Navigation – Plan du site
II. Lectures

L’Année du Maghreb, 2004. Dossier L’espace euro-maghrébin, juin 2006, éd. du CNRS, 536 p.

Cherif Dris
p. 265-267

Texte intégral

1Les relations entre l’Europe et le Maghreb n’ont jamais suscité autant d’intérêt de la part de la communauté scientifique des deux rives de la Méditerranée que ces dernières années. Le foisonnement d’études et d’ouvrages publiés par des chercheurs des deux rives en témoigne.

2Cependant, traiter de tous les aspects de ces rapports avec un regard critique et analytique loin de tout dogmatisme et parti pris n’est pas une pratique courante. Il est en effet rare de tomber sur des travaux qui s’essaient à un exercice difficile dont le mérite est de cerner les relations entre le Maghreb et l’Europe dans toutes ses dimensions : politiques, économiques, culturelles et sociétales. D’où l’intérêt de ce premier numéro de L’Année du Maghreb ouvrage à suite qui succède au prestigieux Annuaire de l’Afrique du Nord publié par l’IREMAM depuis 1962.

3L’intérêt de ce numéro se justifie à plus d’un titre. Tout d’abord, parce que les relations entre l’Europe et le Maghreb entrent dans une nouvelle ère marquée par des évolutions qui bouleversent le paysage géopolitique mondial. Ensuite parce que la nécessité de resserrer les liens entre ces deux aires se fait de plus en plus sentir. Depuis quelques années on assiste à des tentatives de redynamisation des forums de concertation et de coopération tant au niveau multilatéral que bilatéral en Méditerranée occidentale. Le demi-échec de Barcelone a sans doute incité les dirigeants de cette sous région à développer une nouvelle forme de coopération sans se détacher complètement du partenariat euro-méditerranéen. Ainsi, le Maghreb devient-il une région importante pour l’Europe. Mais qu’en est-il au juste ?

4Il serait naïf de croire à la résurgence d’un Maghreb pouvant peser sur les rapports de forces au sein du bassin méditerranéen. Le Maghreb, comme l’explique Jean Robert Henry, dans son article sur la Méditerranée occidentale en quête d’un destin commun, se retrouve à la croisée de deux représentations : l’une américaine qui le considère comme une pièce maîtresse dans son projet de Grand Moyen-Orient, l’autre européenne qui se limite à le considérer comme un espace de repli pour un partenariat privilégié. La traduction de cette représentation du Maghreb comme espace de repli est fournie par la politique de voisinage adoptée par l’Union européenne et dont l’accueil par les pays du Maghreb reste des plus réservés qui soit. Cette nouvelle politique repose sur une vision « ethnoculturelle de l’Europe qui oppose implicitement aux voisins la famille européenne ». Conséquence directe de cette nouvelle représentation du voisin, un « glissement vers une régulation policière et sécuritaire du facteur humain ». En effet, les Européens accentuent leur contrôle sur les migrations. L’article de Ali Bensaad sur le Sahara comme nouvelle jonction intercontinentale l’illustre parfaitement. L’auteur, qui met en évidence cette crainte européenne de voir les immigrés clandestins provenant du sud du Sahara submerger le vieux continent, montre que l’Europe traite les flux migratoires en délocalisant leur gestion « vers les pays du Maghreb, lesquels sont devenus des territoires de transit de ce mouvement migratoire ». Plus inquiétant encore ce durcissement vis-à-vis des immigrés se communautarise. En effet, comme l’explique Delphine Perrin, « l’ensemble des législations européennes a récemment été modifié dans le sens d’une restriction des entrées étrangères et d’une répression accrue des clandestinités ». Car plus « l’Europe se construit, plus elle s’oppose à l’ «Autre» méditerranéen et l’écart entre son discours universaliste et humaniste dans le monde et son rejet du sud n’en est que plus craint ».

5Cette perception européenne du Maghreb comme espace de repli pervertit la dynamique relationnelle euro-maghrébine. Mais en même temps, cette dynamique est aussi suspendue aux transformations du paysage politique maghrébin. Si les scrutins présidentiels et législatifs tunisiens ont conforté le caractère autoritaire du régime de Ben Ali, les élections présidentielles de 2004 en Algérie n’ont pas mis un terme à la crise politique que traverse ce pays depuis le début des années 1990. Bien au contraire, elles ont perpétué le statu quo en reconduisant le Président Abdelaziz Bouteflika dans ses fonctions. Quant au Maroc, force est de constater que les avancées vers la démocratie et la modernité contrastent avec le maintien de pratiques propres au mode de gouvernance makhzénien. Comme l’illustrent les différentes contributions au sujet des pratiques politiques, économiques, voire linguistiques dans ces pays, les régimes en place s’affairent à développer des mécanismes qui leur permettent d’assurer leur survie. Ainsi, le régime algérien semble s’orienter vers une formule à la chinoise préférant l’ouverture économique à l’ouverture politique. Le président Bouteflika et ses conseillers considèrent que le blocage actuel de l’Algérie « trouve son origine dans la stratégie suivie au début des années 1990 et dont le point d’ordre était que l’ouverture économique [devait] être concomitante à l’ouverture politique ». En somme, tel semble être le choix auquel les régimes maghrébins semblent se résoudre. Les différentes élections vont dans le sens d’une consolidation autoritaire de ces régimes et d’un verrouillage plus prononcé que jamais du champ politique. L’étude de Vincent Geisser et Eric Gobe sur les élections en Tunisie l’illustre parfaitement : elle montre comment le régime de Ben Ali a mis la société civile sous contrôle, « tout en s’assurant l’allégeance d’une certaine classe politique par une sorte de Mobaya’a ».

6Ces pratiques traduisent le malaise dans lequel se débattent les sociétés du Maghreb. Ce malaise se ressent également sur le plan culturel et religieux où l’unanimisme ayant prévalu depuis les indépendances est en passe de s’effriter. Ainsi en Algérie, l’essoufflement de l’idéologie socialiste qui a voulu façonner la société algérienne à travers différents canaux dont l’école, s’est accompagné de l’émergence d’expressions contestataires au début des années 1980, incarnées par le mouvement berbériste et les islamistes. L’un comme l’autre contestaient l’idéologie dominatrice du pouvoir central. Toutefois, comme l’explique Daho Djerbal dans son article sur le changement des valeurs et des idéologies dans la société algérienne, leur lecture de l’histoire n’est pas symétrique : au moment où le mouvement berbériste insiste sur le « caractère original amazigh qui [constitue] définitivement le fond de la région », les islamistes tentent une opération de « réintégration socioculturelle et de réunification du modèle identitaire autour des valeurs religieuses ». Ces deux mouvements sont symptomatiques d’une évolution de la société algérienne marquée par « le déploiement du lien social autour et dans la revendication identitaire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cherif Dris, « L’Année du Maghreb, 2004. Dossier L’espace euro-maghrébin, juin 2006, éd. du CNRS, 536 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/5023

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page