Navigation – Plan du site
II. Lectures

Ambrosio Alberto Fabio, Feuillebois Eve, Zarcone Thierry, Les derviches tourneurs. Doctrine, histoire et pratiques, Cerf, 2006, 210 p.

Catherine Mayeur-Jaouen
p. 273-274

Texte intégral

1Ce petit livre exemplaire est mieux qu’un vade mecum du néophyte dans le labyrinthe d’une pensée mystique majeure, dans l’histoire d’une confrérie aussi réputée que finalement mal connue, enfin dans l’interprétation de la danse célèbre des derviches tourneurs. Trois auteurs ont ici conjugué des spécialités et talents variés pour réussir la première synthèse en français sur Rûmî, la Mevleviyye et le samâ‘ (concert mystique et danse).

2C’est Eve Feuillebois, spécialiste de littérature persane, qui s’attaque, dans le premier chapitre, à Rûmî. Il fallait un certain courage, dans l’océan de publications, de mythes et d’adulations qui lui sont consacrés, pour revenir sur Rûmî (Mawlânâ, pour les Turcs, 1201-1273). Ce premier chapitre commence par un retour sur la biographie de Rûmî, ou plutôt sur ce que l’on peut savoir de lui d’après ses hagiographies et ses propres écrits : dans le récit sobre et utile qui est proposé pointe une certaine naïveté historiciste. Il est normal que les hagiographies de Rûmî nous renseignent évidemment moins sur Rûmî que sur les hagiographes et leur milieu – ce qui est en soi-même intéressant. Il est également normal que ces hagiographes puisent à des sources orales que E. Feuillebois paraît tenir pour suspectes alors que, par définition, toute hagiographie est d’abord puisée à ces sources. Tel récit apocryphe (la légende de l’assassinat de Shams, par exemple) est en soi intéressant, surtout si on arrive à en dater l’apparition. Le merveilleux ne peut être, en réalité, disqualifié du discours hagiographique. La suite du chapitre s’adresse avec talent au cœur de ce qui fait Rûmî, moins sa vie ou ce que l’on peut en savoir que sa poésie mystique et sa pensée : c’est en revenant aux textes mêmes que Feuillebois relève le défi d’analyser la pensée de Rûmî, mais aussi sa poétique. Ces excellents passages sont fondés avant tout sur une lecture patiente du Masnavî et du Divân-e Shams, cités dans de belles traductions – certaines empruntées à Leili Anvar-Chenderoff. Cette lecture, en partie éclairée par les travaux de William Chittick, un spécialiste notoire d’Ibn ‘Arabî, est aussi très personnelle comme le montre l’écriture soutenue et précise du texte d’Eve Feuillebois qui met au clair une pensée mystique d’une grande élévation. Une grande attention au vocabulaire (arabe et persan) sera utile à tous ceux qui s’intéressent à la cosmologie islamique comme à l’anthropologie spirituelle de Rûmî qui aura irrigué, depuis le XIIIe siècle, l’essentiel de la mystique turco-persane. Le chapitre se clôt par un développement sur la poésie même de Rûmî, dont la forme et la langue musicale sont tout aussi créatrices de sens que sa pensée elle-même. Une liste des images proposées par Rûmî pourra aider le profane à se faire une première idée des textes magnifiques de la poésie de Rûmî.

3Le deuxième chapitre est dû à Thierrry Zarcone qui retrace l’histoire de la confrérie elle-même, fondée par le fils de Mawlânâ, Sultan Valad. Ce seront désormais des descendants de Mevlevi, les Celebi, qui se succéderont à la tête de l’ordre qui restera, contrairement à la plupart des confréries musulmanes, un ordre centralisé autour du mausolée de Rûmî à Konya, en Anatolie. L’ordre sera aussi hiérarchisé, avec des âsitâne qui l’emportent en importance sur les zâviyes parce qu’ils reçoivent les novices pour leur formation des 1001 jours – formation assurée essentiellement en silence et dans les cuisines, à exécuter des tâches domestiques. Ces novices une fois reçus reçoivent la sikke (couvre-chef caractéristique) et la khirqa (robe d’investiture). Certains pourront choisir le mariage, d’autres le célibat, cependant que les muhibb-s, des sortes de tiers-ordres n’ayant pas accompli leur noviciat, continuent à graviter autour de l’ordre. Il y aura des femmes parmi ces disciples, auxquelles l’ordre paraît plus ouvert avant le XVIIe siècle qu’après où une séparation plus rigoureuse des sexes s’impose. L’expansion de l’ordre, soutenu par les Seljoukides et bientôt par les Ottomans, est rapidement retracée dans ses débuts (XVe-XVIe siècles). On est manifestement mieux renseigné à partir de la fin du XVIe siècle, au moment où la confrérie devient urbaine et aristocratique. Sa proximité du pouvoir entraîne des tensions avec les sultans, parfois, ou avec une opposition plus populaire, comme celle des Kadizadeli au XVIIe siècle, à un moment où la crise agricole oblige les Mevlevis à réduire leurs dépenses et leurs œuvres caritatives. Le XIXe siècle est manifestement le siècle pour lequel nous sommes le mieux renseignés : regards croisés de voyageurs occidentaux fascinés et d’écrits soufis qui ne cessent de codifier davantage les rituels et cérémonies de l’ordre. Thierry Zarcone, dans sa reconstitution de la vie quotidienne du Mevlevi, s’appuie beaucoup sur le grand historien de la Mevleviyye dont l’œuvre est restée en turc : Gölpinarli. Le XXe siècle, dès son début, marque visiblement un déclin qu’illustre la triste histoire du bataillon mevlevi venu soutenir la guerre de l’Empire contre les alliés. En 1925, la dissolution des confréries soufies et la confiscation de leurs biens portent un coup fatal à la Mevleviyye qui se survit encore une vingtaine d’années dans les couvents syriens. Si des danses d’usage quasi folklorique ou une mode turque pour Rûmî lui-même animent le souvenir des Mevlevis, il est clair que l’ordre a vécu. Mais l’amour des belles-lettres et des arts et même la littérature de commentaire du Masnavî n’ont pas tout à fait disparu : ils restent sans doute l’apport majeur de la Mevleviyye à la civilisation ottomane.

4Le troisième chapitre enfin est dû à Alberto Fabio Ambrosio. Il propose une histoire du samâ‘ dans l’histoire du soufisme, retraçant brièvement les nombreuses attaques dont danse et musique furent l’objet. Cette histoire est suivie d’une claire et profonde analyse des interprétations du samâ‘ ou de la mukâbele des Mevlevis, cette cérémonie célèbre des derviches tourneurs. Une description précise suit (avec des schémas, p. 145-152), fondée sur une sorte de modèle ottoman du XVIIIe siècle. Quant aux interprétations du samâ‘mevlevî, Ambrosio recueille, pour les présenter, l’œuvre d’Ismâ’îl Ankaravî, le plus célèbre commentateur du Masnavî, relu à la lumière d’Ibn ‘Arabî. La mukâbele mevlevie renvoie à une symbolique de l’origine (le cercle et le point) et à une remémoration de la musique céleste ; on peut aussi l’interpréter comme un voyage initiatique ; comme une danse cosmique (interprétation généralement retenue par les Occidentaux, et dont Ambrosio à la suite d’Ankaravî montre le caractère relativement superficiel) ; enfin comme une mort mystique au terme de laquelle le samâ‘ aboutissant au fanâ’ recèle Dieu lui-même.

5Sur l’ensemble de ce livre, accessible, bien écrit, enlevé, sympathique pourrait-on dire, on ose à peine formuler quelques petits regrets : principalement une transcription erratique où futuwwa est écrit tantôt futuwwah (à l’anglo-saxonne) ou futuwwa ; où l’on choisit parfois d’écrire le ta marbûta sous forme de h, ou de t (selon le persan), ou au contraire le « a »ou le « e », sans parler de transcriptions erronées (bi’at pour bay’a ou à la rigueur bay‘at ; Mutannabî au lieu de Mutanabbî ; muhib au lieu de muhibb etc. ). Le waw est parfois gardé sous forme arabe Walad ou Mawlawiyya, mais ailleurs on trouve la forme persane ou turque Valad ou Mevleviyye, etc.

6Une belle conclusion synthétique reprend les deux grands thèmes majeurs de Rûmî et de sa confrérie, sur l’amour et la mort mystique. L’élévation du ton comme la simplicité de sa formulation font partie des qualités de cette conclusion, comme en général du livre. Bibliographie de sources primaires et de la littérature secondaire (p. 177-194), index des noms et index thématiques, dossier iconographique original (16 pages) contribuent à faire de ce livre un outil indispensable sur la Mevleviyye.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Mayeur-Jaouen, « Ambrosio Alberto Fabio, Feuillebois Eve, Zarcone Thierry, Les derviches tourneurs. Doctrine, histoire et pratiques, Cerf, 2006, 210 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6096

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page