Navigation – Plan du site
II. Lectures

Smyrnelis Marie-Carmen, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Leuven, Peeters, 2005.

Jean-Luc Arnaud
p. 306-308

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à l‘histoire d’une communauté citadine portuaire située au centre de l’archipel égéen et au débouché de longues routes caravanières vers la Perse et les Indes. Marie-Carmen Smyrnelis s’intéresse tout d’abord aux réseaux d’intérêts et aux jeux d’appartenance auxquels se livrent les habitants de Smyrne lorsqu’ils doivent énoncer leur identité qui, dans ce lieu de transit des hommes, des savoir-faire et des marchandises, se déclinent sous des aspects à la fois économiques, familiaux et administratifs. Pour démêler l’écheveau des multiples vecteurs de relation, l’auteur s’est livré à un minutieux travail de juxtaposition de séries d’archives très différentes à travers lequel elle se livre à une véritable reconstruction des liens sociaux de plus de 4 000 individus.

2Dans une perspective diachronique marquée par le changement de rapport de force entre la Sublime Porte et les pays européens en faveur des seconds (du siège de Vienne de 1683 au traité de Sèvres de 1920), l’auteur montre bien la manière dont les habitants de Smyrne naviguaient entre les multiples communautés et groupes d’intérêt et ont attendu pour jeter l’ancre d’y être contraint par la loi à la fin du XIXe siècle.

3Á travers trois parties consacrées à la question de l’identité et des multiples statuts des habitants, puis à une échelle plus fine, aux relations familiales et enfin à l’inscription des groupes sociaux dans l’espace urbain, l’auteur dépeint deux siècles de recomposition des alliances dans une ville qui ne cesse d’être traversée par d’importants enjeux politiques, religieux et économiques.

4Statuts et identités

5Dès les premières pages, l’auteur bat en brèche les idées reçues sur la ségrégation spatiale et sur les catégories de population. L’identité des non-ottomans et/ou non-musulmans de Smyrne est le plus souvent multiple. Ils sont affiliés à des groupes construits suivant des critères aussi différents que la religion, la colonie, la langue, le ressort juridique, le statut individuel au sein de chaque communauté religieuse (entre clercs et laïcs), au sein de chaque colonie (on distingue par exemple les Français et les « originaires français », les barataires et les fermalis) ou encore le métier (les pouvoirs respectifs entre artisans, commerçants et négociants sont l’objet d’âpres négociations au début du XIXe siècle).

6Les cercles dessinés par ces critères se croisent sans jamais se superposer de telle manière que les relations s’organisent en terme de coexistence plutôt que de ségrégation. Ainsi, les identités se définissent le plus souvent à la frontière entre les groupes d’appartenance, en ce sens elles sont soumises à variation en fonction des situations et des interlocuteurs. Pour leur part, les groupes fonctionnent autant sur le mode de la concurrence que de la complémentarité. Pour étendre l’influence de leur colonie, les consuls  ont parfois tendance à accorder largement leur protection. De leur côté, les individus vont au plus offrant ou encore modifient leur rattachement en fonction des rapports de force internationaux et des intérêts locaux. Les instances religieuses cherchent aussi à se renforcer et à englober des groupes qui ne le souhaitent pas toujours ; l’exemple des « persans », réclamés par la communauté arménienne en témoigne bien.

7De manière générale, appartenir à une communauté offrait plus d’avantages que d’inconvénients. Ainsi, chaque individu avait intérêt à multiplier les appartenances, ce sont autant de ressources, de manières d’élargir son réseau ou encore, le cas échéant, d’échapper à une juridiction en prétendant ressortir à une autre. Par exemple, c’est pour se dérober au contrôle de leur hiérarchie religieuse que les fondateurs, grecs, de l’école évangélique, la place sous la protection du consul anglais. Ces recouvrements sont au cœur du principe de fonctionnement, loin de constituer un handicap, ils permettent de faire varier la taille des cercles en fonction des situations. La manière dont l’état hellénique confond ses propres sujets avec l’ensemble de la communauté grecque orthodoxe en témoigne. Ainsi, l’auteur montre bien comment les communautés avaient intérêt à maintenir les ambiguïtés.

8Avec les réformes ottomanes (tanzimat) du milieu du XIXe siècle, la Porte cherche à abolir les multiples privilèges dont jouissent les protégés des différentes communautés. Mais la création des millets ne simplifie pas les jeux d’appartenance dans la mesure où elle ajoute de nouveaux cercles au tableau sans remplacer ni annuler les plus anciens. Ce découpage présente cependant l’intérêt pour la Porte de mieux identifier les interlocuteurs de son administration juridique et fiscale.

9Individus famille espace relationnel

10Les liens et les appartenances ne sont pas seulement communautaires, ils sont aussi familiaux. En ce sens, les mariages constituent autant d’opportunités d’élargir les réseaux d’échange et de confiance mutuelle et de diversifier les ressources et les compétences mobilisables par chacun. Cela, non seulement au sein des Smyrniotes mais aussi vers les îles de l’Egée et les autres grands ports de Méditerranée orientale (de l’Empire ou de la récente Grèce). En ce sens les « filles à marier » jouent des rôles clés dans la construction des liens. Cette pratique évolue dans le temps et elle se renforce au milieu du XIXe siècle ; à partir de ce moment-là, les mariages entre des européens et des persannes ou bien des ottomanes se multiplient. Dans un sens c’est une porte ouverte vers de nouveaux réseaux économiques (intérieur anatolien, Perse) dans l’autre, le mariage est vécu comme une promotion familiale.  

11Les rapports de force sont toujours inégaux, non seulement sur la base des appartenances et des fortunes mais aussi en fonction de l’ancienneté dans la ville. Ainsi, les Persans sollicitent les anciens Français tandis que les Français de fraîche date sollicitent les Persans.

12Les hommes et l’espace urbain

13Les quartiers de résidence portent des noms qui rendent compte de la plus grande part de la population qui les occupent. Mais là encore, le recoupement entre les cercles est partiel. Par exemple les israélites de la colonie française résident plutôt dans le quartier juif  que dans le quartier européen. L’auteur distingue aussi des spécialisations plus ou moins fortes de l’espace en fonction des heures de la journée ; les pratiques diurnes et les activités nocturnes dessinent des géographies très différentes.

14A partir du milieu du XIXe siècle, la ségrégation économique entre les quartiers se renforce. Deux lignes partagent l’agglomération entre la ville haute et la ville basse au sein des quartiers anciens et, entre ces mêmes quartiers et celui de la pointe, récemment urbanisé et occupé par des usines et leurs ouvriers. Mais, simultanément, les ottomans aisés sont de plus en plus nombreux à résider dans le quartier européen, tandis que les européens de condition modeste ont tendance à s’éloigner du centre. Ainsi, les villages côtiers de Kar(s)(i)yaka et Karata(s) et dans une moindre mesure, ceux de Bornova et de Buca à l’intérieur des terres, connaissent d’importants développements à la fin du XIXe siècle, d’autant plus facilement que ces villages se dotent rapidement d’écoles.

15Plus proche du centre, la construction des quais en 1875 inaugure une nouvelle forme d’espace public : la promenade, qui draine très rapidement les établissements de loisir auparavant situés dans le quartier européen.

16Au-delà de Smyrne et de ses habitants, cet ouvrage constitue aussi une réflexion plus générale sur l’organisation, sociale économique et administrative, des communautés citadines portuaires dans l’Empire ottoman des réformes. Les éléments de définition proposés par Marie-Carmen Smyrnelis, pour rendre compte de cette organisation, semblent aussi opératoires pour plusieurs autres villes de l’Orient méditerranéen telles que Mersin, Beyrouth ou encore Alexandrie, ou encore pour des villes de la mer Noire comme Trébizonde en particulier. Ainsi, cet ouvrage est à la fois une monographie et une invitation à la confrontation, voire à la construction d’un modèle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Arnaud, « Smyrnelis Marie-Carmen, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Leuven, Peeters, 2005. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6117

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page