Navigation – Plan du site
II. Lectures

De Bel-Air Françoise, Migration et politique au Moyen-Orient, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, 2006, 218 p.

Elisabeth Longuenesse
p. 261-264

Texte intégral

1Le fil conducteur de cet ouvrage est dans le titre : il s’agit de considérer la migration comme un phénomène fondamentalement politique, à l’encontre des approches encore largement dominantes dans les travaux portant sur les migrations au Moyen-Orient. Loin de se réduire à une question de gestion ou de régulation du marché de l’emploi d’un côté, de réponse humanitaire au problème des réfugiés fuyant la violence de l’autre, le phénomène migratoire est abordé ici sous l’angle de sa relation avec le processus de construction nationale, aujourd’hui de plus en plus soumis à la pression des politiques néolibérales.

2Alors que le contexte des années 1980 et 1990 au Moyen-Orient est marqué à la fois par l’aggravation de la situation politique et sécuritaire et par l’emballement des politiques de libéralisation, dans une région qui compte un quart des migrants du monde en développement, il est de plus en plus difficile de distinguer les migrations « forcées » des « migrations de travail ». Il n’en reste pas moins que la part des déplacés pour fait de violence est particulièrement lourde, des Palestiniens aux Irakiens, auxquels viennent s’ajouter de plus en plus nombreux, les émigrés des pays de la corne de l’Afrique, mais aussi de nombreux migrants économiques chassés avec eux. Or, la question migratoire est d’autant plus sensible que le poids des étrangers dans la population est important et que nombre de ces pays sont des formations nationales fragiles, récentes, parfois problématiques. L’objet du livre est donc d’explorer les causes et les conséquences des phénomènes migratoires, « la portée des dynamiques démographiques sur les dynamiques politiques », les logiques, indissociablement économiques et politiques, qui sous-tendent la gestion des flux migratoires. La manière dont les étrangers (ceux de l’intérieur comme ceux de l’extérieur, les immigrés et les émigrés) sont traités et pris en compte dans les politiques sociales, les enjeux de l’inclusion ou de l’exclusion des migrants, immigrants ou émigrants, sont envisagés du point de vue du contrat social entre l’État et les citoyens, du processus politique d’une construction nationale, pensée en termes de citoyenneté, de sécurité, de droits humains. Ce qui se dessine au fil des pages, c’est la convergence de processus, d’évolutions marquées par la logique néolibérale de privatisation du social et la tension croissante entre construction nationale et déterritorialisation des dynamiques économiques (dont un récent numéro (119-120) de la REMMM a abordé certains aspects). La question du rapport au territoire est centrale et l’originalité du livre est d’associer dans la réflexion les deux facettes de ce rapport, en examinant tant la place des étrangers présents dans l’espace national que celle des absents, originaires de cet espace, qui l’ont quitté depuis plus ou moins longtemps, et d’apporter ainsi un éclairage nouveau à la relation triangulaire entre citoyenneté-nationalité-territoire.

3Les contributions peuvent être regroupées en trois ensembles, selon l’angle sous lequel est abordée cette relation : tout d’abord celui de la politique de l’État à l’égard des travailleurs étrangers sur le territoire national, politique d’enclavement, de cantonnement dans l’espace ou de déni et de rejet plus ou moins violent (De Bel Air, Bergem, Chalcraft) ; ensuite celui d’une politique déterritorialisée, dans le cas des réfugiés, par l’intervention des organismes ou des traités internationaux et le poids des réseaux comme ressource dans la stratégie de ces migrants-réfugiés (Dorai, Clochard), l’instrumentalisation de la « question nationale » par les États arabes dans le cas palestinien (Husseini) ; celui enfin de l’extérieur, des dynamiques extraterritoriales (ou déterritorialisantes) et des efforts visant à permettre aux « émigrés » de jouer un rôle dans le processus d’une construction nationale problématique qui tend ainsi à être dissociée du territoire (Hanafi, Jaulin, Tabar). Cette progression thématique du livre n’est évidemment pas rigide et l’on devine les chevauchements. Réfugiés et migrants clandestins (qui souvent se confondent) sont dans une situation de déni de droit, d’invisibilité, qui renvoie indissociablement aux politiques sociales et économiques des États, et les pousse à mobiliser des ressources échappant au contrôle de l’État pour se défendre ou se protéger (consulats, églises, ONG), autant qu’à repartir ailleurs (réseaux communautaires, familiaux). Les dynamiques territoriales, infra, extra ou déterritorialisées, sont confrontées d’un côté aux enjeux de la construction nationale et des relations internationales, de l’autre aux exigences du marché, à la porosité des frontières, en dépit (à cause ?) du durcissement des politiques de contrôle.

4Le « paradoxe libéral », évoqué par Françoise De Bel Air et Knut Bergem à propos de la Jordanie ou des Émirats, s’applique tout autant au cas libano-syrien discuté par John Chalcraft : il traduit la contradiction entre une ouverture des frontières répondant aux nouvelles exigences des politiques économiques imposées par les institutions financières internationales et l’OMC ainsi que par les accords de libre-échange (avec l’Europe, les États-Unis ou même interarabes), et un impératif de « sécurité nationale » et de préservation d’un contrat social dont dépend la survie des régimes. Ces derniers tentent de contourner la difficulté en privatisant la question sociale, en faisant porter la responsabilité de la dégradation des conditions économiques et sociales de la population sur les entreprises - ou sur les immigrés. Ce mécanisme est remarquablement illustré par deux exemples emblématiques. En Jordanie, les « Qualified Industrial Zones », créées à la suite des accords de paix avec Israël, conditionnent un accès sans entrave au marché américain pour les produits des établissements qui y sont installés, par un pourcentage défini de valeur ajoutée israélienne. L’objectif, explicitement politique (et a priori impopulaire), de contribuer à l’intégration de l’économie israélienne dans son environnement régional, est justifié par la création attendue d’emplois, censée résulter immanquablement des investissements étrangers. Mais les emplois créés sont majoritairement occupés par des travailleurs étrangers qui, sous-payés, sont captifs de ces espaces quasiment extraterritorialisés. Dans les pays du Golfe (et aussi, bien que dans des proportions moindres, au Liban et en Jordanie), l’accroissement exponentiel de la main d’œuvre domestique étrangère renvoie, pour K. Bergem, à une sorte de « compromis implicite » (unspoken bargain) entre l’État et une classe moyenne montante à qui est ainsi facilité l’accès à des services, par le biais du marché, que cet État n’a pas à assurer. Le système de la kafala permet en outre à l’État de déléguer aux citoyens la gestion et le contrôle d’une main d’œuvre étrangère exclue de toute législation du travail, puisque enfermée dans l’espace privé des familles. Mais au Liban aussi, on retrouve d’une certaine façon la même tension entre pression du marché favorisant le recours à une main d’œuvre flexible et docile et crispation nationaliste déniant tout droit aux étrangers, qu’ils soient palestiniens, syriens, ou originaires d’Asie du sud-est ou d’Afrique orientale.

5En situation de non-droit, ces travailleurs n’ont d’autre recours que de s’adresser à leurs consulats, à des ONG, à des Églises ou des organisations caritatives communautaires ou religieuses, bref, comme nombre de réfugiés rendus invisibles par la non-reconnaissance d’un quelconque statut, à des institutions ou des réseaux étrangers ou extraterritoriaux. Ainsi, tant le traitement de la question des réfugiés, que les politiques migratoires et les pratiques des migrants, posent aujourd’hui des questions inédites. À l’inverse, ce sont d’autres réseaux qui mobilisent des ressortissants originaires (ou supposés tels) d’un espace national, mais résidant à l’étranger, pour intervenir dans le jeu politique national.

6L’alternative discutée par Sari Hanafi à propos de la construction nationale palestinienne en chantier introduit la notion d’identité, jusqu’ici absente. Réfléchissant à la question posée par le « droit au retour », il propose d’inventer un nouveau modèle d’État-nation fondé sur des frontières et une citoyenneté flexibles, dissociant nation et État, susceptible d’articuler identité et mobilité et d’associer les Palestiniens de la diaspora au projet national palestinien. Entre discours d’ouverture en direction des descendants des Palestiniens de 1948 où qu’ils se trouvent, et tendance à la territorialisation de la fabrique de la décision politique après la mise en place de l’Autorité Nationale Palestinienne, entre effort de prise en compte des pratiques transnationales et pratique « proto-juridique », enfermant des droits sur un territoire, il imagine une nouvelle forme de souveraineté différenciée, selon que seraient associées ou non, dans des proportions variables, détention de la nationalité palestinienne, résidence sur le territoire, et nature de l’administration de tutelle (ANP ou UNRWA). L’État extraterritorial distinguerait ainsi, selon les cas, la citoyenneté de la nationalité : on pourrait être citoyen de Palestine, sans en avoir la nationalité, ou se voir reconnaître la nationalité palestinienne, sans avoir jamais été résident. On peut toutefois se demander si la contradiction n’est pas en amont, entre revendication d’un territoire et maintien d’une identité diasporique. D’autant que l’auteur ne définit pas les droits et les devoirs auxquels correspondraient respectivement la citoyenneté et la nationalité. Plutôt que d’État extraterritorial, ne faudrait-il pas, dans la mesure où un État est difficile à penser sans territoire, parler de gouvernement extraterritorial ? Un gouvernement qui ressemblerait étrangement à la « gouvernance » dont les institutions internationales – et les firmes multinationales – sont si friandes ? Dans quelle mesure une telle déconnexion du gouvernement et du territoire ne revient-elle pas à entériner non seulement le refus de reconnaître aux Palestiniens un droit souverain sur leur terre, droit à l’autodétermination qui inclut le libre choix du système social et économique régissant leur vie mais aussi le refus des pays d’accueil de leur accorder les droits économiques, sociaux et politiques au même titre que leurs citoyens ? N’est-ce pas à l’inverse démissionner devant la revendication d’une citoyenneté universelle ?

7Le cas du rapport de la diaspora libanaise à son pays d’origine vient apporter un autre éclairage à une réflexion qui peut concerner bien d’autres populations, à l’heure où au développement des mouvements migratoires et des mobilités, dans un contexte d’aggravation des politiques néolibérales, de la violence sociale, des guerres et de l’insécurité, répondent de nouvelles logiques de solidarité en réseaux, déconnectées des territoires. La spécificité de l’entité nationale libanaise est d’être construite sur un équilibre confessionnel inévitablement fragile, car fondé sur l’hypothèse d’une évolution démographique strictement semblable des différentes communautés religieuses, ce qui ne s’est évidemment jamais vérifié. En 1994, un décret de naturalisation introduit pour la première fois un critère de résidence (alors que la nationalité était jusqu’alors fondée essentiellement sur le droit du sang et transmise en lignée patrilinéaire), mais il soulève un tollé dans les milieux chrétiens, car il concerne essentiellement des musulmans. La question de l’accès à la nationalité des descendants des émigrés est à nouveau posée. Certains proposent d’introduire une représentation de ces derniers en leur attribuant des sièges au Parlement, plutôt que de maintenir la fiction d’un vote dans leur région d’origine, s’orientant ainsi vers une forme d’État-nation extraterritorial tel que proposé par Sari Hanafi pour les Palestiniens. La stratégie de l’Église maronite s’inscrit de façon tout à fait remarquable dans cette logique et Paul Tabar montre comment celle-ci a contribué, à partir des années 1990, à « (importer) la diaspora dans la vie politique libanaise », en se transformant d’Église nationale en Église universelle, et en étendant son autorité aux maronites de la diaspora, dans un double mouvement de « localisation », qui les particularise et les distingue au sein des sociétés d’accueil, et de « transnationalisation », qui renforce les liens avec le pays d’origine.

8À l’heure où l’Europe durcit les contrôles à ses frontières, où la France prône l’« immigration choisie » et intensifie les mesures d’expulsion des étrangers, tandis que ces derniers sont toujours privés de toute participation à la vie politique du pays où ils vivent et travaillent depuis plusieurs décennies, ces études de cas portant sur une région à la fois proche et à première vue si différente, éclairent d’un jour cru le sens des évolutions en cours ici et ailleurs.

Haut de page

Bibliographie

Migrations sud-sud, REMMM n°119-120 (coordonné par Fabienne Le Houerou), novembre 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « De Bel-Air Françoise, Migration et politique au Moyen-Orient, Beyrouth, Institut Français du Proche-Orient, 2006, 218 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/5083

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page