Navigation – Plan du site
III. Lectures

Verdeil Eric, Faour Ghaleb et Velut Sébastien, Atlas du Liban, éd. CERMOC-CNRS Liban, 2007, 224 p.

Éric Denis
p. 322-323

Texte intégral

1Donner une vision à la fois synthétique et précise du Liban contemporain est une gageure relevée avec brio par les auteurs de l’Atlas du Liban. Nul n’ignore en effet combien il est difficile de rassembler une information consistante sur ce territoire si complexe bien que de taille modeste, comme il est mal aisé d’en donner une image objective et dépassionnée.

2Pour cela, il suffit de dire que le dernier recensement de la population date de 1932 ! Ensuite, pour déterminer des ordres de grandeurs crédibles, permettant de donner à voir des tendances localisées, la seule possibilité est de croiser et redresser des données approchantes relatives à la distribution de la population (état civil, listes électorales, comptages…). Les auteurs le font avec méthodes et raison faisant ainsi preuve d’une longue expérience d’utilisation des sources libanaises.

3Coordonné par Eric Verdeil, Ghaleb Faour et Sébastien Velut, l’ouvrage, multiplie les angles d’approches et les échelles, tant sur la place du Liban dans le monde que sur les quartiers de Beyrouth et de les villes de province. Il donne à voir selon des représentations parfaitement adaptées, des observations ancrées dans l’actualité, jusqu’à l’évaluation des effets dévastateurs de la terrible guerre de juillet 2006, tout en interrogeant la genèse du Liban depuis la fin du XIXe siècle.

4L’atlas n’est pourtant pas a priori le support le plus aisé pour rendre compte de situations complexes. Il décompose certes et permet des représentations claires mais, trop souvent aussi, à l’image de la taxonomie végétale. L’identification de l’objet étudié passe par sa mise en pièce chirurgicale sans qu’ensuite il ne soit possible de le reconstruire et d’en donner une vision d’ensemble. L’écueil est ici évité.

5La qualité des textes qui dépassent de loin le simple commentaire de carte est pour beaucoup dans la force explicative de l’ouvrage. La sélection des cartes et des thématiques est le fruit d’une mûre réflexion et d’une connaissance intime des réalités libanaises. Chaque planche apporte sa contribution à une compréhension générale ; elle a sa place dans un agencement global. Rien n’y est superflu, simplement là parce qu’il était possible de le faire. Les sources sont clairement identifiées et les limites des données toujours explicites. Bien sûr, comme les auteurs le soulignent « la méthode employée permet difficilement de restituer les mécanismes de rapports de forces, les jeux informels d’influence, les trafics en tout genre, la corruption, etc. Pourtant, leurs poids est souvent essentiel dans les processus de transformation spatiale (p. 3) ». Certes, mais aucun n’ouvrage ne peut et sans doute ne doit prétendre être total. Pour le moins, cet atlas contribue de façon très constructive à l’économie de la recherche sur le Liban en offrant une analyse clinique fondée et dépassionnée. Il éclaire de manière originale les fondements et les transformations de la société libanaise – une référence.

6Les auteurs ont su parfaitement capitaliser et être eux mêmes les patients artisans de fastidieux travaux de constitutions de corpus géostatistiques, d’inventaires et d’analyses du Liban engagés depuis la fin de la guerre civile en 1990, sans compter bien sûr l’Atlas de Syrie et du Liban de Khanzadian de 1926. Cet ouvrage s’inscrit, à ce titre, dans une lignée d’atlas et d’études sur l’aménagement du territoire, comme un aboutissement. Il témoigne aussi de l’ancrage solide et essentiel de l’Institut Français du Proche Orient dans un tissu très riche de coopération au Liban, notamment avec le CNRS Liban, les ministères compétents et les universités.

7L’organisation de l’ouvrage est elle-même originale et pertinente. Elle ne pose pas le territoire étudié en premier. Le Liban et son cadre naturel décrit en une page de préambule ne reviennent que plus tard, analysés sous l’angle de l’évolution de l’utilisation du sol, les mutations agricoles les « atteintes à l’environnement », comprises comme autant de « mutations territoriales », au même titre que l’urbanisation ou le renouvellement des bases économiques. Cet éclairage sur les transformations territoriales majeures permet de jeter une lumière nouvelle sur la guerre et la reconstruction, les destructions, les déplacements et les appropriations incontrôlées. Les planches sur les transformations à l’échelle de petites villes comme Sarafand donnent à comprendre avec précisions et nuances ces bouleversements tant morphologiques qu’économiques et sociologiques

8L’ouvrage commence donc par une riche approche de la construction nationale qui pose le Liban dans son histoire et son environnement régional comme point focal de part et d’autre de fractures géopolitiques majeures.

9Il enchaîne avec une lecture spatiale des quinze années de conflit (1975-1990) qui introduit une très intéressante partie sur la géographie politique et électorale suivie d’une analyse de l’évolution de l’encadrement territorial avec un très heuristique décryptage de la maîtrise cadastrale et des conflits fonciers. Ensuite et c’est un point très positif de l’ouvrage, il s’ouvre sur une réflexion sur « le Liban dans la mondialisation » sans laquelle une grande partie de l’identité du pays aurait manqué : « On ne peut le comprendre [le Liban] sans prendre en considération les relations de dépendance qu’il entretient avec ses voisins et le monde » (p. 33). Le rôle et l’importance de la diaspora sont admirablement décryptés, mais aussi l’internationalisation de l’économie libanaise, en particulier de son système bancaire, sans oublier les enjeux linguistiques qui se nouent dans cette ouverture consubstantielle au monde. La trame se resserre ensuite avec des interrogations sur l’évolution de la place du Liban et de Beyrouth au Moyen-Orient, avant de s’ouvrir à l’analyse du peuplement. L’approche ne contourne pas l’écueil des sources lacunaires et, à force de « proxys », arrive à donner des ordres de grandeur crédibles dans des mailles géographiques fines aux dynamiques démographiques mais aussi aux bouleversements des équilibres confessionnelles et à la place des réfugiés et travailleurs étrangers – deux phénomènes majeurs. L’analyse des mutations territoriales est de la même veine, précise et multiple. Elle est suivie d’une lecture détaillée des transformations sociales ; d’un questionnement sur les inégalités de revenus et la pauvreté, les transformations de l’emploi ou l’illettrisme mais aussi sur la distribution des infrastructures, scolaires ou de santé qui souligne le poids du secteur privé. Le chapitre sur « les politiques d’aménagement et d’équipement de la reconstruction » indique un volontarisme public ayant eu d’incontestables impacts territoriaux mais aussi la multiplication des acteurs dans un contexte de décentralisation et de poids croissant des ONGs. L’ouvrage se referme sur une note assez terrible mais réaliste quand, à nouveau, le territoire et la nation libanaise sont confrontés à l’épreuve des bombardements et au terrible bilan de la guerre « des trente-trois jours » de juillet 2006. Cette confrontation entre Tsahal et le Hezbollah a anéanti de façon systématique nombre des efforts de reconstruction qui recomposaient l’unité nationale (routes, réseaux électriques…), replongeant le Liban dans un « fractionnalisme » où l’État perd chaque jour un peu de sa légitimité au profit d’ONGs confessionnelles et d’acteurs privés.

10Après la lecture forcément enthousiaste de cet atlas, on ne peut qu’attendre avec impatiente les atlas de la Syrie et de la Jordanie qui promettent, sans nul doute, d’être de la même veine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Denis, « Verdeil Eric, Faour Ghaleb et Velut Sébastien, Atlas du Liban, éd. CERMOC-CNRS Liban, 2007, 224 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/5783

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page