Navigation – Plan du site
II. Lectures

Karam Karam, Le mouvement civil au Liban, Revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2006, 361 p.

Elisabeth Longuenesse
p. 257-260

Texte intégral

1Il est difficile, lorsque l’on parle du Liban, d’échapper à une grille de lecture centrée sur les logiques communautaires, réduisant les luttes pour le pouvoir à l’identité confessionnelle de leaders dont le poids est mesuré à l’aune de leur communauté d’origine, et renvoyant les enjeux de ces luttes aux stratégies d’alliance avec des acteurs étrangers, qu’ils soient syriens ou palestiniens, israéliens ou américains. Karam Karam propose dans ce livre une tout autre approche. Au lendemain de la guerre qui a déchiré le pays de 1975 à 1990, il décèle des voix s’exprimant à contre-courant du repli communautaire, observe de nouvelles formes de mobilisation, des revendications fondées sur un « présupposé civique », transversales à la société libanaise, et choisit de s’intéresser aux acteurs associatifs qui sont au cœur de ces mobilisations. Mieux, il fait l’hypothèse que d’objets d’études, ces acteurs et ces mouvements peuvent aussi se transformer en outils d’analyse des changements qui travaillent en profondeur la société libanaise. À partir de là, il organise sa réflexion autour de trois axes problématiques :

2Peut-on, s’interroge-t-il tout d’abord, « penser les recompositions des identités et des institutions politiques hors des logiques confessionnelles » ? Sa première hypothèse concernera donc la capacité des associations civiles à contourner ces logiques, tout en en prenant acte.

3Comment, deuxièmement, « penser le passage d’un mode de régulation violent à une forme pacifiée, sans pour autant être nécessairement consensuelle, du politique » ? Les associations seraient, de par leur rôle de médiateurs, le « creuset d’une civilité politique », en admettant le conflit et en promouvant un mode civil de résolution.

4La troisième hypothèse, enfin, cherche à répondre à la question générale de l’articulation entre « société civile » et « société politique » : le cas libanais serait un observatoire privilégié pour réfléchir à la manière dont les nouveaux modes de représentation et de participation expérimentés dans l’espace associatif non seulement sont pris en compte par le politique, mais surtout peuvent (ou non) être un tremplin pour un passage au politique.

5Il s’agit bien, en définitive, de considérer l’étude du cas libanais, au-delà de ses spécificités évidentes, comme une contribution au débat comparatiste susceptible d’alimenter la réflexion théorique.

6Pour parvenir à ce résultat, c’est à un travail de terrain de longue haleine que s’est attelé Karam Karam, en sélectionnant six associations, agissant dans trois domaines (les droits de l’homme, l’écologie et les droits civils), puis quatre moments forts, caractérisés par quatre « mouvements sociaux ». Le décryptage des conditions du passage au politique lui permet enfin, a contrario, de mettre en évidence les entraves que la structure sociopolitique dominante peut apporter à ces mouvements « civils ».

7L’ouvrage est organisé en trois parties, comprenant chacune deux chapitres.

8La première partie, consacrée au mouvement associatif, rappelle d’abord, la longue histoire des associations au Liban et ses différentes étapes, avant d’analyser les conditions de son renouveau au lendemain de la guerre. L’auteur distingue deux grandes catégories d’associations : les associations « gestionnaires » (qui s’occupent d’aide sociale et de développement) et les associations « de plaidoyer » (mobilisées autour des droits de l’homme, de l’écologie, de la cause des femmes, de la citoyenneté). Il utilise la notion d’association « civile » (en arabe madaniyya), en opposition aux associations ahliyya, fondées sur des solidarités segmentaires (familiales ou communautaires) ou sur l’appartenance religieuse, aussi bien que sur des logiques miliciennes ou militaires. Cette catégorie d’ « association civile » est en fait d’abord, rappelle l’auteur, une catégorie de l’action, ce qui impose au chercheur de réfléchir aux conditions de sa mobilisation par le discours scientifique. Mais il rappelle aussi que Tocqueville déjà faisait du monde associatif « l’antichambre de la démocratie ». Ces « associations civiles » peuvent relever des deux catégories précédemment définies – gestionnaires ou de plaidoyer. Cependant, si les premières sont souvent créées sur une base familiale ou locale segmentaire, les secondes sont toujours civiles, car intervenant sur des questions d’intérêt général, transversales à la société libanaise tout entière.

9L’analyse s’inscrit dans une sociologie du militantisme, mais plutôt qu’à un placage de concepts élaborés ailleurs, il s’agit de mettre ces derniers à l’épreuve du cas libanais, dans une démarche de mise en perspective réciproque, en croisant approche interactionniste et sociologie des organisations : l’explicitation fine de la méthodologie mise en œuvre n’est pas le moindre mérite d’un ouvrage riche d’enseignements bien au-delà du cas étudié. À travers les portraits de militants, le suivi de carrières et de trajectoires militantes, se dessinent quelques profils types, du bénévole sympathisant, à l’expert, en passant par le salarié et l’entrepreneur de l’action collective – que le spécialiste du militantisme associatif en France reconnaîtra facilement. Il en ressort que si le brassage communautaire et régional, à un moindre degré générationnel, est réel, la majorité de ces militants est issue d’un milieu socioculturel relativement homogène. Jouissant d’un niveau d’éducation élevé, ils viennent majoritairement du monde académique ou médiatique et la place des juristes y est importante.

10Les efforts déployés pour inventer des modes de fonctionnement, de régulation des conflits, laissent voir comment « la structure associative est d’emblée pensée comme procédant de l’acte militant » (p. 167). Ce qui, là encore, n’est pas sans rappeler certaines caractéristiques des organisations se réclamant, ailleurs, de l’altermondialisme ou de l’écologie. De là surgissent de nouvelles questions : quelle est la portée de ces regroupements transversaux ? Quels sont les effets de l’élitisme de ces associations ?

11La seconde partie s’attache à l’analyse de quelques « mouvements sociaux » qui ont marqué la seconde moitié des années 1990, et ont représenté des occasions privilégiées de mobilisation des associations. Le Rassemblement pour les Élections Municipales (REM), en 1997, le Rassemblement pour le Mariage Civil (RMC), la Campagne pour la majorité à 18 ans, en 1998 et la Campagne pour les Disparus en 1999. Le rôle primordial que jouent les associations civiles au sein de ces mouvements, dont elles constituent « la structure de base », a en effet poussé l’auteur à en examiner de plus près la dynamique. C’est aussi l’occasion d’interroger la théorie des mouvements sociaux, comme action collective contestataire organisée dans la durée. D’un côté, « la société politique libanaise » est ainsi revisitée dans le « miroir de ses mouvements sociaux », à travers l’éclairage apporté sur la structure des opportunités politiques qui se dessine dans le contexte libanais, le rapport aux institutions et au pouvoir, et surtout la mise en évidence de l’importance de la dimension socio-cuturelle. De l’autre, la relation complexe et contradictoire aux solidarités primaires, l’interaction entre action collective et organisation sociale et culturelle, incitent, dans une perspective comparatiste, non seulement à interroger la pertinence de la notion de « mouvement social » pour décrire ces mouvements, mais à l’inverse, celle de certaines thèses admises dans la théorie des mouvements sociaux. Contrairement à ce que soutient Putnam (1995) pour qui la densité des réseaux de sociabilité est favorable à l’organisation des mouvements sociaux, ou Oberschall (1980) qui montre que la segmentation peut l’être à l’action collective en coupant les groupes des centres de pouvoir, le cas libanais fait ainsi apparaître comme un frein et un blocage la force des allégeances et solidarités segmentaires et des réseaux qu’elles fabriquent : « Le cas des mobilisations civiles au Liban montre que […] l’existence de denses solidarités primaires et secondaires peut entraver l’action collective » (p. 250). La démarche comparatiste est ici particulièrement convaincante.

12La condition de réussite d’un mouvement social est en effet de mobiliser un soutien aussi large que possible dans la société, bien au delà des groupes qui en sont à l’initiative. De ce point de vue, la réussite du Rassemblement pour les Élections Municipales est exemplaire et en fait un modèle. L’échec du Rassemblement pour le Mariage Civil et du Mouvement pour la majorité à 18 ans révèle au contraire l’emprise des institutions religieuses dans un cas, le blocage entraîné par les enjeux communautaires dans l’autre.

13La troisième partie, enfin, consacrée à « la tentation du politique », examine les modalités et les effets du passage au politique, que ce soit à travers la tentation électorale qui voit certains militants des associations étudiées franchir le pas d’une candidature aux élections locales ou nationales, ou par le biais de la tentative de création d’organisations politiques. Les exemples présentés montrent en l’occurrence de façon frappante l’extrême difficulté de sortir des logiques patrimoniales. Qu’ils se présentent sur des listes constituées par des « patrons » politiques, ou mobilisent un capital sociopolitique hérité de leur famille, ces militants associatifs candidats à un mandat électif se voient le plus souvent contraints à mettre en veilleuse leur engagement antérieur, au risque de l’invalider. La tentative de créer un nouveau parti politique autour d’une plate-forme fondatrice pour un « Liban démocratique », la complexité du processus qui débouchera sur la création du Mouvement de la Gauche Démocratique, l’ambition de dépassement du confessionnalisme et le pragmatisme réformiste qui le caractérisent, sont longuement analysés. Là encore, la difficulté à s’émanciper du patronage des leaders politiques en place se traduira finalement par un glissement vers l’expertise, vers une forme de professionnalisation politique, dont on peut se demander si elle ne dénature pas le sens initial de l’engagement.

14Ayant démarré sa recherche avec l’hypothèse de l’émergence de nouvelles formes de citoyenneté, l’auteur admet en conclusion que les problèmes de définition de la citoyenneté l’incitent à la prudence, et préfère parler simplement de nouvelles formes d’action collective et de participation à la vie publique.

15Le livre de Karam Karam est donc doublement précieux, pour la connaissance de la scène libanaise, le salutaire renouvellement de la réflexion qu’il propose, et pour l’approfondissement de la théorie des mouvements sociaux, des formes de mobilisations et des relations entre société civile et société politique. Le refus de rester prisonnier du cas étudié et de ses spécificités et de son « atypisme », le souci d’appuyer l’analyse très fouillée de ce cas sur une discussion fine  des catégories d’analyse, lui permet de revendiquer à juste titre un « enrichissement du paradigme du mouvement social », et d’appeler à la poursuite de la réflexion comparative. Mais en affirmant sa volonté de sortir des schémas dominants, c’est aussi un parti pris citoyen assumé comme tel que revendique l’auteur, rendu scientifiquement légitime par une posture critique sans concession. D’où la conclusion en demi-teinte, mélange d’espoir et de volontarisme, de scepticisme et d’inquiétude.

16Le seul regret que l’on peut avoir est que la lecture ardue de cet ouvrage exigeant rebute le lecteur non spécialiste. Il reste donc à souhaiter que l’auteur en réalise une version allégée (qu’on aimerait en arabe et en français), afin de rendre accessible à un plus large public une réflexion qui intéresse au premier chef les citoyens libanais, mais aussi un grand nombre de lecteurs francophones sensibilisés aux problèmes du Liban.

Haut de page

Bibliographie

Putman Robert D., 1995, « Bowling Alone America’s Declining Social Capital », Journal of Democracy, n°6, janvier : 65-78.

Oberschall Anthony, 1980, « Loosely Structured Colective Conflict : A Theory and an Application », Resarch in Social Movements, Conflict and Change, vol.3 : 45-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Karam Karam, Le mouvement civil au Liban, Revendications, protestations et mobilisations associatives dans l’après-guerre, Paris/Aix-en-Provence, Karthala/IREMAM, 2006, 361 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 28 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/5133

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page