Navigation – Plan du site
Lectures

Sfeir Jihane, L'exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952), Paris, Éditions Karthala et Beyrouth, IFPO, 2008, 281 p.

Mohamed Kamel Doraï

Texte intégral

1L'ouvrage de Jihane Sfeir, issu d’un travail de thèse, apporte un éclairage nouveau et documenté sur une période méconnue de l'histoire de l'exode palestinien, celle des premières années de leur présence au Liban. À partir de l'analyse croisée d'archives, de statistiques et de récits, l’auteure retrace en deux grandes parties la dispersion de la population palestinienne puis sa recomposition en exil. L'étude de la période d'arrivée et d'installation des Palestiniens au Liban, ainsi que sa mise en perspective avec la société libanaise nouvellement indépendante, apporte des éléments nouveaux pour la compréhension des relations libano-palestiniennes.

2Dans son premier chapitre, l'auteure rappelle les conditions de la dispersion de la population palestinienne, en mettant en avant la diversité des trajectoires et des situations. La pluralité de la société palestinienne qui se disloque est montrée à travers les récits de familles appartenant à des classes sociales et des minorités ethno-confessionnelles diverses. Cette diversité est souvent gommée ou omise dans les récits de l'exode palestinien, ainsi que par le terme "réfugié", et le récit de Jihane Sfeir nous introduit aux diverses composantes de la société palestinienne au moment de l'exode. La réalité socio-économique plurielle de la population palestinienne qui arrive au Liban va conditionner de façon déterminante les modalités d'accueil et d'insertion de ses différents groupes. Certains de ces groupes, comme les chrétiens ou ceux issus de la bourgeoisie urbaine, s'intègrent plus facilement à la société libanaise que d'autres, comme les ruraux musulmans, majoritairement confinés dans les camps de réfugiés. Cette mise en contexte de l'exode palestinien est complétée dans le deuxième chapitre par un aperçu du système socio-politique libanais. Le système confessionnel, adopté par le Liban suite à son indépendance, conditionne la vie politique et l'accès à l'emploi public et, marginalise,  de fait, les Palestiniens qui demeurent dans un statut d'étranger et sont confrontés à un système qui les juge et les identifie à travers leur identité confessionnelle. Comme le souligne Jihane Sfeir, alors que l'État et la société libanaise sont en formation, « […] les réfugiés palestiniens représentent l'élément jusque là manquant pour que s'opère la cohésion nationale et que se forme une identité nationale libanaise » (p. 83-84). Ce maintien à distance des Palestiniens, dès leur arrivée, préfigure la place marginale qu'ils occupent aujourd'hui dans une société toujours tiraillée entre confessionnalisme et construction nationale.

3Le troisième chapitre explore la façon dont ont été enregistrés les réfugiés palestiniens au Liban, la catégorisation dont ils feront l'objet, qui les confirmera dans leur statut d'étranger. L'auteure explique le rôle joué par le recensement de 1932, qui consacre la notion de "communautés-régions" dans laquelle les réfugiés palestiniens ne pourront trouver leur place et, apparaîtront comme un élément perturbateur de l'équilibre confessionnel libanais. Une distinction nette, et toujours en vigueur, est opérée entre les nationaux (résidants et émigrés), et les étrangers. Un détour par l'expérience de l'arrivée des Arméniens dans l'entre deux guerres éclaire la façon dont les Palestiniens seront enregistrés par la suite. Un parallèle entre émigration libanaise et présence palestinienne est fait au début des années 1950, qui peut se résumer de la façon suivante : comment le Liban pourrait-il accueillir une importante population réfugiée alors qu'une partie de sa population est contrainte d'émigrer pour raison économique ? Ce parallèle entre émigration et présence étrangère, s'il prend naissance dans les années 1950, continuera de se développer jusqu'a aujourd'hui tant à propos des Palestiniens que d'autres immigrés comme les Syriens. Au fil des années, la figure du Palestinien évolue. Au touriste aisé présent de façon temporaire au Liban, se substitue progressivement l'image du réfugié, habitant des camps, potentiellement dangereux pour la stabilité et l'économie du pays.

4Le quatrième chapitre s'intéresse à l'accueil des réfugiés palestiniens à travers l'action de la Ligue des Sociétés de la Croix-Rouge. La question de l'évolution du nombre de réfugiés est analysée et montre la difficulté de ce type d'exercice. Cette difficulté se retrouve par ailleurs dans la quasi-totalité des mouvements de masse de réfugiés, comme aujourd'hui l'exode des Irakiens en Syrie et en Jordanie, le recensement, et son résultat, relevant de logiques humanitaires et politiques (comme la recherche de solutions durables). Comment, en effet, comptabiliser une population diverse et dispersée, parfois dépourvue de papiers d'identité, ou difficile à identifier, comme les bédouins ? À la catégorie d'étranger,  définie par les autorités libanaises, vient s'ajouter celle de réfugié, déterminée par les organisations humanitaires et internationales.

5Le cinquième chapitre analyse la composition démographique de la population palestinienne au Liban. Les Palestiniens qui ont trouvé refuge au Liban sont en majorité chrétiens ou issus des classes sociales aisées, évoqué plus loin, comparativement à la structure de la société palestinienne d'avant 1948 ou des autres pays d'accueil comme la Syrie ou la Jordanie qui se caractérisent par une moins grande représentation des minorités religieuses et une plus forte proportion de classes populaires et rurales. Le rôle particulier des institutions religieuses au Liban et l'existence de réseaux sociaux avant 1948 qui reliait la bourgeoisie urbaine palestinienne à celle du Liban peuvent expliquer la surreprésentation de ces groupes. On trouve également près de 10% de réfugiés non-Palestiniens, majoritairement des Libanais et des Syriens qui avaient émigrés en Palestine avant 1948 et, qui ont été contraints de partir lors de la création de l'État d'Israël. Mais au-delà de la représentation de tel ou tel groupe, l'auteure nous montre le profond bouleversement social qu'a entraîné l'exode de Palestine, les longs parcours migratoires entraînant la dispersion de certaines familles dans plusieurs pays,  la guerre qui modifie la composition des ménages, avec un nombre croissant de femmes devenues chefs de famille, traits que l’on retrouve aujourd'hui dans de nombreuses populations réfugiées de par le monde.

6Le sixième chapitre s'intéresse à la composition socio-professionnelle de la population palestinienne en exil. La proximité géographique ne suffit pas, à elle seule, à expliquer leur émigration forcée au Liban. Cette dernière est aussi le résultat de stratégies communautaires et de  l'attraction croissante de Beyrouth comme pôle économique. Les fiches familiales du recensement de 1951 montrent une réalité socio-professionnelle quelque peu différente de l'image généralement véhiculée d’une population palestinienne de paysans, alors que ceux-ci représentent un peu moins du tiers du total des réfugiés. La proportion d’employés, de professions administratives, d’ouvriers et d’artisans est assez élevée. Ces derniers se dirigent plutôt vers la capitale libanaise pour trouver un emploi, les agriculteurs se concentrant plus dans le sud du Liban. L'arrivée de cette main d'œuvre réfugiée ne va pas sans provoquer des réactions hostiles dans un Liban en proie à des difficultés économiques, et les Palestiniens sont accusés par certains d’être la cause de l'augmentation du prix des loyers et d'aggraver les tensions sur le marché du travail. Jihane Sfeir montre, cependant, la contribution qu'a pu apporter cette main d'œuvre bon marché au développement économique du Liban. La bourgeoisie palestinienne a également participé à l'essor économique du Liban par les transferts de capitaux et de sociétés qu'elle a réalisés.

7Le dernier chapitre analyse les différents facteurs qui ont contribué à la répartition territoriale des Palestiniens au Liban. L'auteure souligne que le rôle de l'État libanais ou celui de l'appartenance communautaire a souvent été surévalué, et que les dynamiques spatiales de la population palestinienne sont liées à des facteurs complexes et évolutifs. Les organisations humanitaires, comme les réseaux villageois, familiaux ou économiques vont jouer un rôle tout à fait prépondérant dans l'installation des réfugiés. Alors que durant les deux premières années de leur exil les Palestiniens se regroupent dans le sud du pays, ils se redistribuent, par la suite, dans les principales agglomérations littorales et dans les camps qui s'y développent. À travers quelques exemples significatifs, elle nous montre la diversité des parcours, l'intense mobilité et la multiplicité des facteurs à l'œuvre pour comprendre les modes d'installation des réfugiés durant leurs premières années d'exil.

  • 1  Même si ce dernier renvoie à une réalité juridique et politique tout à fait réelle et signifiante.

8La recherche présentée dans cet ouvrage apporte un éclairage nouveau et détaillé sur une période peu étudiée de l'histoire palestinienne, remettant en cause de façon très convaincante, à partir de l'analyse d'archives et d'entretiens, certaines idées communément admises sur la communauté palestinienne au Liban et le rôle joué par l'État d'accueil. La présentation détaillée des différents groupes socioprofessionnels et confessionnels auxquels appartiennent les réfugiés, comme les nombreux exemples concrets de leurs modalités d'installation nous éclairent sur la complexité de la société palestinienne en exil, souvent rendue obscure par l'utilisation du terme homogénéisant de réfugié1. On peut, cependant, regretter une introduction et une conclusion trop courtes, qui apportent peu d'éléments de problématisation de la recherche présentée et qui aurait pu mieux orienter le lecteur dans la lecture de l'ouvrage.

9L'apport de cette recherche ne se limite, cependant, pas à la période et à la population étudiées, elle apporte des clés de lecture fondamentales à la compréhension de la situation des Palestiniens aujourd'hui au Liban et des relations complexes que ces derniers entretiennent avec leur pays d'accueil. Par ailleurs, l'étude de l'arrivée d'une population réfugiée dans un État voisin, de la pluralité des facteurs en jeu pour comprendre leurs modalités d'installation et d'interactions avec leur société d'accueil, ainsi que l'analyse critique des sources disponibles, nous offrent un cadre de réflexion stimulant pour l'étude d'autres mouvements de réfugiés dans la région, comme par exemple les Irakiens aujourd'hui.

Haut de page

Notes

1  Même si ce dernier renvoie à une réalité juridique et politique tout à fait réelle et signifiante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mohamed Kamel Doraï, « Sfeir Jihane, L'exil palestinien au Liban. Le temps des origines (1947-1952), Paris, Éditions Karthala et Beyrouth, IFPO, 2008, 281 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], 127 | juillet 2010, mis en ligne le 06 novembre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://remmm.revues.org/6348

Haut de page

Auteur

Mohamed Kamel Doraï

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page