Navigation – Plan du site
III. Lectures

Mejdell Gunvor, Mixed Styles in Spoken Arabic in Egypt. Somewhere between Order and Chaos, Leiden, Brill, 2006, 481 p.

Catherine Miller
p. 309-311

Texte intégral

1S’il y a un domaine qui a été largement traité dans la linguistique arabisante contemporaine de ces trente dernières années c’est bien celle du contact, de l’alternance et du mélange entre les deux pôles de l’arabe : le fusha (arabe classique ou arabe standard moderne) et le dialectal. On peut dire que depuis le fameux article de C. Ferguson (1959) sur la diglossie, cette question a monopolisé une grande partie des débats de la sociolinguistique arabisante, que ce soit dans la production occidentale ou arabophone. On ne compte plus les articles, ouvrages et polémiques et le thème pourrait sembler particulièrement redondant.

2Mais l’ouvrage de Gunvor Mejdell constitue un apport sans précédant dans ce domaine, par son érudition, sa rigueur théorique et méthodologique, sa finesse d’analyse et la richesse des données. Il s’agit véritablement d’un Master Piece, un ouvrage dorénavant incontournable et qui fera date dans le champ de la linguistique arabe et de la linguistique de contact.

3Fruit d’un long travail de recueil et d’analyse de données et s’appuyant sur une bibliographie très riche, cet ouvrage de 480 p. ne se limite pas à l’analyse de cas concrets d’alternance dans un corpus recueilli en Égypte mais il aborde en profondeur des questions syntaxiques (traitement des modalités, déictiques) et sociolinguistiques (la question de la norme et de la standardisation) de première importance pour la linguistique arabe. Rédigé en anglais, il rend accessible à un large public des sources anciennes ou plus récentes écrites dans diverses langues européennes (anglais bien sur mais aussi allemand, français et norvégien) et en arabe, souvent malheureusement ignorées par les linguistes anglophones.  

4L’ouvrage est divisé en huit chapitres, auxquels s’ajoutent 67 pages d’annexes (transcription et traduction intégrale du corpus), 12 pages de bibliographie dense et un index. Les deux premiers chapitres explorent des questions théoriques (langue standard, diglossie, bilinguisme, continuum, styles mixes) qui servent de cadre méthodologique à l’étude. Les cinq suivants abordent chacun un domaine d’application pour l’analyse des phénomènes d’alternance : les particules complétives, les démonstratifs, l’expression de la négation, la phrase relative et la suffixation des pronoms. Le dernier chapitre est une synthèse des résultats et des données.

5Le premier chapitre (Arabic and the issue of standard language) discute un certain nombre de questions liées à la définition de la situation linguistique des pays arabophones : qu’est ce qu’une langue standard, quels sont les processus qui permettent la standardisation d’une langue ? Sur quels critères peut-on distinguer une situation de diglossie d’une situation de bilinguisme ? La question de la standardisation me semble cruciale et reste pourtant singulièrement peu explorée par les arabisants qui, pour la majorité, ont adopté l’expression « arabe standard » ou « arabe moderne standard » pour qualifier le fusha contemporain sans s’interroger sur la pertinence de ces termes pour le contexte arabe. En rappelant avec précision l’élaboration de la notion de parler standard dans la linguistique européenne et l’histoire des processus de standardisation dans de nombreuses langues européennes (y compris la Tchéquie et la Suisse qui présentent des situations relativement similaires au monde arabe), G. Mejdell montre que le terme de « standard » est inadéquat pour qualifier l’arabe fusha contemporain, puisqu’il ne s’agit pas d’un parler « vernaculaire » , (i.e. d’une langue maternelle d’un groupe donné, élevée au statut de langue écrite et devenue la norme de référence) mais d’une langue classique qui a été ‘revitalisée’ aux XIXe-XXe siècle pendant la période de la nahda mais qui n’est la langue maternelle de personne. C’est sur la base de cette distinction entre langue maternelle/ langue non maternelle que G. Mejdell différencie entre bilinguisme (standard-with-dialect situation) et diglossie et choisit de décrire la situation linguistique des pays arabes comme un Diglossic continuum. Ce faisant, elle se démarque de la polémique « classique » qui consiste à déterminer si le fusha et le dialectal sont des « langues » différentes ou des « variétés » d’une même langue. En optant pour le Diglossic Continuum, G. Mejdell est évidemment bien consciente de la non-discontinuité des deux pôles et souligne tout au long de ce premier chapitre combien les notions de normes, prestiges, codification sont flexibles. Elle souligne que l’alternance stylistique ‘amiyya/fusha peut être considérée comme la norme empirique et est une réponse à l’imposition d’une norme trop prescriptive (l’arabe coranique). Elle suggère que c’est très probablement l’usage des urbains éduqués qui va peut-être fonctionner comme standard national ou régional (hypothèse que je partage en partie mais qui demande à être vérifiée). Comme dans de nombreux autres pays l’expansion d’une forme moins formelle, moins basée sur l’écrit et moins rigide reflète l’évolution de la société. Ce premier chapitre m’apparaît particulièrement important car en comparant avec la situation linguistique d’autres pays, G. Mejdell nous montre que la situation des pays arabes n’a rien d’exceptionnelle mais que le concept de langue ‘nationale’ reste pour le moment une chimère.

6Le deuxième chapitre aborde la question des formes intermédiaires du continuum diglossique, des modalités de l’alternance et de la signification de la variation stylistique. Le lecteur y trouvera une très bonne synthèse de toutes les écoles et théories plus ou moins discontinuistes ou continuistes (Diem, Mitchell, Badawi, Dichy, etc.), incluant les questions de contraintes syntactiques et lexicales (Poplack, Myers-Scotton) et l’approche en termes de « genre » (Bakhtin) et de styles dont la variation traduit le contexte social mais également les pratiques discursives des locuteurs. En optant pour une approche en termes de styles, G. Mejdell dégage des tendances, des préférences, des choix plutôt que des contraintes fixes. D’où le titre « entre ordre et chaos », l’alternance n’étant ni totalement contrainte et prédictible, ni totalement anarchique mais se déroulant sur un continuum +/- formel : « nous avons des locuteurs agissant/performant dans une situation récurrente de formalité dans laquelle les normes de la communauté de parole (speech community) espèrent/requièrent un certain comportement/façon de parler au dessus du style dialectal quotidien, une façon de parler orientée vers les traits de la norme standard » (P. 74).

7C’est donc dans cette approche discursive que G. Mejdell étudie le comportement de sept locuteurs vis à vis d’un certain nombre de traits grammaticaux qui diffèrent entre le dialectal et l’arabe dit standard, en se demandant dans quelle mesure les pratiques d’alternance sont en train de se stabiliser et de se conventionaliser et « dans quelle mesure des locuteurs engagés dans des monologues académiques, réagissent de façon similaire à un contexte similaire concernant le traitement de traits grammaticaux diglossiques » (p. 374). Ce faisant elle s’attaque à un des obstacles les plus difficiles de la sociolinguistique contemporaine : décrire une « grammaire » en mouvement et cerner, au-delà de la fluidité des usages, des pratiques discursives récurrentes qui pourraient se stabiliser et se grammaticaliser en donnant naissance à une nouvelle variété.

8Il serait trop long de rentrer dans le détail des quatre chapitres qui analysent la réalisation des traits linguistiques sélectionnés. Pour chaque trait, G. Mejdell décrit avec précision les règles de chaque « style » (arabe dialectal égyptien, arabe classique) en ne s’arrêtant pas à la forme mais en montrant les différences de distributions, fonctions et de valeurs des formes. Puis elle donne l’ensemble des réalisations par locuteurs et en annexe les textes complets. Ainsi quand elle aborde les particules complétives (complementizers) comme ‘an, ‘inna, ‘anna, ‘inn- ou Zéro, elle décrit de la façon la plus exhaustive possible les règles d’emploi de ces particules en arabe classique et arabe égyptien, les contraintes syntactiques et leurs valeurs sémantiques. Ce faisant, elle renvoie à l’ensemble des études syntaxiques dans ce domaine que ce soit pour l’arabe classique, l’arabe égyptien ou tout autre variété dialectale contemporaine qui a fait l’objet d’une étude syntaxique un peu plus détaillée (comme par exemple les travaux de A. Bloch sur la syntaxe de l’arabe de Damas). Ce rigoureux travail d’analyse sémantico-syntaxique met en valeur la complexité des distributions et les variantes possibles dans chaque style (cf. en arabe classique, la variation entre ‘an, ‘anna et ‘inna et en arabe égyptien entre ‘inn- et zéro en fonction des constructions syntaxiques et des valeurs sémantiques des verbes des phrases principales et subordonnées). Par delà les différences formelles entre arabe classique et arabe égyptien, G. Mejdell met en évidence une distinction fonctionnelle parallèle entre les deux styles qui s’organise autour des valeurs factuelles versus des valeurs non factuelles (modales ou intentionnelles), valeurs qui sont portées par des combinaisons particules complétives + formes verbales perfect/imperfect (voir p. 109-110). C’est à partir de cette distinction fonctionnelle entre factuel vs. modal que G. Mejdell va ensuite analyser l’ensemble des données recueillies dans ses corpus d’alternance en essayant de voir si elle peut relever des règles, des contraintes ou des modalités d’alternance.

9C’est cette attention aux valeurs sémantiques qui me semble être l’apport le plus important de son étude, par comparaison avec les recherches précédentes dans ce domaine, y compris pour l’arabe classique (cf. p. 133, ses remarques sur le sens modal déterminé contextuellement de la forme verbale préfixale nue et sur le fait que les propositions modales reportées préservent ce sens modal quand elles sont insérées sans marquage syntactique).

10On perçoit mieux dès lors que, s’il est parfois difficile de trouver une règle explicative à ces variations dans chaque style, il le sera encore plus dans les cas d’alternance entre arabe classique et arabe dialectal. Et c’est bien le formidable apport de ce livre que de nous montrer pas à pas tous les types possibles de contraintes syntaxiques et sémantiques et d’essayer de faire le tri entre l’ordre et le chaos. Ainsi, dans le chapitre sur les démonstratifs (chapitre 4), G. Mejdell met en évidence la distribution des démonstratifs entre fonction attributive et fonction pronominale et montre que ce sont plutôt les démonstratifs de l’arabe classique qui sont utilisées pour la fonction attributive, et les démonstratifs de l’arabe égyptien pour la fonction pronominale (p. 229). Mais dans le chapitre sur le traitement de la négation (chapitre 5), elle souligne à l’inverse qu’il ne se dégage pas de règles d’alternance ou de contraintes de distribution et que les usages semblent majoritairement idiosyncratiques (p. 272).

11Je passe ici sur le traitement de la phrase relative (chapitre 6) et celui de la suffixation pronominale (chapitre 7) pour revenir aux conclusions de Gunvor Mejdell (chapitre huit) concernant le traitement du discours académique comme un « genre » qui développerait des caractéristiques stylistiques propres qui seraient reflétées dans des modes de sélection des variantes disponibles. Le traitement statistique de toutes ces données lui permet de montrer qu’il n’y a pas un usage commun, chaque locuteur développe ses propres modes de sélection mais tous alternent entre variantes classiques et dialectales, et jouent de ces variantes pour alterner entre formalité et humour/convivialité. Contrairement à une idée communément admise chez les sociolinguistes arabisants, certaines femmes peuvent utiliser plus de traits fusha que leurs collègues masculins dans ces contextes académiques. Les sujets discutés, l’audience, les interactions, les effets de style (cf. un dialogue rapporté), les facteurs de marquage et saillance, le degré de similarités ou de dissimilarités structurelles sont autant de facteurs qui influeront sur la distribution des variantes +/- classiques ou dialectales. Ainsi le préfixe verbal dialectal bi- semble ne pas être marqué comme un trait dialectal et se retrouve dans les discours les plus formels alors que les particules négatives dialectales sont perçues comme très dialectales.

12L’ensemble des données, i.e., l’analyse des usages en contexte, montre que l’on peut dégager certaines contraintes, certaines tendances et en réfuter d’autres. Reste la question finale, qui agite tant les milieux arabisants : doit-on parler d’une variété mixte ou de code-switching ? G. Mejdell reprend ici les propositions de Peter Auer (1998) qui propose, là encore, une représentation en terme de continuum allant a) du code-switching (CS), à b) au mélange de langue (ML) pour parvenir au lecte stable (Fused lect of FL), c'est-à-dire à une variété plus ou moins stabilisée. Malgré toutes mes lectures sur ce sujet, je dois dire que je n’ai toujours pas très bien compris la différence significative entre code-switching et mélange de langue, le code-switching étant décrit comme plus marqué, considéré comme moins habituel que le mélange de langue. Selon G. Mejdell les réalisations de ces locuteurs éduqués se définiraient plutôt comme du mélange de langue, mais elle note qu’eux-mêmes considèrent qu’ils parlent une variété spécifique qu’ils nomment lughat al-muthaqqafîn « la langue/variété des éduqués ». Cette lughat al-muthaqqafîn n’est pas stabilisée, ni codifiée ni standardisée, mais est reconnue et acceptée par les locuteurs comme la forme appropriée des contextes académiques et formels. Reste donc une question que G. Mejdell ne tranche pas : faut-il nécessairement qu’un jour cet usage fluide et qui permet donc toutes les alternances stylistiques soit codifié pour devenir l’usage standard national ? Rien ne l’impose et on peut penser que c’est justement cette non-codification qui en fait la force dynamique. Il faut cependant rappeler que derrière cette belle fluidité des muthaqqafîn, se profile un discours officiel toujours très purificateur et éradicateur ainsi que des pratiques d’enseignement de la langue arabe qui en font un enseignement plutôt rébarbatif.

13Pour conclure, il me semble que l’ouvrage de G. Mejdell devrait être consulté par tous les arabisants, classicisants ou modernistes, didacticiens ou sociolinguistes et être recommandé à tous les étudiants qui s’intéressent à la langue arabe car peu d’ouvrage allie de façon aussi rigoureuse réflexions sur la langue et description linguistique détaillée.

Haut de page

Bibliographie

Auer Peter, 1998,« From Code-switching via Language Mixing to Fused Lects : Toward a Dynamic Typology of Bilingual Speech », InLiSt N° 6, Freiburg, 28 p.

Ferguson Charles, 1959, « Diglossia », Word 15 : 325-340

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Miller, « Mejdell Gunvor, Mixed Styles in Spoken Arabic in Egypt. Somewhere between Order and Chaos, Leiden, Brill, 2006, 481 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/5753

Haut de page

Auteur

Catherine Miller

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page