Navigation – Plan du site
Lectures

Mermier Franck (dir.), Liban : Espaces partagés et pratiques de rencontre, Les Cahiers de l’IFPO, n° 1, Beyrouth 2008, 182 p.

Elisabeth Longuenesse

Texte intégral

1Cet ouvrage, qui ouvre une nouvelle série de publications périodiques de l’IFPO, fait écho à une livraison de 1999 des Cahiers du CERMOC intitulée « Reconstruction et réconciliation au Liban, négociations, lieux publics, renouement du lien social ». Il est cependant de nature assez différente. Il regroupe en effet un ensemble de contributions « diverses », parfois traduites de l’arabe : travaux de caractère strictement scientifique, observations de terrain, suggestives mais peu formalisées, ou témoignages vécus. La majorité des auteurs sont libanais, et parmi eux, quelques-uns sont des acteurs du monde de la culture, et parlent en tant que tels, sans prétention académique.

2Le volume est subdivisé en deux sections : la première intitulée Études, regroupe six textes de longueur inégale ; la seconde, Témoignages, rassemble cinq textes plus courts. Mais la frontière entre les deux est ténue : les textes du second groupe adoptent un style plus subjectif, plus personnel, tandis que certains au sein du premier, certes plus distanciés, relèvent plutôt du carnet de terrain.

3Espaces partagés : les contributions évoquent la façon dont, dans une société encore meurtrie par les déchirements de la guerre civile, les espaces, privés ou publics, ceux de la rue, du travail, de la ville, de la montagne, sont investis selon les moments, les occasions, les activités, comment les gens s’y côtoient, s’évitent, ont tant de mal à se rencontrer. Plusieurs articles concernent des pratiques de la vie quotidienne, au niveau d’espaces localisés. Mohamed Abi Samra campe les employés d’une banque, parmi lesquels il distingue trois générations, dont il analyse les différences de comportement. Il s’attache surtout à la génération intermédiaire, obsédée par la « vérité » des origines de chacun, à la différence des précédents, plus solidaires, mais aussi des suivants, plus éduqués et plus professionnels. Rania Stephan raconte comment elle filme des personnages ordinaires de Beyrouth, ouvrier syrien, petit commerçant ou chauffeur de taxi, et les écoute parler de la ville et de leur vie. Bilal Khbeiz se demande comment le Liban peut offrir une image cohérente de lui-même  alors qu’entre la nuit et le jour, ce sont des mondes, et des temporalités opposées qui se côtoient et s’ignorent, entre frivolité et résistance. Jean-Charles Depaule évoque la multiplicité des pratiques autour du portable : mais en l’absence de mise en perspective, sur l’usage du téléphone fixe, sur d’autres modes de communication, sur l’évolution des rapports parents enfants au Liban, son propos tourne un peu court. Khaled Ziyadeh, dans une étude subtile, montre les enjeux politico-mémoriels des changements de dénomination du grand rond point à l’entrée sud de la ville de Tripoli. Pour le faire, il revient à l’histoire et analyse les configurations de pouvoir, les conflits de notables, les transformations sociales de la ville, l’évolution de la société tripolitaine. Un second ensemble de contributions traite de l’espace libanais, ou d’une région particulièrement sensible, cette « Montagne », qui a été déchirée par les massacres entre druzes et chrétiens depuis si longtemps. Aida Kanafani et Rima De Clerck reviennent longuement sur une histoire de coexistence, de haines refoulées, de méfiance, de vivre-ensemble codifié, tandis que Lokman Slim s’interroge sur les conditions de la réconciliation à la libanaise.

4Pratiques de rencontre : c’est en effet l’autre face du propos de l’ouvrage, l’horizon impossible d’un après-guerre qui s’éternise, qui n’en finit pas avec les divisions et les déchirements. La rencontre peut-elle être synonyme de partage, de reconnaissance, de retrouvailles ? L’histoire contée par Mounzer Jaber suggère que la division et l’individualisme sont désormais la règle. Dans un récit personnel et amer, il fait la chronique d’une histoire familiale à la fois exemplaire et douloureuse, où l’idéal communiste généreux du père aurait, paradoxalement, contribué à semer les graines de l’égoïsme et de la division entre frères et sœurs. Au contraire, dit-il, les familles restées attachées aux valeurs traditionnelles, sans crainte d’user des ruses du clientélisme et de la corruption, n’ont-elles pas su, elles, rester solidaires ? De façon peut-être comparable, n’est-ce pas ce que l’on peut conclure de l’interrogation de Lokman Slim sur l’impossible réconciliation politique à la libanaise, dans l’espace national, qu’il oppose à la réconciliation entre familles, institutions traditionnelles non sans beauté, malgré sa violence. Le récit que fait Melhem Chaoul de l’évolution des pratiques de condoléances à Zahlé ne révèle-t-il pas, à son tour, un renforcement des divisions communautaires ? Celui-ci voit en effet, dans le déplacement de ces pratiques, de l’espace privé des familles, vers l’espace public des lieux religieux, tout à la fois une dynamique d’égalisation, d’effacement de la hiérarchie sociale et des clivages économiques, mais aussi une logique de mise en évidence des divisions communautaires.

5Dans un registre assez différent, l’étude de Mikhail Marshak sur les variétés de l’arabe parlé à Beyrouth ouvre des pistes intéressantes, mais reste un peu confuse. L’auteur s’intéresse à la fois aux changements linguistiques découlant de l’urbanisation, et aux stéréotypes et représentions attachées à la langue. Il a choisi de rencontrer principalement des habitants de Beyrouth-est de milieux populaires, souvent originaires de la montagne, plus quelques jeunes de Beyrouth-ouest. Les personnes interrogées sont définies par l’âge, la communauté confessionnelle, et la province d’origine, mais on ne sait rien de leur origine sociale, de leur trajectoire, du quartier où ils habitent, de leur profession. On aimerait savoir jusqu’à quel point les pratiques linguistiques réelles correspondent à leurs représentations. L’auteur glisse facilement vers des propositions généralisantes, sans expliquer ce qui les fonde, comme l’affirmation selon laquelle « les jeunes de Beyrouth ouest » considèreraient le parler d’Achrafiyeh comme le parler normal, sans accent : qui sont donc ces « jeunes de Beyrouth-ouest » ? il ne nous le dit pas.

6Les deux contributions d’Aida Kanafani et Dima De Clerck, bien que renvoyant chacune à des recherches fort différentes, se font remarquablement écho. La première revient sur des travaux déjà anciens et connus. Sa réflexion tourne autour de la notion du « vivre-ensemble », comme « savoir-vivre de la différence religieuse », comme vivre avec, plutôt que « à côté », à la différence du « religieux institutionnalisé », source d’antagonisme. Car le religieux fabrique (aussi) du « commun », explique-t-elle. De sorte que le rejet du vivre à nouveau ensemble serait à la mesure de la force du lien préexistant. Le lien interreligieux, qu’elle a longuement observé à Hsoun, village chiite et maronite de la montagne, se manifeste à l’occasion des fêtes et commémorations, par le partage alimentaire. Mais dans le Chouf, les violences des années 1980 entre druzes et maronites ont laissé des blessures indélébiles, rendues plus douloureuses par l’amnistie, qui interdit le travail de mémoire. C’est l’occasion pour elle de revenir sur les conditions d’une « réconciliation » qui ne peut être fondée sur le silence, mais seulement sur la reconnaissance des torts, de la responsabilité, sur le témoignage comme instrument de reconstruction de l’identité. C’est aussi l’absence d’une réflexion critique sur les conflits qui accentue le communautarisme libanais et empêche tout projet politique commun, alors que les historiens libanais eux-mêmes n’arrivent pas à s’entendre sur l’écriture de l’histoire.

7C’est précisément sur l’histoire ancienne des conflits entre druzes et maronites, que se penche Dima De Clerck, pour interroger ses traces dans la mémoire et dans les représentations, autant que la façon dont elle a ressurgi durant la guerre civile. Dans un texte fouillé d’une quarantaine de pages, soit près du quart du volume, l’auteur, doctorante en histoire, livre une enquête d’une minutie et d’une rigueur remarquables. Après un bref rappel, sans concession et sans pathos, des violences qui ont émaillé l’histoire de la montagne durant les années de guerre, puis des conditions de la « réconciliation » institutionnelle, qui a débouché sur l’alliance – insupportable pour beaucoup – entre Joumblatt (le leader druze) et Geagea (le chef des Forces Libanaises chrétiennes), l’auteur s’efforce de dévoiler ce que recouvre le formalisme des relations de bon voisinage entre les deux communautés. Elle y voit une combinaison de voisinage passif au quotidien et de consensus entre élites politiques, qui conforte et cristallise les distinctions identitaires, tout en garantissant la stabilité de l’ordre communautaire. Fouillant la mémoire collective derrière les apparences de la convivialité, elle traque les peurs et les humiliations qui se cachent derrière les représentations stéréotypées de la « susceptibilité des druzes » ou de l’« arrogance des chrétiens », et les explique par l’héritage de l’histoire. Elle suggère en effet que la perte de leur position dominante serait à l’origine d’une « frustration historique » des druzes, à la base de cette représentation croisée. Le code de convivialité imposée serait alors, suggère-t-elle, une sorte d’avatar de la domination des druzes, en même temps qu’une assurance contre ces représentations négatives et les risques de conflit. Après 20 ans de guerre, druzes et maronites ont dû réapprendre à se connaître, mais les nouvelles générations ont perdu la mémoire de la coexistence, et une nouvelle conscience collective a émergé, qui dénonce le mythe mensonger du vivre ensemble. La tolérance n’aurait donc pu reprendre ses droits sans l’intervention de l’État. Mais seul un retour sur le passé, permettant de revisiter les moments de l’histoire mal assimilés, conclut-elle, pourrait contribuer à clarifier et à assainir les relations entre les deux communautés, en évitant les faux-semblants d’une sociabilité forcée. Si sa conclusion n’est pas très différente de celle d’Aida Kanafani, la force de son travail est dans cet effort remarquable d’aller chercher sous les formes de la convivialité le travail souterrain des représentations et de la mémoire, et leurs racines dans une histoire dont les blessures ne pourront être surmontées que si elle est reconnue, travaillée, assumée.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Longuenesse, « Mermier Franck (dir.), Liban : Espaces partagés et pratiques de rencontre, Les Cahiers de l’IFPO, n° 1, Beyrouth 2008, 182 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 22 décembre 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://remmm.revues.org/6342

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page