Navigation – Plan du site
II. Lectures

Cauvin-Verner Corinne, Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmattan, 2007, 317 p.

Isabelle Rivoal
p. 270-273

Texte intégral

1Il y a quelques années encore, la majorité des enquêtes sociologiques ou économiques portant sur les sociétés pastorales nomades des confins sahariens aux steppes du Proche-Orient en passant par le Sinaï égyptien s’appliquaient à décrire la fin du mode de vie nomade et les processus de sédentarisation de ces populations du désert. S’il s’agit encore d’évaluer une dynamique de changement, les travaux les plus récents portant sur les sociétés pastorales tribales tendent à remettre en perspective l’image de sociétés déstructurées sous la pression des contraintes modernes, qu’il s’agisse d’analyser les résurgences du tribalisme politique au Moyen-Orient ou les recompositions locales sous l’effet du développement touristique (Chatelard, 2005 ; Daher, 2007). La thèse centrale de Corinne Cauvin-Verner est en effet de montrer, en mobilisant une ethnographie inventive, comment les sociétés du Sud marocain trouvent dans leurs structures traditionnelles des ressources pour assurer les moyens de leur reproduction et ce, dans un contexte où le développement de l’industrie touristique est largement encouragé par l’État. Au désert est donc moins une recherche sur « l’objet » tourisme que sur le tourisme comme facteur de changement social parmi d’autres dans une société locale qu’il s’agit dès lors de saisir dans une perspective historique (p. 22).

2Mais les touristes européens qui viennent se frotter au désert le temps d’un « tour » ou de randonnées pédestres de plusieurs jours ne seraient-ils qu’un bétail – presque – comme un autre ? Sous des dehors à peine provocateurs tant l’image du « troupeau de touristes » fait figure de lieu commun, cette question condense bien l’enjeu et les difficultés de l’analyse des situations touristiques où tout est dans le « presque » puisque « les chèvres ne se plaignent pas à la différence des touristes ». Habilement et afin de faire sentir la charge des malentendus qui nourrissent les tensions du discours croisé entre les guides locaux et les touristes, C. Cauvin-Verner a choisi de placer le journal d’une randonnée en exergue à son analyse. Pendant dix jours et une trentaine de pages, le lecteur suit donc de l’extérieur un groupe de touristes de la salle d’embarquement de l’aéroport d’Orly jusqu’à son retour à l’hôtel à la fin de la randonnée. Ce journal de randonnée refermé, on ne verra ni n’entendra plus le touriste qui, au fond, n’intéresse pas l’auteure, mais représente cependant le point de départ indispensable au récit qui va suivre, essentiellement centré sur la figure des guides.

3C. Cauvin-Verner réalise en trois temps son analyse anthropologique des jeunes sahraouis qui font profession de guides de randonnée. Le premier (qui se dédouble en deux parties dans l’ouvrage) est consacré à la construction, dans les représentations et les pratiques, du désert et de l’homme du Sahara, ce Touareg mythique que les guides sont chargés d’incarner. Le second mouvement s’attache à la description du contexte dans lequel se déploie l’activité des guides et livre une analyse détaillée de l’industrie touristique dans la localité de Zagora. Le troisième, vers lequel converge l’ensemble du dispositif analytique et narratif mis en place par l’auteure, est centré sur la figure récente du guide touristique comme nœud des tensions dans les rapports de domination et d’autorité, à la fois entre touristes et guides mais encore entre ceux-ci dans le cadre des relations au sein de la famille.

4La première partie du livre consacrée aux imageries sahariennes campe le décor : le Désert avec un D majuscule, objet de représentations diverses et antithétiques, de l’esthétique héroïque qui en fait un espace d’aventure extrême dans l’imaginaire des touristes, au Sahara à la fois enjeu du contrôle de l’État marocain contre les dissidences saharaouies et référence identitaire pour les populations qui l’habitent. L’enquête déployée par C. Cauvin-Verner, qui mobilise aussi bien des références à la littérature, au cinéma, à la vulgate de l’ethnologie, s’évertue à retracer la généalogie intellectuelle des poncifs sur le désert dans l’imaginaire occidental. Elle réalise ainsi une recollection certes utile sur la généalogie de l’imaginaire occidental du désert mais qui, en l’absence d’une problématisation sur les dynamiques de la construction moderne des paysages et d’une ethnographie plus développée sur les touristes, s’avère quelque peu didactique et fastidieuse à parcourir. On notera cependant des notations savoureuses sur le besoin que certains randonneurs ont de s’imposer des privations, d’eau ou de repos, pour donner à l’expérience un caractère plus extrême (p. 56) ou encore sur la manière dont on photographie le désert et ce que ces pratiques trahissent des représentations implicites (pp. 60-61). Cette partie étant construite « en miroir », on parcourt ensuite un exposé déroulant les différents thèmes se rattachant au désert du point de vue marocain, de l’opposition bled es-sibâ/bled el-makhzen au cycle khaldûnien, de l’espace idéalisé des poètes pour sa pureté aux rustauds de campagne des citadins, qui sont autant de lieux communs des études sur le Maroc.

5Le décor une fois posé, dans l’incommensurable distance entre les représentations que les uns et des autres s’en font, source des malentendus et des tensions futures, on découvre les acteurs autour desquels la trame narrative du livre est construite : ces jeunes Nwâjî de Zagora qui se sont lancés dans le tourisme de randonnée au début des années 1990. C. Cauvin-Verner montre comment ces guides dans leurs discours et leurs pratiques ont progressivement construit une image d’eux-mêmes à destination des touristes, puis de l’État marocain. « Authentiques Touareg », ils apparaissent en quelque sorte comme le précipité des représentations croisées exposées dans la première partie, de même que les agences touristiques locales et les brochures qu’elles diffusent sont les lieux où sont réalisés les compromis. La problématique déployée dans cette seconde partie travaille, sur ce terrain du Sud marocain, les modalités de construction de l’authenticité (ethnique et culturelle) et les dynamiques d’hybridation qui sont à l’œuvre dans la plupart des situations touristiques1. Cette tension constante entre mise en scène de l’authenticité du lieu et des habitants pour répondre aux attentes implicites des touristes et la réalité du système de valeur et des relations sociales à Zagora est illustrée de belle manière dans des développements sur l’économie des bazars et ses enjeux – on lira avec bonheur toutes les manipulations discursives qui conduisent à la vente d’un tapis – et sur la manière dont les guides se produisent en tant que guides pour eux-mêmes, en jouant sur le nomadisme, sur la compétence et sur le déploiement de l’hospitalité. En somme, observe C. Cauvin-Verner, ces guides de randonnée fondent leur légitimité à l’intérieur de leur propre société sur la réactualisation des traditions autochtones (p. 171), constat qui la conduit à battre en brèche la vision en terme de « rupture » qui marquerait le passage des économies locales à l’industrie touristique.

6La troisième partie qui documente le passage d’une économie pastorale à une économie largement centrée sur le tourisme met en perspective enjeux locaux et enjeux nationaux autour de la question. Au niveau local, le tourisme constituant le seul débouché économique viable, il est à la fois un enjeu de concurrence exacerbé entre tribus qui raniment des conflits mais aussi une opportunité pour les populations de rester sur place. Condition aléatoire du maintien des populations locales, il n’est pas si déstructurant socialement qu’on pourrait le penser et C. Cauvin-Verner s’emploie à démontrer comment les logiques sociales, dans la répartition du travail et la mise en œuvre des solidarités tribales, dans la manière de se « prêter » des touristes, de s’arroger des territoires réservés, d’entrer en conflit ou encore d’investir les gains, se sont tout juste adaptées dans ce passage du nomadisme pastoral à la randonnée touristique.

7Adaptation, certes, mais qui ne va tout de même pas sans tension, au sein des unités domestiques et entre les guides. C’est à l’étude de ces tensions que sont consacrés les derniers chapitres de l’ouvrage. L’auteure délaisse ici la posture de l’analyste qui entend dévoiler les fictions et mettre à nu les manipulations pour cerner au plus proche son objet : les interactions entre touristes et guides ainsi que les effets de ces interactions sur les relations entre les guides et leurs proches. C. Cauvin-Verner apporte ici une pièce d’ethnographie novatrice sur les relations intimes entre guides et touristes parce qu’il n’y est pas seulement question de rencontre sexuelle et de compétition entre guides pour ces femmes, mais de relations à long terme qui amènent certaines copines à s’installer avec les femmes de la famille, ce qui engendre tensions et conflits au sein de la maison. La thèse développée par l’auteure suggère que ces relations sont à la fois une manière de prolonger l’affrontement contre l’ancienne puissance coloniale et une stratégie de gratification sociale, voire de revanche, de la part d’individus exerçant une activité méprisée dans la société marocaine. Dans ce dernier mouvement de l’ouvrage, on prend la mesure de la marginalité des guides, qui apparaissent soit comme des rebelles, soit comme des bouffons.

8Car plus encore que dans les stratégies de conquête féminine, c’est dans les pratiques de consommation d’alcool, que passe la distinction entre bons et mauvais guides et que s’exacerbent les rivalités et conflits d’autorités entre aînés et cadets. Cédant parfois à l’explication psychologisante en termes de désespoir individuel, l’auteure décrit cependant de manière passionnante comment la consommation d’alcool dans les grands hôtels est à la fois un moment de relation agonistique entre guides mais aussi une condition de l’organisation de cette économie particulière. Au désert apparaît finalement plus comme un ouvrage sur le Sud marocain et ses enjeux sociaux, politiques et économiques contemporains qu’une étude théorique sur l’anthropologie du tourisme. À ce titre, il « faut rendre hommage à un travail nourri par un terrain de longue durée, dont on regrettera peut-être qu’il n’articule pas suffisamment la marginalité des guides et le discours sur la patrimonialisation dans la société marocaine.

Haut de page

Bibliographie

Chatelard Géraldine, 2005, « Tourism and representations of social change and power relations in Wadi Ramm, southern Jordan », in Stéphanie Latte-Abdallah (dir.), Images aux frontières. Représentations et constructions sociales et politiques. Jordanie-Palestine, 1948-2000, Beyrouth, IFPO : 193-251.

Daher Rami Farouk (ed.), 2007, Tourism in the Middle East. Continuity, change and transformation, Clevedon; Buffalo; Toronto: Channel view publications.

Lew Alan A., Colin M. Hall and Allan M. Williams (eds), 2004, A Companion to tourism, Oxford, Blackwell publishing.

Richards Greg (ed.), 2007, Cultural tourism. Global and local perspectives, New-York, Londres, Oxford, The Haworth Hospitality press.

Haut de page

Notes

1 Pour des approches récentes, voir Lew, Colin, Allan, 2004 et Richards 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Rivoal, « Cauvin-Verner Corinne, Au désert. Une anthropologie du tourisme dans le Sud marocain, Paris, L’Harmattan, 2007, 317 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/5043

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page