Navigation – Plan du site
II. Lectures

Volait Mercédès, Architectes et architectures de l’Égypte moderne. 1830-1950. Genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, 477 p.

Elisabeth Longuenesse
p. 290-294

Texte intégral

1Pour quiconque s’intéresse à l’architecture et l’urbanisme en Méditerranée, les travaux de Mercédès Volait sont depuis longtemps incontournables. Il y a quelques années, elle avait d’ailleurs consacré un numéro thématique de la remmm aux « Figures de l’orientalisme en architecture ». L’originalité de sa posture est en effet, dès ses premiers travaux, de s’intéresser à la modernité architecturale dans ce qu’elle révèle d’emprunts réciproques, d’influences croisées, de métissages. Son terrain de prédilection, l’Égypte, est de ce point de vue d’une richesse inégalée, et c’est à lui qu’elle a consacré l’essentiel de ses publications. C’est aussi par l’attention qu’elle porte aux savoirs professionnels et aux praticiens qu’elle innove, en se refusant à séparer l’étude de la production architecturale de celle des hommes qui la font.

2Le présent ouvrage est la reprise tardive d’un travail de thèse soutenu en 1993. Bien que l’auteur nous en donne ici une version mise à jour et actualisée (tenant compte des travaux parus depuis), il a les défauts et les qualités du genre. C’est en effet une somme impressionnante, précieuse pour l’historien comme pour le sociologue s’intéressant à ce long siècle charnière qui voit la naissance de l’Égypte moderne, et il est heureux qu’elle se soit décidée à le rendre accessible à un public plus large que le lectorat réduit de thèses destinées à rester confinées dans quelques bibliothèques. Mais traitant d’un sujet complexe et novateur, elle n’évite pas détours et digressions qui, s’ils témoignent de l’ampleur de sa documentation et de son souci de maîtriser l’ensemble des paramètres du contexte, font parfois perdre le fil du propos.

3Le contenu de cet ouvrage de près de 500 pages dépasse de fait largement ce qu’annonce le titre. Loin de se limiter aux architectes et à l’architecture, il aborde la production du bâti de façon très extensive, de l’aménagement des villes et des villages à la construction des villas et palais, en passant par les bâtiments et équipements publics, et l’« expertise locale » impliquée est aussi souvent faite d’ingénieurs et de techniciens que d’architectes. Il est vrai que la distinction trop rigide qu’établit le français entre ingénieurs et architectes ne peut que jouer des tours à l’historien des professions. Mais il s’agit ici de bien plus que de l’émergence d’une expertise et ce sont au moins trois grands domaines de recherche, certes entrecroisés, dont traite ce livre, il est vrai annoncés dès l’introduction, mais qui auraient quasiment pu faire chacun l’objet d’une publication indépendante : la mise en place d’institutions étatiques, l’élaboration d’une politique d’aménagement et le développement d’une commande publique ; l’émergence, la codification, la transmission de savoirs nouveaux et la naissance d’une profession ; l’évolution des formes urbaines et architecturales. Un quatrième axe de réflexion pourrait être celui du patrimoine, qui surgit à deux reprises, d’abord au chapitre 3, autour de la question de la conservation des monuments historiques, puis au dernier chapitre, avec les débats sur l’idée d’architecture nationale.

4L’ouvrage est organisé de façon chronologique, en distinguant trois périodes : la période des réformes de Muhammad ‘Alî et ses successeurs, avant l’occupation britannique ; la période de l’occupation et du protectorat, de 1882 à 1922 ; et la période qui commence avec l’indépendance formelle de 1922, jusqu’à la chute de la monarchie. Au fil de ces trois périodes, l’auteur annonce qu’elle va explorer trois champs d’observation, ceux du développement des savoirs, de l’aménagement urbain, et de la production architecturale (p. 17), au croisement desquels se développe une maîtrise d’œuvre stimulée par la commande publique. Après un premier chapitre où elle propose une sorte de généalogie de la profession d’ingénieur et architecte, les trois suivants portent sur la période des réformes. Un seul, le chapitre 5, traite de la période 1882-1922. Les chapitres 6 et 7 sont consacrés à la période dite libérale, des trois décennies de l’indépendance à la révolution des officiers libres. En annexe, outre une liste très riche et complète des sources utilisées et une bibliographie impressionnante en langues arabe et européennes, l’auteur a ajouté un double index des notions arabes et des noms de personnes, lieux, bâtiments et ouvrages, ainsi qu’une liste de notices biographiques de près de 120 ingénieurs, architectes et autres personnes ayant joué un rôle ou occupé une position clé dans cette histoire, égyptiens ou européens ; autant d’outils qui font de cet ouvrage une référence précieuse pour les spécialistes de cette période.

5Une lecture transversale thématique révèle l’inégal traitement des périodes et des thèmes ; mais peut-être était-il difficile de faire autrement, et le choix de l’auteur se justifie-t-il par le caractère exploratoire du travail, et la rareté des travaux de références en français ?

6Le contexte est celui des réformes et de la mise en place d’une politique publique dès la première moitié du XIXe siècle. Les grands travaux en vue de l’aménagement du territoire et d’une meilleure exploitation des ressources entrepris par Muhammad ‘Alî et ses successeurs, la construction de canaux, barrages, voies ferrées, ports, sont l’objet de longs développements au chapitre 2. C’est d’abord pour ces projets que le besoin de cadres techniques se fait sentir et qu’est créée l’École polytechnique. Le souci de « la question urbanistique », apparaît dans un second temps, et c’est alors que sont mises en place progressivement les services en charge de l’organisation de la ville, de l’Ornato à Alexandrie, au ministère des Travaux publics et au Tanzîm au Caire (chapitre 3). On est dans les années 1870 et l’exposition universelle de Paris sera un moment important dans l’élaboration d’une réflexion sur la ville, fortement influencée par le modèle haussmannien, qui se prolongera à l’occasion de l’inauguration du canal de Suez en 1869. L’occupation britannique (chapitre 5) entraîne un bouleversement des priorités et des méthodes de l’administration. Le développement agricole est désormais privilégié, pour des raisons financières, les dépenses publiques sont réduites, l’éducation passe au second plan, devient payante pour tous. L’aménagement des villes est négligé, beaucoup de missions sont désormais déléguées à des sociétés privées. Il faut attendre 1922, date de l’indépendance, pour qu’un gouvernement national s’en préoccupe à nouveau. Le chapitre 7 rend compte des programmes remarquables et souvent mal connus de construction de logements populaires et de cités ouvrières, et de « réforme de la campagne ».

7La formation des compétences nécessaires à la mise en œuvre de ces politiques d’aménagement en devient donc très tôt un élément indissociable. Deux volets caractérisent la politique de formation : l’envoi de missions à l’étranger, initié par Muhammad ‘Alî dès les premières années du XIXe siècle ; la création d’écoles spécialisées, dont l’École polytechnique sera l’exemple emblématique. La présentation de cette dernière, des conditions de sa création et de son développement est faite dès le chapitre 2. Curieusement, l’auteur oublie de mentionner la thèse de Ghislaine Alleaume, alors même qu’elle cite un grand nombre des travaux de cet auteur. Elle analyse plus particulièrement la place de l’enseignement architectural, mais montre bien qu’à cette époque les architectes sont en réalité indissociables des ingénieurs et qu’on est en présence de « professionnels polyvalents ». La question du contenu des formations est longuement traitée à l’époque du protectorat (chapitre 5) puis de l’indépendance. Après une période de déclin entre 1885 et 1922, l’État indépendant se préoccupe à nouveau de former les experts dont il a besoin pour mener à bien ses projets d’urbanisme, et remplacer les experts étrangers par des Égyptiens (chapitre 6).

8Finalement, l’évolution de l’architecture n’apparaît que de façon presque épisodique. Certes, le chapitre 4 est consacré à « L’évolution des formes architecturales » à l’époque des réformes. Analysant longuement monuments, bâtiments publics et immeubles d’habitations, réalisations d’architectes locaux ou européens, avec moult dessins et croquis, l’auteur conclut à « un double mouvement d’ouverture aux influences externes et de permanence de pratiques et de techniques exogènes », ce qui lui permet de parler d’« architectures métisses » (p. 196). L’évolution des formes architecturales est à nouveau évoquée à la « période libérale », dans la seconde partie du dernier chapitre (chapitre 7). C’est d’ailleurs à ce propos qu’apparaît la question du patrimoine. L’idée de sa préservation émerge une première fois à la veille de l’occupation britannique, avec la constitution d’un « comité de conservation des monuments historiques » (p. 143 sq.), dont l’auteur nous fait comprendre que, « étrangère aux mentalités locales », elle résulterait de l’influence française, à un moment où l’Europe découvre l’art arabe. Elle ressurgit plus tard, en des termes différents, à l’occasion des débats sur l’architecture importée et la défense d’une architecture nationale dans les années 1930 et 1940.

9De l’aménagement du territoire au développement de l’habitat social, de l’ordonnancement des villes à la réforme des villages, de quelle expertise parle-t-on ? Où sont, qui sont, les architectes ? On l’aura compris, si ce livre de les oublie pas, il est loin de s’y limiter. Les professions (difficile en effet de mettre ce mot au singulier) dont il s’agit sont celles qui font la ville – mais pas seulement, si l’on considère l’importance de l’aménagement du territoire et l’indistinction des compétences dans les premières décennies des réformes au XIXe siècle, sujets sur lesquels l’auteur s’étend longuement tout au long de l’ouvrage. Le lecteur qui pensait trouver dans le livre une analyse des conditions d’émergence d’une profession dans l’Égypte moderne, du développement des spécialisations, de la complexification de la division du travail avec celui des savoirs techniques, en un mot, des dynamiques de « professionnalisation » est à la fois ravi et frustré. Ravi par la masse d’information qui lui sont fournies, frustré par le caractère éclectique d’une présentation un peu trop descriptive, par le flou et les hésitations dans la caractérisation des professionnels évoqués. Dès le premier chapitre, il est vrai, il est saisi par la difficulté de la tâche. Consacré à l’examen des dénominations, des pratiques, des statuts des différents métiers de la construction, ce chapitre met clairement en évidence la complexité de la question, accentuée par l’usage variable des langues, d’abord de l’arabe et du français, chaque langue utilisant allègrement des mots empruntés à l’autre, puis de l’anglais. Il est d’autant plus important de préciser chaque fois quelle est la langue utilisée par la source à laquelle se réfère l’auteur, ce qu’elle ne fait pas toujours. Mais le passage d’une langue à l’autre est aussi source de difficulté pour le chercheur, lorsque l’on sait que l’arabe ne distingue que faiblement entre ingénieur et architecte (l’architecte étant décrit comme un ingénieur dont la spécialisation est l’architecture). Du coup, on se demande parfois si l’auteur est fondée à parler d’architecte plutôt que d’ingénieur. La traduction d’une même expression change à quelques pages de distances (muhandis mi‘marî, qualifié tantôt de maître maçon, tantôt d’ingénieur architecte) : il est vrai que le sens peut évoluer avec les manières de travailler et le développement des savoirs et des formations. Car la langue construit les catégories professionnelles autant qu’elle traduit les pratiques et les représentations sociales.

10C’est donc un vaste chantier qu’ouvre ce livre, et de multiples pistes de recherches, dont celui de la constitution des professions n’est pas le moindre, qui inspire une nouvelle génération de jeunes chercheurs. La participation de Mercédès Volait au programme de recherche initié par Taoufik Souami et Eric Verdeil montre que le passage de relais est en train de se faire, de même que les travaux qu’elle poursuit avec Joseph Nasr.

Haut de page

Bibliographie

Alleaume G., 1993, L'école polytechnique du Caire et ses élèves. La formation d'une élite technique dans l' Égypte  du XIXe siècle, Thèse pour le doctorat d'Etat , Université Lumière Lyon 2

Nasr J. et Volait M. (dir), 2003, Urbanism : Imported or Exported ? Native Aspirations and Foreign Plans, Chichester: Wiley-Academy/UK, 2003.

Souami T., Verdeil E. (dir.), 2006, Concevoir et gérer les villes, Milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Anthropos, 229 p.

Volait M. (dir.), 1996, « Figures de l’orientalisme en architecture », REMMM 73-74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Volait Mercédès, Architectes et architectures de l’Égypte moderne. 1830-1950. Genèse et essor d’une expertise locale, Paris, Maisonneuve et Larose, 2005, 477 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 16 avril 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/5203

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page