Navigation – Plan du site
III. Lectures

Fliche Benoît, Odyssées Turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris, Editions du CNRS, 2007, 236 p.

Claire Autant-Dorier

Texte intégral

1La parution de ces Odyssées turques s’inscrit dans un contexte où la production éditoriale française portant sur les migrations turques s’est considérablement enrichie, depuis plus d'une décennie, grâce aux efforts conjugués de géographes, sociologues et anthropologues. L’intérêt premier de cet ouvrage est de déplacer un regard souvent stigmatisant sur ce courant migratoire (Tribalat, 1996) vers l’espace d’émigration et de considérer ce qu’il en est des recompositions et des transformations traversées par ces migrants ruraux au sein même de l’espace turc. Cette perspective d’analyse permet de sortir des explications trop rapides en termes de pauvreté ou de culture – y compris de culture de la mobilité – pour examiner de près les ressorts qui jouent dans les trajectoires des migrants. L'un des enjeux consiste à sortir de l'aporie dans laquelle les notions d'urban village et de gecekondu (quartier d'habitat spontané) ont eu tendance à enfermer le débat en voulant déterminer la nature des individus : des urbains ou des ruraux. La transformation des structures relationnelles, comme celle des ethos, constitueront dès lors les objets privilégiés de l’observation, afin « de comprendre comment des changements de configuration sociale produisent ou non des tensions et des transformations dans les habitus et les programmes de vérité » (p. 22).

2L’ethnologue part du point d’arrivée en France (Narbonne) de ces migrants originaires de la région de Yozgat, et interroge l’énigme des motifs du départ : qu’est-ce qui explique que la migration soit plus importante ici qu'ailleurs ? Pourquoi dans une même région certains partent plus que d’autres ? Pourquoi certains partent pour la ville voisine et d’autres vont-ils au delà ? L’intérêt de l’ouvrage de Benoît Fliche est d’avoir poussé l’investigation dans toutes les dimensions anthropologiques de la question là où d’autres travaux se contentent bien souvent d’affirmations rapides sur les savoir-faire de la mobilité ou sur les causes générales de la migration.

3Le canton de Yozgat est d’abord identifié – pour ses caractéristiques géographiques et politiques à l’échelle de l’histoire de la Turquie – comme un espace marginal en regard des processus de construction de la nation, de laïcisation et de développement. L’auteur se penche ensuite finement sur la qualité des terres et leur répartition en fonction des appartenances confessionnelles (alévisCédric Parizot2008-07-15T16:27:00, sunnites, chrétiens) et ethniques (Kurdes, Turcs), de leur mobilité (nomades, migrants internes, muhacir – musulmans issus de l'empire ottoman) et du degré d’alphabétisation de la population de l’Ilçe (arrondissement de Sorgun) dont sont originaires les migrants qu’il étudie. Deux catégories de population ont une forte propension à migrer : les alévis non nomades, dont l'alphabétisation est dans la norme, mais qui ont de mauvaises terres (c'est le cas des villageois de Kayalar qui intéressent Benoît Fliche) et les muhacir, fortement alphabétisés, qui ont de bonnes terres. Les populations d’origine nomade sont paradoxalement peu mobiles. La migration des alévis ne semble pas pouvoir être imputée à des problèmes de cohabitation avec les villages voisins sunnites. En revanche les tensions politiques se font sentir dès la fin des années 1960 à Sorgun, chef lieu voisin et premier espace de destination de ces migrants. Elles constituent un motif de départ vers Ankara et l'émigration internationale. C’est au travers de l’analyse des réseaux sociaux villageois (qui comptent 200 habitants de 1940 à 1965) que Benoît Fliche entend, dans un dernier temps, dénouer l’écheveau des motivations qui donnent lieu au départ massif des villageois à partir des années soixante. L’analyse structurale des réseaux lui permet d'identifier les ressources en hommes et en terres, comme les logiques d'alliances et de concurrence auxquelles les groupes de parenté se livrent. Nous retrouvons là des principes de négociation du prix de la mariée et d'évitement des mésalliances assez conformes à d'autres pratiques matrimoniales villageoises de Turquie et il paraît peut-être abusif d'en faire une cause déterminante de la migration. En revanche, l'auteur identifie bien, au delà de ces logiques concurrentielles, des conflits plus marqués pour lesquels le système alévi traditionnel de réconciliation l'ayin-i cem (cérémonie de l'union) montre ses limites. Le cas de l'exploitation minière entreprise sur la commune, parce qu'elle introduit des logiques économiques exogènes, aurait à ce propos mérité de plus amples développements, mais sa conflictualité même rendait l'investigation délicate. Chacune des destinations migratoires – Sorgun, Ankara, et l'Europe – présente, en regard de ces motifs de migrations, des structures d'opportunités différenciées. Ankara apparaît comme occupant une place centrale dans ce jeu des mobilités : c'est un lieu d'ancrage fort et un espace de conversion de capitaux (spéculation, investissement dans les études, retour après une migration en Europe, recomposition des sociabilités ...). Alors que Sorgun a été privilégié dans un premier temps et fut une destination possible pour qui disposait d'un simple capital économique, il devient un espace sensible à cause des affrontements politiques des années 1970. L'Europe quant à elle constitue une destination problématique par la distance tant géographique que culturelle qu'elle introduit, et par la nécessité de disposer de capitaux culturels (les recrutements officiels tenant compte de l'alphabétisation et des qualifications) ou résiliaires (chaines migratoires) pour pouvoir partir. Benoit Fliche dénonce à ce propos l'usage qui a été fait, dans la littérature sur les migrations de Turquie, des termes de réseaux « akrabalik » et « hemsehrilik » pour désigner les solidarités familiales et d'appartenance géographique qui présideraient à ces chaînes migratoires. Outre l'usage d'un vocable turc qui n'est pas directement celui mobilisé par les personnes, il souligne que le fait « d'apporter quelqu'un » suppose une responsabilité et un engagement qui demande des relations de proximité plus fortes que la simple appartenance commune. Le souci de la précision imposerait de fait d'éviter de recourir à cette terminologie englobante.

4La seconde partie met en regard les modes d'organisation et les pratiques de ces migrants villageois dans leurs deux espaces principaux d'installation : Narbonne et Ankara. La confrontation de ces deux situations révèle les développements contrastés du devenir de cette population. Á Narbonne, une spécialisation économique quasi exclusive dans le domaine du bâtiment et une forte structuration confessionnelle et politique de la population turque contribuent à maintenir l'existence d'un groupe dont la consistance sociale est forte et très concurrentielle. Á Ankara, l’auteur observe une beaucoup plus grande diversification des parcours sociaux, qui s'accompagne d'une dispersion dans l'espace ankariote, même si le quartier d'implantation initiale demeure un espace de référence pour les personnes les plus âgées. Benoit Fliche décrit les logiques globales qui président à la légalisation, à la viabilisation et à l'urbanisation progressive des quartiers de gecekondu. Il identifie la façon dont les migrants se saisissent de ces opportunités dans une logique de spéculation mais aussi d'entretien des attaches familiales. Si les parentèles conservent un rôle important, les réseaux villageois, eux, sont défaits. De part et d'autres cependant certaines similitudes apparaissent : un investissement dans les études des enfants, filles comme garçons – avec toutefois des perspectives d'aboutissement différentes en France et en Turquie – et des pratiques matrimoniales qui se conforment au modèle du mariage arrangé avec un conjoint de même confession. Les normes familialistes et la virginité y occupent une place centrale, même si le « programme de vérité romantique » surgit dans le discours ou dans tel ou tel aspect cérémoniel.

5Après l'examen des transformations de l'espace domestique, l'ouvrage, et l'histoire des Kayalarli, se déploie in fine de façon intéressante sur un retour « patrimonial » au village, sous l'impulsion de l'un des premiers émigrés. La création d'une association villageoise et la reconstruction de maisons de vacances, puis de résidence au village, voient renaître les relations et avec elles les affrontements propres à l'esprit villageois ! Benoît Fliche documente avec une grande rigueur ces territoires en archipel que construisent les parcours des migrants, produisant des formes sociales composites. Il montre qu’« il est “un art d'exister” consistant à concilier des habitus issus de matrices socialisatrices différentes et parfois contradictoires » (p. 222).

6Si nous avions quelques regrets à formuler à l'égard de ce travail, ce serait peut-être autour de l'usage qui est fait de l'analyse des réseaux. L'approche en terme de réseau est circonscrite à une analyse des lignages localisés (dans le village) ou à celle, ponctuelle et sur quelques cas, des migrations en chaîne vers la France. Que sont devenus les grands sülâle dans l'espace urbain ? Il est dit en plusieurs endroits de l'ouvrage que ce sont eux qui continuent à faire sens pour les alliances et dans les sociabilités, mais l'on n'a pas d'éléments pour identifier s'ils jouent un rôle particulier dans le passage plus ou moins réussi à l'urbanité. Est-ce qu'appartenir à une grande famille offre plus d'opportunités ? Est-ce qu'au contraire on est davantage soumis au dedikodu (commérages) ? Dans quelle mesure bénéficie-t-on des innovations ou de la position de tel ou tel membre de la parentèle ? Il est dommage que, disposant de l'outil d'analyse de réseau (dont l'auteur fait lui même une démonstration brillante dans le numéro de la revue ejts.org qu'il a coordonné sur les usages de la parenté) et posant une question sur les modalités du devenir citadin, l'analyse se réduise à une longue description de la disposition des napperons et de l'apparition des tables basses à roulettes... L’ennui qu’a sans doute ressenti l’ethnologue au cours de longues séances de dégustation de café ou de thé dans les salons qu’il décrit dans près d’une quinzaine de pages gagne parfois le lecteur. On aurait plutôt aimé savoir comment les économies familiales se réorganisent entre les activités qu’ils ont à Ankara, les envois de devises, les opportunités de migrations, temporaires ou pas.

7Dans le contexte de l'émigration européenne, on aimerait également en savoir plus sur les configurations spatiales de ces réseaux. D'autant que si l'hypothèse défendue est que « ces anciens paysans ne recréent pas une figure communautaire parce que cela leur est intrinsèquement “naturel” » (p. 130), mais parce qu'il s'agit du fruit de l'adaptation au contexte local, il conviendrait de mieux situer ce contexte extra-communautaire, y compris extra-local. Peu d'éléments sur les opportunités et logiques résidentielles sont donnés alors que cela est bien développé dans le cas d'Ankara. Enfin qu'en est-il des anciens villageois installés ailleurs en France ou en Allemagne par exemple ?

8Reste qu'il faut saluer le remarquable travail de terrain qui se donne à voir ici, la connaissance précieuse qu'il offre de cet univers des migrants de Turquie et la clarté de son écriture.

Haut de page

Bibliographie

Tribalat Michèle, 1996, De l'immigration à l'assimilation. Enquête sur les populations d'origine étrangère en France, La découverte, INED, 302 p.

Fliche Benoît, 2006, « Social practices and mobilisations of kinship an introduction », European Journal of turkish Studies, Thematic Issue n°4, the Social practices of kinship. A comparative perspective, URL : http://www.ejts.org/document629.html

Fliche Benoît, Massicard Elise, 2006, « L'oncle et le député : circuits de ressources et usages de la parenté dans un lignage sacré en Turquie », European Journal of turkish Studies, Thematic Issue n°4, the Social practices of kinship. A comparative perspective, URL : http://www.ejts.org/document627.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Autant-Dorier, « Fliche Benoît, Odyssées Turques. Les migrations d’un village anatolien, Paris, Editions du CNRS, 2007, 236 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 04 janvier 2012, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/5633

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page