Navigation – Plan du site
II. Lectures

Naïmi Mustapha, La dynamique des alliances ouest-saharienne. De l’espace géographique à l’espace social, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, 335 p.

Jillali El Adnani
p. 267-270

Texte intégral

1Dans le vaste territoire de l’histoire politique et sociale, M. Naïmi s’est attaché à un objet peu étudié et surtout miné de controverses et de malentendus idéologiques.

2Après avoir consacré de nombreuses études à la culture et à l’histoire du sud marocain et du Sahara atlantique, l’auteur explore dans le présent ouvrage les alliances et leurs dynamiques au sein de la société saharienne (sud du Maroc et une partie de la Mauritanie), dans un cadre où l’espace géographique est avant tout un espace social. Il nous offre ainsi une vue à la fois synthétique et détaillée sur une société saharienne.

3A la suite des travaux réalisés par Abdel Wedoud Ould Cheikh, Pierre Bonte et Constant Hamès, M. Naïmi emprunte les grands courants de l’histoire du Sahara et du Maroc (l’épopée almoravide et ses réalités historiques), avant de se focaliser sur le cas de la confédération Tekna.

4L’ouvrage est organisé en huit chapitres, ordonnés chronologiquement. Il remonte d’abord aux origines des tribus constituant la confédération Tekna et combine les données archéologiques, historiques et anthropologiques. L’étude des alliances tribales au sein de cette confédération pose problème du fait que la confédération est composée de tribus semi-nomades dans la partie nord de l’espace étudié (le Wad Nûn et Bani), et de tribus nomades dans la partie sud (la Saqiyya al-Hamra). Les deux régions sont de hauts lieux de la mémoire. Ce territoire comporte des oasis qui sont autant de bibliothèques où sont conservés des histoires familiales, des hagiographies et des registres de commerce. Le travail de Paul Pascon autour de la Maison d’Illîgh et du Tazerwalt sert d’exemple bien que M. Naïmi se soit appuyé sur un fonds d’archives de plusieurs familles et maisons de commerce. Cette étude a profité aussi des récentes découvertes archéologiques concernant les routes et les axes commerciaux dans la région notamment l’axe Nord-Ouest, relié à l’axe côtier. C’est ce qui a enrichi l’étude et a rendu l’analyse pertinente. Les moments forts de l’histoire de la région sont détaillés et étudiés avec une grande dextérité, mettant en évidence les chevauchements entre le social, le religieux et le politique. C’est ainsi que l’arrivée des Almohades au pouvoir, l’avènement des Chorfas Sâadiens et Alawites ou encore la conquête du Soudan par l’armée marocaine, les expéditions militaires du sultan M. al-Hassan ou encore la soumission à une administration militaire française et espagnole ont été appréhendés dans l’histoire des enjeux et des dynamiques sociales. On remarquera tout de même que le survol de la période allant du XVIe au XVIIIe siècles souffre des lacunes au niveau des archives et documents.

5Cette étude, concernant la confédération Tekna ou le pays Tekna qui s’étend des derniers contreforts de l’Anti-Atlas et l’Océan atlantique, a un profil pyramidal dû à la nature d’une société hiérarchisée et structurée par deux activités économiques, le commerce de longue distance et le pastoralisme. L’auteur commence par la présentation d’une composante « éthiopienne », celle des Hratins passés maîtres dans la gestion des ressources hydrauliques et du savoir faire traditionnel. M. Naïmi part de ce stade pour montrer que ceux qui cultivent la terre ne sont pas ceux qui dominent ou contrôlent l’espace. Une classification généalogique et hiérarchisée s’impose quant on sait que la confédération Tekna est composée de deux leff-s : les Aît ‘Athman et les Aït Jmel. De même, l’auteur a eu recours à l’histoire pour tenter d’expliquer les origines, les motifs et les formes des alliances  tribales. C’est sur cette lancée qu’il a pu établir l’origine mythique de la tribu Tekna qui, selon les écrits locaux et la tradition orale, remonterait aux Almoravides. Le moment crucial est celui des temps de l’arrivée des tribus arabes et de la montée du sharifisme. C’est de cette époque que datent les grandes références identitaires qui s’appuient sur les élaborations généalogiques souvent tardives. L’auteur montre avec brio comment chaque groupe résidentiel s’organise autour des rapports économiques et politiques et de quelle manière les critères identitaires influencent les inspirations politiques et les stratégies d’alliance. L’influence de la guerre Sharbubba qui a opposé les tribus guerrières (souvent arabes) et les tribus Zwayas détentrices de la baraka et du savoir (souvent d’origine sanhajienne) a été déterminante dans les grandes définitions des identités sahraouies.  Mais le dilemme pour l’auteur et pour la majorité des chercheurs est de trouver la ligne de démarcation entre les mrabets fédérés autour du jihad des Almoravides et la repentance des fondateurs de confréries agissant dans les tribus appelées Zwayas rejetant souvent les armes au profit de la science. Est-ce l’arrivée des tribus arabes et la prise du pouvoir par les Almohades qui a amené à cette situation ou s’agit-il simplement d’un phénomène culturel et religieux ? M. Naïmi étudie la société en partant de la formation des deux grands leff-s qui dominent la région : celui des Taguzzult, considéré comme celui des purs et des braves, qui gère les circuits migratoires, celui des Tahuggat, considéré comme impur et faible, qui contrôle les circuits d’irrigation et des biens. Il se demande pourquoi les deux leff-s de la confédération Tekna qui ont été formés au XVIIe siècle rattachent leurs origines à un ancêtre qui date de l’époque almoravide (XIe siècle) et il s’appuie sur la notion de leff pour questionner la nature politique et territoriale de l’organisation et enregistrer les évolutions survenues depuis l’époque almoravide. Les leff-s seraient le cadre d’une mobilisation des alliances politiques et militaires au sein des formations tribales. De cette situation découlent les rapports de domination en faveur des Taguzzult, le leff des transhumants face aux villageois et sédentaires (les Tahuggat). Malgré l’absence de traditions écrites chez le leff Tahuggat, on constate que les tribus arabes (Hassân) ont rallié les tribus Tahuggat opposées au leff Tagguzzult. La combinaison des modes de vie a permis à l’auteur de forger une approche pertinente au niveau des liens entre les tribus, le sol et l’espace.

6Les derniers chapitres sont consacrés à l’étude de certains groupes de la confédération Tekna et montrent comment les valeurs statutaires se définissent en partant des institutions anciennes (almoravides) et des généalogies hiérarchisées. C’est dans ce sens que l’abondance des documents datant du XIXe  a permis l’étude des configurations spatiales au sein de chaque leff.

7L’auteur part du constat suivant : le territoire étudié, surtout dans sa partie nord, est marqué par un mode de vie régulé par le droit sur les produits de l’activité pastorale et commerciale et l’accès aux ressources de l’élevage et du commerce. Mais pour M. Naïmi cet espace est marqué par des frontières sociales plus que par la topographie. L’accent a été mis sur l’organisation sociale où priment l’autogestion locale et la gestion collective des ressources. De même que le contrôle de l’espace et les alliances sont déterminants dans les rapports identitaires. C’est ainsi que l’auteur a pu mettre l’accent sur l’influence de la répartition des ressources et les mobilisations contre les dangers externes sur les stratégies d’alliances tribales. Il relève que les alliances matrimoniales ont pu entraîner une homogénéisation de plusieurs groupes sociaux vivant dans un espace commun. Ces types d’alliances sont souvent nourris par des alliés extérieurs qui consolident le groupe et nourrissent l’alliance selon des schémas où se combinent le campement de la tribu et le pâturage qu’elle domine. Cependant, l’époque coloniale a marqué cette région en instaurant ce que l’auteur appelle le nomadisme de service où le cycle de transhumance a été défini par l’administration coloniale. Cet impact colonial n’a pas crée une fissure ou une explosion tribale mais plutôt une refonte de l’enjeu résidentiel qui nous renseigne sur les stratégies adoptées par les tribus vis-à-vis de l’administration coloniale espagnole et française.

8L’ouvrage de M. Naïmi est d’une grande richesse. On peut regretter que n’ait pas été mieux mise en lumière l’influence respective des tribus Rgaybat et Awlad Busbaâ : comme si l’axe Nord-Sud avait été favorisé au détriment de l’axe Ouest-Est, qui a pourtant vu naître l’hégémonie des Rgaybat à la fin du XIXe siècle. L’ouvrage reste néanmoins pionnier en matière d’études sahariennes, par la profusion des détails, doublée de la profondeur et la finesse de l’analyse, surtout quand il s’agit de traiter des histoires tribales racontées différemment par les protagonistes. On ne peut qu’espérer que l’ouvrage suscite des études analogues à propos d’autres régions du Maroc ou plus largement du Maghreb. L’ouvrage de M. Naïmi sera une référence incontournable pour le spécialiste comme pour le lecteur curieux de connaître les tribus et les spécificités du Sahara atlantique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jillali El Adnani, « Naïmi Mustapha, La dynamique des alliances ouest-saharienne. De l’espace géographique à l’espace social, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, 2004, 335 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/5183

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page