Navigation – Plan du site
II. Lectures

Ferrié Jean-Noël et Santucci Jean-Claude (dir.), Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord, CNRS Editions, 2006, 196 p.

Lahouari Addi
p. 289-293

Texte intégral

1Voici un ouvrage de science politique des États Nord Africains dense, cohérent et remarquablement homogène, compte-tenu de son caractère collectif. Composé de sept contributions couvrant le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et l’Egypte, il débute sur une substantielle introduction, où les coordinateurs esquissent le cadre théorique de la construction de l’objet de la science politique dans cette région. Ils évoquent avec raison les analyses produites par le CRESM (Centre de recherches et d’études sur la Méditerranée ?) à Aix en Provence– devenu entre-temps IREMAM (Institut de recherche et d’étude sur le monde arabe et msulman) – et soulignent que les notions de démocratie, d’institutions, de légitimation …  ont toujours été présentes dans les problématiques élaborées par M. Flory, M. Camau, J. Leca, J.C. Vatin, etc. Bien sûr, durant les années 1960 et 1970, la légitimité des élites issues du mouvement de libération nationale était encore intacte, au service d’un projet de modernisation qui ne s’encombrait pas de multipartisme ou de liberté d’expression, mais qui visait la démocratie dite réelle, celle qui profiterait aux paysans et aux démunis, leur offrant de la terre, des emplois et des écoles pour leurs enfants. Cette promesse n’a été que faiblement réalisée et, dès les années 1980, les régimes de la région ont dû lâcher du lest, introduisant des « dispositifs démocratiques » (liberté d’association et d’expression, multipartisme, parlements avec des oppositions légales…) qui, malheureusement, n’ont pas déclenché les effets du « cercle vertueux » évoqué par Jean-Noël Ferrié. « Cette mutabilité des dispositifs autoritaires en dispositifs démocratiques, écrivent J-N. Ferrié et J-C. Santucci, est au centre du présent ouvrage » - même si, plus que de démocratisation, on est en présence d’une rhétorique de la démocratisation…(p. 14).

2Le titre est pourtant deux fois trompeur. Trompeur d’abord parce qu’il n’est nullement question, dans les différents textes, de démocratie ou de transition démocratique. Si des réformes ont été entreprises pour une plus large participation politique, l’autoritarisme se rattrape ou se « sur-rattrape sur les ouvertures impulsées » (Kienle, p. 119), ce qui annule les changements espérés. Trompeur ensuite parce que dans un livre portant sur l’Afrique du Nord, l’Égypte a une place de choix (il est vrai que l’Afrique du Nord, concept géographique, est à distinguer du Maghreb, concept géopolitique) : trois contributions sur sept lui sont consacrées. Ce poids de l’Égypte se justifie pour ce que ce pays reflète, pour le pire et pour le meilleur, les dynamiques du Monde arabe. Á l’avant-garde aussi bien des idéologies populistes-nationalistes dans les années 1950 et 1960 que islamistes dans les années 1970 et 1980, il illustre aujourd’hui la routine bureaucratique qui a pris le dessus dans les pays arabes et des dispositifs autoritaires qui empêchent le multipartisme de produire ses effets sur la vie institutionnelle. Dirigé par Hosni Moubarak depuis 27 ans, le régime égyptien ne s’embarrasse même pas de mettre les formes pour survivre : refus d’intégrer les islamistes modérés dans les institutions, refus d’autoriser des partis jugés douteux, trucage massif des élections, subterfuge des candidats indépendants (le parti du pouvoir perd les élections mais garde la majorité grâce à leur ralliement). Ces violations de l’esprit des élections se produisent malgré la résistance de quelques juges qui vont jusqu’à défier les gouvernants en annulant des scrutins, sans que cela ne remette en cause le régime. La société civile égyptienne, la plus vigoureuse de la région, n’a pas été en mesure de changer le rapport de forces dans le champ politique.

3Les différentes contributions montrent l’acharnement des régimes en place à perdurer, l’échec de leurs politiques économiques et sociales et la perte de leur légitimité. Toutes les ressources sont utilisées pour parvenir à un paradoxe que la science politique tente d’expliquer : un multipartisme sans alternance électorale ! Les populations ont le droit de voter, mais pas celui de choisir d’autres dirigeants que ceux en place depuis plusieurs décennies. Dans un monde qui a changé, au moins depuis 1989 avec l’effondrement des systèmes à parti unique des pays de l’Est européen, aucun régime ne peut désormais prétendre s’approprier le pouvoir sans se référer aux élections. L’idée que seules les élections sont source de légitimité est largement admise dans le Monde arabe, et ceci est en soi révolutionnaire. Les dirigeants l’acceptent et, pour se mettre à l’abri de ses conséquences, ils se sont appropriés l’électorat ! Ce que la science politique ne souligne pas suffisamment, c’est que l’électorat est un enjeu, et que si les urnes ne sont pas défendues, l’administration, ventriloque par nature, fera « parler » l’électorat dans le sens qu’elle souhaite. Le trucage des élections signifie que les régimes en place n’acceptent pas que l’électorat ne leur soit pas fidèle. Ils corrigent les résultats pour ne pas avoir à recourir à l’annulation des élections « à l’algérienne ». Pour cela, ils se sont appropriés trois ressources : la police, sans laquelle le trucage n’est pas possible ; la justice incapable d’annuler des scrutins falsifiés ; et enfin, l’armée pour réprimer la contestation violente des résultats ou arrêter des élus de l’opposition au cas où ils sont élus. La démocratie n’est pas une idéologie, c’est un rapport de forces (entre gouvernants et gouvernés) qui se traduit dans les institutions. Pour éviter l’alternance, les dirigeants feront preuve d’imagination pour inventer des « dispositifs » en fonction des concessions qu’ils semblent formellement accepter. En Égypte, lorsque les juges, en 2000, ont supervisé le déroulement du scrutin et contrôlé le dépouillement des résultats, le bourrage des urnes ayant été rendu difficile, « c’est à l’extérieur des bureaux et en amont du vote à proprement parler que se sont joués les résultats » (Boutaleb, p. 24). La police filtrait à l’entrée les électeurs. « Une nouvelle forme de délit de faciès a été le critère de la drastique sélection des votants à l’entrée des bureaux de vote… » (ibidem).

4Toutes les contributions détaillent ces mécanismes qui évitent l’alternance électorale et annihilent les effets de ce que J.N. Ferrié appelle « le cercle vertueux ». Il souligne, en s’appuyant sur les exemples de l’Égypte et du Maroc, que si la démocratisation ne s’est pas enclenchée, ce n’est pas parce que les électeurs auraient « une mentalité » anti-démocratique. « Je partirais de l’idée, écrit-il, que les régimes autoritaires ont mis en place une architecture constitutionnelle particulièrement ‘manipulative’, c’est-à-dire une architecture falsifiant profondément l’expression des préoccupations des gouvernés. Nous retrouvons ici le mécanisme du ‘cercle vertueux’ mais, au lieu de favoriser la consolidation de la démocratie, il favorise, dans un premier temps, la pérennité de l’autoritarisme… » (Ferrié, p. 92). Il n’est pas étonnant que des auteurs partant de perspectives théoriques différentes en viennent à la même conclusion : la tentative (absurde) de dépolitiser le politique. Olfa Lamloum écrit au sujet de la Tunisie que les « résultats des élections législatives et présidentielles de mars 1994 ont été une preuve tangible de la volonté de dépolitiser définitivement toute critique » (p. 132). Pour elle, l’évolution de la Tunisie, de Bourguiba à Ben Ali, est l’illustration du dépérissement de la légitimité historique ou de son gaspillage dans les années 1970-80. « Au fil de la crise de la fonction de redistribution de l’État, au fil de l’érosion du régime bourguibien, le PSD a largement perdu de sa légitimité. Il est devenu de plus en plus un réseau clientéliste contrôlé par des factions se disputant privilèges et intérêts, voire un tremplin pour la corruption organisée » (Lamloum, p. 139). Pour sauver le régime de l’effondrement, le général Ben Ali, ministre de l’Intérieur puis Premier ministre de Bourguiba, a dû opérer un coup d’État, bien accueilli par une opinion publique inquiète de la sénilité du Président à vie. Mais moins d’une année après le changement, le nouveau régime mettait en place des dispositifs autoritaires pour s’opposer à la ‘dérive démocratique’. « Á partir des élections d’avril 1989, écrit O. Lamloum, le réflexe sécuritaire est de nouveau à l’œuvre. Il est profondément enraciné dans la structure du pouvoir lui-même » (idem, p. 136).

5Dans leur volonté de perdurer, les régimes d’Afrique du Nord n’ont finalement que deux options : le réflexe autoritaire qui va du trucage des élections à la répression des expressions des contestations, et la mise en place d’un « champ politique apolitique ». En écho à O. Lamloum,  A. Roussillon et J.N. Ferrié construisent une problématique de « l’apolitisme du politique ». Nous touchons là le fond du problème : la substance du politique, c’est la compétition pour le pouvoir. Comme ces régimes rendent illégale ou impossible la compétition institutionnelle que prévoient les « dispositifs démocratiques » auxquels ils ont consentis, c’est l’objet même de la science politique qui se trouve en question. D’où la surprenante – et pertinente – formule de Roussillon et Ferrié lorsqu’ils parlent de l’apolitisme du politique voulu par la monarchie marocaine. Dans les négociations pour nommer Abderrahim Youssoufi comme Premier ministre, Hassan II lui avait imposé que son autorité n’englobe pas les ministères de l’Intérieur (le monopole de la violence), de la Justice (le monopole de la légalité) et des Habous (le monopole sur la symbolique religieuse). A. Youssoufi devait être un Premier ministre apolitique, présidant un gouvernement aux tâches techniques : commerce, finances, tourisme… Le politique, c’est la prérogative du Roi, seul souverain, cherchant le compromis le plus large possible, dans les limites de la préservation de son pouvoir sur les hommes et sur la société. Á cette fin, tout est négociable, sauf les ressources qui permettent à la monarchie de survivre, d’où cette dialectique de l’implicite et de l’explicite qui régule le système politique marocain et que déchiffre Rkia Mossadeq à travers « les labyrinthes de la démocratisation ».

6En Algérie, le Commandement militaire occupe les mêmes fonctions que le Roi au Maroc, avec le même objectif : conserver la prérogative de coopter des élites civiles apolitiques pour diriger les services gouvernementaux. Le multipartisme, dans les deux cas, n’est qu’une façade puisqu’il est demandé à l’opposition de renoncer à prendre le pouvoir tout en participant aux élections. Dans ce jeu, le modèle algérien est celui qui apparaît à l’observateur extérieur comme le plus démocratique : une offre électorale diversifiée allant des islamistes aux trotskystes (24 sièges à l’Assemblée Nationale !), une presse autonome très critique du gouvernement (« la presse la plus libre du Monde arabe ») et une répression qui ne touche que les « intégristes islamistes » qui tuent des civils innocents. L’Union Européenne est émerveillée par « les convictions laïques et modernistes » de l’armée algérienne, seul rempart efficace contre l’intégrisme.

7John Entelis  propose une analyse pertinente des contradictions du système politique algérien, mais il ne perçoit pas la spécificité algérienne du champ de l’État : la structure double du pouvoir, l’un détenu par l’armée, et l’autre mandaté par celle-ci et exercé par le président et le gouvernement. La démocratisation en Algérie a consisté à soumettre à la contestation publique le pouvoir formel, d’où cette impression que « seule l’Algérie a fait preuve d’un engagement sérieux envers le pluralisme politique » (p. 64), alimentée par l’image d’une presse qui, contrôlée de manière subtile par le double monopole sur la publicité et l’impression, n’a le droit de critiquer que le pouvoir formel. Il lui est interdit de donner un autre point de vue sur les islamistes que celui du régime, de douter des communiqués officiels sur les attentats terroristes. Poser la question élémentaire « qui tue qui ? » suscite des éditoriaux hystériques. Pour le reste, la presse est libre de critiquer l’inaction du président et l’incompétence des ministres.

8La crise du système politique algérien est structurelle à deux niveaux. Au sommet de l’État où, quel que soit le président désigné par les militaires, celui-ci entre obligatoirement en conflit avec eux, lorsqu’il réalise que la politique décidée par des généraux anonymes est menée en son nom. Il cherche alors à faire passer son point de vue et à nommer des hommes qui lui sont fidèles, ce que l’armée refuse. Mais la crise se développe aussi au niveau des rapports entre l’État et la population. La logique policière veut que, au lieu que la population soit représentée dans les institutions de l’État, ce soient les services de l’État qui infiltrent les associations, les syndicats, la presse, les partis. Le système est si efficace que la population n’a aucune prise sur l’État, et qu’il ne lui reste que l’émeute, l’apathie ou la « harga » (émigration clandestine).

9Si la compétition légale pour le pouvoir est quasi-interdite, que reste-t-il à l’objet de la science politique en Afrique du Nord ? Pour découvrir les vrais enjeux du pouvoir et les problématiser, celle-ci doit recourir à la philosophie politique, l’anthropologie, la sociologie, la psychologie, l’histoire et, dans une moindre mesure, l’économie. Du fait de l’indifférenciation des pratiques sociales, ces disciplines sont susceptibles de fournir simultanément des clés d’interprétation des luttes sociales et politiques dans un contexte historique et culturel où ces pratiques ne se sont pas constituées en champs autonomes, pour reprendre un concept de Bourdieu, dans le sens où elles ne puisent pas en elles-mêmes leurs règles et conditions de reproduction. Le champ politique n’étant pas cristallisé ni suffisamment institutionnalisé, la lutte pour le pouvoir est régulée par la violence : celle du régime qui utilise les moyens coercitifs de l’État pour se maintenir, et celle de la société qui s’exprime par les émeutes, le terrorisme, la délinquance, ou encore l’apathie, forme de violence symbolique contre soi-même.

10Ceci suggère de ne pas mobiliser les modèles théoriques valables pour sociétés occidentales. Il convient au contraire de commencer par l’analyse empirique pour montrer comment telle société, à tel moment de son histoire, a obéi à une dynamique dont les forces principales seront ensuite modélisées selon telle ou telle approche théorique. Si l’on se réfère à l’expérience algérienne –paradigmatique à plusieurs égards – le Monde arabe n’a pas dépassé les contradictions de la légitimation du pouvoir. Michael Hudson (cité par Entelis) remarquait dès 1977 que plus un pouvoir est perçu comme légitime, moins il a recours à la coercition pour se faire accepter. Ce postulat est rejeté par certains comme étant entaché de culturalisme. Mais ils oublient que le politique est une représentation culturelle, associée à une norme de justice renvoyant à un étalon : la Nature, la Raison, la Nation… dans les sociétés sécularisées, la Religion, Dieu… dans les autres. Si les islamistes sont populaires, ce n’est pas parce qu’ils sont mieux organisés et plus combatifs ; c’est parce que leur discours correspond à la vision du monde de l’électeur moyen dans le Monde arabe. La science politique s’est focalisée avec raison, pour les sociétés occidentales, sur l’offre électorale pour analyser les systèmes démocratiques et, dans une perspective comparatiste, elle a tendance à apprécier, au moins sur le mode de l’implicite, les « déficits » des situations « non démocratiques » en termes de libéralisation ou délibéralisation (Kienle). Dans le Monde arabe, la science politique devrait prêter plus d’attention à la « demande électorale » et solliciter la sociologie et l’anthropologie. L’islamisme, comme objet analytique, ne correspond ni à la méthodologie de la science politique ni à ses concepts, à moins de conclure que les islamistes sont une aberration de l’histoire et qu’à ce titre, ils faussent la rationalité des modèles politiques. Les coordinateurs de l’ouvrage en sont conscients quand ils écrivent, dans l’introduction : « Reste la question de l’islamisme. Disons qu’elle n’a pas lieu d’être posée ici… La question se pose, bien sûr, de savoir si un parti qui prétend gouverner au nom de Dieu accepterait de ne dépendre que des hommes. Elle n’a jamais pu être résolue empiriquement, puisqu’aucun gouvernement de la région n’a jamais permis à des opposants de parvenir au pouvoir » (p. 15). Prudents, ils s’en remettent à la réalité empirique future, tout en faisant remarquer que les « dispositifs » autoritaires en vigueur aujourd’hui ne donnent pas la possibilité de vérifier empiriquement si un régime islamiste sera démocratique ou non. C’est ce que j’appellerais le « syndrome de la synchronie » qui coupe le champ politique de son histoire, c’est-à-dire de son passé et de son évolution. S’il y a une discipline qui doit être sensible à l’histoire, c’est la science politique car les rapports d’autorité sont façonnés par l’histoire qui témoigne de l’évolution des acteurs et de leurs idéologies. L’islamisme n’est ni une substance immuable ni une essence intemporelle ; c’est une aspiration à une plus grande participation politique formulée dans un discours religieux  appelé forcément à se modifier dans un monde désenchanté.

11Le pouvoir est un fait de nature, mais il est aussi une construction sociale fondée sur des processus de légitimation. Il se conquiert et se défend contre des adversaires implacables. Mais la force physique à elle seule ne suffit pas, d’où la nécessité d’un fondement légitime. Réalité anthropologique, il est autoritaire par essence, quelle que soit la culture qui l’exprime. L’autoritarisme des régimes arabes renvoie aux penchants naturels de l’homme. C’est ce que Machiavel, Hobbes, Rousseau, Kant ont enseigné tout au long du processus de formation historique des sociétés civiles européennes. Il faut rappeler cette hypothèse du pessimisme anthropologique pour mettre fin  au préjugé de « l’exception arabe » ou à l’interminable débat sur l’incompatibilité de l’islam avec la modernité ou la démocratie, comme si l’Eglise catholique au Moyen-Age avait combattu les « dispositifs autoritaires » des monarchies européennes. La perspective historique est nécessaire à toute réflexion sur le politique car le politique a une histoire qu’il façonne et qui le façonne. Le concept le plus important en la matière est celui de « ressources politiques » sans lesquelles le pouvoir sur les hommes se perd au profit d’autres compétiteurs. En schématisant, les régimes arabes, nés de la lutte contre la domination coloniale, ont été bâtis sur une légitimité historique qui s’est érodée après trois décennies (échec des politiques économiques et sociales, renouvellement des générations). Ils se perpétuent parce qu’ils arrivent encore à mobiliser des ressources politiques : la violence d’État (armée, police, administration judiciaire), l’économie (secteur dit public, méfiance vis-à-vis du marché, hydrocarbures, aide étrangère), le soutien des puissances occidentales effrayées par un changement géopolitique brutal, etc. Ils sont impopulaires et contestés par une majorité de la population qui s’est emparée de la ressource politique la plus abondante : l’islam. L’islamisme est l’expression de la lutte entre gouvernants et gouvernés dans une situation où le politique ne s’est pas autonomisé de la religion qui continue à structurer une vision du monde centrée sur la notion de justice. Ce n’est pas du développementalisme ni de l’occidentalocentrisme que de constater que le Monde arabe est confronté à une culture dominée par l’éthique religieuse qui, malgré les apparences, est en voie de sécularisation.

12Les systèmes politiques arabes ont à peu près cinquante ans d’existence sous la forme moderne de l’État-nation. Issus, pour certains d’entre eux, d’un combat où ils se sont identifiés à leurs peuples, en se substituant à eux, ce qui leur a permis de les ignorer, ils ont besoin de plus de temps pour se réarticuler à leurs populations. Malgré le pessimisme des auteurs, il ressort de ce livre que les lignes de partage entre gouvernants et gouvernés ont bougé, que les régimes sont sur la défensive. Ce n’est pas un mince apport.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lahouari Addi, « Ferrié Jean-Noël et Santucci Jean-Claude (dir.), Dispositifs de démocratisation et dispositifs autoritaires en Afrique du Nord, CNRS Editions, 2006, 196 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6105

Haut de page

Auteur

Lahouari Addi

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page