Navigation – Plan du site
Lectures

Dodds Jerrilynn D., Menocal María R. et Krasner Balbale Abigail, The Arts of Intimacy : Christians, Jews, and Muslims in the Making of Castilian Culture, New Haven, CT, Yale University Press, 2008, 416 p.

Esperanza Alfonso

Texte intégral

1« The city of Toledo [… must have been to their Christian conquerors…] something like Oz to a girl from Kansas »

2Dans The Arts of Intimacy,Jerrilynn D. Dodds, María R. Menocal et Abigail Krasner Balbale partent de la conviction selon laquelle l’étude des langues, littératures et arts engendrés dans le Royaume de Castille, depuis sa création et jusqu’à 1492, s’est produite de façon fragmentée et décousue, au sein de trois contextes religieux et politiques (chrétien, islamique et juif) imperméables et séparés. À leur avis, face à cette tendance généralisée, elles proposent de « rendre à l’image générale que l’on a de la culture castillane une partie de son désordre originel. » Cela suppose non seulement le fait de reconnaître la multiplicité de gens, de langues, de traditions littéraires et de styles artistiques qui coexistèrent dans ce royaume mais aussi de comprendre que tous ces éléments évoluèrent en formant une imbrication constante allant au delà de la somme de ses différentes parties. Comme elles le reconnaissent, elles n’essaient pas de dévoiler une nouvelle recherche sur les sujets traités mais plutôt de faire parvenir à un large public le travail de toute une série de spécialistes défendant le caractère hétéroclite de l’Espagne médiévale.

3Tous ceux qui apprécièrent– et ils ont été nombreux – le livre antérieur de María R. Menocal, Ornament of the Worl : How Muslims, Jews and Christians Created a Culture of Tolerance in Medieval Spain [New York : Little, Brown, 2002], trouverons ce livre tout aussi fascinant. La qualité du papier, la beauté des illustrations et des photographies, l’édition extrêmement soignée font de sa lecture un réel plaisir. Il s’agit d’un livre que tout un chacun s’intéressant un tant soit peu au Moyen Âge aimerait avoir dans sa bibliothèque.

4Le livre commence et termine par une scène un tant soit peu tangentielle si l’on prend en compte son contenu : la sortie de Colomb et de ses compagnons du port de Palos au mois d’août 1492 et son arrivée à Cuba [sic !] deux mois plus tard. Ce fait, quoiqu’insignifiant pour le sujet traité dans ce livre, est sans aucun doute hautement symbolique, il constitue le cadre de sept chapitres intitulés : Frontières, Dot, Autres, Union, Babel, Adab et Frères. Tout le long de ces chapitres, les auteurs entraînent le lecteur dans un voyage, suivant un parcours rigoureusement chronologique, qui contemple l’évolution du royaume de Castille selon des points de vue variés. Diverses rubriques y cohabitent étudiant la politique, la langue, la littérature, la science et de façon remarquable l’art et l’urbanisme, d’une manière – qui est aussi celle du livre – hybride. Dans ce parcours, certaines formes littéraires, certains objets, personnages et édifices acquièrent une forte dimension symbolique qui renferme l’identité de la Castille. Une identité qui non seulement se met en évidence mais qui se célèbre et elle se célèbre toujours depuis le sentiment d’une perte douloureuse que provoque si fréquemment cette période chez le public européen. Ainsi, l’élément hybride est-il décrit en termes de « complicité » et de « désir » et son absence en terme de « trahison ».

5Le style, élégant, agile et direct tout à la fois, fait part au lecteur des événements historiques que relatent les auteurs. Le lecteur s’identifiera avec le charisme des héros, il participera aux intrigues de la cour et pleurera le sort des villes et des royaumes. C’est peut-être en ce sens que le voyage de Colomb recouvrera un sens car le public américain non spécialiste auquel le livre est adressé en premier lieu trouvera une vision du Moyen Âge qui aura un sens pour lui, qui est écrite d’une manière qui lui semblera familière et qui montre non pas tellement comment les choses arrivèrent mais telles que nous aimerions qu’elles soient. Colomb, par le biais de son voyage, rapproche le lecteur à un monde étranger, le traduit et surtout le lui donne en héritage. La même raison, sans doute, pour laquelle l’étymologie de al-Andalus, si mise en cause, est en rapport avec « l’Atlantique sauvage ».

6Bien que le livre soit présenté comme une narration alternative à « l’existence d’une identité indigène pure », cette défense d’une « identité pure » n’est pas, à mon avis, une tendance généralisée, elle n’est même pas propre de la production académique des dernières décennies. The Arts of Intimacy s’avère être, en réalité, une narration alternative face à la plupart des nombreux travaux sur l’« hybridation » que recueille le livre dans les trois annexes finales et dans la bibliographie, dans la mesure où il emploie l’évocation, la récréation, la fascination et en dernier lieu la nostalgie comme fils conducteurs du récit. Il est également alternatif dans la mesure où l’académicisme le plus remarquable et la légende, le travail de recherche et la mémoire culturelle se donnent la main.

7Les auteurs emploient le terme mudéjar, en principe employé dans le contexte de l’histoire de l’art – quoique dans un sens différent – appliqué aussi par certains auteurs à la littérature castillane, comme un terme définissant un nouveau goût collectif qui se développa et se transforma sous le gouvernement castillan. En ce sens et du point de vue de l’étude de l’identité, il y a lieu de faire deux observations. Il est sans aucun doute surprenant que, de façon involontaire et même inconsciente, le terme Castille fasse davantage référence aux chrétiens et que les juifs » et les musulmans soient toujours relégués au rang des « autres ». Si l’on considère que le but des auteurs est de mettre en évidence l’évolution, la transformation et l’imbrication d’éléments politiques, socioculturels et artistiques de tout genre, leur défense d’une identité castillane au singulier est pour le moins surprenante. N’est-on pas en train de transformer l’élément « hybride » en une nouvelle mutation du « purisme », en un compartiment étanche ? Cette catégorie n’est-elle pas également excluante ? De la même façon et malgré le fait qu’elles soient conscientes de la multiplicité, parfois elles parlent de « l’islamique » et du « juif » comme si les deux termes décrivaient des réalités homogènes.

8En rapport à ce qui a été dit antérieurement, il faudrait faire aussi une réflexion sur le concept de frontière. Fréquemment les auteurs signalent et forcent, à de nombreuses reprises, les connexions entre le royaume de Castille et l’Europe chrétienne et ne signalent, cependant, que très peu les rapports de ce premier avec le Monde islamique. De façon similaire, elles analysent consciencieusement les frontières qui séparent et rapprochent les mozarabes des autres chrétiens et font disparaître les berbères de la scène.

9Les nombreux choix que les auteurs ont fait dans le livre : l’arabe face au latin, la muwashshaa face à la qaîda, les mozarabes face aux clunisiens, le mudéjar face au gotique, l’hybride face au non-hybride sont des choix qui trahissent leurs sympathies et contribuent à renforcer la spécificité de la Péninsule ibérique (représentée ici par la Castille). Cette spécificité a été l’enseigne d’une tradition historiographique que l’on essaya pendant longtemps de bannir, essayant d’un côté de restituer al-Andalus à son espace naturel, le monde islamique et le situant dans le contexte d’autres enclaves où chrétiens, musulmans et juifs cohabitèrent tout le long de l’histoire. Malgré tout cela, cette spécificité semble être de retour, sous le couvert de nouvelles réalités sociales et politiques – parmi lesquelles l’on peut mentionner l’existence de minorités religieuses au sein de l’Union européenne.

10Il va sans dire que The Arts of Intimacy, comme de nombreux autres livres, plus ou moins rigoureux, plus ou moins académiques, plus ou moins innovateurs, sur l’Ibérie médiévale, prouve l’énorme intérêt d’un domaine d’étude qui n’appartient pas seulement aux spécialistes et à leurs forums, mais au grand public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Esperanza Alfonso, « Dodds Jerrilynn D., Menocal María R. et Krasner Balbale Abigail, The Arts of Intimacy : Christians, Jews, and Muslims in the Making of Castilian Culture, New Haven, CT, Yale University Press, 2008, 416 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://remmm.revues.org/6335

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page