Navigation – Plan du site
Lectures

Legros Olivier (dir.), Participations citadines et action publique. Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, ADELS, CITERES-ENAM, Paris, Tours, Gap, Éditions Yves Michel, 2008, 209 p.

Jean-Luc Piermay

Texte intégral

1Même si elles ne découlent pas uniquement de celles-ci, les politiques de participation des citadins ont surtout été diffusées par les injonctions des organisations internationales vis-à-vis de tout projet actuel de développement. Mais au-delà des affichages, rendus obligés par la conditionnalité de l'aide internationale, quelles sont les réalités de cette « participation citadine » ? Comment se traduit-elle concrètement, dans les processus de conception, de décision et dans le déroulement des projets ? Quelle place ces « bonnes » pratiques participationnistes tiennent-elles par rapport aux actions que les citadins mènent de manière plus générale pour influencer les politiques publiques ? Quelles possibilités supplémentaires apportent-elles concrètement aux citadins ? La généralisation du discours des organisations internationales annonce t-elle la normalisation des modes de gouvernement à travers le monde, ou bien s'achemine t-on vers des formes plus complexes ? Telles sont les questions passionnantes posées par ce livre d'un collectif pluri disciplinaire de jeunes chercheurs.

2 Le cadre géographique choisi est original, puisque le livre contient six communications traitant de villes du Moyen-Orient et de l'Afrique du nord et de l'ouest, ce qui reflète le souci de dépasser les cadres culturels habituels. Puis, de façon très heureuse, une conclusion collective, tout en reflétant le travail réalisé durant deux ans à l'Université de Tours dans un Atelier « Ville et politique », recadre l'ensemble de la réflexion et assure l'articulation entre un mot d'ordre de portée planétaire et les observations de terrain, celles de dynamiques urbaines complexes et multiformes.

3Sans surprise, la participation des citadins est postulée dans les six villes, avant tout dans les documents écrits. Il y a pourtant loin des discours aux faits. Partout limitée et contrainte, elle reste subordonnée aux choix faits depuis le haut. Elle existe toutefois, mais le « prêt à porter gestionnaire » revêt des tissus et des coupes très locales. Les incitations participatives sont en effet relayées ou non par les pouvoirs en place ; elles rencontrent ou non des enjeux fortement ressentis par les populations ou certaines fractions de celles-ci ; elles se heurtent à des jeux dont la complexité laisse ou non une place aux citadins ; elles s'insèrent dans des formes d'organisation sociales plus ou moins structurantes. Le cas de Jérusalem est ainsi très éclairant. Dans ce contexte très autoritaire, les positions de principe très fortement intégrées et revendiquées n'excluent pas des contournements pragmatiques, qui se traduisent par des négociations indirectes. La question de la participation se love ainsi dans les contextes locaux et réactive souvent des structurations sociales familières aux citadins, celles qui sont issues d'une longue pratique et que l'on peut qualifier de coutumières. Favorisant les instances de médiation, elle permet aussi l'émergence de nouveaux intermédiaires, comme les ONG et les diplômés. « Élargissant les répertoires de l'action collective », « complexifiant les modalités de l'action publique et des modes régulation politique », les dispositifs participatifs constituent avant tout des « outils de négociation », dont les citadins apprennent à se servir, y compris par la ruse et les contournements. Nul doute que les citadins ne sont pas égaux devant de tels atouts.

4L'équipe réunie autour d'Olivier Legros propose donc un livre stimulant, dans lequel on peut juste regretter, notamment dans la synthèse finale, un certain déficit d'analyse sur la production des formes matérielles de la ville. De la même manière que dans les modalités de l’action collective et dans les rapports entre les protagonistes, on peut en effet se demander s'il existe un effet « participation citadine » sur l'espace urbain, par un infléchissement des projets urbains, par une inertie accrue du bâti liée aux résistances citadines, par une complexification dans les agencements spatiaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Piermay, « Legros Olivier (dir.), Participations citadines et action publique. Dakar, Rabat, Cotonou, Tunis, Jérusalem, Sanaa, ADELS, CITERES-ENAM, Paris, Tours, Gap, Éditions Yves Michel, 2008, 209 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6314

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page