Navigation – Plan du site
II. Lectures

Zakharia Katia et Cheiban Ali (dir.), Savoirs et Pouvoirs : genèse des traditions, traditions réinventées, coordonnée par, Maisonneuve et Larose, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2008, 275 p.

Thomas Brisson
p. 298-300

Texte intégral

1Issues d’un séminaire organisé au GREMMO (Groupe de recherches et d’études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient), les onze contributions rassemblées par K. Zahharia et A. Cheiban font dialoguer des chercheurs issus de disciplines différentes (historiens, sociologues, politologues, anthropologues, etc.) autour d’un thème aussi riche que complexe : celui de la liaison entre savoirs et pouvoirs. L’intérêt de cette étude, ce qui en constitue parfois aussi les limites, tient en grande partie dans ce postulat de départ : un questionnement théorique fort et novateur sur les sociétés musulmanes auquel différents regards disciplinaires tentent d’apporter une réponse ; quitte, cependant, à multiplier les objets et les époques étudiés (sept pays différents et des articles allant de l’historiographie des débuts de l’Islam jusqu’à l’époque contemporaine) au risque de perdre en précision conceptuelle quant à ce qui constitue la question centrale du livre.

2Signalons néanmoins que cette difficulté – inhérente à toute recherche comparative ambitieuse – est abordée sans détours dès l’introduction de l’ouvrage. Plutôt que d’une définition rigide du système savoirs-pouvoirs, latitude a été laissée aux contributeurs afin de dégager ce qui leur semblait donner corps à ces notions à la lumière de leurs terrains : concepts, donc, qu’il s’agit de construire progressivement et que l’on entend atteindre, en fin d’analyse, dans leurs dimensions plurielles. D’où la diversité des contributions présentées ici, que l’on peut néanmoins regrouper en deux ensembles comme nous y invite l’introduction : tout d’abord celles qui interrogent le rapport entre savoirs et pouvoirs en termes de légitimité (savoirs qui légitiment des pouvoirs mais aussi pouvoirs qui légitiment tels ou tels types de savants) ; celles, ensuite, qui abordent ce rapport en examinant le regard que les détenteurs de savoirs portent sur le pouvoir.

3Les trois articles qui ouvrent la première série de contributions peuvent être rapprochés par leurs thématiques. Ils examinent la place que des groupes sociaux, possesseurs de certains savoirs, occupent dans des dispositifs de pouvoir. Ingénieurs au Moyen-Orient, et plus particulièrement dans la Syrie indépendante, chez E. Longuenesse, intellectuels syro-libanais entre 1908 et 1940 chez L. Dakhli, intellectuels religieux dans l’Iran de la République islamique dans le cas de A. Cheiban. Derrière la multiplicité des époques et des objets, ces articles se caractérisent par un même souci d’articulation fine entre histoire et sociologie. La perspective diachronique qu’ils adoptent permet de ressaisir les groupes sociaux dans leur genèse et de montrer quelle position de pouvoir ils ont construite. De manière remarquable, les articles convergent également pour signaler l’ambivalence de la relation des « groupes savants » au pouvoir : les ingénieurs peuvent être à la fois alliés et contestataires de l’État syrien, les intellectuels syro-libanais successivement soutiens et critiques des pouvoirs nouveaux qui se mettent en place au XXe siècle, les intellectuels religieux, enfin, souhaiter une réforme profonde de la République islamique tout en restant attachés à sa survie. La richesse de ces analyses et les pistes de réflexion qu’elles ouvrent par rapport à la thématique générale, inscrivent ces trois articles parmi les plus stimulants de l’ouvrage.

4Les trois articles suivants marquent un changement de niveau d’analyse. Si l’on s’intéressait jusque-là à des groupes savants qui se constituaient comme tels par leur relation à un État moderne, ce sont désormais des groupes relevant d’autres contextes historiques et/ou aux contours plus incertains, qui sont au centre de l’analyse : « familles du savoir » dans la Tunis du XIXe siècle chez M. Ismaïl, qui montre comment, dans une société hiérarchisée où les charges et les positions sont héréditaires, le savoir est logiquement inscrit dans un double processus de clôture et de reproduction du pouvoir citadin ; chrétiens jordaniens dans l’article de C. Jürgen ; esclaves impériaux, enfin, dans celui de S. Trabelsi. Ensemble plus disparate, donc, dans ses thématiques comme dans la nature des réflexions proposées. Le lecteur est par exemple dérouté par l’article de S. Trabelsi : sa question est pourtant des plus intéressantes puisque le savoir est saisi à partir d’un groupe dominé, celui des esclaves, dont l’auteur rappelle qu’un certain nombre a réussi, dans le monde arabo-musulman, à avoir accès à l’éducation et au pouvoir. Mais l’article ne donne que peu de renseignements sur la manière dont s’est opéré ce processus : il renseigne certes sur ce qu’a été le cursus scolaire de certains esclaves mais reste peu explicatif quant aux logiques sociales qui pourraient rendre compte d’une telle situation. A l’inverse, l’article de C. Jürgen est parmi les plus intéressants de l’ouvrage. Il analyse le conflit qui oppose différentes figures de la communauté chrétienne de Karak pour dire l’histoire « vraie ». Soit, tout d’abord, la position d’autorité par excellence, celle que constitue l’âge, garant d’une mémoire vivante (et orale) de l’histoire de la tribu. A cette figure s’oppose tout d’abord celle des autorités ecclésiastiques, qui appuient leur compétence à dire le passé sur les livres, c'est-à-dire sur l’écrit. Troisième figure celle des jeunes, détenteurs de diplômes universitaires et donc capables de manier l’écrit, mais qui se trouvent en position d’infériorité statutaire par rapport aux anciens. Une enquête anthropologique minutieuse montre comment ces savoirs confèrent à leurs détenteurs des formes spécifiques de pouvoir, offrant des éléments de réflexion passionnants sur la relation entre oral et écrit.

5La deuxième série de contributions de cet ouvrage, plus directement tournée vers l’examen des discours savants sur le pouvoir, regroupe également des articles abordant des objets et des époques divers. Par commodité, on pourra regrouper tout d’abord l’article de M-C. Ferjani sur les théologiens et le pouvoir, celui de H. Sahloul sur l’historiographie de la bataille de Badr et celui de K. Zakharia qui examine deux miroirs des princes de Ghazali. On notera que ces trois articles reprennent en grande partie des thématiques de l’orientalisme classique pour les soumettre à un questionnement nouveau. On regrettera cependant qu’ils ne parviennent pas toujours à expliciter précisément comment s’est nouée, dans chacun des cas, une relation entre savoirs et pouvoirs. Le cadre d’analyse proposé par M-C. Ferjani, très vaste (l’ensemble des pays musulmans de la révélation coranique jusqu’à aujourd’hui) apparaît de ce fait peu explicatif. De même, en dépit de leur grande érudition, les articles de H. Sahloul et K. Zakharia restent peu explicites sur les rapports exacts qui se sont noués entre hommes de savoir et hommes de pouvoir. L’analyse - remarquable - des textes qu’ils proposent ne permet finalement pas de savoir en quoi ces textes ont été enjeux de pouvoir et en quoi leur contenu a pu être opératoire dans des luttes de pouvoir. On peut se demander si ces deux articles, en s’inscrivant dans la lignée de l’orientalisme canonique, n’ont pas trop restreint leur angle d’analyse et n’auraient pas gagné à adopter un point de vue moins textuel, plus en phase avec la perspective adoptée dans le reste de l’ouvrage.

6Les deux articles qui cloturent l’ouvrage proposent un retour à l’époque contemporaine et à une optique d’analyse plus directement politique. Le premier, celui de L. Addi, est consacré à l’évolution du langage politique des islamistes algériens dans les années 1990 ; le second, celui de B. Sambe, aux enjeux politiques de l’enseignement de l’arabe au Sénégal. Dans ces deux articles, le souci d’inscrire des événements contemporains dans la profondeur d’une histoire plus ancienne, apparaît heuristiquement fécond. Il permet à L. Addi à la fois de relier le discours islamiste algérien à ses racines que sont Qutb et Mawdûdi, et d’en montrer les inflexions récentes. De même, B. Sambe peut-il analyser la position occupée par les étudiants sénégalais formés dans les pays arabes, en la resituant dans une configuration qui s’est crée pendant la colonisation et a, partiellement, été conservée après l’indépendance : celle où la langue officielle, le français, entre en compétition avec l’arabe, langue de la religion d’une grande partie de la population. Il montre ainsi comment la critique des « arabisants » sénégalais contre le français s’ancre dans une série de dimensions multiples, entre relations internationales avec les pays musulmans (souvent bailleurs de fond) et stratégies nationales liées aux tensions sur le marché de l’emploi intellectuel.

7D’une manière générale, l’ensemble de ces onze contributions s’impose ainsi indéniablement par sa qualité : la diversité des objets proposés, la connaissance des terrains et/ou des sources, et la maîtrise des enjeux théoriques qu’ils impliquent est évidente. On ne peut, de ce fait, que saluer la réussite de l’ouvrage qui renouvelle un certain nombre de questionnements sur l’aire musulmane, en particulier ceux touchant au rôle des savoirs. Ils participent d’un effort plus général pour rouvrir un champ de questionnement qu’ont longtemps dominé des analyses, aujourd’hui classiques, comme celles de Maxime Rodinson ou Albert Hourani. La principale réserve qu’inspire l’ouvrage, ainsi qu’on l’a déjà suggéré, tient paradoxalement aux limites d’un tel projet théorique ambitieux, lorsqu’il est appliqué à l’ensemble des sociétés musulmanes, depuis leur origine jusqu’à aujourd’hui. Indéniablement, la thématique de la liaison entre savoirs et pouvoirs est inspirée de réflexions théoriques élaborées pour penser certains changements liés à la modernité, celles de Michel Foucault en premier lieu dont l’article d’E. Longuenesse fait un usage comparatif particulièrement convaincant. Sont-elles pour autant adaptées à des époques plus anciennes où les dispositifs de pouvoir n’étaient pas ceux que forment les configurations étatiques contemporaines ? La question nous semble toujours ouverte et on peut regretter, de ce point de vue, qu’elle n’ait pas été plus explorée, de manière transversale, dans l’introduction de l’ouvrage ou dans une synthèse conclusive. Réserve, cependant, qui loin de remettre en cause la problématisation choisie et la qualité des réponses qui lui ont été apporté, invite à poursuivre la réflexion ouverte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Brisson, « Zakharia Katia et Cheiban Ali (dir.), Savoirs et Pouvoirs : genèse des traditions, traditions réinventées, coordonnée par, Maisonneuve et Larose, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, 2008, 275 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 12 mai 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6120

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page