Navigation – Plan du site
Lectures

Cressier Patrice, Fierro Maribel, Molina Luis (ed.), Los Almohades : problemas y perspectivas, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 2005 (Estudios árabes e islámicos : monografías, 11), 2 vol., 1 230 p.

Dominique Valérian

Texte intégral

1En réunissant les actes de trois séminaires organisés entre 2000 et 2002 à la Casa de Velázquez de Madrid sur les Almohades, ce volumineux ouvrage entend faire le point sur les « problèmes et perspectives » de l’histoire de ce qui fut à la fois un mouvement idéologique et religieux, une dynastie et un empire qui marquèrent profondément l’histoire du Maghreb médiéval. Un de ses mérites est de rassembler, autour de cette période charnière, historiens, philologues, archéologues, historiens de l’art ou des idées, et d’offrir ainsi un panorama très large qui montre les progrès réalisés depuis quelques décennies dans l’étude des Almohades. Si les études réunies, de qualité forcément un peu inégale dans une telle entreprise, ne présentent pas toujours des recherches nouvelles, elles permettent un bilan des acquis – et aussi, en creux, des lacunes – sur la période almohade.

2Il est impossible de rendre compte ici de toutes les communications, divisées en trois parties1. La première présente les vecteurs du message almohade, et regroupe en réalité principalement les études d’histoire de l’art et de l’architecture, alors que les autres formes d’expression de ce message sont abordées plus loin. La deuxième partie aborde l’organisation politique et militaire, et l’organisation de l’espace, et rassemble plutôt les contributions des historiens autour d’une réflexion sur l’État almohade. Enfin la troisième partie (doctrine, activité intellectuelle et pratiques religieuses) est davantage centrée sur l’histoire des idées.

3Un des premiers intérêts de ce travail collectif est d’offrir un panorama très large des sources disponibles. La période almohade apparaît en effet comme particulièrement bien documentée par rapport à d’autres moments de l’histoire de l’Occident musulman. Les textes sont relativement nombreux, surtout si on prend en considération les écrits postérieurs aux Almohades – ce qui pose cependant des problèmes d’interprétation, notamment avec les textes d’époque mérinide. Aux chroniques s’ajoutent les descriptions géographiques (Idrisi notamment), les recueils de biographies, particulièrement importants pour al-Andalus, les textes relevant de la doctrine, les textes juridiques, mais aussi la poésie et les panégyriques, largement mobilisés à l’époque almohade. Ont été conservés également, fait suffisamment rare pour être rapporté, des documents de chancellerie, rarement il est vrai à l’état de document d’archive à proprement parler. En revanche les documents latins chrétiens, postérieurs à la Reconquista en péninsule Ibérique, peuvent être utilisés et éclairent, dans une certaine mesure, la situation prévalant à l’époque musulmane (par exemple pour la fiscalité). Les données relevant de l’archéologie et de l’histoire de l’art, au sens large, ont été également largement mobilisées : architecture (et décoration architecturale), objets mobiliers, épigraphie, numismatique, enluminures, etc. Enfin la toponymie et l’anthroponymie, ainsi que l’ethnographie, ont pu être à l’occasion sollicitées.

4Une des questions centrales qui traverse l’ensemble des contributions est celle de l’originalité du moment almohade (par rapport aux pouvoirs omeyyades et almoravides, mais aussi par rapport à l’Orient), ou au contraire des continuités, avec les modèles antérieurs, mais aussi avec les dynasties qui ont suivi, et souvent pris pour modèle ou référence le califat almohade. Plusieurs fois revient l’expression de « révolution almohade », qui souligne les éléments de rupture, dans le discours et dans la doctrine complexe d’Ibn Tûmart, comme dans les pratiques politiques des califes et le droit, qui prend ses distances par rapport au malikisme dominant en Occident musulman. Cette rupture se marque par rapport aux Almoravides, contre lesquels une lutte intransigeante est menée (cf. la « purification » des espaces non-almohades et l’appel au djihad contre les Almoravides), mais aussi par rapport aux autres modèles d’État connus jusqu’alors dans le monde islamique, notamment les autres modèles califaux. D’un autre côté les signes de continuité sont manifestes, d’abord dans la doctrine d’Ibn Tûmart qui emprunte beaucoup aux théologiens et philosophes qui l’ont précédé, même si la question des racines de sa pensée fait encore l’objet de débats. La continuité apparaît également à travers les élites, notamment intellectuelles, mais aussi les grandes familles de notables qui se maintiennent au-delà du changement de pouvoir. Enfin, plusieurs contributions concluent que l’originalité parfois radicale des Almohades a tendance à s’émousser avec le temps et l’instauration d’un pouvoir dynastique plus traditionnel, ce qui se reflète par exemple à travers une certaine « omeyyadisation » de l’art.

5L’apport le plus durable des Almohades à l’histoire de l’Occident musulman, et en particulier du Maghreb, est la construction d’un empire unifié et d’un État. Le discours sur le pouvoir fait l’objet de plusieurs analyses, montrant des vecteurs nombreux et variés de propagation de l’idéologie almohade et de propagande en faveur des califes. L’épigraphie, le vocabulaire architectural et décoratif, les monnaies, mais aussi les lettres rédigées et envoyées par la chancellerie, les poèmes et panégyriques sont autant de moyens de diffusion d’un discours religieux et politique propre et très articulé. Le calife lui-même, dont Manuela Marin souligne le caractère « actif » et présent, se montre et se met en scène davantage que ses devanciers, et exprime une certaine forme du pouvoir. Enfin, diverses catégories de la population sont mobilisées pour faire fonctionner l’empire. Ce sont d’abord les alaba, institution originale qui ne survécut par aux Almohades, à la fois gardiens du dogme et instruments du pouvoir dans la capitale et les provinces. Mais les élites traditionnelles sont également mobilisées, malgré une certaine résistance parfois des fuqahâ’ malikites ou des soufis. Globalement on constate que les oulémas, et l’élite intellectuelle en général, sont soit utilisés par le pouvoir, soit neutralisés, au terme de compromis plus ou moins étendus avec la doctrine almohade. Ces hommes, ainsi que les tribus ralliées au pouvoir, sont les principaux agents de la construction d’un État almohade, avec son administration, sa fiscalité, sa monnaie. L’armée et les affaires de défenses reçoivent une attention toute particulière, dans un contexte de djihad, notamment en al-Andalus, qui constitue une des légitimations du pouvoir : la flotte devient une des plus puissantes de Méditerranée, et les fortifications sont renforcées, alors que l’armée agrège des groupes divers autour d’un noyau tribal fort. Enfin, le contrôle du territoire est assuré, avec une forte centralisation du pouvoir, par l’organisation de l’administration des provinces, la circulation de l’information et des ordres, et le contrôle des tribus, leurs déplacements éventuels (celui des tribus arabes au XIIIe siècle en particulier), et le recours à l’iqâ‘. Cet État almohade a eu une influence considérable sur les dynasties qui suivirent, et a en ce sens constitué un modèle, souvent ouvertement revendiqué (par exemple par les Hafsides), et un laboratoire, ce que montrent bien les contributions des historiens d’art en analysant les influences almohades sur l’art nasride et mérinide, et qui mériterait d’être davantage développé concernant les institutions.

6En ce sens l’ouvrage met bien en évidence le caractère central de la période almohade dans l’histoire de l’Occident musulman. Il est aussi le reflet d’un état de l’historiographie, de ses avancées incontestables, mais aussi de ses limites, parmi lesquelles trois méritent d’être soulignées. La première est l’inégal traitement des régions qui constituent l’empire almohade. L’essentiel des contributions concernent le Maroc et al-Andalus, laissant presque totalement dans l’ombre le Maghreb central et l’Ifrîqiya. Il y a là, en partie, un problème de sources, mais on peut se demander si ce n’est pas aussi le résultat du poids des chercheurs espagnols et des orientations scientifique de la Casa de Velázquez. Sans doute aussi faut-il penser que la période almohade n’a pas la même importance dans la construction des histoires nationales dans les autres pays du Maghreb. Il serait pourtant intéressant de voir si ce que l’on constate pour la partie occidentale de l’empire se retrouve à l’est du Maroc. Cette limite interdit en tout cas d’aborder ce qui fut à la fois un des caractères exceptionnels, et sans doute une des causes de la chute de l’empire almohade : ses dimensions. Ce qui mène à la deuxième limite de l’entreprise, principalement centrée sur les débuts du mouvement (du moins pour les études sur la doctrine) et surtout sur ce qui peut apparaître comme son apogée, dans la seconde moitié du XIIe siècle. Le siècle suivant, celui des difficultés et de l’effondrement final, est pratiquement absent, alors qu’il aurait permis de mesurer les limites de cette construction politique appliquée à un empire à cheval sur al-Andalus et le Maghreb. Enfin, ajoutons que l’économie est presque totalement absente, alors que le Maghreb connaît à cette époque des mutations majeures qui conditionnent largement son évolution jusqu’à la fin du Moyen Âge.

7Ces limites sont en partie le reflet, répétons-le, de l’état de l’historiographie dont ce volume entendait précisément faire le point. Elles n’enlèvent rien à l’apport considérable des études rassemblées dans ce volume, qui offre une somme d’informations et de réflexion qui rappellent la place de la période almohade dans l’histoire de l’Occident musulman.

Haut de page

Notes

1  On trouvera le sommaire complet sur le site du CSIC, éditeur de l’ouvrage : http://www.eea.csic.es/libros/almohades.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Valérian, « Cressier Patrice, Fierro Maribel, Molina Luis (ed.), Los Almohades : problemas y perspectivas, Madrid, Consejo superior de investigaciones científicas, 2005 (Estudios árabes e islámicos : monografías, 11), 2 vol., 1 230 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6306

Haut de page

Auteur

Dominique Valérian

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page