Navigation – Plan du site
III. Lectures

Longuenesse Élisabeth, Professions et société au Proche-Orient. Déclin des élites, crise des classes moyennes, Rennes, PUR, 2007, 254 p.

Éric Gobe
p. 312-314

Texte intégral

1L’ouvrage d’Élisabeth Longuenesse vient combler un vide dans le champ peu exploré de la sociologie des professions techniques modernes au Proche-Orient. Sa réflexion s’appuie, d’une part, sur une grande connaissance de la sociologie des professions anglo-saxonnes et française et, d’autre part, sur une lecture critique des travaux des historiens et politologues qui se sont intéressés, d’une façon ou d’une autre, aux professions modernes au Moyen-Orient. Elle est également le fruit d’enquêtes de terrain menées en Syrie, Égypte, Jordanie et au Liban sur des professions aussi diverses que les ingénieurs, les médecins, les architectes, les topographes et les techniciens. C’est précisément le va-et-vient réflexif entre les divers théories, concepts et catégories susceptibles de rendre intelligible les réalités sociales et une connaissance approfondie du terrain proche-oriental qui fait l’originalité et la richesse de ce livre.

2Partant des réformes ottomanes du xixe siècle, Élisabeth Longuenesse pose le cadre historique du développement des professions modernes – lui-même lié à la mise en place d’un système de formation sécularisé – dans une région soumise à la domination étrangère (chapitre 1). Durant toute cette période, on assiste à l’émergence de professions tirant leur légitimité de l’appropriation des sciences européennes. Ce sont elles précisément qui seront les porteuses du projet de construction nationale qui deviendra, dans les années 1960, celui de l’État développementaliste et autoritaire.

3Si Élisabeth Longuenesse critique les divers auteurs qui ont analysés les changements sociaux de la région comme le résultat de l’action des classes moyennes ou des « élites modernisatrices », elle se réapproprie ces deux concepts et montre combien les ingénieurs ont été en Syrie, dans les années 1970, la figure emblématique de ces deux catégories sociales (chapitre 2). Cependant, dans la décennie 1980, l’échec du projet développementaliste combiné à la massification de l’enseignement a débouché sur le déclassement social de ces classes moyennes de diplômés (notamment les ingénieurs) et sur l’émergence de nouvelles élites professionnelles individualistes formées dans des établissements universitaires sélectifs.

4La crise des classes moyennes et le déclin des élites dont parle l’auteur a des conséquences sur les modalités d’institutionnalisation des professions. En effet, les organisations professionnelles, conçues un temps par les gouvernants comme des instruments de mobilisations économique et sociale au service du projet étatiste de développement (les années 1960 et 1970) deviennent les lieux où s’expriment les frustrations sociales et politiques des uns et des autres (chapitre 3). L’auteur montre à quel point l’histoire de ces groupements professionnels s’ancre dans les rapports particuliers qu’entretiennent les « élites professionnelles » (ingénieurs, médecins…) avec les gouvernants des nouveaux États indépendants. Ces relations, qu’elles soient conflictuelles ou inscrites pleinement dans un processus de mobilisation au profit d’un projet de développement national et étatiste, renvoient à des logiques corporatistes. En effet, ces « syndicats professionnels » (niqâba mihniyya en arabe), héritiers lointains des corporations de l’Empire ottoman, ont affirmé leur volonté de revendiquer un monopole reconnu par l’État sur certaines activités professionnelles. Pour comprendre les intérêts et les groupes sociaux qu’ont représenté et que représentent aujourd’hui ces organisations (ce ne sont plus les mêmes), l’auteur part d’une lecture critique des travaux de politologie américaine consacrés aux ingénieurs et aux syndicats professionnels. Élisabeth Longuenesse reproche à des auteurs comme Robert Springborg, Clement M. Henry et Robert Bianchi de ne pas s’être intéressés à la profession en tant que telle et d’avoir principalement focalisé leur attention sur les relations de pouvoir entre les syndicats professionnels et l’État autoritaire. Marqués par les travaux de Philippe Schmitter et de ses épigones sur l’Europe du sud et l’Amérique latine des années 1960-1970, ils ont analysé le corporatisme en Égypte comme corporatisme d’État conçu comme un instrument de contrôle social visant à prévenir l’expression d’intérêts pluralistes et concurrentiels et à mobiliser les divers groupes sociaux dans le cadre du projet développementaliste. Pour Élisabeth Longuenesse cela revient à minorer les difficultés des États à encadrer des groupes professionnels ayant déjà fabriqué une identité et une légitimité propre. Les organisations professionnelles rassemblant des « élites professionnelles », (avocats, médecins, ingénieurs…) ont souvent fait montre en Égypte ou en Syrie d’une grande capacité de résistance à l’autoritarisme, elle-même révélatrice de la force du corporatisme professionnel (entendu ici comme « esprit de corps » d’une catégorie soucieuse de défendre ses intérêts). Ce faisant Élisabeth Longuenesse enrichit, prolonge et dépasse certaines analyses de Clement M. Henry ou de Robert Bianchi en faisant ressortir les articulations et les affrontements entre les logiques du corporatisme professionnel et celles du corporatisme d’État. Elle montre qu’à certains moments de leur histoire, les organisations professionnelles les plus prestigieuses ont pu constituer des lieux où se réfugie le politique. Le système institutionnel ne remplissant plus ses fonctions, les groupements professionnels ont alors fonctionné comme des arènes de la contestation par défaut, et sont devenus des enjeux de lutte tant pour les acteurs de l’opposition (notamment islamistes) que pour les gouvernants. En fonction des rapports de force, ces organisations passent ainsi du statut d’instrument de contrôle de l’État à celui de lieu de cristallisation d’une opposition. Dans le même temps, Élisabeth Longuenesse fait valoir combien la massification de l’enseignement supérieur transforme les logiques de fonctionnement des syndicats professionnels (notamment dans le cas égyptien). Elle incite certaines catégories de diplômés (infirmiers, techniciens, etc.) à revendiquer la création de leur propre syndicat à la fois pour se différencier de la masse des salariés non diplômés et se rapprocher des professions prestigieuses (ingénieurs, médecins, etc.). Toutefois, cette promotion se révèle être un leurre dans la mesure où l’inflation des effectifs et le déclassement social qui en découle frappent de plein fouet ces catégories de salariés.

5Quant aux syndicats des professions les plus prestigieuses, ils deviennent le lieu de conflits opposant les anciennes élites professionnelles et les nouveaux diplômés. Aussi la revendication par leurs membres du statut d’élite devient-il de plus en plus problématique. Dans le cas jordanien, l’équation est plus complexe car le projet professionnel défendu par les syndicats professionnels s’est confondu avec le projet national et la question palestinienne. Élisabeth Longuenesse décrit comment, depuis les années 1950, les différents groupes professionnels ont pris en charge le projet de construction d’une société moderne en participant au processus d’institutionnalisation des rapports sociaux et en se revendiquant comme élite dirigeante. Mais leur capacité à consolider l’intégration nationale s’est considérablement affaiblie depuis le début des années 1990 : il n’existe pas de consensus sur la définition de l’espace politique national et les syndicats ont perdu une partie de leurs troupes. En effet, concernés au premier chef par la faiblesse de la capacité  productive de l’économie du pays, les diplômés, souvent frappés par le chômage, sont prêts à accepter des emplois sans rapport avec leur formation et à chercher leur salut dans l’émigration.

6On voit bien que ce questionnement sur le syndicalisme professionnel a partie lié avec ce que l’auteur appelle les « luttes de classement », d’une part, et la « construction de la respectabilité » à travers la mise en œuvre d’un projet professionnel, d’autre part (chapitre 4). Élisabeth Longuenesse aborde cette question en se focalisant sur des groupes professionnels peu prestigieux (topographes, techniciens, experts-comptables). Là encore l’auteur articule parfaitement approche théorique et enquêtes empiriques. Elle s’attache à démontrer les mécanismes et les stratégies par lesquels ces groupes professionnels tentent d’obtenir une règlementation de l’« exercice » de la profession et la protection d’un titre par la loi. L’originalité de sa démarche réside ici dans la combinaison d’une analyse en termes de « luttes de classement » et de « processus de déclassement » empruntée à Pierre Bourdieu et Luc Boltanski et d’une approche sociologique néo-webérienne formulée en termes de « stratégie professionnelle » et de conquête d’un statut reconnu. S’appuyant sur les travaux de Magali Sarfati Larson et de Keith Mc Donald, Élisabeth Longuenesse analyse le processus historique par lequel experts-comptables et topographes au Liban, d’une part, et techniciens en Égypte, d’autre part, ont tenté d’établir un monopole sur un segment du marché du travail. Si les experts-comptables ont réussi à mener à bien leur projet professionnel, il n’en est pas de même pour les cadres techniques moyens égyptiens de l’industrie. Certes, leur situation professionnelle particulière (employés du secteur public pour la plupart, tout au moins jusque dans les années 1990) empêche de transposer tel quel le concept de stratégie professionnelle, mais leur quête de reconnaissance professionnelle et sociale à travers la création d’un syndicat spécifique se heurte désormais, à la fois aux logiques imposées par la libéralisation économique et à la croissance exponentielle du nombre de diplômés, phénomènes qui génèrent un processus de déclassement.

7De manière générale, la protection des marchés professionnels est déstabilisée par la l’ouverture des économies (chapitre 5). La crise du modèle de développement étatique dans les années 1980 a débouché sur la mise en œuvre de plans d’ajustement structurel et de privatisations signifiant la fin de l’embauche quasi-automatique des diplômés dans le secteur public. Le « retour au marché », pour reprendre la formulation d’Élisabeth Longuenesse contribue ainsi à détruire les formes d’autonomie et de coalition professionnelle qui font obstacle à l’approfondissement de la libéralisation économique. L’auteur note que le clivage entre les ingénieurs du secteur public et ceux du privé s’aggrave. Les premiers voient leurs effectifs se réduire massivement du fait des privatisations et des licenciements qui les accompagnent, tandis que les seconds connaissent un éclatement de leurs conditions en raison de la fluidité accrue du marché du travail. Le chômage se développe et concomitamment le secteur privé est, à la fois, le lieu de réussites professionnelles et celui de compétences sous-rémunérées. Ces mutations ont un impact d’autant plus grand que les économies étaient fortement étatisées (Syrie et Égypte). Toutefois, Élisabeth Longuenesse fait remarquer qu’être aux prises avec la mondialisation et la libéralisation de l’économie ne signifie pas que certaines organisations professionnelles ne réussissent pas à mettre en place des mécanismes de protection de leur marché du travail. Le cas des experts-comptables au Liban est à cet égard emblématique et paradoxal. Leurs associations professionnelles contribuent à diffuser les normes internationales de comptabilité tout en protégeant leurs membres contre la concurrence étrangère. Mais hormis le cas particulier des experts-comptables, l’auteur constate, de manière générale, que le « projet libéral » remet en cause le corporatisme professionnel, mis « au service d’une construction nationale étatique », au profit d’une « logique individualiste de carrière » qui « illégitime » la profession et pas seulement au Proche-Orient.

8Au final, il est dommage que ce travail remarquablement documenté soit entaché de quelques coquilles gênantes à la lecture. Élisabeth Longuenesse écrit p. 51 que les écoles communautaires « contribueront à former des générations de fonctionnaire, de membres de professions libérales […] qui joueront un rôle important dans la renaissance culturelle arabe, la Nahda, dans la deuxième moitié du XXe siècle » ; il faut bien évidemment lire la deuxième moitié du XIXe siècle. Page 55, dans le paragraphe se rapportant au développement de la profession d’avocat en Égypte, le lecteur doit lire 1876 et non 1976. Par ailleurs, Élisabeth Longuenesse parle de 1996 (p. 58) comme de l’année de la conquête par le « courant islamique » de la direction de l’Ordre des avocats, alors que la liste islamiste a remporté, pour la première fois, la majorité des sièges dans l’instance dirigeante de l’organisation en septembre 1992 (18 sièges sur 25). Enfin, p. 72, l’auteur cite les « années 1990 » au lieu des années 1980, lorsqu’elle évoque les « mouvements qui ont agité la société syrienne ».

9Bien évidemment, ces quelques coquilles qui seront certainement corrigées dans une prochaine édition, ne doivent pas nous faire perdre de vue le caractère pionnier de l’ouvrage d’Élisabeth Longuenesse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gobe, « Longuenesse Élisabeth, Professions et société au Proche-Orient. Déclin des élites, crise des classes moyennes, Rennes, PUR, 2007, 254 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/5713

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page