Navigation – Plan du site
Lectures

Tassadit Yacine (textes édités et présentés par), Pierre Bourdieu, Esquisses algériennes, Paris, Seuil (coll. Liber), 2008, 414 p.

Gilbert Meynier

Texte intégral

  • 1  À l’exception de quelques textes comme « Révolution dans la révolution » ou « La fabrique de l’hab (...)

1Ce livre est un recueil de textes de Pierre Bourdieu, inspirés par l’Algérie, consacrés à l’Algérie, rangés selon une classification thématique bien inspirée construite par Tassadit Yacine, directrice de recherches à l’EHESS. Ce volume, dernier d’une œuvre déjà immense, porte à la connaissance du public des écrits parfois peu connus1. Dans la présentation liminaire qu’en fait Tassadit Yassine, complétée par de riches notes infrapaginales, elle indique clairement la place de l’expérience algérienne dans l’itinéraire de Bourdieu : jeune normalien, puis agrégé de philo, relativement atypique et cherchant sa voie, à la fois ancré à gauche et arc-bouté contre le « stalinisme », il aborde l’Algérie par le service militaire.

2C’est cet épisode décisif qui fait dévier ses projets et son itinéraire sous le choc de l’innommable guerre coloniale de 1954-62. Il passe, sans pour autant s’en départir au fond, de la philosophie institutionnelle à l’ethno-anthropologie. Il en ravit le champ aux patentés – colonialistes et européocentristes – de l’école d’Alger pour forger une sociologie de l’Algérie, laquelle cesse d’être vue comme seul objet ethnologique ; cela, classiquement, par l’enquête de terrain, par l’interview, par la photographie aussi… Cela selon des théorisations – le culturalisme et, surtout, le structuralisme –, avec lequel il devait commencer à prendre ses distances dès son  Esquisse d’une théorie de la pratique (1972), puis avec Le Sens pratique (1980), même s’il resta, au total,plutôt inspiré par Max Weber que par Claude Lévi-Strauss.

3Le volume conçu par Tassadit Yacine met en évidence un ancrage et un cheminement. Les textes qu’il renferme ont été écrits, pour les premiers, en Algérie, où il conduisit avec de jeunes chercheurs des enquêtes de terrain novatrices – ils marquent les premiers pas de son œuvre scientifique. Même rédigés ultérieurement, ils restent ancrés dans son expérience algérienne. Dans tous les cas, le livre montre bien l’importance que revêtit la guerre de 1945-62 pour toute une génération d’intellectuels français. Plus précisément, il y eut ceux,  nés dans les années trente, qui firent in situ l’expérience cruelle de cette guerre ; il y eut ceux, plus jeunes, pour qui elle fut au centre de leurs primes engagements politiques, préludes à tels de leurs engagements scientifiques ultérieurs.

4Ce volume confirme à mon sens que ce que Bourdieu a écrit de meilleur concernant l’Algérie est bien ce qui a trait à la Kabylie. C’est du terrain qu’on connaît le mieux qu’on parle le mieux. Ce qu’il dit par exemple de la poésie orale, appuyé par un entretien avec Mouloud Mammeri, a valeur d’anthologie. Plus largement captivante, quand il réfléchit sur l’anthropologie, est l’approche qu’il dénomme « l’objectivation participante » : « On n’a pas à choisir entre l’observation participante, immersion nécessairement fictive dans un milieu étranger, et l’objectivisme du “regard éloigné” d’un observateur qui reste aussi distant de lui-même que de son objet » (p. 325). Ce que Bourdieu a écrit, en compagnonnage avec Abdelmalek Sayad, sur les paysans d’Algérie plongés dans le désarroi, sur le bouleversement de leurs pratiques sociales et sur le saccage de leur culture, n’a pas pris une ride : Le Déracinement (1964) est une maître livre qui a fit date et continue à faire autorité.

  • 2  Elle fut saluée à Tunis par le ministre du GPRA Ahmed Tawfiq al-Madanî comme « la goutte c’eau qui (...)

5Ultérieurement, au-delà de l’Algérie, mais non sans rapports de continuité avec les réflexions algériennes, on n’apprendra sans doute rien en rappelant que Bourdieu a laissé son empreinte épistémologique et méthodologique sur l’analyse des agents sociaux, sur la sociologie de l’éducation et de la culture, sur la taxinomie des sciences sociales. Qui ne connaît la reproduction, la distinction, l’héritage, l’habitus ? L’aura du maître devint telle qu’on a pu parler d’un Bourdieu donneur de leçons et vedette d’élans hagiographiques. Bien sûr, les armes de la critique sont à appliquer à toute production intellectuelle. On pourra arguer, comme l’a fait Michel Cornatonspécialiste des camps de regroupement de la guerre de 1945-62 (Cornaton, 1998 ; Abécassis, Meynier, 2008), qu’il est peu justifié d’assimiler ces camps aux cantonnements de l’emprise coloniale du XIXe siècle. Pour lui, ceux-ci étaient conçus et édifiés  pour contrôler des régions entières et leur population, ceux-là pour déraciner et disloquer la société ; alors que, pour Cornaton, Le Déracinement serait construit sur le thème « à situations identiques », « mesures semblables. » Ceci dit, les deux œuvrèrent dans le même sens. Il est vrai que les mécanismes dévastateurs étaient à l’œuvre et avaient largement produit leurs effets bien avant 1954-62. La lecture de la grande thèse d’André Nouschi2 (1961), historien originaire de Constantine,  et qui a travaillé sur ce sujet pour le Constantinois, le démontre d’abondance.

6C’est à la lumière de telles analyses, analyses qu’il conduisit aussi de son côté, que prirent corps les vues de Bourdieu sur le « sous-développement », les « sociétés traditionnelles » et « le choc des civilisations », étant entendu qu’il ne s’agit évidemment pas là du « choc » tel qu’il est ressassé dans l’entendement géopolitique de l’essentialisme actuel. La connaissance du Maghreb ne peut pas non plus se passer d’autre grands noms, à commencer par celui de la regrettée Germaine Tillion, son aînée de 21 ans récemment disparue, et qui est à plusieurs reprises citée dans le livre comme une référence. Moins célébrée et moins célèbre, elle n’eut ni les mêmes engagements politiques ni les mêmes inclinations heuristiques que lui et elle ne fonctionna pas selon les mêmes catégories.

  • 3  En arabe régulier, anafa (pudeur, fierté) et hurma (inviolabilité).

7Esquisses algériennes témoigne d’une phase de combats et d’avancées. Ce livre est un message de savoir-faire, tant citoyen que scientifique ; il est marque de respect pour tous ceux qui ont combattu et voulu avancer, pendant la guerre, puis dans le sillage de l’après-1962. Que ce soit Abdelmalek Sayad, ce compagnon de recherche de trois ans son cadet, disparu en 1998 à 63 ans, et auquel Bourdieu rend, dans la connivence scientifique, un bel et pudique hommage ; que ce soit son aîné de huit ans, André Nouschi, dont on lit avec émotion sa correspondance chaleureuse avec Bourdieu, petite leçon d’arabe maghrébin à l’appui –  celui-là apprenant à celui-ci la différence entre le « nif » et la « horma »3 ? Et il est bien vrai que, y compris pour étudier des sociétés berbères, il n’est pas inutile d’avoir des notions d’arabe.

8À ce sujet, et sur un point seulement, on ne sera pas vraiment au diapason de ce qu’écrit Tassadit Yacine quand elle parle dans sa présentation, de ce début du XXIe siècle comme d’une « période d’amnésie collective, aussi bien en Algérie qu’en France » (p. 14). Amnésie ? Qui ne constate aujourd’hui, sur le terrain émotionnel/idéologique,  l’accumulation des revendications de sur-représentation mémorielle – revendications de repentance de la France par le pouvoir d’État algérien, d’une part, suite à la loi du 23 février 2005 mettant au pinacle les « aspects positifs de la présence française outre-mer » d’autre part? Mais cela, bien sûr, ce n’est pas de l’histoire. Or, c’est de plus en plus en-dehors de ces champs affrontés, où le compulsionnel s’entremêle au politique, que l’histoire franco-algérienne, plus que jamais, est en train de s’écrire. En témoigne par exemple la parution récente de deux livres, différents, mais tous deux de valeur, sur les massacres de mai 1945 (Vétillard, 2008 ; Peyroulou, 2009). L’atteste aussi l’avidité que j’ai constatée récemment chez de jeunes Algériens à connaître leur histoire, débarrassée des scories officielles. Un semblable désir existe d’ailleurs en France. Les deux rives de la Méditerranée ont eu, et continuent à avoir, tout un pan de leurs histoires respectives qui, pour paraphraser Jacques Berque, est « entrelacé ».

9Bourdieu a d’ailleurs entraîné la réflexion sur des pistes comparatives inédites, de la Kabylie au Béarn, et on ne saurait trop souhaiter que d’autres suivent cette voie. Un ancrage originel dans les terroirs des Alpes du Sud, par exemple, est loin de disqualifier le regard sur les sociétés montagnardes du Maghreb, surtout après le passage obligé par les réflexions de Braudel sur les concordances méditerranéennes : la Méditerranée, ce « vide créateur », fut-elle jamais une muraille de Chine ? De toute façon, Bourdieu n’a pas limité son champ d’étude à l’Algérie. En outre, du début jusqu’à sa disparition en 2002, il a toujours travaillé avec des collaborateurs – anthropologues, sociologues, historiens –, dont le nom est certes inséparable du champ de recherches qu’il a labouré, mais qui ont aussi travaillé sur des domaines très divers : Luc Boltanski, Abdelmalek Sayad, Tassadit Yacine, Yves Winkin, Olivier Christin…

  • 4  “ I nove capi storici algerini del 1954”, I Sentieri delle Ricerca, décembre 2005, p. 168-169.

10Ceci dit, l’historien de l’Algérie, certes parfois pris de court dans les méandres des sciences sociales, est en droit de remarquer, chez Bourdieu, ici et là, des légèretés sur les faits ; ainsi qu’une prise en compte parfois insuffisante de la temporalité. Non sans hésitation et nuances, j’ai cru pour ma part faire remarquer que l’Aurès présenté par Bourdieu dans sa Sociologie de l’Algérie (1961) tendait par trop à confondre l’imaginaire des humains et leurs pratiques sociopolitiques effectives : trop suspendu dans le temps, il me paraissait quelque peu figurer un LuftAurès4. Et, pour Daniel Rivet, « la Sociologie de l’Algérie […] manque son objet en glissant de tableaux ethnographiques éblouissants d’intelligence scientifique consacrés à la Kabylie, à l’Aurès et au M’zab, à une sociologie un peu fourre-tout des restes, c’est-à-dire des sédentaires du Tell et des semi-nomades des Hauts plateaux »(Abecassis, Meynier, 2008 : 65). On n’ira toutefois pas jusqu’à entériner les remarques acerbes – mais elles étaient bien du personnage – de Braudel sur les sociologues, ces « observateurs rapides », « à fleur de peau ».

11Certes, quoi de plus justifié, ainsi qu’y invite la démarche bourdieusienne, de vouloir dépasser le positivisme ? Sauf que dépasser ne signifie pas nécessairement mettre aux orties. Quitte à dépasser ce niveau un – d’aucuns diraient le niveau zéro – de l’histoire, l’établissement des faits ne reste-t-il pas un préalable obligé, une incontournable nécessité ? Cette remarque vaut aussi pour un Braudel, auquel les historiens sont si redevables pour les réflexions qu’il leur a livrées sur le(s) temps, sur le mouvement et l’immobilité. Mais il est vrai que la propension existe, dans nos temps de chronologie post-moderne, à des régressions, se parent-elles des vêtures de l’éloquence chamarrée. Bourdieu,  lui aussi, n’est pas à l’abri de contempteurs de tous poils, tant il est vrai que les ressacs réactionnaires n’épargnent personne. Mais ce livre est là, qui aide à leur tordre leur cou.

Haut de page

Bibliographie

Abécassis Frédéric et Meynier Gilbert (dir.), 2008, Pour une histoire franco-algérienne. En finir avec les pressions officielles et les lobbies de mémoire, Paris, La Découverte, 250 p.

Bourdieu Pierre, 1961, Sociologie de l’Algérie, Paris, PUF (coll. Que sais-je ?), 127 p.

Bourdieu Pierre, 1972, Esquisse d’une théorie de la pratique, Précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz, 269 p.

Bourdieu Pierre, 1980, Le Sens pratique, Éditions de Minuit, Paris, 475 p.

Bourdieu Pierre et Sayad Abdelmalek, 1964, Le déracinement. La crise de l’agriculture traditionnelle en Algérie, Paris, Minuit, 228 p.

Cornaton Michel, 1998, Les camps de regroupement de la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, XIV-304 p. (édit. revue de Les regroupements de la colonisation en Algérie, Éditions ouvrières, 1967, 298 p.)

Nouschi André, 1961, Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises de la conquête jusqu’en 1919. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, PUF, 767 p.

Peyroulou Jean-Pierre, 2009, Guelma, 1945. Une subversion française dans l’Algérie coloniale, Paris, La Découverte, 405 p.

Vétillard Roger, 2008, Sétif, mai 1945. Massacres en Algérie, Paris, Éditions de Paris, 589 p.

Haut de page

Notes

1  À l’exception de quelques textes comme « Révolution dans la révolution » ou « La fabrique de l’habitus ».

2  Elle fut saluée à Tunis par le ministre du GPRA Ahmed Tawfiq al-Madanî comme « la goutte c’eau qui s’offre au caravanier après la traversée du désert ».

3  En arabe régulier, anafa (pudeur, fierté) et hurma (inviolabilité).

4  “ I nove capi storici algerini del 1954”, I Sentieri delle Ricerca, décembre 2005, p. 168-169.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilbert Meynier, « Tassadit Yacine (textes édités et présentés par), Pierre Bourdieu, Esquisses algériennes, Paris, Seuil (coll. Liber), 2008, 414 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 126 | novembre 2009, mis en ligne le 04 septembre 2009, consulté le 18 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6322

Haut de page

Auteur

Gilbert Meynier

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page