Navigation – Plan du site
II. Lectures

Lacoste-Dujardin Camille, Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie, Paris, La découverte, 2005, 395 p.

Abderrahmane Moussaoui
p. 280-284

Texte intégral

1Les premiers écrits sur la Kabylie de C. Lacoste-Dujardin remontent à une cinquantaine d’années déjà, si l’on se réfère à son article, Sabres Kabyles, publié en 1958, au journal de la société des Africanistes. Depuis, C. Lacoste-Dujardin n’a cessé de questionner les différents aspects de cette région de montagne située au Nord de l’Algérie, entre Alger et Constantine, dont les habitants usent d’une même langue berbère distincte : le tamazight. En réalité, plusieurs parlers locaux, s’apparentant à cette même souche tamazight, sont en usage dans les différentes sous régions composant la Kabylie. Entre la Kabylie de Djurdjura, la mieux individualisée et la plus emblématique des sous régions, il y a celle des Bibans, celle des Babors, le Guergour ou encore la Kabylie de Collo. Il s’agit en fait de plusieurs Kabylies dont C. Lacoste-Dujardin tente de montrer l’unité culturelle que cache mal le manque d’uniformité du relief et les découpages administratifs d’hier et d’aujourd’hui. Il s’agit d’une unité et d’une spécificité culturelle qui, au-delà de la langue, s’étend à différentes institutions sociales et continue à vivre dans les us et coutumes.

2Les nombreuses années d’observation minutieuse de tous les aspects de la vie et de l’histoire de région, dotent l’auteur d’une connaissance intime et profonde qui lui permet d’aborder aussi bien la question politique du berbérisme que de décrire minutieusement le berceau du nouveau né (duh). Sa longue et studieuse fréquentation de la Kabylie autorise C. Lacoste-Dujardin à signer une œuvre aussi importante qu’audacieuse. Cette entreprise est d’abord un acte d’engagement. C’est une contribution aux efforts déployés par les jeunes natifs de cette culture en vue de sa sauvegarde, nous dit l’auteur dans l’introduction. Expliquant le sens de sa démarche, C. Lacoste-Dujardin nous dit vouloir réunir les éléments qui lui ont parus constitutifs de la culture berbère de Kabylie. On y trouve des descriptions détaillées sur les morphologies sociales et politiques, sur des faits et événements politiques ou économiques ainsi que des explications des mythes et croyances en insistant sur les spécificités kabyles.

3Les articles assez fournis de ce dictionnaire décrivent et restituent avec précision et finesse les formes d’organisation politique et sociale croisant parenté et organisation politique. De nombreux faits de techniques, de normes et de règles, d’esthétiques, de croyances sont présentés de façon à rendre intelligible un système culturel complexe. Les grandes tribus et leurs territoires sont décrits avec érudition et mesure. L’histoire est ainsi racontée à partir des lieux et des événements mais aussi à travers des figures d’hommes politiques, de lettrés, de rebelles et d’artistes. Ces grandes figures de la région, ici renseignées, appartiennent aussi bien à la longue histoire qu’à celle plus immédiate. Politiques, intellectuels, artistes d’aujourd’hui, de jadis et de naguère sont répertoriés avec autant de précision que d’érudition. On y découvre la vie naturelle, l’histoire et les représentations de la Kabylie. Tout au long des différentes entrées, se décline également l’histoire de l’ethnologie coloniale au travers de ses principales figures. Restituer en un millier d’entrées la culture d’une société d’un ancrage historique aussi profond est une gageure qu’a tenté et en grande partie réussi C.L Dujardin.

4En effet, l’entreprise est hardie à plus d’un titre et les écueils et les pièges sont nombreux. Peut-on parler sans risque de culture d’une région en la particularisant parmi d’autres régions appartenant toutes au même monde berbère ? Quand l’auteur écrit : « Cette forme de dictionnaire me semble adaptée à la grande unité de la culture berbère en Kabylie (...) », elle laisse supposer que tout ce qui est recensé dans ce travail relève exclusivement de la culture berbère. Or, beaucoup d’éléments restent partagés par d’autres régions qu’elles soient berbères, comme c’est le cas en général, ou non. Mais que signifie d’abord le mot berbère ? L’auteur y consacre deux entrées : celle du berbère en tant que langue et une seconde qui le qualifie d’ethnopolitique coloniale en levant une des équivoques possibles.

5Son travail ne se situe pas dans la continuité de cette dichotomie arabe/berbère dont la colonisation a usé et abusé. C. Lacoste-Dujardin s’en démarque nettement et nous signale que dès 1839, cette thèse a eu ses promoteurs en la personne du Général Daumas à travers ses livres sur la Kabylie. Elle sera relayée par d’autres auteurs et diffusée à travers les revues des sociétés savantes. C’est toutefois en 1844 que cette notion ethnopolitique de division a été lancée sous forme d’une directive par le Général Bugeaud. Ce dernier développe l’opposition raciale Arabe/Kabyle et leur aversion réciproque. L’auteur dénonce cette thèse qui soulignait la dichotomie entre Kabyles et Arabes dans tous les domaines : aspect physique, activités, morale, traditions, religion, situation des femmes etc.

6Cet écueil soigneusement évité, un autre guette l’auteur. Au-delà de la substantialisation de la culture, n’y a-t-il pas risque à essentialiser et à réifier une culture par définition dynamique faite de transmissions et d’inventions ? Cela n’a pu échapper à l’auteur dont le souci de la précision, dans la délimitation de l’espace concerné, s’explique sans doute par la rigueur de l’ethnologue qui voudrait éviter les généralisations à partir d’un terrain localisé.

7Le doute éventuel quand à l’intérêt d’une telle entreprise est cependant vite dissipé ; et ce, dès la première entrée de ce dictionnaire qui montre la vivacité de cette culture. Le mot arch si profondément ancré dans la culture maghrébine a été remis au goût du jour par l’actualité bouillonnante de la région de la Kabylie et de quelques autres parties du pays. C. Lacoste-Dujardin nous en restitue le sens historique et sa re-sémantisation actuelle, nous fournissant ainsi les moyens de comprendre et de questionner l’histoire et son présent. Dans le même temps cependant, dès cette première entrée, l’auteur se confronte à cette difficulté de distinguer ce qui est spécifiquement kabyle de ce qui relèverait de l’hybridation entre l’arabe et le tamazight. Quand C. Lacoste-Dujardin écrit que les jeunes Kabyles ont « ranimé ce type d’instances (…) sous le nom en pluriel arabisé de `arouch », doit on supposer que le singulier arch est berbère voir kabyle ?

8En continuant à parler de cette grande unité de la culture, le risque de renforcer des frontières est grand. Or, comme le montre nombre d’entrées de ce dictionnaire, cette frontière est assez poreuse. Combien de mots peuvent être revendiqués par la culture arabe avec les mêmes sens et les mêmes usages ? On aurait aimé voir justement cette hybridation plus explicitement soulignée. Car un problème se pose quand il s’agit de distinguer ce qui est proprement kabyle et ce qui serait fondamentalement arabe. Parmi les mots attribués à la culture kabyle, certains sont considérés comme d’origine arabe et d’autres non. Sur quelles bases ces choix ont été faits ? L’auteur nous le dit pas. Par ailleurs, le lecteur est dérouté par le fait de voir l’origine arabe de certains mots comme amin ou chahid bien précisée, mais pas celle du mot kursî et d’autres mots tout aussi arabes malgré leur prononciation « kabylisée » (ameddah pour meddah et amandîl pou mandil). L’imprécision laisse supposer que ces mots seraient essentiellement berbères.

9En lisant les différentes entrées de ce dictionnaire, on apprend autant sur la Kabylie que sur le Maghreb en général. Les faits, les choses, les croyances qui y sont décrits sont largement présents avec plus ou moins de visibilité dans l’ensemble du Maghreb. Ce qui rend d’autant plus intéressant ce travail qui montre un continuum entre les différentes parties d’un tout à partir d’un de ses sous ensembles.

10Par ailleurs, sur le plan formel, le dictionnaire est en effet un outil pratique mais peut présenter quelques difficultés à l’usage. Le lecteur peut ne pas comprendre pourquoi certains mots seulement (par ex, ameddah, amussnaw) ont été orthographiés selon leur phonétisation kabyle alors que toutes les autres entrées sont en langue française.

11Quelquefois déroutant, l’ordre alphabétique du dictionnaire qui ne tient compte ici ni de la langue d’origine (arabe, kabyle ou français) ni de la thématique, demeure néanmoins assez agréable et stimulant pour le lecteur qui à la recherche d’un mot ou d’un sens peut passer d’une thématique à une autre, circulant dans les sphères d’une culture au hasard de l’ordre alphabétique. On peut passer ainsi d’une pratique (l’abandon) à un nom propre (Abane) puis à un statut (abid) etc. Ce choix pratique est également enrichissant et divertissant. Il nous fait circuler dans les différentes sphères et niveaux de la culture...

12Plutôt qu’un dictionnaire, ce travail s’apparente plus à une encyclopédie de la culture berbère en Kabylie qui évoque ses hommes et ses femmes, ses lois et ses rois (Firmus, Juba I, Juba II, Massinissa), ses tribus et ses montagnes, ses batailles et ses héros, ses chantres et ses aèdes, ses mythes et ses réalités, sans oublier ses historiens et ses ethnologues. Très instructif et plein d’érudition, ce dictionnaire éclaire bien des aspects qui aujourd’hui encore demeurent assez méconnus.

13Comme le terme « dictionnaire », l’expression « culture berbère » n’est peut être pas la plus appropriée. Il s’agit plutôt d’une petite encyclopédie de la culture du monde arabo-berbère en Kabylie. Car si les entrées renseignées sont pour la plupart en rapport avec la culture berbère en Kabylie, beaucoup d’autres s’appliquent à la plupart des autres régions, berbère ou arabophone du Maghreb.

14Même si l’auteur considère que ces traits sont spécifiques à la culture berbère laquelle culture serait d’une grande unité selon elle, il n’en demeure pas moins que beaucoup de ces traits ne sont ni exclusifs ni particuliers à la Kabylie. La tribu, l’ethnie se trouve dans d’autres parties de l’Algérie et du Maghreb. L’islam et les croyances populaires qui s’en réclament sont également présents bien au-delà des frontières délimitant la Kabylie et le monde berbère.

15Plusieurs mots déclinés d’ailleurs en arabe ou français se rapportent à la culture de toute l’Algérie et parfois au-delà. Ainsi en est-il de la circoncision, du lignage, de la communauté ou de l’enterrement. L’institution des habous n’est pas une institution berbère et l’usage qui en est fait pour « pallier la rigueur de la loi de l’exhérédation des femmes » en est une parmi d’autres « ruses », les fameux Ìiyal du droit musulman..

16Certaines entrées troublantes dans leur formulation même, sonnent comme des a priori. Claustration, par exemple, ne semble être là que pour parler de la femme kabyle… non claustrée. La femme kabyle essentialisée s’opposerait ici à une autre femme, a-historicisée également, que l’on suppose arabe.

17Ces légères remarques n’entament en rien l’importance de cette œuvre de 400 pages environ avec ses 900 entrées. Le lecteur appréciera la multitude de données (figures, faits et mythes) historiques, ethnographiques, culturelles et politiques basées sur une connaissance du terrain et une riche bibliographie d’auteurs à la fois anciens et contemporains, natifs et allogènes.

18L’ouvrage demeure un précieux outil pour le spécialiste et une source appréciable pour le commun. Avec un ton plutôt mesuré, l’auteur aborde les thèmes les plus sensibles sans complaisance ni parti pris. Il signale à la fois l’usage qui en a été fait par les représentants de la colonisation pour diviser cette entité, tout en rendant hommage aux travaux ethnologiques, de cette même période, qui ont pu montrer la spécificité de la culture kabyle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Lacoste-Dujardin Camille, Dictionnaire de la culture berbère en Kabylie, Paris, La découverte, 2005, 395 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 119-120 | novembre 2007, mis en ligne le 30 avril 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://remmm.revues.org/5253

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page