Navigation – Plan du site
Lectures

Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, CNRS et Picard, 2009, 300 p.

Rémi Labrusse

Texte intégral

1D’usage potentiellement aussi large qu’est vague la notion d’Orient dont il est issu, le terme « orientalisme », en histoire de l’art et de l’architecture, sert le plus souvent, faute de mieux, à caractériser l’emploi de formes issues des arts de l’Islam, décontextualisées puis réappropriées dans le cadre de pratiques propres à la culture occidentale (celles-ci fussent-elles endossées par des artistes non-occidentaux). Ces pratiques, le xixe siècle, pour des raisons à la fois scientifiques (l’essor des connaissances visuelles et historiques) et politiques (les phénomènes de colonisation directe ou d’hégémonie para-coloniale), les a favorisées quantitativement et qualitativement comme jamais auparavant. C’est pourquoi Nabila Oulebsir et Mercedes Volait, dans le titre du volume qui fait suite au colloque international qu’elles avaient organisé en 2006 à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris, n’ont besoin de préciser ni qu’il y s’agit précisément des rapports entre culture occidentale et Islam (à l’exception d’un passionnant article de Talinn Grigor sur la promotion de l’Iran pré-islamique sous la dynastie pahlavi) ni que le cœur du problème se situe au xixe siècle, auquel sont consacrées, pour l’essentiel, les quinze contributions du livre (avec néanmoins quelques incursions en amont, à l’époque des Lumières, et en aval, au xxe siècle).

2À ces délimitations culturelle et chronologique doit s’ajouter une qualification idéologique : il n’est guère possible aujourd’hui, lorsqu’on emploie le terme d’orientalisme pour traiter d’histoire culturelle dans un cadre universitaire, de ne pas faire implicitement ou explicitement référence au livre qui, avec ce mot pour titre, a été publié par Edward Said en 1978 – qu’on désire réfuter ou célébrer la thèse défendue par le grand intellectuel palestino-américain (avec une élégance et un sens de la complexité qui lui étaient propres), thèse selon laquelle l’orientalisme fut une vaste construction discursive au sein de laquelle savoirs et imaginaires s’associèrent aux pouvoirs politico-économiques pour aboutir à un système « occidental de domination, de restructuration et d’autorité sur l’Orient ». D’où, cette fois, le sous-titre choisi par Nabila Oulebsir et Mercedes Volait : « entre imaginaires et savoirs », qui signale cette filiation nécessaire sans pour autant adopter une position univoque à son égard, leur désir étant au contraire, comme elles l’indiquent dans un texte liminaire, de « se tenir à distance des controverses qui ont pu opposer défenseurs et détracteurs des analyses d’Edward Said » (p. 7-8) et de revendiquer « une posture qu’on pourrait qualifier de ‘post-saidienne’, à la fois informée des critiques portées à l’orientalisme et désireuse de poursuivre l’analyse au-delà » (p. 10). Le volume dans son ensemble est fidèle à ce vœu, faisant se rencontrer impartialement, d’un texte à l’autre, les trois principales approches théoriques qui se partagent le champ des études orientalistes : déconstructrice (pour démonter le discours orientaliste et révéler le désir de contrôle de l’altérité qui le travaille souterrainement), défensive (pour réhabiliter au contraire la valeur esthétique d’œuvres qu’on estime insuffisamment reconnues aujourd’hui) ou positiviste (s’en tenant à porter à la connaissance publique des faits, des images jusqu’alors inconnus). À chaque approche ses risques : dans le premier cas, un sentiment paradoxal de supériorité autocritique qui, faute de s’interroger sur ses propres conditions de possibilité, se drape dans une posture moralisante de condamnation du passé ; dans le deuxième cas, une forme de complaisance esthétique, parfois nourrie de nostalgie passéiste ; dans le troisième cas enfin, une timidité à l’égard des interprétations, refoulées par les séductions labyrinthiques de l’enquête factuelle. Mais à chaque approche aussi ses bienfaits : moisson d’informations nouvelles venues des recherches positivistes ; exercice approfondi du regard sur le système des formes (quel que soit le jugement porté in fine), dans la démarche de réhabilitation ; et tout simplement le bon sens, dans l’exercice de déconstruction qui consiste à mettre au jour l’extraordinaire violence simultanément produite et reflétée par les usages et représentations occidentaux de l’Orient, en particulier au xixe siècle.

3Si L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs peut assumer avec succès un tel éclectisme doctrinal, c’est aussi qu’il intervient, comme le soulignent d’emblée ses deux conceptrices, « à l’heure d’un renouveau des recherches sur l’orientalisme », renouveau au sein duquel, toutefois, l’architecture a eu la part moins belle que la peinture, la photographie ou le collectionnisme ; en France, notamment, si l’on met de côté les études monographiques, les publications récentes de synthèse sur le sujet furent, en 1994, le volume Figures de l’orientalisme en architecture (REMMM n° 73-74) et, en 2006, le petit recueil de contributions réunies par Nathalie Bertrand sous le titre L’Orient des architectes (Presses de l’université de Provence). C’est dire que, dans un champ fortement structuré par de vifs débats, depuis trente ans, autour de la notion d’orientalisme, la voie est désormais balisée pour approfondir l’exploration d’un domaine particulier, celui de l’architecture, où beaucoup de découvertes restent à faire, d’erreurs ou d’approximations à corriger : ce que révèlent, par exemple, la brillante réinterprétation de la désignation des Vauxhall Gardens de Londres, en 1741, en tant que « turkish paradise » (Nebahat Avcıoğlu) ou l’enquête sur l’itinéraire tunisien de l’architecte Henri Saladin (1851-1923), sur lequel nos lacunes sont d’autant plus paradoxales qu’il fut l’auteur en 1907, avec Gaston Migeon, du premier Manuel d’art musulman publié en France (Myriam Bacha). À l’inverse, des domaines et des personnalités paraissent aujourd’hui mieux connus : c’est le cas de l’architecte et voyageur marseillais Pascal Coste (1787-1879), déjà évoqué par Denise Jasmin et Jean-Dominique Brignoli dans L’Orient des architectes et sur lequel ne revient donc pas le présent volume ; c’est le cas aussi des architectes au Caire, grâce aux travaux de Mercedes Volait sur le sujet ; ou encore de la place, à la vérité plutôt congrue, de l’Orient dans les cours d’architecture de l’École des beaux-arts à Paris au xixe siècle (contributions de Pierre Pinon et d’Alice Thomine-Berrada, respectivement, sur les enseignements de Jean-Nicolas Huyot et d’Albert Lenoir ; de Marie-Laure Crosnier Leconte sur les sujets de concours proposés à l’École). C’est dire que la situation de la recherche, en ce qui concerne l’orientalisme architectural, permet et même exige qu’on associe aujourd’hui synthèses et études de cas inédites, « macro-histoire » et « micro-histoire », y compris au sein d’une même étude, comme celle de Nabila Oulebsir sur l’articulation entre la pratique architecturale de l’architecte amiénois Edmond Duthoit (1837-1889) et son rôle de découvreur et de protecteur des monuments de l’Islam en Algérie.

4Au total, la cohérence de l’ensemble est assurée par une répartition des essais en trois volets successifs. Le premier – « Apprentissages » – porte sur la diffusion des connaissances théoriques et pratiques sur l’architecture « orientale » auprès des architectes occidentaux (aux contributions déjà citées de Pierre Pinon, Alice Thomine-Berrada et Marie-Laure Crosnier Leconte s’ajoutent celles d’Elke Pflugradt-Abdel Aziz sur l’utilisation par l’architecte berlinois Carl von Diebitsch de connaissances glanées essentiellement en Sicile et en Andalousie entre 1842 et 1848 ; de Lorraine Decléty sur l’état comparé des connaissances et des pratiques orientalistes en France et en Allemagne ; et de Dominique Jarrassé sur le « filtre anthropologique », pénétré de racialisme, à partir duquel l’histoire de l’art a abordé les « arts méconnus » au xixe siècle). Un deuxième volet s’ensuit – « Expressions » – portant sur des cas précis d’application architecturale qualifiable d’« orientaliste » (contributions déjà citées de Nebahat Avcıoğlu, de Nabila Oulebsir et de Myriam Bacha ; études de Philippe Duffieux sur la résonance sicilienne de la basilique de Fourvière à Lyon, construite par Pierre Bossan à partir de 1872 ; d’István Ormos sur la « rue du Caire » conçue à Chicago par le Levantin George Pangalo pour l’Exposition colombienne de 1893). Enfin, dans un troisième volet conclusif – « Usages » –, l’idée saidienne d’hégémonie culturelle, aboutissant à une intégration par les nations non-occidentales de représentations d’elles-mêmes produites par l’Occident, est illustrée par trois études d’orientalisme qu’on pourrait dire périphérique : au Caire entre 1870 et 1910 (Mercedes Volait) ; en Roumanie entre 1875 et les années 1920 (Carmen Popescu) et en Iran à l’occasion des fêtes organisées à Persépolis par Mohammad Reza Shah en octobre 1971 pour célébrer le 2 500e anniversaire de la fondation de l’Empire perse (Talinn Gregor).

5Parmi les aspects passionnants d’un volume collectif figurent les phénomènes de récurrence, corroborant la validité d’une hypothèse ou la véracité d’un fait dans la mesure où ils se retrouvent formulés par différents auteurs, dans différents contextes, sans concertation préalable. Tel est le cas dans L’Orientalisme architectural. Certains aspects étaient déjà connus : par exemple la concomitance entre les entreprises d’ordre colonial et les pratiques architecturales orientalistes (en France, notamment, avec l’expédition d’Égypte en 1798, la conquête de l’Algérie à partir de 1830, le protectorat sur la Tunisie en 1881, etc.) ; ou l’étroite association entre les actes de vandalisme et les actes de protection, dans le domaine patrimonial (en Algérie, au Caire, etc.). D’autres sont plus inattendus : notamment l’importance majeure et pionnière des études sur les patrimoines architecturaux pour le développement de l’histoire des arts de l’Islam en général ; mais aussi l’écart presque systématique entre ce savoir relativement vaste, précoce et bien diffusé, d’une part, et des pratiques orientalistes, d’autre part, recentrées sur un petit nombre de modèles (au sommet desquels trône l’Alhambra nasride) et bien plus enclines au collage fantaisiste de fragments décontextualisés qu’au pastiche savant. Autre phénomène plusieurs fois relevé : l’importance de charnières à la fois géographiques (la Sicile, Venise, l’Andalousie) et historiques (l’architecture byzantine dans son ensemble) pour médiatiser la notion d’Orient et acclimater les données majeures de l’architecture de l’Islam aux besoins identitaires occidentaux. Dans l’insatiable quête de soi que recouvre la quête de l’Orient islamique par l’Occident au xixe siècle, Byzance survient fréquemment comme l’idéal, l’indispensable intercesseur, brouillant avantageusement les frontières et encourageant les syncrétismes formels.

6Il reste maintenant à poursuivre la discussion sur la spécificité de la notion d’orientalisme en matière d’architecture. Comme le relève Lorraine Decléty, s’il arrive qu’on parle au xixe siècle d’architectures mauresques ou arabes, de kiosques turcs ou de maisons persanes, en revanche, génériquement, « le qualificatif orientaliste n’est jamais utilisé pour désigner une architecture, alors qu’il l’est pour la peinture » (p. 97). Indéfinissable orientalisme architectural du xixe siècle : serait-ce parce qu’en lui deux langages formels, deux horizons discursifs radicalement hétérogènes ont coexisté, se sont contredits et, finalement, annulés l’un l’autre ? L’un, théâtral, visait à dresser la scène d’un monde irréel de fantasmes, à l’instar de la peinture du temps, pendant que l’autre, spéculatif, visait à construire une théorie rationnelle de la forme, soudain (et non sans vertige) autonomisée par rapport aux dogmes de l’esthétique de la représentation : entre pittoresque spectaculaire et pensée du pur ornement, entre fantasmagorie et rationalisme, entre théâtralité et concept serait ainsi demeuré obstinément écartelé le devenir islamique de l’architecture occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Labrusse, « Oulebsir Nabila et Volait Mercedes (dir.), L’Orientalisme architectural entre imaginaires et savoirs, Paris, CNRS et Picard, 2009, 300 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6345

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page