Navigation – Plan du site
II. Lectures

Fuller Mia, Moderns abroad, Architecture, cities and Italian imperialism, Londres : Routledge, 2007, 273 p.

Mercedes Volait
p. 322-323

Texte intégral

1C’est une synthèse ambitieuse et longuement mûrie qu’offre l’italianiste Mia Fuller sous ce titre évocateur de Moderns abroad. Le texte s’appuie pour partie sur une thèse en anthropologie culturelle soutenue en 1994 à Berkeley sous la direction de Paul Rabinow, qui explorait la dimension architecturale du projet colonial italien envisagé dans sa globalité, temporelle (1860-1943) et spatiale (l’Afrique du Nord, l’Afrique de l’Est et le Dodécanèse). L’enquête l’avait conduite à mettre en relief le rôle crucial joué par l’architecture dans le processus d’expansion coloniale de l’Italie, et l’imbrication de ce dernier à la construction nationale de la péninsule. Une dynamique de conquête d’autant plus liée à la modernisation du pays et à la légitimité de la nation, que l’entité italienne était de création récente et son appareil d’État faible.

2Le livre reprend et poursuit la réflexion sur la « colonialité » italienne à l’aune de la geste architecturale outre-mer, en particulier durant la période fasciste. Il ne s’agit nullement, comme l’explique l’auteur dans une longue introduction clairement argumentée, de faire œuvre d’histoire de l’architecture, mais plutôt de tenter une anthropologie historique du nationalisme et de l’impérialisme italiens à travers les objets bâtis, et plus encore les débats qu’ils suscitent. Ce sont donc les discours – « l’architecture théorisée » – qui l’intéressent au premier chef, comme voies d’accès aux « concepts organisateurs » qui cimentèrent le dessein colonial italien, et non pas les édifices eux-mêmes, de fait peu illustrés. Ce détour par l’architecture, ou plus exactement par sa mise en mots, lui paraît d’autant plus approprié que la scène coloniale est dominée par ce que Mia Fuller appelle un « architecturalisme » fasciste (p. 88), à savoir une identification profonde de l’Italie mussolinienne à ses programmes d’édification dans les colonies, au point de faire de l’architecture le fer de lance et l’emblème premier de la dynamique coloniale. L’art officiel et colonial par excellence.

3Solidement charpenté, intelligemment conçu, l’ouvrage est organisé en trois parties. La première (« Contexts ») campe le décor : elle suit la progression coloniale italienne en Afrique orientale et septentrionale et présente à grands traits la bâtisse italienne avant « l’architecture » – c’est-à-dire avant que la question de l’architecture coloniale soit posée en tant que problème intellectuel et politique à partir des années 1920, et devienne une machine tournant à plein régime. La seconde (« Theories ») détaille justement le travail d’élaboration doctrinale, dans trois de ses moments forts : la genèse de l’architecture moderne en Italie même (années 1910-1930) alors qu’émerge simultanément sous la plume de Gustavo Giovannoni l’idée de « l’architecte intégral » (à la fois artiste, technicien et homme de culture), le débat sur la modernité dans les colonies (années 1920-1940) qui donne naissance à la sensibilité dite « rationaliste » (des formes simples et stylisées de veine classique), puis le temps de l’urbanisme impérial (1936-1937), qui fut aussi celui des théories de séparation raciale. La troisième partie (« Practices ») examine concrètement ce qu’il en fut des intentions sur le terrain, sachant le peu d’impact, en règle générale, de l’activité doctrinale sur le paysage construit. Trois études de cas sont ainsi successivement consacrées à l’aménagement de Tripoli, au maillage du territoire libyen par les villages de colonisation et à la construction de la ville impériale d’Addis Abeba ; elles pointent le pragmatisme qui s’imposa au contact des réalités locales, les compromis qui durent être faits, la réduction progressive des ambitions premières. L’auteur en conclut que l’urbanisme colonial fut pluriel et qu’on ne saurait en rendre compte seulement en termes « d’urban apartheid » (Abu-Lughod, I980) comme cela a été longtemps la règle. L’épilogue qui clôt l’ouvrage pointe quelques-unes des réminiscences actuelles, en Italie comme dans les colonies, d’une histoire coloniale longtemps refoulée dans la métropole, et qui éveille aujourd’hui la nostalgie des plus anciens résidents de Tripoli ou de Rhodes.

4Ce livre s’inscrit dans le fort courant de renouveau de l’historiographie coloniale, et en particulier de sa dimension architecturale et urbanistique, que connaît le monde anglo-saxon depuis plus d’une décennie. Il offre au non-spécialiste de l’architecture italienne ou de l’Afrique coloniale une excellente introduction à ces terrains complexes que constituent les entreprises coloniales, avec une méthode d’analyse clairement articulée pour s’y aventurer, et une narration efficace. L’effort est d’autant plus louable qu’il s’attaque à des objets qui sont nécessairement situés au confluent de plusieurs domaines et spécialités et qui requièrent de savoir manier une large palette de connaissances empiriques et bibliographiques.

5L’ampleur des thèmes abordés dans cette vaste fresque peut cependant dérouter. Le corollaire est la place mesurée accordée à chacun d’entre eux. La question de la modernité en Italie aurait mérité des développements plus nourris. Nombre d’aspects évoqués appellent des approfondissements. Les pages dédiées à la sensibilité vernaculaire de certains commentateurs, à commencer par l’architecte Carlo Enrico Rava, à bien des égards l’un des protagonistes majeurs du livre, laissent le lecteur sur sa faim. On aimerait en savoir plus sur cet « inventeur » d’une esthétique africaniste, ancrée dans l’architecture rurale libyenne ; « inventeur » qui fut également à l’origine en 1931 du débat italien sur l’idée de « Méditerranéité » pour l’architecture coloniale, faisant écho à des textes d’architectes français publiés l’année précédente à Alger. Il est dommage à cet égard que le matériau biographique existant (Godoli, Giacomelli, 2005) n’ait pu être convoqué : que Rava (1903-1986) ait été le fils d’un haut-fonctionnaire colonial en poste en Libye n’est peut-être pas sans lien avec l’intérêt qu’il porte à l’architecture vernaculaire de la Tripolitaine. Il est vrai que ce n’est pas l’histoire fine, mais l’analyse des discours, en l’occurrence de textes doctrinaux parus dans des revues d’architecture, qui est ici la méthode utilisée par l’auteur pour décrypter les postures intellectuelles et professionnelles en jeu. Mais on est en droit de se demander si c’est bien là le meilleur biais, le bon outil et le bon corpus, pour déchiffrer la complexité des conduites individuelles et collectives sous le régime fasciste, et l’imbrication des enjeux esthétiques, idéologiques et économiques dans le champ architectural. Les écrits d’architectes sont souvent elliptiques, parfois confus (comme Mia Fuller le souligne à propos de textes de Rava lui-même), généralement contingents, et toujours de lecture difficile.  Cette littérature de circonstance appelle une certaine circonspection, à tout le moins des croisements et recoupements avec d’autres sources. Mia Fuller remarque finement, à cet égard, que l’un des architectes les plus prolifiques de Tripoli, Florestano di Fausto – autre personnage dont on nous dit peu de choses – ne s’est quant à lui quasiment jamais exprimé sur ses projets dans les revues (p. 169). A l’avenir, de nouvelles sources sont à exhumer pour poursuivre la réflexion entamée dans ce livre foisonnant, et à tout le moins fort utile.

Haut de page

Bibliographie

Abu-Lughod Janet L., 1980, Rabat: Urban Apartheid in Morocco, Princeton : Princeton University Press.

Godoli Ezio et Giacomelli Milva, 2005, Architetti e ingegneri italiani dal Levante al Magreb, 1848-1945, Florence: Maschietto Editore :297-302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mercedes Volait, « Fuller Mia, Moderns abroad, Architecture, cities and Italian imperialism, Londres : Routledge, 2007, 273 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/5653

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page