Navigation – Plan du site
II. Lectures

Boissevain Katia, Sainte parmi les saints. Sayyda Mannûbiya ou les recompositions cultuelles dans la Tunisie contemporaine, Paris, Maisonneuve et Larose / IRMC, 2006, 261 p.

Loïc Le Pape
p. 274-276

Texte intégral

1L'ouvrage de Katia Boissevain s'inscrit dans la longue tradition des études sur les cultes des saints et les rituels qui leur sont associés dans le monde arabe. Son ouvrage, tout en restant fidèle à cette démarche, propose en plus des pistes novatrices qui concourent à renouveler la façon de travailler les cultes des saints aujourd'hui.

2L'ouvrage se propose de regarder au plus près la religiosité en Tunisie en suivant les transformations d'une forme de piété populaire (et parfois décriée), les visites des croyants aux saints et le culte qui leur est rendu. Trois aspects assez originaux de l'étude ont permis à K. Boissevain de proposer un regard très novateur qui concourt à renouveler l'étude du culte des saints. Le premier aspect est que ce n'est pas un saint, mais une sainte qui a fait l'objet des recherches : Sayyda Mannûbiya est une sainte médiévale du XIIIe siècle, née en Tunisie dans un village proche de Tunis, La Manouba. Réputée fort belle, elle est venue vivre à Tunis, suscitant autant d'adhésions à sa spiritualité que de tensions lié à son mode de vie particulier (non mariée, la légende veut qu'elle ait séduit les hommes pour les ramener vers Dieu). Deuxième aspect original, la sainte rurale établie en ville a suscité à sa mort l'édification de deux sanctuaires qui coexistent encore aujourd'hui, et au sein desquels on trouve des différences dans la fréquentation et les rituels. L'étude s'est donc logiquement consacrée à deux lieux, ce qui renverse la perspective d'un culte localisé à un seul endroit. Enfin, troisième originalité, plutôt que de se consacrer à l'étude de l'hagiographie de la sainte et des rituels qui lui sont destinés, l'auteure propose de suivre les croyants dans leurs trajectoires rituelles, dans et en dehors des sanctuaires, afin de mieux prendre en compte la diversité des rituels et dévotions, des appartenances et des adhésions. Ces trois aspects combinés permettent de proposer une lecture très contemporaine du culte des saints et des transformations de la pratique religieuse dans la Tunisie d'aujourd'hui.

3L'auteure propose pour commencer une lecture contemporaine des histoires et légendes de Sayyda Mannûbiya en essayant de lier ce qui, dans l'hagiographie de la sainte, permet (ou a permis) de construire une figure spirituelle d'aujourd'hui. Sayyda Mannûbiya possède des caractéristiques qui concourent à en faire une sainte à part, parmi les saints : elle est femme, et reste femme malgré la tendance à la « dé-féminisation » des saintes. Elle est auréolée d'une réputation sulfureuse, accostant les hommes jusque dans les tavernes pour mieux les mener vers l'amour de Dieu. Elle est aussi vengeresse, frappant de son courroux les hommes qui ne croyaient pas à sa sainteté, jetant même une malédiction sur La Manouba, son village d'origine. Sayyda Mannûbiya est aussi une sainte autonome et indépendante puisqu'elle refuse le mariage arrangé par son père et qu'à la suite de ce refus, elle part s'installer en ville, à Tunis, pour y suivre l'enseignement d'un maître soufi, Sîdî Bel Hassen el-Shâdidhilî. Enfin, elle ne sera pas mariée et n'aura pas d'enfant. Ces caractéristiques brossent le portrait d'une sainte « non conventionnelle », capable de fédérer un grand nombre de croyants et croyantes.

4Le culte de Sayyda Mannûbiya se partage aujourd'hui entre le sanctuaire de La Manouba, édifié à la place de la maison de son père et Tunis, le sanctuaire occupant l'endroit où elle priait. La sainte est ainsi célébrée en deux lieux, qui se sont transformés au fil du temps (et notamment en survivant à la lutte de Bourguiba contre les confréries) et au fil des recompositions spatiales (dues essentiellement à l'exode rural et aux transformations économiques de la région de Tunis, pp. 54-68). La « plurilocation » de ce culte, éclairée par des descriptions minutieuses, fait dire à l'auteure que Sayyda Mannûbiya fait lien, par son histoire et par la localisation des sanctuaires, entre l'urbain et le rural, le privé et le public, entre un islam populaire et un islam soufi.

5La deuxième partie de l'ouvrage se concentre sur l'analyse des rituels masculins et féminins dédiés à la sainte dans chacun de ses deux sanctuaires. Là encore, par l'examen de leurs différences, l'auteure insiste sur l'extrême diversité des relations que les croyants entretiennent avec la figure sainte ainsi que les multiples types d'affiliation. Une analyse des professionnels masculins et féminins du culte montre l'importance de la gestion sexuée des rituels qui se tiennent à des moments différents de la journée et de la semaine : dans l'un comme dans l'autre sanctuaire, on peut assister à des visites pieuses de femmes dans la journée, à des rituels soufis masculins le soir, à des danses de possession et de transe féminines certains jours, voire à des séances de divination. Ce sont les hommes qui se chargent de l'évocation mystique de la sainte, qui est la seule sainte tunisoise à accueillir des cérémonies masculines. La confrérie Shâdhiliya, très présente à Tunis, tend à imposer le culte de Sayyda Mannûbiya dans une filiation soufie, en lien unique et exclusif avec son maître Sîdî Bel Hassen el-Shâdidhilî. Les rituels féminins, quant à eux, tendent à accréditer une sainte plus charismatique, dans l'action plus que dans la méditation, plus proche d'une religiosité populaire qui interfère directement avec le monde des jinn-s. K. Boissevain analyse d'une manière éclairante ces rituels féminins faits de transes de possession, de contacts avec les jinn-s, d'adresses à la sainte et de paroles sacrées, en mêlant admirablement descriptions, comparaisons et contextualisations. Parmi les autres professionnels du culte, la figure de la musicienne principale (qui gère le culte féminin et assiste parfois aux rituels masculins) est une indication précieuse des mobilités et des marges d'autonomies qui peuvent se créer dans la gestion des sanctuaires (pp. 102-108). Apparemment donc, tout concourt à opposer les hommes et les femmes dans les célébrations de la sainte. Pour autant rappelle l'auteure, c'est la complémentarité qu'il faut retenir de ces divisions sexuelles, car la sainte est surtout frontière entre hommes et femmes, jeunes et personnes âgées, mystique et possession, horizontalité et verticalité. Elle est aussi passerelle, permettant à diverses affiliations religieuses de cohabiter : « les dévotions multiples permettent de se placer sur plusieurs registres identitaires, par le biais d'un jeu d'articulation entre culte des saints et origines » (p. 220). Le culte de Sayyda Mannûbiya permet donc de faire cohabiter des temps et des espaces différents.

6Prendre au sérieux l'idée d'une « sainte frontière et passerelle » impliquait méthodologiquement de   « sortir de la confrérie » et de suivre les croyants dans leurs trajectoires « d'une zâwiya à l'autre » (p. 172), d'un lieu à un autre, ce que présente l'auteure dans la troisième et dernière partie. Plutôt que de se consacrer à l'ethnographie de lieux définis (les sanctuaires), elle propose l'analyse des trajectoires rituelles des « filles de Sayyda ». Ce détour est original et décisif car il suppose une religion en mouvement qui n'est pas cantonnée aux sanctuaires et qui offre au chercheur de vivre la circulation et le partage des rituels et des affiliations. On découvre ainsi la multiplication des cérémonies domestiques qui permettent tout à la fois de « neutraliser l'impureté potentielle » de la zâwiya, de sacraliser temporairement l'espace privé, de permettre des transes individuelles tout en laissant de la place à une forme de mixité sexuelle. De même, on apprend que le culte de Sayyda Mannûbiya s'accorde très bien avec la « mode » du Stambeli, un vieux rituel d'origine servile qui revient en force en Tunisie, notamment dans les classes aisées : « l'association entre Sayyda Mannûbiya et le Stambeli est une mise en relation d'espaces imaginaires, de l'Afrique et de l'Orient, au carrefour desquels certaines sphères sociales puisent leurs référents « authentiques » qui s'opposent ostensiblement à des référents quotidiens perçus comme relevant d'une modernisation occidentalisée » (p. 187).

7Cette circulation entre privé et public, sanctuaires et appartements, affiliations locales et générales est sans conteste l'aspect le plus novateur de l'ouvrage. Il permet, à partir de la figure d'une sainte, de suivre les recompositions religieuses en cours en Tunisie : une pratique fluctuante, l'organisation de rituels privés, parfois de grandes cérémonies selon les âges de la vie (mariages, enfants, etc.). Il permet aussi de montrer la diversité des affiliations, les croyants étant « fils ou fille de Sayyda », mais aussi parfois d'un autre saint, plus local, ou simplement différent. Sayyda Mannûbiya se présente sous cet angle comme une sainte fédératrice et tolérante : elle autorise des rituels masculins et féminins, des cérémonies publiques et privées, s'accommode du Stambeli ou de la divination. Malgré son histoire controversée, « toujours décalée face à la norme, (...) à la lisière de ce monde féminin sans pouvoir être entièrement intégrée au monde masculin » (p. 227), elle est « la sainte des jeunes mariés » (p. 210) et on vient la célébrer pour obtenir une guérison ou une belle descendance. Capable de représenter toutes les femmes sans exiger trop d'elles, elle est « sainte englobante » et « sainte frontière » car « il est possible de passer par elle pour traverser une frontière, mettant deux espaces en communication, qu'il s'agisse d'espaces régionaux, d'espaces imaginaires ou d'espaces sociaux » (p. 221).

8Il faut aussi souligner une rigueur dans les définitions, l'exposition des hypothèses et dans la narration de la recherche. Il y a dans cet ouvrage un véritable travail sur le texte : les explications sont toujours éclairantes, jamais longues et les descriptions ethnographiques très réussies (les sanctuaires p. 71-74, les personnes chargées du culte, p. 96-108, les rituels p. 160-164 ; 212).

9Cet ouvrage nous présente donc les cultes d'une sainte qui est très populaire à Tunis et en Tunisie. Sainte vénérée, devenue patrimoine local, Sayyda Mannûbiya est aussi une sainte politique. Un regard spécifique sur l'inscription religieuse de la sainte dans la sphère politique eut été fécond, car le politique affleure dans le livre, il n'est jamais loin (les cérémonies soufies se terminent par des louanges au président Tunisien, p. 123). L'ouvrage rapporte les rumeurs attribuant la réfection d'un sanctuaire au président Ben Ali qui l'aurait vu en rêve, tandis que son épouse fréquenterait épisodiquement l'un ou l'autre des sanctuaires. Quelle que soit la véridicité des faits, la seule existence de ces rumeurs contribue au prestige actuel de Sayyda Mannûbiya, bien au delà de la simple dévotion populaire, et l'inscrit aussi dans la vie politique. Au final, l'ouvrage de Katia Boissevain prouve, avec une belle réussite, la nécessité d'un regard anthropologique sur les transformations de la société tunisienne dans son ensemble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Le Pape, « Boissevain Katia, Sainte parmi les saints. Sayyda Mannûbiya ou les recompositions cultuelles dans la Tunisie contemporaine, Paris, Maisonneuve et Larose / IRMC, 2006, 261 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6099

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page