Navigation – Plan du site
Lectures

Barthes Benjamin,  Palestine. Une nation en morceaux, Paris, Éditions du Cygne, 2009, 222 p.

Aude Signoles

Texte intégral

1Palestine. Une nation en morceaux de Benjamin Barthe a une place à part dans la multitude des travaux récemment publiés sur la Palestine contemporaine. L'ouvrage ne se veut ni une analyse scientifique, ni un témoignage, ni un essai, ni même un point de vue sur la situation ou le devenir politique de la Palestine. Sa publication mérite toutefois, à plus d'un titre, d'être amplement saluée. L'auteur, journaliste indépendant, est le collaborateur privilégié de plusieurs grands quotidiens et hebdomadaires français (comme Le Monde, La Croix ou L'Express) dans les Territoires palestiniens. Il vit à Ramallah depuis 2002 et a reçu, en 2008, le prix Albert Londres pour l'ensemble des reportages qu'il a réalisés sur place. L'ouvrage se présente comme une compilation de ses articles de presse les plus marquants publiés entre 2002 et 2008. Quatre thèmes y sont traités tour à tour : la montée en intensité et brutalité des rivalités entre le Fatah et le Hamas, le dépeçage territorial de la Cisjordanie, l'asphyxie économique de la bande de Gaza et les voies de la résistance populaire. L'ordre chronologique de publication est respecté à l'intérieur de chacune de ces parties.

2À la lecture de l'ouvrage, on comprend aisément que l'auteur ait été primé par ses pairs. Benjamin Barthe ne s'y révèle, en effet,  pas seulement un fin connaisseur de la situation. Il y apparaît aussi comme un observateur attentif des Palestiniens « ordinaires », qu'il saisit au plus près de leur vécu et perceptions quotidiens. En donnant la parole aux « sans voix » plus qu'aux diplomates, chefs politiques ou leaders d'opinion, il « décentre » le regard sur le non-médiatique et illustre des réalités trop souvent tues ou ignorées du grand public et des dirigeants politiques européens. Ainsi, au fil des reportages parfois construits autour de portraits d'anonymes, il donne à voir les faces cachées de l'occupation israélienne, que ce soit à Jérusalem ou dans des zones plus reculées des Territoires palestiniens dans lesquelles les caméras ne s'aventurent pas souvent.

3La violence ordinaire de l'occupation se lit également au travers des « cas d'étrangers d'origine palestinienne refoulés par les douanes israéliennes » (p. 91) qui se multiplient à partir de la Seconde Intifada et « se retrouvent étrangers sur leur propre terre » (p. 92). Elle transparaît aussi au travers des statistiques économiques que Benjamin Barthe livre sur la bande de Gaza à la suite de l'instauration du blocus israélien (près de 85% des entreprises ont cessé de fonctionner), ainsi que des témoignages – précieux, parce que rares – recueillis auprès du patron de Pepsi Cola comme des malades de l'hôpital Shifa « dont le sort dépend de la bureaucratie militaire israélienne » (p. 153).

4Au-delà, l'ouvrage de Benjamin Barthe retient l'attention, parce qu'il ne présente pas des réalités binaires ni simplistes. C'est particulièrement le cas des reportages sur l'arrivée au pouvoir des islamistes en 2006 et des rivalités et violences politiques qui s'en sont suivies entre le Hamas et le Fatah. Ainsi, alors que les capitales occidentales accueillent avec consternation et inquiétude la défaite du Fatah et tendent à diaboliser les candidats islamistes et leur projet politique pour mieux les marginaliser, Benjamin Barthe observe, lui, que « le Hamas a gagné en silence. (...) Sans fanfares, ni trompettes, ni Kalachnikov » (p. 25). Et, alors que le Fatah tente d'entraver le fonctionnement du gouvernement Hamas - ce qu'aucun membre du Quartet (États-Unis, Union européenne, ONU, Russie) n'admet alors publiquement -, il décrit l'engrenage de la guerre civile, s'arrêtant d'abord sur « la guerre des mots que les médias des deux camps se livrent, puis sur les dérives policières et vendettas qui touchent l'ensemble des Territoires palestiniens. Ainsi, aux provocations du Hamas qui “fait main basse sur les mosquées » (p. 53) et entreprend une « chasse aux militants du Fatah » (p. 63) dans la bande de Gaza, répondent les rafles de centaines de militants islamistes orchestrées par l'Autorité palestinienne en Cisjordanie.

5De même, l'ouvrage de Benjamin Barthe ne réduit pas l'actualité palestinienne à une succession d'échanges de coups entre le Fatah et le Hamas. De fait, dans certains contextes, l'étiquette politique importe peu : par exemple, « la bataille pour le maintien d'un niveau minimum de services publics transcende les appartenances idéologiques » (p. 203). C'est donc une Palestine tout en contrastes et nuances, loin des clichés pourtant souvent médiatiques, qui est donnée à voir ici. L'ambivalence est présente jusque dans les ambiances urbaines. Les beaux articles consacrés à Naplouse, la « capitale » du nord de la Cisjordanie, font émerger une ville « fière, trépidante et dévastée de l'intérieur. Couverte d'honneurs et de cicatrices » (p. 80) - à la fois, royaume de la « débrouille » et paradis des « boursicoteurs ».

6La bourse de Naplouse n'est pas le seul lieu insolite dans lequel Benjamin Barthe nous mène. Et sans doute la récompense attribuée par ses pairs s'explique t-elle, enfin aussi, par le caractère savoureux des anecdotes qu'il livre, l'inattendu des sujets dont il s'empare et la dose de courage qu'il faut à tout individu (y compris - surtout? - journaliste) pour parcourir les morceaux de Palestine, donner à voir les regards blessés, faire ressurgir les trafics en tous genres, circuler d'un « gang » à l'autre, sans que jamais le sensationnalisme, l'émotion ou la préoccupation du « scoop » ne l'emportent. Au fil des reportages, le lecteur découvre ainsi l'univers du tribunal militaire d'Ofer, un  pur produit de l'occupation qui juge « les petites mains de l'Intifada » (p. 75) ; les « déboires » judiciaires de Dany Tirza, dit « M. Mur » (p. 97), un idéologue proche des colons qui a dessiné le tracé du mur en Cisjordanie pour le compte du Premier ministre, mais a dû en revoir la copie chaque fois que la Haute Cour de justice israélienne a estimé que « le tort causé aux habitants [était] disproportionné par rapport aux gains de sécurité » (p. 100) ; ou encore, « le piège des tunnels » (p. 160) de la bande de Gaza, dans lesquels cigarettes, savons, fromages, vêtements, mais aussi kalachnikovs, roquettes anti-tanks ou explosifs, transitent.

7D'autres descriptions d'univers moins glauques surprennent tout autant le lecteur, parce qu'au travers d'elles perçent l'espoir d'entrepreneurs économiques, l'enthousiasme de passionnés de culture, ou encore la ténacité de citoyens ordinaires qui « s'accrochent à leur terre, envers et contre tout » (p. 9). Il faut ici rendre hommage à Benjamin Barthe de porter à la connaissance du public des projets qui, par leur existence même, vont à l'encontre des idées reçues sur la Palestine... et la bande de Gaza, en particulier. « La Palestine s'offre des Beaux-Arts » (p. 194), « Et pourtant ils tournent! » (p. 198) ou « Un entrepreneur du BTP offre un musée des antiquités à la bande de Gaza » (p. 200) font partie de ces articles qui rappellent avec justesse au lecteur occidental que les « kamikazes » palestiniens n'ont pas le monopole de l'écriture de l'histoire nationale.

8Un regret pointe néamoins lorsqu'on referme l'ouvrage, sous forme d'interrogations : cet ensemble d'articles livrés tels quels, sans contextualisation aucune, parle t-il au « citoyen lambda » qui cherche à s'informer pour comprendre mais n'a jamais ni vu, ni ressenti, les situations dont il est question ? N'est-il pas difficile d'interpréter des témoignages dépourvus de données analytiques ?

9L'ouvrage Palestine. Une nation en morceaux en fait le pari : il mise sur la suggestion plutôt que sur l'analyse. Le chercheur acquis à l'art de la démonstration pourra toujours trouver à y redire. Une chose est sûre pourtant : mis bout à bout, les articles de Benjamin Barthe illustrent, avec talent, ce que le titre de l'ouvrage préfigure – à savoir, la décomposition du projet national palestinien et le « dilemne aliénant » (p. 42) qui en résulte pour les populations : « la servitude ou l'auto-destruction » (p. 42).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aude Signoles, « Barthes Benjamin,  Palestine. Une nation en morceaux, Paris, Éditions du Cygne, 2009, 222 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 128 | décembre 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://remmm.revues.org/6330

Haut de page

Auteur

Aude Signoles

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page