Navigation – Plan du site

Une construction des immigrants musulmans : La mosquée, un espace des communautés musulmanes au Japon*

Á Muslim migrants’ construction: the mosque as a plural community space in Japan
Keiko Sakurai
p. 89-110

Résumés

On estime que le nombre de musulmans étrangers vivant au Japon variait entre 60 et 70 000 en 2004, et que leur part dans la population musulmane du Japon représentait entre 80 et 90%. Le principal pays d’origine des résidents étrangers musulmans du Japon est l’Indonésie, suivi par le Pakistan, le Bengladesh, l’Iran, le Nigeria, la Turquie et l’Égypte. C’est au début des années 1990 que la majorité d’entre eux a commencé à s’installer sur la péninsule nippone, dans ses différentes régions, sans pour autant former ce que l’on peut appeler des communautés ethniques. Les musulmans du Japon tendent donc à se rendre à la mosquée qui se situe près de leur domicile ou de leur lieu de travail. Ceux qui vivent dans des zones urbaines ont un choix plus large et fréquentent ainsi les mosquées proches de leurs sensibilités ethniques ou sectaires. Toutefois, leur nombre étant encore réduit au Japon, les mosquées sont des espaces pluriethniques et plurilinguistiques au sein desquels des musulmans aux origines différentes rentrent en compétition, négocient et font preuve d’initiative. Face à la pluralité des interprétations de l’islam, des confessions  et des rituels, certains croyants sont devenus plus rigoristes, alors que d’autres, à l’inverse, sont devenus plus tolérants. Par ailleurs, les réseaux internationaux jouent un rôle considérable dans le devenir des lieux de culte en ce qu’ils permettent d’inviter des prédicateurs rigoristes, des groupes missionnaires ou qu’ils permettent d’attirer des donations étrangères. L’analyse comparative des mosquées au Japon devrait nous permettre de mieux saisir leurs caractéristiques à la fois en tant que lieu de culte et d’espace communautaire.

Haut de page

Texte intégral

  • *  Traduit par Hélène Harnaud  avec le soutien du FASOPO (Fonds d'analyse des sociétés politiques)  h (...)

1Dans cet article, je me propose d’analyser les traits caractéristiques des mosquées qui ont pour la plupart été créées par des émigrés musulmans dans diverses régions du Japon depuis le début des années 1990. Pour éclairer leurs particularités, j’aborderai ces moquées selon une double perspective, d’une part, comme espaces destinés aux musulmans et, d’autre part, comme entités représentant les musulmans.

  • 1  Jusqu’à la destruction en 1986 de la mosquée délabrée de Tokyo, il n’y avait eu que deux mosquées (...)

2Il faut rappeler en premier lieu que, bien que la mosquée soit tout d’abord un lieu de culte indispensable aux musulmans pour la prière et les autres offices religieux, il n’existait pour ceux qui sont arrivés au Japon à la fin des années 1980 qu’une seule et unique mosquée1. Ils ont donc dû négocier pour obtenir un endroit où construire des mosquées et récolter des fonds pour acheter des terrains ou des bâtiments. Ils ont dû également chaque fois décider de la manière dont ils allaient réaménager une construction existante, utiliser un espace limité et assurer un service quotidien avec des ressources humaines restreintes et sans aide extérieure. La plupart d’entre eux ne s’étaient jamais mêlés de l’administration d’une mosquée, ni a fortiori de la création d’une mosquée, avant leur arrivée au Japon. Ils ont donc été contraints d’inventer un nouveau type de mosquée pour s’adapter à leur nouvel environnement.

3Une mosquée n’est pas seulement un lieu de culte, en particulier pour les musulmans qui vivent dans une société non islamique. Ceux-ci espèrent que la mosquée va leur servir de sauvegarde pour la protection de leurs droits contre les pressions et les critiques qu’ils subissent de la part de la société d’accueil. Même si dans l’ensemble l’opinion publique japonaise ne manifeste pas d’hostilité particulière envers l’islam, les musulmans ont du mal à faire face à un certain nombre de difficultés pour vivre leur foi et remplir leurs obligations rituelles dans une société non islamique. La mosquée leur offre un espace où ils peuvent pratiquer leur religion.

4D’autre part, la mosquée symbolise la présence musulmane au Japon. Les étrangers qui vivent dans ce pays revendiquent leur identité sur des bases nationales ou ethniques. Les musulmans sont les premiers et jusqu’ici les seuls étrangers à mettre l’accent sur leur identité religieuse. En conséquence, les mosquées qui symbolisent la présence des musulmans au Japon doivent répondre de leurs croyances et de leurs activités devant la société japonaise. Comme les musulmans vivant au Japon viennent de pays très divers, leur communauté se caractérise surtout par la multi-nationalité et la multi-ethnicité.

5Dans ces conditions, il est normal que les mosquées aient à assumer la responsabilité de représenter les musulmans au Japon et, parfois, dans le monde. Comme l’islam fait à présent la une de l’actualité, tout un public très varié (journalistes de la presse écrite, reporters de télévision, adeptes d’autres religions, étudiants chercheurs, voire simples voisins) se rend dans les mosquées pour y rencontrer des musulmans. De ce fait les mosquées sont devenues des lieux de communication entre musulmans et non-musulmans.

6Avant d’examiner les traits caractéristiques de ces mosquées, je voudrais expliquer le contexte général de la vie des musulmans dans le Japon contemporain.

Les changements démographiques

7Jusqu’au début des années 1980, les musulmans passaient pratiquement inaperçus au Japon. Mais leur situation a radicalement changé vers le milieu de la décennie, avec l’afflux de travailleurs étrangers, y compris en provenance de pays islamiques. Un nombre croissant de personnes originaires en particulier du Pakistan, du Bangladesh et de l’Iran vinrent chercher du travail au Japon. Compte tenu de la réévaluation du yen, ils étaient attirés par la perspective de gagner en quelques mois plus qu’ils ne pouvaient espérer gagner en un an dans leur propre pays.

8Par exemple, le nombre d’immigrants en provenance du Pakistan et du Bangladesh a atteint un niveau record en 1989, celui des immigrants en provenance d’Iran en 1992 et celui des immigrants venant d’Indonésie en l986, puis de nouveau en 1988. Ces travailleurs étaient en majorité de jeunes musulmans (âgés de vingt à trente ans), pour la plupart célibataires.

9Le Japon n’accordait pas de permis de travail aux travailleurs étrangers non qualifiés ; mais ceux qui venaient du Pakistan, du Bangladesh, d’Iran et d’Indonésie pouvaient obtenir des visas d’étudiant ou des visas de touriste de courte durée et, la plupart du temps, une fois au Japon, ils arrivaient à trouver du travail alors que la loi interdisait l’emploi de travailleurs étrangers. Ils se faisaient souvent engager par des petits entrepreneurs dans des usines ou sur des chantiers de construction qui, à l’époque, manquaient de main-d’œuvre, et ils finirent par constituer une couche de travailleurs non qualifiés qui allait soutenir l’expansion de la bulle économique japonaise.

10Á la longue, des protestations s’élevèrent contre ces étrangers qui vivaient et travaillaient dans l’illégalité et, en 1989, le gouvernement revint sur la pratique autorisant l’entrée sur le territoire sans visa, pour de courts séjours, aux ressortissants du Pakistan et du Bangladesh et, en 1992, ces restrictions furent appliquées aux citoyens iraniens. Cela limita l’arrivée des ressortissants de ces pays et réduisit leur capacité d’immigration. Outre ce changement dans la politique d’attribution des visas, le vote d’une nouvelle loi sur le contrôle de l’immigration et la reconnaissance du statut de réfugié vint accélérer ce tarissement des flux migratoires. En 1989, le Parlement japonais vota divers amendements à l’ancienne loi sur l’immigration et la nouvelle réglementation, qui fut appliquée à partir de 1990, imposa des sanctions à ceux qui emploieraient des travailleurs étrangers sans papiers, essentiellement des travailleurs non qualifiés ou peu qualifiés. Du fait de cette nouvelle législation, de nombreux travailleurs clandestins se retrouvèrent au chômage. Avec l’éclatement de la bulle économique en 1990, qui entraîna la réduction du marché de l’emploi, un nombre non négligeable de travailleurs étrangers, et parmi eux des ressortissants de pays islamiques, furent licenciés et durent quitter le pays.

11Mais certains d’entre eux, qui ne pouvaient donc plus quitter le Japon et y revenir librement, choisirent de rester au-delà du temps autorisé et vinrent grossir les rangs des travailleurs clandestins. En 1992, plus de 50 000 Pakistanais, Bangladeshis et Iraniens vivaient au Japon dans l’illégalité. Malgré les efforts du gouvernement pour expulser les clandestins, certains d’entre eux cherchèrent à obtenir un statut de résident permanent.

12La plupart des travailleurs musulmans expatriés qui étaient venus chercher du travail au Japon étaient des hommes jeunes, entre vingt et trente ans, et beaucoup d’entre eux obtinrent ce statut de résident permanent en épousant une Japonaise. Ils purent s’installer au Japon et formèrent le noyau de la future communauté musulmane japonaise.

Estimation du nombre de musulmans au Japon

  • 2  Pour plus d’informations, voir Sakurai, 2003 : 29-39  et 2008 : 71-73. Pour obtenir une estimation (...)

13En 2004, on estimait que 60 à 70 000 musulmans étrangers résidaient au Japon2. Ils représentaient 80 à 90% de l’ensemble de la population musulmane du pays. Parmi eux, on comptait une forte majorité d’Asiatiques, suivis par les Africains et les Européens dans des proportions beaucoup plus réduites (Kojima, 2006). Bien que l’on ne dispose pas de statistiques sur le nombre des musulmans japonais, on pense que le nombre des Japonais qui se sont convertis à l’islam s’est progressivement accru avec les années, du fait surtout de la conversion de Japonaises qui ont épousé des musulmans étrangers. Il faut également noter qu’un petit nombre de « cols blancs », notamment des intellectuels, se sont convertis à l’islam.

  • 3  Ce visa comporte plusieurs « sous-catégories » : visa pour des études avant l’université, visa pou (...)
  • 4  Il est intéressant de noter que ceux qui ont obtenu un permis de résidence familial (avec femme et (...)
  • 5  Le pourcentage actuel de ces résidents clandestins doit dépasser 10% si l’on prend en compte le no (...)

14Les musulmans non japonais peuvent être répartis en cinq groupes, selon leur statut de résidence. 15% d’entre eux sont des visiteurs, qui ne peuvent rester plus de 90 jours, et on ne peut donc pas les considérer comme faisant partie de la population musulmane du Japon ; 33% sont détenteurs d’un visa correspondant à des postes de diplomate ou à divers emplois ; 16% ont obtenu un visa d’étudiant3 et 26% ont un permis de résidence familial ou un statut de résident permanent4. En 2004, 10% étaient des résidents clandestins qui, pour la plupart, étaient restés au Japon après l’expiration de leur visa de touriste5.

  • 6  On ne dispose pas d’évaluation chiffrée du nombre des musulmans parmi les Malaysiens vivant au Jap (...)

15Le principal pays d’origine des résidents musulmans étrangers est l’Indonésie, suivie par le Pakistan, le Bangladesh et l’Iran. En 2004, on comptait un peu plus de 25 000 immigrés déclarés en provenance de ces trois derniers pays. Par ailleurs, dans les années 1990, un nombre croissant d’Indonésiens obtinrent un visa au titre de stagiaires accueillis dans des entreprises publiques ou privées ou d’étudiants inscrits dans des établissements d’enseignement supérieur ; en 2004, le nombre des Indonésiens vivant au Japon en situation régulière dépassait les 24 000. Les ressortissants de ces quatre pays représentent environ 70% de l’ensemble des immigrés en situation régulière venus de pays islamiques. Un nombre considérable de Malaysiens vivent au Japon mais la plupart d’entre eux sont d’origine chinoise et ne sont pas musulmans6.

L’implantation des musulmans non japonais

16Les musulmans se sont installés à travers tout le pays ; néanmoins, la plupart d’entre eux résident dans le district de Kanto (la ville de Tokyo et les six préfectures adjacentes). Á part ce district de Kanto, un nombre non négligeable de musulmans, en particulier d’Indonésiens, se sont installés dans le district de Chubu (au centre de l’île de Honshu, avec comme ville principale Nagoya).

17La plupart des musulmans non japonais qui ont épousé des Japonaises étaient venus au Japon avec un visa de touriste et sont restés après sa date d’expiration. Grâce à leur mariage, ils ont obtenu un permis de séjour en tant qu’époux d’une citoyenne japonaise, ce qui leur a assuré la sécurité tant sur le plan juridique que sur le plan financier. Beaucoup d’entre eux ont ensuite réussi à changer leur statut de travailleur non qualifié de l’industrie ou du bâtiment en statut de travailleur indépendant, en créant leur propre petite entreprise.

18L’activité la plus appréciée a d’abord été pour eux l’importation de viande congelée halal (c’est-à-dire préparée conformément au rite musulman), de conserves, de riz, d’épices, de produits de consommation courante, de magazines, de vidéos et de CD, etc. Un certain nombre de restaurants servant des repas halal ont été ouverts et ils ont même pu fournir de la viande halal fraîche en passant des accords avec des entreprises japonaises. Néanmoins ce type de commerce qui s’adresse essentiellement à la communauté musulmane a souffert du  rétrécissement du marché.

19Á l’heure actuelle, l’activité la plus rentable exercée par les immigrés musulmans reste l’exportation des voitures d’occasion. Ce commerce est surtout aux mains des Pakistanais ; un nombre appréciable d’entre eux sont installés dans des villes portuaires sur la mer du Japon. Dans l’ensemble, ils ont remarquablement réussi dans ce commerce des voitures d’occasion car les modèles japonais sont réputés pour leur qualité et leur design. Les Pakistanais ont déjà dépassé leurs concurrents japonais du secteur et contrôlent la plupart des marchés étrangers. Les réseaux de vente qu’ils ont créés à travers l’Europe, l’Afrique et dans la région du Golfe les aident à développer leurs activités à l’intérieur même du Japon.

Les mosquées depuis les années 1990

  • 7  Hirofumi, 2007 : 182.
  • 8  Selon Komura, la première mosquée fut fondée à Nagoya en 1931 par des réfugiés turcs. Mais elle fu (...)
  • 9  Comme la majorité des réfugiés turcs originaires de Russie avaient fini par obtenir la nationalité (...)

20En 2006, on compte au moins 38 mosquées7 réparties dans diverses régions du Japon. L’une d’entre elles, celle de Kobe, était déjà ouverte avant la Deuxième guerre mondiale ; c’est la première mosquée permanente à avoir été fondée par des musulmans étrangers, en 19358 ; ces derniers étaient des Turcs qui avaient fui la révolution russe dans les années 1920 et des Indiens qui faisaient des affaires au Japon. Ce sont ces hommes d’affaires indiens qui ont largement contribué à la fondation de cette mosquée. Celle de Tokyo, la seconde à être ouverte, en 1938, a reçu un soutien considérable de la part des responsables politiques de l’époque. Á l’origine, elle a été construite par des Turcs de Kazan qui étaient venus s’installer à Tokyo ; mais après la Seconde guerre mondiale, la plupart des réfugiés turcs ont quitté le Japon et la mosquée a été laissée à l’abandon ; en 1986, le bâtiment délabré a été détruit et le terrain a été donné par la Tokyo Turkish Association à la République de Turquie, à charge pour celle-ci de faire construire une nouvelle mosquée9.

21Bien que le nombre des Japonais musulmans fût très réduit jusque dans les années 1980, il y avait déjà quelques Japonais convertis à l’islam dès avant la Première guerre mondiale. Les Japonais musulmans créèrent en 1952 la Japan Muslim Association qui comptait à l’origine 63 membres, pour la plupart des intellectuels ; cette association se vit reconnaître officiellement par le gouvernement en 1960 le statut d’association religieuse. Elle a depuis envoyé un certain nombre de jeunes Japonais musulmans étudier l’islam à l’Université Al Azhar du Caire, ainsi que dans diverses universités d’Arabie saoudite. Á présent, l’association possède des bureaux, avec une petite salle de prière, dans le centre de Tokyo, et compte dans ses rangs plus de deux cents familles. Néanmoins elle n’a pas pour le moment le projet de fonder sa propre mosquée.

22Pour faire face au nombre croissant d’étudiants en provenance de pays musulmans, l’Islamic Center of Japan a été créé en 1968 pour les aider dans la pratique de leur religion. En 1975, le gouvernement japonais lui a officiellement reconnu le statut d’organisation religieuse. Le Centre possède un grand immeuble à Tokyo, qui abrite une salle de prière, mais il n’a pas sa propre mosquée. Ainsi, à la fin des années 1980, lorsque le Japon connut un afflux de travailleurs immigrés musulmans, la seule mosquée qui leur était proposée était celle de Kobe, dans le district du Kansai, très loin du lieu de résidence de la plupart d’entre eux.

Une nouvelle génération de mosquées

23En 1992, des immigrés musulmans achetèrent un vieil immeuble de quatre étages, le restaurèrent et le transformèrent en mosquée, grâce aux dons de coreligionnaires, pour la plupart résidant au Japon. Ce fut la première mosquée fondée par des travailleurs et entrepreneurs musulmans immigrés, à Ichinowari (ville de Kasukabe, préfecture de Saitama). Par la suite, en 1995, une autre mosquée fut construite en matériaux préfabriqués à Isesaki, dans une zone industrielle. L’année suivante, des immigrés musulmans achetèrent à Sakaimachi un vieil immeuble de deux étages et le restaurèrent également pour en faire une mosquée. Ces trois mosquées furent implantées en bordure de la voie ferrée Tobu-Isesaki, une ligne qui dessert de nombreuses petites usines et entreprises employant à l’époque des immigrés musulmans.

  • 10  La mosquée de Narimasu a été remplacée par celle d’Ohanajaya.

24Par la suite, les mosquées de Hyuga et de Gyotoku furent construites dans la préfecture de Chiba, celles de Toda et Yashio à Saitama, celle de Tatebayashi à Gunma, celle d’Ebina à Kanagawa et celles d’Asakusa, Otsuka, Narimasu10, Ohanajaya, Hachihoji et ailleurs encore à Tokyo.

25Dans la région d’Hokuriku, au bord de la mer du Japon, des mosquées ont été ouvertes à Niigata et à Toyama et, à l’ouest de Tokyo, à Shizuoka, Aichi, Tochigi, Kyoto, Osaka, Hiroshima, Ehime et dans la préfecture de Kagawa. Cette liste n’est pas exhaustive et de nouvelles mosquées continuent à apparaître à travers tout le pays.

  • 11  En 1992, le nombre des étrangers ayant dépassé le délai légal de leur séjour était de 8 161 pour l (...)

26Il est intéressant de noter que le nombre de mosquées a augmenté après l’expulsion d’un grand nombre d’immigrés musulmans qui étaient restés après l’expiration de leur visa. En 1992, lorsque le nombre de ces Iraniens, Pakistanais ou Bangladeshis vivant dans la clandestinité avait atteint son point culminant11, il n’existait qu’une seule mosquée. La plupart de celles qui existent aujourd’hui ont été créées après l’expulsion de cette masse de clandestins. Ceux qui décidèrent de rester au Japon et d’y fonder une famille ont ouvert des mosquées ; celles-ci symbolisent donc leur décision et leur désir de s’établir au Japon à titre permanent.

27Outre ces mosquées créées à partir d’initiatives locales par des immigrés musulmans au cours des dernières années, on a vu également apparaître d’autres types de mosquée. En 2000, la splendide mosquée de Tokyo construite dans le style classique ottoman (Tokyo Camii) fut ouverte à Yoyogiuehara, à l’initiative de la Présidence des Affaires religieuses de la République de Turquie.

28La mosquée Hiro est située dans un quartier chic du centre de Tokyo. Elle occupe une partie du magnifique immeuble construit en 2001 par l’Arabic Islamic Institute of Tokyo. Cet institut a été fondé en 1982 par le gouvernement d’Arabie saoudite, comme une antenne de l’Université Mohammed bin Saud.

29Ces mosquées, d’une facture classique authentique, sont assez vastes pour accueillir de nombreux fidèles. Pour autant, cela ne veut pas dire que les musulmans vivant au Japon les considèrent comme « Masjid Jamii » ; ils sont en effet d’origine trop diverse pour constituer une communauté unique représentée par une seule mosquée ou une seule institution.

30Bien que le groupe des Iraniens chiites occupe le troisième rang par ordre d’importance numérique dans la population musulmane du Japon, ceux-ci ne fréquentent guère les mosquées, car elles sont dirigées par des sunnites. Mais ce n’est pas la seule raison ; il faut dire aussi que la plupart des Iraniens vivant au Japon ne sont pas des pratiquants convaincus et n’observent guère leurs devoirs religieux. Néanmoins, un groupe d’Iraniens pieux a ouvert son propre lieu de culte, appelé en persan Hoseyniye, dans un quartier central de Tokyo. Des musulmans chiites comprenant des Iraniens, mais aussi des Pakistanais, des Afghans, des Indiens et des Arabes, se réunissent au Hoseyniye le week-end et aux dates de célébration des fêtes religieuses chiites.

La mosquée, un espace pour les musulmans

31La mosquée n’est pas seulement un lieu de culte, c’est aussi un endroit où l’on se retrouve et où l’on échange des informations. Il est vital pour les musulmans qui vivent entourés de non-croyants de s’assurer un lieu où rencontrer leurs coreligionnaires. Les fonds nécessaires à la construction de mosquées ont été pour l’essentiel recueillis auprès des populations musulmanes locales ; cependant, certaines mosquées peuvent recevoir des dons en provenance de l’étranger, par exemple ceux de la monarchie saoudienne ou de la Ligue musulmane mondiale, communément appelée Rabita.

32Cependant, le prix du terrain et de la construction, en particulier à Tokyo et dans ses environs, est hors de portée pour les immigrés musulmans. Le plus souvent, des fidèles rachètent un vieil immeuble, une ancienne usine ou une résidence et financent les travaux de rénovation pour en faire une mosquée. Certains de ces bâtiments présentent l’aspect extérieur d’une mosquée mais, dans d’autres cas, leur transformation n’est pas visible du dehors ; à l’intérieur, le nouvel agencement se conforme aux exigences de l’islam ; le cas échéant, on abat des parois pour pouvoir installer une salle de prière, on crée un mirhab ou une niche voûtée dans un mur orienté vers La Mecque et on place une chaire près du mirhab. Les robinets et les vasques dans lesquelles les fidèles procèdent aux ablutions rituelles sont placés à l’intérieur ou à l’extérieur de l’édifice. Dans certaines mosquées comme celles de Nagoya, d’Asakusa, d’Otsuka, de Yashio, un étage ou un espace séparé est attribué aux femmes.

33Comme, au Japon, la mosquée est le seul lieu exclusivement réservé aux musulmans, elle est utilisée pour un grand nombre d’activités. Certaines mosquées offrent des bureaux, une bibliothèque, des salles de cours équipées d’ordinateurs, une cuisine, un salon et même des salles de repos. En conséquence, les gens ont recours à la mosquée non seulement pour prier ensemble et se réunir à l’occasion de fêtes religieuses mais aussi pour célébrer des mariages, des obsèques, pour étudier les textes sacrés, ou encore pour organiser des rencontres amicales ou professionnelles.

34Dans la mosquée de Hachioji, qui compte trois étages, le premier sert de bureau et de salle de réunions, le second de salle de prière pour les hommes et le troisième est réservé aux femmes. La mosquée de Nagoya, qui occupe un bâtiment de quatre étages, offre les mêmes services : un bureau et un lieu pour les ablutions rituelles au premier étage, une salle de prière pour les femmes au second, une pour les hommes au troisième, enfin un espace polyvalent au quatrième.

35Dans la mosquée d’Asakusa, qui compte cinq étages, un petit espace réservé à la toilette des morts a été aménagé à côté des bureaux administratifs et de la bibliothèque, au premier étage. Un niveau a été réservé à une salle de cours avec un tableau et de nombreux ordinateurs.

36Les mosquées comme celles de Niigata ou de Toyama, qui ne disposent que d’un étage dans un immeuble, se limitent aux services indispensables à l’exercice du culte. Dans certaines mosquées, une cuisine a été aménagée et on peut accueillir pour la nuit les fidèles qui viennent de loin, par exemple pour le week-end. En effet, la population musulmane est éparpillée à travers tout le Japon et de nombreux fidèles n’ont pas de mosquée dans leur voisinage immédiat.

37Les adeptes du Tablighi Jama’at se sont implantés dans au moins cinq mosquées (Ichinowari, Saikamachi, Ebina, Anjo et Ohanajaya) et ils les utilisent pour accueillir des groupes de missionnaires venant d’autres régions du Japon ou de l’étranger. Le Tablighi Jama’at est un mouvement non politique d’initiative locale, fondé par Maulana Muhammad Ilyas (1855-1944) et ses disciples à Mewat, en Inde près de Delhi, en 1926. Ses adeptes se sont répandus à travers tout le sous-continent pour prêcher un message à la fois simple et exigeant et le mouvement a acquis des millions d’adhérents. Il a également propagé son message parmi les musulmans vivant en Europe occidentale et en Amérique du Nord. Certains musulmans d’Asie du Sud, en arrivant au Japon, y ont importé leur style particulier de prédication et de prosélytisme. Ils voyagent à travers le pays en petits groupes et appellent leurs coreligionnaires à observer les préceptes de l’islam à l’occasion de réunions publiques de prédication. Les adeptes du Tablighi Jama’at qui vivent au Japon entretiennent des relations avec le mouvement dans le sous-continent indien, en Europe et en Amérique du Nord, et accueillent des groupes de missionnaires en provenance de ces pays. Ils envoient aussi des délégués au meeting annuel qui se tient au Bangladesh et dans la banlieue de Lahore, au Pakistan, et auquel participent des millions de fidèles.

38Les cuisines des mosquées sont souvent utilisées pour préparer de la nourriture conformément aux préceptes rituels et cela à diverses occasions, en particulier au moment du Ramadan. Comme on ne trouve pas partout de la nourriture halal, celle que proposent les mosquées est appréciée des musulmans vivant au Japon. Pendant le mois du Ramadan, de nombreux fidèles, en rentrant chez eux, s’arrêtent volontiers à la mosquée pour dîner avec des coreligionnaires. C’est également durant ce mois du Ramadan que l’on voit davantage d’épouses japonaises de musulmans venir à la mosquée quand celle-ci dispose d’un espace réservé aux femmes ; elles y viennent avec leurs enfants et célèbrent la rupture du jeûne, l’iftar, avec d’autres musulmanes.

39Le budget de la gestion et de l’entretien des mosquées dépend des dons recueillis auprès des populations musulmanes locales ; les dons les plus importants proviennent en général de fidèles qui se sont installés à leur compte, en particulier dans le secteur du commerce des voitures d’occcasion.

L’ouverture des mosquées

40Bien que les Indonésiens musulmans soient les plus nombreux, ce sont les Pakistanais qui sont les plus actifs dans la création et la gestion de mosquées d’intérêt local. Ce rôle dominant des Pakistanais dans les activités religieuses au Japon tient à plusieurs raisons.

41Tout d’abord, dès leur arrivée, les Pakistanais ont toujours rempli scrupuleusement leurs devoirs religieux. La quasi-totalité des musulmans qui sont venus au Japon dans les années 1980 ont trouvé du travail dans les usines et dans le secteur du bâtiment et ont été confrontés à la difficulté de faire leurs prières quotidiennes à heure fixe, et a fortiori de se réunir à midi pour la prière commune. Cependant ce sont principalement des Pakistanais qui ont pris la tête des revendications auprès des employeurs pour obtenir des aménagements d’horaires afin de leur permettre de faire leurs prières et de s’assurer un lieu (musalla) pour les prières collectives du vendredi et du mois du Ramadan.

42En second lieu, de nombreux Pakistanais qui ont épousé des Japonaises ont bien réussi dans leurs affaires et peuvent contribuer au financement des mosquées, tant pour leur construction que pour leur gestion. Ils ont donc tout naturellement joué un rôle essentiel dans l’ouverture de mosquées et le développement des activités religieuses au Japon.

43Enfin, les Pakistanais ont fondé des organisations comme l’Islamic Circle of Japan et le Japan Islamic Trust pour aider à l’implantation de nouvelles mosquées. C’est en 1992 qu’une cinquantaine de Pakistanais ont fondé l’Islamic Circle of Japan et ouvert la mosquée Asakusa à Tokyo, la mosquée Gyotoku à Chiba et la mosquée Tatebayashi à Gunma. La Japan Mosque Foundation, qui est l’une des trois principales branches de l’Islamic Circle of Japan, administre et entretient ces trois mosquées. Le Japan Islamic Trust, dirigé par un Pakistanais, a été créé en 1994 ; il a ouvert une mosquée à Otsuka, Tokyo, en 1999, et projette d’ouvrir d’autres mosquées dans la capitale.

44Les Pakistanais ont joué un rôle essentiel dans l’implantation de mosquées au Japon, mais ils n’en ont pas l’exclusivité ; par exemple, ce sont des Bangladeshis qui dirigent la mosquée de Sakaimachi et des Birmans celle de Shinokibo. Les Indonésiens qui habitent Tokyo se rendent de préférence à Barai Indonesian, une école rattachée à l’Ambassade d’Indonésie au Japon, pour y accomplir leurs prières. Il est intéressant de noter que, bien que la mosquée de Tokyo appartienne au gouvernement turc, les musulmans non turcs qui la fréquentent sont plus nombreux que les musulmans turcs ; il est vrai que ceux-ci sont très minoritaires parmi les musulmans étrangers vivant au Japon.

La mosquée, espace pluriel

45Bien que certaines mosquées présentent des tendances à l’ethnicisme ou au sectarisme, les mosquées japonaises dans leur ensemble sont des espaces ouverts au pluralisme. Les musulmans sont réellement minoritaires au Japon et sont dispersés à travers tout le territoire. ; il n’y a pas de groupe dominant parmi eux et le nombre des mosquées est limité. Tout ceci fait que les mosquées japonaises accueillent de nombreuses nationalités, parlant des langues très diverses, se réclamant d’écoles juridiques (mazhab) très variées, et se revendiquant de différentes obédiences. Même si la présence des Pakistanais est dominante dans de nombreuses mosquées, celle-ci n’exclue pas pour autant les musulmans d’autres pays. Les fidèles bangladeshis, srilankais, indonésiens, tout comme les convertis japonais sont également actifs dans bien des mosquées où l’on parle des langues très variées, le japonais, mais aussi l’anglais, l’urdu, le hindi, le bengali, l’indonésien, l’arabe, etc. Chaque imam prêche dans sa langue et les sermons sont éventuellement traduits dans d’autres langues par des fidèles bénévoles. Certains prêches particulièrement importants sont traduits en anglais et en japonais et repris sur le site web des mosquées. Comme les résidents permanents musulmans au Japon sont de plus en plus nombreux, le japonais est souvent utilisé comme langue de communication entre fidèles venant d’horizons linguistiques différents. La mosquée de Nagoya, qui accueille des étudiants de nationalités très diverses, a choisi l’anglais comme langue officielle.

46Comme la majorité des Pakistanais appartiennent à l’école hanafite et que les Indonésiens se rattachent à l’école shafiite, ce sont ces deux obédiences sunnites qui prédominent dans les mosquées japonaises. Mais les Iraniens, qui sont pour la plupart des chiites et appartiennent à l’école Jafari, viennent aussi de temps en temps participer aux prières conduites par les imams sunnites. Les mosquées au Japon ne se divisent pas selon les sectes (mazhab). D’un autre côté, une certaine tendance sectaire, qui n’était pas perceptible au début, a fini progressivement par s’affirmer. On observe par exemple trois sectes au sein de la communauté pakistanaise qui se rattache à l’école hanafite. L’un des groupes est proche du soufisme et du culte des saints ; les membres de ce groupe célèbrent l’anniversaire de la naissance de Mahomet et défilent avec des drapeaux. D’autres s’opposent à cette célébration et au culte des saints car ils y voient un risque d’idolâtrie ; ils suivent l’enseignement de Maududi qu’ils traduisent en japonais. Les adeptes du Tablighi Jama’at, quant à eux, forment un groupe à part et entretiennent des relations suivies avec les adeptes de leur mouvement à l’intérieur comme à l’extérieur du Japon. Le même type de divisions peut s’observer parmi les musulmans venus d’autres pays.

47Chaque mosquée a son propre imam qui conduit les prières communes, administre la mosquée et dirige les activités religieuses ; cependant la majorité des imams n’a pas reçu de formation spécifique pour accéder à cette charge ; en général, un imam est choisi parmi les fidèles les plus assidus de la mosquée et on lui demande d’accepter d’exercer ce ministère à titre bénévole. L’imam de la mosquée de Niigata, un Pakistanais qui fait le commerce des voitures d’occasion, en est un exemple. Les mosquées d’Isezaki et de Toda ont chacune un imam à plein temps ; ce sont tous deux des Bangladeshis qui à l’origine sont venus chercher du travail au Japon ; lors de l’ouverture de la mosquée qu’ils fréquentaient, on leur a demandé de servir comme imam à plein temps, en raison de leurs connaissances en matière religieuse. L’imam de la mosquée d’Isezaki loge dans une petite pièce construite en préfabriqué à proximité de la mosquée ; l’imam de Toda a une chambre à l’intérieur du bâtiment ; l’imam de la mosquée de Yashio, qui est marié à une Japonaise, habite avec elle dans la mosquée et se tient au service de la communauté 24 heures sur 24. Leurs frais d’entretien sont assurés par les dons recueillis auprès des fidèles. Les imams ne sont pas obligatoirement les directeurs de la mosquée ; dans bien des cas, ce sont d’autres personnes qui en assurent l’administration.

48Á l’heure actuelle, pendant le mois du Ramadan, de nombreuses mosquées font venir de l’étranger, surtout du sous-continent indien, des imams diplômés pour conduire les prières ; le choix des imams et l’invitation qui leur est adressée se font en général à travers des réseaux de relations personnelles. Mais même lorsque les responsables d’une mosquée arrivent à trouver le bon candidat, elles ont souvent du mal à obtenir le visa nécessaire.

49Dans le cas des mosquées de Kobe, de Tokyo et de Hiro, la situation est légèrement différente. L’imam de Kobe a toujours été envoyé par l’Université Al-Azhar du Caire ; l’actuel imam est un diplômé d’Al-Azhar, qui a exercé son ministère au Caire pendant une quinzaine d’années. Les mosquées de Tokyo et de Hiro ont un imam officiel qui leur a été envoyé respectivement par la Turquie et par l’Arabie saoudite.

Les activités religieuses

50Pour les musulmans, la mosquée est d’abord et avant tout un lieu de prière. Néanmoins, comme la plupart des musulmans vivant au Japon n’ont pas de mosquée dans leur voisinage immédiat, ils sont obligés d’organiser les prières chez eux, sur leur lieu de travail ou, à proximité, dans une musalla. Bien que l’on ne dispose pas de statistiques précises, on pense qu’il y a des centaines de musalla à travers tout le pays et qu’elles servent même aux prières du vendredi à midi. Comme le vendredi n’est pas férié au Japon, beaucoup de musulmans, hommes et femmes, se rendent à la mosquée le week-end pour participer aux prières collectives.

51Durant le mois du Ramadan, l’imam conduit la prière tous les jours et les fidèles sont plus nombreux à venir prier à la mosquée. Après le coucher du soleil, ils prennent en commun le repas (iftar) qui a été préparé par des bénévoles dans la cuisine de la mosquée ; dans une salle à part, une grande nappe est étalée sur le sol et l’iftar est servi non seulement aux fidèles mais également aux invités non musulmans : voisins, étudiants s’intéressant à la culture islamique, à des fins d’enseignement, ou préparant des rapports pour des séminaires de recherche, journalistes menant des enquêtes sur les activités religieuses à l’intérieur de la mosquée, etc.

52La nuit « du pouvoir et de l’excellence », c’est-à-dire la nuit où le prophète Mahomet a reçu la révélation du Coran, de nombreux musulmans se rendent à la mosquée et y restent plus longtemps que d’habitude.

53La fin du Ramadan est décrétée à partir de l’observation de la forme de la lune. Au Japon, les musulmans observent la lune depuis les plus hauts immeubles dans les grandes villes et communiquent leurs observations avec leur téléphone portable. Si certains d’entre eux voient apparaître le croissant de lune, ils annoncent que le lendemain sera le Id al-Fitr, c’est-à-dire le jour de la rupture du jeûne. L’information est envoyée à tous les musulmans japonais via le téléphone et Internet. Si personne n’aperçoit le croissant de lune, on se conforme aux observations officielles des autorités musulmanes malaysiennes, car la Malaysia est l’État musulman le plus proche du Japon. Le Id al-Fitr dure en général trois jours, mais au Japon, s’il tombe en semaine, il est impossible à la plupart des musulmans de s’absenter de leur travail pendant trois jours. Nombreux sont ceux qui prennent une journée, voire une demi-journée de repos pour aller prier à la mosquée. Dans le cas des petites mosquées qui ne disposent que d’un espace limité, les prières collectives sont organisées deux ou trois fois de suite dans la journée pour que tout le monde puisse y participer.

54Lors du Id al-Fitr, on voit davantage de musulmanes japonaises dans les mosquées. Elles viennent revêtues des habits traditionnels du pays d’origine de leur mari ou du pays dans lequel elles se sont converties à l’islam. Comme les musulmans en provenance du sous-continent indien sont majoritaires dans de nombreuses mosquées, leur vêtement traditionnel, le sharwar kamiz, est le plus courant. Á l’entrée de chaque mosquée une offrande de 1 500 yen (l’équivalent de 12 à 15 US dollars) est perçue à titre de zakat al fitr ; on vend aussi des boissons en canette, des dattes séchées et autres friandises importées.

55Le Id al-Adha, c’est-à-dire la fête du Sacrifice, est aussi célébré au Japon. Mais comme il est interdit de procéder à l’abattage rituel des animaux dans la rue, les musulmans commandent de la viande fraîche halal pour leur repas de fête. Pendant les festivités, la nourriture est préparée soit dans la cuisine de la mosquée, soit à l’extérieur. Le type de nourriture dépend du groupe ethnique majoritaire dans la mosquée.

56Comme on l’a vu plus haut, la célébration du Mawlid al-Nabi, c’est-à-dire l’anniversaire de la naissance du prophète Mahomet, est sujette à controverse. Les imams de Toda, d’Isezaki et de Yashio, ainsi que certains groupes de Pakistanais en font une grande fête ; depuis le début des années 1990, ils se réunissent dans un parc de Roppongi, l’un des quartiers les plus chic de Tokyo, organisent des prières et partagent un repas ; puis, au début de l’après-midi, ils se mettent à défiler le long de l’avenue principale de Roppongi en brandissant des drapeaux colorés et des mégaphones et en criant « Ya nabi ! » des heures durant. Néanmoins, non seulement les musulmans d’Arabie saoudite mais également certains Pakistanais sont opposés à la célébration de la naissance du Prophète, au motif que cet anniversaire n’était pas fêté de son vivant et que cette fête met l’accent sur un être humain et non pas sur Dieu lui-même.

Autres activités dans les mosquées

57Pour des raisons de manque d’espace, les mosquées servent souvent de salles de cours pour l’enseignement du Coran. Dans les mosquées comme celle de Yashio, qui n’a qu’une salle de prière, celle-ci sert de salle de classe. Les participants aux cours sont des épouses de musulmans et leurs enfants. Comme ce sont de nouveaux convertis qui n’ont qu’une connaissance très limitée de l’islam et vivent dans un environnement non islamique, le professeur doit leur enseigner les bases mêmes de la religion, y compris les préceptes fondamentaux et les obligations rituelles, et doit également leur apprendre à lire le Coran en arabe. Mais les mosquées manquent d’enseignants qualifiés et ont du mal à trouver les crédits nécessaires pour les rémunérer ; les musulmans pieux trouvent la situation actuelle peu satisfaisante.

58La mosquée de Kobe a ouvert le dimanche matin un cours bien organisé pour les enfants, dans une salle à l’intérieur du bâtiment. Le cours commence à 10h ; les enfants apprennent à réciter les prières quotidiennes, à mémoriser les versets du Coran, à lire l’arabe, et on leur enseigne l’histoire des prophètes. La classe se termine avec la récitation de la prière de midi. Des cours sont aussi proposés le samedi après-midi aux adultes, hommes et femmes. Même des non-musulmans qui souhaitent étudier l’islam y sont admis.

59La conversion à l’islam implique la déclaration de « shahada » (« Il n’y a de dieu que Dieu et Mahomet est le messager de Dieu ») en présence d’au moins deux témoins. Au Japon, cette déclaration se fait en général en présence d’un imam. La mosquée délivre alors un certificat de conversion à l’islam et attribue un nom musulman à chaque  nouveau converti. Ce dernier doit remplir un questionnaire en indiquant son nom, sa nationalité, son numéro de passeport, sa date de naissance, son adresse. Ce certificat de conversion est important pour ceux ou celles qui veulent épouser une musulmane ou un musulman.

60Les mosquées prennent en charge à la fois les mariages et les enterrements. Elles organisent les cérémonies de mariage (nikah) et délivrent les certificats de mariage. Dans certaines mosquées, on peut aider les familles à l’occasion du décès d’un des leurs.

Les femmes et les mosquées

61La présence des femmes musulmanes dans les mosquées japonaise est limitée. Les mosquées d’obédience Tablighi Jama’at sont réservées aux hommes, aucun espace n’y est prévu pour les femmes, mais même dans les mosquées qui ont un étage ou un lieu séparé réservé aux femmes, celles-ci sont peu nombreuses à les fréquenter. Comme ce sont en majorité des converties de fraîche date qui connaissent mal l’islam, elles sont peu familières du mode de vie musulman et parlent mal les langues utilisées par la plupart des imams, comme l’arabe, l’urdu, le bengali et l’indonésien. En outre, elles sont à bien des égards maintenues à l’écart par leurs époux musulmans qui ne sont pas japonais. Tout d’abord, une bonne partie de ces derniers qui sont originaires de sociétés patriarcales, demandent à leur épouse japonaise de se conformer au modèle de la « femme musulmane idéale » de leur pays d’origine, et de leur prouver ainsi leur soumission. On voit donc beaucoup de Japonaises mariées à des musulmans provenant du sous-continent indien porter le sharwar kamiz et se couvrir entièrement la tête. Leur mode de vie et leur aspect vestimentaire les éloignent de la société japonaise dans laquelle elles ont grandi. En second lieu, certains musulmans ne souhaitent pas que leur femme acquière une connaissance trop approfondie de leur religion car ils y voient une éventuelle menace contre leur propre autorité. Cette attitude de défiance empêche les épouses japonaises de prendre une part active à la vie religieuse dans les mosquées.

La mosquée, symbole de la présence musulmane au Japon

62En règle générale, les travailleurs étrangers musulmans étaient jusque-là considérés soit comme des « travailleurs », soit comme des « résidents clandestins » et pendant un certain temps le caractère religieux de cette immigration ne souleva guère d’intérêt dans l’opinion publique. Le gouvernement japonais, prenant au sérieux le problème des travailleurs étrangers vivant dans l’illégalité, tenta d’en limiter le nombre en les expulsant et en durcissant les lois sur l’immigration. Donc, jusqu’à l’apparition de mosquées d’intérêt local, au milieu des années 1990, les Japonais n’étaient pas conscients de l’augmentation soudaine du nombre des musulmans dans leur pays. En d’autres termes, les travailleurs immigrés musulmans commencèrent à être perçus comme des « musulmans » à partir du moment où ils ont construit des mosquées.  Néanmoins, il est intéressant de noter que la réaction de la société a été très modérée et qu’on n’a observé aucune manifestation sérieuse d’opposition à la création de mosquées, malgré l’influence des stéréotypes occidentaux concernant l’islam sur l’image qu’en ont les Japonais (Penn, sans date et 2008).

63L’un des éléments qui a sans doute joué en faveur des musulmans est l’indifférence relative des Japonais vis-à-vis de la religion en général. Comme la plupart des musulmans ne sont pas japonais et représentent encore une minorité très réduite par rapport à la population dans son ensemble, personne n’imagine que des Japonais « ordinaires » puissent se convertir à l’islam. L’opinion publique japonaise tend d’ailleurs à considérer les mosquées moins comme des symboles religieux que comme des lieux d’expression de cultures différentes(Sakurai, 2005).

64Les musulmans se sont d’ailleurs efforcés de désarmer les préventions de leurs voisins en les invitant à la mosquée, en communiquant aux autorités policières locales le calendrier prévu de leurs principales manifestations et en participant eux-mêmes aux activités de leur société d’accueil. C’est pourquoi, tout au moins jusqu’à l’ « incident du Coran déchiré » qui s’est produit en 2001, dont je parlerai plus loin, l’implantation de mosquées et l’organisation d’activités religieuses ne souleva guère d’intérêt dans l’opinion publique.

65Mais peu à peu, avec la confrontation de plus en plus dure entre l’Occident et certains pays musulmans et les nombreux attentats menés contre des citoyens occidentaux par des groupes terroristes islamistes, l’image des musulmans au sein de la société japonaise s’est dégradée.

66Le 21 mai 2001, quelques mois avant la tragédie du 11 septembre, l’ « incident du Coran déchiré » s’est produit dans la préfecture de Toyama, où sont installés de nombreux Pakistanais qui font le commerce des voitures d’occasion. L’un d’entre eux a trouvé un matin, jeté devant la porte de son bureau, un exemplaire déchiré du Coran ; le livre avait été volé dans la mosquée locale fréquentée par les commerçants pakistanais. La nouvelle se propagea très rapidement dans les cercles musulmans à travers tout le pays et des centaines de fidèles affluèrent vers Toyama pour participer à une manifestation de protestation devant le commissariat local, le quartier général de la police et le bureau du gouverneur de la ville de Toyama. Ensuite, les manifestants défilèrent à Tokyo et leurs représentants déposèrent une protestation auprès du Ministère japonais des Affaires étrangères. L’incident fut largement couvert par les principaux organes de presse et par la télévision et les Japonais furent surpris par la violence de la réaction et la solidarité de la communauté musulmane. Par la suite, l’incident lui-même fut réglé dans le calme, avec l’arrestation de la responsable du délit : il s’agissait en fait d’une jeune Japonaise d’une vingtaine d’années qui avait déchiré ce livre sur une impulsion enfantine irraisonnée, pour contrarier son père avec qui elle était en conflit et sans aucune intention d’insulter les musulmans ni l’islam. Néanmoins, l’incident fit prendre conscience aux Japonais que de nombreux musulmans vivaient dans leur pays, y travaillaient, y fondaient leurs propres lieux de culte et revendiquaient haut et fort leur droit à exercer leur religion.

67Quelques mois plus tard se produisait la tragédie du 11 septembre. Les mosquées ouvertes par des travailleurs immigrés furent placées sous surveillance par les services de police et leurs voisins se mirent à les regarder avec un peu plus de méfiance. Désormais, les mosquées sont tenues pour responsables devant la société japonaise des croyances et des activités de leurs fidèles. Après le 11 septembre, un grand nombre de mosquées ont publié des brochures et des ouvrages en japonais ou en anglais pour faire connaître la religion musulmane et informer le public sur leurs buts et leurs activités. Cette information, dans le cas de certaines mosquées, se retrouve diffusée dans les deux langues sur leur page d’accueil sur le web. Mais comment être responsable, comment expliquer la doctrine de l’islam, comment réagir aux éventuelles manifestations d’hostilité de la part de l’opinion publique japonaise ? La réponse varie selon les mosquées, chacune ayant adopté sa propre stratégie de communication avec la société d’accueil.

Un statut juridique différent selon les mosquées

68Jusqu’ici seules quelques mosquées, comme celles de Kobe, de Tokyo et de Nagoya, se sont fait officiellement reconnaître par le gouvernement japonais un statut juridique de société à finalités religieuses.

69Les ambassades de plusieurs pays musulmans qui ont ouvert des bureaux à Tokyo ont aidé par leurs contributions à assurer l’exercice du culte dans les mosquées, mais seules les ambassades de Turquie et d’Arabie saoudite ont fondé leur propre mosquée. Les ambassadeurs de ces pays et certains hommes politiques japonais ont assisté aux cérémonies d’ouverture de ces mosquées. Les personnels diplomatiques des pays musulmans se rendent à la mosquée Hiro ou à celle de Tokyo à la fois à titre officiel et à titre privé. Par exemple, l’ambassadeur du Pakistan est venu à la mosquée de Hiro pour célébrer le Id al-Fitr et l’ambassadeur d’Iran a assisté aux obsèques d’un Iranien organisées à la mosquée de Tokyo. Ainsi, les mosquées ont aussi servi de lieu de rencontres diplomatiques.

70Les mosquées fondées par des travailleurs musulmans immigrés souhaiteraient elles aussi se voir reconnaître par les autorités un statut juridique de société à finalités religieuses, mais il leur est difficile de répondre aux exigences de ce statut. La mosquée de Nagoya l’a obtenu en 2002. Les étudiants inscrits à l’Université de Nagoya ont joué à cet égard un rôle important et les hommes d’affaires musulmans prospères vivant dans le district de Nagoya les ont aidés à ouvrir la mosquée. L’imam de la mosquée al-Haram de La Mecque a été reçu à titre d’invité d’honneur à la cérémonie d’ouverture, à laquelle l’ambassadeur d’Arabie saoudite a également assisté. Pour se faire connaître, la mosquée de Nagoya a accepté de donner des interviews à la presse, a invité des représentants des principaux États musulmans et a publié des brochures en japonais et en anglais pour expliquer ses principales activités. Quant aux autres mosquées, même si elles aimeraient acquérir le satut juridique de société à finalités religieuses, elles peuvent difficilement suivre l’exemple de celle de Nagoya car elles ne bénéficient  pas des mêmes réseaux de relations. En conséquence, elles sont obligées de se déclarer en tant qu’entreprises privées et sont plus lourdement imposées. Mais au-delà même du problème de la fiscalité, leur statut juridique pèse sur leur image dans la société japonaise ; l’opinion publique tend à les considérer avec davantage de méfiance.

La mosquée, symbole de l’islam et symbole d’architecture ethnique

71Avec son minaret et son toit en dôme, la mosquée est le symbole de l’architecture islamique et sa beauté et sa perfection architecturale en font un objet d’admiration indépendamment des croyances de chacun. Bien que l’aspect extérieur d’une mosquée ne soit soumis à aucune réglementation précise et que les dimensions et l’ornementation des façades varient d’un endroit à l’autre, on reconnaît en fait dans les mosquées de chaque pays ou de chaque région un modèle particulier de plan et de style. Toutes les mosquées au Japon ont été construites par des musulmans étrangers à partir du modèle propre à leur pays d’origine. La mosquée de Kobe a adopté le style indien, celle de Tokyo le style ottoman classique et la mosquée Hiro celui des édifices d’Arabie saoudite. Toutes ces mosquées ont été dessinées par des architectes ; elles sont donc représentatives à la fois de l’architecture islamique et des diverses architectures nationales.

72La mosquée de Tokyo est typique à cet égard. L’espace d’accueil au premier étage a été conçu comme un lieu d’exposition de l’artisanat turco-musulman et abrite également une cafétéria semblable à celles que l’on voit en Turquie. La mosquée est ouverte au public et elle est devenue un lieu de fréquentation en vogue parmi les visiteurs japonais qui s’intéressent à la culture turco-islamique. Elle est de ce fait considérée plus comme un musée à l’intention des Japonais que comme un lieu de culte. L’image de la mosquée de Kobe est celle d’un monument historique datant de l’avant-guerre. Celle de Hiro, qui fait partie de l’Arabic Islamic Institute of Saudi Arabia, fonctionne aussi comme un centre culturel représentant l’Arabie saoudite.

73Á l’opposé, l’aspect extérieur des mosquées d’intérêt local ne correspond en général à aucun modèle particulier. Comme elles ont pour la plupart été implantées dans d’anciens bâtiments ne comportant ni minaret ni dôme, les fidèles ont dû inventer de nouvelles manières de transformer des immeubles ou des usines en mosquées, en engageant le minimum de frais.

74Dans le cas des mosquées de Sakaimachi et de Ohanajoya, des minarets ont été peints sur la façade des bâtiments. L’entrée de la mosquée de Yashio qui a été organisée dans une ancienne usine comportant un étage, a été décorée avec un panneau peint en vert et découpé en forme de dôme et deux petites constructions en bois en forme de minaret pour figurer une mosquée. Souvent des arches sont peintes au-dessus des fenêtres des mosquées pour leur donner un aspect plus « islamique ». Dans certains cas, on a même décoré le toit avec de petits ornements en forme de dôme. En raison du manque d’espace pour créer une cour intérieure, le lieu destiné aux ablutions est placé à l’intérieur de la mosquée. Ces diverses contraintes explique que le Japon est en train d’expérimenter de nouveaux styles de mosquée.

La mosquée comme lieu de communication entre musulmans et Japonais

75Les musulmans ne sont pas regroupés dans certaines régions du Japon, mais au contraire dispersés à travers le pays. Même dans la ville de Shiminato, dans la préfecture de Toyama, où plus de deux cents entrepreneurs pakistanais exerçant le commerce des voitures d’occasion ont installé leurs bureaux le long de la Route n°8 et habitent avec leurs femmes et leurs enfants à l’extérieur de cette zone ; certains d’entre eux logent dans des villes toutes proches, d’autres plus loin, dans d’autres préfectures.

76La mosquée est donc le lieu par excellence, et le seul, où les Japonais peuvent entrer en contact avec les musulmans vivant dans leur pays. Les activités qui s’y déroulent font souvent l’objet de reportages télévisés ou d’articles dans les journaux ou les magazines. Depuis l’attentat du 11 septembre, notamment, les forces de police surveillent les allées et venues des musulmans autour des mosquées. De nombreux étudiants et chercheurs qui travaillent sur l’islam et la communauté musulmane du Japon s’y rendent fréquemment, de même que les représentants des populations locales qui viennent proposer aux musulmans de participer avec eux aux programmes et aux services communautaires.

77Dans le cas de la mosquée de Tokyo, le Turkish Culture Center, qui occupe le premier étage du bâtiment, sert de lieu d’introduction à la culture turque et musulmane.

78Tout ceci aide les mosquées à se faire accepter par la société japonaise.

Conclusion

79La plupart des mosquées ont été implantées au Japon au cours des dernières années par des immigrés musulmans et sont encore à la recherche d’un mode de fonctionnement approprié ; toutes les caractéristiques que j’ai relevées peuvent donc changer radicalement en peu de temps.

80Néanmoins, pour le moment, on peut résumer en quelques points le rôle que jouent les mosquées, en tant qu’espaces offerts aux musulmans.

81Tout d’abord, les mosquées japonaises présentent toutes un caractère multi-ethnique, multilingue, multi-mazhab et multi-sectes. Ce pluralisme est dû essentiellement au fait que les musulmans proviennent de pays très variés et qu’aucun groupe ethnique ne s’impose par rapport aux autres.

82En second lieu, on l’a vu, mis à part le cas de quelques mosquées qui ont un imam formé et permanent, mis à leur disposition par certains États musulmans, dans l’ensemble les activités du culte sont dirigées et organisées par des laïcs bénévoles qui n’ont pas reçu de formation spécifique. Le recours à ces laïcs bénévoles par les mosquées d’intérêt local y entretient une atmosphère accueillante et les musulmans s’y retrouvent en sécurité entre eux, notamment depuis l’attentat du 11 septembre qui a suscité dans le monde entier des critiques sévères à l’encontre des musulmans.

83En troisième lieu, contrairement à celles qui se sont implantées en Europe occidentale et en Amérique du Nord, les mosquées au Japon sont relativement peu fréquentées par les femmes. Cela tient en partie au fait que beaucoup d’entre elles se sont converties récemment, à l’occasion de leur mariage, et n’ont jamais vécu dans un pays musulman. D’autre part, leur soumission traditionnelle à une culture patriarcale renforce encore la domination masculine propre à la culture islamique ; beaucoup de musulmans qui ont épousé des Japonaises déclarent que l’obéissance est une vertu caractéristique des femmes de ce pays.

84Le rôle des mosquées est également de représenter les musulmans vivant au Japon. Avant la guerre, ils étaient peu nombreux et c’est pour la première fois dans son histoire, à partir de la fin des années 1980, que le Japon en a accueilli des flux considérables. Mais jusqu’à l’implantation de toutes ces mosquées,  les Japonais n’avaient jamais réalisé que beaucoup d’étrangers qui venaient chercher du travail dans leur pays étaient des musulmans. Á cet égard, les mosquées symbolisent leur présence et leur désir de s’installer au Japon pour de longues années.

85D’un point de vue architectural, les mosquées créées par des travailleurs immigrés diffèrent par leur aspect extérieur de celles qui ont été fondées par des États musulmans étrangers. Leurs façades sont ornées de minarets peints et de panneaux découpés en forme de dôme, et de petits ornements également en forme de dôme ont été placés sur les toits des édifices pour leur donner à moindres frais un aspect « islamique ».

86Comme à présent le monde entier a les yeux tournés vers l’islam, les mosquées fondées par des laïcs se trouvent confrontées à l’obligation d’expliquer la religion musulmane à la société japonaise. Les mosquées ont souvent fait l’objet de reportages télévisés et d’articles dans les journaux et magazines. Les Japonais qui souhaitent s’informer sur leurs activités s’y rendent en visite, interviewent leurs responsables et apprennent à mieux les connaître. Les mosquées sont donc devenues des lieux de rencontre entre Japonais et musulmans.

Haut de page

Bibliographie

Fujio Komura, 1988, Nihon Islam-shi [Histoire de l’islam au Japon], Nihon Islam Yuko Renmei.

Hirofumi Okai, 2007, « Islam network no tanjo » [La naissance du réseau islamique], in Higuchi Naoto, Inaba Nanako, Tanno Kiyoto, Fukuda Tomoko, Okai Hirofumi, Kokkyo wo koeru, [Le franchissement de la frontière nationale], Tokyo, Seidosya.

Kojima Hiroshi, 2006, « Variations in demographic characteristics of foreign « muslim » population in Japan: a preliminary estimation », The Japanese Journal of Population 4 (1) : 117-119.

Penn Michael, s.d., « Islam in Japan », Harvard Asia Quarterly, http:/www.asiaquarterly.com.  

— 2008, « Public faces and private spaces : Islam in the Japanese context »,  Asian Policy 5.

Sakurai Keiko, 2003, Nihon no Muslim skakai [La société musulmane au Japon], Tokyo, Chikuma Shobo.

— 2005, « Living as muslims in Japan: between observance and coexistence », Gaiko Forum: Japanese Perspectives on Foreign Affairs.

—  2008, « Muslims in contemporary Japan », Asian Policy 5 : 71-73.

Haut de page

Notes

*  Traduit par Hélène Harnaud  avec le soutien du FASOPO (Fonds d'analyse des sociétés politiques)  http://www.fasopo.org

1  Jusqu’à la destruction en 1986 de la mosquée délabrée de Tokyo, il n’y avait eu que deux mosquées au Japon ; seule resta alors celle de Kobe.

2  Pour plus d’informations, voir Sakurai, 2003 : 29-39  et 2008 : 71-73. Pour obtenir une estimation du nombre des musulmans étrangers à partir des chiffres de l’Office de l’Immigration du Ministère de la Justice (voir notamment Statistics on the Foreigners Registered in Japan publiées par la Japan Immigration Association ), on a d’abord calculé le nombre des résidents étrangers « déclarés » en provenance de pays membres de l’OCI (l’Organisation de la Conférence islamique). Ce nombre était de 67 746 en 2004, mais ne représentait que les musulmans résidant de manière permanente au Japon, à l’exclusion des 11 525 détenteurs d’un permis de séjour temporaire ; la population musulmane présente alors sur le sol japonais était donc de 56 221 personnes. Cette méthode de calcul n’est certes pas totalement satisfaisante, et ce pour deux raisons. Tout d’abord, certains États membres de l’OCI, comme la Malaysia et le Liban, comptent de nombreux ressortissants non musulmans ; donc des non-musulmans sont comptabilisés dans le total indiqué. D’autre part, ces chiffres ne prennent pas en compte les ressortissants de pays non membres de l’OCI comme l’Inde, le Sri Lanka, la Chine ou le Myanmar. En outre, on ne connaît pas le nombre exact des musulmans en provenance de ces pays et on ne peut donc pas en donner une évaluation chiffrée à part. Néanmoins, quels que soient les défauts de cette méthode, on ne peut calculer approximativement le nombre des musulmans étrangers qu’en additionnant le nombre des résidents en provenance des pays membres de l’OCI.

En second lieu, on évaluait en 2004 à 7 246 le nombre des ressortissants indonésiens restés au Japon après l’expiration de leur visa (on ne dispose pas d’évaluation similaire pour 2004  en ce qui concerne les autres pays musulmans, y compris le Bangladesh, le Pakistan et l’Iran, car l’Office de l’Immigration du Ministère de la Justice ne fournissait d’information à cette date que sur les dix pays dont les ressortissants étaient les plus nombreux à rester au-delà du délai légal, et l’Indonésie faisait partie de ces dix pays. Tous les chiffres sont tirés de Zairyu gaikokujin tokei [Statistiques des étrangers enregistrés au Japon], Tokyo, Nyukan kyokai, 2005. Lorsqu’on les additionne, on arrive à une estimation globale de 63 467 musulmans étrangers. On ne dispose pas d’information chiffrée sur les musulmans japonais.

Selon les dernières estimations du nombre des musulmans étrangers données par Kojima, la population musulmane évaluée à la fin de chaque année était au total d’environ 5 300 personnes en 1984, 12 300 en 1990, 30 000 en 1995, 47 600 en 2000 et 56 300 en 2003. Pour plus de détails sur la méthode utilisée, voir Kojima, 2006.

3  Ce visa comporte plusieurs « sous-catégories » : visa pour des études avant l’université, visa pour des études à l’université, visa pour des stages ; les détenteurs d’un visa de stagiaire sont autorisés à suivre des filières d’apprentissage de technologies, d’acquisition de compétences ou de connaissances dans le cadre d’institutions publiques ou privées.

4  Il est intéressant de noter que ceux qui ont obtenu un permis de résidence familial (avec femme et enfants) ou un statut de résident permanent sont passés de 12 273 en 2000 à 19 600 en 2004.

5  Le pourcentage actuel de ces résidents clandestins doit dépasser 10% si l’on prend en compte le nombre de ceux qui ne sont pas indonésiens.

6  On ne dispose pas d’évaluation chiffrée du nombre des musulmans parmi les Malaysiens vivant au Japon.

7  Hirofumi, 2007 : 182.

Le nom et l’adresse des principales mosquées du Japon figurent sur les sites suivants :

http:/park2.itc.u-tokyo.ac.jp/tuics/mosques.htm

http:/islam.web.infoseek.co.jp/benri/masjidip.htm

http:/islam3.hp.infoseek.co.jp/benri/e_benriindex.htm

Le nombre des mosquées varie selon le site consulté. Cela tient au fait qu’un site pourra indiquer uniquement les mosquées « réputées » qui possèdent leur propre édifice, tandis qu’un autre site indiquera également celles qui ont leur style propre. Selon les explications que m’ont données certains de mes interlocuteurs musulmans, une mosquée ne saurait être simplement une salle ou un bâtiment loué. En revanche, si un musulman est propriétaire d’une salle ou d’un étage dans un immeuble, il peut en faire une mosquée. Ce chapitre traite des mosquées implantées dans un bâtiment indépendant possédé par un musulman ou par une association religieuse.

8  Selon Komura, la première mosquée fut fondée à Nagoya en 1931 par des réfugiés turcs. Mais elle fut totalement détruite en 1945 lors d’un raid aérien et on n’en connaît pas l’histoire détaillée. Voir Fujio, 1988.

9  Comme la majorité des réfugiés turcs originaires de Russie avaient fini par obtenir la nationalité turque, c’est à la République de Turquie que fut donné le terrain sur lequel avait été construite la mosquée.

10  La mosquée de Narimasu a été remplacée par celle d’Ohanajaya.

11  En 1992, le nombre des étrangers ayant dépassé le délai légal de leur séjour était de 8 161 pour les Bangladeshis, de 8 056 pour les Pakistanais, de 32 994 pour les Iraniens, ce qui donne un total de 49 501 personnes. En 2000, le nombre de ces étrangers en situation irrégulière était de 3 414 pour les Pakistanais, de 4 263 pour les Bangladeshis et de 5 824 pour les Iraniens, soit au total 13 501 personnes. Cf.  Kokusai Jinryu [Le Magazine de l’immigration], novembre 1992 et mai 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Keiko Sakurai, « Une construction des immigrants musulmans : La mosquée, un espace des communautés musulmanes au Japon », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 125 | juillet 2009, mis en ligne le 05 janvier 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6198

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page