Navigation – Plan du site
II. Document

L’enseignement de la culture arabe et islamique dans le département de Soaw, province de Bulkiemde, Burkina Faso

Adama Ouedraogo

Résumés

L’enseignement de la culture arabo-musulmane est dispensé au Burkina Faso dans plusieurs lieux. Dans la région étudiée (le département de Soaw), on ne trouve que l’école coranique et la medersa. Les premières écoles coraniques ont été créées au XVIe siècle par des Yarse musulmans alors que la première medersa n’a été fondée qu’en 2001. Ces deux systèmes dispensent des enseignements centrés sur la culture arabo-musulmane, mais ne remplissent pas les mêmes fonctions.  L’objectif de l’école coranique n’est pas d’enseigner la pratique de la langue arabe ni de donner une formation professionnelle mais de transmettre un savoir religieux. Á l’inverse, la medersa vise à une bonne pratique de l’arabe afin de permettre aux élèves d’accéder à une activité rémunératrice. Ainsi, l’école coranique enseigne les matières religieuses et l’arabe en recourant à la traduction dans les langues locales, alors que la medersa dispense ses enseignements religieux, scientifiques et sociaux en arabe ou en français.

Haut de page

Texte intégral

1Le département de Soaw, en pays moaga (moaga est le singulier de moose /mossi), situé dans la province du Bulkiemde1 au Burkina Faso, comprend huit villages administratifs habités en majorité par les Moose et d’autres groupes socio-ethniques comme les Yarse venus du Mande (Kouanda Assimi, 1984) et les Silmi-Moose (Peul Moose). Les Yarse pratiquaient le commerce traditionnel itinérant du sel et de la cola. Cette activité les amena à s’installer au Moogo2 où ils répandirent l’islam via le commerce, la création d’écoles coraniques, la prédication et la pratique de soins divers (tιιm). Une partie des Moose se sont convertis à la religion musulmane et sont devenus eux-mêmes des propagandistes.

2L’islam a probablement pénétré dans la zone du royaume de Kõnkιιstẽnga (Burkina Faso) au XVIe siècle pendant le règne de Naaba Kõnkιιs (Ouedraogo, 2006). C’est pendant cette période que les Yarse de Poese et de Sarana allèrent au Mali apprendre les sciences islamiques, notamment le Coran, le fiqh et le Tafsir. Des écoles coraniques ont ensuite vu le jour, d’abord dans les villages où habitent les Yarse comme Poese, Sarana, Sommassin ou Zerkoum, et plus tard dans les autres localités où résident les Moose. L’école coranique était le seul système éducatif islamique au Moogo jusqu’en 1958. La même année apparu une branche de l’Union Culturelle Musulmane, fondée à Dakar (Sénégal) en 1957 (Guy, 1957) et qui a établit les medersas de Bobo Dioulasso et de Nouna (Audouin et Raymond, 1978). En 1958, Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, voit l’établissement de sa première medersa avant la création de la Communauté Musulmane de Ouagadougou en 1960, devenue plus tard la Communauté Musulmane de Haute Volta en 1962 (Cisee, 1989). La medersa est restée pendant longtemps une spécificité urbaine car sa réalisation demande d’importants moyens financiers, techniques et humains. Ainsi, la première medersa du département de Soaw n’a vu le jour qu’en 2001 dans le village de Kalwaka.

3L’article vise à décrire l’organisation et le fonctionnement du système d’enseignement de la culture arabo-musulmane dans le département en comparant avec la région centrale du Moogo. Il s’intéresse aux lieux d’enseignement, aux acteurs de l’enseignement ainsi qu’aux programmes et manuels. Il complète notre précédent article (Ouedraogo, 2006). Les informations ont été recueillies au cours d’entretiens avec des musulmans, des non musulmans, des imams, des maîtres d’école coranique et de medersas ainsi que les responsables de la Circonscription d’Éducation de Masse de Soaw.

Les lieux d’enseignement

4Dans la plupart des villages du Moogo, il existe des établissements d’enseignement de la langue arabe et de l’islam. Cependant, la nature et le nombre varient d’un village à un autre en fonction du degré d’islamisation ainsi que des moyens financiers de la population.

Les types d’établissements

5Au Moogo, l’éducation religieuse islamique et l’enseignement de la langue arabe peuvent être dispensés dans les cours des maisons, les mosquées, les cercles d’études, les zâwîas, les écoles coraniques et les medersas.  

6L’éducation religieuse dans les cours des maisons est souvent à l’initiative personnelle d’un membre d’une famille donnée. L’enseignant peut être soit un parent soit un étranger. L’objectif est de faire apprendre aux membres de la famille les préceptes de la religion. De ce fait, les élèves sont en général issus du foyer familial sans distinction d’âge. Les cours sont assurés tous les jours dans l’après-midi ou la nuit, au moment où les enfants sont de retour de l’école française ou du marché (s’ils mènent des activités commerciales).

7L’éducation religieuse dans les mosquées. Si la mosquée (misri en moore, langue des Moose), est un lieu de prières et de méditations, elle est aussi un lieu d’études. Dans la salle de prières ou dans la cour de la mosquée, l’imam, ou toute autre personne habilitée, peut dispenser les cours du Coran, de hadith ou toute autre matière à des particuliers après les heures de prière. Cette pratique est également observée dans les grandes Mosquées du monde arabe comme celles de la Mecque, de Médine, d’al-Azhar (Égypte), de la Zaytouna (Tunisie) et de la Qayrawiyyiine (Maroc).   

8Le cercle d’études (Majlis en arabe et en moore) n’est pas associé à un lieu déterminé. Il peut se trouver à la mosquée, dans les maisons, dans les rues, bref dans tout lieu où plusieurs personnes peuvent se regrouper pour étudier. Il est ouvert à tout public. L’enseignant doit maîtriser sa matière et être ouvert à toute question. Le maître utilise d’habitude un livre (kitaab) ; il l’explique de la première page à la dernière pendant plusieurs mois. Le cercle d’étude ne se déroule pas à un moment fixe, mais il a habituellement lieu l’après-midi.

9Les Zâwîa-s (Zâwîa, pl. zawâîa « angle » en arabe). La zâwîa est un centre de méditation pour les différentes branches de la confrérie tijaaniya, majoritaire dans la région. Á la différence de la mosquée, son but n’est pas d’abriter la prière mais d’offrir un cadre d’étude et d’apprentissage de la religion et de la connaissance de la confrérie ou de causerie (Cisse, 1992)

10Dans ces différents lieux d’étude, l’enseignement est de type relativement informel : l’apprenant, qu’il soit petit ou grand, se réfère à toute personne qu’il considère comme plus instruite dans les sciences islamiques pour demander le sens d’un mot, d’un verset, d’un hadith, ou poser une question relative à la religion ou à tout autre domaine. L’élève peut donc avoir plusieurs maîtres à la fois. De même, le temps dédié à l’enseignement n’est pas déterminé, et l’enseignant et l’enseigné s’accordent sur le moment d’étude.

11L’enseignement de l’école coranique et de la medersa est plus formalisé.

12L’école coranique est appelée karemboko, i.e. « trou d’étude », c’est à dire « le lieu où on apprend à lire » en langue moore. C’est principalement un établissement dans lequel on enseigne l’islam et la culture arabo-musulmane.

13La medersa est un établissement dans lequel sont dispensés des cours sur différentes matières littéraires, sociales, scientifiques et religieuses en arabe. Le besoin de communiquer en français, la recherche du travail et aussi le prestige du français ont amené les fondateurs à introduire l’apprentissage de cette langue dans les programmes. Cet ajout a donné lieu à une typologie des medersas au Burkina Faso : une « école medersa » est celle qui dispense les cours uniquement en arabe, alors qu’une « école franco-arabe» enseigne en arabe et en français.  

14Dans le département de Soaw, il n’existe que les écoles coraniques et les medersas sur lesquelles portera notre étude.

15Le nombre d’établissement dans le département.

16L’importance du nombre d’écoles dans un village donné dépend du degré d’islamisation de la population. Les écoles coraniques sont réparties dans la zone comme l’indique le tableau ci-dessous.

17Tableau 1 : Nombre d’écoles coraniques dans le département de Soaw

Villages

Bokin

Kalwaka

Kolonkom

Mogdin

Poese

Rakalo

Seguedin

Soaw

Zoet-gomdé

Nbre d’écoles

0

0

0

0

08

1

1

03

0

18Source : résultat de l’enquête du 16/08 /2004

19On dénombre treize écoles coraniques dans le département. Huit à Poese, une à Rakalo, une à Seguedin, et trois à Soaw. Cette distribution s’explique par le fait que tous les villages, sauf les deux quartiers de Poese (Yi kυdẽ et Moeembe), sont habités par des Moose et des Silmi-Moose très peu islamisés. Les personnalités musulmanes qui auraient pu créer des écoles coraniques dans ces villages sont parties en Côte d’Ivoire, comme le Nabiiga Kabore Moctar, tandis que les habitants restés au village ne s’intéressent pas à l’enseignement coranique mais préfèrent cultiver la terre ou faire du commerce. Poese est donc le seul village qui, pour des raisons historiques, a beaucoup de musulmans (voir infra).

20Quant aux medersas, leur répartition par village est la suivante :

21Tableau 2 : Nombre de medersas dans le département de Soaw

Villages

Date de la création d’école

Nombre d’école

Nom de l’école

1-Kalwaka

2001

1

Sabiil al-Huda

2-Seguedin

2004-2005

1

Dinu Naşiiha

3-Poese Yi kυdẽ

4-Poese Moeembẽ

2003-2004

2003-2004

1

1

Nuuru al-Hidaaya

Kuttaabul Qadiim

22Source : résultat de l’enquête de 2005

23La région compte quatre écoles medersas réparties dans trois villages (sur les huit que compte le département)(Institut National de la Statistique et de la Démographie, 1996). La première fut construite en 2001 au village de Kalwaka, dont on remarquera qu’il ne possède pas d’école coranique (cf. tableau 1). Alors que les Yarse furent les premiers maîtres d’école coranique et les agents de l’islamisation dans la région, et qu’on aurait pu s’attendre à ce qu’ils soient les premiers à construire des medersas, force est de constater qu’ils ont été devancés par les Moose de Kalwaka. Cela s’expliquerait par le conservatisme des anciens maîtres d’école coranique qui croyaient que le meilleur endroit pour former et éduquer religieusement et moralement un enfant, était l’école coranique. Ils considéraient également la medersa comme un calque de « l’école du blanc » dont les « élèves ne savent que calculer et ne respectent pas correctement les principes de l’islam ».

24Les noms des medersas sont significatifs. Ils sont toujours en arabe et ont tous un sens religieux (sauf le dernier) : Sabiil al-Huda  « la voie du salut »,  Dinu Naşiiha « la religion, c’est un conseil », Nuuru al-Hidaaya  « la lumière de la bonne voie », Kuttaabul Qadiim « Les anciennes écoles coraniques » ; ce dernier nom a une connotation plus historique que religieuse et rappelle la réputation des écoles coraniques du quartier Moembẽ de Poese. Cette medersa prolonge l’action de l’ancêtre du village, Mor Yãndga reconnu comme  bãngda, connaisseur, par tous les Yarse des deux quartiers Moeembẽ et Yi kυdẽ. La filiation avec  Mor Yãndga permet aux gens de Moeembẽ de se placer sur un pied d’égalité avec ceux de Yi kυdẽ, qui sont les premiers Yarse musulmans du département (considérés comme des autochtones) alors que les gens de Moembẽ sont des étrangers, originaires de Boulsa dans la province du Namentenga.

Les acteurs de l’enseignement

25Dans le département de Soaw, les principaux acteurs de l’enseignement sont les fondateurs, les enseignants et les élèves.

Les fondateurs des écoles

26Les fondateurs d’écoles sont différents selon le type d’établissement et le lieu d’implantation des écoles.

27Les fondateurs des écoles coraniques

28Les fondateurs des écoles coraniques des Yarse de Poese sont les ancêtres des villageois actuels. Ces écoles ont été créées quand Mor Salfo de Sarana, Mor Saïdou et Mora Yãndga3 de Poese sont revenus de Djenné sous le règne de Naaba Kõnkιιs au XVIe siècle. Selon Sore Aboudourahmane, l’aîné de Moeembẽ, un quartier Yarga de Poese :

 « Il n’y avait pas l’islam dans la région, nous sommes les premiers musulmans ici. Nos ancêtres étaient déjà ici, lorsque Mor Salfo de Sarana est parti à Djenné pour chercher la connaissance. Il y rencontra Mor Saïdou ; notre grand-père et Mora Yãndga. Mor Salfo et Mor Saïdou revinrent sans Yãndga. Puis, celui-ci revint et demanda l’hospitalité à Salfo ».

29Le récit nous présente trois personnages : Mor Salfo, Mor Saïdou et Mora Yãndga, qui ont étudié à Djenné (Mali). Nous pouvons considérer Mor Salfo comme le fondateur de l’école de Sarana, et Mor Saïdou comme le fondateur de celle de Poese. Quant à Mor Yãndga, il est de Boulsa (Province de Namentenga), autrement dit un « étranger ». Il a connu Mor Salfo et Mor Saïdou au Mali pendant leurs études. Étant en désaccord, à Boulsa, avec sa famille sur le plan religieux, il vint à Poese rester avec ses condisciples. Il fut accepté par ses amis sur la base de la bonne relation qui les unissaient depuis le Mali mais aussi parce qu’il connaissait le tafsîr. Cette matière a été un complément important à la formation religieuse de l’école de Poese, puisque Mor Salfo et Mor Saidou ne la connaissaient pas. On note, à travers ce récit, que les premiers maîtres Yarse de la région ont tous étudié au Mali alors que les autres fondateurs se sont formés chez les Yarse de la zone ou d’ailleurs.

30L’école de Rakalo, plus récente, à été crée dans la deuxième moitié du XXe siècle, par Ouedraogo Youssouf. Celui-ci, après ses études avec l’imam de Seguedin, Ouedraogo Ousmane, alla poursuivre ses études du fiqh et de littérature au Mali, chez Konkobo Issaka, un ressortissant du Burkina Faso.

31L’école coranique de Seguedin a été fondée dans la première moitié du XXe siècle par le premier imam, Ouedraogo Ousmane, un ressortissant du Yatenga (situé au Nord du Burkina Faso). Il a également étudié le Coran, certains livres de fiqh et la littérature arabe classique au Mali, durant vingt ans chez Ouedraogo Oumarou, un ressortissant de Ouahigouya résidant au Mali4. Ouedraogo Ousmane est un adepte de la confrérie Tidjanya 11 grains5, il a fréquenté le Cheikh de Ramatoulaye (village du Yatenga) Sawadogo/ Maïga Boubakar. Selon lui, il est un talibé6, c’est-à-dire un simple adepte de la confrérie. Il n’a pas de titre religieux comme muqaddam (celui qui est devant, c’est-à-dire le représentant du Cheikh). Il n’a pas non plus de zâwîa.

32Au village de Soaw, les fondateurs des trois écoles sont l’imam Kabore Inoussa, Kabore Séni et Ouedraogo Issaka. Le premier s’est converti en Côte d’Ivoire chez son grand frère Kabore Moctar, avec qui il a étudié le Coran. Revenu à Soaw depuis vingt ans, il y créa son école coranique. Depuis deux ans, il est désigné par les musulmans de la zone comme imam du département. Les deux derniers ont étudié également en Côte d’Ivoire chez des burkinabé du Yatenga : Kabore Séni a étudié le Coran et d’autres livres de la jurisprudence islamique et de la littérature arabe, Ouedraogo Issaka, s’est contenté de l’étude du Coran.

33Les fondateurs des medersas  

34La construction d’une medersa demande des moyens financiers importants et ne peut être que l’œuvre d’une communauté locale, et non pas celle d’un simple individu. La modicité des moyens explique le fait que les infrastructures sont souvent un simple hangar en paille collé aux mosquées qui leur servent de mur comme à Poese, Moeembẽ et Yi kυdẽ. La medersa de Kalwaka, est construite en banco et coiffée de paille. Elle est éloignée de la mosquée, ce qui semble avantageux pour l’enseignement et pour la liberté d’action car les enseignants, les élèves et ceux qui viennent à la mosquée pour prier ne se gênent pas. Les musulmans de Kalwaka ont pu se doter d’une classe construite, car ils sont nombreux et obéissent à un seul responsable. Cette entente s’est manifestée dans la désignation de l’imam : le premier imam a cédé le titre pour le deuxième et celui-ci à l’actuel, pour raison de compétence. Leur président local est en même temps le Président de la Communauté Musulmane du département. Il semble que grâce à leur organisation et discipline, peut être due à leur attachement à un islam plus réformiste, les musulmans de Kalwaka pourraient devenir les leaders religieux voir même les maîtres des medersas de la région, détrônant ainsi les Yarse qui s’accrochent à l’école coranique. La gestion des affaires des musulmans du département pourrait se répartir ainsi entre trois villages : les Yarse de Poese garderont la direction des écoles coraniques, les musulmans du village de Soaw dirigeront la grande mosquée du département et ceux de Kalwaka auront la direction des medersas.

Les enseignants   

35En langue moore, les enseignants sont appelés karen-saamba (pl. karen-sam-damba). Le mot est composé de karen, de l’arabe qirâ’a qui signifie lecture, et de samba, père. Cette composition donne le sens « père de l’étude », c’est à dire celui qui possède la connaissance. Il est employé pour désigner les enseignants des écoles coraniques, des écoles chrétiennes et publiques (laïques). Les enseignants de la medersa, eux, sont nommés mu‘allim, mot arabe, qui signifie « celui qui dispense la science».

36Il y a au total dix huit maîtres dans le département : treize dans les écoles coraniques et cinq dans les medersas.

37Tableau 3 : Nombre de maîtres dans les écoles coraniques du département

Villages

Bokin

Kalwa-ka

Kolon-kom

Mogdin

Poese

Rakalo

Segdin

Soaw

Zoet-

gomdé

Nombre de maîtres

0

0

0

0

08

1

1

 03

0

38Source : enquête 2004

39Tableau 4 : Nombre de maîtres dans les medersas du département

Villages

Bokin

Kalwa-ka

Kolon-

kom

Mogdin

Poese

Rakalo

Segdin

Soaw

Zoet-

gomdé

Nombre de maîtres

0

01

00

0

02

01

01

0

0

40Source : enquête 2004

Répartition des enseignants par écoles/classes

41Les écoles coraniques n’ont habituellement qu’un seul enseignant. Le maître peut se faire aider par certains élèves qui ont un niveau avancé et qui ont sa confiance. Pratiquement, ils remplacent le maître pendant son absence pour enseigner ou l’aider à instruire les autres élèves qui ont un niveau inférieur, mais ils ne sont pas reconnus comme enseignants.

42Le système de la medersa est semblable à celui des écoles publiques. Il est organisé en plusieurs niveaux : primaire, secondaire premier et deuxième cycle. Chaque niveau est réparti en plusieurs classes. Le primaire a six classes, le secondaire premier cycle a trois classes7 et le deuxième cycle a trois classes aussi. Cette multitude de classes nécessiterait qu’il y ait autant de maîtres que de classes, mais le manque de moyens de certaines medersas pour recruter des nouveaux maîtres fait que les fondateurs se contentent de peu d’enseignants pour leurs établissements. C’est le cas dans toutes les medersas du département de Soaw, où faute de moyens, chaque école a un enseignant. La medersa de Kalwaka a quatre niveaux du cycle primaire mais n’a qu’un seul enseignant qui assure les cours dans tous les niveaux. Pour maintenir l’ordre pendant qu’il enseigne, le maître confie aux élèves les plus âgés la surveillance des autres classes. Pendant la surveillance, ils montrent aux élèves la lecture et la récitation de quelques versets du Coran indiqués par le maître. Les autres medersas des autres villages n’ont pas de problèmes d’enseignant puisqu’elles n’ont qu’une classe chacune. Ce qui permet aux maîtres de pouvoir mieux gérer l’école.  

Rétribution des enseignants

43Dans les écoles coraniques, les enseignants ne sont pas salariés, car selon la religion, l’éducation est une obligation pour les parents et aussi pour les ulémas, connaisseurs. Á partir de ce principe, les parents amènent leurs enfants chez le maître et pensent que c’est Dieu qui les récompensera et les maîtres ne demandent rien aux parents. Certains parents apportent parfois des céréales ou de l’argent et même des habits, etc. pour les maîtres. Mais, cet apport ne peut subvenir aux besoins des enseignants car il est insuffisant et irrégulier. Face à cette situation difficile (enseigner et nourrir les élèves), les maîtres et les élèves sont obligés de cultiver et de faire de l’élevage comme tout les villageois. Mais si les élèves sont nombreux et très jeunes, il est difficile pour les maîtres de pouvoir les nourrir à cause de la pauvreté du sol, de la mauvaise organisation des activités et du nombre insuffisant des élèves en âge de cultiver. Dans ce cas, les élèves sont obligés d’aller mendier pour se nourrir et étudier. Dans le département de Soaw, les élèves des écoles coraniques ne sont pas nombreux. Etant des enfants du village, ils mangent et dorment chez leurs parents. De ce fait, le maître n’a pas de problème pour nourrir les élèves ou les héberger, à l’inverse des autres maîtres qui accueillent des élèves venant d’ailleurs. Dans les villes, beaucoup d’enfants des écoles coraniques mendient parce que les maîtres n’ont pas de moyens pour les entretenir. Ils n’ont pas non plus de champs cultivables. L’élevage que certains pratiquent dans les cours n’est pas bien développé par manque de place et de moyens.

44La medersa est considérée comme une école privée et les parents d’élèves payent chaque mois ou chaque année des frais scolaires. Ces frais sont réunis chez un des parents d’élèves ou chez le trésorier si l’école dépend d’une association ou chez le fondateur de l’école. Á la fin de chaque mois, le receveur paye le maître. Si la medersa est mieux organisée que l’école coranique, les enseignants restent sous-payés par rapport au travail quotidien fourni. Rares sont ceux qui ont le B. E. P. C. arabe et qui gagnent 25 000 Fcfa par mois. Ces salaires bas sont dûs au faible taux des cotisations des parents d’élèves, à la mauvaise organisation des écoles et aussi au manque de volonté de certains fondateurs de payer les maîtres. Dans le département de Soaw, les parents se sont entendus pour que chaque parent apporte tous les mois une assiettée de céréales pour le maître, et une somme de 300Fcfa8. Les élèves aident aussi les maîtres à cultiver leurs champs pendant la saison de culture et à faire de l’élevage. Ainsi, le salaire des enseignants varie en fonction du nombre d’élèves et de la capacité financière des parents. Tous les enseignants sont célibataires sauf celui de Kalwaka qui est marié, et a laissé son épouse dans son village natal, Sommassin dans le département voisin de Peala9.

Formation des enseignants

45Les études suivies par les enseignants des écoles coraniques sont celles décrites plus bas au niveau du programme d’enseignement dans ces écoles. Il n’y a pas de niveau de connaissance exigé pour être enseignant dans ce système. Les maîtres ne suivent pas une formation pédagogique. Les enquêtes menées auprès de treize enseignants d’école coranique du département, ont donné les résultats suivants : Niveau I : un enseignant. Niveau II : cinq enseignants. Niveau III : sept enseignants.

46Les enseignants des villages de Rakalo, Seguedin et Soaw sont au niveau II, c’est à dire qu’ils ont appris le Coran, le fiqh et des poèmes. Ceux de Poese au niveau III. Á ce stade, ils ont étudié le Coran, le fiqh et la littérature d’une manière plus approfondie que ceux du niveau II, ils peuvent traduire tous les livres scolaires en moore.

47Contrairement à leurs grands-parents qui ont étudié à Djenné (Mali), les Yarse de Poese ont étudié dans leur village comme Sore Abul Wahhab de Oumarou, l’aîné de Yi kυdẽ et Zoanga Abul Rahman de Ishaaq, l’imam du quartier Moeembẽ qui ont étudié chez leurs parents. Certains sont partis étudier dans les villages Yarse voisins comme Sarana, Sommassin dans le département de Peala et Zerkoum dans le département de Kindi. Quant aux maîtres des villages non yarga (Rakalo, Segdin et Soaw) du département de Soaw, certains ont étudié au Yatenga ou au Mali comme Ouedraogo Youssouf de Seguedin et d’autres en Côte d’Ivoire comme Kabore Inoussa - l’imam du département-, Ouedraogo Issaka et Kabore Seni. Les Yarse étudient chez eux parce que leurs villages abritent souvent des écoles alors que les autres n’en ont pas. C’est au moment de leur séjour à l’étranger qu’ils apprennent à réciter les versets pour prier ou apprendre à lire et à écrire les textes coraniques. Ainsi, ils étudient le Coran étant adultes. L’avantage des études à l’étranger, c’est de connaître certains livres qui ne sont pas enseignés au village et d’avoir accès à des interprétations différentes, variées et approfondies de textes religieux.

48Au niveau de la medersa, les enseignants sont obligés d’avoir un diplôme pour enseigner. Toutefois, dans les villages, les fondateurs, qu’ils soient des particuliers ou des associations, n’exigent pas un diplôme élevé ; le simple Certificat d’Étude Primaire Arabe (C. E. P. A) suffit pour être recruté comme enseignant car les propriétaires des écoles n’ont pas de moyens financiers pour engager des maîtres ayant des diplômes élevés comme le Brevet d’Étude Arabe du Premier Cycle (B. E. A.P. C). Dans notre zone d’études, les maîtres de la medersa sont de deux types : ceux qui ont fréquenté l’école coranique et la medersa et ceux qui ont fréquenté seulement la medersa.

49Dans le premier groupe, il y a Sore Sayyid ’Amin, un ressortissant du village de Sommassin du département de Peala. Á l’âge de huit ans, il alla à l’école coranique de Sanfo Boureima à Sommassin étudier le Coran et quelques livres de fiqh et tawhîd comme al- ’akhdaryu et al-Qurtubiyu, usûlu thalâthat pendant quinze ans. Puis, il continua ses études dans la medersa du village, où il obtient son C. E. P. A, délivré par la medersa de Konfé Souleymane de Guibo. Depuis 2000, il est enseignant à la medersa de Kalwaka.  

50Les autres enseignants sont du deuxième type. Celui du quartier Moeembẽ de Poese a étudié à la medersa Sabiil al-Falaah de Sommaasin où il a obtenu son C. E. P. Arabe en 2000. Il a poursuivi ses études secondaires à la medersa centrale de Ouagadougou et a passé le Brevet d’Étude Arabe du Premier cycle (B. E. A. P. C ) en 2002. La même année, il est engagé comme enseignant à la madrasat(u)l Kuttaabu l-Qadiim10 de Poese. Le deuxième enseignant est Gansonre Somaïla, il a étudié à la medersa Ma’had(u) n-Nuur de Djibo où il a passé le baccalauréat arabe en 2001 ; il a été recruté à la medersa de Nuru l-Hidaayat(i) de Poese comme enseignant en 2003. Le quatrième, Bagre Abdoulaye n’a que le C.E.P arabe obtenu en 2000 et enseigne à la medersa de Diinu n-Nasiiha de Seguedin depuis 2004.

51Les deux enseignants qui ont le B. E. A. P. C sont natifs de la zone, le premier est de Sommassin du département voisin de Peala, et le deuxième est de Poese du département de Soaw. Ce sont leurs parents, aux villages, qui leur ont demandé de venir au village pour enseigner à leurs jeunes frères. Celui qui a le BAC arabe a abandonné son travail avant la fin de l’année scolaire 2004-2005 car les villageois n’avaient pas de moyens financiers pour supporter les frais, les cotisations mensuelles ou annuelles que les parents devraient payer.

Les élèves

52Tous les élèves de l’école coranique ou de la medersa sont des enfants des résidents ou des ressortissants du département. La crise ivoirienne de 1998 à nos jours a occasionné l’arrivée d’enfants de certains ressortissants qui se sont inscrits dans les écoles publiques et à la medersa.  

53Dans les écoles coraniques, il n’y a pas d’âge précis pour le recrutement des élèves. Par contre dans les medersas, l’âge minimum des nouveaux élèves est de sept ans ; toutefois elles peuvent recruter des élèves de plus de sept ans du fait que les établissements sont privés, religieux et que les élèves ne sont pas assez nombreux.

54Les élèves dans les écoles coraniques sont en règle générale de sexe masculin. Ce sont dans les grandes écoles comme celle de Sõma à 25 km de Kaya dans la province de Sãnmatẽnga, que le maître Sawadogo Ahmad nous a informé lors de nos enquêtes en 1987 que son père Sawadogo Nagraog Mor avait dans son école sept filles(Ouedraogo, 1996). Le nombre d’élèves dans les écoles coraniques est faible (entre deux et sept), car  les parents d’élève préfèrent la medersa.

55Á l’école-medersa, les filles sont de plus en nombreuses. Dans notre zone d’étude, il n’y a que quatre filles dans les écoles coraniques de Sore Abdourahmane à Moeembẽ ( village de Poese) alors que dans les medersas nous avons 67 filles contre 180 garçons pour l’année scolaire 2004-2005.

56Tableau 5 : Nombre d’élèves par classe dans les medersas

LES ECOLES

NOMBRE D’ELEVES

CP1

CP2

CE1

CE2

CM1

G      F

G     F

G     F

G     F

 G     F

Kalwaka :         

Sabiil l-Falaah

11     02

13     04

11     7

14    02

14    02

 Poese :

1-Nurul Hidaaya de  Yi kudi

2-Kuttabu l-Qadiim de Moeembi

50     23

33     16

00     00

14     06

 Seguedin :

Diinu Nasiiha

20     05

TOTAL

114     46

 27    10

 11    07

14     02

14     02

TOTAUX

Garçons :  180            Filles : 67

57Source : enquête 2005

58Le nombre des filles est inférieur à celui des garçons à tous les niveaux. Cette situation vient du fait que les parents n’amènent pas leurs filles à l’école de peur qu’elles n’obéissent pas à leurs futurs maris qui pourraient être illettrés.

Le programme et les manuels d’enseignement

59Chaque type d’école a un programme et des livres spécifiques car l’organisation et les objectifs des établissements ne sont pas les mêmes.

Le programme dans les écoles coraniques

60Le programme dans les écoles coraniques comprend les matières religieuses et la langue arabe répartie comme suit :

Matières religieuses

                  La langue arabe

1-Le Coran, 2-Le fiqh, 3-Le tawhîd

1-L’écriture, 2-La Lecture, 3-La Grammaire, 4-La Conjugaison, 5-La Littérature

61La religion a trois matières : le Coran, le fiqh et le tawhid. Le fiqh traite deux domaines : al-‛ibadât, les pratiques religieuses, qui sont les cinq piliers de l’islam (la prière, le jeûne de ramadan, la zakat et le pèlerinage à la Mecque) et al-mu ‛âmalât, les rapports entre les humains, comme le crédit, le commerce, le mariage, le baptême, etc. Le tawhid ou al-‛aqîdat, traduit littéralement par unicité de Dieu et la croyance, traite des attributs de Dieu, des livres révélés, des prophètes, du destin et de la résurrection. Quant à la langue arabe, elle a cinq matières : l’écriture, la lecture, la grammaire, la conjugaison, la littérature.

Répartition des matières selon les niveaux d’étude

62Les matières enseignées dans les écoles coraniques sont réparties par niveau

Niveau I

Niveau  II

Niveau  III

Spécialisation

- Ecriture

- Lecture

- Mémorisation du  

 Coran

- Pratique religieuse

- Lecture du Coran

- Littérature

- fiqh

- Pratique religieuse

- Lecture du Coran

- Littérature

- Grammaire

- Conjugaison.

- tawhîd

- fiqh

- Tafsir

- fiqh

- Littérature    

63Source : Ouedraogo, 1996

64Niveau I

65La pratique de l’écriture s’applique sur les signes de l’alphabet arabe isolés dans toutes leurs formes et leurs différentes combinaisons avec les voyelles courtes ou longues ou sur une consonne tirée d’un mot ou d’un verset du Coran comme /ﻠ / /l/ du mot : ( al-laahu (Allah)) . Cette méthode sert à la fois à l’apprentissage de la lecture ordinaire et à celle du Coran. La mémorisation du Coran se limite à quelques petits chapitres (sourates), entre onze et quarante six sourates selon les écoles, la volonté et l’aptitude de l’élève. Dans le département, la mémorisation du Coran ne dépasse pas les onze petits premiers chapitres. Quant à la pratique religieuse, elle est essentiellement constituée de l’apprentissage à effectuer les ablutions et la prière.

66Niveau II

67Á ce stade, l’élève relit le Coran sans mémoriser, autrement dit, il fait une révision des leçons précédentes. Pour la littérature, il étudie et mémorise des poèmes composés pour louer le Prophète Mohammad. Ces poèmes sont tirés du livre al-Wasâ’ilu-l-mutaqabbilat(u) de l’auteur andalou Abu Bakr Ibn Muhayyib. Enfin pour le fiqh, les thèmes d’étude sont les ablutions, la prière, le jeûne du mois du ramadan. Ils sont étudiés et traduits dans la langue d’enseignement (le moore).

68Niveau III

69Au troisième niveau, on révise encore la lecture du Coran, la mémorisation de certains chapitres ou versets au choix. En général ce sont des textes courts. L’étude du tawhîd concerne les attributs de Dieu, les livres révélés, les prophètes, le destin et la résurrection. Pour le fiqh, l’élève apprend en plus de ce qui précède, les leçons concernant la pratique de l’ablution obligatoire suite à un rapport sexuel ou après un accouchement, etc. le jeûne du mois du ramadan, la zakât (l’aumône) et le pèlerinage. Ceux-ci sont complémentaires de la connaissance que l’élève a acquise au niveau I, des cinq piliers de l’islam. Ce complément permet à l’élève, devenu adulte, d’accomplir ses obligations religieuses. Le programme de la littérature est celui des périodes pré-islamique, islamique, abbasside et andalouse. L’étude de la grammaire et de la conjugaison concerne le nom, le verbe, la morphologie et la syntaxe. Toutes les matières sont traduites en moore. En plus de la traduction, la poésie est mémorisée par cœur afin de préparer l’élève qui veut se spécialiser.

70La spécialisation

71Ce niveau n’existe pas dans la plupart des écoles coraniques au Moogo. Après le passage de ces trois niveaux, l’élève peut se spécialiser dans l’un des trois domaines suivants : le tafsîr, le tiqh et al-’adab. Le tafsîr est l’explication du Coran. L’élève apprend à traduire les textes dans la langue d’enseignement qui est en général, celle du maître11. Le fiqh (jurisprudence) est une synthèse du Coran et des hadiths sur les règles de l’islam. A la différence des niveaux précédents, l’élève étudiera les thèmes d’une manière approfondie, selon l’école juridique islamique malikite, et parfois certains raisonnements d’autres écoles auxquelles les auteurs des ouvrages font appel pour éclairer les sujets. Enfin al-’adab, la littérature, qui concerne l’étude de différents textes, poèmes et prose (Ši‘r et nathr) des périodes précédemment citées et plus particulièrement la maqâmât, un texte littéraire en prose (nathr) « qui décrit, sous forme d’une saynète, les multiples aventures d’un personnage mi-bouffon, mi-truand, fin connaisseur, en tous cas, de toutes les ressources du langage » (Miquel, 1981). Ce texte classique, difficile à lire permet à l’élève de s’habituer à ce genre de style, de s’imprégner de culture arabe et de renforcer sa maîtrise de la traduction.

72Dans le département, il existe seulement les niveaux I, II et III comme l’indique le tableau ci-dessous.  

73Tableau 6 : Les niveaux d’études dans les écoles coraniques de chaque village

VILLAGES

Bokin

Kalwaka

Kolonkom

Mogdin

Poese

Rakalo

Segdin

Soaw

Yikudin

Moembin

NIVEAUX

0

0

0

0

III

III

II

II

I+ II

74Source : enquêtes de 2004

75Les écoles de Rakalo, Seguedin et Soaw sont au niveau II, et celles de Poese au niveau III. Dans les années 1950, les écoles de Poese étaient renommées pour leurs enseignements, les élèves pouvaient se spécialiser dans différents domaines cités ci-dessus. Comme nous le constatons d’après le tableau, actuellement, il n’y aucune étude de spécialisation dans les écoles du département du fait de l’attrait de la ville et de l’apparition des medersas.

Le programme dans les medersas

76Les matières enseignées dans les medersas du cycle primaire au Burkina Faso en général sont la langue arabe, la religion, la science sociale, la langue française et les matières scientifiques, selon le programme officiel (Ministère de l’enseignement de base et de l’alphabétisation, 1999).

77Tableau 7 : Les matières enseignées dans les medersas du Burkina

Langue arabe

Matières religieuses

Sciences sociales

La langue française

Matières scientifiques

1-Lecture

2-Ecriture

3-Grammaire

4-Conjugaison

5-Orthographe

6-Dictée

7-Rédaction

8-Expression     orale et écrite

1-Coran

2-Jurisprudence

3-hadith

4-Tawhiid

5-Morale

6-Biographie

du Prophète

7-Histoire islamique

1-Histoire

2-Géographie

3-Education                    civique

1-La Lecture

2-L’écriture

3-Grammaire

4-Conjugaison

5-Orthographe

6-Dictée

7-Rédaction

8-Expression orale et écrite

1-Calcul

2-Géométrie

3-Arithmétique

4-Sciences

78En théorie, l’arabe et le français ont les mêmes matières au nombre de huit mais, en allant sur le terrain d’application dans les salles de classe, on constate qu’il y a une neuvième matière : l’écriture (al-Khatt) enseignée, et qui n’apparaît pas sur le tableau. On dénombre sept matières religieuses, trois en sciences sociales et quatre matières scientifiques, réparties entre les différents niveaux de la manière suivante : 

79Tableau 8 : Répartition des matières par thèmes

LES MATIERES

LES THEMES

Langue arabe

1-Lecture, 2-Grammaire, 3-Conjugaison, 4-Dictée, 5-Rédaction,

6-L’expression orale et écriture

Matières religieuses

1-Le Coran, 2-La Jurisprudence, 3-hadith, 4-Tawhiid, 5-La Morale, 6-Biographie du Prophète, 7-Histoire islamique

Sciences sociales

1-Histoire, 2-Géographie, 3-Education civique.                  

La langue française

1-Lecture, 2-Ecriture, 3-Grammaire, 4- Conjugaison, 5- Dictée, 6-Rédaction,

7-L’expression orale et écrite

80Tableau 9 : Répartition des matières par niveaux

MATIERES

THEMES

Langue arabe

CP1

CP2

CE1

CE2

CM1

CM2

Lecture

Expression orale

Lecture

Expression orale

Lecture

Orthographe

Dictée

Lecture

Orthographe

Dictée

Lecture

Grammaire

Conjugaison

Orthographe

Dictée

Lecture

Grammaire

Conjugaison

Orthographe

Dictée

Matières religieuses

Le Coran

tawhîd

fiqh

Le Coran

tawhîd

fiqh

Le Coran

tawhîd

fiqh

hadith

Biographie du Prophète

Morale

Le Coran

tawhîd

fiqh

hadith

Biographie du Prophète

Morale

Le Coran

tawhîd

fiqh

hadith

Biographie du Prophète

Morale

Histoire islamique

Le Coran

tawhîd

fiqh

hadith

Biographie du Prophète

Morale

Histoire islamique

Sciences sociales

Histoire

Géographie

Education civique

Histoire

Géographie

Education civique

Histoire

Géographie

Education civique

Histoire

Géographie

Education civique

Matières scientifiques

Calcul

Calcul

Science

Calcul

Science

Calcul

Science

Calcul

Science

Calcul

Science

81   

82On constate, que les matières concernant la religion sont plus nombreuses que les autres, ce qui explique partiellement les objectifs des enseignements donnés dans les medersas. Suivent celles de la langue arabe et la langue française qui ont pour objectif d’offrir à l’élève une capacité de connaître les deux langues puis les sciences sociales et les matières scientifiques.

83Sur le terrain, l’application est différente, les écoles qui ont des capacités financières et techniques appliquent plus ou moins le programme comme celles des grandes associations : la Communauté Musulmane, le Mouvement Sunnite. D’autres ne suivent pas le programme pour diverses raisons : le refus d’appliquer le programme, ignorance du programme officiel, insuffisance des moyens financier et technique.

84Dans le département de Soaw, nous avons constaté que certains enseignants ne savent pas qu’il existe un programme national, et ils appliquent le programme de l’établissement qu’ils ont fréquenté.

Les manuels scolaires utilisés dans les écoles

85Les livres scolaires des écoles coraniques sont différents de ceux de la medersa. Á l’école coranique, l’objectif n’est pas de parler la langue et d’accéder à une fonction dans l’administration publique ou privée ou à une formation professionnelle. Á la medersa, on apprend à lire, à écrire et à parler la langue arabe. Ensuite on étudie l’islam ou d’autres disciplines littéraires ou scientifiques qui peuvent permettre de suivre une formation professionnelle.

86Les manuels utilisés au Burkina Faso dans les écoles coraniques sont les mêmes que ceux des autres pays voisins comme le Mali(Monteil, 1932), parce que la plupart des maîtres d’écoles coraniques de la région et même du Burkina Faso sont allés étudier au Mali. Les Yarse, commerçants de Zerkoum, dans le département voisin de Kindi, partaient au Mali faire du commerce et amenaient des livres sur l’islam pour vendre au Moogo. Á l’école coranique, les manuels peuvent être classés en deux groupes : les livres sur l’islam et ceux relatifs à la langue arabe.

Les manuels religieux dans les écoles coraniques

87Les manuels sont le Coran, les livres de fiqhs, de hadiths et de tawhîd.

88Le Coran est étudié à tous les niveaux. Selon Sore Abdourahmane du quartier Yi kυdẽ, de Poese, le premier Coran que leurs grands-parents ont ramené du Mali pendant le règne de Naaba Kõnkιιs au XVIe siècle existe toujours ; ils le font sortir pendant des cérémonies religieuses importantes telles que la fête de fin de ramadan (‘îdu-l-Fitr) et tabaski (‘îdu-l-’Adhâ) pour lire avec ceux de Moeembẽ. Le Coran qui était utilisé dans la plupart des écoles coraniques était édité en Algérie, il est connu dans le milieu scolaire coranique sous le nom Jdajaa’ir, c’est à dire le livre venant de al-Jdajaa’ir (l’Algérie). Les écoles coraniques semblent être influencées par la calligraphie d’al Jdajaa’ir car c’est le même type d’écriture que les élèves et les maîtres utilisent pour écrire. Actuellement, les Corans viennent de plusieurs pays comme l’Arabie Saoudite, l’Égypte et la Libye pour les medersas et les associations islamiques. En outre, L’Arabie Saoudite donne chaque année des livres aux pèlerins de la Mecque au moment de leur retour.

89Les livres de fiqh sont :

901- al-akhdar(u), écrit par Abdu ar-Rahmaan

912- al-‘ashmâwiy de Abdu l-Baariy.

92Ces deux livres sont édités au Maroc. Ils traitent des thèmes concernant la manière de faire les ablutions religieuses, la prière et le jeûne de mois du ramadan. Pour cela, ils sont programmés pour le deuxième niveau, qui est fréquenté le plus souvent par des jeunes qui n’ont pas besoin d’apprendre plus que les thèmes cités ci-dessus.

933- al-Muqaddimât(u) l-‘izziyyat(u), écrit par abu l-Hassane al-Maalikiy(u). C’est un résumé de son livre Umdatu s-Sâlik.

944- ar-Risâlat(u) de Abu-`Abdulla ibn Abî Zayd  al-Qayrawâny de Tunisie.

955- Nuzum(u) l-Murshid de Mohammad ibn Mohammad al-Mubârak al-Fathy de Marrakech au Maroc.

96Ces trois derniers livres traitent des thèmes cités plus haut plus la zakât, le pèlerinage, le baptême, le mariage, la vente, l’héritage. Le dernier se distingue des autres par la nature de son texte, il est écrit en vers et les autres en prose ; c’est pour cela qu’il s’adresse à ceux du niveau deux (III).

97Les livres de tawhîd sont au nombre de deux :

98-  ‘aqâ’id(u) t-Tawhîd de Mohammad Basîm Yantando du Nigeria.

99-  ’idaa at(u) dj-Djunna fi ’ahl(u) s-Sunnat de Ahmad ibn Mukra. Ces livres contiennent des leçons sur les dogmes islamiques : la croyance en Dieu, les attributs de Dieu, la croyance à ses anges, aux livres révélés, aux prophètes, à la résurrection et à la destinée.

100Les manuels religieux dans les medersas

101Les matières religieuses : fiqh, tawhîd, hadith sont regroupés dans les manuels suivants :

102- Al-Muslim as-Sajir, publié en 1967 par la Maktabat(u) (librairie) t-Tidjârat(u) lit-Tabâ`at(i) wa t-Tawzî`y pour le CP1 et CP2.

103- al-Hadîqat(u) d-Dîniyyat(u), publié en août 1969 par Mohammad Taahir; ancien inspecteur des écoles publiques et celle de l’Association al-Maqâsidu l-Islâmyat(i) à Beyrouth au Liban.

104Les livres pour la langue arabe

105Dans les écoles coraniques, les manuels utilisés pour la langue arabe sont :

106Pour la littérature : Les manuscrits contenant les mu`allaqât, les « suspendus ». Ils contiennent des poèmes de sept auteurs préislamiques : `Imru’u l-Qays, Zuhayr, Labîd, `Antar ibn Šaddâd, an-Nâbija a-dh-dhubyaany, al-`Asaa, `Amr Ibn Kulthûm, Tarafa et al-Hârith ibn Hallaz. Les poèmes de Mohammad ibn Sa`îd al-Bûsary de la période islamique. Les poèmes de Abubakar Mohammad ibn al-Hussayn ibn Durayd de la période abbasside.

107Pour la grammaire et la conjugaison : al-Muqaddimat(u) l-’adjrûmiya (introduction d’Adjrûmiya) écrit par Mohammad al-Sanhadjiy ibn Adjrûm. Mulhat(u) ‘i`râb (la beauté de la grammaire) écrit par al-Qaasim ibn Aliyi al-Haririyyi.

108Tous ces livres sont des œuvres d’auteurs marocains. Au Moogo, les manuels employés dans les écoles coraniques étaient des manuscrits de maîtres et d’élèves. Mais maintenant, avec le développement de l’imprimerie et les moyens de communication, les livres sont imprimés au Nigeria ou au Maroc à l’instar des medersas.

109Les livres employés dans les medersas sont aussi imprimés hors du Burkina Faso.

110Pour la langue arabe, il y a :

1111- La lecture Mu`allimul qirâ’at(i) ; tome I et tome II écrits par l’Egyptien aţ-Ţiyyat(u) Mohammad, maître d’école au Caire, édité en 1956

1122- al-qirâ’at(u) l-‘arabiyyat(i), publié par un groupe de professeurs au Maroc et édité par daarul-kitaab en 1962 au Maroc.

1133- La grammaire : an-Nahwul wâdih écrit par deux Égyptiens ‘Aly Jârimiy et Mustafa ’Amin ;

1144- La conjugaison : mabâdi`u s-sarf écrit par Toure Sa`d ibn Oumar en 1978, Directeur de la medersa Sabîl(u) l-Falâh à Ségou au Mali.

115Tous les livres que les enfants emploient dans ces systèmes éducatifs au Burkina Faso sont édités à l’étranger, sauf les livres concernant la géographie, l’histoire du pays et les matières scientifiques qui sont la traduction des manuels burkinabé. Ces livres viennent de l’extérieur parce que ceux qui avaient la capacité d’écrire des manuels n’existaient pas. Il y a actuellement des tentatives pour éditer des manuels scolaires burkinabé mais le manque de moyens financiers explique la lenteur de l’édition de ces manuels.

Conclusion

116L’école coranique s’est installée dans la région au XVIe siècle pendant le règne de Naaba Kõnkιιs en même temps que l’introduction de l’islam par les Yarse. Pendant longtemps, elle est restée l’affaire des Yarse puisqu’ils étaient la seule communauté musulmane dans la localité, voir même dans tout le pays. Mais avec la conversion à l’islam des autres ethnies (Moose, Silmi-Moose, etc.), l’école coranique s’est généralisée. Elle est une organisation socioculturelle des musulmans. Le maître entouré de ses élèves, est en même temps l’instructeur, l’éducateur et le père. Il assume ainsi diverses fonctions : l’enseignement religieux, l’éducation morale. L’école coranique est restée dans son état primitif et seule école musulmane jusqu’en 2001 pour voir se développer à ses côtés des enseignements plus performants : les medersas. Ces dernières ont été créées par les musulmans de chaque village, ce qui montre la volonté de la population de chercher une meilleure éducation pour leurs enfants. Cependant, il faut reconnaître que l’enseignement dans les medersas est loin de fonctionner comme le souhaiteraient les intéressés. Pendant nos enquêtes, il est apparu que les enseignants sont en nombre insuffisant; comme en témoigne le cas de Kalwaka où le maître est seul avec quatre niveaux. Les enseignants manquent également de manuels scolaires. Ceux qui existent sont de vieux manuels édités dans les pays arabes qui ne sont pas adaptés aux réalités du milieu.

117L’école coranique pourrait devenir un lieu où l’élève apprend à la fois sa religion et une formation professionnelle, surtout en agriculture si une organisation ou une coordination nationale existait entre les écoles. Cela permettrait d’avoir des enfants formés d’une part selon le désir de leurs parents et des élèves, et d’autre part, des enfants ayant reçus une formation professionnelle.

118Les medersas, si elles semblent mieux organisées que l’école coranique, doivent être restructurées davantage afin d’améliorer leurs organisations et leurs programmes d’enseignement.

Haut de page

Bibliographie

Audouin Jean et Deniel Raymond, 1978, L’islam en Haute Volta à l’époque coloniale, Paris-Abidjan, Éditions de L’Harmattan et INADES, 129 p.

Cisse Issa, 1989, Introduction à l’étude des medersas au Burkina Faso, de 1960 à nos jours,     mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Ouagadougou, 108 p.

Cisse Seydou, 1992, L’enseignement islamique en Afrique, Paris, l’Harmattan, 220 p.

Direction Régionale du Centre Ouest. Direction Provinciale du Bulkiemde. Circonscription d’Éducation de Masse de Soaw. Renseignements généraux 2005

Guy Nicolas, 1957, Dynamique de l’islam au sud du Sahara, Paris, Publication orientaliste de France, 335 p.

Kouanda Assimi, 1984, Les Yarse : fonction commerciale, religieuse et légitime culturelle dans le pays moaga (Evolution historique), thèse de doctorat 3e cycle, Paris I, 365 p.

Miquel André, 1981, La littérature arabe, Paris, P.U.F, 3è édition, 128 p.

Monteil Charles, 1932, Une cité soudanaise, Djenné, métropole du delta central du Niger, Paris, Sté d’éditions géographique, maritimes et coloniales.

Ministère de l’Enseignement de Base et l’Alphabétisation, 1999, Le programme de la langue arabe, 47 p.

Ministère de l’Économie et des Finances, Institut National de la Statistique et de la Démographie, 1996, Recensement Général de la population et de l’Habitat, 10-20 décembre.

Ouedraogo Adama, 1996, L’enseignement de l’Arabe et de l’islam en pays mossi (Haute Volta/ Burkina Faso), Thèse de Doctorat, Paris, Université Paris X-Nanterre, 435 p.

— 2006, « Pénétration et pratique de l’islam dans le département de Soaw, province de Bulkiemde, Burkina Faso », Cahier du CERLESH, Université de Ouagadougou.

Haut de page

Annexe

ENQUETES ORALES

Village de Bokin

GANAME Ismaïl, enseignant de la medersa de Bokin, le 18/06/2004.

Groupe de musulmans de Bokin, le 18/06/2004.

Village de Kalwaka

KABORE Idrissa, âgé de 70 ans, le 18/06/2004.

KABORE Ousmane, le 18/04/2004

KABORE Salif, âgé de 90 ans, le 18/06/2004.

KABORE Salam, âgé de 68 ans, le 18/06/2004.

KABORE Tinga

KABORE Boukare, le 18/06/2004.

SORE Sayyid ‘amin, enseignant de la medersa de Kalwaka.

Village de Soaw

Le chef de Soaw, Naaba Tanga, le 28/04/2005.

BAGRE Abdoulaye enseignant de la medersa à Seguédin

KABORE Abdoulaye, âgé de 45 ans, le 18/06/2004.

KABORE Inoussa, imam de Soaw, le 18/06/2004.

KABORE Wambi Idrissa, âgé de 55 ans, le 18/06/2004.

KIOGO Saïdou, âgé de 35 ans, le 18/06/2004.

OUEDRAOGO Koudouwaogo, âgé de 75 ans, le 25 /07/ 2004.

OUEDRAOGO Nong managre, âgé de 91 ans, le 25/07/2004.

OUEDRAOGO Noraogo, âgé de 78 ans, le 28/04/2005.

OUEDRAOGO Ousmane, âgé de 70 ans, le 18/06/2004.

SORE Souleymane, âgé de 25 ans, le 18/06/2004.

Village de Rakalo

BARRY Abdoulaye, âgé de 23 ans, le 30/04/2005.

BOLY Moumouni, âgé de 20 ans, le 30/04/2005.

OUEDRAOGO Abdoulaye, âgé de 19 ans, le 30 /04/ 2005.

OUEDRAOGO Boukare, âgé de 20 ans, le 30/04/2005.

OUEDRAOGO Mahamoud, âge de 23 ans, le 30/04/2005.

SORE Idrissa, âgé de 64 ans, le 30/04 /2005.

SORE Salfo, âgé de 25 ans, le 30/04/2005.

ZONGO Salam, âgé de 68 ans, le 30/04/2005.

Village Zoetgomde

KABORE Zakarya, imam de Zoetgomde, âgé de 41 ans, le 18/06/2004.

Village de Poese

Quartier Yi kυdẽ : un groupe de personne dirigé par l’imam SORE

SORE Abdourahmane, âgé de 90 ans, le 26 /04/2005.

SORE Lassane, âgé de 69 ans, le 26/04/2005.

GANSORE Somaïla, enseignant de la medersa de Yi kυdẽ à Poese

SORE Lassane, enseignant de la medersa de Moeembẽ à Poese

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adama Ouedraogo, « L’enseignement de la culture arabe et islamique dans le département de Soaw, province de Bulkiemde, Burkina Faso », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 124 | novembre 2008, mis en ligne le 03 septembre 2009, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6040

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page