Navigation – Plan du site
Lectures

Canbakal Hülya, Society and Politics in an Ottoman Town. Ayntab in the 17th Century, Leiden-Boston, Brill, 2007, 213 p.

Işık Tamdoğan

Texte intégral

1L’ouvrage de Hülya Canbakal propose une analyse tout à fait novatrice du pouvoir politique ottoman du début de l’époque moderne. Dans l’historiographie ottomane, le XVIIe siècle a longtemps été considéré comme une période de déclin, caractérisée par l’affaiblissement du pouvoir central et l’émergence de pouvoirs locaux (les a’yân). Ces vingt dernières années cette hypothèse du déclin du pouvoir ottoman aux XVIIe et XVIIIe siècles fut mise en question par des historiens qui se sont appuyés sur l’analyse des rapports de pouvoir entre les divers acteurs du jeu politique ottoman (l’administration centrale, les agents administratifs nommés dans les provinces et d’autre groupes de pouvoir comme les bandits). L’ouvrage de H. C. apporte une nouvelle pierre à cet édifice en étudiant la vie politique dans une ville de province de taille moyenne au XVIIe siècle, Anteb, avec une attention particulière portée au pouvoir des notables locaux, à leurs recours au tribunal ou siège le cadi et à leurs relations avec la population locale.

2L’auteure soutient que l’émergence des élites locales est loin d’être emblématique du déclin du pouvoir central (p. 6) et souscrit ainsi aux analyses des historiens qui ont réhabilité cette période comme une période de reconfiguration des pouvoirs locaux et central, plutôt qu’une période de déclin (Salzmann, 1993 ; Khoury, 1997 ; Barkey, 1994). Dans ce travail, les notables locaux ne sont pas traités comme de simples intermédiaires entre le pouvoir central et la population locale ; H. C. considère que l’État et la société ne peuvent être étudiés de manière bipolaire et privilégie, ainsi, une approche interactionniste dans laquelle les individus deviennent les acteurs du politique. Elle adopte le terme « ottomanisation » pour qualifier les évolutions du pouvoir politique de cette période, terme par lequel elle entend, d’une part, l’intégration des agents administratifs dans la vie locale et celle des représentants locaux au pouvoir central, de l’autre (p. 62).

3C’est dans la deuxième partie de l’ouvrage que les stratégies mises en place par les notables pour obtenir le statut d’agent du pouvoir (askerî) ou de seyyid (descendant du prophète) sont étudiées. L’auteure montre que ce genre de postes et statuts n’étaient pas attribués mais obtenus par un jeu de rapports de pouvoir très complexe. Ces postes et statuts n’étaient pas toujours lucratifs mais plutôt source de prestige. Selon H. C., l’obtention de ces postes permettait l’intégration dans des réseaux d’information (p.109) et de pouvoir qui, à leur tour, pouvaient permettre l’acquisition d’autres ressources (économiques ou sociales) (p. 88). Cela fut le cas pour le statut d’askerî qui, une fois acquis, permettait aux nouveaux migrants, par exemple, l’intégration dans la ville (p. 85). C’est dans cette partie également que les assises du pouvoir des notables locaux, dont le capital social n’était pas limité aux richesses économiques mais reposait aussi sur le statut et la réputation, sont finement analysées.

4Le choix des sources (notamment les registres des cadis d’Anteb de la deuxième moitié du XVIIe siècle) marque doublement le travail de l’auteure. Tout d’abord, c’est une approche « par le bas » et sensible aux dynamiques locales qui est primée ici et, en plaçant son travail plus largement dans un contexte eurasiatique, l’auteure réussit à ne pas s’enfermer dans un récit monographique ou local. La nature des sources choisies permet une étude particulièrement attentive du fonctionnement d’une institution clé dans le dispositif politique, le tribunal du cadi. Par l’analyse minutieuse des initiatives des acteurs locaux auprès du tribunal, H. C. montre un fonctionnement institutionnel marqué par l’interaction entre les acteurs et l’institution, au cours de laquelle chaque partie se trouve mutuellement transformée par l’autre.

5La troisième partiede l’ouvrage étudie le fonctionnement quotidien du pouvoir politique  autour du tribunal du cadi. Au milieu de ce XVIIe siècle,  alors que le pouvoir des gouverneurs est affaibli par l’usure du système de l’affermage des sources de revenus (timar), celui  des cadis se trouve renforcé, puisqu’il reste la seule instance administrative et politique opératoire dans la ville (p. 48-49).  H. C. prête une attention particulière aux porte-paroles qui représentent la population auprès du tribunal, essayant de saisir par ce biais le fin maillage du tissu politique local. C’est dans cette partie que sont traités également les éléments qui peuvent faire poids sur le tribunal ainsi que le statut et la réputation des individus.

6L’auteure montre comment, en servant de témoin d’instance (şuhud ul-hal) par exemple, les notables étaient plus présents au tribunal du cadi que tout autre groupe de la population locale (p. 127). Ces notables étaient aussi, souvent, tuteurs des orphelins et donc gestionnaires de leurs biens, le tutorat étant  l’un des moyens d’accéder auxressources d’autrui (p. 154). Par ailleurs, l’auteure remarque qu’à cette période, les intendants des vaqf (mütevellî) étaient eux aussi, souvent, témoins d’instance (şuhud ul-hal) (p. 156-157) : ils exerçaient un certain contrôle sur le budget urbain (p. 157) et pouvaient décider de la distribution des impôts de répartition (p. 171). Plus important encore, ces élites agissaient très souvent en tant que représentantes de la population d’Anteb (p. 163). La question de la représentation est minutieusement analysée par l’auteure, qui montre comment la population d’Anteb existait ou prenait corps à travers ses notables (p. 175), jusqu’à devenir une personne morale (p. 178). H. C souligne ici le fait que représenter la population était non seulement synonyme d’accès aux ressources économiques, mais aussi de prise de décisions administratives, autrement dit, être représentant devenait alors synonyme d’acquisition du pouvoir dans la ville.

  • 1  Les enjeux sociaux et juridiques opératoires dans la ville d’Anteb étant déjà étudiés par Leslie P (...)

7L’analyse des rapports de pouvoir locaux est complétée, dans cette troisième partie, par l’étude du fonctionnement du tribunal du cadi. L’auteure montre que les personnes dotées de titres honorifiques étaient plus souvent gagnantes des procès (p. 141). Dans cette partie de l’ouvrage, sans doute la plus passionnante de son travail, H. C. montre combien le statut du témoin et la validité du témoignage en justice étaient intimement liés (p. 147). L’auteure insiste, par ailleurs, sur la nature « sensible aux statuts des personnes » de la justice ottomane (p. 149). Ce sont donc, l’institution et les statuts juridiques des individus qui sont étudiés simultanément et mis en tension ici. Ce qui permet à l’auteure d’avoir une analyse tout à fait novatrice, ou ce sont non seulement les rapports de pouvoir propres à cette période de décentralisation qui sont étudiés mais aussi le fonctionnement et la formation d’une institution, à savoir le tribunal : c’est  l’interaction entre l’institution et les individus qui contribue à forger cette dernière. L’ouvrage de H. C. contribue ainsi à la connaissance de l’histoire de la ville d’Anteb1 ou du pouvoir politique propre au XVIIe siècle ottoman mais il aura aussi sans aucun doute sa place dans une historiographie renouvelée, marquée par une approche novatrice des institutions.

Haut de page

Bibliographie

Salzmann Ariel, 1993, “An Ancien Régime Revisited : ‘Privatization’ and Political Economy in the Eighteenth-century Ottoman Empire”, Politics and Society 21.

Rizk Khoury Dina, 1997, State and Provincial Society in the Ottoman Empire, Mosul, 1540-1834, Cambridge University press.

Barkey Karen, 1994, Bandits and Bureaucrats:The Ottoman Route of Centralization, New York, Cornell University Press.

Peirce Leslie, 2003, Morality Tales, Law and Gender in the Ottoman Court of Ayntab, University of California Press.

Haut de page

Notes

1  Les enjeux sociaux et juridiques opératoires dans la ville d’Anteb étant déjà étudiés par Leslie Peirce, 2003, pour le XVIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Işık Tamdoğan, « Canbakal Hülya, Society and Politics in an Ottoman Town. Ayntab in the 17th Century, Leiden-Boston, Brill, 2007, 213 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6302

Haut de page

Auteur

Işık Tamdoğan

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page