Navigation – Plan du site
II. Autocratie et technocratie : héritages, légitimités

L'idéal technocratique des ingénieurs à l'épreuve de la construction de l’Etat : Maghreb, Machrek, Indochine au XXe siècle

Anousheh Karvar
p. 199-211

Résumés

Dans cet article, nous suggérons de dégager les lignes de force des trajectoires individuelles d'un groupe de diplômés de grandes écoles françaises – les polytechniciens – originaires de l'Afrique du Nord, de l'Indochine ou du Moyen-Orient. Grâce à leur engagement dans les mouvements nationaux et de libération, les premiers ingénieurs formés en France se sont vus confier, avec les indépendances, le contrôle technique de l'activité économique. Or, une fois aux commandes des secteurs clés de l'économie, ils ont revendiqué une impartialité politique en contraste avec leur engagement précédent comme avec leur rôle de médiateur stratégique de la modernisation. En interrogeant l'idéal technocratique de ces ingénieurs d'État, produit contradictoire de la science acquise en Occident et de l'aspiration à l'indépendance, nous proposons quelques hypothèses d'explication sur l'implantation inachevée du modèle étatique de facture française dans les pays étudiés.

Haut de page

Avertissement

Ce document est issu d'une numérisation par OCR (reconnaissance optique de caractères), il peut contenir des erreurs. Pour une version sans erreur, le lecteur pourra se reporter au fac-similé de la version papier.

Texte intégral

1Les études politiques et sociologiques des dix dernières années ont suffisamment insisté sur les raisons économiques de l'échec du modèle développementaliste, parmi lesquelles il faudra sans doute citer la remise en cause du rôle de l'Etat dans la gestion de la crise économique que traversent les pays du Tiers Monde, sous la pression des institutions financières internationales.

2La relative faiblesse de l'assise économique des couches dominantes ou encore la nature néo-patrimoniale des relations entretenues avec le pouvoir public ont été également soulignées pour invoquer la faillite de l'étatisme et l'inaptitude de la bourgeoisie d'État à s'organiser par elle-même en vue d'une reproduction élargie des conditions de sa domination (Camau, 1978 ; Ben Ali, 1989). D'aucuns ont vu dans le crépuscule de la bourgeoisie d'État, l'émergence des hommes d'affaires ou entrepreneurs comme nouveaux acteurs de la libéralisation de l'économie (Waterbury, 1991 ; Meiering, 1999).

3Dans cet article, nous suggérons une hypothèse explicative différente et complémentaire qui consiste à rechercher dans l'ambivalence de l'engagement politique des ingénieurs d'État, une des raisons majeures de la faiblesse des constructions étatiques de l'ère postcoloniale.

4Pour ce faire, nous proposons de dégager les lignes de force des trajectoires individuelles d'un groupe de diplômés de grandes écoles françaises – les polytechniciens – originaires de l'Afrique du Nord, de l'Indochine ou du Moyen-Orient, pour mettre en lumière l'incapacité des premiers ingénieurs d'État à se constituer en groupe de pression politique et à assurer leur reproduction sociale dans les pays suscités.

5Les ingénieurs d'État formés en Occident, forts de leur formation scientifico-technique et du dévouement à la cause nationale, constituent la figure de proue des premières politiques de modernisation menées par les pouvoirs publics en quête d'indépendance. Grâce à leur engagement dans les mouvements nationaux et de libération, ces ingénieurs se sont vus confier, avec les indépendances, le contrôle technique de l'activité économique. Leur savoir technique, conjugué à la légitimité politique gagnée dans la lutte, devait assurer la pérennité de leurs options développementalistes.

6Or, une fois aux commandes des secteurs clés de l'économie, ils ont revendiqué une impartialité politique en contraste avec leur engagement précédent comme avec leur rôle de médiateur stratégique de la modernisation. Cette attitude les a écartés, à notre sens, de la prise de pouvoir politique et sonné le glas de l'idéal technocratique qu'ils ont tenté de réaliser.

7C'est bien dans cet idéal technocratique – produit contradictoire de la science acquise en Occident et de l'aspiration à l'indépendance – que nous suggérons de déceler l'origine de leur premier engagement comme du désengagement ultérieur qu'ils ont affiché. Leur croyance en la validité des sciences et des techniques en toutes circonstances, conjuguée aux systèmes élitistes de formation d'ingénieurs qu'ils ont mis en place, pourrait expliquer leur superbe isolement et de ce fait, le peu de résistance que la société civile a opposé, dans chacun de ces pays, à l'échec de l'idéologie du développement dont ils ont été la génération emblématique.

Gagner son espace d'intervention

  • 1  Diverses sources d'archives et des annuaires d'anciens élèves ont permis de reconstituer le contex (...)

8L'échantillon que nous proposons d'étudier est composé d'une vingtaine d'ingénieurs originaires de l'Algérie, du Maroc, de la Tunisie, du Viêt-nam, de l'Iran ou du Liban, formés à l'École polytechnique française dans l'entre-deux-guerres et immédiatement après1.

9Ces jeunes gens quittent leur pays à dix-huit ou vingt ans dans le but de poursuivre des études supérieures en France. Après s'être formés dans des classes préparatoires à Paris ou en province, ils suivent l'enseignement de l'École polytechnique et d'une école d'application – École des Mines, École des Ponts et Chaussées, l'École de l'Artillerie et du Génie.

10À l'issue des années d'étude en France, ils regagnent, tous, leur pays d'origine. Bien que mouvementée, leur carrière professionnelle et publique connaît trois étapes décisives : la première est celle d'une intégration sociale difficile dans un contexte colonial ou de domination, dès lors que les postes techniques sont occupés par des experts occidentaux. La seconde est marquée par un engagement politique dans les mouvements nationaux dans le but de réaliser les conditions d'exercice de leurs fonctions. La troisième est celle d'une implication au premier plan dans les projets de développement économique et d'enseignement technique, tout en marquant la distance avec l'espace politique.

Le retour au pays : l'engagement politique

11Dès le retour au pays d'origine, les polytechniciens se retrouvent dans une situation professionnelle qui ne laisse pas de place à l'exercice des compétences acquises en France.

12La catégorie socioprofessionnelle des ingénieurs musulmans est pratiquement inexistante en Algérie jusqu'à l'indépendance. Elle y apparaît seulement dans les années 1970, lors des premières actions d'industrialisation avec la création d'institutions de formation spécialisée (Akkache, 1990 : 147). L'émigration étudiante vers la France reste faible pendant la période de colonisation. En 1955, on recense entre 200 et 250 étudiants algériens à l'Université de Paris, 90 à l'Université de Montpellier et environ 70 à l'Université de Toulouse. La même année, l'Université d'Alger compte 400 étudiants indigènes contre 5 000 étudiants européens. Le pourcentage d'étudiants musulmans algériens tourne, en effet, autour de 3-4 % de 1915 à 1938 et autour de 7-8 % de 1939 à 1961 (Stora, 1992 ; Pervillé, 1984 ; Kadri, 2000). À l'indépendance, on ne distingue que deux ingénieurs diplômés des grandes écoles françaises dans les rangs des quelques deux cents hauts fonctionnaires algériens.

  • 2  L. Bensalem compte cinq polytechniciens tunisiens avant l'indépendance, mais nos registres n'en mo (...)

13La situation n'est guère meilleure en Tunisie où l'on dénombre trente-six diplômés des grandes écoles françaises en 1956. La plupart d'entre eux possèdent très peu d'expérience et n'ont occupé aucun poste de responsabilité. Il s'agit de quatre diplômés de l'Ecole polytechnique, dix de l'Ecole des Mines de Paris et de Saint-Étienne, quatre de l'École d'Hydraulique de Grenoble, trois de l'Ecole des Télécommunications, deux de l'École des Travaux publics, un de l'École centrale de Paris (Bensalem, 1990 : 91)2.

14Au Viêt-nam, l'administration des travaux publics et les entreprises privées dans ce domaine sont entièrement encadrées par les Français qui, dans la plupart des cas, ne sont pas aussi diplômés que les polytechniciens vietnamiens qui rentrent au pays dans les années trente (Barjot, 1986 : 158 ; Marseille, 1984 : 253).

15En Iran, le rapprochement du Shah avec le Reich a pour conséquence d'écarter les ingénieurs iraniens au profit de conseillers techniques allemands. Les « retours de France » sont d'autant moins bienvenus qu'ils sont soupçonnés d'idées non conformes au régime monarchique.

16Dans tous ces pays, les polytechniciens sont contraints à occuper des postes subalternes dans l'administration et dans l'enseignement.

17L'affaiblissement du pouvoir colonial français au Liban et en Indochine, la vacance de pouvoir causée par l'occupation de l'Iran par les Alliés, l'essor des mouvements de décolonisation dans les trois pays du Maghreb offrent aux ingénieurs polytechniciens l'occasion de faire leur entrée en politique. Impliqués dans la libération ou la décolonisation de leur pays, leur engagement politique s'étend du parlementarisme classique à la lutte armée et à l'action clandestine.

18Au Liban et au Viêt-nam, les polytechniciens participent aux gouvernements provisoires d'indépendance, formés respectivement en 1943 et 1945, pour occuper les portefeuilles des finances, de l'éducation, des beaux-arts ou des travaux publics.

19En Iran, dès 1945, ils sont à l'origine de la création de l'Association iranienne des Ingénieurs, formation de défense des droits professionnels, revendiquant l'exclusivité des ingénieurs iraniens dans les postes de responsabilité technique. Cette exigence sert de mot d'ordre à une grève réussie des fonctionnaires des ministères techniques en 1946. Après-guerre, les polytechniciens iraniens jouent un rôle primordial dans l'arrivée au pouvoir du gouvernement nationaliste d'A. Mossadegh (1950-1953) qui nationalise l'exploitation du pétrole iranien. Ils y occupent les trois postes clés des Affaires pétrolières, des Voies de communication et de la direction de l'armée, en qualité de chef d'état-major.

20L'engagement politique des polytechniciens prend une forme plus radicale au Sud du Viêt-nam où ils mettent leur compétence technique au service de l'armée de résistance du Sud au moment du débarquement des troupes du général Leclerc en 1945. Il en est de même en Algérie où le premier polytechnicien algérien entré à l'École polytechnique comme Français musulman, du fait du nouveau statut de l'Algérie en 1947, refuse son affectation à Bamako comme ingénieur des Ponts dans les services coloniaux. Il rejoint le FLN, puis l'ALN en Tunisie, mettant à profit l'expérience militaire acquise pendant le service effectué dans l'artillerie en Allemagne.

21En Tunisie, c'est un polytechnicien, ingénieur des travaux publics qui préside, de 1936 jusqu'à l'autonomie interne de la Tunisie en 1954, l'Association des anciens élèves du Collège Sadiki, fleuron du système d'écoles franco-arabes où l'on enseigne dans les deux langues. Le Collège comme l'Association jouent un rôle considérable dans la circulation des idées nationalistes dans la jeunesse tunisienne. Le bureau de l'Association est composé dès les années 1930 par les cadres politiques du Vieux comme du Néo-Destour. On y remarque notamment les frères Bourguiba, Tahar Sfar et Bahri Guigui. L'AAECS sert également de groupe de pression et de médiation auprès des autorités coloniales pour une plus grande prise en compte de l'instruction des « indigènes » (Sraïeb, 1995 : 236 et 306).

22Organisateur du mouvement étudiant à Paris, le premier polytechnicien marocain rejoint le parti de l'Indépendance (Istiqlâl) en rentrant au pays. Responsable du réseau, il participe à la collecte de fonds dans les pays européens et au maintien en activité du parti en clandestinité.

Un savoir au service du pouvoir

23L'originalité des parcours individuels des polytechniciens issus des colonies françaises se mesure aussi aux nombreux obstacles qu'ils franchissent avant d'arriver en France. Parce qu'ils ont fait tout simplement des études, parce qu'ils ont pu intégrer le système d'enseignement français, parce qu'ils ont réussi à accéder au meilleur de ce système en métropole, les ingénieurs dont nous avons étudié l'itinéraire constituent à bien des égards des exceptions dans leur propre environnement.

24Le choix d'un cursus scientifico-technique passant par l'École polytechnique va également à l'encontre de la prépondérance des filières débouchant sur des professions libérales dans les milieux étudiants issus des colonies (Pervillé, 1984 : 39-46). Car même si les décrets de 1919 et 1920 stipulent l'égalité des « indigènes » et des Français pour occuper des postes dans l'administration, même si l'ordonnance du 7 mars 1944 instaure leur égale admissibilité à tous les emplois publics, le marché de l'emploi pour les fonctions techniques est bien plus incertain que pour les médecins et les avocats, d'autant plus que les patrons français des industries locales recrutent exclusivement des ingénieurs français (Barjot, 1986 : 157-164).

25Le dévouement des polytechniciens à la cause nationale paraît ici comme la condition de possibilité de l'exercice de leur profession. C'est à ce prix que ces futurs ingénieurs d'État réalisent leur liberté d'action. Selon eux, les ingénieurs sont seuls créateurs de richesses, la liberté étant la condition sine qua non de leur créativité. Ils justifient ce credo par la leçon apprise à l'Ecole polytechnique et condensée dans la devise : « Pour la patrie, les sciences, la gloire ».

26En dépit d'un échantillonnage aléatoire, les polytechniciens interrogés ont tous connu cette phase d'éveil intellectuel et d'engagement politique dans les mouvements nationaux. La superposition de leurs itinéraires individuels révèle, à notre sens, un glissement progressif à partir des mérites scolaires vers une aptitude à être acteurs des enjeux politiques de leur pays. Il semble bien que la sélection par les sciences à l'entrée de l'Ecole polytechnique leur ait conféré, indépendamment de leur milieu d'origine, et avant même qu'ils entament une carrière professionnelle, une forte conviction de leur « grâce individuelle », un sentiment de légitimité à modifier le cours de l'histoire grâce au savoir technique acquis en Occident.

27Par sa place dans le système d'enseignement français, d'une part, et par l'excellence du niveau de son enseignement de l'autre, l'École polytechnique française produit, dans les années 1920-1950, des ingénieurs engagés qui mettent leur statut d'expert technique à la disposition de la cause qu'ils défendent. Pour ces polytechniciens, l'acquisition des techniques devient une arme pour atteindre l'indépendance : « comme la colonisation a été l'œuvre des ingénieurs, l'efficacité de la décolonisation dépend également de l'engagement des ingénieurs ».

28De leur côté, les leaders des mouvements nationaux reconnaissent aux ingénieurs formés à Polytechnique ce potentiel technique qu'ils sollicitent dans la lutte politique comme dans le face à face militaire. Ainsi, les polytechniciens iraniens sont appelés à mettre leur expertise au service de la cause nationale et à produire, dans des discours devant le parlement iranien comme dans les instances internationales, l'argumentaire pour démontrer le « bien-fondé scientifique et rationnel » de la nationalisation du pétrole iranien. De même, si les communistes du Sud Viêt-Nam font appel à un non-communiste pour occuper le second poste de commandement de l'armée, c'est parce qu'ils lui accordent le crédit militaire et le bénéfice d'un savoir-faire technique, les deux acquis, à leurs yeux, à l'Ecole polytechnique.

29Notons enfin que l'engagement militant des polytechniciens, sans doute du fait de leur nombre réduit, revêt un caractère individuel. Il reste de courte durée et cela en constitue une autre caractéristique. Comme il ne s'étend guère au-delà de la réalisation des conditions objectives de leur activité technique, leur mobilisation ne débouche pas sur la revendication du pouvoir politique. Avec les indépendances et la conquête de l'espace institutionnel de leur intervention, se tarit le caractère militant de leur science.

Apogée de carrière : les décennies mythiques du développement

30Les polytechniciens étrangers atteignent l'apogée de leur carrière dans les années 1960 et 1970, décennies mythiques du développement économique et de la planification : portefeuilles techniques et Plan d'une part, enseignement supérieur technique d'autre part sont les principaux volets de leurs activités.

Ingénieur organisateur et industrialiste

31Au Liban ou en Iran, les polytechniciens sont conseillers techniques du Président ou du Premier ministre ; ministre ou directeur général de l'énergie, de l'équipement, des travaux publics, des finances, de l'économie et du Plan. L'exemple de l'Organisation du Plan en Iran, créée en 1953, montre bien l'investissement des ingénieurs formés dans les grandes écoles françaises dans cette branche. Sur les quinze ingénieurs civils de l'Ecole des Mines de Paris formés dans les années 1930 à 1936, treize se retrouvent au Plan, le poste de direction étant occupé par un X-Mines.

32Dans les pays du Maghreb où ces décennies correspondent à l'âge d'or de la décolonisation, des postes stratégiques leur sont réservés dès l'entrée dans la vie active, leur garantissant ascension professionnelle et mobilité sociale.

33En Algérie, l'Exécutif provisoire mis en place au moment de l'accession à l'indépendance doit faire face à la remise en marche d'une machine économique grippée par les sabotages de l'OAS et par le départ des techniciens français. C'est à un polytechnicien algérien qu'on confie la direction, nouvellement créée, de l'industrialisation au sein de la Délégation des Affaires économiques. Il est chargé de la relance de la sidérurgie d'Annaba et de la création de la Société nationale de Sidérurgie (SNS) dont il devient le premier directeur général.

34Acteur de premier plan d'une industrialisation menée par la volonté politique de la faction "industrialiste" du pouvoir et financée par les revenus pétroliers, le polytechnicien dirige la réalisation d'un projet phare de 20 000 travailleurs. Ce projet industriel cristallise les attentes du gouvernement de l'indépendance pour qui, à l'instar d'autres pays du Tiers Monde des années 1950, la sidérurgie est considérée comme le critère même de l'engagement dans la voie de l'industrialisation et du développement.

35Dans les années 60-70, la SNS se transforme en un laboratoire de développement industriel. Soutenu par H. Boumediene, président de l'époque, et par B. Abdesselam, le grand artisan du programme d'industrialisation algérien, la mise en place d'une base industrielle intégrée comprend trois volets : industrialisation, nationalisations et création de sociétés nationales, selon un plan de développement allant de 1965 à 2 000.

36En Tunisie, la carrière des polytechniciens est également tracée d'avance par le pouvoir public pour qu'ils occupent la place laissée par les ingénieurs français dans les secteurs clés de l'économie tunisienne. Les jeunes recrues ont de leur côté entièrement intégré le sens de l'intérêt collectif et n'envisagent pas d'autre carrière que celle à laquelle ils sont prédestinés. Avec le départ des capitaux et des cadres techniques français, l'État indépendant intervient activement dans la mise en œuvre d'un projet de rattrapage. Dans les perspectives décennales 1962-1971, le secteur public joue de multiples fonctions économiques dans la gestion directe de l'économie et des activités délaissées par le capital privé.

37Les ingénieurs tunisiens formés dans les grandes écoles françaises trouvent leur place dans la continuité du fonctionnement des institutions créées par le Protectorat, en conservant globalement les modes d'organisation dans leur « rationalité », malgré le décalage technique perceptible. En conséquence, la relève par les cadres tunisiens présente un schéma de déroulement sans heurts dans les secteurs de souveraineté et d'infrastructure : équipement, raffinage, sidérurgie, énergie. Ils dirigent également les entreprises publiques qui contrôlent l'exploitation et la distribution de l'électricité, du gaz, du pétrole (STEG, ETAP, Sotugat, Sergaz, etc.).

38Au Maroc, où le roi et le parti de l'Indépendance (Istiqlâl) s'entendent sur une transition douce pour conserver les experts français à leurs postes, les premiers polytechniciens occupent les principaux sièges de direction des entreprises publiques ; le ministère des Travaux publics, avec un polytechnicien comme ministre, est leur principal employeur. Le même polytechnicien dirige le ministère de l'Économie nationale et des Finances de 1960 à 1963. Auteur du premier Plan quinquennal, il jette les bases des principales réformes de l'Etat et de la marocanisation de l'économie : réorganisation du système bancaire, incitations fiscales pour les activités économiques, mesures protectionnistes en faveur des produits manufacturiers marocains, incitation à l'épargne, création de l'Office national de l'irrigation et de l'Office national de la mise en valeur agricole, financement du petit commerce et de l'artisanat, habitat économique.

Le désengagement politique

39Une fois aux commandes de l'économie, la génération pionnière de polytechniciens pense pouvoir réaliser la "république des ingénieurs" tout en se tenant à l'écart de la politique. Lethos de l'impartialité de l'ingénieur est un autre acquis de sa formation dans les grandes écoles françaises. De l'École polytechnique, elle retient l'image du « creuset républicain » où l'esprit de camaraderie fait abstraction des différences, en termes de nationalités mais aussi d'opinions politiques.

40Conseillers ou planificateurs, organisateurs ou industrialistes, les polytechniciens trouvent la légitimité de leur mission sociale dans l'utilité publique de leurs fonctions techniques. Ils justifient leur action par la capacité d'expertise qu'ils mettent au service de l'intérêt général. Pour eux, le métier d'ingénieur est « le seul capable de résoudre les problèmes de l'ensemble du pays ».

41De ce fait, leur credo technocratique réduit tous les problèmes de la société, y compris politiques, à une dimension technique que seuls les ingénieurs parviendraient à appréhender. Considérée comme une fin en soi, la rationalité technique transcende, à leurs yeux, les conflits sociaux et les diverses appartenances partisanes et place leur action publique au-dessus des fluctuations de la politique. L'ingénieur d'État, comme tout fonctionnaire spécialisé, doit se tenir à l'écart de la mêlée politicienne.

42La croyance des ingénieurs dans les vertus des sciences et des techniques répond à la recherche d'efficacité des Etats postcoloniaux dans les programmes de grande envergure de modernisation des infrastructures. Leur rationalité technique conforte et légitime les options dirigistes et autoritaires des régimes en place. D'autant plus que la foi parfois aveugle en la technique importée d'Occident exclut du débat public les solutions qu'ils proposent aux problèmes du pays. En se positionnant au-dessus du champ politique et, a fortiori, en dehors de la sphère sociale, les ingénieurs d'État formés en France ne favorisent pas l'appropriation de leur science par la société civile. Ils creusent, au contraire, leur écart avec les autres composantes de la société.

43Dans les décennies 1960 et 1970 où s'accélère le développement industriel, les polytechniciens trouvent naturellement dans les postes ministériels la meilleure adéquation entre la formation reçue en France et la performance professionnelle en matière de planification et de mise en œuvre de choix technologiques (Larif-Béatrix, 1988). Dans les anciennes colonies françaises où la dynamique de changement ne met pas en cause les modèles d'encadrement technique dans l'industrie comme dans les travaux publics et les mines, le système français de recrutement des élites dans les grandes écoles reste en vigueur.

44En revanche, dans les décennies suivantes, avec l'abandon du modèle global de développement et l'insertion dans la division internationale du travail, avec la promotion des investissements privés et l'intensification des échanges par la création d'espaces privilégiés de délocalisation, les ingénieurs d'État perdent les leviers de commande des secteurs vitaux de l'économie. La financiarisation de l'économie les met en concurrence avec d'autres types de compétence à dominante commerciale et financière (Vermeren, 2000 : 195).

45Dès lors, ils assistent, impuissants, à la mise en œuvre des options néo-libérales édictées par les organismes supranationaux comme le FMI et la Banque mondiale. L'autonomie revendiquée par rapport à l'ordre politique fait obstacle à leur constitution en corps organisé pour participer au pouvoir ou en influencer la répartition entre les divers groupes à l'intérieur de l'État (Weber, 1959 : 101) : « ... avec nos camarades techniciens, disent-ils, nous nous sentons bien désarmés devant l'incompréhension des hommes politiques ».

Ingénieur diffuseur du savoir technique

46Pourtant, dans le discours des polytechniciens précurseurs, le progrès technique n'est pas suffisant en soi pour rattraper le retard et atteindre le développement économique. Il faut que la rationalité technique et la culture scientifique pénètrent l'esprit du plus grand nombre. Par conséquent, l'ingénieur doit guider l'évolution de son peuple grâce à son intervention dans le domaine de la formation.

47C'est ainsi qu'au Viêt-nam, un polytechnicien, ingénieur des Ponts et Chaussées et agrégé de mathématiques lance un mouvement de réflexion, de didactique et de vulgarisation scientifiques et techniques dans les années 1938-1945. Cette action en profondeur se compose de plusieurs volets : méthode "scientifique" d'alphabétisation, composition de la première terminologie scientifique et technique en langue vietnamienne, création dans les années 1940 d'une des premières revues scientifiques du Viêt-nam pour étudiants en sciences, publication d'un "vocabulaire scientifique" avec l'établissement des règles précises pour la traduction des termes les plus utilisés en sciences (Brocheux, 1986 : 201-207 ; Nguyen, 1995 : 72 et passim).

48S'il illustre bien les propos tenus par les polytechniciens, ce mouvement à destination du plus grand nombre revêt un caractère marginal dans un milieu plutôt favorable à des filières sélectives de formation.

49Pour réaliser leur idéal méritocratique, les ingénieurs formés en France tentent de reproduire dans leur pays le mode de sélection des grandes écoles techniques françaises où chaque élève recruté sur concours et selon ses mérites scientifiques n'est connu que par son nom et non par ses origines. Selon eux, les grandes écoles à la française, tel un « fondoir général et intégral », feraient abstraction des différences entre individus en mettant en valeur les capacités humaines de chacun. Fidèles à la tradition des Lumières, elles dispenseraient un savoir encyclopédique qui, tout en éclairant les esprits, conduirait la nation vers l'essor économique.

  • 3  Informations recueillies au cours d'entretiens avec MM. Joseph Naggear (Liban, X-1927), Mokhtar La (...)

50De ce fait, les polytechniciens participent activement à la mise en place et au développement des systèmes de formation d'ingénieurs en décalquant le modèle français des filières d'excellence et de recrutement sur concours. Au Liban, ils sont à l'origine de la création de la première école d'ingénieurs (ESIB). En Tunisie, ils réalisent en 1968 la première école de formation de techniciens supérieurs et d'ingénieurs (ENIT). Il en est de même au Maroc avec la création de l'École Mohammadia d'Ingénieurs de Rabat en 19593.

La reproduction des élites en question

51En créant des écoles d'ingénieurs de haut niveau, la première génération de polytechniciens répond à la demande pressante en cadres techniques au lendemain des indépendances. En fondant le recrutement des écoles nationales sur concours, elle propose de jeter les bases d'une véritable méritocratie et d'ouvrir les carrières à tous les milieux sociaux. Fidèle à l'enseignement reçu en France, elle tente d'introduire l'exigence de compétences et de normes professionnelles dans le recrutement et la reproduction des élites de l'Etat.

52Mais la conception polytechnicienne de l'État à fondement bureaucratique n'est pas exempte d'ambiguïtés. Au Liban, en Tunisie comme au Maroc, les polytechniciens se chargent aussi de la sélection et de l'envoi systématique des meilleurs bacheliers vers les grandes écoles françaises. Ils organisent leur accueil et leur orientation et assurent leur placement professionnel une fois de retour au pays, offrant ainsi un parcours identique au leur à une catégorie de plus en plus nombreuse d'ingénieurs.

53Au Liban, l'ESIB coexiste avec des cursus de formation préparant aux concours d'admission des grandes écoles françaises. L'ENIT tunisienne est dotée d'une filière intégrée de sélection en vue des études supérieures en classes préparatoires et grandes écoles françaises en parallèle avec les filières classiques de formation de techniciens supérieurs et d'ingénieurs sur place. Au Maroc, des conventions de coopération facilitent l'accès des jeunes Marocains aux grandes écoles d'ingénieur françaises.

54Cette démarche contradictoire – méritocratique et fondée sur des critères d'appartenance sociale à la fois – contribue à instaurer une hiérarchie de valeurs entre les diplômes d'ingénieur : d'une part, les diplômés des filières d'excellence tournées vers la France dont le recrutement s'effectue dans les milieux aisés capables de supporter des études secondaires coûteuses en langue française ; d'autre part, les ingénieurs issus, en majorité, de milieux populaires et formés dans les écoles d'ingénieurs nationales. Les premiers se voient offrir par leurs aînés les postes de conception et de direction technique dans la haute administration et dans les entreprises publiques, tandis que les seconds sont relégués dans les postes d'exploitation du secteur productif.

55En favorisant l'ascension d'une élite restreinte de techniciens de haut niveau, formés à l'étranger dans des écoles prestigieuses, les polytechniciens tentent de propulser au sommet de l'appareil d'Etat, une « caste » socialement fermée et protégée de la concurrence (Raynaud, 1987 : 197). Il s'agit, pour eux, de faire perdurer leurs options de développement étatico-centré, en prenant appui sur une couche dominante stable formée d'ingénieurs d'Etat, reproduite à leur image.

56Ce processus de réplication sociale reste également inachevé avec le tournant néo-libéral pris par ces pays. Au cours des décennies 1980 et 1990, la génération pionnière des polytechniciens assiste, impuissante, à un « brain drain structuré », à une « véritable saignée » des jeunes ingénieurs formés à l'étranger vers la France, les Etats-Unis ou le Canada. Ceux d'entre eux qui choisissent de s'établir dans leur pays d'origine sont confrontés à la dégradation progressive des conditions matérielles de recrutement dans le secteur public. Ils se tournent vers les entreprises privées multinationales et les banques d'affaires qui, avec l'ouverture des marchés et l'économie de sous-traitance, créent des d'emplois dotés d'un niveau élevé de salaires et de nombreux contacts avec l'étranger (Karvar, 2000 : 190).

57En concentrant leurs efforts sur l'implantation du modèle technocratique de l'Etat de facture française, les polytechniciens ont subi de plein fouet le désengagement de l'État de la gestion directe de l'économie comme du financement des filières de formation supérieure technique dont il n'était plus le principal bénéficiaire. Munis d'un bagage technique solide et d'un sens aigu du devoir envers la nation, ils se sont vus confier la destinée économique et les richesses de leur pays. De par leur faible insertion dans la sphère politique comme dans le tissu social, ils ont été la première cible des opérations de délestage de l'appareil étatique.

Haut de page

Bibliographie

AKKACHE A., 1990, « Ingénieurs et emploi. Quelques données sur l'Algérie », in E. LONGUENESSE (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen, 147-154.

BARJOT D., 1986, « Les Entreprises de travaux publics face à la décolonisation : une adaptation difficile mais réussie ? (1940-1956) », in C.-R. AGERON (dir.), Les chemins de la décolonisation de l'empire colonial français. Colloque organisé par l'IHTP les 4 et 5 octobre 1984, Paris, Éd. du CNRS, 157-164.

BENHADDOU A., 1997, Maroc : les élites du royaume. Essai sur l'organisation du pouvoir au Maroc, Paris, L'Harmattan, 226 p.

BENSALEM L., 1990, « La Profession d'ingénieur en Tunisie. Approche historique », in E. LONGUENESSE (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen, 81-93.

BEYHUM N., TABET J., 1990, « Le rôle social des ingénieurs au Liban, idéologies de formation et stratégies sociales », in E. LONGUENESSE (dir.), Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, Maison de l'Orient méditerranéen, 291-308.

BlRNBAUM p., 1982, La logique de l'État, Paris, Fayard, 236 p.

BROCHEUX p., 1986, « La Question de l'indépendance dans l'opinion vietnamienne de 1939 à 1945 », in C.-R. AGERON (dir.), Les chemins de la décolonisation de l'empire colonial français. Colloque organiser par l'IHTP les 4 et 5 octobre 1984, Paris, Éd. du CNRS, 201-207.

CAMAU M., 1978, Pouvoirs et institutions au Maghreb, CERES production.

CAMAU M. (dir.), 1991, Changements politiques au Maghreb, Éd. du CNRS, 373 p.

CHARFI M., 1989, Les Ministres de Bourguiba : 1956-1987, Paris, l'Harmattan.

EL KENZ A., 1978, Le Complexe sidérurgique d'El-Hadjar. Une expérience industrielle en Algérie, Paris, CNRS Éditions.

EL KENZ A. (dir.), 1989, L'Algérie et la modernité, Dakar, CODESRIA, 293 p.

GOBE E. (coord.), 1999, Les Cahiers de l'Orient, Entrepreneurs dans le Monde Arabe, 3e trimestre 1999, n° 55, 148 p.

HABERMAS J., 1971, Toward a rational society. Student protest, science, and politics, London, Heinmann.

HABERMAS J., 1973, La technique et la science comme idéologie, Paris, Gallimard, 216 p.

HOANG X. H., s.d., Danh tir khoa hoc. Toan, Ly, Hoa, Co, Thien van (Vocabulaire scientifique. Mathématique, Physique, Chimie, Mécanique, Astronomie), Paris, Éd. Minh tân.

KADRI A., « La formation à l'étranger des étudiants algériens : les limites d'une politique rentières (1962-1995) », in V. GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, CNRS Éditions, 209-219.

KARVAR A., 2000, « Trois générations d'élèves tunisiens à l'Ecole polytechnique française (1955-1985) », in V. GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, CNRS Éditions, 179-192.

LARIF-BEATRIX A., 1988, Edification étatique et environnement culturel. Le personnel politico-administratif de la Tunisie contemporaine, Paris, Publisud - OPU.

LONGUENESSE E. (dir.), 1991, Bâtisseurs et bureaucrates. Ingénieurs et société au Maghreb et au Moyen-orient, Lyon, La Maison de l'Orient.

MARSEILLE J., 1984, Empire colonial et capitalisme français. Histoire d'un divorce, Paris, Albin Michel.

MEIERING G. B. M., 1999, « Les entrepreneurs tunisiens », in E. GOBE (coord.), Les entrepreneurs dans le monde arabe, Paris, Les Cahiers de l'Orient, 55, 71-89.

NGUYEN V. K., 1995, La Société vietnamienne face à la modernité. Le Tonkin de la fin du XIX' siècle à la Seconde Guerre mondiale, Paris, l'Harmattan.

PERVILLE G., 1984, Les Étudiants algériens de l'Université française 1880-1962, Paris, Éd. du CNRS.

RAYNAUD p., 1987, Max Weber et les dilemmes de la raison moderne, Paris, PUF, 217 p.

SRAÏEB N., 1995, Le Collège Sadiki de Tunis, 1875-1956, Enseignement et nationalisme, Tunis, Les éditions de la Méditerranée.

STORA B., 1992, Ils venaient d'Algérie. L'immigration algérienne en France (1912-1992), Paris, Fayard.

VERMEREN p., 2000, « Hautes études commerciales et dynamique sociale au Maroc et en Tunisie durant les années quatre-vingt-dix », in V. GEISSER (dir.), Diplômés maghrébins d'ici et d'ailleurs. Trajectoires sociales et itinéraires migratoires, Paris, CNRS Editions, 179-192.

WATERBURY J., 1991, « Twilight of the State Bourgeoisie ? », International Journal of Middle East Studies, vol 32, 1-17.

WEBER M., 1959, Le savant et le politique, Paris, Librairie Pion, 185 p.

Haut de page

Notes

1  Diverses sources d'archives et des annuaires d'anciens élèves ont permis de reconstituer le contexte de l'arrivée en France de ces polytechniciens étrangers, ainsi que les grandes lignes de leur carrière professionnelle. Une centaine d'heures d'entretiens avec les acteurs et leur entourage a apporté les compléments d'informations sur leur itinéraire et leurs engagements politiques (entretiens menés en 1991, 1992, 1993, 1996 et en 2001). Leurs propos, cités dans le texte, sont signalés en italiques.

2  L. Bensalem compte cinq polytechniciens tunisiens avant l'indépendance, mais nos registres n'en montrent que quatre.

3  Informations recueillies au cours d'entretiens avec MM. Joseph Naggear (Liban, X-1927), Mokhtar Latiri (Tunisie, X-1947), M'hamed Douiri (Maroc, X-1948).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anousheh Karvar, « L'idéal technocratique des ingénieurs à l'épreuve de la construction de l’Etat : Maghreb, Machrek, Indochine au XXe siècle », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 101-102 | juillet 2003, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://remmm.revues.org/49

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page