotion aux plus actifs d'entre eux. Qu'une telle promotion symbolique soit pour une large part illusoire, au moment où leur situation réelle tend à se dégrader avec l'augmentation des effectifs, explique qu'elle ait pu aussi être interprétée comme une opération de division.

Épilogue, les « applicants » à l'heure des réformes économiques

68Avec la création du syndicat, une étape nouvelle commence. La bataille pour la reconnaissance se poursuit néanmoins, sous de nouvelles formes. On voit réapparaître des revendications statutaires et catégorielles comparables à celles des années 1940 et 1950, mais la loi syndicale permet aussi de créer des caisses de retraite et d'offrir un certain nombre de services réservés aux « professionnels ».

69La revendication de primes équivalentes à celles des autres professionnels, le développement des formations, la multiplication des services, toutes les actions du syndicat continuent à traduire la volonté de promotion de la catégorie de travailleurs diplômés des écoles et instituts techniques encadrés par le syndicat. Les adhérents sont de plus en plus nombreux avec la croissance exponentielle des effectifs de l'enseignement industriel. Mais ils demeurent d'abord et avant tout des employés de l'Etat et du secteur public, et ne mobilisent guère (ou pas du tout) ceux du privé, artisans ou salariés de l'industrie, pourtant de plus en plus nombreux.

70La politique de libéralisation économique modifie progressivement les enjeux et aggrave encore ce décalage entre un discours et des revendications qui n'ont de sens que pour des cadres techniques moyens employés de l'Etat, bénéficiant d'un quasi-statut de fonctionnaires, et un nombre de plus en plus importants de salariés du privé, dont le syndicat n'est pas préparé à porter les revendications. Les possibilités d'emploi dans le secteur public se réduisant, le mot d'ordre devient celui du développement de l'entreprise privée. L'identité des « tat biqiyîn » se transforme et face à ces nouveaux défis, le syndicat s'efforce, contre vents et marées, de faire prévaloir une logique corporatiste. Plus que jamais, le diplôme est brandi comme fondant une mission qui reste celle du « développement ».

71Avec le décès, à l'automne 1998, de 'Abd al-Qâdir Ghanîma, c'est une génération qui s'efface. Celle qui prend le relais a connu une histoire bien différente et s'apprête à affronter un avenir plus qu'incertain.

Haut de page

Bibliographie

ABDEL MALEK A., 1962, Égypte, société militaire, Paris, Seuil.

ACLIMANDOS T., 1994, « Les ingénieurs militaires égyptiens », Maghreb-Machrek, n° 146, oct.-déc. 1994, 7-26.

ALI S. I., 1995, Al-Ta 'lim fi Misr, Le Caire, Kitâb al-Hilâl, 370 p.

ALLEAUME G., 1993, L'école polytechnique du Caire et ses élèves. La formation d'une élite technique dans l'Egypte du XIX' siècle, Thèse pour le doctorat d'Etat, Université Lumière Lyon 2, 2 volumes, 660 p., un volume d'annexes, 385 p.

BEININ. J et LOCKMAN Z., 1987, Workers on the Nile, Nationalism, Communism, Islam, and the Egyptian Working Class, 1882-1954, Princeton University Press, 488 p.

BERGER M., 1957, Bureaucracy and Society in Modern Egypt, A Study of the Higher Civil Service, Princeton University Press.

BERQUE J., 1967, L'Égypte, Impérialisme et Revolution, Paris, Gallimard, 746 p.

BlSHRI T., 1983, Al-Haraka al-Siyâsiyya ft Misr, 1945-1952, Le Caire, Dar al-Shurûq, 2eédition.

COLOMBE M., 1951, L'évolution de l'Égypte, Paris, Maisonneuve, 359 p.

CRAIG A. J. M., 1953, « The Egyptian Students », ME], VII/3, 293-299.

FAKSH M., 1980, « The consequences of the introduction and spread of modern education : Education and national integration in Egypt », in E. KEDOURIE and S.G. HAIM, 1980, Modern Egypt, Studies in politics and Society, Londres, Frank Cass, 42-55.

HANDLEY W.J., 1949, « The Labour Movement in Egypt », ME], vol. 3, n° 3, juillet 1949:277-292.

LONGUENESSE E., 1995, « Le syndicalisme professionnel en Égypte, entre identités socio-professionnelles et corporatisme », Égypte Monde Arabe, n° 24, 139-187.

— 1996, « Les syndicats professionnels et le processus de libéralisation économique : le cas des com-

merciaux et des techniciens », in Age Libéral et néo-libéralisme, VI' rencontres franco-égyptiennes de science politique, Le Caire, CEDEJ (Dossiers du CEDEJ), 141-156.

— 2001, « Constructions professionnelles et luttes de classement en Égypte, Le cas des professions techniques appliquées », Sociétés Contemporaines, n° 43, 121-145. Diplômes industriels et service de l'État... / 197

MABRO R. et RADWAN S., 1976, The industrialization of Egypt 1939-1973, Oxford, Clarendon Press, 279 p.

MOORE CH., 1974, « Les syndicats professionnels dans l'Égypte contemporaine : l'encadrement de la nouvelle classe moyenne », Maghreb-Machrek, n° 64, 24-34.

— 1980, Images of Development, Egyptian Engineers in search of Industry, Cambridge, Mass., MIT Press, 252 p. (lre éd.).

Niqâbat al-Tatbîqiyin (Syndicat des Applicants), 1995, Al- Tatbiqiyîn, 50 'Amm (Les Applicants, 50 ans,) 1944-1994(Dossier réuni par Md Mustafa Barad'î), Le Caire, Imprimerie Al-Ahrâm, 111 p.

POSUSNEY M.P., 1997, Labor and the State in Egypt, New York, Columbia Univ. Press, 327 p.

RlZK Y.L., 1997, « A Diwan of Contemporary Life » (202), al-Ahram Weekly, 2-8 oct 1997.

ROUSSILLON A., 1994, « Réforme sociale et politique en Égypte au tournant des années 1940 », Égypte Monde Arabe, n° 18-19, 197-235.

— 1996, L'Égypte et lAlgérie au péril de la libéralisation, Le Caire, CEDEJ (Dossiers du CEDEJ). SRAIEB N. (dir.), 1995, « Modernités arabes et turques : maîtres et ingénieurs », REMMM, n° 72.

'UTHMAN T.S., 1998, al-Idrabât fi Misr zamân al-arba 'înât (Les grèves en Égypte dans les années 40), Le Caire, al-Arabiy, 169 p.

VATIKIOTIS P.J., 1991, A modem History of Egypt, from Nasser to Mubarak, Le Caire, AUC Press, 4e éd., 572 p.

WATERBURY J., 1983, The Egypt of Nasser and Sadate, The Political Economy of two regimes, Le Caire, AUC Press, 475 p.

REVUES ET PERIODIQUES

Cahiers de l'Orient Contemporain (COC), Paris, 1945-47

Annuaire statistique de la République Arabe d'Égypte, Le Caire, CAPMAS

Magallat al-Tatbîqîyîn (Revue des Applicants) (M.T.), Le Caire, depuis 1974.

Haut de page

Annexe

Cette chronologie, fondée principalement sur les sources syndicales, et de façon marginale sur les auteurs cités (Moore, 'Uthmân) est évidemment incomplète. Elle ne vise à rien de plus qu'à récapituler les faits connus.

11/1943 Création de la Ligue (râbita) des diplômés des écoles industrielles, Hâfiz 'Amir en est le président.

1944 Création de la Ligue des ingénieurs diplômés.

1945 Première loi sur les associations.

1946 Loi du 4 juillet 1946 portant création du Syndicat des Ingénieurs (niqâbat al-mihan al-handasiyya), incluant les diplômés des arts et métiers.

1946 Création de la Fédération (ittihâd) des diplômés d'écoles industrielles, enregistrée sous le n° l49.

2/1947 Création du journal de la Fédération, al-Sihab.

1947 La Fédération change de nom pour inclure les diplômes en 5 ans, elle devient Fédération des diplômés d'écoles industrielles et 5 ans nouveau régime.

11/1947 Grève de la faim de centaines de membres de la Fédération dans toutes les villes d'Égypte, pour obtenir la mensualisation des journaliers, le recrutement au 7e échelon, l'admission au syndicat des ingénieurs, le développement de la formation permanente.

1948 Création de la Ligue des (enseignants d'écoles industrielles.

8/1948 Congrès de la Fédération, la police empêche sa tenue, il se réunit ailleurs.

1949 Création du syndicat des professions agricoles, inclut les diplômés du secondaire.

1/1950 Incidents aux chemins de fer du Caire, arrestations, nombreux licenciements et mutations ; la Fédération intervient ; réintégration des licenciés.

5/1951 Grand rassemblement de représentants de plusieurs ligues et fédérations au siège de l'Union de la Jeunesse Musulmane, sous la présidence de Hâfiz 'Amir.

fin 1951 Différend avec le directeur général de l'enseignement industriel, qui est finalement renvoyé dans son corps d'origine (ministère des Transports).

10/1951 Abrogation unilatérale du traité anglo-égyptien de 1936.

fin 1951 Guérilla sur le Canal de Suez.

26/1/1952 Incendie du Caire.

23/7/1952 Prise du pouvoir par les Officiers Libres.

7/1953 Loi n° 371 sur les équivalences de diplôme et le recrutement des écoles industrielles.

1957 Dépôt d'un nouveau projet de loi pour la création d'un syndicat pour les « spécialistes techniques » (akhissâ 'iyîn fanniyîn).

1963 Les « ingénieurs de classe c » boycottent le congrès du syndicat des ingénieurs suite au refus d'abolir la distinction entre les 3 classes.

1964 Nouvelle loi sur les associations (loi n° 32 de 1964).

18/7/1964 La Fédération est refondée sous le nom d'Association Centrale (Gam'iyya Mar-kaziyya) des diplômés d'écoles industrielles, enregistrée sous le n° 47.

1966 L'Association dépose un projet de modification de la loi sur le syndicat des ingénieurs, permettant d'intégrer les diplômes d'écoles industrielles, échec.

1969 Nouvelle tentative, nouvel échec.

25/7/1974 Loi n° 67 portant création du Syndicat des Applicants.

25/3/1975 Première assemblée générale du Syndicat des Applicants.

Haut de page

Notes

1  Entretien avec 'Abd al-Qâdir Ghanîma, président du syndicat des professions techniques appliquées, le 26/3/1995, au siège central de 'Abbassiyya.

2  Magallatal-Tatbîqiyîn (désormais M. T.), n° 24, juillet 1983 : 23.

3  M. T., n° 13, mai 1980 : 25. Notice publiée à l'occasion de la décoration d'un certain nombre d'anciens de la « Médaille du mérite des arts et des sciences". 11 est nommé au ministère de la guerre en 1940, puis décroche un diplôme de génie civil en 1945. En janvier 1960, il est transféré à la direction des projets militaires, et supervise l'exécution du complexe sidérurgique de Helouan.

4  Niqâbat al-Tdbîqiyîn (Syndicat des Applicants), Al-Tatbîqiyîn, 50 'Amm (Les Applicants, 50 ans), 1984 : 17.

5  À propos de la position des effendh dans la société, voir par exemple Beinin & Lockman, 1987 : 10 et 66.

6  Ghislaine Alleaume situe la création de l'école des Arts et Métiers en 1936, tandis qu'une notice de la revue du syndicat (Magallat al-Tat bîqiyîn, n° 75, 1997), «L'enseignement industriel en Égypte depuis l'époque de Mohammed Ali » (p. 38), cite la première école fondée par Mohammed Ali en 1837 ; transformée en atelier en 1844, elle serait revenue à sa fonction initiale en 1868, puis devenue « école des arts et industries» en 1885.

7  Les annuaires statistiques ne donnent évidemment pas le détail des effectifs d'élèves des différentes écoles. Cependant, sur les 23 694 élèves de l'enseignement industriel en 1948-49, on apprend que 2 009 ont moins de 10 ans, 2 192 entre 10 et 13 ans, 7 268 entre 13 et 16 ans, et 12 225 ont plus de 16 ans.

8  Vatikiotis donne le chiffre de 280 000, mais il faut évidemment y voir une coquille, et lire 28 000, si l'on compare ce chiffre avec celui de l'annuaire statistique de 1948-1949 – le seul qui nous soit accessible –et qui donne le chiffre de 23 694 élèves de l'enseignement industriel, pour 90 353 dans l'enseignement général et 10 500 dans le commercial.

9  Dont respectivement 73 % puis 67 % chez les hommes.

10  Mabro & Radwan (1976 : 26) parlent de « tournant dans l'histoire de l'industrialisation ». Voir aussi Berque, 1967:447-451.

11  En 1946, 80 % des ingénieurs sont fonctionnaires (Moore, 1980 : 34).

12  M. T., n° 7, janv. 1979 : 20-22. Les premières luttes revendicatives tournent principalement autour de la revalorisation des statuts et de l'amélioration des salaires. Voir plus loin.

13  Voir Abdel-Malek (1962 : 37), Berque (1967 : 702-704, « La bataille du Canal ») ou encore Vatikiotis (1991 : ch. 16), qui affirme que la guérilla recrute massivement chez les Frères musulmans. Sur l'agitation ouvrière de ces années, voir aussi Handley, 1949.

14  Craig (1953) note l'importance de la participation des élèves du secondaire tout en remarquant qu'il ne s'agissait pas pour autant nécessairement de très jeunes garçons, car l'accès à l'école pouvait n'intervenir que tardivement, particulièrement en milieu rural.

15  Né en 1915, il obtient son diplôme d'école secondaire industrielle en 1936. Il est d'abord employé des chemins de fer, puis, à partir de 1940, enseignant dans une école industrielle de mécanique de l'armée. 11 sera inspecteur au ministère de la Guerre jusqu'en 1961, puis travaille à l'organisme d'aménagement du désert jusqu'à sa retraite en 1975. À partir de cette date, il se consacre totalement au syndicat jusqu'à sa mort en 1983. Cf Niqâbat al-Tatbîqiyîn, 1995 (p. 16), M. T., n° 13, mai 1980 (p. 24), et n° 23, mars 1983, pour son éloge funèbre.

16  Taha Sa'ad 'Uthmân, militant historique du mouvement syndical ouvrier, est lui-même diplômé d'école industrielle. Il est l'auteur de nombreux livres de souvenirs sur l'histoire du mouvement ouvrier égyptien. Cf. J. Beinin & Z. Lockman, 1987, ainsi que la recherche en cours de Didier Monciaud.

17  Voir la chronologie en annexe.

18  Quartier populaire à l'ouest du Caire. Le Salamlik est une salle de réception publique.

19  Quatre catégories revendiquent le titre (Moore, 1980 : 33).

20  En 1949 est créé le syndicat des professions agricoles qui au contraire inclut les diplômés du secondaire (Moore, 1980 :49).

21  Enregistrée sous couvert de la loi de 1945 sur les associations, sous le numéro 149, comme Ittihâd kharîgi al-Madâris al-Sinâ'iyya (Union des diplômés d'écoles industrielles) (M. T., 7/1979 : 20-22, et 13/1980:31-34.

22  Voir aussi Bishrî, 1983 : 211 et suivantes.

23  Cf. par exemple, M.T. 47/1989, rubrique « Cartes d'identité »: Tawfiq 'Abd al-'Azîz, diplômé de 1936, employé des chemins de fer de Tanta, et Mahmud 'Adli Murad, diplômé de 1942, président de l'Union puis du Syndicat de Minya, ont de nombreux mérites, dont celui d'avoir participé à cette grève.

24  La source qu'il cite est... le journal de l'Association des Frères musulmans « al-Ikhwân al-Muslimûn ».

25  La date exacte reste à vérifier : le récit de ce congrès est présenté dans la revue du syndicat (n° 9 de juin 1979) sous le titre « les événements du 12 mai 1948 », tandis que le récit donne la date du 12 février, et que Taha Sa'ad 'Uthman situe les événements le 22 août.

26  Pourquoi cette date ? Il ne précise pas à quel événement il fait référence. Il est de toute façon probable que sa mémoire soit défaillante et mélange plusieurs faits (entretien cité).

27  Pourtant, l'Assemblée du peuple est globalement hostile à ces positions élitistes mais elle n'est guère en mesure de s'opposer à eux. En effet, le syndicat des ingénieurs est alors dominé par les ingénieurs militaires. La plupart des hautes fonctions techniques de l'État sont détenues par des ingénieurs militaires, leur légitimité technique est redoublée par leur qualité de militaire et par leurs liens avec le pouvoir (Aklimandos, 1994).

28  L'auteur du projet présenté à l'Assemblée du peuple en 1969 (puis à nouveau en 1971) serait 'Abd al-'âl Gerhi, élu député cette année-là. Ibid. : 24-25.

29  Voir Roussillon (1996 : 75 et sv.) pour une analyse fine du contexte politique.

30  A. Ghanîma, entretien cité. La reconnaissance des applicants se traduit dans les années qui suivent par l'expression répétée dans leur revue de louanges à son égard, y compris après son assassinat.

31  Pour une présentation synthétique de ces revendications, voir 'Uthmân, 1998,14, et M. T., 13/1980 : 30-31.

32  Dans cet ordre d'idée, 'Uthmân signale que le mouvement s'étend de l'Union générale des diplômés d'écoles industrielles secondaires et 5 ans nouveau régime, aux autres régimes de diplômés d'écoles industrielles, qui réclament la reconnaissance de leurs diplômes, des équivalences et la prolongation des études.

33  Moore remarque que cette dispersion des luttes de fonctionnaires en affaiblit la portée (« The very existence of professional syndicates made it possible for postwar governments to deal separately with different categories of civil servants... Competition within and between them compromised any possibility of a united union of college-educated functionaries ») (1980 : 31). Cela signifie surtout que la représentation que les intéressés se font de leur position n'intègre pas une vision organique d'ensemble de la relation de l'État avec son administration.

34  Chaque anniversaire de la guerre d'octobre est l'occasion d'y revenir : cf. par exemple M. T., 34/1985, 66/1994,75/1997.

35  Voir, à chaque anniversaire de la guerre d'octobre, la manière dont la revue du syndicat en rend compte.

36  Diplômé de 1947, militant de l'Organisation de la jeunesse dans les années 1960, député depuis 1969, auteur du premier projet de syndicat présenté au parlement cette année là. Cf. supra.

37  Voir l'exemple du syndicaliste dont le portrait est brossé dans Longuenesse, (2001 : 144-145).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Diplômes industriels et service de l'Etat. Les fantassins de la modernisation de l'Égypte », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/48

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page