Navigation – Plan du site
II. Lectures

Copeaux Étienne, Mauss-Copeaux Claire, Taksim ! Chypre divisée, 19642005, Lyon, ædelsa éditions, 2005, 234 p., cartes*

Marc Aymes
p. 296-298

Texte intégral

  • *  NB : la maison d’édition ædelsa ayant dû cesser ses activités, le livre est désormais diffusé par (...)

1Chypre semble décidément offrir un « terrain » florissant à ceux qu’il est convenu d’appeler les anthropologues. Citons notamment, parmi les chantiers auxquels l’île a donné lieu au cours des dernières décennies : la vie rurale sous administration coloniale britannique, marquée par le diptyque de l’honneur et l’infamie (Peristiany 1965) ; les jeux d’échelle des pouvoirs villageois et des tueries inter-communautaires après l’indépendance de 1960 (Loizos 1975) ; ou encore les figures de bandits (Sant Cassia 1993, puis Bryant 2003). Ce feuilleton connaît ces dernières années un nouvel épisode, avec pour souci premier la « ligne verte » tracée en travers de l’île, dans la plaine de Mésorée, depuis l’intervention militaire turque de 1974. L’idée est de considérer cette « zone morte », empiriquement et épistémologiquement, comme un symbole de « la béance vide au milieu » et de « l’espacement conceptuel que suppose toute opposition binaire » (Papadakis, Peristianis, Welz 2006 : 3. Cf. Calotychos 1998, Papadakis 2005 et 2006).

2L’ouvrage d’Étienne Copeaux et Claire Mauss-Copeaux s’inscrit lui aussi dans cette actualité de l’anthropologie à Chypre. La « béance », ou si l’on préfère la complication de la partition interne, y figure en effet au tout premier rang. Cela commence avec le titre de l’ouvrage : taksim, c’est le mot d’ordre de la partition adopté par certains responsables politiques chypriotes turcs à partir des années 1950. À ce slogan politique, cependant, E. Copeaux et C. Mauss-Copeaux montrent que se superposent d’autres connotations et d’autres affects : amertume, nostalgie, chagrin. Dès les premières pages de Taksim !, quelques allers-retours entre deux villages jumeaux de part et d’autre de la ligne de partage, Gialia et Yayla, suffisent à camper la difficile expérience de « terrain » sur lequel les auteurs ont cherché à prendre pied, et à fixer la tonalité générale de leur ouvrage : « Nous sommes inquiets, notre enquête progresse mais le chagrin de nos interlocuteurs l’accompagne » (14). Cette inquiétude, avertissent les auteurs, « le lecteur devra s’y faire » (11). Un brin bourrue, la formule veut au premier chef signaler les imbroglios terminologiques (par exemple entre « turc », « grec » et « rum ») auxquels Chypre confronte l’écriture des chercheurs. Cependant sa portée outrepasse largement ce seul point de vocabulaire : l’avertissement vaut invitation à découvrir la complexité de la société nord-chypriote, auxquels les auteurs ont consacré plusieurs années d’enquête, entre 1995 et 2003.

3La table des matières de l’ouvrage pourrait laisser espérer une compensation à cet inconfort. Nul doute à cet égard que les lecteurs non spécialistes apprécient les éléments de cadrage qu’offre la première partie (23-70) : en quelques dizaines de pages concises et précises, est déroulée sous nos yeux la durée historique de ce « conflit de faible intensité » (51) qu’est la « question chypriote », en même temps qu’est campé le décor de la géographie physique et humaine de la « République turque de Chypre du Nord ». Ces éclairages sont, bien davantage qu’une toile de fond vite expédiée, une trame pour comprendre les rencontres relatées dans la suite de l’ouvrage, avec ces hommes qui éclatent en sanglots (123) ou demeurent interdits d’accablement (96).

4Le récit de ces rencontres se distribue en deux parties centrales : « Le visible », d’un côté, où comment turquification et islamisation imposent leurs marques à la topographie concrète et symbolique de Chypre Nord, jusque dans l’entretien du détruit comme trace de la destruction (71-106) ; « L’invisible », de l’autre côté, travaille à mettre en évidence des frontières ou des nostalgies plus inattendues, prenant le contre-pied des simplifications nationalistes (107-158). Semblable structure en diptyque aurait également tout pour rasséréner ; de multiples indices, cependant, laissent affleurer son caractère d’artifice trop commode. Ainsi est-il question, au beau milieu des chapitres sur l’invisible, des « photographies utilisées ad nauseam aux fins de propagande » (155)… Et la partie finale du livre, « Entre deux mondes » (159-215), confirme que le malaise de l’entre-deux doit l’emporter sur l’aplomb des dichotomies acquises.

5À ce titre, l’ouvrage d’E. Copeaux et C. Mauss-Copeaux s’apparente à un travail de catalyse - au sens étymologique : dissolution, décomposition pour mieux recomposer - des catégories pré-définies. Un exemple : vous pensiez qu’il existe une solidarité nationale supposée entre Turcs de Turquie et de Chypre ? En fait, soulignent les auteurs, le rejet pur et simple le dispute à la reconnaissance et à la fierté (161 sqq.), et nombreuses sont les marques de « mépris réciproque » (175), voire d’« hostilité xénophobe » (179), entre Chypriotes turcs et colons anatoliens. Ajoutez à cela que ces derniers eux-mêmes peuvent difficilement être décrits autrement que comme « une population composite » (172)… Jusqu’à la fin, nous gardons cette impression d’avoir affaire à une « pelote indémêlable » (179). Cela suffit à rendre cet ouvrage extraordinaire.

6Cette prudence théorique de tous les instants, qui caractérise le travail des auteurs, va de pair avec leur souci du détail ethnographique, en tant qu’il définit les conditions dans lesquelles se construit la « relation d’entretien » (95). L’enquête, nous expliquent-ils, fait fond sur le choix de la « lenteur piétonnière » (16). Parfois c’est une promenade en compagnie d’un villageois, qui « favorise la discussion à bâtons rompus » (168). Mais le plus souvent la discussion se tient au café, tenu pour le lieu où « se fait la politique, celle du village et celle de l’île » (17). Là, les interlocuteurs sont « toujours des hommes », policiers et instituteurs notamment, et « vieux surtout » (ibid.) ; mais d’autres occasions permettent d’affirmer avoir « touché presque autant de femmes que d’hommes de tous âges » (19), et des « contacts avec les enfants » donnent également accès aux « récits de l’intimité familiale » (90). Si, en outre, au café les enquêteurs se retrouvent souvent « prisonniers de [la] conversation » de « celui qui paie » (18), ce sentiment d’obligation courtoise n’exclut pas la venue de l’émotion (144-146). Par touches successives, sans fioritures, les auteurs décrivent les visages, les expressions (170). Ils en donnent aussi à voir l’arrière-plan : des paysages ruraux et urbains, où l’harmonie le dispute au « désordre » (14) (comme sur l’illustration de couverture), et qui sont l’occasion d’une écriture plus volontiers poétique (169, 172). Ce fin travail ethnographique implique autant l’oreille que l’œil… et peut-être la question de l’audible, au même titre que celle du visible, aurait-elle mérité de figurer au cœur de l’ouvrage. On pense à la musique bien sûr, martiale ou populaire, celle des hymnes ou de l’arabesk (fugitivement mentionnée : 179) ; mais aussi aux dialectes et aux accents ; ou encore aux bruits sourds des manœuvres militaires…

7Le souci ethnographique et la prudence théorique ne signifient pas, loin s’en faut, qu’aucun problème ne soit posé dans l’ouvrage. Le problème est celui de la coexistence à Chypre de deux « nationalismes symétriques » (25), des dynamiques d’identité ou d’altérité qu’ils produisent, et des zones d’incertitude qu’ils ménagent. C’est, en somme, la question des formes de l’intercommunautaire à Chypre aujourd’hui. L’approche qu’en proposent E. Copeaux et C. Mauss-Copeaux, on l’a dit, est d’une grande finesse. Il y a toutefois une difficulté, ou plutôt deux difficultés symétriques : c’est que, en regard de la richesse des données ethnographiques collectées, comme de l’importance des révisions théoriques auxquelles elles invitent, cette question de l’intercommunautaire apparaît comme un corset singulièrement contraignant. D’une part, en effet, l’ouvrage couvre un très large spectre de transformations socio-économiques survenues dans le nord de Chypre au cours des dernières décennies. Nous apprenons ainsi que « l’exode rural d’abord, la rurbanisation ensuite, a changé les vies, brassé les populations, mêlé les origines, plus vite encore que ne l’aura fait la guerre » (137). Ailleurs, on relève en passant que « les supermarchés qui ont envahi la partie nord » n’ont pas altéré la culture culinaire locale (190). La complexité des mouvements migratoires à l’échelle régionale, bien que tout juste esquissée, n’est pas omise (62. Cf. Pérouse 2000). Bref, les auteurs montrent que la zone morte n’est pas l’alpha et l’oméga de la vie à Chypre. Pourquoi, dans ces conditions, l’avoir laissée occuper le terrain ? L’existence historique d’une « question chypriote » peut-elle tenir lieu de raison suffisante ? La question se pose d’autant plus que (et c’est l’autre versant de la difficulté) la variété du matériau réuni par les auteurs invite à examiner à nouveaux frais la manière dont nous concevons les « communautés » et la violence qu’elles produisent parfois. Cet enjeu est ici omniprésent : tout dans cet ouvrage incite à une critique radicale, plutôt qu’à une tacite reconduction, de la question de l’intercommunautaire en tant que problème-clé. Cependant cette critique n’est pas non plus vraiment mise en œuvre, tout au plus effleurée (194). À l’exception de succinctes invitations à considérer le cas chypriote comme « un problème actuel et européen » (15), les auteurs demeurent soigneusement en retrait de toute montée en généralité. Comme si, défiée, contournée, traversée enfin, la zone morte n’en devait pas moins toujours accaparer les esprits, et placer Chypre sous embargo théorique. Taksim !, pourtant, vient prouver par l’exemple qu’il est possible, et même nécessaire, de quitter des yeux la ligne verte de Mésorée. Vivement le prochain épisode des aventures de l’anthropologie à Chypre.

Haut de page

Bibliographie

BryantRebecca, 2003,« Bandits and “Bad Characters” : Law as Anthropological Practice in Cyprus, c. 1900 », Law and History Review, 21(2) : 243-270.

CalotychosVangelis (dir.), 1998,Cyprus and its People : Nation, Identity, and Experience in an Unimaginable Community 1955-1997, Boulder, Westview Press.

Loizos Peter, 1975,The Greek Gift : Politics in a Cypriot Village, Oxford, Basil Blackwell.

Papadakis Yiannis, 2005,Echoes from the Dead Zone : Across the Cyprus Divide, Londres, I.B. Tauris.

 — (dir.), 2006, Postcolonial Studies, vol. 9, n° 3 : Cyprus.

Papadakis Yiannis, Peristianis Nicos, Welz Gisela (dir.), 2006, Divided Cyprus. Modernity, History, and An Island in Conflict, Bloomington, Indiana University Press.

Peristiany John (dir.), 1965,Honour and Shame : The Values of Mediterranean Society, Chicago, Chicago University Press.

Pérouse Jean-François, 2000, « Migrations et mobilités dans le Nord de Chypre, après 1974 : quelques indices », dans Travaux de la Maison de l’Orient méditerranéen, 31 : Chypre et la Méditerranée orientale : 93-105.

Sant Cassia Paul, 1993, « Banditry, Myth and Terror in Cyprus and Other Mediterranean Societies », Comparative Studies in Society and History 35/4 : 773-795.

Haut de page

Notes

*  NB : la maison d’édition ædelsa ayant dû cesser ses activités, le livre est désormais diffusé par le service des publications de la Maison de l’Orient Méditerranéen, 7 rue Raulin 69007 Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Aymes, « Copeaux Étienne, Mauss-Copeaux Claire, Taksim ! Chypre divisée, 19642005, Lyon, ædelsa éditions, 2005, 234 p., cartes », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6103

Haut de page

Auteur

Marc Aymes

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page