Navigation – Plan du site
Lectures

Bresc Henri, Dagher Georges, Veauvy Christiane (dir.), Politique et religion en Méditerranée. Moyen Age et époque contemporaine, Paris, Éditions Bouchène, 2008, 438 p.

Émilie Barraud

Texte intégral

1Cet ouvrage d’un groupe de recherche pluridisciplinaire se présente comme la continuité de travaux antérieurs (Bresc, Veauvy et al., dir., 1993 ; 2000) qui, à défaut d’aborder la question du fait religieux dans ses articulations avec le politique, sinon de manière implicite, avaient toutefois abouti au constat que le politique dépasse toujours les limites de la sphère étatique, tandis que les religions, jamais statiques, se transforment et se renouvellent continuellement. Partant de ces résultats et ciblant son intérêt sur les intrications du politique et du religieux, ce travail approfondit une problématique enracinée dans un double comparatisme entre Moyen Age et époque contemporaine d’une part, deux espaces temporels qui n’ont guère coutume de se rencontrer dans un seul et même ouvrage, et entre Sud et Nord de la Méditerranée d’autre part. L’approche est toutefois élargie dans l’espace avec une contribution de Laënnec Hurbon, sociologue qui se consacre aux rapports entre culture, religion et politique dans la Caraïbe, introduite à titre comparatif. La création de cet espace est ainsi l’occasion de porter un regard critique sur un certain nombre de représentations communes telle la vision d’un Moyen Age sous domination de la sphère religieuse, la sécularisation comme mode d’explication des transformations observées depuis le XVIe siècle (séparation progressive de la religion et du politique, autonomie du politique, disparition du religieux) ou la présentation de l’espace méditerranéen en blocs opposés. Ce livre intimidant par son érudition se présente comme un précieux instrument de travail pour le lecteur. Face à la complexité de cette réflexion reliant passé et présent, à la finesse des analyses menées sur le foisonnement des formes du religieux et sur les rapports multiples, subtils et torturés entre religion et politique, il bénéficie, dans une introduction particulièrement massive, des repères indispensables à la lecture des quatorze contributions, d’une synthèse des résultats obtenus, mais également d’un lexique minutieusement détaillé et d’un vaste espace bibliographique.

2Non conforme à une perspective diachronique, l’ouvrage est structuré en quatre parties dont la première regroupe trois contributions consacrées aux questions de guerre sainte, jihâd et croisade. Biancamaria Scarcia Amoretti, professeur des sciences de l’islam, commence par un examen appliqué des définitions dans l’intention de révéler ce qui est à l’origine de cette conduite offensive définie comme guerre sainte ; expression par ailleurs peu pertinente pour l’auteur qui préfère lui substituer celle de « guerre juste et pieuse ». Elle démontre en effet que le jihâd, quand bien même sa sainteté est-elle revendiquée, n’est pour autant pas une guerre sainte proprement dite mais entraîne en revanche une sacralisation du guerrier dès lors qu’il se sacrifie pour le bien collectif. Henri Bresc, professeur d’histoire médiévale, propose une relecture des historiens des croisades dont les récits, notamment de la Première Croisade (un mouvement eschatologique animé par des laïcs), regorgent de citations bibliques qui donnent sens aux actions des pèlerins, éclairent l’évolution globale des évènements et donnent à penser l’unité, le partage et la paix dans un monde en mutation. Enfin l’historien Pascal Buresi mesure le poids de l’appartenance religieuse dans un contexte d’affrontements aux frontières de la péninsule Ibérique (frontières internes à la chrétienté et frontière des royaumes chrétiens avec l’islam). Consacrant sa contribution aux trajectoires de trois chefs militaires charismatiques, il aborde ainsi la question des relations entre pouvoir central monarchique et périphérie frontalière, et démontre que les choix politiques sont encore, jusqu’à la fin du XIIe siècle, indépendants de l’appartenance religieuse.  

3Nelly Amri, professeur d’histoire médiévale, introduit la deuxième partie consacrée à la sainteté par une contribution sur la fonction politique des saints en Ifrîqiyya, s’interrogeant plus précisément sur ce que la production hagiographique renvoie comme images des rapports du saint au politique, ce qui lui permet d’exposer une étonnante dynamique du visible et de l’invisible. Ce gouvernement  des saints, détenteur du vrai pouvoir par opposition au pouvoir politique, qui plus il se veut ésotérique et invisible, plus il est rendu visible par l’hagiographie, est en définitive présenté, par son intention de protection des populations, comme l’envers de l’État monarchique. L’historien Bernard Heyberger se penche ensuite sur le charisme de sainteté, et notamment sur l’histoire d’une religieuse mystique de l’Église maronite des années 1770, Hindiyya‘Ujaymî. Pour comprendre les dérives criminelles de la sainte, l’auteur explore sa psyché, puis la structure du pouvoir dans la société maronite pour conclure que le phénomène de charisme sectaire est le révélateur d’une crise du pouvoir politique dans une société en voie de modernisation. Enfin Malika Zeghal, anthropologue de la religion, examine le dispositif religieux mis en place par la monarchie marocaine, ainsi que son évolution, à travers l’histoire du saint Abdessalam Yassine qui en 1974 lançait une objurgation au souverain et sharif Hassan II, se plaçant à ce titre dans la continuité des saints maghrébins détenteurs légitimes d’un pouvoir invisible supérieur au pouvoir politique. Il ressort que dans ce pays en transition, les rapports entre politique et religion s’inscrivent dans une relation de tensions et de redéfinitions constantes.

  • 1  Deux étapes caractérisent la gestion de ce pluralisme par les souverains latins. L’accent est d’ab (...)

4Aux prémices de la troisième partie, Annliese Nef, dont les recherches sont consacrées à l’histoire médiévale de la Sicile normande et islamique, objet qui permet de dépasser l’opposition communément faite entre un Occident laïque et un Orient religieux, analyse iciles modalités de sacralisation du pouvoir normand. Tentant de comprendre comment les Hautevilles puis Frédéric II répondent au défi que constitue la forte présence musulmane en Sicile aux XIIe et XIIIe siècles, l’auteur se demande dans quelle mesure cette situation exceptionnelle de pluralisme religieux exerce une influence dans la construction de l’État ? L’échec des différentes solutions élaborées par les deux dynasties1 l’incite à conclure que la place concédée aux Musulmans s’entend moins comme un renouvellement des caractéristiques de l’État que comme un moyen pour le souverain de tenir le religieux à distance. Les contributions des médiévistes André Vauchez et Giacomo Todeschini sont consacrées à la participation des instances religieuses aux diverses pratiques de partage de pouvoir et notamment à l’élaboration du bien commun. Tandis que le premier analyse les rapports entre la pratique de la circulation du pouvoir dans l’Église et la formation de la démocratie communale, dévoilant un modèle cistercien étonnant par son souci de faire circuler l’autorité, le second explore la spécificité de l’approche franciscaine de la définition du bien commun et détaille la théorie économique fondée sur le profit vertueux qui en découle. Á cette étape de l’ouvrage, le lecteur a pris connaissance des multiples formes du religieux et comprend que la diversité des élaborations doctrinales explique celle des implications politiques du religieux (fusion, légitimation, surveillance, constitution d’une véritable opposition religieuse). George Corm, économiste et historien, s’interroge ensuite sur la signification et la fonction de ce que l’on définit couramment comme un « retour du religieux ». Ne correspondant à aucune réalité historique, ce phénomène contemporain révèlerait plutôt l’existence d’une crise religieuse instrumentalisée par une crise multiforme de légitimité politique, tant en Occident qu’en Orient musulman, c’est pourquoi l’auteur préfère substituer à l’expression « retour du religieux » celle de « recours au religieux » ; un recours politique qui conduit à un affaiblissement des deux sphères. L’anthropologue George Dagher clos la partie par une réflexion sur la radicalisation de l’identité confessionnelle au Liban. Tentant de comprendre dans quelles conditions les identités collectives se politisent pour aboutir à des conflits sanglants, il interroge un moment de l’histoire libanaise, la période 1840 à 1860, où se constituent et se durcissent les existences communautaires pour aboutir à de tragiques affrontements, et démontre à son tour que la religion constitue là encore le terrain sur lequel s’articule le politique.

5L’ouvrage s’achève par trois contributions dans lesquelles les identités contemporaines apparaissent de manière plus ou moins explicite dans les rapports entre politique et religion. Christiane Veauvy parcourt l’œuvre multiforme de Fabre d’Olivet (1757-1825), écrivain inclassable, tant théoricien que praticien, dont l’originalité est d’avoir expérimenté le rapport entre politique et religion de différentes façons, à cette époque charnière de l’entre-deux où ces concepts ne sont pas encore stables et où se constitue comme distinct du système religieux un système politique, puis économique. Enfin, après un détour par la Caraïbe, l’ouvrage se clôt par la contribution du sociologue Kamel Chachoua sur le suicide en Algérie. On pourra s’étonner que ce texte soit placé en fin d’ouvrage car, bien que le lien soit indirect, sa thématique constitue un apport essentiel à l’étude des rapports entre religion et politique. Il donne en effet à voir un phénomène frappé d’un tabou tant éthique, politique que théologique, que l’auteur, au terme d’une enquête captivante, parvient à cerner comme un révélateur de la société.

Haut de page

Bibliographie

Bresc Henri, Veauvy Christiane, Hurbon Laënnec, Rosenberger Bernard, Zerner Monique (dir.), 1993, Génèse de l’État moderne en Méditerranée, Approches historiques et anthropologiques des pratiques et des représentations, Rome, Collection de l’École française de Rome, 168p.

Bresc Henri, Veauvy Christiane, 2000, Mutations d’identités en Méditerranée, Moyen Age et époque contemporaine, Saint Denis, Editions Bouchène, 301p.

Haut de page

Notes

1  Deux étapes caractérisent la gestion de ce pluralisme par les souverains latins. L’accent est d’abord mis sur le christianisme royal ; ni le judaïsme, ni l’islam ne sont associés à l’État qui est revanche exalté par l’usage désacralisé des langues arabe et hébreu. Dans un deuxième temps, les Musulmans sont déportés et placés sous protection directe du souverain tout en préservant une relative autonomie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Barraud, « Bresc Henri, Dagher Georges, Veauvy Christiane (dir.), Politique et religion en Méditerranée. Moyen Age et époque contemporaine, Paris, Éditions Bouchène, 2008, 438 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6300

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page