Navigation – Plan du site
Lectures

Khoury Gérard D. et Méouchy Nadine (dir.), États et Sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir, 1945-2005, Paris, Geuthner, 2007 ; volume I : Fondements et sources, 301 p. ; volume II : Dynamiques et enjeux, 481 p.

Sylvia Chiffoleau

Texte intégral

1L’ouvrage collectif proposé par Gérard D. Khoury et Nadine Méouchy est formé de deux volumes qui se distinguent chacun par l’éclectisme de leurs contributions et dont on ne peut livrer ici qu’un bref inventaire.

2Le premier volume, intitulé Fondements et sources, a l’ambition de « fournir au lecteur des éléments de base pour élaborer sa réflexion sur le contemporain ». Une première série de textes présente certains outils du droit des sociétés de l’Orient arabe, visant à expliciter les fondements de l’État moderne et ses rapports avec les sociétés. À cette série auraient pu se rattacher les deux premiers textes de la seconde partie, puisque qu’ils font un état des lieux des sources historiques disponibles en France et en Grande-Bretagne.

3L’ensemble de ce premier volume joue le rôle d’une base de données au contenu fort inégal. Dans une première partie, le thème du droit est inauguré par un papier de Magdi Abdel Hafez Saleh qui développe, dans le cas égyptien, l’échec de la naissance de l’individu qui s’accompagnerait, entre autres, d’un déficit de l’esprit critique et de l’avortement du projet de modernité. Dans un second article, Ahmed Mahiou présente les contours et les limites de la Charte arabe des droits de l’homme de 2004, un texte peu connu. Youssef Sélim Takla entreprend ensuite une longue exposition du droit public des pays fondateurs de la Ligue arabe, dans une certaine confusion des échelles, les considérations macro historiques alternant avec des détails parfois incongrus sur certains des aspects traités.

4Le premier texte de la seconde partie de ce volume, qui propose une réflexion sur les manières d’écrire l’histoire de l’Orient arabe, est un bref descriptif du système archivistique britannique, comparé en quelques mots aux systèmes français et américain. Dans le second article de cette partie, Pierre Fournié présente de façon détaillée et informative les archives françaises récemment ouvertes à la consultation, portant sur les rapports entre la France et les États du Moyen-Orient au cours de la période 1940-1970.

5La suite de la seconde partie du volume est constituée d’une série de textes présentant une vision plus dynamique de l’univers historiographique dans et sur l’Orient arabe. Rappelant au passage que la question palestinienne « est seulement une question politique moderne », Maher Charif en appelle à une nouvelle historiographie palestinienne, dont les prémices sont déjà en œuvre, qui émergerait de ses pesanteurs idéologiques et qui pourrait être le pendant de la nouvelle histoire israélienne, elle-même non exempte de dérives idéologiques. Le programme de cette nouvelle historiographie devrait s’appuyer sur des sources renouvelées, reposer sur une méthode critique et replacer le peuple palestinien lui-même au coeur des problématiques. Dans le texte suivant de Malak Rouchdy, qui porte sur la construction des icônes féminines en Égypte, l’individu, évacué par la porte dans la première contribution de ce volume, revient fort heureusement  par la fenêtre. Dans un contexte de mobilisation pour la défense des causes publiques, l’auteur  examine la façon dont certains groupes porteurs de ce projet, manifestement animés par des individus, puisent dans le passé des références pour le présent. Prenant l’exemple du mouvement féministe, M. Rouchdy analyse l’usage des récits de vies individuelles dans les constructions d’images de femmes, alternative à la perception islamique dominante, ces constructions demeurant néanmoins des représentations de classe d’où les figures du peuple se trouvent exclues.

6L’individu est encore à l’honneur dans la contribution de Tewfiq Aclimandos qui propose une fascinante plongée critique, quelque peu alourdie par un appareil de notes démesuré, au cœur de la pensée de ceux, historiens et acteurs, qui ont fait l’Égypte de l’après-guerre, soulignant, malgré son inégale qualité et ses biais idéologiques, l’importance de l’historiographie locale, et la pertinence des témoignages d’acteurs. Juliette Honvault présente ensuite une brève synthèse des travaux du sociologue Ahmad Beydoun sur l’historiographie libanaise contemporaine, et Ulrike Freitag l’approche « par le bas » de l’historien syrien Abdallah Hanna, en rupture avec l’historiographie à dominante nationaliste de son pays. Le volume se clôt par une contribution d’Edouard Méténier sur l’historiographie irakienne. En dépit de la forte pression idéologique qu’elle subit depuis 1958, et plus encore après 1970, ce dernier montre qu’elle présente quelques échappées fertiles. Toutefois, déplore E. Méténier, ces échappées de quelques personnalités qui cherchent à renouveler les approches ne conduisent pourtant pas l’historiographie de cette région à produire l’équivalent des Subaltern Studies.

7Le second volume, intitulé Dynamiques et enjeux, ne compte pas moins de trente contributions, d’inégale longueur, réparties en quatre parties. La première partie évoque les différentes formes de domination étrangère qui ont pesé sur la région, du colonialisme traditionnel aux nouvelles formes d’impérialisme d’aujourd’hui. Certains textes proposent des mises en perspective généralistes. Henri Laurens livre un premier galop de son ouvrage récemment publié sur l’Empire et ses ennemis. W.  Roger Louis évoque l’ambiguïté des rapports entre la France et l’Angleterre jusqu’à la crise de Suez alors qu’André Nouschi revient sur les limites des décolonisations et, enfin, Sami Zubaida sur la plasticité des identités. Certaines autres contributions s’attachent à des études de cas. Fred Halliday analyse brièvement le phénomène d’al-Qaida ainsi que la menace iranienne de l’arme atomique au prisme d’une sociologie historique des relations internationales qui vise à réintroduire l’analyse du niveau régional, les acteurs non étatiques et le transnational. Faleh ‘Abd al-Jabbar entreprend une réflexion, commentée ensuite par Peter Sluglett – c’est le seul papier de l’ensemble à être soumis à une telle discussion – , sur les tribulations de la construction de l’État  (Nation-Building) en Irak. Il en conclut que, malgré son caractère artificiel, l’Irak comme espace national est bien devenu une réalité.

8La seconde partie propose une série de textes sur le patrimoine culturel et la construction nationale, mis en perspective par un article introductif de Jean-Claude David. Celui-ci souligne que si l’État est un acteur majeur de l’articulation entre ces deux notions, certains groupes, par leurs pratiques communes, contribuent à la fabrication de patrimoines particuliers, l’ensemble formant un système cohérent, mais d’un équilibre fragile, qu’il convient de préserver. Ihsan Fethi dresse ensuite un bilan critique de la politique arabe de conservation du patrimoine architectural et urbain, dans un contexte où la préservation de celui-ci, malgré la profondeur de l’histoire locale,  est loin d’être une priorité et où il a subi bien des avanies. À cette présentation générale font écho les exemples de réhabilitation d’Alep et de Shibam, au Yémen,  présentés par Omar Abdulaziz Hallaj. Dans le cas du Caire, Mercédès Volait évoque le rôle de l’« extranéité » dans la fabrique du patrimoine, extranéité commune à bien des villes de l’Orient arabe et qui désigne une dialectique entre identité et altérité se jouant même en dehors de tout contexte colonial. La ville est le produit inventé d’une multitude de regards croisés d’acteurs locaux et étrangers qui en restituent, à leur manière, les différentes strates. Ce sont encore les stratégies des acteurs, étatiques ou non, engagés dans les processus de patrimonialisation, que décrypte Irene Maffi dans le cas de la Jordanie, pour montrer qu’ils font pleinement partie d’une expression démocratique. Heghnar Watenpaugh évoque enfin la commercialisation des demeures à cour d’Alep, transformées en restaurants ou en night-clubs, révélatrice de la façon dont l’héritage (turath) est (in)compris et consommé par les Alépins, et plus généralement par les classes cultivées syriennes.

9La troisième partie porte sur les modèles et stratégies économiques et ne comporte que quatre contributions, modestie révélatrice du relatif désintérêt de ce thème dans la recherche internationale. Abdelkader Sid Ahmed revient sur les politiques économiques post-indépendance, marquées par le choix de l’industrialisation par substitution d’importation et par l’usage extensif de la rente pétrolière, politiques qui se sont heurté à la crise de l’effondrement des prix pétroliers au milieu des années 1980. Depuis lors, l’économie régionale s’inscrit dans une tendance dépressive continue, fort éloignée des performances réalisées en Extrême-Orient, ce qui souligne l’incapacité des gouvernements arabes à s’engager réellement dans la réforme. Eberhard Kienle s’attarde ensuite sur la période des Infitâh-s en entreprenant une vaste tournée dans la région, où nulle part il ne remarque un lien quelconque entre libéralisation économique et libéralisation politique. Tout au contraire, la première s’est bien souvent accompagnée d’une restriction des libertés. Eric Gobe décrit la façon dont fonctionne le « capitalisme des copains » (crony capitalism) en Égypte, et ses limites imposées par un État demeuré maître du jeu, dans le cadre des privatisations des années 1990. Georges Mutin rappelle enfin les grandes problématiques de l’importante question de l’eau dans la région.

10Sous le titre « Islam, nationalisme et territoires : mobilisations et médiations », la quatrième partie rassemble des textes particulièrement disparates. André Bourgey évoque les mécanismes, les causes et les conséquences de l’explosion urbaine. Nadine Méouchy s’interroge en historienne sur la façon d’approcher la question des mobilisations sociales. Elle propose un programme pluridisciplinaire fort ambitieux pour fouiller cette question, visant à établir une « véritable typologie des mobilisations sociales, pays par pays, période par période », en respectant certaines précautions méthodologiques propres au terrain, en prenant en compte la culture sociale des acteurs, la diversité de ceux-ci ainsi que celle des modes d’action auxquels ils ont recours. Nadine Picaudou livre ensuite une brève réflexion sur les rouages complexes des mouvements nationaux, forme dominante de la mobilisation collective au cours du XXe siècle, à partir du cas exemplaire de la Palestine. Abdallah Hanna évoque la compétition qui a opposé sur le terrain, dans les années 1950, le Parti communiste syrien et le Parti socialiste arabe, pour la mobilisation de la paysannerie, puis dans un bref postcript, il montre qu’un événement tel que l’embrasement de Hama est sous-tendu par la permanence des rapports de domination hérités du système de la grande propriété terrienne. Didier Monciaud examine les trajectoires des résistances ouvrières en Égypte, au moment de leur émergence à l’époque coloniale, puis sous le nassérisme qui enferme le syndicalisme dans un carcan bureaucratique. Il termine par l’examen de leurs tâtonnements du temps de l’infitâh à aujourd’hui, dans un contexte général de précarisation, pour inventer de nouveaux modes de mobilisation et d’action. Souad Slim évoque ensuite plusieurs exemples de mouvements de la jeunesse chrétienne au Liban, à la veille de la guerre civile, pour le développement, le progrès social et la lutte contre les inégalités. Jean-François Legrain livre une analyse, développée par ailleurs dans un ouvrage en ligne, confrontant les résultats obtenus aux élections législatives de 1996, puis à celles, locales, de 2005, pour la ville de Bethléem. Ces résultats sont soumis à une analyse factorielle de correspondance qui montre dans les deux cas la permanence, au-delà des bouleversements des dernières décennies, des identités localistes, confessionnelles et claniques. En 2005, seuls les islamistes sont parvenus à dépasser cet héritage et à promouvoir une légitimité idéologique alternative. En Palestine toujours, Pénélope Larzillière s’interroge sur l’absence de débat sur l’islam, malgré la prédominance acquise de l’islam politique. Contrairement à ce qui se passe ailleurs dans la région, celui-ci demeure en effet fortement structuré, tout comme l’ensemble de la scène publique palestinienne, par la question de la lutte nationale. Les débats intellectuels sur l’islam sont dès lors du ressort des seuls islamistes de la diaspora. Ammar Al-Sumr s’attarde ensuite sur les traits du leadership kurde en Irak qui, depuis les changements impulsés par l’Empire ottoman au XIXe siècle, se partagent entre référent tribal et référent religieux, notamment soufi. Le premier se voit érodé par l’intrusion du système partisan, sans que ce dernier parvienne cependant à dépasser les clivages internes, malgré le poids prépondérant de la famille Barzani : les loyautés primaires s’adaptent simplement aux formes politiques modernes. Hamit Bozarslan poursuit cette réflexion en proposant une sociologie politique de la contestation kurde en Turquie et en Irak depuis l’entre-deux guerres. Cette première période est marquée par la contestation des frontières nouvellement imposées, sous l’impulsion d’une élite kurde occidentalisée. La décennie suivant la seconde guerre mondiale, au cours de laquelle les États nationaux s’affirment, est celle d’un repli du mouvement kurde, jusqu’au coup d’État de 1958 en Irak et l’insurrection menée par Barzani. Ceux-ci font émerger une nouvelle génération d’activistes, marqués à gauche à l’image de la militance d’alors au Moyen-Orient, qui se radicalisera après la chute du mouvement de Barzani en 1975. Pierre-Jean Luizard analyse enfin la façon dont les habitants de Sadr City, quartier de Baghdad formé par l’exode d’un prolétariat rural chiite originaire des régions orientales du Tigre, sont mobilisés par Muqtada al-Sadr, sur le modèle des ‘asabiyyât de quartier, pour résister à l’occupant tout en promouvant un nouveau modèle islamique de société.

11Les éditeurs de ce double volume déplorent avec raison la méconnaissance des enjeux réels de cette région par un public orienté par le primat médiatique accordé aux conflits et aux phénomènes de l’islam politique. Il est à craindre cependant que le  format choisi pour cet ouvrage, qui aligne une telle variété de contributions, dont l’ensemble n’est pas soutenu par un projet cohérent, en fasse un objet peu lisible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvia Chiffoleau, « Khoury Gérard D. et Méouchy Nadine (dir.), États et Sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir, 1945-2005, Paris, Geuthner, 2007 ; volume I : Fondements et sources, 301 p. ; volume II : Dynamiques et enjeux, 481 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6312

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page