Navigation – Plan du site
Lectures

Mayeur-Jaouen Catherine, Pèlerinages d'Égypte, histoire de la piété copte et musulmane, XVe-XXe siècles, Paris, EHESS, 2005, 445 p.

Abderrahmane Moussaoui

Texte intégral

1Historienne et spécialiste du monde arabe, Catherine Mayeur-Jaouen nous propose, dans cet ouvrage (issu d’une thèse d’habilitation à diriger les recherches, soutenue en 2000), une histoire de la piété copte et musulmane en Égypte du XVe au XXe siècles. Servie par une parfaite connaissance de la langue et une longue expérience de recherches, portant notamment sur le culte des saints dans le monde musulman, Catherine Mayeur-Jaouen mène son projet à partir de l’étude des mouleds. Ces fêtes patronales sont décortiquées avec érudition et relatées dans un style vivant. L’impressionnante bibliographie en anglais, en français et en arabe, que Catherine Mayeur-Jaouen a pu étudier, ne l’empêche pas de déplorer la superficialité des sources, leur rareté et le manque de matériaux de manière générale. Aux sources disponibles, elle reproche à certaines leur imprécision, à d’autres, leur superficialité et/ou leurs a priori.

2L’historienne s’interroge sur la relative absence de traces écrites se rapportant à un phénomène pourtant massivement pratiqué et largement répandu. Jusqu’au XIXe siècle, constate-t-elle, les quelques auteurs qui évoquent les mouleds ne le font qu’incidemment, en parlant du brigandage ou des mœurs arriérés des villageois. Phénomène si présent qu’il devient banal ou mépris du petit peuple et du monde des campagnes ? se demande Catherine Mayeur-Jaouen. Il faut attendre le XIXe siècle, sous le règne de Mehmet Ali, pour voir voyageurs et historiens locaux évoquer de plus en plus fréquemment et avec moult détails ces manifestations festives populaires. Bravant l’aridité des sources, l’historienne fait flèche de tout bois, mobilisant opérettes, romans biographiques, presse et récits littéraires. Instruisant savamment et minutieusement le dossier de ces mouleds, et ne négligeant aucune source, Catherine Mayeur-Jaouen exploite avec bonheur tout, y compris la littérature des réformistes musulmans hostiles au culte des saints.

3Les nombreuses sources explorées montrent combien les mouleds égyptiens ont pu être ignorés au profit du seul mawlid du Prophète. Sur ce dernier, « le livre de N. Kaptein est venu apporter un éclairage remarquable » (p. 17) et combler un vide que seul l’entrée « Mawlid » de l’ E.I. remplissait partiellement jusque là. Mais le livre de N. Kaptein se limite au Maghreb ; et, « Une suite proprement égyptienne de l’ouvrage reste à écrire ». (p. 17). C’est le terrain qui va permettre à l’historienne de donner du relief au phénomène étudié ; et, lui permettre d’émettre des hypothèses argumentées quant à l’explication de certains aspects des mouleds.

4Mais que sont ces mouleds égyptiens ? À l’origine le mouled égyptien, comme l’étymologie du mot le suggère, est d’abord une fête dédiée au Prophète Mohammed et célébrant l’anniversaire de sa naissance. Mawlid, désigne le lieu ou le temps de la naissance. Il a fini par désigner la célébration de l’anniversaire de la naisssance (et quelquefois de la mort) du Prophète. Les Fatimides (chiites) l’instituent avant que les sunnites ne l’adoptent et le développent. Le Caire fatimide a célébré le mawlid du Prophète comme, d'ailleurs, celui de `Ali, de Fatima et du calife régnant. Loin d'être une fête populaire comme elle l'est devenue partout aujourd'hui, cette manifestation se présentait plutôt comme une fête de palais. Souvent organisées et contrôlées par les cours et les palais des souverains musulmans, il faut attendre le VIIe/XIIIe siècle pour voir le peuple prendre part à ces cérémonies nous dit J. Knappert (entré mawlid, E.I). Les confréries religieuses joueront un grand rôle dans la popularisation d'un tel événement qui ne tardera pas à se répandre dans l'ensemble du monde musulman. Comme le souligne Catherine Mayeur-Jaouen, ceci bat en brèche, la thèse selon laquelle les mouleds seraient une simple « survivance populaire » de l’époque fatimide et donc d’origine purement chiite. Le développement des confréries soufies en Égypte depuis l’époque ayyoubide; et, plus tard ailleurs, ont contribué à la propagation de ces festivités dans l’ensemble du monde musulman.

5Depuis, les choses ont évolué et les mouleds dont il est question ici renvoient à une autre réalité. Ce sont désormais des fêtes patronales des saints et non plus comme au Maghreb, celles célébrant la seule nativité du Prophète. Si ailleurs il est resté associé essentiellement à la nativité du Prophète, en Égypte, le mouled devient générique de manifestations festives multiples liées à des saints, tantôt musulmans tantôt coptes. C’est l’occasion pour l’historienne de montrer combien le sentiment religieux et son expression sont-ils façonnés par l’histoire concrète de la vie des hommes, au présent, sur la base d’un passé souvent mythifié. Ces pèlerinages musulmans se présentent comme une évolution des formes de festivités de la nativité du Prophète instituée par les Fatimides et reprise plus tard par les ayyoubides et les Mamelouks en Égypte.

6Au fil de l’histoire, le mouled évolue au gré des pouvoirs politiques, des infléchissements de la dévotion et des contraintes économiques. Malgré la condamnation des fuqahâ’, la vénération du tombeau du saint est restée au cœur du mouled. Après avoir institué la célébration de l’anniversaire du Prophète au XIe siècle, la dynastie Fatimide contribuera significativement au développement du culte des saints. Avec les ayyoubides, « au XIVe siècle, à côté du mawlid al-nabî et sur son modèle, sont nés progressivement les mouleds des saints musulmans » (p.75). L’appui des autorités politiques (financement, dons, waqfs) favorise l’enracinement de ces manifestations sous l’aspect d’une « religion civique ». L’époque Ottomane, favorable au soufisme, renforce davantage cette culture des mouleds en multipliant leur nombre. Après un remarquable apogée, au XIXe siècle, dû au mécénat religieux de l’État égyptien en constitution, les mouleds connaîtront un déclin significatif au XXe siècle. « Modernisme et reformisme musulman s’allièrent dans la lutte pour réfréner les mouleds musulmans et les renvoyer dans le passé » (p. 95). Après la période nassérienne, les mouleds reprennent en Égypte de plus belle mais désormais avec de nouvelles contraintes dues aux réalités économiques et à la montée de l’islamisme.

7Tout en faisant une place importante à l’évolution des pèlerinages dans l’histoire égyptienne, Catherine Mayeur-Jaouen ne néglige pas pour autant la dimension anthropologique qui éclaire les différents aspects d’un tel phénomène. Les restitutions détaillées du déroulement de ces pèlerinages dans plusieurs contextes historiques et géographiques en Égypte plongent le lecteur dans l’ambiance d’un pèlerinage égyptien fait de contrition et de festivité.

8Imparfaitement traduit par pèlerinage, le mouled se révèle « plus qu’une simple visite pèlerine à la tombe d’un saint » (p. 13-14.). Au-delà des aspects strictement dévotionnels et précisément réglés, les mouleds sont l’occasion où les frontières du sacré et du profane se brouillent davantage. « On plante des tentes, on sert de la nourriture, on allume des chandelles, on brandit des drapeaux, on organise des lectures du Coran et des Dalâ’il al-khayrât, on récite des mouleds du Prophète. Souks et échoppes restent ouverts toute la nuit, brillamment illuminés » (p. 84-85). À leur description, on peut penser plus volontiers à la wa`da de l’islam maghrébin qu’au mawliddu prophète. Mais nous sommes en Égypte et les mouleds concernent aussi bien les musulmans que les coptes, même si chaque groupe célèbre ses propres mouleds.

9Ceux des coptes ont, à la place des confréries soufies, des prêtres et des moines ; et, les dhikr-s des mouleds musulmans sont remplacés par des messes et des baptêmes dans les mouleds coptes. Pour les uns comme pour les autres, les puristes condamnent les excès des foules (fornication, licence, beuveries, etc.).

10En dix chapitres, Catherine Mayeur-Jaouen traite de ces pèlerinages en remontant aussi loin que possible dans les mythes d’origine pour mettre en perspective un phénomène qui n’a cessé d’évoluer. Tout un peuple est saisi dans son présent et son histoire au travers de ses pratiques pèlerines ; montrant comment ces manifestations ont rythmé l’histoire sociale et religieuse du pays depuis le XVe siècle, se transformant et s’accommodant en fonction de ses grands tournants. Le mouvement réformiste, le contact de la modernité ou l’avènement de l’islamisme, ont chacun introduit des infléchissements à ce phénomène sans parvenir à le faire disparaître. Les formes de leur expression, tout comme les modalités de leur réception, ont évolué au rythme des ruptures.

11 En anthropologue de l’histoire, Catherine Mayeur-Jaouen souligne les usages contrastés, selon les époques et les groupes, d’une fête dont les motifs ont été souvent reconduits pour être réinvestis d’une pluralité de sens constamment renouvelés. Elle montre également comment le mouled est un vecteur et un enjeu identitaire. L’écriture de son histoire donne l’occasion aux historiens et sociologues égyptiens (musulmans) de glorifier le passé pharaonique de l’Égypte en évitant l’épisode copte. De leur côté, les coptes n’omettent pas de glorifier ce même passé pharaonique, mais avec un nationalisme autarcique.

12Pourtant, la parenté directe de ces mouleds avec ceux de l’époque pharaonique n’est pas formellement établie ; même si, nous dit Catherine Mayeur-Jaouen, dans leurs formes d’expression, il existe des continuités entre jadis, naguère et aujourd’hui comme : « l’attachement au lieu, au terroir, à l’ancrage local d’un intercesseur ». Quelquefois, les sites sacrés sur lesquels se déroulent ces mouleds sont les mêmes que ceux utilisés à l’époque pharaonique. Cela ne prouve rien pour autant ; car, ce n’est pas toujours la règle. Quand, par exemple, les contraintes géographiques ne les imposaient pas, on a souvent changé de sites pour se démarquer des croyances précédentes.

13Les continuités peuvent également être décelées à d’autres niveaux ; dans certaines pratiques comme les offrandes en nature (poulets, œufs, vins, miel, huile, fèves), la mixité, la licence sexuelle, les beuveries. Cependant, pour Catherine Mayeur-Jaouen, ces ressemblances ne suffisent pas à établir formellement une parenté entre les antiques pèlerinages égyptiens et ceux d’aujourd’hui. Selon elle, l’histoire des pèlerinages égyptiens devrait être pensée plutôt en termes de rupture que de continuité : les pratiques pèlerines de l’Égypte antique avaient quasiment disparu avant le développement des cultes chrétiens. Réinvestir des lieux ayant déjà fait l’objet d’un culte passé ne signifie en aucun cas la reprise de ce dernier. Car, « Construire un tombeau de saint chrétien sur un tell antique ne témoignait pas d’une volonté de réminiscence païenne, mais de la volonté prosélyte de christianiser le passé » (p. 52). Une telle affirmation pourrait même aider à comprendre la sédimentation du sacré dans le même lieu. Ce dernier apparaît comme un enjeu que différentes croyances se disputent et non comme une puissance phénoménologique.

14L’étude des mouleds est ici l’occasion de découvrir l’âme égyptienne dans ses zones les plus sombres, au-delà des découpages religieux et des discours convenus qui tentent souvent de voiler le réel. Il est question, de mort, d’amour, de manières de tables, de sexe, etc. Sans rechercher un hypothétique syncrétisme, Catherine Mayeur-Jaouen, montre, coutumes et rites à l’appui, combien l’histoire vécue défie les taxinomies reconstituées par les représentations à posteriori. Les rites funéraires constituent une des preuves de cette culture partagée qui défie les frontières religieuses. Ici et là, cette culture favorise une certaine familiarité avec le tombeau et la mort qui se manifeste clairement lors des mouleds aussi bien coptes que musulmans.

15Le pèlerinage copte est fondé essentiellement sur les reliques. Ces ossements de saints soigneusement enroulés dans des étoffes et enfermées dans des reliquaires sont revisités lors des pèlerinages. En 1979, Gérard Viaud recense soixante deux pèlerinages qui continuent à être célébrées. En absence de reliquaire, « le pèlerinage copte est fondé autour d’un lieu de sainte mémoire » commémorant un événement sacré : apparition, miracle, vision, icône sainte, etc. Catherine Mayeur-Jaouen, y voit une différence avec les pèlerinages musulmans qui sont rarement fondés sur la seule mémoire des lieux. 

16Pour les musulmans, « s’il est des saints sans mouled, il n’est pas de mouled sans saint » (p. 112). Cependant, le hajj et la Ka’ba comme lieu sacré par excellence, en constituent le centre de référence. Toutefois, les pèlerinages musulmans jadis organisées sur le principe du hajj aux lieux saints de la Mecque, et dans l’esprit de la culture soufie, ont connu des changements notables depuis le réformisme musulman de la fin du XIXe siècle. Changements qui vont contribuer à les éloigner des pèlerinages coptes, restés fidèles aux modèles du moine (au désert) et du martyr.

17Si mouleds coptes et musulmans sont également l’occasion de célébrer les morts, il subsiste tout de même une différence caractéristique : « Alors que le lieu du mouled musulman est (toujours) un tombeau, le lieu du mouled copte, c’est d’abord une église ou un monastère » (p. 116). La mosquée apparait comme moins importante que le tombeau pour le pèlerin du mouled musulman. Mouleds musulmans et mouleds coptes différent également quant au calendrier. Ceux des musulmans, souvent liés au calendrier lunaire, sont par conséquent fluctuants durant l’année ; tandis que les mouleds coptes demeurent fixes selon le calendrier solaire. Au delà de ces différences, ces deux mouleds présentent d’innombrables similitudes et restent caractérisés par un lieu, un espace, un itinéraire et de multiples expressions festives. Si la culture folklorique, qui façonne ces pèlerinages, continue à être la même pour les deux confessions, depuis la fin du XIXe siècle, le réformisme musulman et le Renouveau copte creusent les écarts éloignant de plus en plus pèlerinages coptes et pèlerinages musulmans.

18Au fil des pages de cet ouvrage fourmillant de détails, l’événement du mouled apparaît comme un vrai « fait social total » qui donne l’occasion de voir l’Égypte dans toute son épaisseur historique et sociologique. Les pouvoirs politiques et leurs représentants défilent face à des catégories de populations où se mélangent les cultures, les origines, les langues et les croyances. Au lieu d’une pratique de dévotion que le profane perçoit comme immuable, le lecteur s’aperçoit de l’évolution et des transformations que ces manifestations ont subies en fonction de l’histoire de la société et de ses recompositions. Quand le lecteur finit ces pages, ivre et charmé par la richesse d’un tel phénomène, il est fin prêt à répondre à l’ultime invite : aller découvrir et connaître beaucoup d’autres aspects des mouleds qui, nous dit Catherine Mayeur-Jaouen, demeurent tout simplement ineffables.

Haut de page

Bibliographie

De Jong Fred., 1960, « Mawlid » , Encyclopédie de l’Islam, 2e éd.

Fuchs H., 1934, « Mawlid » , Encyclopédie de l’Islam, 1e éd.

Kaptein N. J. G., 1993, Muhammad's Birthday Festival : Early History in the Central Muslim Lands and Development in the Muslim West until the 10th/16th Century, Leyde, E.J. Brill éd., 183 p.

Knappert J., 1960, « Mawlid » , Encyclopédie de l’Islam, 2e éd.

Viaud Gérard, 1979, Les pèlerinages coptes en Égypte, Paris, Le Caire, IFAO

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Moussaoui, « Mayeur-Jaouen Catherine, Pèlerinages d'Égypte, histoire de la piété copte et musulmane, XVe-XXe siècles, Paris, EHESS, 2005, 445 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://remmm.revues.org/6318

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page