Navigation – Plan du site
II. Lectures

AmriNelly,GrillDenis, (dir.), Saint et sainteté dans le christianisme et l’islam, le regard des sciences de l’homme, Paris, Maisonneuve & Larose, Aix-en-Provence, MMSH/IREMAM, 2007, 372 p.

Mireille Loubet
p. 271-272

Texte intégral

1Loin d’être désuète la figure du saint est toujours d’actualité, perpétuée par diverses formes de vénération et revisitée en littérature, alors que le fait religieux suscite de nouveaux regards, avec un intérêt marqué pour les religions « d’ailleurs ». Leur plus grande « visibilité » sociale et leur rencontre, favorisée par les voyages, ont fait naître la curiosité, parfois l’attrait, des chrétiens pour un dieu qui n’est pas nécessairement « celui de leurs pères ».

2C’est précisément l’intérêt accordé à d’autres cultures et d’autres temps qui assure une dynamique et une unité à cet ouvrage, riche de quinze contributions proposant un renouveau des approches doctrinales pour les thèmes abordés. Deux religions, le christianisme et l’islam, sont interpellées sur le thème du saint et de la sainteté et bien que la visée de départ ne soit pas délibérément comparatiste, néanmoins, convergences et divergences s’imposent d’elles-mêmes au lecteur, au travers de la diversité des époques - de l’antiquité au monde contemporain - et des pays - l’aire méditerranéenne - pris en compte. Ces diversités et ouvertures de perspectives s’expriment aussi dans les cinq champs de recherches retenuslors du colloque (Carthage, 02-05/05/2005) « Le saint et la sainteté comme objet des sciences de l’homme, problèmes et méthodes », à l’origine de la présente publication : fondements, figures, famille charnelle et spirituelle, charisme et fondations,  lieux et culte. Cependant pour importante que soit la posture adoptée – élargissement des domaines d’exploration accompagné d’un souci de renouveau méthodologique – la qualité majeure de cette publication est pressentie dans son sous-titre : « le regard des sciences de l’homme ». En effet, inhérent au sujet traité est un questionnement de fond sur les objets des sciences de l’homme et de la société : peut-on concevoir que le saint, si souvent tourné en dérision, et la sainteté, assimilée par certains au charlatanisme ou méprisée par d’autres, soient « dignes » d’investigations scientifiques ? Cette interrogation demeure en filigrane dans les analyses des auteurs qui pénètrent les phénomènes en ce qu’ils ont de plus subtil et nuancé. Et le mérite de l’ouvrage est bien de montrer que « rien de ce qui est humain  ne saurait être étranger » aux sciences humaines, sans toutefois dissimuler la difficulté de la collecte des données, de l’enquête,tout comme celle de l’appréhension des manifestations si impalpables de la sainteté ou de la formulation en langage clair de l’expérience si ineffable du divin. Il est incontestable que c’est la priorité de rigueur scientifique qui les anime, qui permet aux auteurs d’éviter les divers écueils d’un tel sujet et de confirmer que ses multiples explorations sont au cœur des préoccupations de la recherche.

3Consacré aux fondements, le premier des axes précédemment mentionnés fournit un cadre de réflexion en se tournant vers l’histoire, pour cerner la notion de sainteté et dégager les caractéristiques du saint, les qualités qui lui valent reconnaissance et légitimité de son statut. Pour le christianisme, le retour à la tradition cénobitique et érémitique de l’Égypte des ive et ve siècles s’impose. Les figures fondatrices du saint chrétien, St Antoine et St Pacôme, constituent des modèles de vies de saint qui portent en germe les questions y afférant, règles de vie communautaire et ascétique, exercice de l’autorité, relations à Dieu et aux hommes, aspects théologiques et éthiques spécifiques, etc.

4En islam, on ne saurait trouver de meilleur référent qu’Ibn ‘Arabî pour une conception de la sainteté. Sa Risalât al-quds fî muhâsabat al nafs (Epître de l’Esprit saint dans la demande de compte à l’âme) laisse percevoir combien les manifestations en sont multiples, complexes et fondamentales dans l’identification du disciple à son guide spirituel, en s’appuyant sur les « deux formes solidaires et complémentaires du discours sur la sainteté » que sont l’hagiologie et l’hagiographie. Cette dernière est également examinée dans le contexte de l’occident médiéval : face à cette « construction » qu’est la sainteté, il appartient à l’historien de saisir le lien entre les dimensions individuelle et sociale du saint pour répondre au but principal de ce genre littéraire « qui n’est pas l’élaboration de modèles mais la fixation et la transmission du souvenir bio-hagiographique d’un personnage reconnu comme saint/e ».

5L’ouvrage eut été incomplet sans un axe consacré aux modèles de sainteté et aux figures du saint dans leur variété typologique (ermites, moines, martyrs, hommes de religion, fondateurs d’ordres religieux, hommes et femmes laïcs), figures ancrées dans une tradition et dans le passé mais aussi toujours actuelles et réactualisées par la perpétuation des cultes et des miracles. Martyres et saintes de l’Afrique chrétienne, saint Malâmatî, (appartenant à la voie du blâme dans le soufisme), saint pèlerin chrétien, ascète en milieu rural dans l’Ifriqiya : l’élaboration d’une typologie renvoie à la quête d’invariants et d’un modèle tant anthropologique que spirituel, à la fois fonctionnel et commun au christianisme et à l‘islam, censé assurer à la sainteté un caractère universel.

6Plus rarement approfondi est l’axe qui rapproche sainteté et famille, étudié ici en contexte musulman. Le saint dans son milieu familial est considéré sous divers angles : l’image des femmes, mères et épouses de saints ; le saint, père de famille ; les relations conflictuelles dans un couple saint. Femmes mariées à la recherche de la sainteté, sainteté « ordinaire » dans les gestes du quotidien, conciliation des paternités, et plus largement des généalogies, charnelle et spirituelle, transmission du patrimoine matériel et spirituel du fondateur, autant de questions « marginales », touchant à des aspects plus intimes ou plus humains, sur lesquelles se penchent les auteurs, osant quitter les sentiers battus de la sainteté.

7Pas de saint sans prodiges pourrait-on dire, si l’on devait le réduire à un seul trait. Car c’est bien son charisme qui lui assure un statut social  et une reconnaissance auprès des hommes : faiseur de miracles, il est un personnage médiatique avec les implications et conséquences que cela suppose. Ne pas faire usage de la puissance dont il est investi est la marque de la sainteté attribuée au saint qui ignore l’abus de pouvoir et d’autorité. Dans cet axe consacré au charisme et à ses fondations en milieu islamique, les formes et fonctions du prodige sont étudiées dans le cadre du voyage et comme élément du discours hagiographique (Moyen Age et début XXe) en soulignant les vertus et récompenses, les pouvoirs et contre-pouvoirs et l’institutionnalisation des pratiques sociales qui en émergent. Quant au charisme, il fait l’objet d’une réflexion sur les modalités de sa transmission entre le fondateur d’une confrérie et ses successeurs, centrée sur le Maroc médiéval. La question de  l’hérédité du patrimoine spirituel, à partir d’une tradition hagiographique qui valorise les familles charismatiques,est au cœur du débat : l’existence – et la coexistence – de deux modèles de sainteté, sainteté lignagère et sainteté spirituelle, est mise en lumière et les controverses qu’ils suscitent sont évoquées.

8Le cinquième et dernier axe sollicite l’ethnologie et l’anthropologie  pour traiter des lieux et culte du saint/sainte, en particulier du rapport à l’espace que constituent, outre la mosquée, les différents lieux de pratique et d’attache du maître et des disciples. La fluctuation de leur désignation (khânqâh, ribât, tékké et zâwiya) selon le contexte historique et géographique est développée en prenant pour point de départ l’Égypte moderne.

9La situation d’une compétition entre saints pour le monopole d’un lieu, illustreavec le cas contemporain de « l’implantation d’un nouveau candidat au culte » à Padoue, une relation de pouvoir entre groupes laïcs et religieux en présence.

10Le rôle de ces derniers, loin d’être négligeable dans le culte rendu aux saints, est étudié à partir d’une enquête ethno-anthropologique et psychique, menée en Tunisie, révélant les formes d’action et d’efficacité du saint/e après sa mort, la construction des représentations, la production des liens sociaux autour de la tombe, l’attente des participants durant les rituels dans les expériences de transe et possession.

11Si les études dont nous venons de souligner l’intérêt sont « une étape sur la longue route de la comparaison entre les formes de la sainteté et les visages multiples du saint… pour souligner les différences et ressemblances d’une tradition à l’autre » qu’il nous soit permis d’émettre le souhait d’y ajouter le judaïsme, pour une prochaine production sur « le saint et la sainteté dans les trois monothéismes » avant d’inclure les religions asiatiques…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mireille Loubet, « AmriNelly,GrillDenis, (dir.), Saint et sainteté dans le christianisme et l’islam, le regard des sciences de l’homme, Paris, Maisonneuve & Larose, Aix-en-Provence, MMSH/IREMAM, 2007, 372 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6097

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page