Navigation – Plan du site
Lectures

Blow David, Persia through writers’ eyes, Londres, Eland, 2007, 401 p.

Gabriel Martinez-Gros

Texte intégral

1Ce volume offre près d’une centaine de textes d’une cinquantaine d’auteurs très divers, d’Eschyle à Elaine Sciolino, journaliste du New York Times ; textes dont le point commun est de donner une vision de l’Iran. Mis bout à bout, ces extraits, présentés dans l’ordre chronologique, dessinent une véritable histoire du pays, divisée en sept époques : la « Perse ancienne » (de 1000 avant notre ère à 650 après), « Le pays perdu » (de 650 à 1501), « La Splendeur des Safavides » (1501-1722), « Le fond du gouffre – The Worst of Times » (1722-1796), « L’hégémonie étrangère et le défi de l’Occident : les Qadjars » (1796-1925), « La dictature modernisatrice des Pehlevis » (1925-1979), « L’Iran devient une théocratie » (depuis 1979). Chacun de ces groupes de textes est précédé d’une brève et excellente introduction de l’auteur, David Blow, qui y démontre à la fois sa connaissance de la très longue histoire de l’Iran et son attachement à la culture persane.

2Les problèmes mêmes que pose le livre en montrent la fidélité à une vision de l’Iran  très largement partagée par les Iraniens, et en redoublent par conséquent l’intérêt pour le lecteur. Une vision totale de l’histoire de la France ou de l’Espagne, s’il s’en trouvait encore, prendrait sans doute appui sur la permanence d’un territoire. On y ferait au moins une allusion à Lascaux, ou à Altamira, fût-ce à travers le texte d’un savant ou d’un voyageur étranger contemporain. L’histoire de l’Iran choisit délibérément l’ethnie et la langue. La Susiane élamite en est écartée. L’Iran commence avec l’implantation des Indo-Européens qui ont submergé, assimilé ou éliminé, dans la deuxième moitié du deuxième millénaire avant notre ère, les peuples antérieurement établis sur le territoire actuel du pays. L’Iran s’interrompt avec la conquête arabe et l’éclipse des langues iraniennes écrites. Le titre de ce second chapitre, « The lost country, 650-1501 », fait directement écho aux « siècles du silence » par lesquels on désigne souvent en Iran la rupture linguistique entre conquête arabe et Ferdowsi. Les auteurs arabes qui décrivent l’Iran et les Iraniens à l’époque abbasside, ne sont pas retenus. Même si, et d’autant plus que, nombre d’entre eux étaient Iraniens. Précisément cette familiarité avec l’Iran brise le nécessaire « statut d’étrangeté » que les auteurs de ce volume adoptent presque tous. Les témoignages retenus dans ce livre doivent attester la pleine existence de l’Iran comme objet étranger à l’auteur – or l’Iran abbasside entre dans la composition d’une empire islamique dont il est l’un des piliers, mais qui le prive de son identité et de son étrangeté, plus encore pour les très nombreux auteurs abbassides de langue arabe et d’origine iranienne. Certes, on pourrait de même contester le statut d’étrangeté  des auteurs iraniens de langue anglaise dont les textes sont repris à la fin du volume – mais tout se passe ici comme si la République Islamique constituait désormais une énigme étrangère pour une part de l’élite exilée.

3Radical, David Blow ne prétend  retrouver l’Iran qu’avec les Séfévides. En fait, la partie consacrée au Moyen Age (une trentaine de pages à peine pour huit siècles et demi) se résume à trois auteurs. Deux sont des Européens dont l’intérêt va aux Mongols plus qu’à la Perse : Marco Polo, et Ruy González de Clavijo, ambassadeur castillan auprès de Tamerlan, dont le statut ambigu – Persan ou étranger ? – reflète sans doute celui de la Transoxiane et du Khurasan – Samarcande, Boukhara, Hérat sont-elles historiquement, affectivement, des terres persanes ? Le dernier auteur, Ibn Battûta, est arabe, et il aborde l’Iran, ou plus généralement l’Orient islamique où l’Inde joue un rôle majeur, en un temps où l’arabe y est devenu une langue étrangère et le persan la langue des cours et des élites – en un temps où le statut d’étrangeté du voyageur arabe ne fait plus de doute, en somme.

4Ce regard étranger, l’histoire de l’Iran lui doit l’essentiel pour l’Antiquité. À l’exception de quelques inscriptions, les sources écrites dont nous disposons pour les époques achéménide et parthe sont grecques pour la plupart. Hérodote, Xénophon, Quinte-Curce ou Strabon ne sont pas des voyageurs en Iran. Ils en ont en fait écrit la seule histoire sur laquelle nous puissions faire fond. Dans une moindre mesure, il en est de même du XVIIIe siècle : les textes européens sur l’Iran et l’Inde suppléent à la relative pauvreté des sources iraniennes emportées par les tourmentes politiques. Comme nombre de grandes histoires – celle de la Grèce par exemple -, l’histoire de l’Iran s’est ainsi constamment renforcée d’un regard étranger qui la confortait dans son identité ; et le projet de ce livre s’en trouve par conséquent justifié.

5Il demeure un écueil majeur, que le choix des textes n’évite pas toujours. C’est qu’un voyageur parle au moins aussi souvent de lui-même, et des lieux communs de la culture dont il vient, que du pays qu’il parcourt. Les textes grecs (Hérodote comme Plutarque des siècles plus tard) soulignent à l’envi le luxe du Grand Roi (de Perse) et l’aspect efféminé des hommes qui ne se sépare pas du raffinement de la cour impériale. Les voyageurs européens modernes (Thévenot par exemple) font volontiers la comparaison entre la rudesse des Turcs, par ailleurs mieux connus et d’autant moins appréciés, et la douceur ou la courtoisie des Persans, ces Français de l’Orient (Olearius au XVIIe siècle, Francklin au XVIIIe siècle) – supposés remarquablement dénués des préjugés hostiles aux chrétiens qui accablent les autres peuples de l’Orient. Presque tous les voyageurs européens des temps modernes ont en tête les auteurs grecs quand ils abordent l’ancien empire de Darius et de Xerxès. L’ambassadeur espagnol Figueroa retrouve explicitement les jeux madrilènes en assistant à un combat de taureaux à Kashan. Son compatriote Clavijo, deux siècles plus tôt n’en disait rien : parce que ces combats n’étaient pas encore établis en Iran ? Ou parce qu’ils ne l’étaient pas encore en Espagne ?

6On regrettera enfin qu’à partir du XVIIIe siècle, la parole ait été exclusivement donnée à des témoignages anglophones, et que certains noms incontournables pour un public francophone – comme celui de Gobineau – ne figurent pas dans cette anthologie. Mais ces questions ou ces regrets ne doivent pas dissimuler l’essentiel : un choix très fin de textes très divers et parfois peu connus, en particulier du public francophone. On admirera la précision et l’intelligence du récit de Pietro della Valle, surpris de la connaissance que Shah ‘Abbâs pouvait avoir des conflits de l’Europe ; le goût d’Olearius pour la poésie persane ; l’extraordinaire description du harem impérial par Chardin, à l’orée de la crise de la conscience européenne d’où devait sortir la modernité, et qui nous donne la première analyse d’un espace féminin déprimé et opprimé ; ou encore l’émouvant témoignage de Harford Jones sur le dernier héritier des Zand, vu à sept ans dans son palais de Shiraz, revu bien plus tard, eunuque esclave au service des nouveaux maîtres de Téhéran. Comme le note David Blow, à partir du XIXe siècle, le regard devient inégal, la tribu, kurde, turkmène ou bakhtiyare intéresse plus que la ville, l’Iran est un pion sur l’échiquier des Puissances, mais aussi un espace d’archaïsme qui renverse presque l’image de raffinement dont le pays avait joui depuis l’Antiquité. Pour finir, la modernisation à marches forcées du XXe siècle, avant et après 1979 et la Révolution islamique, débouche sur l’ambivalence d’un régime brutal, mais d’une société subtile, dont les destins hésitent.

7Au total, une lecture qu’il faut recommander, en particulier à tous ceux qui ne sont pas spécialistes de l’Iran, et qui pourront ainsi l’aborder par la face aisée de ses visiteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Martinez-Gros, « Blow David, Persia through writers’ eyes, Londres, Eland, 2007, 401 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6297

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page