Navigation – Plan du site
III. Les transformations de l'islamisme dans le monde arabe

Lutte nationale ou fondation étatique ?

Les intellectuels palestiniens, d’Oslo I à Intifada II1
National struggle or state foundation? Palestinian intellectuals from Oslo I to Intifada II
Dyala Hamzah
p. 161-177

Résumés

La reconfiguration aujourd’hui du « champ intellectuel » palestinien autour de l’activisme non-gouvernemental et au détriment d’une ancienne garde marxiste s’explique-t-elle par un militantisme islamiste, politique autant que social ? Pourquoi la présence hégémonique de l’« islam » dans « l’espace public » n’a-t-elle pas généré de « nouveaux intellectuels musulmans », ceux dont l’engagement exégétique sur une scène globalisée ne préjuge pas de leur engagement national et séculier ? Est-ce parce que la « société civile » palestinienne, grevée par la désagrégation, en 4 années d’Intifada, d’infrastructures et d’institutions difficilement consenties par le processus d’Oslo, se confine à une action dictée par l’urgence, rendant difficile l’apparition de tendances plus ancrées dans une discursivité autonome, quelle qu’elle soit ? Déconstruisant, pour le cas palestinien, les attributs usuels de la réalité intellectuelle, l’article souligne les contraintes structurelles sous lesquelles œuvrent les acteurs et illustre leur polarisation à l’aune du débat sur les attentats suicide.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article a été écrit en 2004, soit 2 ans avant l’accès du Hamas au pouvoir. Il émane d’une réflexion engagée avec la sociologue Pénélope Larzillière autour de la relation entre activistes et intellectuels aujourd’hui en Palestine. On trouvera son analyse des premiers dans Larzillière, 2007.

Texte intégral

  • 1 Cet article a été écrit en 2004, soit 2 ans avant l’accès du Hamas au pouvoir. Il émane d’une réfle (...)
  • 2 Mahmûd al-Zahhâr, au sujet de ‘Abd al-‘Azîz al-Rantîsî, interviewé par la BBC le 19/04/04: http://n (...)
  • 3 Voir, par exemple, le « Palestinian Opinion Pulse » du Jerusalem Media and Communication Center (dé (...)
  • 4 Issu des Frères Musulmans, le Hamas est largement majoritaire dans les Territoires. Depuis le lance (...)
  • 5 Nouveaux intellectuels musulmans que l’on trouve dans la diaspora palestinienne et qui justifient l (...)

1« Without resistance, occupation will be an eternal issue here » : cette déclaration du porte-parole du Mouvement de la résistance islamique (Hamas) au lendemain de l’assassinat de l’un de ses dirigeants par l’armée israélienne2, résume le sentiment d’une majorité écrasante de Palestiniens aujourd’hui3. Si la seule communauté de sentiment ne permet certes pas de conclure à une islamisation de cette majorité4, explique-t-elle à tout le moins la (re)configuration aujourd’hui du « champ intellectuel » palestinien, entre une ancienne garde marxiste rendue inaudible et une nouvelle garde investie dans l’activisme non-gouvernemental ? Rend–t-elle compte de la non-émergence, dans « l’espace public », d’intellectuels « post-islamistes » – ces « nouveaux intellectuels musulmans » (Roussillon, 2005) dont l’engagement exégétique sur une scène globalisée ne préjuge pas de leur engagement national et séculier5 ? Ou bien la « société civile » palestinienne, grevée par la désagrégation, en quatre années d’Intifada, d’infrastructures et d’institutions difficilement consenties par le processus d’Oslo, se confine-t-elle désormais à une action dictée par l’urgence, de telle sorte qu’on peine à identifier l’apparition de tendances plus ancrées dans une discursivité autonome, quelle qu’elle soit ?

2Articulant une critique des catégories usuellement prédiquées de la réalité intellectuelle à une problématisation du contexte palestinien, on proposera ici une analyse de la scène intellectuelle des Territoires, pendant la période comprise entre la mise en place des accords d’Oslo et le basculement dans la seconde Intifada (1994-2004). Pour illustrer la spécificité de cette scène intellectuelle structurée par l’engagement national et au nationalisme captif du référent islamique, on procèdera ensuite à l’analyse du débat qui inaugure le second soulèvement, le débat sur les attentats suicide, tant ce dernier représente un cas à la fois exemplaire et limite de la période examinée.

Intellectuels et forums publics en Palestine aujourd’hui 

Déterminisme et individualité : le poids du local

3Si la proposition « le contexte détermine l’acteur » s’apparente à une lapalissade sociologique, il n’est pas inutile, dans le cas palestinien, de problématiser cette évidence en la compliquant historiquement. Les intellectuels palestiniens ne sont pas simplement déterminés par leur contexte, en ce sens qu’ils actualiseraient, ou non, des compétences et des savoirs, en fonction d’un libre-arbitre situé mais, en effet, surdéterminés par lui – ce contexte informant à la fois les conditions et les contenus (voire, les formes mêmes) de l’acquisition, de la production et de la diffusion de leurs savoirs et de leurs compétences.

  • 6 Voir Ali Jarbawi, “It Is Wrong To Squeeze the Unsqueezable”, in The Role of the Intellectuals, www. (...)
  • 7 Dans quelle mesure la présence en Diaspora de la plupart des éditorialistes et des penseurs palesti (...)
  • 8 Toufic Haddad, “Overcoming the Culture of Petitions: Critiquing the Role and Influence of Palestini (...)
  • 9 Schlomo Avneri, “Critical and Organic Intellectuals: Israelis and Palestinians” in The Role of the (...)
  • 10 Les « Pétitionnaires » de Toufic Haddad (op. cit.) ; les « Compradors » de Massad (op. cit) et d’Ad (...)

4Cela étant dit, il y a un paradoxe à parler des intellectuels palestiniens, comme s’ils constituaient une entité cohérente et repérable dans un continuum spatio-temporel, culturel, national6, alors même que le contexte qui les surdétermine est en fait lui-même pluriel. À cet égard, la reconnaissance scientifique de ce surdéterminisme différentiel est inversement proportionnelle à nombre de travaux qui leur sont consacrés. De plus, la totalité de ces études s’attachent aux seuls intellectuels laïcs7, englobés dans des catégories aussi extensives qu’exclusives, telles « secular, national, democratic »8. Qu’on objective ces derniers de manière organique9, qu’on les inscrive dans des catégories générationnelles (Zureik, 1991) ou encore qu’on les définisse par leur alter ego israélien (Mady-Weitzman, 2002 ; Avneri, 2003) qu’on leur accole des étiquettes essentialistes10, c’est, à chaque fois, la spécificité du local et de la trajectoire individuelle qui est perdue. Rares sont les perspectives comparatistes et les micro-analyses, où la réalité socio-économique et les perspectives professionnelles d’un intellectuel palestinien de l’enclave de Naplouse, par exemple, sont rapportées à celles d’un confrère de Ramallah (Romani, 2003). L’irréductible individualité de l’intellectuel n’est sauvegardée qu’à la condition qu’on la jauge à l’aune du local. Ainsi que le soulignait E. Said (1994 : 10), à travers la primauté des définitions, c’est « l’image, la signature, l’intervention et la performance mêmes » de l’intellectuel qui sont occultées. Ces dernières en constituent pourtant le sang vital et, rapportées aux circonstances de l’intellectuel, que Said appelle ses « complications », ce sont elles qui, malgré les définitions, donnent une consistance à ce qu’il dit. Ce sont elles, et non les définitions normatives ou descriptives de l’intellectuel, qui font entendre et mesurer, l’enjeu, l’effort, le risque et la volonté même de dire ce qu’il dit (Said, 1990 : 10,11).

Le contexte

  • 11 Année où Sharon est élu au poste de premier ministre sur une plate-forme opposée aux Accords d’Oslo
  • 12 18 « Les deux territoires (…) présentent des différences telles, que leur unité ne peut être consid (...)

5Le régime israélien d’occupation verrouille l’horizon politique depuis au moins 200111. Il maintient une géographie nationale morcelée par sa suspension unilatérale du processus de négociations entamé sous Oslo et par sa réoccupation des Territoires, aggravant non seulement le hiatus entre Gaza et Cisjordanie12, mais créant dans cette dernière des enclaves séparées par les colonies et leurs routes de contournement et, aujourd’hui, pour certaines localités, éventrées et isolées par le « Mur ». Il rogne sur les territoires du futur État par une colonisation jamais interrompue par le même Oslo. Il assiège la vie elle-même, sociale, culturelle, politique, économique, par un régime d’entraves, multiforme et arbitraire, à la circulation des biens et des personnes.

  • 13 Si l’élection de Mahmoud Abbas (Fatah) en janvier 2005, suite au décès de Yasser Arafat, ne changer (...)
  • 14 Voir Botiveau, 2001. Une des plus notoires d’entre elles, la Constitution palestinienne elle-même, (...)
  • 15 Voir Botiveau, 2001 : 146-147. Un exemple particulièrement pertinent pour notre propos fut la loi s (...)
  • 16 Sous le terme d’ONG, nous faisons ici référence aux associations de la première Intifada qui se son (...)
  • 17 Telle celle du « Parlement des femmes », Sh’hada, 1999 ; Botiveau, 2001 : 146-154.

6L’Autorité palestinienne (AP), autoritaire et non-comptable, mais dont le chef fut démocratiquement élu en 1996, est aujourd’hui profondément affaiblie, à la fois par la mort du processus qui l’a vue naître (Oslo) que par une crise interne de légitimité. À son non-renouvellement électoral, dû en grande partie à l’occupation, s’ajoutent des raisons plus structurelles : ainsi, l’imbrication problématique, jamais résolue, entre les institutions issues de l’OLP et celles instaurées par les accords intérimaires fait, qu’entre autres, l’AP hérite de la primauté historique de l’exécutif sur le législatif.13 Un grand nombre de lois votées par le Conseil législatif (CL), également élu en 1996, n’ont jamais été entérinées par l’exécutif14. À l’inverse, des lois furent passées par décret, avant l’élection du Parlement, court-circuitant ainsi les débats contradictoires dont elles devaient faire l’objet15. La mécanique diplomatique qui l’anima entre 1994, date de son établissement et 2000, date du déclenchement de la seconde Intifada, n’eut d’égale, par ailleurs, que les lacunes de son agenda social, ainsi que l’illustrent amplement la suractivité des ONG16 et l’exemplarité de certaines initiatives civiques17.

  • 18 Les accords de Taba (ou Oslo II), signés en septembre 1995, prévoient le découpage de la Cisjordani (...)

7Ce double dispositif politique enserre une « réalité nationale » hétérogène. Les habitants de Cisjordanie et de Gaza (3,5 millions), sont séparés de fait par la géopolitique et de droit par le « zonage » d’Oslo II18. Au delà, la réalité nationale palestinienne pousse ses ramifications en Israël même, où un million de Palestiniens vivent, citoyens « arabes » de l’État hébreu ; et dans une Diaspora multiforme (4 millions), celle déshéritée des camps de réfugiés libanais, syriens et jordaniens, celle prospère, en terme de capital culturel et/ou financier, d’Amérique, d’Europe, des pays du Golfe, mais aussi et enfin, celle moyenne ou précaire, et médiatiquement peu visible, de ces mêmes pays. L’effet de cette complexité contextuelle sur le construit identitaire se ramène à une allégeance, non pas double, mais compliquée d’une « origine » : on est toujours « Palestinien de » : de Cisjordanie, de Haïfa, de 1948, de l’intérieur, du Liban, d’Amérique. Et ces lieux sont autant de déclinaisons sur l’échelle sociale : réfugiés libanais apatrides, exilés citoyens britanniques, résidents de Jérusalem, citoyens israéliens ou jordaniens. À travers les polémiques qui animèrent les débats intellectuels de ces dernières années, les règlements de compte idéologiques ne parvinrent pas à masquer que l’enjeu était aussi ce capital culturel et social différentiel.

  • 19 Alternative fausse, souligne l’intellectuel Azmi Bishara mais aussi une majorité de Palestiniens, a (...)
  • 20 Jarbawi, 2003, souligne même que tout se passe désormais comme si « le bon intellectuel » est celui (...)
  • 21 La définition gramscienne de l’intellectuel, revisitée par Said (1994 : 7), nous permet, en princip (...)

8Dans ce contexte, il n’y a pas que la circulation des corps et des biens qui soit entravée par les frontières et barrages militaires. Les esprits aussi se débattent, mais dans un tout autre dédale : celui imposé par l’alternative entre « lutte nationale» et « fondation étatique »19 et qui menace de non-pertinence tout intellectuel qui s’engagerait sur une voie tierce. Ne serait intellectuel que celui qui articule, pour soi et pour autrui, une vision du projet national20 ; celui dont les prises de positions, les productions textuelles, et les mobilisations politiques sont organiquement liées au devenir de la Palestine ; celui donc qui est dans une production constamment située par rapport aux instances du mouvement national ou du mouvement de résistance. Sous d’autres cieux, en d’autres temps, on dirait vraisemblablement d’un tel intellectuel qu’il est idéologue, voire, apparatchik. Dans le contexte palestinien, où l’enjeu est celui de la survie d’une nation aujourd’hui, c’est-à-dire, de son étatisation à l’ère post-nationaliste, la question n’est pas tant celle, normative, du rapport de l’intellectuel au(x) pouvoir(s) (alors même que cette dernière est au cœur de la littérature sur le sujet et des auto-représentations des intellectuels eux-mêmes) ; que celle, effective, du rapport du militantisme, politique et civique, à l’intellectualité, dans le contexte extrême de la lutte nationale. La captation ou le relais médiatique des discours performatifs/programmatiques d’activistes mais aussi des discours techniques d’experts, leur juxtaposition, leur surimposition aux discours réflexifs d’intellectuels, ne contribue pas peu à brouiller les délimitations et à confondre les attributions. Où est la parole de l’intellectuel, qu’est-ce que celle du militant, de l’expert21 ?

9Nous voulons ici suggérer que c’est l’impératif de la résistance, bien plus que « l’islam », qui explique le recul du discours laïc au profit du discours religieux ; de même que c’est l’impératif de la réforme, bien plus qu’une démocratisation de l’espace public, qui explique le triomphe de la parole experte. En réalité, c’est le discours critique et réflexif dans son ensemble qui est en recul, et par rapport au discours performatif et programmatique du militant ; et par rapport aux avis du consultant. Peu entendus en général, les intellectuels « de gauche », comme les intellectuels « islamistes », connaissent une capacité de mobilisation extrêmement réduite. À l’opposé, les conclusions du militant des droits de l’homme, de l’expert psychiatrique, du pédagogue, du spécialiste de santé publique sont massivement relayées par les médias, passant ainsi pour les « justes » représentations de l’être et du devenir palestinien. La parole de l’activiste, fort médiatisée également, est captée de manière différentielle quant à elle, en fonction de l’engagement numérique des diverses factions activement résistantes : réception parfaite des combattants du Hamas (les Brigades Ezzedin al-Qassam); réception plus faible, pour les combattants du Fatah (les Brigades des martyrs d’al-Aqsa) mais aussi du Jihad.

Quels forums, quelles représentations ?

  • 22 Il n’y a pas jusqu’à la littérature académique elle-même qui ne soit atteinte par ces catégories br (...)
  • 23 Yossi Alpher, “Independent, influential or both?”, www.bitterlemons.org, Edition 26, 07/07/2003 ; M (...)

10Ce nécessaire détour par le contexte montre bien qu’on ne peut traiter la question de l’intellectuel sans la question corollaire de son efficace : audience et réception ; impact social et politique. Il montre aussi comment un tel contexte grève d’emblée la possibilité même de mesurer cet impact : où et comment ? En d’autres termes, dans quels forums et avec quels moyens apprécier la pénétration et l’influence des intellectuels ? Le déplacement préconisé par Said, de la définition générique de l’intellectuel vers sa signature spécifique ne résout pas le problème, on l’a vu, des signatures discursives concurrentes (celles des militants)22. Par ailleurs, le présupposé d’un impact, et d’un impact mesurable, comme préliminaire à une évaluation ou taxinomie des intellectuels23 est encore plus problématique ici. Pour que Maddy-Weitzman, par exemple, établisse l’échec de l’influence des « intellectuels de gauche » palestiniens sur le cours du processus de paix, il faut qu’il ait présupposé un certain nombre de conditions objectives relatives au déploiement et à la diffusion de la parole publique palestinienne. Premièrement, il faut qu’il ait considéré comme allant de soi l’existence d’une société civile capable d’impact, ce qui, sans entrer dans le débat théorique relatif à ce concept, est éminemment problématique, non seulement en l’absence d’État, mais eu égard à une situation où la population considérée est sujette et à la violence d’un État colonial et à la censure d’un proto-État. Deuxièmement, qu’il ait tenu comme réunies les conditions sociales et comme acquises les garanties politiques d’un espace public, au sens normatif et historique qu’Habermas donne à ce terme.

  • 24 Élu le 20/01/1996, le CL est constitué de 88 sièges, dont Fatah : 49, Indépendants affiliés Fatah : (...)

11Or, dans le contexte palestinien actuel, et en toute rigueur, rien ne permet de parler de société civile, nonobstant la présence et l’action sur le terrain d’une multitude d’ONG. Ces dernières pallient aux déficiences sociales de l’AP, c’est-à-dire qu’elles administrent les friches de cette dernière : si leur marge de manœuvre critique est tolérée dans des limites assez étroites, leur capacité légale à contrer les abus ou les manquements de l’AP est quasi nulle quant à elle. Certes, et la nuance est cruciale, les associations « grassroots » ont historiquement (depuis la « nakba ») pris en charge la société palestinienne. Cette dernière n’a d’ailleurs survécu au délitement induit par l’occupation que grâce aux liens institutionnels et de solidarité suscités par ces associations. Mais il n’en reste pas moins, et c’en est là un paradoxe, qu’une société civile à proprement parler n’existe que dans et par son efficace politique. Nous retenons donc ici la définition aussi restrictive que radicale qu’en donne Giacaman (1997) : il n’y a de société civile qu’à la condition minimale que l’existence et le fonctionnement de partis politiques d’opposition soient garantis dans tous leurs effets institutionnels. L’imbrication problématique, déjà mentionnée, entre les institutions de l’OLP et de l’AP fait qu’aujourd’hui l’espace politique palestinien en ses diverses factions historiques, demeure toujours sous l’ombrelle OLP, c’est-à-dire, sans véritable opposition partisane : témoin, la non-constitution ou la non-participation de nouveaux partis d’opposition lors des premières élections législatives de l’ère Oslo, une opposition pourtant bien réelle si on en juge par le nombre de candidats et d’élus indépendants aux élections de 199624.

  • 25 Bernard Botiveau parle d’« espace public faiblement constitué », de « réel problème d’expression pu (...)
  • 26 Une censure effective existe, qui va de l’intimidation des personnes, leur marginalisation dans la (...)
  • 27 Qu’a dirigé Hasan Asfour (cité supra). Le ministère créé en juin 1999 a été remplacé par une « comm (...)
  • 28 Et des intellectuels iconoclastes, livrés à la « vindicte populaire ». Voir les attaques ou les ent (...)
  • 29 Musa Budeiri, autoportrait par interview électronique, réalisée en mars 2004 ; al-Quds, 1er quotidi (...)
  • 30 Sur cette pétition, sa critique, et ces deux intellectuels, voir infra et note 10.

12Rien ne permet non plus dans ce contexte de distinguer un espace public, tout au plus, la juxtaposition problématique de forums fort divers dans leur ouverture, accessibilité et visibilité, et toujours susceptibles d’être suspendus25. L’absence d’une loi sur la censure n’en laisse pas moins les coudées franches à l’exécutif en matière d’appréciation de la liberté d’expression26 ; les lacunes du volet social de l’AP n’empêche pas que l’on y crée un ministère chargé des ONG27 ; l’appareil sécuritaire pléthorique est aussi bien en charge de la répression intermittente des islamistes que du rappel à l’ordre, musclé, des parlementaires sortis des rangs28. Le caractère discret, disjonctif, des espaces d’expressions publics interdit de fait qu’on parle d’espace public où l’« agir communicationnel », défini par Habermas comme la condition et l’efficace de toute négociation sociale, est démocratiquement garanti (Habermas, 1981). Le morcellement du territoire national, quant à lui, entraîne un morcellement de la production et de la diffusion du savoir, que l’apparition d’Internet et le développement spectaculaire, dans les camps de réfugiés mêmes, des « Internet cafés », ne suffisent pas à pallier. Au pôle scientifique international de Ramallah, composés d’acteurs « multi-positionnés », grâce souvent à une qualification universitaire obtenue en Occident, et qui permet au retour la captation des opportunités et des fonds alloués à la recherche et à l’expertise par le truchement de fondations ou d’ONG étrangères, continuent à se juxtaposer, dans le déséquilibre, les communautés productrices et émettrices de savoirs de Naplouse, Hébron ou Gaza (Romani, 2003). Ce morcellement territorial entraîne par ailleurs un habitus de l’enclavement, par delà les chemins de traverse que représentent chaînes satellites et toile virtuelle : on peut, tel Musa Budeiri, être résident de Jérusalem, citoyen palestinien britannique, membre de cette communauté intellectuelle de Ramallah, lecteur du quotidien al-Quds, et tout ignorer des débats du quotidien al-Ayyâm29. À l’inverse, on peut, tel Adel Samara, être résident de Ramallah, prendre à partie dans un brûlot au vitriol d’une centaine de pages, les signataires de la Pétition dite des 55, et échouer à atteindre ses adversaires de Jérusalem, de Ramallah même30

  • 31 Par exemple, et respectivement, Vera Tamari, Azmi Bishara, Musa Budeiri.
  • 32 Sur les rapports des intellectuels avec la presse nationale et l’Autorité, voir la perspective (mar (...)
  • 33 Émanation d’Internews Middle East (IME), Arabic Media Internet Network (AMIN) est un site d’informa (...)

13Est-il enfin besoin de déconstruire ici le concept de champ intellectuel également postulé dans toutes les études sur les intellectuels et leur impact ? Organisé, sur une échelle nationale, par une hiérarchie de positions et de valeurs, enjeux d’une concurrence interne, un champ intellectuel est déterminé par les conditions externes que représentent l’audience et le marché (des biens symboliques) ; à la différence d’autres champs (religieux, juridique) il ne trouve sa raison d’être que dans l’espace public, lieu par définition de la publicité-publication. Or le caractère disjonctif, discret, de l’« espace public » palestinien (plus adéquatement désigné, à notre sens, par la notion de « scène », le rideau représentant métaphoriquement ses suspensions et disjonctions), ainsi que les ruptures territoriales entraînent l’éclatement du champ intellectuel palestinien. La notion même de marché, au cœur du concept bourdieusien de champ, est absolument problématique ici, en l’absence de libre circulation, et des biens symboliques et des personnes. À mérite égal (et non à qualification égale, laquelle n’existe pas en Palestine, vu les cursus universitaires non unifiés), un universitaire de l’Université islamique de Gaza ne peut pas prétendre concourir sur un poste à l’université de Bir Zeit avec une consœur de cette bourgade de Cisjordanie, voire, avec un confrère palestinien d’Israël ou de Grande Bretagne31 puisqu’il ne peut s’y rendre. Par ailleurs, l’accès d’un intellectuel d’Hébron à la « publicité » sera d’autant plus restreinte s’il est opposant à l’AP (laquelle contrôle radio, télévision et presse nationale32) et si de plus son capital culturel ne comprend pas la maîtrise de l’anglais, une des conditions principales d’accès aux forums de diffusion internationale. L’existence de sites web en langue arabe ou bilingue anglais-arabe (tel AMIN)33, peut certes pallier l’absence de visibilité médiatique locale mais ne change rien à l’enclavement socioprofessionnel de notre intellectuel d’Hébron.

  • 34 L’intellectuel dont on parle ici n’est donc pas le médecin ou l’avocat, publiciste à ses heures, ma (...)
  • 35 Respectivement : universitaire et directeur du Palestinian Centre for Policy and Survey Studies ; P (...)

14Non seulement les intellectuels des diverses enclaves ne se battent pas dans un même espace et avec les mêmes armes mais ils sont avant tout, et c’est là la spécificité du contexte palestinien, en concurrence avec les militants, pour le monopole d’une légitime représentation du projet national. Si l’on écarte les célébrités tel Mahmoud Darwish, ou encore les figures désormais historiques, tels Emile Habibi, Edward Said, Ibrahim Abu-Lughod (ainsi que la spéculation sur ce que leur stature doit à leur « capital national », respectivement, israélien, américain, français), force est de constater que la parole des intellectuels, toutes tendances confondues reste captive de ses limites génériques (universitaire, romanesque, poétique, etc.). Ce, alors même que ces intellectuels sont souvent eux-mêmes militants et/ou experts.34 Qui et que représentent Khalil Shiqaqi, Fadwa Tuqan (m. 2003), Adel Samara, Sari Nusseibeh, Rema Hammami, Islah Jad, Munir Shafiq, Yâsir Za‘âtra35, lorsqu’ils s’expriment sur la corruption de l’AP, la réforme, la résistance, face aux officiels, activistes, experts – tels, par exemple, le parlementaire Azmi Shuaibi, l’ex-parlementaire Haydar Abd al-Shafi, l’islamiste ‘Abd al-‘Azîz Rantîsî, le psychiatre Eyad al-Sarraj ou l’avocat Raji Sourani, discourant sur les mêmes thèmes ? Noyées dans les représentations stratégiques, techniciennes, performatives, incomparablement plus audibles, de la parole militante, les représentations « intellectuelles » posent un problème méthodologique pour qui veut donc les approcher : tant que manquent l’espace et l’aune de leur mesure, ces « représentations » demeurent « non-représentatives », les intellectuels, de paradoxaux « représentants non représentatifs ».

15Non-représentatifs, les intellectuels le furent de manière spectaculaire dans leur prise de position massivement opposée aux attentats suicide. C’est dans l’espace fictif du « débat », que la société palestinienne s’est inventé d’Oslo I à Intifada II, et qu’il faut entendre comme cette stratification quasi scénique de discours qui se croisent sans se rencontrer, que nous voudrions à présent aborder la polarisation des intellectuels palestiniens par la question des attentats suicide.

Le débat sur les attentats suicide ou l’implosion de la « fausse alternative »

  • 36 Ce, alors même que les attentats suicide sont contemporains de la mise en place des accords d’Oslo (...)
  • 37 Cette fatwa qui visait les attentats suicide, perpétrés sur le sol saoudien, contre des intérêts am (...)

16Le débat sur les opérations suicide constitue une illustration limite de la dichotomie qui scinde, depuis Oslo, la scène publique palestinienne, entre tenants de la résistance et tenants de la fondation étatique. En culminant après la réoccupation israélienne du printemps 2002, il signale son lien organique à l’Intifada36. La fatwa polémique du grand Mufti d’Arabie Saoudite, émise en avril 2001, et qui condamnait les attentats suicide au nom de l’islam37, ne suscite que les réactions isolées de muftis et d’islamistes, cependant que les attentats du 11 septembre contre le World Trade Center et le Pentagone ont une incidence négligeable sur ce débat. Plus précisément, le débat fait imploser la dichotomie d’Oslo (cette alternative qualifiée de fausse par Azmi Bishara), en signalant désormais le basculement de tous les acteurs qui y prennent part dans la logique de la résistance et en déplaçant la ligne de fracture sur le terrain des modalités de cette résistance. On en veut pour preuve son inscription non-critique dans une téléologie de la libération, où les enjeux anthropologiques de ces opérations (la vie, la mort, la foi, le sacrifice de soi, la loi du talion) ne sont pas débattus.

  • 38 Nâfidh ‘Asila, « al-Filastîniyyûn wa khayâr al-muqâwama al-madaniyya », www.amin.org, 5 octobre 200 (...)
  • 39 Lucy Nusseibeh, “Palestinian Women and Non-Violence”, www.amin.org, 14 janvier 2002.
  • 40 Sumûd signifie endurer et patienter (il rappelle alors sabr, l’autre sème fortement chargé de la ré (...)
  • 41 Abdul Jawad Saleh, “The Palestinian Non-Violent Resistance Movement”, www.amin.org, mai 2003.

17Les prises de position contre la violence engendrée par ces opérations produisent des réflexions sur une résistance alternative non-violente38, et sont l’occasion, par ricochet, d’enfoncer un coin dans les représentations phallocrates de la résistance palestinienne, en rappelant ce que le pacifisme de cette dernière, lors de la première Intifada notamment, doit aux femmes39 ; elles sont aussi l’occasion de rappeler la liquidation israélienne systématique des figures de cette résistance non-violente et, plus récemment, de mettre en équation le sumûd (endurance, patience) historique40 avec les actions civiques spécifiques à la première Intifada41.

  • 42 Khalil Shikaki, “al-Ightiyâlât wa-l-‘amaliyyât al-intihâriyya: dâ’irat al-‘unf al-mustamirra”, www. (...)
  • 43 Respectivement, Khalid Amayreh, “Israeli Oppression Pushes Palestinians to “Martyrdom Operations””, (...)
  • 44 Ibid.

18L’« explication » anhistorique par les cycles (de violence), qui met implicitement sur un pied d’égalité l’occupant et l’occupé, prévaut chez nombre d’acteurs42, soucieux par ailleurs de contextualisation historique43. Conséquence de cette contradiction, l’analyse se dissout ici dans la description, l’argument de l’occupation et de l’usurpation territoriales, à l’origine du sentiment d’humiliation et de désespoir des « martyrs »44, obviant, au lieu de l’initier, la réflexion sur la gestion sociale de cette humiliation. Animés par la volonté de « dé-islamiser » le phénomène, ces intervenants banalisent l’acte du suicide : en bon journaliste, l’un juxtapose les propos rapportés d’islamistes et de communistes en faveur des attentats suicide ; en psychiatre rattrapé par son rôle public de militant des droits de l’homme, l’autre offre en pâture, à la curiosité d’un journaliste, un candidat au suicide.

  • 45 Musa Budeiri, Rema Hammami, al-Muhâfaza alâ al-dhât (« De l’auto préservation »), al-Quds, 14/12/20 (...)
  • 46 Khader écrira à plusieurs reprises dès l’automne 2001, dans sa colonne d’al-Ayyâm ; Tamari offrira (...)
  • 47 Musa Budeiri est politologue, professeur à l’université al-Quds et personnalité inclassable. Voir s (...)

19Chez bon nombre de « stratégistes », ceux qui insèrent leur réflexion sur les attentats suicide dans une critique stratégique de l’Intifada et/ou dans une dénonciation d’un leadership ambivalent, une analogie structurelle frappe : celle qui consiste à hiérarchiser les arguments contre, en donnant la préséance à la politique et à l’histoire sur la morale – les formules à la « last but not least » nonobstant45. Mais au delà de cette analogie structurelle, tout sépare les « stratégistes » : le cadre, historique et politique, dans lequel ils situent leur analyse, la date et le forum de leur intervention, la complexité de l’analyse. Rivés à l’horizon d’Oslo, certains, comme le journaliste d’al-Ayyâm, Hasan Khader ou le sociologue Salim Tamari (Université de Bir Zeit)46, maintiennent la nécessité d’une résistance mais dont l’objectif serait l’amélioration du rapport de force à la table des négociations, ce que ne peuvent atteindre les attentats suicide, qui rassemblent les Israéliens derrière les plus extrémistes de leurs représentants. En se mettant d’emblée sur le terrain de la communication (la résistance est un message adressé à une audience) Rema Hammami et Musa Budeiri, un tandem d’universitaires47, font figure d’exception. Ils montrent comment les attentats suicide prennent en otage la résistance palestinienne, en maintenant son message (fin de l’occupation, création de l’État) captif de représentations israéliennes erronées ou manipulatrices (de l’opinion internationale). En rappelant par l’histoire qu’il n’y a pas de lutte nationale sans auto-préservation, et en retournant l’argument moral contre ceux mêmes qui le produisent parmi les Palestiniens, le tandem signale ce que les attentats suicide ont aussi de moralement intenable pour la société palestinienne : avoir transformé une société en badauds, en témoins impuissants de l’échec du mouvement national à imaginer une résistance créatrice, à inventer la vie. Cette critique unique de la stratégie morbide et mortifère de l’Intifada ne fut pas entendue. Elle fut pourtant diffusée en arabe dans le premier quotidien palestinien, (al-Quds) le 12 décembre 2001. Cette absence d’impact, que la date non-opportuniste de la publication ne saurait complètement expliquer, signale en tout cas le manque de volonté collective à s’engager sur le terrain normatif.

  • 48 Dont : Mamdûh Nawfal, Hanna Siniora, Suʿâd al-‘Âmirî, Jamil Hilal, Salim Tamari, Dawud Kuttab, Jona (...)
  • 49 Par la voix de sheikh ‘Abd al-Majîd. Voir Alen 2002.

20À l’opposé, la parution, six mois plus tard, dans le même forum, de la « Pétition des 55 », signée par nombre d’intellectuels et de personnalités publiques48 ainsi que d’individus non-affiliés, devait provoquer un tollé. Si la brouille de la variable « laïcs/islamistes » qu’elle manifeste augure d’une polarisation du consensus, elle n’en signale pas pour autant le démarrage du débat, tant les réactions à cette pétition furent exemplaires des distorsions de l’« espace national » palestinien. Appelant à l’arrêt des opérations suicide contre les civils israéliens, la Pétition des 55 souligne le caractère contre-productif de ces opérations, qui aggravent la haine entre les deux communautés et mettent en péril l’édification du futur État palestinien. De son propos, on retint le fait, rédhibitoire, d’avoir été financée par la Communauté européenne. Perçus comme un ramassis de traîtres, les « intellectuels de l’étranger » subirent, non la contre-attaque d’« intellectuels du terroir » mais des militants du terrain. Son initiateur fut condamné comme traître par un communiqué de la Jeunesse du Fatah, tandis que les signataires dans leur ensemble furent pris à partie dans les colonnes d’al-Ayyâm, où des intervenants disaient ne pas comprendre comment et pourquoi la pétition ne condamnait pas les atrocités commises par Israël. Le FPLP, quant à lui, décrivait les « intellectuels civilisés » de la pétition comme étant la voix de leur maître - les démocraties européennes et les bailleurs de fonds. Le Hamas renchérissait49.

  • 50 En septembre 2002, à l’occasion d’un colloque intitulé « De l’Occupation à la Réforme : le dossier (...)

21La juxtaposition des opinions dans des forums disjoints est pour beaucoup dans le fait qu’au fond, ce débat fut un non-débat. Exemplaire de cette disjonction de l’espace public palestinien, la publication passée presque totalement inaperçue, à Ramallah, en 2003, d’un opuscule ultra polémique prenant violemment à partie les signataires de la Pétition des 55, et qui ne suscita aucune réplique (Samara, 2003). Pièce essentielle du discours stratégiste, cette pétition ne fut donc pas contrée, dans le fond, par ces réactions qui polémiquaient sur des appartenances politiques et de classe. Quant au discours stratégiste dans son ensemble, il n’accuserait de réplique que dans l’argumentaire, à contre-courant, d’un universitaire et parlementaire palestinien de la Knesset, Azmi Bishara50 pour lequel 1) la lutte armée n’a jamais constitué une stratégie palestinienne ; 2) la réduction aujourd’hui de la « stratégie nationale » à la question de savoir si on est pour ou contre les attentats suicide signale de manière tragique l’extrême indigence de la politique palestinienne. Cinglante, mais singulière, la réplique ne parviendrait pas à disqualifier le discours stratégiste.

  • 51 Hanan Ashrawi, membre de la délégation palestinienne à la Conférence de Madrid en 1992, élue au Con (...)

22Le discours stratégiste et sa réplique laisseront de fait en suspens la question des atrocités commises quotidiennement par Israël. À la question posée par une élue51 dans The Progressive, en février 2002 :

« Quand et pourquoi avons-nous autorisé quelques uns parmi nous à interpréter les attaques de l’armée israélienne contre des vies palestiniennes innocentes comme une invitation à faire la même chose à leurs civils ? Où sont ces voies et ces forces qui auraient dû s’élever pour la défense du caractère sacré des vies innocentes (les nôtres et les leurs), au lieu de laisser l’horreur de notre souffrance nous réduire au silence ? »

23un anonyme répond, dans The Palestine Chronicle, le 21 juin 2002 :

« Cela ne fait aucun sens d’appeler à mettre fin à ces missions [les attentats suicide], tant qu’Israël continuera à massacrer les Palestiniens. Le problème est beaucoup plus simple qu’on ne le pense : si vous déniez à un peuple le droit de vivre, d’être libre et digne et que vous déshumanisez une nation entière, vous ne devriez pas lui dicter ce qu’il doit considérer comme une réponse adéquate à sa propre défense [notre traduction] ».

  • 52 ‘Abd al-‘Azîz al-Rantîsî et Farhat As‘ad, leader du Hamas à Ramallah. Le premier est volubile dans (...)
  • 53 Voir les critiques de la fatwa saoudienne et les argumentaires jurisprudentiels avancés dans la pre (...)
  • 54 Muhammad Mashârqa, dans Yanâbi‘, le supplément d’al-Hayât al-jadîda, 23 avril 2001. Organe de l’AP, (...)

24Le débat sur les attentats suicide fut un non-débat pour une autre raison. À l’exception, significative, de leaders du Hamas52, il faut noter que les islamistes et oulémas proches de l’autorité ne participèrent pas au « débat » de l’été 2002. En revanche, ils réagirent de manière corporatiste au débat suscité en Égypte par leurs coreligionnaires, sur la légitimité islamique de ces opérations, après que le Mufti d’Arabie Saoudite eût émis une fatwa défavorable à ce sujet au printemps 2001 (Hamzah, 2005)53. Pour les contrer, à cette époque, il ne se trouvera que la voix singulière de Muhammad Mashârqa, journaliste d’al-Hayât al-Jadîda54, qui en appelle à « la voix de la raison », que révolte la complaisance des officiels de l’AP, et pour qui ceux qui applaudissent les méthodes du Hamas et du Jihad dans les rangs des factions historiques ne sont plus dignes de représenter les intérêts nationaux du peuple palestinien. Rappelant, comme E. Said le fera au printemps suivant, que le combat du peuple palestinien est un combat pour la vie et non pour la mort, il n’engage pas cependant de joute étymologique avec ses adversaires sur la signification de jihâd, de shahîd, etc., acquiesçant par là, comme la totalité des intellectuels, au monopole religieux incontesté sur un vocabulaire aussi et d’abord commun. Une ouverture, aussi cruciale que discrète, dans le sens de cette contestation avait pourtant été fournie par les revendications du « Parlement des femmes », mais l’occasion devait être totalement manquée.

25La résistance est devenue, à l’ère post-Oslo, l’horizon trans-partisan et ultime de toute pensée et de toute action. Le débat sur les attentats suicide aura opposé les militants du terrain aux intellectuels-militants et déchiré la « gauche », mettant aux prises une ancienne garde marxiste et une nouvelle garde convertie à l’activisme non-gouvernemental. Mais il aura aussi signalé le décalage des cadres de l’islam (oulémas proches de l’Autorité et islamistes) par rapport au contenu du débat et leur monopole paradoxal de sa terminologie. Les forums disjoints de l’ « espace public » mais aussi l’absence d’engagement « étymologiste » de ses acteurs, de volonté de se porter sur le terrain idiomatique de l’autre aux fins de lui en contester le monopole, expliquent sans doute les aléas de cet « agir communicationnel » contrarié.

Haut de page

Bibliographie

Abu Sada Caroline, 2003, « Les ONG palestiniennes », Égypte/Monde arabe, n°6 : 88 et 90.

Allen Lori A., 2002 “Palestinians Debate “Polite Resistance to Occupation”, Middle East Report n°225.

Botiveau Bernard, 2001, « L’Islam dans la construction nationale palestinienne. Le débat sur le droit de la famille », Les Annales de l’Autre Islam n°8 (La Palestine en transition), Inalco-Erism, Paris : 146.

— 1999, L’État palestinien, Paris, Presses de Science Po.

El-Batch Majda, 1994, « La presse palestinienne dans les territoires occupés », Etre journaliste en Méditerranée : 73-81.

Giacaman George, 1997, « In the throes of Oslo: Palestinian Society, Civil Society and the Future », in Dag Jorund Lonning & George Giacaman (eds), After Oslo: New Realities, Old Problems, London-Chicago: Pluto Press : 1-15.

Habermas Jürgen, 1981, Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Fayard.

Hamzah Dyala, 2005, « Is There An Arab Public Sphere ? The Palestinian Intifada, A Saudi Fatwa and the Egyptian Press », in Armando Salvatore and Mark LeVine (eds.), Religion, Social Practice, and Contested Hegemonies: Reconstructing the Public Sphere in Muslim Majority Societies, New York, Palgrave MacMillan : 181-206.

Hussari Ruba, « Notre Presse Palestinienne », Etre journaliste en Méditerranée , Kenneth Brown et al. (eds.), Paris, Méditerranéennes hors série : 83-91.

Jayyûsî Lena, 1998, « The Voice of Palestine and the Peace Process: Paradoxes in Media Discourse After Oslo », in Giacaman George & Lonning Dag Jorund (eds.), After Oslo: new realities, old problems, London-Chicago, Pluto Press : 189-211.

Kodmani Darwish Bassma, 1997, « L’État palestinien ou l’incongruité de l’espace politique et de l’espace social », Les Cahiers du Cermoc n° 17: Palestine, Palestiniens.

Kuttab Jonathan, 2001, « La non-violence : un choix politique actif », al-Hayât (Londres), 9 Décembre (traduit par Pierre Vanrie pour Courrier International, décembre 2001).

Larzillière Pénélope, 2007, « Islamisme et nationalisme dans les Territoires palestiniens de la première à la seconde Intifada » in Gérard D. Khoury et Nadine Meouchy (dir.) : États et Sociétés de l'Orient arabe en quête d'avenir 1945-2005 (vol II: Dynamiques et Enjeux), Paris, Geuthner.

Maddy-Weitzman Bruce, 2002, Palestinian and Israeli Intellectuals in the Shadow of Oslo and Intifadat al-Aqsa, Tel Aviv: The Tami Steinmetz Center for Peace Research - Tel Aviv University.

Massad Joseph, 1997, « Political Realists or Comprador Intelligentsia: Palestinian Intellectuals and the National Struggle », Critique, Fall.

Romani Vincent, 2003, « Sociologues et sociologies en Cisjordanie occupée: engagements et hétéronomies. Étude de cas”, REMMM 101-102 : 107-125.

Roussillon Alain, 2005, La pensée islamique contemporaine, Paris, Téraèdre.

Said E., 1994, Représentations of the Intellectual, London: Vintage : 10.

Samara Adel, 2000 « Media as a National Class Tool for Oppression », in : War, lies and Videotapes, International Action Center, 2000 

Shehadeh Raja, 1982, The Third Way, Londres, Quartet Books.

Sh’hada, 1999, « Gender and Politics in Palestine : Discourse Analysis of the Palestinian Authority and Islamists », Working PaSh’hada, 199per n°307, Institute of Social Studies (ORPAS), La Haye.

Zureik Elia et al., 1991, « Palestinians and the Peace Process », Journal of Palestine Studies, vol. 21, n°1 (Autumn 1991) : 36-53.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été écrit en 2004, soit 2 ans avant l’accès du Hamas au pouvoir. Il émane d’une réflexion engagée avec la sociologue Pénélope Larzillière autour de la relation entre activistes et intellectuel aujourd’hui en Palestine. On trouvera son analyse des premiers dans Larzillière, 2007. Mes vifs remerciements à Bassma Kodmani-Darwish pour sa lecture et critique constructive d’une version antérieure de cet article.

2 Mahmûd al-Zahhâr, au sujet de ‘Abd al-‘Azîz al-Rantîsî, interviewé par la BBC le 19/04/04: http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/3636207.stm : “Fury as Gaza buries Hamas leader”.

3 Voir, par exemple, le « Palestinian Opinion Pulse » du Jerusalem Media and Communication Center (décembre 2003) : http://www.jmcc.org/publicpoll/pop/03/dec/pop13.pdf: 77% de la population y soutenait alors la poursuite de l’Intifada.

4 Issu des Frères Musulmans, le Hamas est largement majoritaire dans les Territoires. Depuis le lancement du processus d’Oslo, grâce à un maillage associatif serré, il pallie dans les domaines médicaux, scolaires, etc., aux désengagements progressifs de l’Agence d’aides aux réfugiés palestiniens des Nations unies (UNRWA) comme aux failles du volet social de l’Autorité palestinienne. Voué à la lutte, le Jihad islamique (scission antécédente des Frères) n’a pas de véritable réseau caritatif.

5 Nouveaux intellectuels musulmans que l’on trouve dans la diaspora palestinienne et qui justifient leur absence aux Territoires par une sorte de division du travail intellectuel: « Les Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie, leur rôle est de se confronter à la situation. Mais pour nous qui sommes en diaspora, nous avons d’autres tâches. », entretien avec Basheer Nafi, mars 2004, in Larzillière, 2007 : conclusion.

6 Voir Ali Jarbawi, “It Is Wrong To Squeeze the Unsqueezable”, in The Role of the Intellectuals, www.bitterlemons.org, 7 juillet 2003.

7 Dans quelle mesure la présence en Diaspora de la plupart des éditorialistes et des penseurs palestiniens de l’islamisme (nommément, Azzam Tamimi, Basheer Nafi, à Londres, Munir Shafiq, Yasser Zaatra à Amman) ainsi que leur propre « division du travail intellectuel », entre eux et leurs coreligionnaires des Territoires, explique-t-elle ce phénomène ?

8 Toufic Haddad, “Overcoming the Culture of Petitions: Critiquing the Role and Influence of Palestinian “Secular, National, Democratic” Forces”, Between the lines (www.between-lines.org), mars 2002.

9 Schlomo Avneri, “Critical and Organic Intellectuals: Israelis and Palestinians” in The Role of the Intellectuals, www.bitterlemons.org, Edition 26, 07/07/2003 ; Massad, 1997.

10 Les « Pétitionnaires » de Toufic Haddad (op. cit.) ; les « Compradors » de Massad (op. cit) et d’Adel Samara (Muthaqqafûn fî khidmat al-âkhar: bayân al-55 namûdhajan, Ramallah: Markaz al-mashriq/al-‘âmil lil-dirâsât al-thaqâfiyya wa-l-tanmawiyya et Glendale, Californie: Palestine Research and Publishing Foundation, 2003).

11 Année où Sharon est élu au poste de premier ministre sur une plate-forme opposée aux Accords d’Oslo.

12 18 « Les deux territoires (…) présentent des différences telles, que leur unité ne peut être considérée pour l’heure que comme un projet d’avenir, réalisable par la seule volonté politique » (Kodmani Darwish, 1997 : 1)

13 Si l’élection de Mahmoud Abbas (Fatah) en janvier 2005, suite au décès de Yasser Arafat, ne changera pas la donne, l’entrée du Hamas dans le processus électoral et sa victoire lors des élections municipales puis législatives de janvier 2006 modifieront, quant à elles, le rapport de force entre le Hamas et le Fatah à l’intérieur des institutions palestiniennes. Encore indéterminé, le sens de cette modification reste tributaire d’affrontements partisans, d’une grave crise financière doublée d’une véritable crise humanitaire ‑ conséquence du boycott de la communauté internationale.

14 Voir Botiveau, 2001. Une des plus notoires d’entre elles, la Constitution palestinienne elle-même, adoptée en 3e lecture en octobre 1997 par le CL, ne fut finalement signée par Arafat qu’en 2002 et suites aux pressions américaines.

15 Voir Botiveau, 2001 : 146-147. Un exemple particulièrement pertinent pour notre propos fut la loi sur la presse.

16 Sous le terme d’ONG, nous faisons ici référence aux associations de la première Intifada qui se sont professionnalisées, de même qu’aux ONG internationales. Cela laisse de côté à la fois les associations « grassroots » non-professionnalisées et les associations caritatives islamistes, structures dont les positionnements sont différents. Si en toute rigueur, elles pourraient également être qualifiées d’ONG, il nous a paru intéressant pour les besoins de l’analyse de faire cette distinction.

17 Telle celle du « Parlement des femmes », Sh’hada, 1999 ; Botiveau, 2001 : 146-154.

18 Les accords de Taba (ou Oslo II), signés en septembre 1995, prévoient le découpage de la Cisjordanie en Zones A (sous contrôle palestinien), B (contrôle mixte) et C (contrôle israélien).

19 Alternative fausse, souligne l’intellectuel Azmi Bishara mais aussi une majorité de Palestiniens, ainsi que le montre un sondage du Jerusalem Media and Communication Center (www.jmcc.org) pour l’année 2001: 55, 6% des sondés pensent alors que la meilleure façon pour les Palestiniens de réaliser leurs aspirations nationales passe par une poursuite et de l’Intifada et des négociations.

20 Jarbawi, 2003, souligne même que tout se passe désormais comme si « le bon intellectuel » est celui qui soutient le processus de paix ; « le mauvais », celui qui s’y oppose. Mais qui pense cela ? Le pouvoir ? L’opinion publique locale, internationale ? Est-ce justement la catégorie des « secular, national, democratic intellectuals », prompts à exclure de leurs rangs les islamistes ? Jarbawi n’explicite pas davantage.

21 La définition gramscienne de l’intellectuel, revisitée par Said (1994 : 7), nous permet, en principe, de distinguer l’intellectuel de l’expert et du militant : « Today, everyone who works in any field connected either with the production or distribution of knowledge is an intellectual in Gramsci’s sense”. « Engagé » ou non, l’intellectuel relève d’une activité générique, produisant une représentation du monde à partir d’une compétence particulière : celle qui permet d’articuler des savoirs, contenus et méthodes, entre eux. L’expert et le militant sont dans une activité spécifique et disjonctive : les savoirs qu’ils produisent sont hic et nunc, tributaires de l’acquisition, et de la reproduction, d’une technique et d’une pratique.

22 Il n’y a pas jusqu’à la littérature académique elle-même qui ne soit atteinte par ces catégories brouillées, comme par exemple chez Massad, qui cite Hasan Asfour, parlementaire et chargé du « ministère des ONG », dans son étude sur les intellectuels « réalistes-pragmatistes » de l’ère Oslo.

23 Yossi Alpher, “Independent, influential or both?”, www.bitterlemons.org, Edition 26, 07/07/2003 ; Maddy-Weitzman (op. cit.)

24 Élu le 20/01/1996, le CL est constitué de 88 sièges, dont Fatah : 49, Indépendants affiliés Fatah : 15, Indépendants (mouvance islamiste) : 4, Indépendants : 17, Autres : 3. En jettant le Fatah, faction historiquement majoritaire du mouvement national, dans l’opposition (violente), le CL élu en 2006, et dominé par le Hamas, pointe-t-il l’émergence d’une société civile ? La réponse est suspendue aux fortunes de l’accord signé à la Mecque, en février 2007, pour la formation d’un gouvernement d’union national, et à la capacité de ce dernier à se positionner en tant qu’interlocuteur acceptable pour Israël, à même de rompre l’embargo international.

25 Bernard Botiveau parle d’« espace public faiblement constitué », de « réel problème d’expression publique » et trouve que « la scène palestinienne est (…) divisée entre tenants et adversaires d’une laicisation de l’espace public » (ainsi qu’il appert des débats sur le statut à donner à la loi islamique dans les sources de la constitution). (Botiveau, 1999 : 111-115 et 2001 : 152, 146). Il n’y a pas que le postulat de l’existence de l’espace public que nous interrogeons, mais aussi celui d’une alternative statutaire pour cet espace : laïc ou religieux. Mettant en présence des définitions concurrentes de l’intérêt public, l’espace public habermassien est structurellement défini comme un discours « critique-rationnel ».

26 Une censure effective existe, qui va de l’intimidation des personnes, leur marginalisation dans la presse nationale, à l’interdiction de couverture de certains événements ou d’ouvrages, comme ceux d’Edward Saïd, à l’été 1996. Sur la perception par les Palestiniens de leur media : http://www.jmcc.org/polls/1999/no33.htm. Il faut sans doute ici corriger notre dichotomie trop marquée entre intellectuels et pouvoir en rappelant les associations qui existent désormais entre la nouvelle garde politique et les intellectuels. La génération parlementaire des quadras utilise une nouvelle méthode de travail liant action et réflexion en sollicitant, et en recevant, l’expertise des « think tanks » virtuels que sont les centres de recherche tels Muwatin, le Centre for Palestine Research and Study ou encore le Palestine Center for Policy and Survey Research, de K. Shikaki, etc. Cela étant dit, ces nouvelles associations entre politiques et intellectuels ne concernent pas l’exécutif palestinien.

27 Qu’a dirigé Hasan Asfour (cité supra). Le ministère créé en juin 1999 a été remplacé par une « commission des ONG » lors du remaniement gouvernemental de juin 2002 (Abu Sada, 2003 : 88 et 90).

28 Et des intellectuels iconoclastes, livrés à la « vindicte populaire ». Voir les attaques ou les entraves physiques dont ont fait l’objet S. Nusseibeh, ou K. Shikaki, après s’être exprimés sur le droit au retour des réfugiés.

29 Musa Budeiri, autoportrait par interview électronique, réalisée en mars 2004 ; al-Quds, 1er quotidien palestinien (tirage : 20 000), fondé en 1951, indépendant mais soumis à la censure israélienne (son siège est à Jerusalem-est), sans ligne politique marquée et fort triburtaire des dépêches d’agences ; al-Ayyâm, 2e quotidien national (tirage : 10 000), fondé en 1995, proche de l’AP.

30 Sur cette pétition, sa critique, et ces deux intellectuels, voir infra et note 10.

31 Par exemple, et respectivement, Vera Tamari, Azmi Bishara, Musa Budeiri.

32 Sur les rapports des intellectuels avec la presse nationale et l’Autorité, voir la perspective (marxiste) de Samara, 2000 ; sur la presse, voir Hussari, 1994 ; sur la radio, voir Jayyûsî, 1998 ; Majda El-Batch, 1994.

33 Émanation d’Internews Middle East (IME), Arabic Media Internet Network (AMIN) est un site d’information et d’opinions fondé en 1996 et voué à la formation et à la mise en réseau de journalistes de langue arabe.

34 L’intellectuel dont on parle ici n’est donc pas le médecin ou l’avocat, publiciste à ses heures, mais celui dont la posture et la profession premières se définissent par la pratique et le discours intellectifs : enseignants, chercheurs, écrivains, etc.

35 Respectivement : universitaire et directeur du Palestinian Centre for Policy and Survey Studies ; Poétesse, pionnière du vers libre en Arabe, aux thématiques féministes, sociales et patriotiques, internationalement consacrée ; essayiste, ex-directeur de BADIL (Alternative Information Center) et rédacteur en chef de Kanaan online ; directeur de l’université al-Quds, ex-représentant de L’Autorité à Jérusalem ; anthropologue et directrice du Women’s Studies Center à Bir Zeit ; universitaire du même centre et du département des Cultural Studies à Bir Zeit ; idéologue islamiste, proche du Hamas résidant à Amman ; journaliste, ex-rédacteur en chef de Filastin al-Muslima (Hamas).

36 Ce, alors même que les attentats suicide sont contemporains de la mise en place des accords d’Oslo en 1994.

37 Cette fatwa qui visait les attentats suicide, perpétrés sur le sol saoudien, contre des intérêts américains, avaient été unanimement interprétée en Égypte comme ciblant la « légitime résistance du peuple palestinien » et avait donné lieu dans ce pays à une vaste campagne, entre avril et septembre 2001, de contre-fatwas dans la presse nationale. Voir Hamzah, 2005.

38 Nâfidh ‘Asila, « al-Filastîniyyûn wa khayâr al-muqâwama al-madaniyya », www.amin.org, 5 octobre 2001 ; Kuttab, 2001.

39 Lucy Nusseibeh, “Palestinian Women and Non-Violence”, www.amin.org, 14 janvier 2002.

40 Sumûd signifie endurer et patienter (il rappelle alors sabr, l’autre sème fortement chargé de la résistance palestinienne) mais aussi s’agripper, s’accrocher avec son corps (dans le contexte palestinien : à la terre). Il existe aujourd’hui une abondante littérature sur ce terme (résistance passive ? stratégie non-violente ?) et ses usages politiques. C’est pendant la première Intifada, que R. Shehadeh, un avocat de Ramallah, théorise le terme comme « la troisième voie », entre la haine aveugle et la soumission absolue. Voir Raja Shehadeh, The Third Way, Londres, Quartet Books, 1982.

41 Abdul Jawad Saleh, “The Palestinian Non-Violent Resistance Movement”, www.amin.org, mai 2003.

42 Khalil Shikaki, “al-Ightiyâlât wa-l-‘amaliyyât al-intihâriyya: dâ’irat al-‘unf al-mustamirra”, www.amin.org, 2 décembre 2001 ; Mustafa Barghouthi, “Violence breeds violence”, www.amin.org, 19 septembre 2001 ; Khalid Amayreh, “The Dance of Death”, www.amin.org, 4 septembre 2001 ; Eyad El Sarraj, “Wounds and Madness: Why We’ve Become Suicide Bombers”, www.amin.org, 2 avril 2002.

43 Respectivement, Khalid Amayreh, “Israeli Oppression Pushes Palestinians to “Martyrdom Operations””, www.amin.org, 6 septembre 2001 et Sarraj (op. cit.).

44 Ibid.

45 Musa Budeiri, Rema Hammami, al-Muhâfaza alâ al-dhât (« De l’auto préservation »), al-Quds, 14/12/2001 ; Salim Tamari, « What Kind of Resistance ?, Bitterlemons, 24/06/2002 ; Hasan Khader (al-Ayyâm, 2001) : les archives numériques d’al-Ayyâm étant indisponibles, Hasan Khader nous a gracieusement résumé ses positions et arguments par interview électronique les 13, 19 et 20 avril 2004.

46 Khader écrira à plusieurs reprises dès l’automne 2001, dans sa colonne d’al-Ayyâm ; Tamari offrira cette analyse en juin 2002, en contrepoint à sa signature de la Pétition dite des 55, sur le site web anglophone de Bitterlemons.

47 Musa Budeiri est politologue, professeur à l’université al-Quds et personnalité inclassable. Voir son site internet : www.musabudeiri.net. Rema Hammami est anthropologue, et professeur à l’Institute of Women’s Studies, Université de Bir Zeit.

48 Dont : Mamdûh Nawfal, Hanna Siniora, Suʿâd al-‘Âmirî, Jamil Hilal, Salim Tamari, Dawud Kuttab, Jonathan Kuttab, Saleh Abdel-Jawad, Nazmi al-Jubeh, Eyad Sarraj, Musa Budeiri, Rema Hammami, Hani al-Masri, etc. La pétition, initiée par Sari Nusseibeh, devait reparaître à plusieurs reprises, portant le nombre de ses signataires, initialement 55, à plusieurs centaines.

49 Par la voix de sheikh ‘Abd al-Majîd. Voir Alen 2002.

50 En septembre 2002, à l’occasion d’un colloque intitulé « De l’Occupation à la Réforme : le dossier manquant », organisé à Ramallah, dans les locaux de Muwatin (L’Institut palestinien d’études sur la démocratie).

51 Hanan Ashrawi, membre de la délégation palestinienne à la Conférence de Madrid en 1992, élue au Conseil législatif en 1996, fondatrice de Miftah (The Palestinian Initiative for the Promotion of Global Dialogue and Democracy). Elle est l’une des signataires de « La Pétition des 55 ».

52 ‘Abd al-‘Azîz al-Rantîsî et Farhat As‘ad, leader du Hamas à Ramallah. Le premier est volubile dans sa tribune d’AMIN (et ailleurs) avant, pendant et après l’été 2002, prenant à partie les tenants de la résistance non-violente, déclarant inlassablement que les « opérations des martyrs » sont l’unique solution et maintenant une perspective stratégiste que ne contrarie nullement l’intervention de Bishara. Voir, entre autres, « Al-‘amaliyyât al-istishhâdiyya hiya al-hall », www.amin.org, 20 juin 2002. Insistant sur le coût économique de ces opérations pour Israel, Farhat As‘ad souligne, quant à lui, que les Palestiniens possèdent pour la première fois une arme qu’on ne peut ni suivre, ni arrêter. Il demande à ceux qui appellent à l’arrêt des opérations de répondre aux questions des Palestiniens qui attendent depuis plus de 30 ans l’application des résolutions onusiennes. Voir The Jerusalem Times, 18 juin 2002, “Martyrdom Missions”: To What End? A Growing Debate in Palestinian Society”, par Muntaser Hamdan (diffusé sur www.palestinechronicle.com)

53 Voir les critiques de la fatwa saoudienne et les argumentaires jurisprudentiels avancés dans la presse par le shaykh Hâmid al-Bitâwî, l’un des déportés de Marj al-Zuhûr en 1992, et représentant du Hamas à Naplouse (al-Hayât, 25 avril 2001] ; le mufti de l’Autorité, Ikrima Sabrî (sur les ondes de Sawt Filastîn, le 25 mai 2001) ; le mufti de Jéricho, le shaykh Muhammad Ismâ’îl al-Jamal (al-Hayât al-jadîda, 27 avril 2001) ; Yasîr Za’âtra, le rédacteur en chef de l’ex-journal du Hamas, Filastîn al-muslima (al-Dustûr (Amman), 26 avril 2001) ; mais aussi ‘Abd al-‘Azîz al-Rantîsî (al-Hayât, 25 avril 2001).

54 Muhammad Mashârqa, dans Yanâbi‘, le supplément d’al-Hayât al-jadîda, 23 avril 2001. Organe de l’AP, al-Hayât al-jadîda (fondé en 1995) est le 3e quotidien palestinien (tirage : 5,000).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dyala Hamzah, « Lutte nationale ou fondation étatique ? », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 123 | juillet 2008, mis en ligne le 12 décembre 2011, consulté le 27 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/5463

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page