Navigation – Plan du site
Lectures

Lacoste-Dujardin Camille, La vaillance des femmes, les relations entre femmes et hommes berbères de kabylie, Paris, Éditions La Découverte, 2008, 164 p.

Émilie Barraud

Texte intégral

1Au cours de la dernière décennie du xxe siècle, partant d’une réflexion anthropologique sur la société kabyle traditionnelle envisagée comme « un conservatoire de l’inconscient méditerranéen », le sociologue Pierre Bourdieu explore les rapports de genre et entreprend l’analyse des mécanismes de reproduction de « la domination masculine » qu’il présente, dans la manière dont elle est imposée et subie, comme l’exemple par excellence d’une « soumission paradoxale » (Bourdieu, 1998). Elle serait incontestée, acceptée comme « naturelle », « incorporée » par des femmes qui l’endurent sans nulle forme de résistance, voire qui l’entretiennent sans en avoir conscience. Dix années après est éditée, sous un même format, la réponse critique d’un autre éminent observateur européen de la société kabyle, une femme, spécialiste de la condition féminine et auteure d’une fameuse analyse de la maternité comme contre-pouvoir ou procédé compensatoire des inégalités de sexes issues du patriarcat (Lacoste-Dujardin, 1985). à l’aune de ses cinquante années d’expériences ethnographiques, Camille Lacoste-Dujardin entend démontrer, au moyen d’une démarche heuristique tenant compte de deux sources jusqu’alors négligées, la « lucidité » des femmes kabyles à l’égard de leur assujettissement et leur manifeste « pugnacité » à résister aux abus du système patriarcal ; en somme l’expression d’une « vaillance » féminine exemplaire nourrie d’une profonde intolérance à l’oppression masculine.

  • 1  Leur clairvoyance se dévoile d’abord dans l’expression d’une sensibilité à l’égard des difficultés (...)
  • 2  L’endogamie de lignage évite le déracinement de la jeune bru, facilite l’affectivité au sein du co (...)

2Dans ce dessein, l’auteure exploite les richesses de la littérature orale féminine, à laquelle seraient demeurés sourds maints observateurs extérieurs, en tenant compte tant de la nature que des fonctions de ce discours social produit par les mères à l’intention de leurs enfants. Dans cette parole féminine, celle des contes « villageois » narrés aux jeunes générations, expression de la fonction éducative des mères puisque vecteurs de transmission des valeurs et des représentations, les modalités traditionnelles des rapports de genre sont habilement mises en scène selon une vision reconnaissant aux hommes et aux femmes des fonctions complémentaires et donnant à penser leur collaboration comme nécessaire. Loin de se limiter à inculquer leurs propres perceptions des relations entre les sexes, les femmes s’emploient également à dénoncer les contradictions du système patriarcal, qui exploite la fécondité féminine (au fondement de la société et du pouvoir) sans considérer la filiation maternelle dans la construction juridique et sociale de la famille1. Au moyen des contes, elles alertent des dangers résultant de cette discrimination (perversion de la relation mère/fils) mais suggèrent aussi des solutions apaisantes, comme l’endogamie de lignage agnatique2. Avisant l’auditoire d’une potentielle sédition féminine, elles en viennent enfin à déployer une forme de « terrorisme symbolique » par la mise en scène de personnages féminins fantasmatiques terrifiants, comme l’ogresse (teryel), femme indépendante et vorace qui refuse l’asservissement de sa féminité à la communauté masculine, ou simplement subversifs telle « la friponne » (Tadella), femme séduisante et rebelle qui ose défier les normes patriarcales et concurrencer les hommes dans leurs domaines consacrés.  

3 Ces représentations véhiculées par la littérature orale féminine trouvent par ailleurs confirmation dans les pratiques. Conscientes de leur pouvoir procréateur et des complicités qu’elles entretiennent avec les forces naturelles, les femmes mettent en œuvre leur don de fécondité par l’exercice de pratiques magico-religieuses, dans la réalisation de leurs activités domestiques, nourricières et artisanales, comme dans la collaboration avec les hommes qui s’assurent quotidiennement, et notamment pour les tâches agricoles, de leur concours tant productif que sacralisé. Si les mères sont conscientes que la prospérité sociale dépend de leur fécondité, elles sont tout aussi résolues à ce que leur place soit reconnue. Cette forme d’intelligence critique ou d’acuité de l’esprit, que l’auteur nomme « la science des femmes », est encore manifeste dans leur capacité à manipuler deux de leurs privilèges naturels, la lactation et la gestation, et à opposer ainsi des contre-pouvoirs, entérinés par le droit, jusque dans la sphère où s’enracine le pouvoir des hommes et dont elles sont exclues, la parenté. Elles ont ainsi imposé la reconnaissance d’un lien de parenté par le lait, dont il résulte des interdits matrimoniaux, ainsi qu’un mécanisme régulateur et compensatoire de l’extrême rigidité patrilinéaire, la croyance en l’enfant endormi dans le ventre de sa mère. Ce subterfuge licite, qui joue des incertitudes du temps de la grossesse, agrée la concession de paternité à des maris absents ou décédés, permet aux femmes de choisir le père de leurs enfants et peut conduire une lignée paternelle à reconnaître le fruit d’une relation illégitime.

4Dans un second temps, l’auteur exploite une autre source négligée par Pierre Bourdieu, dont elle critique une vision qui tend à « figer » les rapports de genre « dans un temps immobile », et se penche sur le rôle des différents contextes historiques dans la détermination de ces relations complexes. Si par le passé, l’astreinte des femmes à la fécondité maximale en enfant mâle les a concrètement placées en position d’asservissement, et ce en dépit des contre-pouvoirs qu’elles ont su conquérir, certaines circonstances historiques exceptionnelles ont contribué à remettre en cause ces rapports tenus pour immuables. L’histoire berbère algérienne est marquée par des personnages féminins charismatiques, des héroïnes exemplaires, chefs de défense tant de « l’honneur kabyle » que de la nation. Au début du VIIIe siècle parmi les Chaouias de l’Aurès, Dihya la Kahena s’illustre dans la défense de l’Afrique du Nord berbère contre l’implantation arabo-islamique. Un siècle plus tard, Chimsi devient le chef de la tribu kabyle des At Iraten et démontre sa finesse d’esprit tout autant que sa bravoure en s’opposant à la volonté du Sultan et en assurant l’indépendance de la confédération à laquelle son groupe appartient. En 1857, la devineresse et thérapeute Fadhma n’Soumeur, surnommée la « Jeanne d’Arc kabyle », endosse la responsabilité d’organiser la résistance à l’armée française et conduit vaillamment le combat contre la conquête coloniale. L’auteur souligne par ailleurs l’existence d’une spécificité kabyle au sein de l’aire berbère. Des conditions et modes de vie particuliers ont en effet conduit les hommes à assouplir les règles sociales, notamment en matière d’héritage, avant qu’une nouvelle conjoncture historique ne concoure, au XVIIIe siècle, à un repli de la société sur une fidélité aux modalités et aux représentations traditionnelles des rapports de genre (conservatisme de résistance).

5L’ultime chapitre de l’ouvrage, intitulé « D’hier à aujourd’hui », s’applique à montrer comment, dans les difficiles circonstances de l’Algérie actuelle, les femmes kabyles unies dans leurs revendications à toutes les Algériennes, poursuivent avec la même vaillance que leurs ascendantes le combat pour la reconnaissance de leurs droits et leur participation à cette société aux sérieuses mutations, dont elles constituent le ferment actif. La guerre d’indépendance, à laquelle les femmes participent activement, et ses conséquences (la carence en homme achève la longue période d’exhérédation des femmes), le développement de la scolarisation et des communications, la circulation des personnes et des informations, les contacts et diffusions d’idéologies sont autant de facteurs ayant contribué à l’émergence de nouvelles configurations des rapports sociaux de sexe. Les jeunes générations de femmes revendiquent désormais des pratiques et une gestion de vie autres que celles de leurs aînées, des références et des aspirations différentes et plus diversifiées. Émancipées d’une logique où le lien affectif n’a pas droit de cité au sein du couple, dans une société où, traditionnellement, « les hommes sont comblés par leur mère et les mères par leurs fils » (Lacoste-Dujardin, 1985 : 225), elles aspirent à une vie conjugale épanouie, à l’engendrement d’un nombre limité d’enfants et pour chacun, à une éducation de qualité. Les pratiques matrimoniales et sexuelles changent, le phénomène du mariage tardif accélère notamment une baisse de la fécondité, caractéristique de l’ensemble du Maghreb depuis plus de vingt ans, tandis que les femmes investissent les sphères publiques et économiques. En revendiquant leur autonomie matérielle, le choix de leur mari et de leur maternité, un statut de citoyenne et l’égalité des droits, elles bousculent cependant l’idéal social traditionnel, provoquent d’importantes tensions et constituent un prétexte de plus aux agressions dont elles sont victimes, particulièrement dans les villes. Devenues la cible de violences instiguées par des courants politiques opposés à leur émancipation, mais inscrites dans la continuité de la combativité de leurs aïeules, loin de s’éteindre et de se résigner à la passivité, elles se mobilisent et s’organisent pour faire entendre leurs voix, « puisant leur force aux ressources de la lucidité et de la vaillance exemplaire des femmes de culture berbère ».

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 1998, La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, 142 p.

Lacoste-Dujardin Camille, 1985, Des mères contre les femmes, maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, Éditions La Découverte, 309 p.

Haut de page

Notes

1  Leur clairvoyance se dévoile d’abord dans l’expression d’une sensibilité à l’égard des difficultés vécues par la jeune bru à son entrée dans une vie conjugale dénuée d’affectivité et d’autonomie, lorsqu’elle abandonne son lignage d’origine pour embrasser la cause de la communauté familiale de son époux, tout en se sachant exclue, par la loi patriarcale, de ce lignage agnatique qui exige d’elle une pleine et immédiate incorporation.

2  L’endogamie de lignage évite le déracinement de la jeune bru, facilite l’affectivité au sein du couple tout en servant les intérêts matériels de la communauté familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Barraud, « Lacoste-Dujardin Camille, La vaillance des femmes, les relations entre femmes et hommes berbères de kabylie, Paris, Éditions La Découverte, 2008, 164 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 28 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6313

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page