Navigation – Plan du site
II. Lectures

Mervin Sabrina (dir.), Le Hezbollah état des lieux, Paris, Sindbad/Actes Sud, 2008, 363 p.

Bruno Dewailly
p. 283-286

Texte intégral

1Au fil de quelque 360 pages, les 17 auteurs réunis autour de Sabrina Mervin, dans le cadre de l’Institut Français du Proche-Orient, s’attachent à présenter objectivement le Hezbollah et ses constituants sous des angles historique, anthropologique et politique. De quoi donner à réfléchir sur l'emploi, trop systématique et réducteur, du qualificatif "terroriste" à propos de cet objet complexe – ce fait social total – qu'est le Hezbollah.

2L’ouvrage regroupe 23 textes. Chacun d’eux aborde le parti sous un angle particulier. Avant propos synthétique, chronologie, calendrier des célébrations et commémorations, glossaire, bibliographie générale, et deux index viennent étayer le tout de manière fort utile. L’on regrettera toutefois l’absence de postface qui aurait permis de synthétiser la richesse des présentations et d’engager quelques perspectives de réflexion. Enfin, le glossaire aurait certainement gagné à être doté de quelques définitions supplémentaires utiles au non-initié. Car l’ouvrage est globalement de lecture facile et s’adresse à un public très large. Le chercheur, spécialiste de la question, n’apprendra rien de très nouveau. Il disposera néanmoins d’un livre de référence très solide offrant de nombreuses pistes de recherche.

3Sortir de la doxa

4Les trois premiers articles – leur place n’est certainement pas fortuite – traitent de la question des médias et des oppositions discursives entre le Hezbollah et ses adversaires. L’analyse du paysage médiatique du parti démontre comment, très tôt, ses cadres ont compris l’intérêt d’expliquer leur pensée et de médiatiser leurs actions. Relayant les hauts-faits de résistance et de guérilla de la part des combattants du Hezbollah, face aux Forces de défense israéliennes (Tsahal), la chaîne satellitaire du Hezbollah, el-Manar, connaît une forte hausse de son audience. Sa notoriété s’étend jusqu’en Europe et dans bon nombre de pays où vivent des musulmans. Dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001, la guerre médiatique entre l’idéologie dominante occidentale et celle du Hezbollah s’accentue. Tandis que depuis 2003, les gouvernements français et américain coopèrent au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies pour établir une résolution visant à contraindre le Hezbollah à désarmer, certains propos à caractère raciste - relatifs au Protocole des sages de Sion par exemple - véhiculés par el-Manar, sont prétexte à l’interdiction progressive de diffusion de la chaîne. En moins de trois ans, six canaux satellitaires lui sont interdits, privant l’organe d’une couverture planétaire compensée partiellement depuis par le biais d’internet. Cinq ans plus tard, force est de constater que le parti n’est pas désarmé, ni médiatiquement, ni militairement.

  • 1  Cf. par exemple le rapport de la Mission d’observation de l’Union Européenne (UE EOM), 2005, pp. 5 (...)

5Comment, en effet, ne pas évoquer, à la lumière des évènements de ces jours de mai 2008, la question si sensible des forces armées qu’entretient le parti. L’ouvrage l’aborde de manière très succincte, en une page et demie, commentaire d’une interview donnée par Ali Akbar Mohtachamipour, cofondateur du Hezbollah, au quotidien iranien Charq en août 2006. Choix éditorial étrange, qui détonne avec la teneur générale des travaux présentés, puisque au final, le lecteur n’est pas plus informé qu’après la consultation d’un magazine. Et pourtant, il eut été certainement intéressant de traiter de la question de l’armement du parti en s’interrogeant, par exemple, sur le fait qu’au Liban la violence n’est pas un monopole d’État. Certes, cela aurait contraint à s’écarter de l’objet Hezbollah proprement dit. Mais cela aurait permis en retour de s’interroger sur le caractère consociatif de l’État libanais par le biais de l’étude des actions déployées par le parti dans le champ politique national. Or, depuis la mi-novembre 2006 et la vacance présidentielle, le consocialisme, instauré par les accords de Taëf, n’est plus respecté. La démission d’environ un tiers des ministres du gouvernement Siniora - principalement chiites - est suivi de l’occupation du centre-ville du 1er décembre 2006 au 20 mai 2008. Tenter d’analyser la stratégie du Hezbollah au sein du champ politique libanais aurait également permis de questionner plus en amont le moment électoral des mois de mai-juin 2005, simulacre de démocratie plus ou moins cautionné par les pays occidentaux1 et l’Arabie Saoudite, tant la pratique de l’achat de voix y avait été poussée à un niveau jamais atteint, même auparavant, sous la férule des services de renseignements et militaires syriens.

6En pointant systématiquement les contradictions de la rhétorique du « deux poids deux mesures » issues des puissances occidentales, le Hezbollah développe sa légitimité.

7Une économie du Hezbollah

8Tout au long des chapitres, les auteurs donnent à voir la complexité de l’objet, laissant progressivement apparaître le Hezbollah à la fois comme un courant de pensée et comme une véritable contre-société dont est ici analysée l'économie d'ensemble.

9Histoire et politique, éléments constitutifs d’une mémoire collective, idéologie, discours, mythes, croyances, société, organisations, leaders, opposants, ennemis ou alliés, stratégies, investissements socio-éducatifs et de reconstruction sont tour à tour évoqués. Des premières actions de résistance vers 1982 aux opérations de reconstruction, après la guerre de 33 jours de l’été 2006, en passant par le déploiement de structures religieuses, éducatives, médicales, de loisirs, de récréation et de tourisme, l’ensemble des faits et gestes du parti et des acteurs dans sa mouvance interroge.

10Economie encore, car l’ouvrage nous fait parcourir l’espace de déploiement du Hezbollah à différentes échelles tant spatiales que temporelles. Les logiques locales (hawza,husayniyya, dawrât, quartiers, jam’iyya, etc.), territoriales (Dâhiya, Jabal ‘Amil, Liban, hâla islâmiyya, etc.) et réticulaires (hawza, liens interpersonnels, relations maîtres-élèves, Najaf, Qom, Iran, Irak, Syrie, etc.) aux temporalités variées, investies par une diversité d’acteurs et d’agents, invitent à prendre au sérieux le phénomène.

11Economie enfin, car ces regards sur la fabrication du Hezbollah mettent en lumière une dialectique incessante entre tradition et modernité génératrice de dynamiques sociales et sociétales foisonnantes de richesses.

12Un registre de gouvernementalité au service d’un ordre de justice

13Au fil des ans et des événements, et selon les personnalités qui contrôlent et développent le Hezbollah, son idéologie ne cesse d’évoluer et de se préciser. Fort d’une base de militants et de sympathisants en constante augmentation, son combat n’est pas tant d’ordre militaire que de l’ordre du savoir. Pour faire face à ce que le parti considère comme devant être combattu, ses cadres favorisent le déploiement de nombreux services, enseignements, et activités. Il semble alors que chacun d’eux participe à l’établissement d’un registre de gouvernementalité, sans toutefois être énoncé comme tel par l’ensemble des auteurs.

14À propos de l’établissement d’un ordre, l’ouvrage aurait peut-être gagné à analyser plus précisément les oppositions idéologiques entre le parti et les acteurs de la coalition du 14 mars. La pertinence d’une telle contribution paraît d’autant plus nécessaire que la présentation de l’actualité libanaise et des combats de ce mois de mai 2008 ne peut être réduite, comme c’est, hélas, trop souvent le cas, à une confrontation du mal contre le bien. La piètre qualité de l’information et les pseudo analyses semblent souvent initiées par un certain microcosme journalistique beyrouthin. Une majorité de médias français ne peut, consciemment ou non, faire siennes ces analyses, ou tout au moins ne relayer que celles-ci. Un journalisme objectif consisterait à énoncer une variété de points de vue, même s’il faut pour cela travailler en langue arabe. Car la presse libanaise, dont certains vantent – parfois à juste titre – la liberté, est également peuplée de journalistes qui se mettent au service du plus offrant. Ces derniers se rencontrent plus fréquemment au sein des secrétariats des parlementaires, occupés à négocier les tarifs du prochain feuillet, que dans leur propre officine de presse. Non seulement la majorité des médias libanais est la propriété de quelques entrepreneurs politiques, mais elle est fréquemment à la solde d’affairistes confondant allègrement privé et public.

15Par ailleurs, les acteurs « Finul » et « Finul renforcée » auraient pu être également interrogés. Certes, la présence ancienne de la Force internationale sur une partie de l’espace du Hezbollah et ses investissements, en termes de reconstruction et de services sociaux, ne sont certainement pas propres à concurrencer les œuvres du parti et des institutions situées dans sa mouvance. Il n’en reste pas moins que l’étude des interactions issues de ces deux acteurs collectifs demeure un champ digne d’intérêt pour analyser leurs registres réciproques de gouvernementalité.

16Mais revenons aux travaux présentés. La plupart d’entre eux montrent en filigrane que la formation aux savoirs hezbollahi permet d’envisager des constructions sociales à finalité sociétale en socialisant les individus par le biais de procédures d’assujettissement spécifiques (enseignement religieux, scolarisation, accès aux services de soin, pratiques de loisirs encadrées, registre des obligations, etc.). Ainsi formé, le sujet n’est plus un simple partisan au service d’une cause qui rencontre ses aspirations du moment. Il est surtout acteur de son propre devenir et responsable de celui de ses semblables face à Dieu et dans l’attente du Mahdî, à l’image de Ali, de Zeinab et des mujtahids qui montrent l’exemple.

17Les adeptes considèrent l’ordre de justice (Boltanski & Thévenot, 1991 et Boltanski et Chiapello, 1999) sur lequel le registre de gouvernementalité du Hezbollah se fonde comme légitime. Rien à voir avec celui qui est véhiculé par leurs adversaires occidentaux, chez qui la liberté s’est – du point de vue du Hezbollah - muée en oppression, domination et prédation (mécanismes de domination économiques et politiques, agressions militaires, création de l’état d’Israël, etc.)

18Instituer, c’est référer. Créer, c’est résister

19La plupart des études présentées font directement ou indirectement référence à certains des aspects de l’institution progressive du mouvement en un parti ; lequel est devenu aujourd’hui, aux dires de ces membres-sujets, une véritable société (p. 307). Ainsi, les mécanismes évoqués au fil de l’ouvrage ne sont pas sans rappeler ceux mis en évidence dans les travaux de Pierre Legendre. Ce dernier démontre de manière claire - à propos de la civilisation occidentale - comment le terme « instituer » vise consubstantiellement à faire tenir ensemble mais aussi à avoir l’air de tenir ensemble (Legendre, 2001). Et de rappeler que la capacité d’articuler une normativité à un fondement ne peut se réaliser sans la construction d’une « fiction qui met en place le discours garant des images et garant de la causalité ». Ainsi, la solidité d’une société s’évalue-t-elle en considérant « sa Référence, qui irradie tous les domaines des règles et des savoirs » (Legendre, 2001 : 41-42). À la lumière de ces considérations, on découvre alors une autre richesse de l’ouvrage. D’une part, l’ensemble des travaux rassemblés renseigne sur la portée du paradigme fondateur du Hezbollah – résistance islamo nationaliste au sionisme – qui façonne et normalise sa culture, et d’autre part, il questionne pour partie la problématique sociale du discours. Une telle perspective – la société comme texte – permet d’envisager une approche anthropologique des systèmes dogmatiques, telle que proposée par P. Legendre, celui du Hezbollah et celui ou ceux de ses détracteurs, opposants ou ennemis. Enfin, en rappelant qu’au Proche-Orient les relations internationales prennent « statut de lutte à mort dans le commerce de la vérité » (Legendre, 2001 : 216), cette approche permet de considérer pourquoi au Liban Sud également le slogan « créer, c’est résister, résister c’est créer » peut aussi posséder une actualité et une raison.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. et Chiapello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 843 p.

Boltanski L. et Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 483 p.

Legendre P., 2001, De la société comme texte, Paris, Fayard, 258 p.

Patrie B. et Espanol E., 2007, Qui veut détruire le Liban ?, Paris, Actes Sud, 296 p.

UE EOM, 2005, Parliamentary Elections – Lebanon 2005, Final Report, 71 p. (accessible à :

http://ec.europa.eu/comm/external_relations/human_rights/eu_election_ass_observ/lebanon/final_report.pdf)

Haut de page

Notes

1  Cf. par exemple le rapport de la Mission d’observation de l’Union Européenne (UE EOM), 2005, pp. 5-6 et surtout l’ouvrage de B. Patrie (députée européenne) et E. Espanol (Conseiller régional et observateur de l’UE EOM). Chez ces derniers auteurs, les achats massifs de voix ne sont jamais mentionnés. Tout juste sont-ils noyés au sein d’un savant euphémisme : « Parmi les préconisations essentielles [sic de l’UE EOM], figuraient surtout l’exigence d’instaurer des règles strictes de financement des campagnes électorales » (Patrie et Espanol, 2007 : 75).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bruno Dewailly, « Mervin Sabrina (dir.), Le Hezbollah état des lieux, Paris, Sindbad/Actes Sud, 2008, 363 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 26 mai 2009, consulté le 24 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6112

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page