Navigation – Plan du site
Première partie – Yémen, territoires et identités

Attitudes linguistiques et identités locales à Ṣanʻâ’

Linguistic behaviour and local identities in anʻâ’
Julien Dufour
p. 133-144

Résumés

Ṣanʻâ’ est une métropole mêlant des populations issues du Yémen tout entier et d’au-delà. C’est le lieu où l’on peut entendre tous les parlers de l’Arabie du Sud et de la Corne de l’Afrique. La langue que ses habitants ont en commun est l’arabe. Mais ce sont, en fait, des arabes très divers qui s’y trouvent rassemblés. Car les parlers du Yémen diffèrent à tel point entre eux que la compréhension mutuelle n’est nullement assurée a priori. Pour atteindre à une certaine clarté, des solutions existent. Mais, au Yémen, on ne peut guère adopter ni l’habit ni la langue d’une autre région ; la plupart du temps, on n’y songe même pas.
Va-t-on, au Yémen, vers l’apparition d’un dialecte neutre à l’échelle nationale ? Faut-il le chercher dans un ṣanʻâni moderne ? Ce parler a une certaine réalité. Mais on ne le voit pas se répandre dans d’autres régions du Yémen. Cependant, à Ṣanʻâ’, certains semblent trouver leur compte dans une neutralité ṣanʻânie d’aujourd’hui. La croissance démographique de la ville risque de faire évoluer la situation de manière très rapide. Tout va dépendre de l’attachement aux structures sociales traditionnelles, géographiquement définies. Certains, s’ils en ont les moyens, peuvent vouloir s’en affranchir. Mais, pour le moment, la plupart ne peuvent pas se le permettre.

Haut de page

Texte intégral

1Ṣan‘â’ est désormais une métropole mêlant des populations issues du Yémen tout entier et d’au-delà. On ne peut en dire autant d’aucune autre ville du pays – ou pas dans les mêmes proportions. C’est le lieu où l’on peut entendre tous les parlers de l’Arabie du Sud et de la Corne de l’Afrique. La langue que ses habitants ont en commun est l’arabe, langue maternelle de la très grosse majorité d’entre eux. Mais ce sont, en fait, des arabes très divers qui s’y trouvent rassemblés. Car les parlers du Yémen – sans compter ceux d’Érythrée et de Djibouti – sont remarquablement variés et diffèrent parfois à tel point entre eux que la compréhension mutuelle n’est nullement assurée a priori. Il faut se donner les moyens d’entendre et de se faire entendre, sans quoi la langue peut vite devenir très opaque. Pour atteindre une certaine clarté, de nombreuses solutions existent. Mais il en va de la langue comme du vêtement, et bien des choses s’y jouent. Or, au Yémen, il est difficile à un individu d’adopter l’habit d’une région qui n’est pas la sienne ; ce serait ridicule, voire choquant, en tout cas déplacé ; la plupart du temps, on n’y songe même pas. Le lignage et l’origine géographique sont parmi les premières questions que l’on pose à quelqu’un. On est de tel ou tel endroit, on le sait, souvent même tout le monde le sait ; on peut ne pas mettre la chose en avant, mais non prétendre qu’on est d’ailleurs. Tout cela se marque dans la langue.

2Ces phénomènes, par nature difficiles à appréhender, le sont encore plus à Ṣan‘â’. En un demi-siècle, la vieille cité est devenue un simple quartier d’une grande ville. La plupart des habitants ne sont pas d’origine ṣan‘ânie. Leur implantation est relativement récente, et la proportion de ceux qui viennent d’arriver est toujours très forte. Aussi est-on confronté à une grande diversité linguistique et à l’instabilité de comportements dont les codes peuvent changer très vite dans le temps et l’espace. Dans ces conditions, on ne peut avancer que prudemment dans la description.

  • 1 J’y ai préparé, sous la direction de Jérôme Lentin, une thèse de doctorat sur la poésie semi-dialec (...)
  • 2 On notera que l’observation se fonde très majoritairement sur des locuteurs masculins. D’autre part (...)

3Les lignes qui vont suivre ne sont pas le résultat d’une enquête systématique. Ce sont les observations qu’un étranger parlant arabe et intéressé par les faits de langue a pu rassembler lors d’un séjour de quatre ans à Ṣan‘â’1. Leur validité est donc tributaire de différents facteurs : de l’attention et des capacités de l’observateur, à qui bien des choses ont pu et dû échapper ; de sa qualité d’étranger, devant qui de nombreux comportements linguistiques sont modifiés ; des personnes qu’il a fréquentées et qui, bien qu’appartenant à des milieux sociaux très divers, ne sont pas forcément représentatives de la population ṣan‘ânie dans toute sa variété2. On aura donc présent à l’esprit que ce tableau n’est qu’une esquisse, un témoignage qui court à tout instant le risque de caricaturer des comportements infiniment divers. Beaucoup de ce qui sera dit paraîtra évident à qui connaît bien Ṣan‘â’ – mais pourra intéresser le lecteur moins familier de cette ville. Cependant, chaque affirmation demanderait, pour être raisonnablement étayée, un travail de recherche approfondi. D’autres observateurs peuvent aboutir à des conclusions différentes (voir en particulier Poche 2002, Voyeux 2003, Freeman 2006 et, bien sûr, les recherches de J. Watson). Mais les études menées à Ṣan‘â’ dans cette perspective sont à ce jour peu nombreuses encore. C’est pourquoi on a cru utile de présenter quelques résultats provisoires, en comptant sur la critique à venir pour les enrichir et les corriger.

4Un étranger qui arrive au Caire se voit adresser la parole dans une langue qui est grosso modo le dialecte du lieu. Très peu d’efforts sont faits pour s’adapter à la variété d’arabe qu’il est susceptible de connaître. On emploie avec lui un parler qui fait figure d’arabe égyptien, langue maternelle et quotidienne de millions de personnes. L’arabe des conversations qu’il peut saisir en marchant dans la rue ne diffère guère de celui qu’il entend de la bouche de ses interlocuteurs. Et l’on ne voit rien d’étonnant à ce qu’il réponde dans le même parler ; on peut tout au plus, s’il est européen par exemple, être surpris qu’il parle arabe, mais non qu’il parle égyptien.

  • 3 Ce point est relevé également par Poche 2002 : 73.

5Rien de tel à Ṣan‘â’. Le fossé est énorme entre les variétés d’arabe qu’emploient les Yéménites entre eux et celles qui servent à s’adresser à un étranger, arabe ou non. Celui-ci est parfois confronté à des tentatives, presque toujours éphémères, d’imiter l’arabe égyptien. Mais, le plus souvent, on s’adresse à lui dans une sorte d’arabe simplifié, à coloration nettement yéménite, mais très appauvri lexicalement et syntaxiquement par rapport à la réalité quotidienne des dialectes ; le verbe shtâ / yishtî “vouloir”, caractéristique du pays, règne à peu près sans partage, mais des outils morphologiques et syntaxiques aussi essentiels que la particule qad (et les formes où elle reçoit une marque de personne, de type qadû, etc.)3 ou le préverbe bi‑ à l’inaccompli, pourtant d’un emploi général dans les dialectes de la région, sont comme éliminés de la conversation. Et il ne s’agit pas là du “petit nègre” qu’on parle à un étranger. Non. C’est la manière normale de s’exprimer dans une telle situation, quelle que soit l’aisance en arabe de l’interlocuteur, à moins de bien le connaître et d’avoir pris l’habitude de converser avec lui dans un dialecte particulier, ṣan‘âni par exemple.

6Et cet état de choses peut perdurer longtemps. Car l’étranger aura bien du mal à apprendre une langue que nul ne lui parle et, à moins d’un effort volontariste de sa part, il pourra passer sa vie au Yémen sans que rien change ; il comprendra tout ce qu’on lui dit, mais rien de ce qui ne lui est pas adressé. Si cependant notre homme s’acharne, et finit par parler tant soit peu la langue qu’il entend autour de lui, il s’expose alors à des réactions amusées. Un futur formé à l’aide du préverbe shâ‑, un madrî pour dire “je ne sais pas”, un baîd marrih dans le sens de “très loin”, un mâbishsh pour “il n’y a pas” ou, pire, bih pour “il y a” – et voilà qu’il lui faut abandonner son sérieux et rire avec son interlocuteur. Car il a parlé anâni. Il s’est fait plus yéménite que les Yéménites, s’adressant en ṣan‘âni à quelqu’un de Ta‘izz, d’Ibb ou de ‘Adan (voire de Ṣan‘â’ mais issu d’un milieu intellectuel moderniste et rompu de longue date à la pratique de l’arabe standard international). S’il s’adresse à un Ṣan‘âni, la chose passera mieux ; et s’il parle le dialecte avec aisance, il ne prêtera pas à sourire – à condition toutefois de ne pas trop en faire. Mais il devra être toujours sur ses gardes, sans quoi il apprendra à ses dépens que le parler de Ṣan‘â’ n’a rien d’un standard national, et qu’au Yémen nul ne peut ouvrir la bouche sans afficher une appartenance géographique.

  • 4 Freeman 2006 : 66-67 note que, dans les feuilletons télévisés yéménites, chaque acteur emploie son (...)

7Il n’y a pas de dialecte neutre et utilisable par tous. On a toujours, qu’on l’emploie ou non en toute circonstance, un parler qui vous rattache à un groupe très précis et géographiquement déterminé. Et il en restera toujours quelque chose : on ne cherchera qu’exceptionnellement à le dissimuler ou à le faire disparaître ; ou alors, cela reviendra à nier une appartenance pour en affirmer une autre, au risque, éventuellement, d’être découvert et de susciter la désapprobation si l’on n’a pas de sérieux arguments pour se prévaloir de cette identité nouvelle4.

  • 5 Du moins chez les gens originaires de Tihâma. Il serait intéressant de savoir si le même phénomène (...)
  • 6 Il est intéressant de constater que, selon Vanhove 1999, ces mêmes traits sont stigmatisés et en ré (...)

8Rares sont les gens originaires de la Ḥujariyya qui adoptent un parler ṣan‘âni dans l’espoir de s’intégrer, quel que soit le regard parfois méprisant dont ils peuvent être l’objet. Cela peut arriver, mais pas à la première génération de migrants, me semble-t-il. Cependant, si l’on parle à quelqu’un originaire d’une autre région que la sienne, une adaptation se produit. Certains traits du dialecte familial ou régional disparaissent. Ceux qui risquent d’affecter gravement la compréhension sont effacés dans une certaine mesure. Mais ils ne sont pas les seuls. D’autres traits sont stigmatisés, sans que la raison en soit claire. Sur ce point, les attitudes varient beaucoup selon les origines géographiques. Les locuteurs originaires de Ṣan‘â’ ou des alentours ne semblent pas avoir beaucoup d’efforts à faire pour parler de façon acceptable. En revanche, certaines particularités d’autres dialectes paraissent assez mal vues, comme la conjugaison de l’accompli en ‑k (de type fiilk correspondant au classique failtu ou failta), que, de fait, on rencontre peu. On n’entend guère non plus l’article de type am‑ 5 (là où la plupart des dialectes arabes, dont celui de Ṣan‘â’, ont al‑) ou les accomplis féminins de troisième personne de type fiilah (correspondant à fiilat), pourtant fréquents dans certaines régions6. Il est difficile, au demeurant, d’énoncer des règles générales, et les attitudes individuelles sont très variables. Mais on peut dire que même dans Ṣan‘â’ la métropole, la variété linguistique est très grande et le nivellement assez limité. Il n’est pas exceptionnel que l’intercompréhension en soit affectée.

  • 7 En l’occurrence, la plupart des traits cités ici se retrouvent dans le dialecte ṣan‘âni traditionne (...)
  • 8 On pourrait en dire autant pour les réalisations du phonème /j/ : généralement occlusive vélaire so (...)
  • 9 Certaines d’entre elles peuvent exister concurremment chez le même locuteur.

9Les accommodements phonétiques semblent encore plus rares que ceux qui touchent le lexique ou la syntaxe. On peut chercher, dans certains milieux, à éviter une prononciation considérée comme trop populaire ou paysanne (diphtongaison en [ɘi] de la voyelle /î/, assourdissement des occlusives sonores géminées, prononciation sonore du phonème /ṭ/, faits d’intonation7), mais le but et l’effet n’est qu’exceptionnellement de masquer l’origine géographique. On ne “perd” pas son “accent” comme cela peut arriver quand on “monte à Paris”. Certains traits phonétiques semblent ne jamais subir aucune modification. C’est le cas des diverses prononciations du phonème /q/8 : occlusive vélaire (rarement uvulaire) sonore du Nord et de l’Est ([g] ou [G]) ; occlusive uvulaire (ou souvent pharyngale) sourde (ou brièvement préglottalisée, produisant une impression acoustique proche de la sourde) en provenance du Sud, à partir d’Ibb inclus ([q], [Ɠ]) ; occlusive vélaire éjective (ou en creaky voice) dans certaines prononciations de la Tihâma ([k'] ou [Ḵ]) ; fricative vélaire ou uvulaire sonore venue de régions méridionales ([Ɣ], [ʁ]), en particulier, mais pas uniquement, de la région du Yâfi‘ (Vanhove 2002) ; toutes ces variétés9 – et d’autres – cohabitent à Ṣan‘â’ et il semble que personne ne cherche à adopter celle d’autrui.

10Dans le cas du phonème /q/, les locuteurs ont conscience d’une opposition entre deux types de prononciation : l’occlusive sonore du Nord et l’occlusive sourde (ou fricative sonore) du Bas Yémen (qu’on peut désigner respectivement par [g] et [q] pour simplifier). La première est parfois associée par ceux qui l’ont dans leur parler aux vertus d’honneur et de courage physique censées être le propre de l’homme de tribu (qabîlî), la seconde pouvant être considérée par eux comme manquant de virilité – du moins si l’un des leurs s’avise de l’employer. À l’inverse, pour certains locuteurs originaires des régions méridionales, la première prononciation a quelque chose de rustre et un peu brutal, dont on peut se moquer à l’occasion. Ainsi, alors que beaucoup de traits phonétiques semblent ne pas être perçus consciemment par les habitants de Ṣan‘â’, celui-ci, au contraire, est un discriminant important, reconnu explicitement comme tel, pouvant marquer l’appartenance à un groupe, et chargé d’une valeur presque idéologique.

  • 10 Cela ne vaut pas, en théorie du moins, pour la récitation du Coran, très codifiée, ni, semble-t-il, (...)

11Ces différences régionales de prononciation se maintiennent même dans la pratique de l’arabe classique : situations formelles de discours devant un auditoire, lecture à haute voix d’un texte, poésie dite ou chantée, récitation de la Fâtia lors de la prière dans la sphère privée, etc. Certains traits considérés comme vulgaires – à Ṣan‘â’ mais pas forcément ailleurs –, comme la diphtongaison de /î/, peuvent certes être mal vus dans ces contextes ; de même, la prononciation très ouverte de /i/ ([ɘ]), qui ne semble pas stigmatisée d’ordinaire, paraît moins bien convenir à la dignité de la langue classique que des variantes plus fermées ([I] ou [i]). Mais chacun garde sa manière habituelle de réaliser le /q/ et le /j/, ou de prononcer ou non un /h/ dans les formes pausales de la tâ’ marbûa, si bien que l’origine géographique du locuteur reste marquée par le phonétisme employé10. L’arabe classique ne fonctionne pas comme une catégorie extérieure à la langue courante, lieu neutre où s’aboliraient toutes les différences. Si, contrairement à l’arabe dialectal, il est bien un outil idéalement unique commun à tous, chacun cependant l’emploie à sa manière, sans troquer son habit pour un uniforme.

12Une exception toutefois. Dans certains milieux étudiants ou intellectuels progressistes, un effort est parfois fait – dans certaines circonstances du moins – pour se rapprocher de la prononciation standard de l’arabe moderne international, en particulier en adoptant une prononciation [q] du /q/. Ce phénomène semble pour l’instant marginal. On ne rencontre rien de tel chez les lettrés de formation traditionnelle.

13On peut dire que quelques mots suffisent pour identifier l’origine d’un locuteur selon une division Nord/Sud, la région d’Ibb occupant une place intermédiaire – la tenue vestimentaire de la personne en question est d’ailleurs souvent suffisante à elle seule. Le terme de lughlughî ou de burghulî est parfois appliqué par des gens du Nord à ceux qui ont une prononciation de type méridional de /j/ et /q/ (soit, respectivement, [g] et [q]/[Ɣ]/[ʁ]) ; chez certains, en effet, le qâf /q/ a une sonorité souvent très proche de celle du ghayn /gh/ et aisément reconnaissable. Je ne connais pas, à l’inverse, de terme désignant par le biais de leurs particularités linguistiques les personnes originaires des hauts plateaux.

14Avec l’habitude, l’oreille devient capable d’identifier plus finement les provenances géographiques d’un parler. Mais il semble que beaucoup d’habitants de Ṣan‘â’ n’aillent pas tellement plus loin dans l’analyse et se contentent souvent – en ce qui concerne la langue – de cette division bipartite, chacun, bien sûr, étant toutefois capable de reconnaître une personne originaire de la même région que lui. D’autres, au contraire, ont une passion pour le jeu consistant à deviner l’origine d’un interlocuteur.

  • 11 Voir cependant à ce propos Watson 1994 : 244, pour qui le dialecte tihâmi est « highly stigmatized  (...)
  • 12 Il n’est pas sûr cependant que les parlers tihâmis confondent toujours /’/ et /‘/. Prochazka 1987, (...)

15Deux groupes de parlers ont peut-être une position particulière. Ceux de la région d’Ibb, selon des témoignages, sont considérés par certains comme ridicules, au point que les locuteurs venant de cette zone tentent parfois de dissimuler leur accent. Les parlers de la Tihâma peuvent faire rire aussi mais, m’a-t-il semblé, de manière plus bienveillante. Beaucoup d’histoires drôles sans grande méchanceté circulent sur leur compte11, dans lesquelles on les fait parler en imitant leur dialecte supposé. L’imitation se limite généralement à certaines intonations, au timbre de voix, à un /q/ prononcé à peu près comme /k/, à la réalisation de /‘/ comme [Ɂ] (occlusive glottale), à l’emploi de l’article am‑ et à la suffixation sporadique d’un élément–û à certains noms indéterminés. Ces traits, utilisés de manière fantaisiste, suffisent à raconter une blague tihâmie. Et, de fait, ils ont leur origine dans des caractéristiques réelles de certains parlers de la plaine côtière12. Mais ces derniers ont beaucoup d’autres particularités remarquables. Elles ne semblent pas avoir été retenues dans l’imitation.

16À l’intérieur même de Ṣan‘â’, certains quartiers sont réputés à juste titre avoir un parler particulier ; les plus souvent cités sont la vieille ville et le quartier populaire d’al-Qâ‘. Y a-t-il d’autres quartiers, abritant des populations plus récemment installées à Ṣan‘â’, qui se distinguent par leurs usages linguistiques (sur la base, par exemple, d’une origine géographique commune) ? Je l’ignore.

17Le dialecte ṣan‘âni traditionnel, “anâ- anâ”, que l’on associe à la vieille ville, fait figure de curiosité pour ceux dont ce n’est pas le parler maternel, pratiquement au même titre que n’importe quel autre dialecte du pays. Certains le disent difficile à comprendre et il n’est pas rare que ses particularités fassent rire même des locuteurs dont le parler habituel, ṣan‘âni mais plus moderne, n’en est pourtant pas très éloigné. Il est bien sûr difficile de savoir si tel ou tel trait linguistique est propre à un quartier donné où aux classes sociales qui l’habitent majoritairement, et il est probable que, dans d’autres parties de la ville, ce seront les critères sociaux qui expliqueront le mieux la situation. Mais, en l’occurrence, il est certains que des personnes de milieux, de conditions et d’états les plus divers, depuis le boucher du souk jusqu’au sayyid érudit, parlent quelque chose que tout le monde identifiera comme du ṣan‘âni de la vieille ville. Cette situation durera-t-elle ? Ce n’est pas sûr. Des familles aisées partent chercher dans d’autres quartiers un mode de vie plus confortable, des immigrants récents viennent s’installer. Il y aura sûrement des gens pour afficher dans leur manière de parler le lien qu’ils ont avec ce lieu remarquable, si différent du reste de Ṣan‘â’ ; mais peut-être pas de la même manière qu’auparavant.

18On retrouve dans les attitudes linguistiques aussi bien que dans le vêtement les éléments d’identités sociales types, de “looks”, dont chacun peut se prévaloir ou se démarquer, et auxquels on peut emprunter à sa guise de manière durable ou passagère suivant les circonstances ; des connotations politiques ou idéologiques ne sont jamais très loin.

  • 13 En particulier l’emploi de baro “aussi”.
  • 14 Freeman 2006 souligne avec raison l’importance croissante que prend le préverbe de futur -, deven (...)

19Par exemple, l’intellectuel à la mode du Sud, tête nue, portant veste, chemise et pantalon, et qui peut ou a pu être proche d’idées socialistes. Est-il de Ta‘izz ? de ‘Adan ? Difficile à dire d’emblée, car sa langue est un arabe assez standard, peu marqué dialectalement, volontairement proche de ce qu’on peut trouver dans la presse internationale ; certains traits semblent venus de l’arabe égyptien13. En revanche, /q/ et /j/ restent [q] et [g] – la phonétique est donc marquée géographiquement – et le futur des verbes est systématiquement formé avec la particule (courante à ‘Adan et dans une bonne partie de l’ex-Yémen du Sud), qui évince alors les autres particules de futur possibles, comme les formes en sh‑ de la région de Ta‘izz (cf. Behnstedt 1985 : 132)14. Certains éléments du vocabulaire relèvent d’un standard yéménite et non pan-arabe, comme yishtî “vouloir”, qui n’est qu’exceptionnellement remplacé par yurîd ou yirîd (on entend parfois âyiz).

20Une autre figure : le lettré ṣan‘âni de grande culture, portant facilement le qamî, voire le gilet sous la veste à l’ancienne manière, et une coiffure de type traditionnel. Il maîtrise parfaitement l’arabe classique, bien sûr, sous une forme qui évoque plus volontiers les ouvrages de fiqh que la chaîne de télévision al-Jazîra ; mais il ne se croit pas tenu de l’employer à l’oral et s’autorise souvent à user du dialecte de Ṣan‘â’, sous une forme châtiée, là où d’autres auraient mis leur point d’honneur à parler une langue très classicisante, comme si les lettres de noblesse de ce dialecte étaient assez assurées pour qu’il puisse servir même aux conférences ou aux discussions les plus savantes. Chez lui aussi, l’origine géographique transparaît dès la première phrase.

21Dans la communication entre personnes de dialectes maternels différents, les locuteurs ont conscience d’une standardisation. La variété linguistique alors employée est fréquemment nommée lahja bayâ’ “dialecte blanc, neutre”. Le terme – ou, du moins, son emploi courant – semble récent (quelque cinq ans, d’après des informateurs). Mais cette lahja n’est pas sur le même plan que les dialectes proprement dits (nommés aussi lahajât). Elle n’est le parler maternel de personne. Elle disparaît dès qu’on se quitte et n’est pas un système constitué totalement cohérent. Il y a bien des règles implicites, mais qui agissent surtout par soustraction, en éliminant ce qui pourrait gêner la compréhension, ou les traits les plus stigmatisés. Chacun s’en débrouille à sa manière, et l’on y voit cohabiter de manière instable les fragments de systèmes grammaticaux ou morphologiques qui n’ont de cohérence que dans les parlers où l’on est allé les puiser. Dans le vocabulaire aussi bien que dans les outils syntaxiques, on constate une certaine pauvreté des moyens d’expressions, qui se réduisent à ce qui a des chances d’être commun à tous les interlocuteurs, chacun d’entre eux gardant son système phonétique. Des habitudes se dégagent tout de même, et l’on peut alors parler de standard, sur certains points en tout cas, comme l’emploi de bâ‑ pour le futur ou l’interrogatif aysh “quoi”, qui se substituent aux nombreuses formes dialectales. Mais il n’y a pas une seule lahja bayâ, et l’on ne peut pas dire : « Tiens, ils parlent lahja bayâ! » comme on peut dire : « Tiens, ils parlent ta‘izzi, ou ṣan‘âni. » C’est une technique de communication, ce n’est pas un dialecte.

22En somme, il n’y a pas une manière courante de parler dans laquelle tous les Yéménites puissent se retrouver et qui ne soit pas liée à une zone géographique à l’exclusion des autres. Rien de commun, donc, avec la France, où certaines formes de français ne sont pas assignables à une région particulière et se rencontrent partout (même si Paris a joué un rôle important dans leur apparition).

  • 15 Remarquons toutefois que la langue employée pour s’adresser à un étranger, arabe ou non, est – du m (...)

23Néanmoins, les Yéménites reconnaissent très bien un parler comme yéménite, par opposition aux parlers saoudiens, par exemple, pourtant assez proches. Et certains traits, comme le verbe yishtî “vouloir”, qui peuvent faire sourire un autre arabophone – et peut-être bien justement à cause de cela – sont considérés comme typiquement yéménites ; on en rit et on en est fier tout à la fois. L’absence d’une langue commune n’est donc pas en elle-même le signe que le sentiment d’une identité nationale manque ou compte peu ; mais celle-ci ne va jamais sans un positionnement géographique plus précis et, surtout, elle ne passe pas par l’adoption d’un parler dominant au détriment des autres15. Le président de la République lui-même, dans des contextes internationaux, garde, au moins dans sa phonétique, des traits qui trahissent immédiatement son origine régionale. Des considérations de politique interne le poussent certainement à agir ainsi. Mais, quand bien même il le voudrait, il n’aurait guère le moyen de faire autrement, sauf à parler comme personne ne parle.

  • 16 Freeman 2006 : 79 va jusqu’à évoquer la possibilité que deux koinès concurrentes soient en formatio (...)

24Va-t-on, au Yémen, vers l’apparition d’un dialecte neutre, d’une koinè nationale ? Voyeux 2003 souligne l’importance des parlers cultivés de type ‘adani-Ḥujari. On a vu qu’ils pouvaient être porteurs d’une certaine attitude de modernité – ou être portés par elle. Et, de fait, ils contribuent de manière importante à la formation d’un stock d’éléments standards à l’échelle yéménite (en particulier la particule bâ‑ et l’interrogatif aysh). On pourrait considérer qu’il existe un standard de type méridional, surtout si l’on prend en compte les parlers d’une diaspora yéménite centrée sur Djibouti, à qui l’éducation et les contacts internationaux confèrent un prestige et un poids certains. Mais, si l’influence de tels parlers est notable, il ne me semble pas qu’ils soient en passe de prendre le dessus à Ṣan‘â’. Ils ont certains vents en poupe, mais d’autres leur sont contraires16.

  • 17 En particulier au niveau phonétique. Watson 2004 examine comment les dialogues d’une émission radio (...)

25Faut-il alors regarder vers un ṣan‘âni commun, dont l’émergence semble claire ? Ce ṣan‘âni commun a une certaine réalité, même si ses caractéristiques peuvent fluctuer grandement dans le détail et qu’il faille sans doute y distinguer des variétés ; on reconnaît très vite un parler comme extérieur ou non à cette entité. On peut l’employer partout dans les hauts plateaux sans susciter de réaction particulière (contrairement au parler de la vieille ville, qui sera immédiatement repéré) ; au pire, on aura l’air un peu citadin. Hors de cette zone, il sera identifié comme ṣan‘âni. Il n’est probablement pas plus proche du parler traditionnel de Ṣan‘â’ que des autres dialectes de la région17. On l’entend sans doute surtout chez des personnes habitant Ṣan‘â’ mais originaires des alentours de la ville ou des hauts plateaux. Mais il n’est pas rare non plus, semble-t-il, qu’il soit adopté par des gens nés à Ṣan‘â’, quelle que soit l’origine de leur famille. Ce sont ces mêmes personnes chez qui la question « D’où es-tu ? » suscitera une certaine gêne et qui répondront, après un instant d’hésitation, « Je suis de Ṣan‘â’ », préférant ne pas se réclamer d’une autre origine. Mais on ne voit pas ce parler se répandre dans d’autres régions du Yémen. Ce n’est pas un parler prosélyte. D’autres grandes villes du pays développent-elles de la même manière un parler que l’on pourrait alors considérer comme une koinè régionale ? Il faudrait d’autres recherches pour le montrer. À Ṣan‘â’ en tout cas, certains semblent trouver leur compte dans une neutralité ṣan‘ânie d’aujourd’hui, ne se réclamant ni de l’antique Ṣan‘â’, qu’ils n’ont guère connue, ni d’une origine régionale qui compte moins qu’autrefois. Et, chez beaucoup de gens, la langue ne laisse pas deviner à première écoute de quelle région est issue leur famille ; tout ce qu’on pourra dire, c’est qu’ils sont sans doute nés à Ṣan‘â’.

26La croissance démographique de la ville ne peut que donner à ce type de parler une importance de plus en plus grande et risque de changer considérablement la situation, de manière sans doute très rapide. Tout va dépendre de l’attachement – matériel et identitaire – aux structures sociales traditionnelles, géographiquement définies et impliquant qu’on est de tel endroit et pas d’ailleurs. Certains, s’ils en ont les moyens, peuvent vouloir s’en affranchir. Mais, pour le moment, la plupart ne peuvent pas se le permettre.

Haut de page

Bibliographie

Behnstedt Peter, 1985, Die nordjemenitischen Dialekte. Teil 1 : Atlas, Wiesbaden, Dr. Ludwig Reichert Verlag.

Diem Werner, 1972, « Nocheinmal zum Problem der unregelmäßigen Formen der 3. fem. Sing. Perf. in arabischen Dialekten : Der Befund der jemenitischen Dialekte », Orbis xxi/1 : 312-314.

Diem Werner, 1973, Skizzen jemenitischer Dialekte, Beiruter Texte und Studien 13, Beyrouth/Wiesbaden, Franz Steiner Verlag.

Freeman Andrew, 2006, « Why there is no koiné in anʿaa’, Yemen », in Sami Boudelaa (dir.), Perspectives on Arabic Linguistics, vol. xvi : Papers from the sixteenth annual symposium on Arabic linguistics, Cambridge, March 2002, Amsterdam/Philadelphie, John Benjamins Publishing Company : 63-82.

Greenman Joseph & Arbor, Ann, 1979, « A sketch of the Arabic dialect of the Central Yamani Tihâmah », Zeitschrift für arabische Linguistik 3 : 47-61.

Poche Marianne, 2002, Étude linguistique de quelques parlers de femmes dans un quartier de la vieille ville de anâ’ (Yémen), mémoire de DEA, Paris, Inalco, sous la direction de Jérôme Lentin.

Prochazka Theodore, 1987, « Remarks on the spoken Arabic of Zabîd », Zeitschrift für arabische Linguistik 17 : 58-68.

Rossi Ettore, 1939, L’arabo parlato a anâ’, Rome, Istituto per l’Oriente.

Vanhove Martine, 1999, « Diversité dialectale et nivellement linguistique : le cas de l’arabe dans les régions sud et est du Yémen », in Bernard Caron (dir.), Proceedings of the 16th International Congress of Linguists, Paris 20–25 July 1997, Oxford, Pergamon.

Vanhove Martine, 2002, « Processus de koïnisation dans le dialecte arabe de Yafi‘ (Yémen) », in Abderrahim Youssi, Fouzia Benjelloun, Mohamed Dahbi & Zakia Iraqui-Sinaceur (dirs), Aspects of the dialects of Arabic today, Proceedings of the 4th conference of the International Arabic Dialectology Association (AIDA), Marrakesh, Apr. 1–4. 2000, in honor of Professor David Cohen, Rabat, Amapatril : 151-159.

Voyeux Elia, 2003, L’arabe mélangé au Yémen : l’exemple d’une émission télévisée (2), mémoire de DEA, Paris, Inalco, sous la direction de J. Lentin.

Watson Janet C. E., 1993, A Syntax of SanʿâArabic, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag.

Watson Janet C. E., 1994, « On the definition of dialect with reference to Yemeni dialects of Arabic », in Yasir Suleyman (dir.), Arabic Sociolinguistics. Issues & Perspectives, Richmond (Angleterre), Curzon Press : 237-250.

Watson Janet C. E., 2004, « Linguistic levelling in San’ani Arabic as reflected in a popular radio serial », document de travail présenté lors de l’atelier intitulé « The evolution of urban Arabic vernaculars: The effects of migration and social change », tenu à Aix-en-Provence du 20 au 23 octobre 2004. Une publication est en cours.

Haut de page

Notes

1 J’y ai préparé, sous la direction de Jérôme Lentin, une thèse de doctorat sur la poésie semi-dialectale umaynî employée dans le chant dit ṣan‘âni.

2 On notera que l’observation se fonde très majoritairement sur des locuteurs masculins. D’autre part, faute d’information, il ne sera pas parlé des personnes originaires de la région du Ḥaḍramawt.

3 Ce point est relevé également par Poche 2002 : 73.

4 Freeman 2006 : 66-67 note que, dans les feuilletons télévisés yéménites, chaque acteur emploie son dialecte maternel, quel que soit le lieu où est censée se dérouler l’intrigue. Ajoutons que les téléspectateurs se plaignent fréquemment des invraisemblances que cela occasionne quand frère et sœur, père et fils parlent des dialectes différents.

5 Du moins chez les gens originaires de Tihâma. Il serait intéressant de savoir si le même phénomène touche des locuteurs originaires d’autres aires géographiques où l’article am‑ est courant mais où l’on a souvent une attitude de défiance ou de fierté vis-à-vis de l’État central et de sa capitale - en particulier les régions de l’Est et du Nord-Est. Cette forme am‑, qui peut faire sourire dans la conversation, est en revanche très appréciée (à doses modérées) dans la poésie du chant ṣan‘âni, dont on considère avec fierté mais non sans inexactitude qu’elle est écrite en dialecte de Ṣan‘â’.

6 Il est intéressant de constater que, selon Vanhove 1999, ces mêmes traits sont stigmatisés et en régression dans l’ex-Yémen du Sud. Le phénomène ne semble pas nouveau, puisqu’il est relevé par Diem 1972 : 314 pour la région de Ta‘izz.

7 En l’occurrence, la plupart des traits cités ici se retrouvent dans le dialecte ṣan‘âni traditionnel, où ils n’ont pas forcément la même connotation.

8 On pourrait en dire autant pour les réalisations du phonème /j/ : généralement occlusive vélaire sonore chez ceux originaires des régions au sud d’Ibb ([g]), affriquée sonore (l’occlusion étant souvent incomplète) articulée dans la zone palatale antérieure ([Ɉʲ] ou [Ɉj]) chez les locuteurs venant de régions plus septentrionales. Des prononciations intermédiaires existent mais sont somme toute assez rares. Dans l’ensemble, l’opposition entre les deux types est nette.

9 Certaines d’entre elles peuvent exister concurremment chez le même locuteur.

10 Cela ne vaut pas, en théorie du moins, pour la récitation du Coran, très codifiée, ni, semble-t-il, pour certains styles de prêche religieux.

11 Voir cependant à ce propos Watson 1994 : 244, pour qui le dialecte tihâmi est « highly stigmatized ».

12 Il n’est pas sûr cependant que les parlers tihâmis confondent toujours /’/ et /‘/. Prochazka 1987, à propos du parler de Zabîd, décrit /‘/ comme une occlusive pharyngale, distincte de l’occlusive glottale. Il se pourrait que cette fameuse confusion, prétenduement typique et à la base de tant d’anecdotes (même en Tihâma, cf. Greenman & Arbor 1979) soit moins le fait des Tihâmis eux-mêmes que de ceux qui les entendent mal.

13 En particulier l’emploi de baro “aussi”.

14 Freeman 2006 souligne avec raison l’importance croissante que prend le préverbe de futur -, devenu koinique dans les parlers de type méridional (‘Adan, Ta‘izz), dont beaucoup présentaient traditionnellement des formes en sh-. Sur quelques points de détail cependant, mes propres observations ne m’autorisent pas à suivre totalement cet auteur. Je suis étonné, en particulier, qu’il conclue à un emploi croissant du préverbe de futur shâ- dans le parler ṣan‘âni moderne (p. 71 et 75) ; shâ-, jusqu’ici réservé à la première personne du singulier, gagnerait du terrain sur ‘â-, employé normalement à toutes les autres personnes (cf. Rossi 1939 : 28 ; Watson 1993 : 83 sqq.). Ces résultats reposent sur une série de questionnaires où l’on a demandé à chaque informateur quelle forme il employait pour le futur. Mais je n’ai pour ma part pas souvenir d’avoir entendu une forme comme shâyijî “il viendra” chez quelqu’un parlant un dialecte de type anâni. Mon expérience personnelle concorde plutôt avec la carte n° 84 de Behnstedt 1985 : shâyijî permet assez sûrement d’identifier quelqu’un comme originaire de la Tihâma ou des montagnes qui la surplombent. D’autre part, les locuteurs originaires du Bas Yémen ont majoritairement, me semble-t-il, des formes sans-â-, de type shîgî (ce qui n’apparaît pas sur la carte en question, mais est confirmé par Diem 1973 : 98-99, 110 et 126). Ces dernières, qui régressent au profit de -, ne sont donc pas vraiment homonymes du shâ- ṣan‘âni (y compris à la première personne du singulier, où les parlers de la région de Ta‘izz ont shagî ou shigî “je viendrai”, alors que le ṣan‘âni a shâjî, avec un â nettement plus long, même s’il peut s’abréger en débit rapide ou dans des formes de type shaktub “j’écrirai”). Il me semble enfin que le préverbe - gagne du terrain même chez les locuteurs de dialectes septentrionaux, ṣan‘ânis en particulier – plus lentement, il est vrai, que chez les Méridionaux (cf. Voyeux 2003). Aucun risque de confusion avec le bi- du présent : bâyijî, même réduit à bâyjî, reste toujours bien distinct de biyijî, en général réalisé bîjî.

15 Remarquons toutefois que la langue employée pour s’adresser à un étranger, arabe ou non, est – du moins dans les milieux les moins scolarisés – très proche de la lahja bayâ’ dont on se sert entre Yéménites. On pourrait donc considérer que cette variété fait office, dans un cadre extra-national, de “parler yéménite”, affichant ainsi un ancrage territorial dans un cadre de référence plus large.

16 Freeman 2006 : 79 va jusqu’à évoquer la possibilité que deux koinès concurrentes soient en formation à Ṣan‘â’, l’une “nordiste”, l’autre “sudiste”. Cette manière de voir les choses est très intéressante en effet. Il faudrait s’assurer cependant que les deux systèmes en question diffèrent fondamentalement, car il se pourrait que seul un nombre très limité de marqueurs les distinguent.

17 En particulier au niveau phonétique. Watson 2004 examine comment les dialogues d’une émission radiophonique dont les textes sont écrits dans une langue qui se veut typiquement ṣan‘ânie laissent apparaître des caractéristiques phonétiques nouvelles chez des locuteurs pourtant nés à Ṣan‘â’ mais dont les parents viennent de villages avoisinants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Dufour, « Attitudes linguistiques et identités locales à Ṣanʻâ’ », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 121-122 | avril 2008, mis en ligne le 14 décembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/4893

Haut de page

Auteur

Julien Dufour

Doctorant en linguistique, Université de Paris III, cefas.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page