Navigation – Plan du site
Lectures

Ditters Everhard, Motzki Harald (ed.), Approaches to Arabic linguistics, Leiden, Brill, 2007, 762 p.

Madiha Doss

Texte intégral

1Approaches to Arabic Linguistics, volume dédié à Kees Versteegh à l’occasion de son soixantième anniversaire, présente un vaste et riche éventail d’articles, variété qui correspond à la richesse de la recherche poursuivie par ce grand maître de la linguistique arabe. Malgré l’ampleur du volume, certains domaines de la recherche qui ont été traités par K. Versteegh dans sa riche carrière en sont absents : le volume qui lui sera dédié pour ses soixante cinq ans palliera à ce manque assurent les éditeurs, Everhard Ditters et Harald Motzki !

2Une bibliographie impressionnante s’étale sur dix huit pages couvrant les activités de recherche de K. Versteegh de 1977 à 2007. La bibliographie inclue ses recherches mais aussi grand nombre de travaux qu’il a dirigés et rassemblés, on pourrait ne citer que l’Encycopedia of Arabic language and linguistics dont le quatrième et dernier volume vient de paraître et dont K. Versteegh a été le General editor.

3Le volume est divisé en trois parties : History, linguistics et dialects. Cette note de lecture ne couvrira que les première et dernière parties.En tête du volume, vient la partie histoire, puisque c’est celle de la grammaire arabe qui constitue la part la plus importante des préoccupations de K. Versteegh. Les deux parties suivantes représentent les domaines d’intérêt et d’enseignement de ce grand professeur de l’Université de Nijmegen en linguistique arabe et générale.

4Un des axes de la partie histoire reprend des problématiques fondamentales relatives à l’histoire de la langue et de la grammaire arabes. Stefan Wild fait le point sur les représentations successives et quelquefois contradictoires qui se sont élaborées autour de l’histoire de la langue arabe et la question de savoir qui en fut le premier locuteur. Une des préoccupations fondamentales soulevées par l’origine de la grammaire arabe est celle de la corruption de la langue et de la pertinence de l’icrâb pour la production du sens dans cette langue. Ces questions sont traitées avec élégance et audace par Pierre Larcher dans un article usant à la fois de la méthodologie de l’histoire et de la sociolinguistique dans son essai d’interprétation. Son analyse précède la traduction d’un texte d’al-Zajjâji dont l’œuvre a fait l’objet d’une importante partie de la recherche de K. Versteegh.

5L’article de Ramzi Baalbaki porte sur le locuteur comme arbitre de l’usage dans la théorie grammaticale arabe. Il développe l’idée selon laquelle la tendance de la tradition grammaticale arabe favorisant les aspects formels aux dépens du sens aurait succédé à l’œuvre de Sîbawayhi, le Kitâb.

6Le rapport entre la théorie grammaticale et le développement de la juridiction islamique constitue le thème de la contribution de Michael Carter. Nées toutes deux du souci d’interprétation du Qur’ân et du Hadîth, ces sciences se seraient succédé l’une à la suite de l’autre de façon dépendante. Selon la thèse de M. Carter, l’analyse de Sîbawayhi comporterait une version de la théorie Pragmatique.

7À partir de l’analyse des grammaires de missionnaires, domaine d’étude récent et d’un grand intérêt, Otto Zwartjes étudie les raisons pour lesquelles les grammaires espagnoles employaient des termes de la tradition grammaticale arabe, et quelles sources ils utilisaient pour cela. Tirant de son étude une leçon de « relativisme linguistique », O. Zwartjes suggère qu’en adoptant la terminologie des grammairiens arabes on aurait des chances de mieux comprendre la langue ainsi que le modèle linguistique de l’arabe.

8Toujours dans la partie histoire, sont traitées des questions particulières de la grammaire arabe, questions dans certains cas revisitées comme celle du développement d’alladhi comme conjonction exprimant la cause. Dans son riche article, Werner Diem reprend les différentes approches théoriques qui ont abordé ce problème, accordant une part importante à  celle développée par Manfred Woidich dans sa description du phénomène dans le dialecte du Caire.

9La question du Zarf comme câmil est étudiée par Aryeh Levin dans le cadre de la théorie grammaticale de Sîbawayhi. Les problèmes concernant les types de phrase dans la théorie médiévale arabe sont traités par Yishai Peled dans un article où l’étude des deux types de phrase est liée au facteur de camal.

10Le nombre et la qualité des articles traitant des dialectes arabes est une preuve s’il en fallait de l’intérêt et de l’apport de K. Versteegh pour et à ce domaine. Plusieurs axes se dessinent dans l’ensemble des articles de cette partie de l’ouvrage : une nouvelle réflexion sur l’origine des dialectes arabes, le contenu renouvelé de la poésie populaire, le rapport de la variation aux systèmes linguistiques, ainsi que le rôle de la variation pour la classification des populations et des tribus. L’intérêt de certains articles réside également dans le fait qu’ils introduisent de nouvelles approches en dialectologie, comme c’est le cas pour l’article de M. Woidich, où l’analyse discursive constitue un élément important dans l’analyse du corpus.

11Un article posthume du linguiste et dialectologue Alan Kaye contient une élégante démonstration du fait que dans certains cas, les dialectes arabes ont préservé d’anciens traits du protosémitique, traits que l’arabe classique a perdu. Nouvelle preuve que les dialectes arabes ne sont pas nécessairement dérivés de l’arabe classique mais qu’ils ont pu constituer une branche séparée de l’arabe, branche qui a conservé des traits du protosémitique que l’arabe classique lui a perdu.

12Dans sa contribution, Clive Holes désigne par « poésie populaire » celle composée en une forme d’arabe non-standard. De cette littérature peu étudiée, C. Holes consacre son article à la variété bédouine, soulignant que la tradition poétique de littérature arabe bédouine est non seulement bien vivante, mais que de plus elle connaît des transformations. D’une poésie exprimant tout au plus des questions tribales, elle s’ouvre à présent à l’expression de revendications et de protestations populaires.

13Dans son article sur la langue employée par les locuteurs dans les tribunaux locaux de Juba, Catherine Miller pose la question de savoir dans quelle mesure les productions linguistiques des locuteurs correspondent aux descriptions faites par les linguistes. Le corpus constitué de dialogues échangés entre des personnes d’origines géographiques différentes et natives de langues diverses (vernaculaires non arabes et Juba Arabic) expose un grand degré de variation. Ce corpus « naturel » permet de constater l’inexistence de systèmes linguistiques autonomes et complètement séparés des autres étant donné que les locuteurs mêlent dans leur parler des éléments des différentes variétés linguistiques en usage dans la communauté.

14Dans sa poursuite des études dialectologiques des parlers du Sinaï, Rudolf de Young analyse le dialecte des cLêgât (ou cUlayqât), tribu vivant dans la partie centre-ouest du Sud Sinaï. Son étude comprend également des notes sur le dialecte des Hamâdah, considérés comme une famille des cLêgât, bien que de nombreuses différences puissent être notées entre les dialectes de ces deux groupes.

15L’article de M. Woidich intitulé « Everything you always wanted to know about ‘âl, yi’ûl, ‘to say’ in Egyptian Arabic”, inaugure une nouvelle voie dans la dialectologie arabe, où les fonctions communicatives deviennent l’objectif principal de la recherche aux dépens de la description. L’article est une investigation rigoureuse des valeurs et fonctions des différentes formes du verbe ‘âl/yi’ûl dans des contextes narratifs et discursifs.  

16L’article de Jonathan Owens analyse la chute des deux laryngales / ) / et /h/ en arabe du Nigéria, phonèmes dérivés respectivement des phonèmes de l’arabe ancien (pré diasporique) /c/ et /H/. Deux constatations ressortent de ce travail : la première est celle de la perte des pharyngales en position finale, et la deuxième est celle du maintien de la stabilité morphologique puisque les formes résultant de la perte de la laryngale ne se confondent pas avec les verbes à finale y. De là, l’auteur conclut que l’existence de la langue arabe est liée à ce maintien.

17Enfin, Judith Rosenhouse analyse certains aspects de la diglossie à travers les différences entre le vocabulaire de la langue standard et de l’arabe dialectal, en se penchant sur les emprunts. Dans ses remarques conclusives, J. Rosenhouse avance que les contraintes économiques et la globalisation constitueraient des facteurs de renforcement de la langue littéraire. Cette remarque est contredite par le corpus employé par Gert Borg, Ihnâ, une revue mensuelle pour les jeunes, où le dialecte occupe une place importante.

18En conclusion, le volume offert à K. Versteegh par ses élèves et amis est d’une grande richesse tant du point de vue de la quantité, de la qualité des articles que des problématiques et des approches qu’il propose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Madiha Doss, « Ditters Everhard, Motzki Harald (ed.), Approaches to Arabic linguistics, Leiden, Brill, 2007, 762 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6307

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page