Navigation – Plan du site
III. Lectures

Zoubir Yahia H.  et Amirah-Fernandez Haizam, North Africa : Politics, Region, and the limits of Transformation, Londres et New York, Routledge, 2008, 394 p.

Éric Gobe
p. 323-325

Texte intégral

1L’ouvrage dirigé par Yahia Zoubir et Haizam Amirah Fernandez fait le point sur les récentes transformations politiques économiques et sociales des cinq États du Grand Maghreb. Afin de couvrir l’ensemble des développements récents ayant affecté la région, les responsables de la publication ont structuré l’ouvrage autour de trois axes : le premier se rapporte aux dynamiques politiques, le second aux enjeux régionaux, tandis que le troisième concerne l’insertion des États du Maghreb dans les relations internationales et stratégiques.

2Dans le premier axe, les différents auteurs s’emploient à décrypter l’énigme « non-démocratique » des régimes politiques maghrébins. La réponse apparaît évidente pour la Libye. État rentier allocataire, les gouvernants libyens ne sont guère tributaires de la ponction fiscale pour redistribuer les ressources et asseoir leur légitimité. La réintégration du pays sur la scène internationale et l’augmentation des revenus pétroliers ont donné au régime libyen une marge de manœuvre supplémentaire : comme dans les années 1970, les gouvernants ont des moyens financiers substantiels pour « acheter » l’allégeance des différents secteurs de la population libyenne. Comme le note Ronald Bruce St John, la plupart des libyens acceptent de troquer l’absence de libertés politiques en échange d’un niveau de vie relativement élevé. Dans cette perspective, les différentes réformes mises en place par le colonel Kadhafi ont pour seul objectif de mettre fin à certains dysfonctionnements de l’État et de l’économie libyens. Mais à ce jour, les effets de ces réformes se font surtout sentir dans le secteur des hydrocarbures que la Libye souhaite moderniser en faisant appel aux capitaux étrangers. John P. Entelis, dans son article de synthèse, explique comment les différents États de la région ont fait montre au cours des années 1990 d’une grande capacité à moderniser leur autoritarisme. Au Maroc le Makhzen et ses composants demeurent centraux dans la vie politique marocaine. La libéralisation politique des premières années du règne de Mohamed VI a laissé la place à une stratégie de resserrement de l’emprise de la monarchie sur les institutions et la société, alors que le gouvernement se contente de jouer un rôle subordonné de gestionnaire des affaires courantes. Gregory W. White montre qu’au gré de la conjoncture et des circonstances, le roi a nommé ses hommes dans l’administration, les commissions et divers conseils consultatifs mis en place : « bien que Mohamed VI ne semble pas poursuivre avec la même constance la stratégie politique dualiste de son père – i. e. une habile combinaison de pluralisme politique et d’arbitrage royal –, il ne s’oriente guère vers la poursuite d’une perestroïka de grande ampleur ».

3De son côté, Larbi Sadiki évoque, à propos de la Tunisie, l’existence d’une « démocratie électorale » tout en signalant son éloignement des critères de définition minimale de la démocratie. La Tunisie a modernisé son autoritarisme en introduisant une forme de pluralisme politique ne remettant pas en cause l’hégémonie des élites gouvernantes. Il attribue cette dynamique de redéploiement de l’autoritarisme à la peur originelle des dirigeants du Néo-Destour de voir la nation tunisienne éclater. Cette même peur est devenue, au cours du temps, prétexte à museler toute opposition sérieuse. Cette dernière explication apparaît un peu courte pour expliquer la pérennité de l’autoritarisme en Tunisie. Elle nous fait regretter que l’auteur ne se soit pas appuyé sur l’abondante littérature de science politique parue en français sur le régime politique tunisien. En effet, les travaux de Michel Camau, Vincent Geisser et Béatrice Hibou ne sont pas mentionnés, alors qu’ils donnent des clés pour comprendre les mécanismes de reproduction de l’autoritarisme dans la Tunisie de Bourguiba, comme dans celle de Ben Ali.

4Le pays qui semble échapper quelque peu à la « force » de l’autoritarisme est la Mauritanie, tout au moins depuis deux ans. Le coup d’État de l’été 2005 a débouché sur la mise en place d’un processus transitionnel qui a abouti à des élections municipales, législatives et présidentielles pluralistes. Toutefois, Mohameden Ould-Mey insiste sur les défis qui attendent la Mauritanie : elle doit à la fois renforcer sa cohésion sociétale, stabiliser son régime politique et lutter contre la pauvreté tout en gérant sa relation aux États-Unis et à Israël de façon à ne pas susciter de réactions trop fortes des Mauritaniens à l’égard d’une politique étrangère perçue comme trop alignée sur l’Occident.

5L’article sur l’Algérie est incontestablement le plus faible du 1er axe. Le rôle joué par l’armée et la sécurité militaire dans la reproduction du régime autoritaire algérien n’étant pas abordé, Ahmed Aghrout se contente de faire une chronique politique et économique évènementielle de l’Algérie des années 1990 et 2000, sans véritable charpente analytique.

6Les contributions de la seconde partie de l’ouvrage traitent des enjeux régionaux. Gonzalo Escribano et Alejandro V. Lorca analysent les principales réformes économiques mises en œuvre par les États maghrébins. Dans son article sur les dynamiques migratoires en Méditerranée, Michaël Collyer décrit le Maghreb comme un espace de transit des migrations subsahariennes. Il montre bien que l’externalisation par l’Union européenne des politiques de contrôle des migrations en Méditerranée a abouti à pérenniser cette migration de transit. En ce domaine comme dans d’autres, apparaît de manière flagrante les coûts de l’absence d’intégration économique et politique du Maghreb qui se trouve dans une situation de relative faiblesse à l’égard de l’Union européenne (Miguel Hernando de Larramendi).

7Les questions sociétales communes aux pays du Maghreb ne sont pas ignorées dans ce 2e axe puisque Louisa Dris-Aït Hammadouche aborde, dans un article très complet, la place de la femme dans les sociétés du Sud de la Méditerranée occidentale, tandis que Michael J. Wilis traite de la question sensible de la construction politique de l’identité berbère en Algérie et au Maroc.

8L’échec de la création d’une entité régionale maghrébine permet de comprendre la logique de l’insertion des États du Maghreb dans les relations internationales et stratégiques (3e axe de l’ouvrage). Le processus de construction de l’État national a suscité un attachement très fort des gouvernants au respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale qui a lui-même été un obstacle à la mise en œuvre d’un système multilatéral de sécurité (Cherif Driss).

9En matière de relations internationales, le bilatéralisme est la règle. Puisque le Maghreb est dans l’incapacité de parler d’une seule voix, les différents États essaient de tirer leur épingle du jeu en tirant avantage de la concurrence entre les États-Unis, la France et l’Union européenne, notamment depuis le début du XXIe siècle. L’intérêt croissant des États-Unis pour la région depuis le 11 septembre 2001 permet aux différents États maghrébins de rééquilibrer leurs relations avec la France et l’Union européenne. Mais, comme l’explique Yahia Zoubir, si les relations bilatérales entre la première puissance du monde et les gouvernants des pays du Maghreb sont excellentes, les populations n’hésitent pas à afficher leur anti-américanisme. La supposée promotion de la démocratie dans le monde arabe par les États-Unis est perçue par les ressortissants des différents pays comme un soutien apporté à des régimes autoritaires discrédités. Ce faisant la politique américaine risque de déboucher sur des résultats inverses à ceux souhaités en alimentant en nouvelles recrues les mouvements islamistes radicaux. Mais à court terme, les États autoritaires semblent être les grands bénéficiaires de la « guerre mondiale contre le terrorisme » : en apportant leur assistance financière, technique et militaire aux différents régimes, les États-Unis renforcent la capacité coercitive des États maghrébins qui ont ainsi retiré une « rente stratégique » de la restructuration des relations internationales après le 11 septembre 2001 (Clement M. Henry). L’Union européenne, à travers le partenariat euro-méditerranéen et la politique de voisinage, n’a pas changé fondamentalement cette nouvelle donne (Georges Joffé).

10Il est à noter que la France, plus particulièrement depuis 2002, tente d’empêcher les instances européennes de critiquer trop sévèrement le non-respect des droits de l’Homme et le manque de démocratie au Maghreb. La France conduit une politique qui vise à préserver les liens particuliers tissés avec le Maghreb depuis les indépendances (Jean-François Daguzan). Dans le même temps, elle essaie d’être la cheville ouvrière de politiques multilatérales que cela soit dans le cadre du « 5 + 5 » ou du partenariat euro-méditerranéen. La politique étrangère de l’Espagne à l’égard du Maghreb n’est pas de même nature que celle de la France. Pour des raisons historiques, le Maroc y tient une place toute particulière : la contestation par le Maroc de la souveraineté espagnole sur les enclaves de Ceuta et Melilla et la question des migrations sont au cœur des rapports entre les deux pays (Haizam Amirah Fernandez). En revanche, les relations entre l’Espagne et l’Algérie ne sont pas très denses : les liens sont surtout commerciaux, l’Algérie étant le principal fournisseur de gaz de l’Espagne.

11In fine, la lecture – indispensable – de l’ouvrage dirigé par Yahia Zoubir et Haizam Amirah Fernandez permet de mieux comprendre la façon dont s’emboite les différents niveaux d’analyse (national, régional et international). Au cœur de cet emboitement se trouve le caractère autoritaire des régimes politiques dont découlent la faiblesse de l’intégration régionale et le type d’insertion du Maghreb sur la scène internationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gobe, « Zoubir Yahia H.  et Amirah-Fernandez Haizam, North Africa : Politics, Region, and the limits of Transformation, Londres et New York, Routledge, 2008, 394 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 18 juillet 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/5803

Haut de page

Auteur

Éric Gobe

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page