Navigation – Plan du site
Première partie – Yémen, territoires et identités

Migrations et évolution des sociabilités à Ṣan‘â’

Migrations and changing sociabilities in an‘â’
Vincent Martignon
p. 101-114

Résumés

La société ṣan‘ânie a vu sa sociabilité bousculée par l’arrivée massive de migrants d’origine rurale. Cette confrontation à la diversité est un phénomène récent et confine la sociabilité traditionnelle à l’ « entre-soi » des villages urbains. Dans ce texte, nous proposons d'analyser les effets de l’installation d’une population rurale et hétérogène sur la sociabilité d'une vieille communauté urbaine Nous montrerons comment le comportement social et spatial des migrants, composante majeure de la population ṣan‘ânie, a provoqué un changement identitaire majeur à l’échelle de la ville.

Haut de page

Texte intégral

« La ville est une réalité malléable ; elle attend l'empreinte d'une identité. »

(Jonathan Raban cité par U. Hannerz, 1983 : 309)

1Cet article se propose d'étudier l'évolution d'une part de l'identité ṣan‘ânie, bouleversée par les recompositions territoriales et la multiplication des normes sociales, induites par l'arrivée massive de migrants. Pour mener cette étude à bien, nous analyserons les différentes vagues de migrations et les lieux d'installations des migrants afin de comprendre le processus de transformation des sociabilités, des formes ṣan‘ânies de savoir vivre ensemble, par la confrontation à l'altérité et ses implications sur l'identité de la capitale.

  • 1 Données extraites de Statistical, Capital's secretariat 2004, publié par le ministère du Plan et de (...)
  • 2 Valeur donnée par le Statistical year book édition 2003 du Bureau central des statistiques, service (...)

2Entre 1970 et 2004, Ṣan‘â’ a gagné 1 670 000 habitants, sa population passant de 80 000 à 1 750 0001 pour une population urbaine de 5,5 millions d'individus2 à l'échelle du pays. Cette croissance démographique, que Jean François Troin qualifiait d'explosion urbaine en 1995 (Granguillaume, Mermier & Troin, 1995) nous invite à nous interroger sur les changements identitaires qu'entraîne la transformation des territoires composant la cité par l'arrivée de migrants toujours plus nombreux. Cette recomposition territoriale de l'espace urbain ṣan‘âni est essentiellement le fait de l'arrivée massive de migrants d'origine rurale.

3En 1960 la ville est encore dans ses murs. Il faut attendre la fin de la décennie pour qu'elle en sorte timidement. Mais pendant les quarante dernières années, trois faits politiques majeurs ont renforcé l'attractivité de Ṣan‘â’ sur les populations migrantes. Le premier est le retour de la ville à la fonction de capitale le 26 septembre 1962 à l'issue du coup d'État mettant fin à l'imamat zaydite. Le second, le 22 mai 1990, est l'unification de la République Arabe du Yémen (ou Nord-Yémen) et de la République Démocratique Populaire du Yémen (ou Sud-Yémen). Ṣan‘â’ est alors choisie comme capitale du Yémen unifié. Le troisième évènement politique majeur, contemporain du précédent, est lié à la prise de position du président de cette jeune République en faveur de l'Irak dans le conflit qui frappe la région en 1990. La sanction du voisin saoudien provoque le retour des émigrés installés en Arabie Saoudite bloquant alors la principale source de devises du Yémen. Selon les estimations, entre 780 000 et 1 000 000 de personnes viennent grossir le nombre des demandeurs d'emploi du pays. La capitale, dont le poids politique est renforcé, voit alors les migrations s'accélérer.

4Dans ce contexte nous nous interrogerons d'abord sur les espaces qu'ont pu investir les migrants et les possibilités d'interactions entre les différents groupes sociaux. Nous observerons ainsi le processus de métissage et de diversification sociale à l'œuvre. Nous analyserons ensuite les effets de l'installation de ces migrants sur les territoires qui composent la ville et les recompositions territoriales produites par l’immigration.

5Alors que les migrations temporaires sont de plus en plus fréquentes pour la recherche d'emploi, nous verrons quelle place est laissée à ces nouveaux migrants en étudiant leur répartition dans la ville. Nous serons pour cela amené à appréhender les phénomènes de ségrégation sociospatiale et de regroupement, ainsi que la transformation des sociabilités et l’invention d’une nouvelle citadinité.

Espace des migrants et métissage culturel

Quel espace pour les migrants ?

  • 3 Pour réaliser notre recherche, nous avons effectué plus de 150 entretiens avec des usagers ou propr (...)

6Une série d'entretiens3 auprès de populations issues de migrations nous a permis de noter que les phénomènes migratoires n'ont pas été perçus simultanément dans les zones de départ et à Ṣan‘â’. La capitale attire dès la révolution une grande partie des migrants. Les effets démographiques de ces migrations sont rapidement visibles (par l'accroissement rapide de la population) dans la capitale. Il faut attendre les années 1970 et l'amplification des mouvements migratoires pour qu'ils ne soient ressentis dans les zones de départ.

7Les zones rurales situées au sud et à proximité de la capitale furent les premières concernées, avant que les migrations ne s'étendent, au gré de l'amélioration des transports (Gebhart, 1986) et des difficultés économiques du pays. En 1970, du haut de ses 80 000 habitants, la capitale est encore une ville relativement modeste et l'essentiel du domaine bâti est contenu dans ses murs. Les terres sur lesquelles s'installent les migrants sont à l'extérieur des murs de la ville.

  • 4 Information obtenue lors d'un entretien avec le responsable du bureau des statistiques de la ville (...)

8Venus essentiellement des régions situées au sud de la ville, les premiers migrants s'établirent prioritairement le long de la route de Ta‘izz, alors principal axe de développement de la ville, partant de Bâb al-Yaman, et plus sporadiquement à l'extérieur de Bâb Shu‘ûb, ou au sud de l'avenue al-Zubayrî (cf. carte). Ils investissent des terrains inutilisés souvent dépourvus de toponyme, ce qui signale à la fois le peu de valeur de ces terres aux yeux des ṣan‘ânis et leur inutilité car dans cette région tout espace utilisé est nommé4.

9À cette époque, les mouvements migratoires en provenance du Nord sont encore rares. Il est probable que les solidarités tribales y sont encore suffisantes pour éviter le recours à la migration comme solution économique.

Une culture locale métissée par les premiers arrivants

10L'installation de ces premiers migrants au sud de Bâb al-Yaman donne petit à petit naissance à de nouveaux quartiers. Beaucoup des ṣan‘ânis d'aujourd'hui sont nés (ou ont grandi) dans ces quartiers. Ils sont porteurs d'une identité mixte, construite d’une part dans le cadre familial, respectueux des us et coutumes ayant cours dans la région d’origine, d’autre part au sein de la culture de la ville d'établissement. Or cette culture urbaine est elle-même cosmopolite, fruit des vagues successives de migrations qui constituent la population de Ṣan‘â’.

Les migrants à Ṣan‘â’

Agrandir

Source : Sana'a, 1/20 000, par Robert Grieve, juillet 1999, Gulf Survey of Yemen ; actualisé par Vincent Martignon, 2007. Cartographie : Fl. Troin, CITERES-EMAM. 2007.

  • 5 La coprésence est ici considérée comme une rencontre sans interaction notable, une cohabitation san (...)

11Pour que cette mixité culturelle puisse se construire en chaque individu, il ne suffit pas d'une coprésence5. Les études menées dans des sociétés urbaines où la ségrégation est banalisée montrent que les espaces communs aux différents groupes sociaux ne sont pas forcément des lieux d'interaction entre les acteurs sociaux, des lieux dans lesquels se déroulent les pratiques socialisantes, mais plutôt ceux d'une coprésence subie. Il faut nécessairement une interaction forte pour que les identités des différents groupes se métissent et qu'apparaissent des référents communs à partir desquels peut se construire un échange.

12L'école et le travail semblent avoir joué ce rôle et le jouent toujours. Un étudiant, né à Ṣan‘â’, mais dont le frère aîné est natif du village de ses parents, parle de son neveu en mettant en avant cette augmentation du capital de ressources identitaires :

« Ses parents ont gardé l'accent et les mots du village. À la maison il parle comme eux, mais dès qu'il est avec moi ou dans la rue, il parle comme un Ṣan‘âni. ».

13Ses ressources identitaires, outils de la production d'une identité, sont plus nombreuses que celles de ses parents. Il peut puiser dans un capital de référents plus important lui permettant de s'adapter plus aisément aux différentes situations d'interaction auxquelles il est confronté.

14Un jeune homme, originaire de la région de ‘Amrân (au nord de Ṣan‘â’) explique :

« Quand je me présente, en général, je n'utilise que mon prénom, ça suffit aujourd'hui, parfois mon nom de famille. Mais, normalement, je n'utilise pas le nom de la tribu dont fait partie ma famille. Je pourrais l'utiliser, par exemple, si j'avais un accident de voiture ou quelque chose comme ça, parce que ça impressionne un peu les autres, et s'il y a des problèmes à régler, je fais partie de cette tribu, ceux à qui je m'adresse doivent le savoir, même si c'est moi qui suis en tort. »

15Cette fois, c'est une ressource identitaire d'origine rurale qui est utilisée en ville même s'il avoue volontiers son faible lien à la région dont ses parents sont originaires. Cette référence ne lui est pas nécessaire et il préfère un mode de présentation plus actuel, plus individuel, car le nom de famille trahit les origines sociales et géographiques. La tribu est donc un référent, non pas pour notre interlocuteur, mais pour les autres. Il fait appel à l'imaginaire commun, à l'image des tribus du nord dont la "turbulence" est connue des Yéménites…

16Cette manière de faire, cette multiplication des ressources identitaires n’est possible que parce qu'il est né à Ṣan‘â’ et a été socialisé dans la société ṣan‘ânie. De ce fait, il connaît les codes sociaux contemporain, la valeur des modèles anciens et le poids des représentations. Il s'agit ici de l'instrumentalisation d'un capital identitaire, instrumentalisation qui ne peut se faire que par l'intégration de schèmes sociaux différents, utilisables comme autant de cartes à jouer au bon moment.

17Les relations de travail peuvent avoir un rôle similaire et mettre en valeur la capacité de l'individu socialisé à intégrer de nouveaux schèmes sociaux qu'il extériorise ou non en fonction des situations d'interaction auxquelles il est confronté.

  • 6 On considère ici le métissage comme la construction de « cadres conceptuels hybrides qui produisent (...)

18À l'échelle du groupe, ce comportement individuel conduit au métissage6 culturel. Ainsi, en 1985, alors que Ṣan‘â’ ne se limite plus à la vieille ville et que les classes les plus aisées la délaissent, la culture originaire de la vieille ville et la sociabilité qui y a cours ne sont plus représentatives de la société ṣan‘ânie.

Une vieille ville de moins en moins représentative de la capitale contemporaine

  • 7 Franck Mermier (1989 : 45) soutien l'idée qu'au Yémen certains modèles sont devenus traditionnels p (...)

19Du début des années 1970 au milieu des années 1980 se dessine une triple identité dans la ville de Ṣan‘â’ alors en pleine croissance. La première est d'origine traditionnelle7. Locale, elle émane de la vieille ville et est attachée à un espace et à une population très fortement territorialisée. En 1985, elle n'est guère représentée en dehors de cette vieille ville à laquelle elle est liée. L'identité de la vieille ville est marquée par des particularités tant linguistiques qu'architecturales ou rituelles (déroulement des mariages, célébrations religieuses…). Les habitants rappellent les « villageois urbains » dépeints par Phillippe Gervais-Lambony (1994 : 453) dans sa description des représentations citadines en Afrique noire. En effet, les villageois urbains sont souvent nés en ville, et forment une société communautaire peu perméable. Selon l'auteur, ils ne sont pas attachés à l'ensemble de la ville mais à sa partie historique dont ils sont souvent originaires, à leur « village dans la ville ». Cette population et sa sociabilité sont marquées par la rareté de la confrontation à la différence culturelle. Les entretiens menés dans la vieille ville de Ṣan‘â’ corroborent cette hypothèse. Il serait donc hâtif d'en faire une population citadine du fait de son espace de vie.

20La deuxième facette de l'identité ṣan‘ânie, souvent d'origine locale elle aussi, est le fait d'une classe sociale aisée qui préfère s'établir dans des quartiers lui permettant de vivre en harmonie avec des aspirations nouvelles. Les maisons-tours ne sont pas adaptées à un mode de vie émergeant et aux aspirations encore récentes dans les années 1980. Les jardins privés, l'utilisation d'appareils électroménagers et la multiplication des véhicules motorisés s'accordent mal avec l’architecture traditionnelle. Cette portion de la population préfère s'installer dans un premier temps dans le quartier des villas ottomanes de Bi’r al-‘Azab avant de se diriger vers le quartier neufs de Ḥadda. La propreté et la largeur des voies, la nature des négoces constituant l'environnement commercial du quartier et l'organisation du bâti sont autant de signes employés par les Ṣan‘ânis pour différencier ces lieux du reste de la ville et leur conférer une identité particulière. Ce sont les quartiers les plus riches de la ville, considérés comme les quartiers "modernes" par leurs usagés.

21La troisième composante de l'identité ṣan‘ânie, est celle des quartiers construits par les migrants. L'hétérogénéité des référents accompagne la mixité de la population. En effet, si les premiers migrants avaient tendance à se regrouper en fonction de leurs origines géographiques, cette logique de regroupement s'efface au gré des mobilités résidentielles individuelles, derrière des rapports plus individualisés à l'espace, amenant cette population de migrants vers une mixité sociale des quartiers. Elle s'est constituée à force de confrontation à l'altérité dans les rapports sociaux.

22De ce fait, on ne peut parler de mixité de l'espace tant la ville semble cloisonnée et les différentes sociabilités localisées. Trois territoires, liés aux facettes de l'identité telle que nous l'avons présentée ci-avant, se dessinent ainsi, avec des limites plus ou moins perméables et des schémas sociaux propres. Trois groupes sociaux qui évoluent néanmoins sur un espace commun, support de leur coprésence et de leurs éventuelles interactions. Or, durant les années 1990 la poursuite des migrations et la naissance d'un nouveau mode de migration vont bouleverser l'ordre territorial qui s'établit.

Nouvelles migrations et recompositions territoriales

De nouveaux modes de migration

  • 8 Rural development strategy, ministère du Plan et de la Coopération internationale, 2003.

23À partir de 1990, de nouveaux types de migrations se développent en direction de Ṣan‘â’. Avec l'unification des deux Yémen et le retour des émigrés d'Arabie Saoudite, les flux migratoires internes en direction de Ṣan‘â’ s'intensifient. L'attractivité de celle-ci augmente d'autant plus qu'elle est le fruit de son poids croissant dans l'armature urbaine du pays, du manque d'équipements et de possibilités d'emploi dans les campagnes. Certains de ces migrants vont dans un premier temps s'arrêter à al-Ḥudayyda mais c'est à Ṣan‘â’ que la majorité d'entre eux vont venir chercher un emploi. Pendant cette décennie, Ṣan‘â’ attire plus de 50 % des migrants8.

  • 9 Voir la contribution de V. Planel dans cet ouvrage.

24Cette période est également celle d'une forte croissance de l'activité dans le secteur de la construction, financée par des fortunes yéménites ou des investisseurs étrangers. C'est dans ce secteur, ainsi que dans des activités plus informelles qu'offrent les souks de la ville, que ces migrants trouvent un emploi, le plus souvent journalier : ce sont les hommes de peine qu’évoque Vincent Planel9. Néanmoins, les salaires ne permettent pas de payer le loyer d'un appartement, et encore moins de faire venir la famille proche.

  • 10 Les propriétaires n'aiment guère louer à des hommes célibataires.

25De ce fait, la migration est temporaire et devient pour beaucoup le moyen le plus efficace de gagner en ville l'argent nécessaire à la vie au village. Lorsqu'une colocation avec d'autres migrants n'est pas envisageable10, le moyen le moins onéreux de se loger dans Ṣan‘â’ reste la lukanda, dortoir dans lequel les voyageurs ou travailleurs peuvent passer la nuit pour quelques centimes d'euros.

Nouveaux migrants, nouveaux territoires

  • 11 Le qât est une plante dont les plus jeunes pousses sont mâchées pendant l'après-midi, diffusant dan (...)

26Les entretiens menés dans le cadre de notre étude ont montré que l'espace de vie des migrants temporaires est organisé autour du travail, du logement et de la consommation du qât11. Les lieux liés à ces aspects de la vie urbaine des migrants sont souvent concentrés autour de la lukanda. Ainsi, il nous semble important de nous arrêter sur la localisation de ces hébergements car elle influence fortement le rapport qu'entretiennent les migrants qui les occupent avec l'espace ṣan‘âni.

  • 12 Ces zones sont généralement situées aux marges de la ville.

27En effet, certaines préférences spatiales entrent en jeu au moment du choix du lieu d'établissement des lukanda. Il s’agit notamment des points nodaux tels que les entrées de la vieille ville, les grandes places ou les carrefours formés par les principaux axes de circulation où se regroupent les ouvriers, mais aussi de toute zone dans laquelle de grands chantiers de construction se développent12. C’est, à titre d’exemple, le cas du point de ralliement qui se trouve au nord de Bâb Shu‘ûb (la porte nord de la vieille ville). Le nombre d’hommes qui s’y réunissent dans l’espoir de trouver un travail semble sans cesse croissant.

28Bâb al-Yaman et la place al-Taḥrîr font figure de cas particuliers car elles font partie des points névralgiques de la ville et ont un effet polarisant sur l’ensemble de la population ṣan‘ânie et de la vie de la cité.

29En fonction de leur lieu d'installation, les migrants ne sont pas confrontés à la même culture urbaine, à la même sociabilité.

Diversité et homogénéité du rapport à l'espace

30Les migrants qui choisissent aujourd'hui de s'installer aux marges de la ville évoluent dans un espace comparable à celui de leurs prédécesseurs : un espace en cours d'urbanisation, en construction, non approprié. Ils sont aujourd'hui éloignés de la vieille ville que certains ne visitent même pas. Nombre d'entre eux ne connaissent que le quartier dans lequel ils évoluent pour chercher un emploi.

31Ceux qui décident "d'entrer" davantage dans la ville ne sont pas plus mobiles, mais sont en contact avec des espaces plus variés, souvent plus mixtes socialement. Malgré une plus grande mixité sociale de leur environnement, ils côtoient le même type de regroupement d'ouvriers à proximité d'une lukanda dont ils ne s'éloignent que rarement, la choisissant aussi proche que possible de leur lieu de travail (souk, regroupement d'ouvriers…).

« Q : Il n’y a rien que l’on trouve à Ṣan‘â’ et non au village qui pourrait vous faire préférer la ville ?

R : Juste le travail.

Q : Il y a des endroits que vous préférez aux autres dans Ṣan‘â’ ?

R : Non, je reste ici, seulement ici.

Q : Les patrons viennent vous chercher à la lukanda ?

R : Oui, ça arrive.

32(…)

Q : Alors vous ne circulez pas dans Ṣan‘â’ ?

R : Non, juste pour le travail, à côté.

Q : Il y a des endroits que vous n’aimez pas dans Ṣan‘â’ ?

R : Je ne sais pas, je ne me promène pas. »

  • 13 L'exposition est « le degré de contact potentiel ou la possibilité d'interaction (…) entre les memb (...)

33Parmi les 150 migrants temporaires que nous avons interrogés dans les lukanda de Ṣan‘â’, 70 % avouent ne se déplacer dans la ville que pour leur recherche d'emploi. Leurs interactions avec la société ṣan‘ânie sont donc très réduites, de même que leur exposition13 (essentielle dans les problématiques d'intégration sociale). 80 % d'entre eux déclarent vivre dans les lukanda sans rien changer à leur mode de vie, argumentant qu'ils ne sont là que pour travailler, pour amasser le pécule nécessaire à la vie au village. Ainsi, ils sont moins de 30 % à se considérer madanî, de la ville, la différence entre le madanî et le baladî, du village, étant selon eux le fait de l'emploi. Ceux qui sont considérés comme des citadins par ces migrants ont un emploi stable. La seconde grande différence se fait sur l'accent et les traditions. Enfin, le troisième argument employé pour faire la différence entre un citadin et un villageois est la vie "facile" des citadins qui jouissent d'un confort et d'un service public moins bien représentés dans les campagnes.

34Le territoire urbain de ces migrants temporaires est donc très réduit. La ville n’est qu’un espace-ressource. Il est difficile de qualifier leurs pratiques de citadines. En effet, selon nous, la citadinité se rapporterait, à l'adoption d'une norme sociale, à un ensemble de représentations, de pratiques et de rapports à l'espace. Les pratiques de ces migrants seraient toutes plus urbaines, parce que localisées en ville, l'urbanité se rapportant alors à la nature de l'espace.

Transformation des sociabilités et invention d’une nouvelle citadinité

Durée du séjour et socialisation

35D'autres types de comportements de migrants se développent, d'autres types de rapports entre des individus et un espace voient le jour. Ces comportements nouveaux sont marqués par la mixité sociale et l'attachement à l'espace. Ils sont le fait des migrants installés plus ou moins définitivement dans la ville. Ces migrants sont généralement arrivés avec un encadrement, inscrits dans des réseaux familiaux ou professionnels, mais provenant souvent de leur zone de départ ou de leurs appartenances tribales ou sociales. L'importance des réseaux dans la migration n'est plus à démontrer. Ulf Hannerz (1983) les compare aux chaînes de correspondants. Les réseaux qui retiendront ici notre attention concernent la mobilité et l’accueil des migrants. On l'a vu avec les usagers des lukanda, sans relation préexistante, la situation dans les villes est particulièrement difficile pour les nouveaux arrivants, quoi qu’ils soient venus y chercher.

36En effet, si un migrant ne peut être directement accueilli dans le foyer de ses proches installés à Ṣan‘â’, ceux-ci lui trouveront un endroit où loger (hôtel ou location), souvent dans leur quartier, amenant ainsi à un regroupement au moins temporaire d'individus appartenant à un même réseau (famille, travail, tribu…), et, en fonction de la force des liens qui les unissent, ils lui feront découvrir la ville, l'aideront dans sa recherche d'emploi.

37Un jeune professeur d'anglais, racontant ses premières semaines à Ṣan‘â’, expliquait comment son frère aîné, installé avant lui, lui avait fait visiter la ville et rencontrer tous ses amis. Ce faisant, le frère aîné lui inculquait quelques connaissances de base sur l'espace urbain, les lieux et pratiques qui y ont cours, les points de repère lui permettant d'assimiler en quelques jours ce qu'un migrant sans encadrement met plusieurs semaines à intégrer. Toutes ces informations vont dépendre de l'habitus urbain de celui qui reçoit le nouveau venu. Le statut socioprofessionnel, le quartier habité, le bagage des représentations de l'accueillant influencent la perception de l'espace par l'arrivant.

38Ces migrants installés en ville, ayant poussé au développement de l'espace urbain et à la reformulation d'une culture de la ville plus mixte qu'elle ne l'était trente ans auparavant, représentent aujourd'hui la majorité de la population urbaine ṣan‘ânie. Contrairement aux locataires des lukanda, ils ne se contentent pas d'une coprésence relativement passive avec la société ṣan‘ânie dont ils sont membres. En participant aux séances de consommation de qât, en se mariant, en travaillant avec des personnes d'origines variées, ces migrants réinventent la sociabilité ṣan‘ânie. Ils y ajoutent, fait nouveau, un contact avec l'altérité, qui force l'évolution des cadres sociaux en place.

Une nouvelle façon d'être en ville

39C'est un véritable "savoir vivre ensemble" qui s'est développé, dans ces quartiers trentenaires ceinturant la vieille ville, comme dans tous les quartiers plus récents constituant Ṣan‘â’. La capacité de leurs habitants à interagir avec la société ṣan‘ânie dans son ensemble est donc très supérieure à celle du groupe décrit plus tôt. Or, cette dernière, dans le cas des migrants, est un signe d'intégration dans la société en place. Ils sont, qu'ils le reconnaissent ou non, membres de la société ṣan‘ânie d'aujourd'hui.

40Se dessinent donc quatre ensembles sociaux inscrits dans quatre types de territoires. Le plus ancien, constitué des « villageois urbains » établis en vieille ville, est marqué par " l'entre nous ". Depuis les années 1980, un deuxième ensemble social se distingue par l'anonymat qui, à Ṣan‘â’, reste le fait d'une élite économique dont les origines sociales s'effacent derrière le pouvoir financier. Cette élite se réserve désormais les quartiers de Ḥadda et l'Ouest de la route de Ta‘izz. Ne peuvent accéder à ces terrains et aux constructions qui y sont érigées comme autant de symboles d'une puissance économique, qu'une poignée de personnes ne désirant pas perpétuer la sociabilité ancienne ou choisissant plus simplement de s'inspirer du confort des villas plus courantes dans les pays du Golfe ou en Arabie Saoudite. Un autre ensemble, se distinguant par la mixité sociale, est formé par la majorité de la population de la ville. Il est métissé par des rapports sociaux entre des individus ou des groupes sociaux d'origines diverses. Il s'agit ici d'une construction commune faite d'arrangements. La vie en immeuble dans des quartiers tels que Ḥa‘yl, qui s'étend à l'ouest du Ring Road, en est très représentative. Enfin, les migrants temporaires développent une culture de la ville qui est à la fois propre à la ville et à leur situation. Ils vivent des « expériences sociales et urbaines » (Berry-Chikhaoui, 1996) particulières au milieu environnant, à l’ambiance de la ville. Ils s'adaptent, volontairement ou non, aussi partiellement qu'ils appréhendent le milieu urbain. Si leur sociabilité est conditionnée par le but de leur venue, leur utilisation de l'espace ṣan‘âni et leur territorialisation sont modelées par les mêmes exigences et sont liées à l'espace professionnel qui les réunit. Ils forment de ce fait un ensemble social évoluant sur un territoire particulier.

41En marge de la société ṣan‘ânie, on peut relever l'attitude sociale des représentants des groupes tribaux installés au nord de Ṣan‘â’. Ces derniers, alors que les solidarités traditionnelles ne suffisent plus à éviter les mouvements migratoires, se regroupent sur la route de ‘Amrân et Ṣa‘da en direction du Nord, au nord du souk al-Ḥaṣaba pour former une communauté pratiquement imperméable au reste de la société urbaine ṣan‘ânie.

  • 14 La ségrégation est une séparation entre les différents groupes sociaux. Elle peut être spontanée ou (...)

42Cette attitude quasi défensive est très fréquente parmi les migrants préférant intégrer une communauté sans contact avec le reste de la société. Regroupés, les migrants installés dans un espace commun (rue, quartier…) cumulent les signes de leur appartenance commune. Ils y développent des réseaux de sociabilité ou d’entraide. En se séparant des autres groupes sociaux formant la société urbaine, les communautés de migrants fermées sur l’extérieur participent à la ségrégation14 dans la ville.

43Plus généralement, si la ségrégation a une dimension sociale indéniable, il n'y a pas forcément de regroupement spatial des membres constitutifs du réseau ou de la communauté. Mais, lorsqu'un lien spatial existe entre ces membres nous avons affaire à une forme typiquement urbaine de territorialisation du groupe qui mène à la formation de quartiers socialement homogènes, d'enclaves.

44Cette manière de vivre en ville peut encore être considérée comme une stratégie identitaire. Le migrant évite la confrontation avec la société en parallèle de laquelle il vit. Ainsi, il souffre moins de la stigmatisation qui en fait un exclu, eu égard à sa manière de vivre et à son manque de volonté d’intégration dans la société urbaine.

45Ainsi, quatre identités collectives se dessinent dans la ville et s’inscrivent dans des espaces distincts, quatre identités pour n'en former qu'une, celle attribuée à la ville par ses usagers et par ceux qui se la représentent. Ville de migrants, ville ségrégante, ville traditionnelle, ville communautaire.

  • 15 La fragmentation peut être employée pour décrire un « renforcement de la spécialisation sociale des (...)
  • 16 L'agrégation est une « manifestation spatiale de la ségrégation résidentielle », un « processus de (...)

46La fragmentation15 de l'espace qui en résulte est le reflet de cette attitude sociale, reflet des rapports entre ces quatre identités collectives. Les différents groupes sociaux qui adhèrent à ces référents identitaires suivent une logique d'agrégation spatiale16, de regroupement, dessinant leurs frontières territoriales.

47L'agrégation spatiale semble involontaire dans le cas des locataires des lukanda. C'est en effet le contexte de leur séjour qui les réunit dans un même lieu (ou des lieux de même nature), leur volonté commune d'optimiser leurs chances de trouver un emploi rémunérateur. Parce qu'ils ont plus de chance d'y trouver un emploi, on les retrouve donc près des grands carrefours où ils peuvent se regrouper avec leurs outils, près des grands souks ou en suivant les grandes zones de chantier.

48L'agrégation est plus clairement volontaire dans le cas des quartiers réservés à une élite sociale. Les habitants de ces quartiers y reconstituent un "entre-soi" marqué par les habitudes que nous avons évoquées.

49Enfin, l'attitude des habitants de la vieille ville semble plus ségrégante tant il est considéré difficile de s'intégrer à son tissu social. Malgré le partage d'un espace de vie commun, d’un territoire, l'étranger reste un Autre. Son altérité ne s'effacera que difficilement. Il est considéré comme étant de ceux par lesquels la sociabilité urbaine et traditionnelle a été bousculée. On entend souvent, en évoquant le passé de la vieille ville avec ses plus vieux habitants des propos tels que ceux recueillis en 2005 :

« (…) mais avant on se connaissait tous, c'est plus comme ça… ceux qu'on connaissait sont partis et ont été remplacés par des gens qu'on ne connaît pas, on ne peut même pas leur faire confiance. »

50En effet, par rapport aux habitants de la vieille ville ou d'un quartier de cette dernière, personne ne peut justifier du passé du migrant, on ne connaît pas sa famille. Ne sachant d'où viennent ces migrants, on ne peut savoir qui ils sont. On ne peut donc pas leur faire confiance. L'attitude des migrants originaires du Nord est assez similaire et s'inscrit dans des raisonnements comparables. Ils développent une communauté et l’exclusivité des relations qui va avec. La "frilosité" dans les rapports à l’Autre est tout aussi marquée.

Conclusion

51L'étude des recompositions territoriales produites par l'arrivée massive des migrants et des transformations des sociabilités qui en découlent brosse le portait d'une société marquée par la ségrégation sociale. Or, à cette forme de ségrégation, il faut ajouter celle due aux « groupes de statuts » sociaux étudiés par Franck Mermier (1997), du sayyîd au ahl al-taraf, cinq statuts comme autant de territoires sociaux aux frontières très peu perméables dans le fonctionnement de la société yéménite.

52Ainsi, on pourrait qualifier la société de cloisonnée si sa majeure partie n'avait pas, au fil de l'arrivée des migrants et des mobilités résidentielles, développé une façon d'être ensemble, une sociabilité à l'échelle de la ville. En confrontant les Ṣan‘ânis à l'altérité, les migrants ont bouleversé une sociabilité séculaire. La forte reproduction sociale qui caractérisait jusqu'à présent la société ṣan‘ânie n'a plus de signification que pour une partie infime de la population. La reconnaissance de l'individu, son émergence par rapport au groupe en est symptomatique. L'individu n'est plus représentant d'un groupe, il agit désormais dans son propre intérêt, la manière dont le jeune homme de ‘Amrân cité plus haut se présente montre bien que le rapport à la communauté se réduit. En diversifiant la nature de leurs interactions, les migrants d'origine rurale améliorent leur exposition sociale en milieu urbain. Or, la socialisation qui en découle contribue à en faire des citadins, à les « citadiniser ».

53Ce sont finalement ces migrants qui, par leur proportion dans la population et leurs pratiques quotidiennes, ont amené une société urbaine qualifiée ainsi au regard de l’espace sur lequel elle évolue et des fonctions politiques, administratives et commerciales que concentre Ṣan‘â’, à une société citadine du fait des nouvelles sociabilités, changeant le regard que l'on peut porter sur eux et leur identité. Cette société et ses sociabilités évoluent avec sa composition et les rapports qu'elle entretient avec son environnement.

54Ainsi, Ṣan‘â’, indéniablement urbaine il y a trente ans, n'était selon nous pas véritablement citadine mais rappelait davantage ces "villages urbains". Cette société de la vieille ville, dont les rites d'interaction n'ont que très modérément changé en trente ans, serait aujourd'hui en cours de citadinisation pour atteindre la composante sociale de l’urbanité grâce à l'arrivée dans son entourage socio-spatial de migrants d'origine rurale et à la confrontation quotidienne à l’altérité.

Haut de page

Bibliographie

Beltran Gonzalo Aguire, 1973, Medicina y magica, El proceso de aculturacion en la estructuracolonial, Mexico, Instituto nacional Indigenista : 275-277.

Berry-Chikhaoui Isabelle, 1996, « Devenir citadin et (ré)inventer la ville : l'exemple de habitants du faubourg sud de la médina de Tunis », in Michel Lussault et Pierre Signoles (dir.), La Citadinité en questions, Fascicule de recherche n°29, URBAMA, Tours, 157 p.

Dorier-Appril Élisabeth (dir.), 2001, Vocabulaire de la ville, Paris, éditions du Temps, 191 p.

Gebhart Hans, 1986, « Towns, road-markets and economic geographical development ine the Yemen Republic ». in Pierre Signoles (dir.), Petites villes et villes moyennes dans le Monde Arabe, Fascicule de recherche n°16, URBAMA, Tours, 2 vol., 838 p.

Gervais-Lambony Philippe, 1994, De Lomé à Harare : Le fait citadin, Paris, Karthala, 472 p.

Granguillaume Gilbet, Mermier Franck et Troin Jean-François (dir.), 1995. an‘â’ hors les murs : une ville contemporaine, URBAMA-CFEY, coll. Villes du Monde Arabe, Tours, 247 p.

Hannerz Ulf, 1983, Explorer la ville, coll. « Le Sens commun », Paris, éditions de Minuit, 419 p.

Martignon Vincent, 2003, « L'intégration des migrants dans les villes des pays en développement à travers l'exemple des Lokandas de Sanaa », Bulletin d'études orientales, vol. 55, Damas, Institut Français du Proche-Orient : 183-192.

Mermier Franck, 1989, « De l’usage d’un concept : la citadinité à Ṣan‘â’ », Peuples Méditerranéens, n° 46 : Yémen Ṣan‘â’ : 31-48.

— 1997, Le Cheikh de la nuit, Arles, Sindbad-Actes Sud, 256 p.

Mignolo D. Walter, 1995, The darker side of renaissance, literacy, territoriality and colonization, Ann Arbor, University of Michigan, 463 p.

Haut de page

Notes

1 Données extraites de Statistical, Capital's secretariat 2004, publié par le ministère du Plan et de la Coopération internationale de la République du Yémen.

2 Valeur donnée par le Statistical year book édition 2003 du Bureau central des statistiques, service du ministère du Plan et de la Coopération internationale.

3 Pour réaliser notre recherche, nous avons effectué plus de 150 entretiens avec des usagers ou propriétaires de lukanda à Ṣan‘â’ (Martignon, 2003), et une série de 100 entretiens a été menée auprès de migrants installés à Ṣan‘â’ dans des conditions moins précaires, parfois avec leur famille.

4 Information obtenue lors d'un entretien avec le responsable du bureau des statistiques de la ville de Ṣan‘â’.

5 La coprésence est ici considérée comme une rencontre sans interaction notable, une cohabitation sans réel contact.

6 On considère ici le métissage comme la construction de « cadres conceptuels hybrides qui produisent de nouveaux modes de connaissances » (Mignolo, 1995), ou comme l'« émergence d'un système cohérent d'idées et de pratiques » (Beltrán, 1973).

7 Franck Mermier (1989 : 45) soutien l'idée qu'au Yémen certains modèles sont devenus traditionnels parce qu'ils sont « le fait des anciennes élites citadines, notamment et surtout sanaani ».

8 Rural development strategy, ministère du Plan et de la Coopération internationale, 2003.

9 Voir la contribution de V. Planel dans cet ouvrage.

10 Les propriétaires n'aiment guère louer à des hommes célibataires.

11 Le qât est une plante dont les plus jeunes pousses sont mâchées pendant l'après-midi, diffusant dans l'organisme une amphétamine légère (la qatine), et provoquant une relative euphorie chez ses consommateurs. Autrefois réservée à une élite sociale, sa consommation touche aujourd'hui plus de 80 % des hommes de plus de 15 ans et de plus en plus de femmes.

12 Ces zones sont généralement situées aux marges de la ville.

13 L'exposition est « le degré de contact potentiel ou la possibilité d'interaction (…) entre les membres de deux groupes (intergroupe) à l'intérieur des unités spatiales. » (Dorier-Appril, 2001 : 63).

14 La ségrégation est une séparation entre les différents groupes sociaux. Elle peut être spontanée ou provoquée.

15 La fragmentation peut être employée pour décrire un « renforcement de la spécialisation sociale des lieux (…) » (Dorier-Appril, 2001 : 64).

16 L'agrégation est une « manifestation spatiale de la ségrégation résidentielle », un « processus de regroupement de personnes ou d'activités en un même lieu ou dans une aire de dimension restreinte formant ainsi une enclave. » (Dorier-Appril, 2001 : 63-64).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Martignon, « Migrations et évolution des sociabilités à Ṣan‘â’ », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 30 novembre 2011, consulté le 20 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/4853

Haut de page

Auteur

Vincent Martignon

Doctorant en géographie, citeres-emam/Université de Tours (umr6173).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page