Navigation – Plan du site
Lectures

Ricci Loredana, Maghreb e mondializzazione : sfide aperte su percorsi incrociati, Napoli, Istituto italiano per gli Studi filosofici, 2008.

Jean-Claude Santucci

Texte intégral

1L’ouvrage de Loredana Ricci relève de cette catégorie de livres qui font regretter que la connaissance de l’italien ne soit pas davantage répandue dans les milieux scientifiques. En effet, l’auteure appartient à ce groupe de chercheurs italiens dont la qualité des travaux justifierait, à défaut d’une traduction en d’autres langues européennes, une plus grande diffusion éditoriale. Elle fait également partie de ce groupe de chercheurs qui ont spécialement orienté leur champ disciplinaire dans l’étude des problèmes contemporains du monde arabe et méditerranéen, et qui sont à la charnière de deux générations scientifiques : l’une, la plus ancienne, reconnue pour ses travaux en histoire coloniale, langue et civilisation arabo-musulmane ; et l’autre, plus jeune, principalement adossée aux questionnements de tous ordres posés à la société italienne par les flux récents des populations immigrées notamment originaires du Maghreb. Loredana Ricci connaît le terrain pour y avoir séjourné dans le cadre de travaux sous l’égide du PNUD (Programme des Nations unies pour le développement). À l’occasion de ses nombreuses missions d’étude et de recherche effectuées à l’IREMAM, et grâce à sa parfaite maîtrise du français qui lui a permis d’accéder à une importante production dans cette langue, elle s’est dotée d’un solide capital de connaissances sur le Maghreb. Le livre en témoigne d’ailleurs très largement à la seule lecture de ses très nombreuses notes infra-paginales et des références de son imposante bibliographie (10 pages) reproduite en fin d’ouvrage. Relativement accessible à un non italianisant, l’ouvrage est publié sous l’égide d’un institut de renom, et préfacé par un enseignant chercheur qui fait autorité, Gianluigi Rossi de l’Université de Rome « La Sapienza » à laquelle est rattachée l’auteure. L’ouvrage est solide et compact dans sa facture, important par son volume (351 pages) et dense par son contenu qui laisse transparaître un très grand savoir et une réelle familiarité avec les problématiques disciplinaires et les débats théoriques abordés dans la littérature scientifique sur les aires culturelles. L’écriture est riche et travaillée à tel point que l’expression puisse parfois paraître lourde et redondante au lecteur. En fait, elle traduit un réel attachement à nous livrer ses analyses avec une grande rigueur et selon une dynamique intellectuelle qui cherche à restituer la complexité des réalités étudiées. Comme le titre le suggère, l’auteur dresse un vaste tableau des tensions, aspirations et contradictions liées aux modalités d’insertion des sociétés maghrébines dans le nouveau cycle de la mondialisation.

2C’est au niveau de la scène mondiale que les problèmes de la sécurité, de la stabilité et du développement, se déploient et s’aggravent pour les populations maghrébines, selon des dynamiques et des trajectoires multiples et complexes qui se croisent et s’entremêlent. Sans s’attacher à en dresser un panorama exhaustif, L. Ricci procède par angles d’approche thématiques qui s’ordonnent autour d’une question : le Maghreb actuel s’oriente-t-il vers une large insertion dans le système international, ou bien est-ce seulement le reflet d’une illusion qui doit laisser place à un espace ultérieur de frustration ? En d’autres termes quel est et quel sera son rôle dans le processus de mondialisation, alors même qu’il se trouve confronté à l’extension des Programmes d’Ajustement structurel, des nouveaux réseaux technologiques, et en même temps à l’accroissement de la vulnérabilité des sociétés maghrébines en termes politiques, économiques, sociaux et culturels.

3Pour traiter cette problématique d’un Maghreb pleinement immergé dans l’accélération des mécanismes d’interdépendance de l’espace mondial l’auteure a choisi trois entrées : la jeunesse maghrébine, le néo-libéralisme et les médias. Ces entrées lui paraissent très représentatives des nouvelles modalités d’insertion et de leurs enjeux. Dans sa première partie, l’auteure nous invite, en effet, à un voyage au cœur de l’intimité et du vécu des jeunes maghrébins qui sont déchirés entre les pesanteurs culturelles et familiales de la tradition et les attraits d’une modernité qui les fascine mais leur échappe très largement. Avec la généralisation des téléphones cellulaires, de l’utilisation d’Internet, et des télévisions satellitaires, tous ces instruments de la modernité remodèlent leur imaginaire, leurs attentes et leurs projections dans l’avenir, en même temps qu’ils alimentent de douloureuses frustrations, ou finissent par les pousser vers « l’ailleurs ». De la modernité ou du rêve d’abondance, qu’on leur a tant vantée aux indépendances et que leur projettent encore les médias, les jeunes maghrébins, tiraillés entre le désir d’être et d’exister comme « l’autre » et celui de renouer avec « l’authenticité arabe », n’en retirent que des sentiments d’instabilité et d’incertitude quant à leur identité et quant au sens de leur vie. Prisonniers pour la plupart d’un système éducatif désuet et d’une politique linguistique incohérente et paralysée par des enjeux essentiellement idéologiques, ils sont confrontés à un vécu des plus précaires et injustes, qui nourrit une inquiétude existentielle, dont ils pensent échapper par les voyages imaginaires, le retour vers les mosquées, ou par l’exil migratoire, voire par la violence islamiste à l’exemple de l’Algérie des années 1990.

4Dans la deuxième partie centrée autour des rapports entre « néo-libéralisme et modernité » l’auteur reprend cette thématique de la confrontation des États et des sociétés du Maghreb avec la mondialisation. Elle y aborde successivement les implications multiples et menaçantes des programmes d’ajustement structurel, notamment les dysfonctionnements économiques et les ruptures du lien social, et les échecs des stratégies alternatives de sortie, en dépit des réformes puisées dans le registre de la libéralisation interne, et des avantages espérés par le partenariat euro méditerranéen. Au plan institutionnel, L. Ricci reconnaît les efforts des cinq États à s’engager à des moments et à des rythmes différents dans l’épreuve de la « démocratie » mais sans jamais dépasser de timides ouvertures imposées par le haut ni autoriser de véritables alternances susceptibles de mettre à mal l’autoritarisme des dirigeants en place. Selon l’auteure, pour s’ouvrir de nouveau les voies du développement, et prendre rang dans le champ du savoir, les sociétés maghrébines doivent valoriser leur richesse culturelle et humaine. Elle l’envisage comme le seul moyen d’accéder à cette « économie de la connaissance » qui seule peut les sortir du cercle de la pauvreté et de l’instabilité sociale. L’enjeu est d’autant plus sérieux qu’ en dépit du rôle de régulateur social que jouent dans une certaine mesure le développement du secteur informel et l’essor du tissu associatif, les écarts entre niveau d’instruction, amélioration des qualifications et marché du travail restent très préoccupants. …

5La troisième et dernière partie traite des médias et des TIC (Technologies de l’information et des communications) auxquels L. Ricci accorde un rôle fondamental dans son travail de réflexion. Comme elle l’explique, c’est à travers les nouveaux réseaux technologiques que se déplace la mondialisation, avec son rythme accéléré et sa nouvelle dimension dans l’espace. Ce sont eux qui transforment la scène économique mondiale en même temps qu’ils pénètrent et modèlent les peuples, les cultures, les sociétés et les institutions. Outils incontournables dans la tentative de recherche de nouvelles voies de développement, ces réseaux fonctionnent comme une fenêtre d’accroissement planétaire de la pauvreté et de la marginalité qui affectent gravement le Maghreb davantage dans ses manifestations culturelles que matérielles. L’extension d’Internet etsurtout des antennes paraboliques, très largement présentes dans toute la région, amènent les sociétés maghrébines à se poser inévitablement de nouvelles interrogations sur l’avenir et sur leur parcours identitaire par rapport à la mondialisation où les immenses attentes de modernité acquièrent des formes et des significations nouvelles pour répondre aux exigences de notre temps. Un autre élément fondamental pour L. Ricci est le rapide progrès technologique en cours. Alors que les technologies précédentes se fondaient sur la valorisation des éléments matériels de l’existence, le progrès technologique est en train d’inaugurer une nouvelle ère en faisant de l’immatériel la force principale de transformation du monde. Il lance de nouveaux défis à la puissance de l’intelligence, en rouvrant aux peuples de la planète l’immense espace du savoir. Cette évolution progressive « vers les sociétés de la connaissance » comme le souligne le directeur général de l’Unesco en 2005, n’implique pas l’accélération du choc entre les cultures (même si dans ce raccourci on y désigne souvent de pesantes clôtures et incompréhensions) mais justifie plutôt la nécessité de préserver et valoriser la diversité linguistique et culturelle pour promouvoir un vrai dialogue entre cultures. C’est là aussi que réapparaît le thème de « l’autre » et de « l’ailleurs », que l’auteure affectionne particulièrement tout au long de son livre, en le déclinant à travers de multiples points d’observation.

6Dans ce travail d’observation lucide d’un Maghreb pleinement exposé aux défis de la mondialisation, L. Ricci ne néglige pas enfin de souligner les dangers représentés par la persistance de systèmes autoritaires qui contrastent avec des sociétés qui voudraient s’immerger positivement dans la modernité et s’éloigner définitivement des plaies du sous-développement. Pour ces régimes ce n’est pas faute de disposer de leviers de pouvoir mais plutôt de chercher à entretenir un vrai rapport avec leurs propres populations locales.

7L’intérêt de cet ouvrage est donc multiple : il dénote un effort plus que louable de mobilisation intellectuelle d’une somme impressionnante de travaux de spécialistes et de rapports d’experts, et un souci délibéré de centrer l’attention sur une vision d’ensemble, aux dépens de l’analyse des détails. L. Ricci s’abstient de présenter la réalité maghrébine dans son unité pour s’attacher plutôt à expliquer la région dans sa diversité. Elle restitue à chaque instant ses spécificités, ses propres difficultés, son désir profond d’un langage propre de modernité. Elle préfère proposer une grille de lecture et de compréhension de la région, tout en se déplaçant à l’intérieur des différentes réalités nationales culturelles, politiques sociales et économiques, l’essentiel étant de comprendre et de gérer les aspirations et les transformations concrètes qui se donnent à voir, s’écartent, se fragmentent, se rejoignent et peuvent être communes à tout le Maghreb. Son propos au fond n’est pas de suivre les changements en cours en référence au rôle de la démocratie et de la libéralisation économique, tels que définis actuellement et exportés par l’Occident, mais plutôt de saisir les nouvelles significations et les nouvelles ambiguïtés dont se sont parés ces termes au contact de terrains et de besoins qui leur étaient étrangers.

8Autre particularité de cet ouvrage, il ne se préoccupe pas de rapporter l’exacte description des événements mais plutôt de dessiner l’interprétation générale des phénomènes en cours et de leurs évolutions. En incluant délibérément les ailes du Maghreb que sont la Libye et la Mauritanie, pays qui par beaucoup d’aspects présentent des différences évidentes avec la réalité du Maghreb central, on mesure bien que l’objectif de l’auteure est d’identifier les problèmes encore pendants plus que d’en rechercher ou d’en proposer des solutions. Pour elle, ce sont de vrais défis qui émergent aujourd’hui avec force et à travers de profondes fractures, y compris en Méditerranée du fait de la division croissante Nord/Sud ou des retombées du conflit du Moyen-Orient, ce qui ne fait qu’exacerber les contradictions et aggraver la crise des significations. L’ouvrage offre au total une lecture pleine d’enseignements, et de réflexions stimulantes, mais il aurait sans doute gagné à introduire un regard plus critique, en élargissant le champ des débats théoriques sur la mondialisation et le développement. On regrettera l’absence d’une conclusion qui aurait donné plus de sens aux observations et enseignements tirés de l’analyse de ses trois angles d’approche. Ces réserves ne doivent aucunement ternir les qualités ni l’intérêt de ce livre qui au-delà de l’observation du terrain proprement maghrébin, nous donne à (re) penser les rapports de l’homme à la modernité dans un monde globalisé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Santucci, « Ricci Loredana, Maghreb e mondializzazione : sfide aperte su percorsi incrociati, Napoli, Istituto italiano per gli Studi filosofici, 2008. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6321

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page