Navigation – Plan du site
II. Lectures

Masud Muhammad Khalid, Peters Rudolph & Powers David S.  (ed.), Dispensing Justice in Islam. Qadis and their Judgements, Leiden/Boston, Brill, 2006, 591 p.

Randi Deguilhem
p. 282-286

Texte intégral

1Publié chez Brill dans la série « Études de droit musulman et société » dirigée par Rudolph Peters et Bernard Weiss, Dispensing Justice in Islam réunit vingt-et-une contributions portant sur les cadis (qâdî-s), et leurs multiples sphères d’activité et d’influence. Après un chapitre introductif, l’ouvrage se décline en quatre thèmes : « Juger » (huit chapitres), « Organiser le droit » (trois chapitres), « Appliquer des doctrines » (six chapitres) et « Enregistrer des procédures et des preuves » (trois chapitres). Chaque thème énumère des espaces qui ont rapport aux ressorts des cadis.

2Les trois éditeurs scientifiques, M. Kh. Masud, R. Peters et D. S. Powers, ouvrent le volume avec une introduction historique fort érudite qui constitue un chapitre en soi, dans laquelle ils proposent une contextualisation chronologique de la profession du cadi, des domaines de sa juridiction et de son évolution des premiers siècles de l’islam à nos jours. Ils citent dès l’abord l’ouvrage d’E. Tyan publié en 1938, point de départ pour toute étude sur les cadis : selon eux, c’est la publication la plus approfondie et la plus complète en langue européenne non seulement sur l’organisation de la justice mais aussi sur le personnel judiciaire, y compris les cadis. En une quarantaine de pages, Masud, Peters et Powers offrent une étude exhaustive et détaillée des sources de première main qui apportent des informations relatives au métier de cadi et aux espaces de ses interventions dans les sociétés concernées.

3En organisant leurs remarques selon un ordre chronologique, depuis l’époque omeyyade jusqu’à nos jours, les trois auteurs, connus pour leur expertise en matière de fiqh, analysent la nature des différentes sortes de documentations propices à l’étude de l’habitus professionnel des cadis pendant les quatorze derniers siècles de l’islam. C’est une documentation qui se définit dans une large mesure en fonction de l’infrastructure judiciaire de l’époque. Il n’est exagéré d’insister sur l’excellence de cette introduction qui analyse la manière dont chroniques, collections de fatwas, livres de fiqh, registres des tribunaux et des documents de litiges, codes légaux, etc. peuvent être utilisées pour la recherche sur les cadis et l’exercice de leurs fonctions, et notamment leur disponibilité pour les chercheurs.

4Une excellente bibliographie générale, couvrant l’ensemble des chapitres de l’ouvrage (des notes de bas de page facilitant dans chaque chapitre le repérage des documents et des publications consultés par les différents auteurs), se situe à la fin de ce volume collectif. Malgré quelques lacunes mineures, on soulignera le caractère très complet de cette bibliographie globale, qui cite un nombre important de publications écrites dans presque toutes les langues européennes touchant le monde des cadis ainsi que dans les langues (arabe, turque, hébraïque, malaise) des régions directement concernées par la justice prononcée par les cadis. Un index annoté, très utile, clôt l’ouvrage.

5Envisagé comme un manuel, ainsi que le précisent les éditeurs scientifiques (p. ix), destiné à accompagner le livre Islamic Legal Interprétations : Muftis and their Fatwas, édité en 1996 chez Harvard University Press par les soins de deux d’entre eux (M. Kh. Masud et D. S. Powers avec B. Messick), selon la méthode du croisement systématique des fonctions des cadis et ceux des muftis (dans le présent ouvrage : C. Müller pour le Jérusalem mamelouk), Dispensing Justice, comme d’ailleurs Islamic Legal Interprétations, est de nature interdisciplinaire : y ont participé des historiens, sociologues, juristes, islamologues.

6Dispensing justice est le premier ouvrage collectif en langue anglaise qui se consacre exclusivement à l’étude des cadis et à leurs espaces d’intervention dans des sociétés du monde musulman. L’étendue géographique couverte et la portée temporelle des contributions est, par la nature même du sujet, large et diverse. En effet, les vingt auteurs qui publient leurs recherches dans cet ouvrage analysent le statut des cadis et leurs rôles complexes dans la société, depuis les premiers siècles de l’islam jusqu’à notre époque, en Andalus et en Europe ottomane ainsi qu’en Indonésie contemporaine, en passant par Zanzibar, l’Afrique subsaharienne, le nord de l’Afrique, le Machrek et l’Anatolie, soit quasiment partout où exerçaient - ou exercent encore ‑ les cadis.   

7Le cadi est une figure centrale qui administre la justice avec des compétences diverses et évolutives, que ce soit en tant que représentant officiellement nommé par l’État (étude de L. Peirce pour la ville d’Aintab en Anatolie au XVIe siècle) ou de manière plus informelle (voir aussi, sur cet aspect, Dostal et Kraus, 2005). Ses activités ne sont pas cantonnées au sein des communautés musulmanes : sunnite, chiite, druze, alaouite, yezidi. Acteur sociétal de grande influence, il intervient régulièrement aussi comme intermédiaire entre l’État et les membres des communautés chrétiennes et juives habitant le dâr al-islâm. En ceci, et cela est normal, le cadi est l’interprète de justice à plusieurs égards pour l’ensemble de la population, ce que montrent bien plusieurs des contributions publiées ici, et qui est familier à tout chercheur ayant travaillé sur la documentation relative aux cadis.

8Cet état des choses n’est donc guère étonnant, et les liens entre les communautés non musulmanes et la justice fondée principalement sur des préceptes musulmans, sont de mieux en mieux connus grâce aux publications analysant le rôle des cadis auprès des populations non musulmanes dans le monde mamelouk (Gil, 1976) ainsi qu’ottoman (Bakhit, 1982 ; Rafeq, 1994 ; Qattan, 1999) : on se référera, à titre d’exemple, au récent livre publié en 2005 par les universités de Balamand et St Joseph de Beyrouth/Institut français du Proche-Orient. Ainsi, étudier le cadi et ses fonctions officielles et officieuses implique d’emblée un contexte défini par rapport aux procédures judiciaires ayant sens dans l’ensemble des sociétés dans les régions concernées, toutes populations confondues, notamment dans le champ des activités économiques. Plusieurs contributions dans ce volume analysent des jugements de cadis portant sur des affaires dans lesquelles sont impliqués des chrétiens et des juifs, hommes et femmes, au Machrek et au Maghreb, aux époques médiévale, moderne et contemporaine, comme celles de R. Shaham pour l’Égypte moderne, d’A.-K. Rafeq et de S. Knost pour la Syrie ottomane. Ces deux dernières contributions, sur la Syrie, étudient également le rôle des cadis dans la gestion des waqfs, les fondations pieuses.

9Dans sa contribution sur la justice et les cadis en Indonésie actuelle, J. R. Bowen étudie les rapports de négociation entre les cadis et différentes catégories socioéconomiques de la population, et la manière dont les premiers prennent en compte les normes sociales dans la formulation de leurs décisions. Cette influence des coutumes sociales sur les jugements des cadis est un phénomène constant. La proximité relationnelle entre le cadi et la population définit le cadre juridique de la vie personnelle des hommes et des femmes à l’égard, par exemple, de leurs problèmes conjugaux, thème étudié par Erin Stiles qui nous livre une recherche anthropologique à ce propos pour le Zanzibar rural de nos jours.

10De même, dans son chapitre sur le matâ‘, un droit donné aux femmes de recevoir des biens de la part de leur mari au moment d’un divorce, M. Kh. Masud nous rappelle le rôle que joue le cadi dans ces jugements touchant à la vie intime des gens, et l’interface évolutive entre la religion (Écrits sacrés), le droit (écrit et coutumier) et le social (praxis), à partir des exemples de la ville de Médine du VIIIe et du IXe siècle. Restant dans le domaine des jugements du cadi en matière de divorce, D. S. Powers explore les espaces de juridiction relatifs aux cadis et aux muftis pour le Maghreb et al-Andalus du XIIe au XVIe siècle en s’appuyant sur des cas spécifiques étudiés à partir des compilations des fatwâ-s de Wansharîsî. Toujours dans le domaine des problèmes conjugaux à la même époque pour le Maghreb et al-Andalus, Maribel Fierro analyse le rôle des deux arbitres venant de la famille du mari mais aussi de la femme qui cherche, elle, un divorce en raison d’abus qu’elle a subis de la part de son mari. Par ailleurs, Fierro examine également les rôles institutionnels du dâr amîn, dâr al-thiqa et dâr ‘adl par rapport à cette question de divorce en cas d’abus.  

11Pour l’époque contemporaine, B. Dupret examine des questions de droit et de divorce à partir d’un regard comparatif portant sur le droit institutionnel du divorce dans l’Égypte des années 1920 et d’un cas particulier de divorce remontant à 1983, en insistant notamment sur les échanges entre l’institutionnel et la praxis. Egalement dans l’Égypte de nos jours, B. Johansen analyse les obligations d’un mari à subvenir aux besoins de sa femme, mariée ou divorcée, et de ses enfants à partir d’une étude comparative entre des principes des normes musulmanes et le fiqh.Pour ce faire, Johansen prend un exemple intervenu en 1989 devant la Cour suprême constitutionnelle.

12La preuve apportée par l’écrit, nous le savons, constitue un principe essentiel dans les opérations de la justice musulmane et, en conséquence, dans les décisions des cadis. Sur la base de huit documents inscrits dans les années 1950 aux registres du tribunal shar‘iyya de la ville d’Ajdâbiya en Libye, Aharon Layish étudie le rôle de shahâdat naql, un document qui atteste, devant le cadi, des droits de succession, de propriété ou de mariage. Ce document ayant valeur de preuve, légitimé par le cadi, expose un autre aspect des relations entre différents acteurs sociaux, à savoir des personnes qui se portent témoins, et les cadis dans l’articulation et le déroulement de la justice en milieu musulman.

13Ces négociations tantôt informelles, tantôt rendues visibles dans la documentation ottomane, montrent le va-et-vient, en matière de pratiques de la justice, entre la population, toutes confessions confondues, et les représentants du judiciaire, souvent dans la personne du cadi. À ce sujet, E. D. Arkali étudie les documents impériaux d’Istanbul (i.e. collection Cevdet) pour comprendre ce processus de l’application du droit relatif à la vie artisanale à Istanbul sur 100 ans (1730-1840).

14Le droit pénal et son application par le cadi est l’objet de l’étude de Delfina Serrano qui examine douze cas provenant de l’époque almoravide au Maghreb et en Andalus à partir des collections de fatwâ-s, des manuels pour les cadis et des formulaires des shurût. En exposant ces cas, elle souligne, entre autres, l’important rôle des témoins dans le déroulement des procédures. Également dans le domaine du droit relatif aux punitions mais dans un cadre politisé, R. Peters étudie l’islamisation du droit pénal dans plusieurs états du nord du Nigeria et la réaction de la société à ce phénomène à travers la médiatisation de plusieurs cas, dont ceux de Safiyyatu Hussaini et d’Amina Lawal. Des considérations d’ordre politique dans le milieu du droit rentrent aussi dans la contribution de Lucy Carroll qui analyse le contexte du « Evidence Act » promulgué en 1872 en Inde lors de l’occupation britannique, un acte qui reste en vigueur pendant près de 100 ans en Inde ainsi qu’ultérieurement, au Bangladesh et au Pakistan. Effectivement, cet acte qui porte, entre autres, sur la question de la légitimité de la naissance d’un enfant, selon les conditions de mariage de ses parents, est retiré par Zia ul-Haqq au Pakistan qui ensuite le promulgue dans un contexte politisé.

15En ce qui concerne l’influence du politique dans la sphère du droit, A. Christelow l’examine dans le contexte d’une comparaison trans-saharienne. Il étudie la nature même des rôles des cadis non auprès d’un tribunal régi par des droits institutionnalisés mais auprès d’un tribunal plus informel, un majlis en Algérie coloniale dans la ville de Mascara dans les années 1850 et un autre situé à Kano, Nigeria, dans les années 1910. Dans les deux situations, le pouvoir politique y intervenait dans l’objectif de dissoudre les majlis qui constituaient un contre-pouvoir.  

16Il est également question dans cet ouvrage de travaux sur les relations hiérarchiques entre les cadis en poste dans les villes ottomanes et ceux qui travaillent dans la campagne ainsi que des relations entre les cadis et la hiérarchie administrative de l’État ottoman. Ainsi, R. Gradeva étudie les rapports hiérarchiques des cadis dans la ville de Sofia du XVIIe au XVIIIe siècle.

17Certes, certains aspects relatifs à la justice musulmane interprétée par les cadis sont peu traités dans ce volume, tels les parcours de formation des cadis ou leur origine sociale et économique, soit en tant que groupe soit individuellement, et on peut déplorer l’absence d’étude concernant les jugements de cadis en milieu chi‘ite (un chapitre analyse cependant les effets du droit au Pakistan sur la population chi‘ite du pays). Néanmoins, cet excellent ouvrage sera certainement désormais la référence en langue anglaise sur les cadis et leurs jugements dans les sociétés musulmanes sunnites. Sophistiqué tant dans ses approches méthodologiques que dans la structuration du matériau de première main, Dispensing Justice in Islam est un travail d’importance majeure. Il intéressera également les non spécialistes cherchant à s’instruire des mécanismes du droit musulman et de leur expression dans les sources et dans la pratique.

Haut de page

Bibliographie

Bakhit M. A. 1982, « The Christian Population of Damascus in the Sixteenth Century », in B. Braude et B. Lewis (ed.), Christians and Jews of the Ottoman Empire. The Functioning of a Plural Society, New York/Londres, Publ. Holmes et Meier, vol.2 : 19-66.

Coll. 2005, Relations entre musulmans et chrétiens dans Bilad al-Cham à l’époque ottomane aux XVIIe–XIXe siècles. Apport des archives des tribunaux religieux des villes : Alep, Beyrouth, Damas, Tripoli, Université de Balamand, IFPO, Université de St Joseph.

Dostal W. et Kraus W. (ed.), 2005, Shattering Tradition. Custom, Law and the Individual in Muslim Mediterranean, Londres, IB Tauris.

Gil M., 1976, Documents of the Jewish Pious Foundations from the Cairo Geniza. Edited with translations annotations and a general introduction, Leiden, Brill.

Masud M. Kh., Messick B., Powers D. S., 1996, Islamic Legal InterprÉtations: Muftis and their Fatwas, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Qattan N., 1999, « Dhimmîs in the Muslim Court: Legal Autonomy and Religious Discrimination », International Journal of Middle East Studies, v. 31 : 429-44.

Rafeq A.-K., 1994, « The Syrian ‘Ulama, Ottoman Law, and Islamic Shari‘a », Turcica, v. 26 : 9-32.

Tyan E., 1938, Histoire de l’Organisation Judiciaire en Pays de l’Islam, Paris, Sirey. 

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Randi Deguilhem, « Masud Muhammad Khalid, Peters Rudolph & Powers David S.  (ed.), Dispensing Justice in Islam. Qadis and their Judgements, Leiden/Boston, Brill, 2006, 591 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 26 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/5163

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page